Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Quelques infos et remarques au sujet du projet de construction de la nouvelle prison dans la Loire

"On n’humanise pas un cimetière" Top El Hadj, lors de son procès pour évasion de la Centrale de Moulins.


La maison d’arrêt de la Loire se trouve à la Talaudière, commune qui touche Saint Étienne.
Il y a 328 places "officielles" dans cette vieille taule pourrie construite en 1968, un quartier hommes, un quartier femmes, et un centre de semi-liberté (construit plus récemment). L’été dernier, un article de plus évoquait la "surpopulation", avec plus de 480 enfermé-es.
Au fil des dernières années, des prisonnier-es et leurs proches, ont pu faire sortir quelques infos au sujet de l’état de cette taule, de ce qu’ils y vivent et des conditions qui sont imposées aux enfermé-es [1].

En 2011, une plainte est déposée par des prisonniers de cette maison d’arrêt. Il y est entre autres question des douches qui ne fonctionnent pas, au sujet desquelles des détenus se sont mobilisés, des murets de séparation dans des boxes du parloirs, du manque de chauffage en hiver et de l’air qui ne circule pas et fait étouffer de chaleur en été.… mais aussi du refus des aménagements de peine, des fouilles en pleine nuit, du mépris et des humiliations quotidiennes qui sont faites aux détenus… et qui ont lieu tant dans des prisons vétustes que plus récents.
Le courrier qui accompagnait cette plainte, précisait ceci :

Revenons-en au but et le pourquoi de cette plainte, nous ne faisons pas ça pour l’argent, ni pour rendre la Talau plus humaine car elle ne le sera jamais ! Notre but est de poursuivre les luttes du passé qui sont bien souvent oubliées comme si c’était un acquis.

Dernièrement en février, un détenu qui avait été condamné à 3 mois de prison s’est suicidé. Sa famille avait alerté le personnel de la prison, notamment le SPIP, de leur grande inquiétude, en disant qu’il allait très mal et qu’il fallait faire quelque chose. Il leur a été répondu "qu’il était en pleine forme, que c’était du cinéma". Ceci montre quelle considération l’administration pénitentiaire a pour les détenus et leurs proches. La famille a décidé de porter plainte contre eux pour "non assistance à personne en danger". Interrogé par les journalistes à ce sujet, le délégué syndical local des matons, Thierry Machard, commente ainsi cette mort : "on doit être dans la moyenne". Et de réclamer évidemment plus de moyens et d’effectifs pour faire leur sale boulot.

Ces derniers mois, de nombreuses mutineries ont éclaté dans différents centres pénitentiaires ( Poitiers-Vivonne, Aiton, Valence, Angers, Longuenesse, Fleury [2]…).
Beaucoup se sont réjoui-es de ces révoltes… Et la justice a condamné à de lourdes peines ceux qui ont été considérés comme des meneurs ( plusieurs années supplémentaires).

Le discours officiel a fait des discours en boucle au sujet de la surpopulation ( rien à voir avec ce qu’ont pu dire des prisonniers concernant leurs colères et désespoirs), et annoncé dans la foulée la création de 33 nouvelles prisons, histoire d’enfermer encore plus… car c’est l’état et la justice qui remplissent les prisons.
A celles-ci se rajoutent celles qui étaient déjà prévues. La construction de la nouvelle prison à Sainté est dans ce cas.

Si les vieilles taules pourries laissent croupir les détenu-es dans la crasse et le froid, les prisons modernes les tuent à petit feu par un isolement perfectionné, une torture qui ne dit pas son nom.

Dans la région, c’est la prison de Corbas qui inaugure l’enfermement moderne en 2009, pour remplacer les maison d’arrêt préhistoriques de Saint Paul et St Joseph.
Mais les beau discours sont rapidement contrecarrés par les faits. Durant 3 semaines, des prisonniers se révoltent dès leur transferts.
Un texte écrit par un nouvel arrivant à Corbas décrit cet enfermement automatisé et aseptisé, mettant les choses au clair : les prisons modernes sont pensées pour isoler, contrôler et soumettre de la manière la plus rationnelle et efficace possible, en utilisant les connaissances et technologies à disposition. Il s’agit de formater ou détruire de manière systématique…
Les nouvelles prisons limitent les possibilités d’échanges, de solidarités et de résistances. Ce qui est pensé comme un « mieux », va toujours dans le sens de faciliter le travail des uniformes. Aujourd’hui, la maison d’arrêt de Corbas est parmi celles qui compte le taux de "suicides" les plus importants. L’ « amélioration des conditions de détention » est une belle enfumade…

