Numéro Zéro - Site collaboratif d'information et de luttes sur Saint Etienne et sa région
Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Rencontre avec des membres actifs de l’amicale du Crêt de Roch




Cette rencontre a été publiée dans le journal du carnaval de l’Inutile du 30 mars 2019.
Entretien avec deux membres actifs de l’Amicale Laïque du Crêt de Roch ainsi que du collectif Les cris du quartier, une fin d’après-midi de janvier, sur les hauteurs du quartier.


Est-ce que vous pouvez commencer par nous raconter un peu votre histoire ? Je crois que dans le quartier du Crêt de Roch, ça commence pour vous par un collectif qui s’appelle Les cris du quartier ?

G : Ça a commencé il y a quand même quatre ans maintenant. On en avait discuté avec les gens de la JC [1] à la base, de monter un événement sur un quartier, et de renouer en même temps avec une fête populaire tout en ayant une vocation politique, en cherchant à se réapproprier l’espace public en gros. Bon, c’est des termes très utilisés aujourd’hui « espace public », mais c’était le but quand même, participer à tisser du lien dans un quartier avec une histoire politique.
C : On faisait des événements très étiquetés JC, donc c’était une manière de se lancer sur autre chose. Y’en a un qui a proposé le 14 juillet, qui a quand même la tronche d’une fête très patriote ; on s’est dit qu’on pourrait se réapproprier cette date-là et en faire un truc très différent, un bal populaire qui ne serait pas réservé aux supers citoyens patriotes.

Vous habitiez au Crêt de Roch pour avoir cette idée et organiser tout ça ?

G : Ben c’est toujours un quartier qu’on a squatté, moi j’ai grandi au Crêt de Roch. Y’a pas mal de copains/copines dont les parents habitent au Crêt. Et puis assez logique pour nous, avec plein d’attaches et proche du centre-ville, pas trop gentrifié, et encore hyper mixte dans sa population.
C : La première fête, on voulait toucher large. On faisait plein de réunions, c’était ouf, on avait plein d’idées. Mais on avait pas de thune du tout, donc on a organisé une première soirée à l’amicale de Tardy, on connaissait bien des gens là bas. Plein de gens sont venus, ça nous a grave motivé, et on s’est lancés dans le 14 juillet. On a monté une asso qui s’appelait – tiens-toi bien – En marche, [de grands rires] on trouvait ça hyper cool, en rapport avec les escaliers, on a longtemps signé des chèques En marche, on a même réfléchi à porter plainte, mais c’était galère…
G : Et c’est là aussi qu’on rencontre l’Amicale Laïque, on cherchait à rencontrer des structures qui accueillent du public et qui font des trucs avec les gens du quartier. Et on a été bien accueillis, surtout par Raymond qui y est investi depuis très longtemps. On s’est grave bien entendus, ils nous ont mis des locaux à disposition, nous ont aidés sur plein de trucs : en nous prêtant du matériel, en en parlant à tous les parents d’élèves, aux gens du quartier. Il y a eu beaucoup de monde la première année, ça commencé dans les escaliers et ça s’est déplacé dans le square pour la soirée.

Comment ça s’est passé avec les gens du quartier, vous avez rencontré du monde ?

C : Ben ça prend forcément vachement de temps... La première année, on avait prévu des trucs, des temps pour faire des gâteaux avec les enfants, etc. Les gens sont pas trop venus, mais en fait c’est normal, on déboulait un peu de nulle part. Depuis deux-trois ans les gens viennent un peu plus, en tout cas sur ces événements-là. Mais c’est compliqué, au début les gens passaient voir, les jeunes étaient par là mais un peu éloignés de la fête, et ça nous a posé pas mal de questions. On voulait pas que les gens (qu’on imagine être « ceux du quartier ») deviennent pour nous comme une caution morale à l’aspect populaire de notre truc. En fait, c’est populaire d’abord parce que ça coûte que dalle ! La bouffe est pas chère, y’a des artistes qui font des trucs très différents, et progressivement les gens sont venus, des parents de jeunes de l’Amicale. Et nous, on a tous fini par s’installer dans le quartier, donc on croise les gens, et maintenant ils nous rejoignent d’abord parce qu’on est leurs voisins, non plus comme des gens qui organisent des événements culturels ou j’sais pas quoi.

