Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Retour sur la manif des gilets jaunes du 1er décembre à Saint-Étienne


|

Samedi dernier (1er décembre) on célèbre la Sainte-Barbe, patronne des mineur.e.s qui est – dans la légende – censée les protéger du feu. Mais cette année, la mairie a dû modifier le programme des festivités qui, exceptionnellement se sont déroulées ailleurs. Quelques lecteur.rice.s du Numéro Zéro nous ont fait parvenir ce récit qui revient sur ce qui s’est passé samedi après-midi dans les rues de Sainté. Nous sommes toujours à la recherche d’autres écrits, témoignages, prises de position pour compléter cet article, tenter d’y voir plus clair, alimenter nos réflexions.


À LA RENCONTRE DES GILETS JAUNES

Resté.e.s en dehors du mouvement, nous sommes deux, puis trois à se décider tardivement d’aller rencontrer les "gilets jaunes". Nous ne savons pas grand chose. On a entendu parler du blocage du rond-point de Monthieu. Finalement une manif est prévue. On tombe sur le cortège.

Au début c’est dur, la Marseillaise, quelques drapeaux français, des motards, des chants de supporters des verts remasterisés. On se sent un peu décalé.e.s. Il y a aussi quelques leaders autoproclamés douteux qui se révèlent.
Pour sûr, ça change de nos habitudes : pas de tête de cortège, pas de voiture-sono ni buvette ambulante, pas de banderoles, pas de regroupement selon son entreprise/syndicat/groupe politique. Non, juste du gilets jaunes avec des messages (parfois repoussants, parfois qui font du bien) écrits dessus. Par contre visuellement, ça a de la gueule ! Sans sono, ce sont surtout les gens qui font du bruit. Même si la Marseillaise nous irrite, on sent une pêche, de la force, une détermination, un côté un peu « incontrôlable » qui fait plaisir à voir. Alors on gueulera aussi le slogan le plus récurent « Macron démission ! ». Y a du monde, trois voire quatre milles personnes défilent.

Après avoir remonter la rue de la Montat, passé Fourneyron, rue de la République, l’hôtel de ville, c’est à la préfecture que les différents cortèges se rejoignent. La composition du cortège est à l’image de notre ville, cosmopolite et populaire.
En route, on rencontre, entre autres, des cinquantenaires. Ils racontent, c’est leur première manif, comme pour beaucoup. À Saint-Chamond, ils se rassemblent, font des assemblées, se confrontent. En ce moment, ils débâtent sur l’utilisation de la « violence ». Ce couple se revendique pacifiste. Des jeunes se joignent à la discussion, eux ils veulent « tout casser ». Elle n’est pas d’accord mais veut bien comprendre. Elle dit avoir lu indignez-vous de Stephen Hessel et explique que la violence était légitime face au nazisme mais maintenant... Disons que c’est moins évident pour elle. Ils s’accordent aussi sur leurs difficiles conditions de travail. Un métier d’artisan en lente disparition pour le gars, des conditions merdiques de stagiaire en CFA charpente pour le jeune.

Au niveau de la place du peuple, nous hésitons à nous barrer. Et puis on se dit : « Bon allons voir quand même jusqu’à Centre Deux. »
Comme souvent à Saint-Étienne, les CRS restent en nombre dans les rues parallèles adjacentes, de façon peu visible. Mais devant l’entrée principale de Centre Deux, derrière une rubalise, ils sont postés en rang. Le chef de police porte glorieusement une écharpe tricolore ?! On s’est même demandé si ce n’était pas le préfet ! D’autres sont à droite de l’entrée en hauteur. Centre Deux est protégé mais pas fermé. Des gens continuent d’entrer et sortir. Passe un moment de flottement devant Centre-Deux.