À l’automne dernier, on apprend que la future "nouvelle" prison de la Loire enfermera presque la moitié de personnes en plus, et serait construite à Saint Bonnet les Oules.
Assez rapidement, des habitants du secteur s’organisent pour contester ce projet.
Ils organisent plusieurs rassemblements, pétitions, manifestations, opération escargot... Une association est montée pour l’occasion, et le maire se fait également porte-parole de l’opposition. Des rendez-vous avec des personnes et instances toutes plus infâmes les unes que les autres se succèdent, et des courriers leurs sont envoyés massivement : préfet, maire de Saint Étienne, ministre de la justice...

Des pancartes vues lors de ces occasions "oui aux vaches, non aux prisonniers", "la terre au bonnetaire", ainsi que certains arguments ressassés lors des prises de paroles publiques laissent peu de doutes sur le fond de cette opposition : " berk, pas de ça chez nous".
D’après un post de leurs facebook, en décembre un faux courrier signé du maire de Saint Bonnet est distribué dans des boites aux lettres des habitants ; celui ci aurait décidé de porter plainte. Le contenu est reproduit plus bas.

Le 15 mars, le ministre de la justice vient en visite à la Talaudière, inspecter certains bâtiments, et rencontrer les syndicats de matons, toujours prêts à chouiner pour avoir plus de moyens, histoire de pouvoir taper, humilier les prisonniers sans s’abîmer la santé. Certains prisonniers l’ont insulté.
Un rassemblement est appelé par des opposants à l’A45 devant la maison d’arrêt, mais les uniformes cerneront rapidement les alentours, empêchant l’accès aux manifestants.
Durant sa visite un membre du cabinet du ministre invite le collectif localement mobilisé contre la construction de la prison, évitant ainsi qu’ils se manifestent sur le trajet du ministre… Il leur fera des promesses pour les endormir, pendant qu’à quelques kilomètre de là le ministre annonce que la prison devrait bien se faire à Saint Bonnet.

A l’heure actuelle rien ne semble définitif au sujet du terrain de la future prison. Pour autant, où que les autorités décident d’implanter leur usine à punition et torture, il y aura des raisons valables de s’y opposer.

La construction des prisons concerne tout un chacun-e, et les tribunaux ne manqueront pas de condamner à tour de bras pour remplir ces nouvelles cellules, rentabiliser leurs projets destructeurs, maintenir et justifier un climat sécuritaire.

La construction se fera également par étapes, et les chantiers durent en moyenne 2 ans.

Ils se font avec la collaboration de nombreux entreprises et partenaires locaux, qui vont tenter de tirer leur petit bénéfice sur la misère des taulards. Architectes, boites du BTP, agences d’interim… sans compter ceux qui chercheront à placer leurs pions histoires de ramasser des futurs marchés de maintenance et de sous-traitance.

Parallèlement à l’augmentation du nombre de personnes incarcérées, les rangs de la matonnerie gonfleront également. Le rang de ceux prêts à fermer des portes et traiter leurs semblables comme des chiens pour remplir leur propre gamelle. Le rangs de ceux qui se plaignent sans arrêt mais qui derrière leur uniforme écrasent des vies.

Puisque cette situation nous révolte et nous débecte, saisissons toutes les occasions pour tenter de mettre quelques grains de sables dans leur projet funeste, manifester une opposition, mettre en avant la liberté et la solidarité, l’action directe et l’auto-organisation plutôt que la construction de prisons !

Reproduction de la lettre du maire :

Chers administrés

Jusqu’ici la vie était douce à Saint Bonnet les Oules. Nous étions entre nous dans la "petite Suisse" du Forez et pouvions vivre tranquillement avec notre école privée et notre foire des potiers annuelle.
Depuis plusieurs semaines notre quotidien a été gravement perturbé par l’annonce de l’implantation d’une prison dans notre charmant village.
Si nous avons pu dans un premier temps évoquer des problèmes comme la proximité avec le site Seveso, et le gaspillage de terres agricoles, nous sommes maintenant suffisamment nombreux et en force pour affirmer clairement le fond de notre pensée.

