Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Rencontre avec des membres actifs de l’amicale du Crêt de Roch




Cette rencontre a été publiée dans le journal du carnaval de l’Inutile du 30 mars 2019.
Entretien avec deux membres actifs de l’Amicale Laïque du Crêt de Roch ainsi que du collectif Les cris du quartier, une fin d’après-midi de janvier, sur les hauteurs du quartier.


Est-ce que vous pouvez commencer par nous raconter un peu votre histoire ? Je crois que dans le quartier du Crêt de Roch, ça commence pour vous par un collectif qui s’appelle Les cris du quartier ?

G : Ça a commencé il y a quand même quatre ans maintenant. On en avait discuté avec les gens de la JC [1] à la base, de monter un événement sur un quartier, et de renouer en même temps avec une fête populaire tout en ayant une vocation politique, en cherchant à se réapproprier l’espace public en gros. Bon, c’est des termes très utilisés aujourd’hui « espace public », mais c’était le but quand même, participer à tisser du lien dans un quartier avec une histoire politique.
C : On faisait des événements très étiquetés JC, donc c’était une manière de se lancer sur autre chose. Y’en a un qui a proposé le 14 juillet, qui a quand même la tronche d’une fête très patriote ; on s’est dit qu’on pourrait se réapproprier cette date-là et en faire un truc très différent, un bal populaire qui ne serait pas réservé aux supers citoyens patriotes.

Vous habitiez au Crêt de Roch pour avoir cette idée et organiser tout ça ?

G : Ben c’est toujours un quartier qu’on a squatté, moi j’ai grandi au Crêt de Roch. Y’a pas mal de copains/copines dont les parents habitent au Crêt. Et puis assez logique pour nous, avec plein d’attaches et proche du centre-ville, pas trop gentrifié, et encore hyper mixte dans sa population.
C : La première fête, on voulait toucher large. On faisait plein de réunions, c’était ouf, on avait plein d’idées. Mais on avait pas de thune du tout, donc on a organisé une première soirée à l’amicale de Tardy, on connaissait bien des gens là bas. Plein de gens sont venus, ça nous a grave motivé, et on s’est lancés dans le 14 juillet. On a monté une asso qui s’appelait – tiens-toi bien – En marche, [de grands rires] on trouvait ça hyper cool, en rapport avec les escaliers, on a longtemps signé des chèques En marche, on a même réfléchi à porter plainte, mais c’était galère…
G : Et c’est là aussi qu’on rencontre l’Amicale Laïque, on cherchait à rencontrer des structures qui accueillent du public et qui font des trucs avec les gens du quartier. Et on a été bien accueillis, surtout par Raymond qui y est investi depuis très longtemps. On s’est grave bien entendus, ils nous ont mis des locaux à disposition, nous ont aidés sur plein de trucs : en nous prêtant du matériel, en en parlant à tous les parents d’élèves, aux gens du quartier. Il y a eu beaucoup de monde la première année, ça commencé dans les escaliers et ça s’est déplacé dans le square pour la soirée.

Comment ça s’est passé avec les gens du quartier, vous avez rencontré du monde ?

C : Ben ça prend forcément vachement de temps... La première année, on avait prévu des trucs, des temps pour faire des gâteaux avec les enfants, etc. Les gens sont pas trop venus, mais en fait c’est normal, on déboulait un peu de nulle part. Depuis deux-trois ans les gens viennent un peu plus, en tout cas sur ces événements-là. Mais c’est compliqué, au début les gens passaient voir, les jeunes étaient par là mais un peu éloignés de la fête, et ça nous a posé pas mal de questions. On voulait pas que les gens (qu’on imagine être « ceux du quartier ») deviennent pour nous comme une caution morale à l’aspect populaire de notre truc. En fait, c’est populaire d’abord parce que ça coûte que dalle ! La bouffe est pas chère, y’a des artistes qui font des trucs très différents, et progressivement les gens sont venus, des parents de jeunes de l’Amicale. Et nous, on a tous fini par s’installer dans le quartier, donc on croise les gens, et maintenant ils nous rejoignent d’abord parce qu’on est leurs voisins, non plus comme des gens qui organisent des événements culturels ou j’sais pas quoi.

Et c’est à partir de ce moment là que vous vous êtes investis dans l’Amicale laïque du quartier ?