Et c’est à partir de ce moment là que vous vous êtes investis dans l’Amicale laïque du quartier ?

G : Au fil des échanges, on s’est rendu compte que ce lieu là avait un potentiel de dingue, avec une diversité d’activités assez ouf, un secteur enfance avec énormément de jeunes et très jeunes du quartier. Mais aussi de la dentelle, de la peinture, de la boxe, de la danse... Raymond faisait presque tout, à coup de plus de 40 heures par semaine, de l’administratif au ménage… Quand il a vu notre énergie, et puis la dimension politique de notre démarche, dans la manière de faire les choses, la continuité entre nos engagements politiques et la vie un peu quotidienne, le fait de faire les choses ensemble, avec d’autres, ça lui a plu. Et pour moi c’est aussi lié au fait que le quartier du Crêt de Roch est en pleine mutation, que les gens investissent dans l’immobilier, un type comme Raymond ça fait longtemps qu’il voit ces dynamiques là arriver, il dit toujours que la mairie veut en faire un « petit Montmartre ». Et je pense qu’il était content de voir des gens comme nous arriver, qui ont envie de s’intéresser à la vie du quartier comme elle est, et d’y participer sans chercher à la réhabiliter ou à la nettoyer, la lisser.
C : À Sainté y’a une amicale laïque par quartier, mais c’est une des rares villes où y’a ça – je crois qu’il y a aussi quelques villes dans le Nord, des anciennes villes minières – et on a un peu pigé leur histoire. L’histoire de l’Amicale du Crêt pendant la résistance, avec les militants communistes... Après, le problème auquel on fait face et qu’on découvre, c’est que d’un côté c’est trop bien qu’un lieu comme ça fasse autant de choses avec aussi peu de moyens, avec des gens motivés et des bénévoles qui ont envie de s’en emparer ; mais d’un autre côté, notre engagement à nous dans ce lieu, est-ce que ça participe pas à des mutations ? Est-ce que, bien gratuitement en plus, on participe pas à gentrifier le quartier, à lui donner une touche un peu cool ? C’est sûr que la mairie doit nous voir comme les bons petits « blancs », « bien éduqués » qui font le taff et font des choses dans un quartier comme ça. Ils nous savent politisés, ils nous connaissent, et ils attendent qu’avec les années on aille dans leur sens. Donc c’est un peu à ce genre de questions qu’on a à réfléchir depuis.

Comment vous percevez la politique de la municipalité concernant vos activités ?