Nous sommes scandalisés à l’idée que nos enfants puissent prendre le même bus que des personnes qui viennent rendre visite à leur proche incarcéré. Les chiens ne font pas des chats, je ne vais quand même pas vous faire un dessin !

Les entendre qui tentent de communiquer avec les prisonniers par des parloirs sauvages nous causerait du désagrément ... On aimerait qu’ils souffrent en silence, mais non, ils font du bruit. Cela ne cadre pas du tout avec notre qualité de vie, notre environnement sonore relatif au circuit automobile et à l’aéroport.

Et le pire avec les prisonniers, c’est qu’un jour ou l’autre ils finissent par sortir, ou obtenir la semi-liberté. On pourrait imaginer qu’ils soient séduits par les charmes de notre village et décident de rester.

Par ailleurs, nous nous inquiétons qu’ils ne se laissent pas mourir en silence, parfois même ils se révoltent ! Franchement on se demande bien pourquoi. A Valence par exemple, en 1 mois il y a eu deux mutineries. Si ces personnes sont prêtes à prendre des dizaines d’années de prison en plus avec leurs rebellions c’est qu’elles n’y sont pas si mal que ça. D’autant plus que si elles sont enfermées, c’est qu’elles l’ont bien mérité.

Enfin nous, évidemment la prison ca ne nous arrivera jamais.
Dans notre village si paisible, tout le monde suit tout le temps la loi. Nous sommes du bon coté de la barrière, le monde tel qu’il est nous convient parfaitement. Nous n’avons jamais eu réellement faim, nous savons où dormir chaque soir, et notre petite vie nous suffit largement.
Ici, personne ne fait d’infraction routière, on déteste tous les étrangers donc on ne risque pas d’être incarcéré pour un délit de solidarité avec un sans papier... évidemment comme partout il y a des hommes qui violent et frappent leur compagne, mais on les aime bien, ou alors on fait comme si on ne voyait rien. Quand aux délinquants qui volent des voitures, on les remet à la police en espérant qu’ils fassent une bavure, ils ne sont plus à une près.

Il parait que des hurluberlus sont contre toutes les prisons, ils disent qu’ils n’en veulent ni ici ni ailleurs, et qu’il faut changer le monde qui a besoin des prisons. Et pourquoi pas vivre sans rapports de dominations, renverser le capitalisme et l’état tant qu’on y est ?

D’ailleurs ça me fait penser à une chose importante, il parait qu’on peut se faire de l’argent sur leur dos, aux prisonniers et à leurs proches. Apparemment la prison c’est très rentable et ça pourrait profiter aux commerces et entreprises locales. On sait bien à quel point l’argent peut ouvrir nos esprits...

Le combat continue

[1https://rebellyon.info/Lettres-de-C...
Egalement pas mal d’infos dans différents vieux numéros du journal L’envolée


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la même thématique...

Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

Pas d’émission Papillon ce jeudi 15 février

C’est exceptionnel, il n’y aura pas d’émission anti-carcéral ce jeudi sur Radio Dio et Radio Canut. On se retrouve le jeudi 22 février à 20h sur les ondes avec la Petite Cuillère.




Saint-Étienne et alentours Couac   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON

"Beaucoup de points d’interrogation" : récit d’un migrant à Saint-Étienne

Amédée est Angolais, a 21 ans, est en bac pro mécanique et vit en France depuis 4 et demi maintenant. Il nous raconte son histoire et les difficultés rencontrées au quotidien.




Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Stop aux barreaux, Stop aux bourreaux !

Rassemblement contre l’enfermement et le système carcéral
Samedi 25 novembre à 15 h place du Peuple




Saint-Étienne et alentours Papillon   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / REPRESSION - PRISON

Faites sortir l’accusé

Projection du film "Faites sortir l’accusé" suivi d’un débat sur le sens moral de l’enfermement avec le collectif Papillon et le journal l’Envolée.
Mardi 21 novembre 2017 de 16h à 20h30, à l’amphi Huvelin au 15 Quai Claude Bernard, Université Lyon 3




Saint-Étienne et alentours Couac   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON

Le paradis de l’enfer : récit d’un migrant à Saint-Étienne

Dominique a une trentaine d’années, il vient du Cameroun. Il est venu vers Couac pour partager son expérience, parler de la vie qu’il mène et faire connaître sa situation, son regard en tant qu’immigrant vivant à Saint-Étienne. Après une première rencontre, nous nous sommes revus plusieurs fois.