G : Au fil des échanges, on s’est rendu compte que ce lieu là avait un potentiel de dingue, avec une diversité d’activités assez ouf, un secteur enfance avec énormément de jeunes et très jeunes du quartier. Mais aussi de la dentelle, de la peinture, de la boxe, de la danse... Raymond faisait presque tout, à coup de plus de 40 heures par semaine, de l’administratif au ménage… Quand il a vu notre énergie, et puis la dimension politique de notre démarche, dans la manière de faire les choses, la continuité entre nos engagements politiques et la vie un peu quotidienne, le fait de faire les choses ensemble, avec d’autres, ça lui a plu. Et pour moi c’est aussi lié au fait que le quartier du Crêt de Roch est en pleine mutation, que les gens investissent dans l’immobilier, un type comme Raymond ça fait longtemps qu’il voit ces dynamiques là arriver, il dit toujours que la mairie veut en faire un « petit Montmartre ». Et je pense qu’il était content de voir des gens comme nous arriver, qui ont envie de s’intéresser à la vie du quartier comme elle est, et d’y participer sans chercher à la réhabiliter ou à la nettoyer, la lisser.
C : À Sainté y’a une amicale laïque par quartier, mais c’est une des rares villes où y’a ça – je crois qu’il y a aussi quelques villes dans le Nord, des anciennes villes minières – et on a un peu pigé leur histoire. L’histoire de l’Amicale du Crêt pendant la résistance, avec les militants communistes... Après, le problème auquel on fait face et qu’on découvre, c’est que d’un côté c’est trop bien qu’un lieu comme ça fasse autant de choses avec aussi peu de moyens, avec des gens motivés et des bénévoles qui ont envie de s’en emparer ; mais d’un autre côté, notre engagement à nous dans ce lieu, est-ce que ça participe pas à des mutations ? Est-ce que, bien gratuitement en plus, on participe pas à gentrifier le quartier, à lui donner une touche un peu cool ? C’est sûr que la mairie doit nous voir comme les bons petits « blancs », « bien éduqués » qui font le taff et font des choses dans un quartier comme ça. Ils nous savent politisés, ils nous connaissent, et ils attendent qu’avec les années on aille dans leur sens. Donc c’est un peu à ce genre de questions qu’on a à réfléchir depuis.

Comment vous percevez la politique de la municipalité concernant vos activités ?

G : Sur les amicales laïques en général, la stratégie globalement c’est qu’on fournisse le plus d’activités possibles avec des budgets assez bas, et surtout ils foutent la pression aux amicales qui n’ont pas autant d’activités, qui font pas autant de trucs que d’autres ; en leur disant « si cette amicale arrive à faire ça – et même si c’est énormément de bénévolat derrière, ou des heures supplémentaires aussi – vous aussi vous devez y arriver ». Sinon ces amicales sont menacées de perdre des subventions. Il y a des formes de chantage de la part de la mairie, qui par ailleurs est vraiment contente de mettre en avant ces lieux là. Un bon exemple, c’est en lien avec la biennale du design. On a beaucoup été sollicités sur la question du Tiers-lieu, à l’image du Mixeur qui est à côté de la Cité du design, et qui est LE Tiers-lieu par excellence à la sauce design. Ils nous proposent d’être labellisé Tiers-lieu, comme ça, bien gentiment, pour reconnaître ce qu’on fait déjà. Mais nous on s’en fout totalement d’être un Tiers-lieu, on fait ce qu’on fait. Une amicale, ça veut dire quelque chose, ça a une histoire. Et puis bien sûr, y’a une contrepartie : il faut qu’on soit prêts à accueillir des expos, des stands pendant la biennale. C’est une façon un peu facile pour eux de dire « ben voyez comment le design vient dans les quartiers populaires, comme il rayonne sur la ville ! ». Alors c’est sûr qu’ils veulent nous filer une enveloppe pour ça, mais c’est les logiques qui y’a derrière et les contreparties implicites auxquelles on essaye d’être attentifs. Si on accepte, on est pas à l’abri que dans un an on nous demande d’intégrer un cadre d’Orange (ou j’sais pas quel partenaire) dans le CA, en nous disant, « ben si, il vous a filé de l’argent ! ». Dans le conseil d’administration il y a des gens pour et des gens contre. Pour cette année ça ne se fera pas, on n’a plus de nouvelles, c’est trop tard.
C : Franchement, là y veulent bien nous donner un peu d’argent pour accueillir quelques touristes pendant la biennale, mais dans deux mois si on demande une sub’ pour faire venir des clowns ou une fanfare, y vont nous rire au nez, c’est sûr. Donc, on se méfie. C’est pas les mêmes projets de ville qui se jouent, entre eux et nous. On voit bien que l’ambition de Gilles Artigues, de Perdriau, c’est que leur ville rayonne à côté de Lyon, qu’elle monte un peu en standing.