G : Sur les amicales laïques en général, la stratégie globalement c’est qu’on fournisse le plus d’activités possibles avec des budgets assez bas, et surtout ils foutent la pression aux amicales qui n’ont pas autant d’activités, qui font pas autant de trucs que d’autres ; en leur disant « si cette amicale arrive à faire ça – et même si c’est énormément de bénévolat derrière, ou des heures supplémentaires aussi – vous aussi vous devez y arriver ». Sinon ces amicales sont menacées de perdre des subventions. Il y a des formes de chantage de la part de la mairie, qui par ailleurs est vraiment contente de mettre en avant ces lieux là. Un bon exemple, c’est en lien avec la biennale du design. On a beaucoup été sollicités sur la question du Tiers-lieu, à l’image du Mixeur qui est à côté de la Cité du design, et qui est LE Tiers-lieu par excellence à la sauce design. Ils nous proposent d’être labellisé Tiers-lieu, comme ça, bien gentiment, pour reconnaître ce qu’on fait déjà. Mais nous on s’en fout totalement d’être un Tiers-lieu, on fait ce qu’on fait. Une amicale, ça veut dire quelque chose, ça a une histoire. Et puis bien sûr, y’a une contrepartie : il faut qu’on soit prêts à accueillir des expos, des stands pendant la biennale. C’est une façon un peu facile pour eux de dire « ben voyez comment le design vient dans les quartiers populaires, comme il rayonne sur la ville ! ». Alors c’est sûr qu’ils veulent nous filer une enveloppe pour ça, mais c’est les logiques qui y’a derrière et les contreparties implicites auxquelles on essaye d’être attentifs. Si on accepte, on est pas à l’abri que dans un an on nous demande d’intégrer un cadre d’Orange (ou j’sais pas quel partenaire) dans le CA, en nous disant, « ben si, il vous a filé de l’argent ! ». Dans le conseil d’administration il y a des gens pour et des gens contre. Pour cette année ça ne se fera pas, on n’a plus de nouvelles, c’est trop tard.
C : Franchement, là y veulent bien nous donner un peu d’argent pour accueillir quelques touristes pendant la biennale, mais dans deux mois si on demande une sub’ pour faire venir des clowns ou une fanfare, y vont nous rire au nez, c’est sûr. Donc, on se méfie. C’est pas les mêmes projets de ville qui se jouent, entre eux et nous. On voit bien que l’ambition de Gilles Artigues, de Perdriau, c’est que leur ville rayonne à côté de Lyon, qu’elle monte un peu en standing.

Comment vous définiriez votre manière de faire, d’agir dans un quartier qui change ?

G : Ben nous on y vit sur le quartier, donc ça change pas mal de choses. Par contraste, tu vois l’EPASE a pas mal investi dans la rue Neyron (ça a commencé par envoyer la police pour nettoyer un peu), il travaille avec « Au pied des marches », « Rues du Développement Durable » qui sont aussi au Crêt. Donc on travaille ensemble sur différents projets, notamment un Brico’bus en ce moment – un bus avec du matos de bricolage mis à disposition pour les assos et habitants du quartier – initié par RDD. Tu vois, l’idée est cool, mais ça répond à aucun besoin, c’est d’abord une personne qui savait comment trouver le financement, ça part pas vraiment d’une problématique… On a retapé « La Cale » pour en faire un petit café de l’amicale, où tu peux rentrer passer un moment. Si la mairie l’avait fait, ça aurait ouvert du jour au lendemain, tout neuf. Je pense pas que les gens auraient pigé ; là, pas mal de liens qu’on a avec des jeunes ou autres, c’est qu’on a passé tout un temps à bricoler, à tout faire nous mêmes, que les gens sont passés nous donner des coups de main, et c’est là que ça se joue.

Le Bal Populaire du Crêt de Roch a lieu le 14 juillet à partir de 16h, place Paul Painlevé : jeux, spectacles, concerts, projections, etc.

[1Jeunesse communiste


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES "

Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Petit Resto végan en soutien aux mouvements climat

Venez retrouver les antennes stéphanoises des Jeunes pour le climat (YFC) et Extinction Rébellion autour d’un repas le temps de midi pour se rencontrer et échanger, samedi 19 octobre à La Gueule Noire à partir de midi.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

[Mézères, 43] Projection du documentaire Pied de biche

Le collectif Pied-de-Biche Marque-Page vous invite à la projection du film « Pied de biche », un documentaire sur les squatteurs.ses des Tanneries et du Quartier Libre des Lentillères (Dijon). Le dimanche 27 octobre à Mézères (43) à 15h30.


Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Don d’appareils électriques et électroménagers

L’association l’ateliéphèmère vous propose un certain nombre d’appareils non testés et à prix libre.


Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Diophonie #8 le mardi 1er octobre à prix libre !

Le label que l’on nomme Vox Project propose, avec le complot de Radio Dio et le Pied de Biche, l’exceptionnel concert du groupe SEINE, venu de Croatie !