National   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / REPRESSION - PRISON

Gala de boxe et soirée "Soul Train" en soutien a Georges Ibrahim Abdallah

Le 21 octobre, nous vous invitons à un gala de boxe (boxe anglaise, pieds poings, MMA) regroupant des équipes de St-Étienne, Lyon, Marseille, Paris, Grenoble, Berlin, etc ... Suivie d’un Sound Système "Soul Train" (Dj Spyderman from St-Cham) et d’une Boum All Night Long.
Cette soirée sera en soutien a Georges Ibrahim Abdallah, militant communiste arabe, combattant pour la libération de la Palestine, détenu en France depuis près de 34 ans. L’argent collecté en soutien servira aux mandats pour cantiner afin d’améliorer son quotidien.

Mise à jour le 20/10 : Attention, cet événement est annulé suite à un arrêté préfectoral, plus d’infos bientôt sur https://rebellyon.info/.



Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / REPRESSION - PRISON

[Projection] "La Récidive en question" + discussion

Projection / Documentaire / Discussion lundi 30 octobre 2017 à 19h00 au Remue-méninges
Le film commence à la maison d’arrêt de Saint-Étienne La Talaudière.
À la "Talau" comme on le dit ici, surveillants et détenus s’accordent à dire que la récidive est si courante que l’image du détenu se confond avec celle du récidiviste.




Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Journée de soutien des anti-G20 de Hambourg

Face au capitalisme et à tous ses effets néfastes, des personnes se mobilisent. Du 6 au 9 juillet 2017 se tenait à Hambourg le sommet des vingt plus grandes puissances mondiales. En réponse à cela les organisations progressistes ont organisé un contre sommet et des manifestations au cours desquelles la police allemande - bras armé des États représentés au G20 - a fait preuve d’un déchaînement de violences à l’encontre des manifestant-e-s, des journalistes et même des avocat-e-s.




Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON

Lettre ouverte sur la situation des familles Rroms à Saint-Étienne

Je vous adresse cette lettre car la presse locale reste sourde à nos multiples messages concernant les familles Rroms à la rue. Les services municipaux du Centre communal d’action sociale refusent de façon quasi systématique d’accorder de les domicilier – clef qui leur ouvre quelques droits – et ceci en contradiction avec tous les textes réglementaires. Sans que le préfet qui a pourtant autorité en la matière ne lève le petit doigt.




National   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / REPRESSION - PRISON

Aurillac 2017 : Appel à témoignages

En août 2016, les participant.e.s du festival d’art de rue d’Aurillac ont pu constater une augmentation de la présence policière, absurdement justifiée par "l’état d’urgence". Pour entrer dans le centre-ville, il fallait subir des fouilles de sac voire au corps, et il était interdit d’avoir des objets en verre ou de l’alcool, alors même que des boissons alcoolisées étaient vendues partout dans l’enceinte du festival. Suite à ces mesures et à un certain nombre de provocations, une manif a éclaté, qui a conduit à plusieurs gardes à vue.
Plus récemment, l’édition 2017 a été le théâtre d’une surveillance policière moins agressive mais tout aussi pesante.




0 | 10 | 20 | 30 | 40

A la une...

ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Urgence : Expulsion en cours à Bure - Rassemblement à 18h devant la Pref  

Ce matin du 22 février 2018, des camions de gardes mobiles se sont parqués aux alentours du bois Lejuc occupé contre le projet d’enfouissement de déchets nucléaires près de Bure dans la Meuse.