Comment vous définiriez votre manière de faire, d’agir dans un quartier qui change ?

G : Ben nous on y vit sur le quartier, donc ça change pas mal de choses. Par contraste, tu vois l’EPASE a pas mal investi dans la rue Neyron (ça a commencé par envoyer la police pour nettoyer un peu), il travaille avec « Au pied des marches », « Rues du Développement Durable » qui sont aussi au Crêt. Donc on travaille ensemble sur différents projets, notamment un Brico’bus en ce moment – un bus avec du matos de bricolage mis à disposition pour les assos et habitants du quartier – initié par RDD. Tu vois, l’idée est cool, mais ça répond à aucun besoin, c’est d’abord une personne qui savait comment trouver le financement, ça part pas vraiment d’une problématique… On a retapé « La Cale » pour en faire un petit café de l’amicale, où tu peux rentrer passer un moment. Si la mairie l’avait fait, ça aurait ouvert du jour au lendemain, tout neuf. Je pense pas que les gens auraient pigé ; là, pas mal de liens qu’on a avec des jeunes ou autres, c’est qu’on a passé tout un temps à bricoler, à tout faire nous mêmes, que les gens sont passés nous donner des coups de main, et c’est là que ça se joue.

Le Bal Populaire du Crêt de Roch a lieu le 14 juillet à partir de 16h, place Paul Painlevé : jeux, spectacles, concerts, projections, etc.

[1Jeunesse communiste


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES "

Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Doc à la Cale #1 : Mille soleils de Mati Diop

Lancement d’un cycle de projections de documentaires de création à La Cale (Amicale du Crêt-de-Roc). Premier volet le mercredi 15 janvier à partir de 20h.


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Zone de gratuité de noël pour les enfants

Pour que les parents qui galèrent puissent aussi offrir des cadeaux à leurs enfants dans cette période de consommation à l’extrême, une zone de gratuité de noël aura lieu samedi 21 décembre à partir de 15h à l’amicale Tardy.


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Soirée festive d’autofinancement pour la création d’un lieu autogéré

Le samedi 14 décembre de 17h à 3h, on vous invite à une soirée spectacle, concerts et Djset pour financer notre projet de création de lieu autogéré à Annonay (07)


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

SOIRÉE (F)RAP - Soirée de soutien à un festival féministe au Maghreb

C’est samedi 23 novembre que ça se passe ! Un concert avec pour notre plus incroyable bonheur et pour que de la chaleur irradie dans nos oreilles que votre présence exceptionnellement brillante soit au firmament de votre destinée totale.
Une soirée de soutien à un festival féministe au Maghreb avec une scène sans mec cis.


Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Rencontre avec le collectif Rosa Bonheur

Le Collectif Rosa Bonheur, le Centre social du Babet, la Librairie Lune et l’Autre et le master Altervilles (DEPT-UJM) vous convient à une rencontre autour de la parution du livre « La ville vue d’en bas : Travail et production de l’espace populaire » (éditions Amsterdam) jeudi 21 novembre à 18h30 au Club Babet, 6 rue Jeanne Jugan 42000 Saint-Étienne.


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

FEMINIST FIGHT CLUB #3 - Soirée de soutien à un festival féministe au Maghreb

Le plus grand Feminist Fight Club en autogestion collaborative et cooptation collective du monde aura lieu le 16 NOVEMBRE à 19h !!!! On oublie pas que ce sera une soirée de soutien à un festival féministe au Maghreb, alors quand tu viendras à la soirée, prends tout le monde avec toi !


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Permanences du Bilboquet

Les permanences du Bilboquet c’est tous les samedis de 17h à 19h // Au 17 rue de la Mulatière. Infokiosque / Distro / Fanzinothèque / Ateliers / Expos.


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Concert de soutien pour le local autogéré le 17

Concert de soutien pour le local autogéré le 17. Le vendredi 22 novembre à la Gueule noire.


Saint-Étienne et alentours R.A.P. Sainté   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Petit Resto végan en soutien aux mouvements climat

Venez retrouver les antennes stéphanoises des Jeunes pour le climat (YFC) et Extinction Rébellion autour d’un repas le temps de midi pour se rencontrer et échanger, samedi 19 octobre à La Gueule Noire à partir de midi.


