Numéro Zéro - Site collaboratif d'information et de luttes sur Saint Etienne et sa région
Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Retour sur la manif des gilets jaunes du 1er décembre à Saint-Étienne


|

Samedi dernier (1er décembre) on célèbre la Sainte-Barbe, patronne des mineur.e.s qui est – dans la légende – censée les protéger du feu. Mais cette année, la mairie a dû modifier le programme des festivités qui, exceptionnellement se sont déroulées ailleurs. Quelques lecteur.rice.s du Numéro Zéro nous ont fait parvenir ce récit qui revient sur ce qui s’est passé samedi après-midi dans les rues de Sainté. Nous sommes toujours à la recherche d’autres écrits, témoignages, prises de position pour compléter cet article, tenter d’y voir plus clair, alimenter nos réflexions.


À LA RENCONTRE DES GILETS JAUNES

Resté.e.s en dehors du mouvement, nous sommes deux, puis trois à se décider tardivement d’aller rencontrer les "gilets jaunes". Nous ne savons pas grand chose. On a entendu parler du blocage du rond-point de Monthieu. Finalement une manif est prévue. On tombe sur le cortège.

Au début c’est dur, la Marseillaise, quelques drapeaux français, des motards, des chants de supporters des verts remasterisés. On se sent un peu décalé.e.s. Il y a aussi quelques leaders autoproclamés douteux qui se révèlent.
Pour sûr, ça change de nos habitudes : pas de tête de cortège, pas de voiture-sono ni buvette ambulante, pas de banderoles, pas de regroupement selon son entreprise/syndicat/groupe politique. Non, juste du gilets jaunes avec des messages (parfois repoussants, parfois qui font du bien) écrits dessus. Par contre visuellement, ça a de la gueule ! Sans sono, ce sont surtout les gens qui font du bruit. Même si la Marseillaise nous irrite, on sent une pêche, de la force, une détermination, un côté un peu « incontrôlable » qui fait plaisir à voir. Alors on gueulera aussi le slogan le plus récurent « Macron démission ! ». Y a du monde, trois voire quatre milles personnes défilent.

Après avoir remonter la rue de la Montat, passé Fourneyron, rue de la République, l’hôtel de ville, c’est à la préfecture que les différents cortèges se rejoignent. La composition du cortège est à l’image de notre ville, cosmopolite et populaire.
En route, on rencontre, entre autres, des cinquantenaires. Ils racontent, c’est leur première manif, comme pour beaucoup. À Saint-Chamond, ils se rassemblent, font des assemblées, se confrontent. En ce moment, ils débâtent sur l’utilisation de la « violence ». Ce couple se revendique pacifiste. Des jeunes se joignent à la discussion, eux ils veulent « tout casser ». Elle n’est pas d’accord mais veut bien comprendre. Elle dit avoir lu indignez-vous de Stephen Hessel et explique que la violence était légitime face au nazisme mais maintenant... Disons que c’est moins évident pour elle. Ils s’accordent aussi sur leurs difficiles conditions de travail. Un métier d’artisan en lente disparition pour le gars, des conditions merdiques de stagiaire en CFA charpente pour le jeune.

Au niveau de la place du peuple, nous hésitons à nous barrer. Et puis on se dit : « Bon allons voir quand même jusqu’à Centre Deux. »
Comme souvent à Saint-Étienne, les CRS restent en nombre dans les rues parallèles adjacentes, de façon peu visible. Mais devant l’entrée principale de Centre Deux, derrière une rubalise, ils sont postés en rang. Le chef de police porte glorieusement une écharpe tricolore ?! On s’est même demandé si ce n’était pas le préfet ! D’autres sont à droite de l’entrée en hauteur. Centre Deux est protégé mais pas fermé. Des gens continuent d’entrer et sortir. Passe un moment de flottement devant Centre-Deux.