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Soirée projections du film « Pied de biche » et autre

Soirée projection au pied de biche autour de la vie en squat et du quartier libre des Lentillères à Dijon, en présence du réalisateur. Le samedi 21 septembre à partir de 20h30.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

La Rentrée Solidaire 2019

Pour se donner la pêche de militer à la rentrée, nous vous avons fait une petite sélection d’évènements militants pour cette rentrée 2019. On y trouve des soirées conférences, du théâtre, une manif, et des rassemblements. Venez motivé’es !


Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Forum des collectifs locaux œuvrant pour l’émancipation, la solidarité et la contre-culture

Le vendredi 13 à partir de 17h30 sur la Place Grenette, venez rencontrer des collectifs locaux qui œuvrent pour l’émancipation, la solidarité et la contre-culture.


Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Projection du film « Atelier de conversation »

- Vendredi 13 septembre 2019, 18h médiathèque de Tarentaize
Projection du film « Atelier de conversation » de Bernhard BRAUNSTEIN, Autriche, 2018, 72 min


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Soirée Quizzz Musical en soutien à la Gueule Noire

Soirée de soutien au centre social autogéré La Gueule Noire, vendredi 27 septembre à partir de 19h.


Saint-Étienne et alentours   MEMOIRE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Récit de l’histoire des centres sociaux et des politiques culturelles

Une après-midi de février, dans un bar du quartier Tarentaize-Beaubrun, entretien fleuve avec Alawa Bakha, sur l’histoire des centres sociaux et les politiques culturelles et sociales à Saint-Étienne. En voici des extraits, parus dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019.


A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
Gilets Jaunes - Acte 50 : Appel à manifestation nationale à Saint-Étienne  

Depuis plusieurs semaines, l’appel circule sur les différentes plate-forme GJ de la Loire et d’ailleurs. Pour cet acte 50, les GJ de Saint-Étienne appellent à converger sur la ville aux sept collines pour un retour aux sources ! On reprend les bonnes habitudes : rendez-vous samedi 26 octobre à 13h au rond-point de Monthieu et à 14h place du Peuple. Tou.te.s ensemble ! On lâche rien !


MEMOIRE
Le massacre du 17 octobre 1961 à Paris : « Ici on noie les Algériens ! »  

Ce jour-là, des dizaines d’Algériens ont été noyés dans la Seine ou massacrés par la police française à Paris. C’est un devoir de justice de ne pas l’oublier.
Le 17 octobre 1961 alors que la guerre d’Algérie touche à sa fin, le FLN appelle à une manifestation pacifique dans les rues de Paris pour dénoncer le couvre-feu raciste imposé quelques jours plus tôt aux Algériens et par extension à tous les Maghrébins. Cette manifestation rassemble environ 30 000 personnes.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Rassemblement pour les personnes sans logement  

Depuis avril 2019, des personnes se battent à Saint-Étienne pour le simple droit à un logement digne. Depuis avril 2019, les pouvoirs publics à qui devrait incomber cette tâche restent - à une exception près - sans réaction, dans l’indifférence voire dans le mépris total. Depuis avril 2019, un collectif de lutte s’est créé pour tenter de faire face à cette urgence. Le collectif des habitants de la bourse appelle les Stéphanois.es à un rassemblement de solidarité, samedi 19 octobre à 14h, place du Peuple à Saint-Étienne.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Détruire le capital : un combat vital  

L’heure n’est pas à une écologie de comptoir où on culpabiliserait ceux qui ne font pas le tri, l’heure est à une écologie radicale. On ne peut pas continuer dans un monde capitaliste, il faut s’attaquer aux racines du problème et arrêter de se contenter des guirlandes aux arbres. Continuer avec la surproduction, l’exploitation animale, à vivre dans la société du pétrole, c’est ne pas s’attaquer à la base du problème.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Taclons Puma - 2e round  