A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
Perturbons (aussi) les voeux de la République en marche  

Ce vendredi 24 janvier à 18h30 à Saint Just Saint Rambert, En Marche fait ses vœux. Les 4 parlementaires ainsi que David Cofer, le référent de la Loire, seront présents. À Bordeaux, Toulouse et même au fin fond de la Sarthe, la République en marche ne peut plus se pavaner sans se faire conspuer. À Paris, Macron en personne est obligé de se faire exfiltrer d’un théâtre en catimini avec sa garde prétorienne... Et dans la Loire ??


MOBILISATIONS - LUTTES
Marre de se faire rouler dans la farine ! Cortège vénèr et pâtissier vendredi 24 janvier !  

Ce mouvement contre les retraites ne semble pas vouloir s’arrêter, augmentons le rapport de force et prenons vendredi la tête de la manif avec un cortège vénèr et pâtissier : ramène ta farine !


DROITS SOCIAUX - SANTE
Perturbons l’inauguration du local de campagne En Marche Saint-Étienne  

Ce jeudi 23 janvier à 18h30 aura lieu au 29 avenue de la Libération l’inauguration du local de campagne En Marche Saint-Étienne, ceci est un appel à perturber joyeusement ces festivités. 47 jours que la grève continue, et depuis le 1er janvier de nombreuses cérémonies de voeux et autres mondanités ont été perturbées par des manifestant.e.s un peu partout en France. À notre tour de faire savoir à En Marche Saint-Étienne que l’ouverture de ses locaux n’est qu’une provocation de plus.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Épreuves de contrôle continu : ça bouge au lycée Honoré d’Urfé  

Lundi matin les premières épreuves de contrôle continu (E3C) devaient avoir lieu pour les lycéen.ne.s en classe de première. Les professeur.e.s ont décidé de les boycotter comme à Honoré d’Urfé. Entretien avec Estelle Tomasini du syndicat majoritaire SNES FSU.


MOBILISATIONS - LUTTES
Contre la réforme des retraites : agenda des actions et suivi de la semaine du 20 au 26 janvier  

Actions, manifestation et rassemblement, retraite au flambeau et pique-nique... La mobilisation continue !


TRAVAIL - PRÉCARITÉ
Programme des 6es Rencontres d’histoire ouvrière de Saint-Étienne : « Cent ans de communisme en France et dans la Loire »  

Dans le cadre du centenaire du Congrès de Tours, 6es Rencontres d’histoire ouvrière de Saint-Étienne organisée par le GREMMOS les 23 et 24 janvier 2020 aux archives départementales de la Loire.


MOBILISATIONS - LUTTES
La jeunesse stéphanoise violemment réprimée  

Cela fait quelques jours, qu’à St-Étienne, les forces de l’ordre répriment dans la violence toute tentative de grève des jeunes lycéens. Le préfet aurait-il peur des jeunes, pour les empêcher, à n’importe quel prix, de rejoindre le mouvement ?


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (2)  

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés, quatre Stéphanois sont jugés pour avoir diffusé des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Deuxième partie d’un texte en trois épisodes : Enquête et arrestations, automne 1882.


REPRESSION - PRISON
Les stades de foot, laboratoire où s’expérimentent les techniques de répression  

Il y a quelques jours, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel a rendu son verdict : deux matchs à huis clos (dont un avec sursis) pour les quelques centaines de fumis et le feu d’artifice en tribune lors du match contre le PSG. Pour lutter contre les « Ultras », l’État s’est doté depuis plusieurs années d’outils de répression fort sophistiqués. À Saint-Étienne, quelques irréductibles résistent encore et toujours au progrès et à la modernité, au nom de concepts éculés comme la liberté et les valeurs populaires du football. Discussion avec l’un des membres des Green Angels, un des principaux groupes de supporters stéphanois.


ANTIFASCISME
A Saint-Étienne, l’extrême-droite compte s’installer ‘pépouze’ en face de la Bourse du Travail !  

Sophie Robert, la bourgeoise cheffe départementale du Rassemblement national, accompagnée d’une dizaine de militants environ, a été surprise ces derniers jours dans un local du quartier Albert Thomas en train de passer la serpillière.


MOBILISATIONS - LUTTES
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (1)  

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés quatre stéphanois sont jugés pour avoir diffuser des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Première partie d’un texte en trois épisodes : 1.Grèves, révoltes ouvrières, effervescences libertaires et répression autour de Lyon et Saint-Étienne en 1882.