Ça gaze

Puis un groupe de gilets jaunes montre une ferme intention d’entrer dans le centre commercial, sommant la police de se disperser. Une partie des gilets jaunes, plus frileuse, n’est pas d’accord avec ce qu’il se passe.
La police n’obtempère pas et reste sur place et juste après le premier petit projectile sans conséquence, les premières lacrymos sont directement lancées. Une grande partie des manifestant-es s’en vont en marchant. D’autres gilets jaunes restent ou reviennent sur place lorsque le brouillard se dissipe. Puis les lacrymos s’enchaînent et les personnes reculent plus ou moins tranquillement. A cela s’ajoute les tirs de flasball, on se retrouve une dizaine de personne a s’abriter en catastrophe derrière la voiture la plus proche. Nous n’y restons pas longtemps puisque déjà, les keufs envoient des lacrymos qui roulent sous les bagnoles. Les flics prennent rapidement possession de la rue en face de centre-deux. Ils poursuivent ceux-celles qui restaient et s’en vont dans la rue adjacente. Ils s’apprêtent a leur tirer dessus avec lacrymo et flashball. Une manifestante s’interpose seule et empêche les tirs. Elle est traînée violemment par terre et gazée en plein visage.

Quand les guirlandes dégringolent

Plus bas, vers le Mc Do, les jeunes et moins jeunes commencent à s’activer. Les radars, les horodateurs, le mobilier urbain, les guirlandes de Noël sont détruites. Une quantité étonnante de chose trouvées ici et là sont entassés puis mise à feu. Un grand nombre de personnes restent relativement proches de ces « réjouissances » qui font plus ou moins office de barricade (la rue est large). Du monde se met à l’ouvrage, avec ou sans gilet, masqué et souvent pas, ado, jeunes, moins jeunes, autant mec que meuf. On se marre en voyant un cinquantenaire et un ado cramer ensemble un panneau publicitaire. On s’étonne de rencontrer un duo de Power Rangers (on regrette qu’illes n’aient pas fait appel au robot Megazord !)
Les réactions sont aussi très déroutantes. Les mouvements de foule sont importants. Tout le monde se suit de manière très impulsive. Des lacrymos tombent, tout le monde court. Quelques un.e.s crient de ralentir, ça se calme. Des lacrymos retombent tout le monde repart dans tous les sens. On commence à en prendre vraiment plein la gueule, c’est surréaliste. Il n’y a aucune équipe médic, peu de gens masqués, pas de sérum phy, ni maalox. Ils nous ont fait reculer dans la grand’ rue pour limiter les plus gros feux.

Ça se tend

Pendant presque deux heures, on se fait gazer. On recule encore vers la fac. Au fur et à mesure de la descente, des panneaux publicitaires, la borne des Véli-verts, l’arrêt de tram volent en éclat, des tas d’objets plus ou moins gros sont enflammés. Ça tient. Les lacrymos sont renvoyées d’un coté, de l’autre ça continue de brûler et casser. Au milieu ça soutient ! On voit des cinquantenaires, casques de gaulois sur la tête, soutenir les plus jeunes. Certain-e-s ont eu la brillante idée d’arracher des mottes de terre de la voie du tram (facile à enlever par plaque) pour étouffer les lacrymos. À noter qu’il y a consensus parmi les manifestants sur les cibles à épargner : « Oh ! Pas les voitures des gens, ça se fait pas ! » entendrons-nous ça et là. Pas que nous voulons glorifier l’automobile, mais on est pas dans le 16e et dans notre ville de galérien.ne.s, on sait que ça peut être relou de se faire cramer sa caisse et se faire arnaquer par les assurances...
A un moment, une salve bien plus fournie de lacrymos. On étouffe et nous sommes plusieurs à se réfugier dans un hall d’immeuble. Sept, huit keufs délogent violemment à coup de matraque, les personnes abritées devant. Puis ils gueulent, tapent sur les vitres, nous ordonnent de sortir. A l’intérieur certain-es commencent a paniquer, trois lèvent les mains, une ado pleure disant ne pas être des gilets jaunes. On tente de dire que l’on a un blessé : « Ta gueule toi ! Ouvrez bande d’enfoirés ! ». Derrière une autre porte vitrée, il y a des gens de l’immeuble qui refusent de nous ouvrir. Les CRS finissent par ouvrir la porte à grand coup de pieds. Ils nous somment de sortir cette fois encore, à grand coup de matraques, notamment pour ceux-lles qui tentent de rester bras levés. Plusieurs sont touchés à bout portant au flashball, dès la porte passée. Après ça, on a vraiment la haine !
La tension est encore montée, les bouches incendies sont ouvertes, devant la fac l’eau prend aussi la rue. Les vitrines de banques, de boite d’intérim sont cassées. Il n’y a plus qu’un seul magasin d’ouvert, le patron est à sa porte prêt à sauver sa vitrine, il laisse entrer les gens pour boire ou s’abriter.