GENRE - FEMINISME
De Mujeres libres à Femmes libres Plaidoyer pour une coordination de Femmes Libres au sein de la CNT  

Nos luttes ne nous renvoient pas dos à dos. Complémentaires, elles s’additionnent
En 1936, Mujeres Libres revendique de mettre fin au "triple esclavage des femmes : l’ignorance, le capital et les hommes". En juillet 1937, avec ses 20000 adhérentes, provenant majoritairement des secteurs populaires, Mujeres Libres défend l’émancipation des femmes et leur participation à la lutte révolutionnaire. L’organisation se réclame d’un "féminisme prolétarien" dans le but de se dissocier du féminisme libéral qui prône l’égalité des femmes sans contester les rapports de domination de classes. Leurs "camarades" n’étaient pas pour autant enclins à les reconnaître politiquement comme une organisation autonome au sein du mouvement libertaire.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Festival "un poil dans la soupe"  

Festival "un poil dans la soupe" proposé par les SAMPIANES du 08 au 11 mars 2018 à Sainté.
Au programme : Atelier d’autodéfense féministe et autogéré, Lecture collective, Soirée au poil, Restouf, Lab.Langue, Poing final...


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Expérience de la non-mixité : Conf. Gesticulée par Laure Clerjon  

Jeudi 22 Février 2018 à 20h30 : Conférence Gesticulée par Laure Clerjon : "Autrices, lutteuses et poétesses remontent en selle ! Ou comment l’expérience de la non-mixité nous transforme."


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Carnaval !  

Nous vous invitons, partout où vous êtes, à vous joindre au Grand Carnaval Inutile ‘Béton va Béton’ à Saint-Étienne le 24 février 2018.
Rendez-vous à 14h à la Chambre de Commerce et d’Industrie (57 cours Fauriel).


REPRESSION - PRISON
Réponse au mouvement de grève des matons et Communiqué de prisonniers de Fleury-Mérogis  

Le mouvement de grève des gardiens de prison suite à l’agression d’un des leurs par un prisonnier menacé d’extradition est largement médiatisé, mais les conséquences de leur mouvement sont systématiquement passées sous silence.


REPRESSION - PRISON
Depuis la prison de Fleury Mérogis, interview d’Antonin Bernanos  

Grèves et blocages des surveillants : comment les détenus s’organisent
paru dans lundimatin#131, le 29 janvier 2018


GENRE - FEMINISME
Front Santé Sexuelle de Medic’Action : appel à témoignages dans le cadre d’un mois contre la médecine misogyne  

Le 8 mars est peut-être l’occasion pour les boîtes de nuit de proposer une soirée « cocktail gratuit pour les filles » ou pour votre collègue Michel de faire la vaisselle à la place de sa femme, cela reste pour les militantes une date incontournable pour clamer haut et fort les revendications féministes. C’est dans cet objectif que le FSS de Médic’Action prend l’initiative de consacrer un mois au thème de la médecine misogyne.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
L’amour et la révolution  

Projection-débat en première nationale du film "L’amour et la révolution" avec le réalisateur Yannis Youlountas, le 25 février, 19h au Méliès St François, 8 rue de la Valse à St-Étienne.


REPRESSION - PRISON
[Loi Travail] Condamnation en appel pour Nina, Jules et Yvan  

Relaxé.e.s en première instance, la cour d’appel de Lyon a condamné mardi 16 janvier Nina, Jules et Yvan.
Entre les amendes, (1000 à 2000€ chacun.e), les indemnités pour le député Jean-Louis Gagnaire et le 13ème mois pour les flics, illes devront verser au total plus de 6000€. Jules est en plus condamné pour rébellion à "un agent dépositaire de l’autorité publique" et écope de quatre mois de prison avec sursis.


REPRESSION - PRISON
En 2017, 34 personnes ont été tuées par la police et la gendarmerie  

Le journal Bastamag a effectué le décompte des personnes tuées par des policiers ou des gendarmes en 2017. Et relève que "la moitié des personnes abattues l’ont été par des policiers en dehors de leur service". 18 personnes ont été abattues par arme à feu et 16 sont mortes suite à une intervention des policiers ou des gendarmes.


INFORMATIQUE - SECURITE
L’histoire de Riseup.net  

Il était une fois, un groupe de jeunes sans-emplois dans la vingtaine qui sortait tout droit d’une exténuante, mais exaltante semaine de manifestation contre l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Seattle. Une question rongeait leur esprit : quelle était la meilleure manière d’aider à construire un mouvement mondial pour la justice sociale ? Poussé-e-s par leurs idéaux d’hackers et de geeks, ils et elles arrivèrent avec un projet nommé riseup.net.