Ça gaze

Puis un groupe de gilets jaunes montre une ferme intention d’entrer dans le centre commercial, sommant la police de se disperser. Une partie des gilets jaunes, plus frileuse, n’est pas d’accord avec ce qu’il se passe.
La police n’obtempère pas et reste sur place et juste après le premier petit projectile sans conséquence, les premières lacrymos sont directement lancées. Une grande partie des manifestant-es s’en vont en marchant. D’autres gilets jaunes restent ou reviennent sur place lorsque le brouillard se dissipe. Puis les lacrymos s’enchaînent et les personnes reculent plus ou moins tranquillement. A cela s’ajoute les tirs de flasball, on se retrouve une dizaine de personne a s’abriter en catastrophe derrière la voiture la plus proche. Nous n’y restons pas longtemps puisque déjà, les keufs envoient des lacrymos qui roulent sous les bagnoles. Les flics prennent rapidement possession de la rue en face de centre-deux. Ils poursuivent ceux-celles qui restaient et s’en vont dans la rue adjacente. Ils s’apprêtent a leur tirer dessus avec lacrymo et flashball. Une manifestante s’interpose seule et empêche les tirs. Elle est traînée violemment par terre et gazée en plein visage.

Quand les guirlandes dégringolent

Plus bas, vers le Mc Do, les jeunes et moins jeunes commencent à s’activer. Les radars, les horodateurs, le mobilier urbain, les guirlandes de Noël sont détruites. Une quantité étonnante de chose trouvées ici et là sont entassés puis mise à feu. Un grand nombre de personnes restent relativement proches de ces « réjouissances » qui font plus ou moins office de barricade (la rue est large). Du monde se met à l’ouvrage, avec ou sans gilet, masqué et souvent pas, ado, jeunes, moins jeunes, autant mec que meuf. On se marre en voyant un cinquantenaire et un ado cramer ensemble un panneau publicitaire. On s’étonne de rencontrer un duo de Power Rangers (on regrette qu’illes n’aient pas fait appel au robot Megazord !)
Les réactions sont aussi très déroutantes. Les mouvements de foule sont importants. Tout le monde se suit de manière très impulsive. Des lacrymos tombent, tout le monde court. Quelques un.e.s crient de ralentir, ça se calme. Des lacrymos retombent tout le monde repart dans tous les sens. On commence à en prendre vraiment plein la gueule, c’est surréaliste. Il n’y a aucune équipe médic, peu de gens masqués, pas de sérum phy, ni maalox. Ils nous ont fait reculer dans la grand’ rue pour limiter les plus gros feux.

Ça se tend

Pendant presque deux heures, on se fait gazer. On recule encore vers la fac. Au fur et à mesure de la descente, des panneaux publicitaires, la borne des Véli-verts, l’arrêt de tram volent en éclat, des tas d’objets plus ou moins gros sont enflammés. Ça tient. Les lacrymos sont renvoyées d’un coté, de l’autre ça continue de brûler et casser. Au milieu ça soutient ! On voit des cinquantenaires, casques de gaulois sur la tête, soutenir les plus jeunes. Certain-e-s ont eu la brillante idée d’arracher des mottes de terre de la voie du tram (facile à enlever par plaque) pour étouffer les lacrymos. À noter qu’il y a consensus parmi les manifestants sur les cibles à épargner : « Oh ! Pas les voitures des gens, ça se fait pas ! » entendrons-nous ça et là. Pas que nous voulons glorifier l’automobile, mais on est pas dans le 16e et dans notre ville de galérien.ne.s, on sait que ça peut être relou de se faire cramer sa caisse et se faire arnaquer par les assurances...
A un moment, une salve bien plus fournie de lacrymos. On étouffe et nous sommes plusieurs à se réfugier dans un hall d’immeuble. Sept, huit keufs délogent violemment à coup de matraque, les personnes abritées devant. Puis ils gueulent, tapent sur les vitres, nous ordonnent de sortir. A l’intérieur certain-es commencent a paniquer, trois lèvent les mains, une ado pleure disant ne pas être des gilets jaunes. On tente de dire que l’on a un blessé : « Ta gueule toi ! Ouvrez bande d’enfoirés ! ». Derrière une autre porte vitrée, il y a des gens de l’immeuble qui refusent de nous ouvrir. Les CRS finissent par ouvrir la porte à grand coup de pieds. Ils nous somment de sortir cette fois encore, à grand coup de matraques, notamment pour ceux-lles qui tentent de rester bras levés. Plusieurs sont touchés à bout portant au flashball, dès la porte passée. Après ça, on a vraiment la haine !
La tension est encore montée, les bouches incendies sont ouvertes, devant la fac l’eau prend aussi la rue. Les vitrines de banques, de boite d’intérim sont cassées. Il n’y a plus qu’un seul magasin d’ouvert, le patron est à sa porte prêt à sauver sa vitrine, il laisse entrer les gens pour boire ou s’abriter.