"Il y a de l’alcool gratuit là-bas !!"

Et puis il y a le Casino, scène incroyable ! Une fois la vitrine pétée, tous le monde se sert. Un chariot de cannettes de bières est renversé à l’entrée, laissant rouler les bières sur le trottoir et la rue. Certains font des réserves quand d’autres font des feux de joie au whisky sur le compte de Macron. Les CRS ne sont plus là ou restent au loin, on ne subit plus les lacrymos. C’est donc pendant au moins 30 minutes que les moins timides se servent et plusieurs ressortent avec des sacs ou paniers bien fournis. En même temps que l’excitation de ce gain de pouvoir d’achat éphémère, une partie des personnes abandonne la rue. Pour les autres encore là, le calme revient autours des quelques brasiers restants. Sans escorte policière visible, des pompiers arrivent et éteignent les feux plus hauts dans la rue. Des curieux viennent voir. Ça s’étiole, c’est la fin.
Deux voitures de police finissent par arriver avec quatre voitures de la bac. Pour reprendre possession de la rue, ils sortent, tapent dans le tas, gilets ou pas, remontent, avancent.
Un bacqueu sort tout seul se défouler, le con, il laisse les deux autres apeurés sans les clefs de la voiture !

Bilan

Il est 18h 30, cette soirée se poursuit avec des patrouilles de flics en nombre et des contrôles, probablement arbitraires, dans la soirée. Nous n’avons pas été directement témoins d’arrestations mais Perdriaux en annonce 11 le lendemain, parmi lesquelles au moins deux mineur.e.s et/ou très jeunes. Nous ne savons pas combien il y a eu de personnes blessées par les tirs de Flashballs, gazs et coups de matraques. La presse annonce quelques blessé.e.s léger.e.s et nous avons pu en constater plusieurs au cours de la journée.

Des galapiat.e.s

https://www.youtube.com/watch?time_continue=261&v=yOdXnkmWOtc

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

2 réactions

  • D’après le Progrès ,
    pour Miloud, bientôt 19 ans, accusé de pillage, la représentante du ministère public veut dix mois ferme et un maintien en détention. Il est finalement condamné à trois mois ferme }

    avec maintien en détention.
    pour Ahmed, 20 ans, accusé d’avoir mis le feu à une poubelle, le tribunal le condamne à six mois avec sursis et mise à l’épreuve durant deux ans.
    Pour Raphaël, 24 ans, accusé d’avoir mettre le feu à un chalet, Place Anatole France, huit mois de prison ferme, sans mandat de dépôt.

  • D’après France Bleu, trois individus doivent être jugés mercredi 5 décembre en comparution immédiate. Deux d’entre eux sont poursuivis pour avoir incendié des poubelles et un chalet sur le marché de Noël. Un troisième a été interpellé lors du pillage d’une supérette.

    Deux autres individus soupçonnés d’avoir incendié des poubelles et caillassé des policiers sont placés sous contrôle judiciaire. Ils seront jugés ultérieurement. Enfin, un mineur est mis en examen pour avoir participé à un incendie.