MOBILISATIONS - LUTTES
Blocus au lycée Honoré d’Urfé : charges, gazage et une arrestation  

Depuis le 5 décembre, une série de blocages est initiée par les lycéen·ne·s stéphanois·e·s dans leurs établissements. Après deux journées entières de blocage au lycée Fauriel, la direction menace les élèves de passer en conseil de discipline s’iels s’avisent de recommencer. Jeudi 9 décembre au lycée Honoré d’Urfé, c’est cette fois la Police qui s’est chargée de lever le blocus à coup de bombes lacrymos.


MOBILISATIONS - LUTTES
Retour sur la journée du vendredi 10 janvier contre la réforme des retraites  

Au programme : action péage gratuit et rassemblement devant le Medef !
Aujourd’hui, c’est le 36e jour consécutif de mobilisation pour les cheminot·e·s qui sont rejoint·e·s sur leur piquet de grève à 6h du matin à la gare de Chateaucreux par des militant·e·s syndicalistes, des profs, des étudiant·e·s, des GJ et des autonomes. Au total, plus de 60 personnes prennent la route pour le péage de Veauchette. Les caméras sont détournées, les barrières relevées et les premiers sourires s’esquissent.


INFORMATIQUE - SECURITE
Bad citizen : une nouvelle appli anti-répression  

Une nouvelle application d’informations juridiques pour apprendre à se défendre face aux institutions policières et judiciaires. L’application Bad Citizen vient d’être créée et mise à disposition pour smartphones. C’est un guide qui résume l’essentiel de ce qu’on doit savoir quand on se retrouve aux mains de la police et de la justice ou quand il faut aider un-e proche.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le député Jean-Michel Mis en marche pour promouvoir la reconnaissance faciale  

Après une première date à la Commission numérique de l’Assemblée nationale au mois de décembre, le député LREM Loire-Saint-Étienne, Jean-Michel Mis, organise un colloque sur la reconnaissance faciale le samedi 18 janvier 2020, à l’Amicale laïque de Chapelon.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Google et Sainté City  

Il y a tout juste six mois, Google inaugurait son atelier numérique à Saint-Étienne. Google a déjà les moyens d’en connaître beaucoup sur nous. Alors, pourquoi ce moloch veut-il s’implanter physiquement dans nos villes, particulièrement à Saint-Étienne ? Une enquête de Couac initialement parue au printemps 2019.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Débats sur la société de surveillance de masse  

Deux débats pour comprendre les enjeux de la mise en place de la société de surveillance de masse organisés par Halte au contrôle numérique, La Ligue des Droits de l’Homme Loire, Stop Linky 5G Loire et la Quadrature du Net - Le mercredi 8 janvier et le vendredi 7 février à Saint-Étienne.


CAPITALISME - GLOBALISATION
Culture, numérique et disruption sécuritaire à Saint-Étienne  

À travers un portrait d’Éric Petrotto, qui à la fois gère la Fabuleuse Cantine (un des lieux de restauration les plus « tendances » de la ville) et investit dans Serenicity (la société qui portait le projet d’installation de micros dans le quartier de Beaubrun-Tarentaize), Couac vous propose une enquête dans l’économie locale du numérique et son nouvel esprit du capitalisme.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Cartographier la surveillance  

À Saint-Étienne, difficile de circuler dans le centre ville sans être observé par Big Brother. Et en période de mouvement social, il n’est pas inutile de savoir où se situent ces yeux qui nous épient. Le site internet « Saint-Étienne sous surveillance » recense les caméras de vidéosurveillance disséminées dans la ville (estimées à 329). Entretien paru dans le Couac n°7 avec A., l’une des personnes qui en a été à l’origine, sur le contexte de sa mise en place et sa pertinence aujourd’hui.


MOBILISATIONS - LUTTES
10 jours de grève à Saint-Étienne  

Cela fait déjà 10 jours que la grève générale a débuté. 10 jours où travailleur.e.s, gilets jaunes, syndicalistes, étudiant.e.s, lycéen.ne.s jeunes et bien d’autres se retrouvent chaque jour dans la rue, sur des actions, dans des rassemblements, des AG etc… Mais qu’en est-il de la mobilisation à Saint-Étienne ?
Nous vous proposons ici un récapitulatif de plusieurs actions menées et des 5 grandes dates de rassemblement (5 décembre, Acte 56 des GJ, 10 décembre, 12 décembre et Acte 57 des GJ + Mobilisation des Algériens toute la semaine.)