Journée d’Action Internationale contre le sponsoring de Puma organisée par le collectif stéphanois de soutien au peuple Palestinien‎.
BDS42 reprend du service mercredi prochain. Ce 16 octobre à partir de 16h30, place du peuple, nous organisons un rassemblement pour la seconde action internationale contre Puma et dans le but de dénoncer leur sponsoring de la fédération israélienne de football.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Appel à témoin suite à l’agression policière raciste du 28 septembre  

Appel à témoins concernant l’agression policière raciste ayant eu lieu rue Rouget de Lisle dans la nuit du 28 septembre.
Comme le racontait un texte publié il y a peu sur Numéro zéro, deux personnes noires ont été agressées par des policiers stéphanois dans la nuit du 28 au 29 septembre. Les forces de l’ordre les ont violemment frappées, humiliées, et ont eu à leur égard des propos et comportements extrêmement racistes et choquants.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Déclaration de la Commune Internationaliste du Rojava  

Alors que Donald Trump a annoncé le retrait rapide des soldats présents dans la région, le président de la Turquie Erdogan en a profité pour menacer d’une opération militaire. Opération lancée hier ; quatre villes subissent des bombardements aériens de l’armée turque. Le but pour Erdogan : éradiquer les forces kurdes et leurs alliéEs en place dans la région du Rojava et éradiquer toute velléité d’émancipation des peuples. Le peuple kurde du Rojava lance un appel à la mobilisation.


ANTIFASCISME
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos  

Antonin Bernanos est un militant antifasciste autonome. Incarcéré durant près de deux ans suite à l’affaire de la voiture de police brûlée Quai de Valmy en 2016, il est de nouveau en détention – provisoire – depuis six mois suite à la plainte d’un hooligan d’extrême-droite dont le groupe a été mis en déroute lors d’une confrontation de rue avec des antifascistes. Dans cette lettre, Antonin revient sur l’infiltration des groupes d’extrême-droite durant la phase initiale du soulèvement, et sur la manière dont celle-ci s’articule étroitement avec la stratégie répressive de l’État – qu’il s’agisse de répression policière ou de propagande médiatique.


REPRESSION - PRISON
[Courrier Parloir Hélicoptère] Partage d’experiences et d’outils sur le soutien aux personnes incarcérées  

Lancement de la plateforme Courrier Parloir Hélicoptère pour référencer et partager des expériences et des outils de soutien aux personnes incarcérées.
Nous sommes un petit groupe de personnes qui avons et avons eu des proches incarcéré-es et on a rencontré des difficultés à communiquer avec elleux – ce qui nous a amenés à nous poser des questions sur les outils à mettre en place pour lutter contre l’isolement des personnes incarcérées.


GENRE - FEMINISME
[CNT Femmes Libres Sainté] Présentation et Brochure d’octobre 2019  

« CNT Femmes Libres » est un outil non-mixte de lutte contre les violences patriarcales sur les lieux de travail, dans les pratiques syndicales, dans l’espace privé ou public.


REPRESSION - PRISON
IanB, membre de Désarmons-les ! revient sur son arrestation à Montpellier le 28 septembre 2019  

Samedi 28 septembre, aux alentours de 16h, lors de l’acte 46 des gilets jaunes, IanB, membre du collectif Désarmons-les !, s’est fait violemment interpeller. On nous relate plusieurs faits de violences au même endroit : des coups de matraque qui visaient une observatrice LDH et des personnes qui, dans le passé, ont déjà été mutilées ou blessées par la Police. On nous relate un contexte très violent, anxiogène et paniquant. Dans cette lettre IanB revient sur son interpellation et sur le sentiment d’injustice et de colère qui l’a envahi à sa sortie de garde à vue et sur cette brutalité d’État qui se banalise.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Agression raciste de la part de la police stéphanoise  

Un habitant de la ville a envoyé son témoignage dans lequel il dénonce une agression raciste de la part de la police stéphanoise. Ces faits se sont produits ce week-end et il est primordial de les faire connaître. En effet, ce genre d’agressions de la part des forces de l’ordre n’est pas rare et il faut les dénoncer par tous les moyens !