Dans la même thématique...

Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Grève et manif unitaire !

Rendez-vous à 10h30 à la Bourse du travail vendredi 14 décembre. Grève et manifestation unitaire contre (entre autre) la future réforme de l’assurance chômage et les 4 milliards d’euros de cadeaux prévus par le gouvernement au patronat. Appels de différents syndicats dans différents secteurs.



Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Au charbon, debout la fange : texte de gilets jaunes de Sainté

Un appel des gilets jaunes de Monthieu à venir soutenir leur action de blocage dans les jours qui suivent suite à une rumeur apparemment fondée d’une probable expulsion du rond-point. Suite à la manif de samedi, plusieurs camions de GM et voitures de police stationnaient devant le rond-point et le parking du Géant. Nous le publions en regard d’un autre, publié sur Radio vostanie qui, appelle, au contraire à ne pas converger avec les mouvements populistes.



Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Rassemblement de soutien aux récent.e.s inculpé.e.s devant le palais de justice

Mercredi 12 décembre à 13h30 devant le palais de justice.
Des comparutions immédiates auront lieu au tribunal de Saint-Étienne à partir de 13h30. Nous appelons les stéphanois·e·s à venir en nombre pour soutenir les interpellé·e·s !


Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MOBILISATIONS - LUTTES

Comme un ouragan, manif sauvage de lycéen’nes

Manifestaton sauvage pleine de rage dans les rues du centre ville ce matin, récit d’une personne qui a préféré ne pas aller au travail pour être au côté des lycéen’nes



A Lire ailleurs   MOBILISATIONS - LUTTES

Appel des gilets jaunes de commercy

Des assemblées populaires partout ! Refusons la récupération ! Vive la démocratie directe ! Pas besoin de « représentants régionaux » !
Depuis près de deux semaines le mouvement des gilets jaunes a mis des centaines de milliers de personnes dans les rues partout en France, souvent pour la première fois Le prix du carburant a été la goutte de gasoil qui a mis le feu à la plaine. La souffrance, le ras-le-bol, et l’injustice n’ont jamais été aussi répandus. (...)



Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Paroles de gilets

Samedi 1er novembre, 15h, le cortège des « gilets jaunes » quitte la place Jean Jaurès, où la clameur un peu confuse des cris de manifestant-e-s est couverte par le bruit des motos pétaradantes. Les slogans « Macron – démission » et le chant « Les gilets jaunes » prennent le dessus. Si le gilet jaune est revêtu par presque tout le monde, les participants sont divers – leurs motivations aussi. Quelques paroles recueillies dans l’après-midi en témoignent.



Saint-Étienne et alentours   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / MOBILISATIONS - LUTTES

Marche mondiale pour le climat

Rendez-vous gare de Châteaucreux à St-Etienne, le 8 décembre à 10h30.
Après le succès des marches pour le climat du 8 septembre et 13 octobre, une mobilisation internationale est lancée pendant les prochaines négociations climatiques mondiales : la COP24 qui aura lieu à Katowice, ville jumelle de Saint-Étienne. Soyons nombreux-se-s dans les rues partout le 8 décembre, pour rappeler l’urgence d’agir !



Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MOBILISATIONS - LUTTES

#Revanche Lycéenne : blocages et manif tendue ce matin dans les rues de Saint-Étienne

Nouveaux blocages aujourd’hui (6 décembre) dans de nombreux lycées de Saint-Étienne : Fauriel, Honoré d’Urfé, Benoît Charvet, Benoît Fourneyron et peut-être d’autres dans l’Ondaine, la vallée du Gier (infos à confimer). Depuis ce matin, lycéen.ne.s sont dans les rues du centre-ville, déterminé.e.s comme jamais. (...)


Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Troisième semaine de mobilisation des gilets jaunes, ça a chauffé à Centre 2

A Roanne, à St Chamond, à Saint-Étienne, les gilets jaunes continuent de mobiliser pour le 3e samedi consécutif. Des vitrines et du matériel urbain cassé pendant les manifestations, des magasins et des rues bloquées, les gilets jaunes sont déterminé’es mais nagent toujours dans un marasme idéologique douteux.



Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Grève au Mc Donalds de La Fouillouse : la lutte continue

Troisième jour de grève au Mc Donalds de La Fouillouse ce jeudi (28 novembre). Les salarié.e.s restent déterminé.e.s et ne vont rien lâcher !



A la une...

REPRESSION - PRISON
Des gilets jaunes face à la justice... de classe  

Un gouvernement qui ne parvient pas à écraser un mouvement de contestation dans l’œuf dispose de plusieurs outils pour le circonscrire et l’étouffer s’il menace de tenir, voire de s’étendre. Au bout de cette chaîne répressive, il y a les tribunaux. Récits de quelques audiences de gilets jaunes et quelques conseils pour mieux faire face à la Justice par l’équipe du journal l’Envolée.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Les « 7 de Briançon » ont été condamnés  

En avril, les « 7 de Briançon » avaient manifesté contre des militants d’extrême droite venus chasser les migrants à la frontière franco-italienne. Accusés d’avoir aidé des exilés à pénétrer en France, ils viennent d’être condamnés à des peines de prison.


LOGEMENT - SQUAT
Alerte expulsion - Appel à soutien  

Depuis plusieurs mois la police harcèle les habitant-e-s de la maison bleue, squat de migrant-e-s. La pression s’intensifie, l’expulsion est imminente. Ils et elles ont besoin de soutien.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Oulx : un nouveau refuge autogéré s’ouvre  

Ce dimanche 9 décembre a été ouverte la CASA CANTONIERA à Oulx, un bâtiment vide et inutilisé depuis des décennies. À partir d’aujourd’hui, il s’agit de lui redonner vie : contre les frontières et le dispositif qui les soutient et les détermine. Contre le Décret Salvini et sa politique de répression et de guerre aux pauvres. Pour un monde où tous.tes puissent choisir où et comment vivre.


MOBILISATIONS - LUTTES
SORTEZ COUVERT-E-S  

Prenons nos précautions quand on sort pour une manif, une action, ou autre. Face à la police, face à la justice... Réduisons les risques !
Quelques conseils et un contact.


EXPLOITATION ANIMALE
6 mois de prison requis contre deux activistes antispécistes : récit d’un procès et appel à la mobilisation  

Le procès de 7 activistes ayant bloqué l’abattoir de Roanne le 5 février 2018 eu lieu le 19 Novembre. Le procureur a requis 6 mois de prison ferme contre les deux fondateurices de l’association 269 Libération Animale. Illes sont accusé.e.s d’être les « complices instigateur.e.s » de l’action. Ce texte est un récit du procès en terre spéciste, entre légitimation de la violence sur les autres animaux, et analogie entre activisme et terrorisme.


GENRE - FEMINISME
L’expo moisie du MAMC : 24h de la vie d’une bonniche décorative  

Du 1er décembre au 22 septembre 2019, le Musée d’Art Moderne et Contemporain de Saint-Étienne accueille l’exposition (navrante) 24 heures de la vie d’une femme. Retour de deux individu.e.s, après un bout de dimanche passé entre colère et sidération.


MOBILISATIONS - LUTTES
Le point de convergence qui vient ne semble pas être le nôtre  

Texte critique sur le mouvement des gilets jaunes, il analyse les revendications qui émergent. Les ambiances incroyables et réjouissantes que l’on peut vivre dans la rues ne doivent pas nous empêcher de rester vigilant’e sur le fond. Nous avons trouvé que ce texte peut y contribuer.
« Car ce n’est pas la tête de Macron ou de telle autre marionnette particulière au service des intérêts de la bourgeoisie que nous voulons »


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
« Désinvestissez des entreprises qui profitent de la colonisation israélienne » : le message de militant.e.s stéphanois.e.s à AXA  

Lundi, de 16 heures à 18 heures, les militants des droits des palestiniens se sont rassemblés devant une agence franchisée AXA de Saint-Étienne. Ils ont sensibilisé passants et clients sur les investissements problématiques de la maison mère dans des entreprises qui profitent de la colonisation israélienne. Cette mobilisation se fait dans le cadre de la campagne internationale de désinvestissement menée par le BDS et qui a pour objectif d’instaurer une pression croissante sur l’État hébreu jusqu’au rétablissement intégral des droits des palestiniens.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Quand on aura gagné  

Poème plein de rage et d’espoir pour éclairer nos troubles.
"Avec dans les yeux
Le feu
Des poubelles et du monde
..."


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
#Revanche Lycéenne : semaine du 10 au 14 décembre  

Nouvelle semaine de blocages et manif lycéennes déjà ce lundi matin dans les rues de Sainté. la semaine démarre comme elle avait fini : sous les gaz... (Article mis à jour tout au long de la semaine)


MOBILISATIONS - LUTTES
Gilet jaune acte IV : Sainté scintille  

Acte IV de la manifestation des gilets jaunes à Sainté. Des gilets jaunes, des sans-gilets et beaucoup de rage. Cinq mille personnes arpentent le centre-ville. Récit à chaud d’une journée de mobilisation par des Stéphanois-e-s.


MOBILISATIONS - LUTTES
Mouvement des gilets jaunes : sommaire des articles publiés sur notre site  

Nous recenserons dans cet article toutes les publications que nous avons reçues à propos des gilets jaunes. Continuons à abreuver le site d’analyses critiques et de récits enthousiasmants de ce mouvement ! (Article mis à jour).


MOBILISATIONS - LUTTES
Interview. Il y a six ans, des “gilets jaunes” avant l’heure en Italie  

En 2013, un mouvement de colère citoyen voit le jour en Italie. La mobilisation des “fourches” émerge sur les réseaux sociaux et bloque les routes ; elle dénonce les taxes, l’austérité, le chômage, le coût de la vie, l’élite et, surtout, elle refuse d’être récupérée par les partis. Cinq ans plus tard, les “fourches” ont disparu, mais l’Italie est dirigée pour la première fois par une coalition entièrement populiste. Quelles leçons en tirer alors que surgit un mouvement similaire en France ? L’analyse de Leonardo Bianchi, journaliste et auteur d’un essai sur les mouvements de colère en Italie.


REPRESSION - PRISON
Des nouvelles de Loïc Citation - G20 de Hambourg  

Loïc Citation, militant contre les grands projets inutiles à Bure et ailleurs, fait partie des personnes ayant subi une violente répression depuis des années. Il est actuellement emprisonné en Allemagne, soupçonné d’avoir participé au contre-sommet du G20 à Hambourg. Un procès fleuve contre les activistes de ce contre-sommet s’ouvre le 18 décembre.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Etudiants étrangers et université Saint-Étienne – Lyon : l’excellence de l’exclusion  

Lundi 19 novembre, Edouard Philippe annonçait que les droits d’inscription des nouveaux étudiants extra-européens seraient élevés 3 000 euros environ par mois, soit une multiplication par 16. Quelques jours auparavant, des représentants de l’Université de Lyon – dans laquelle l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne va être dissoute au 1er janvier 2020 – faisaient preuve de moins de scrupules encore : l’objectif est de porter ces frais à 4 500 euros. Cette hausse a vocation à s’étendre à tous.


REPRESSION - PRISON
3 mois fermes pour vol : bilan des premiers procès de samedi  

Trois des 11 personnes interpellées samedi en fin de manifestation « gilets jaunes » passaient en comparution immédiate hier au tribunal de Saint Etienne. Banalement la justice bourgeoise abat sa répression sur les plus fragiles, bilan d’audience.