"Il y a de l’alcool gratuit là-bas !!"

Et puis il y a le Casino, scène incroyable ! Une fois la vitrine pétée, tous le monde se sert. Un chariot de cannettes de bières est renversé à l’entrée, laissant rouler les bières sur le trottoir et la rue. Certains font des réserves quand d’autres font des feux de joie au whisky sur le compte de Macron. Les CRS ne sont plus là ou restent au loin, on ne subit plus les lacrymos. C’est donc pendant au moins 30 minutes que les moins timides se servent et plusieurs ressortent avec des sacs ou paniers bien fournis. En même temps que l’excitation de ce gain de pouvoir d’achat éphémère, une partie des personnes abandonne la rue. Pour les autres encore là, le calme revient autours des quelques brasiers restants. Sans escorte policière visible, des pompiers arrivent et éteignent les feux plus hauts dans la rue. Des curieux viennent voir. Ça s’étiole, c’est la fin.
Deux voitures de police finissent par arriver avec quatre voitures de la bac. Pour reprendre possession de la rue, ils sortent, tapent dans le tas, gilets ou pas, remontent, avancent.
Un bacqueu sort tout seul se défouler, le con, il laisse les deux autres apeurés sans les clefs de la voiture !

Bilan

Il est 18h 30, cette soirée se poursuit avec des patrouilles de flics en nombre et des contrôles, probablement arbitraires, dans la soirée. Nous n’avons pas été directement témoins d’arrestations mais Perdriaux en annonce 11 le lendemain, parmi lesquelles au moins deux mineur.e.s et/ou très jeunes. Nous ne savons pas combien il y a eu de personnes blessées par les tirs de Flashballs, gazs et coups de matraques. La presse annonce quelques blessé.e.s léger.e.s et nous avons pu en constater plusieurs au cours de la journée.

Des galapiat.e.s

https://www.youtube.com/watch?time_continue=261&v=yOdXnkmWOtc


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

2 réactions

  • D’après le Progrès ,
    pour Miloud, bientôt 19 ans, accusé de pillage, la représentante du ministère public veut dix mois ferme et un maintien en détention. Il est finalement condamné à trois mois ferme }

    avec maintien en détention.
    pour Ahmed, 20 ans, accusé d’avoir mis le feu à une poubelle, le tribunal le condamne à six mois avec sursis et mise à l’épreuve durant deux ans.
    Pour Raphaël, 24 ans, accusé d’avoir mettre le feu à un chalet, Place Anatole France, huit mois de prison ferme, sans mandat de dépôt.

  • D’après France Bleu, trois individus doivent être jugés mercredi 5 décembre en comparution immédiate. Deux d’entre eux sont poursuivis pour avoir incendié des poubelles et un chalet sur le marché de Noël. Un troisième a été interpellé lors du pillage d’une supérette.

    Deux autres individus soupçonnés d’avoir incendié des poubelles et caillassé des policiers sont placés sous contrôle judiciaire. Ils seront jugés ultérieurement. Enfin, un mineur est mis en examen pour avoir participé à un incendie.

A lire aussi...

Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   MOBILISATIONS - LUTTES

Sainté acte XIV : 3000 gilets jaunes envahissent l’autoroute !

Encore beaucoup de monde samedi dans les rues de Saint-Étienne. Une fois n’est pas coutume, le cortège ne s’est pas éternisé en centre-ville pour investir la RN 88 pendant plusieurs heures.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

« Mais il est où ce contrat ? On se disperse et on se retrouve ! » Sainté, sixième acte.

Récit de la manifestation des gilets jaunes du 22 décembre à Saint-Étienne.
Le rendez-vous hebdomadaire est cette fois donné sur le parking du Zénith. Toujours plus loin du « cœur de ville » perdriesque. Quand on arrive, un petit groupe de gilets jaunes est perplexe « qu’est ce qu’on fait ici ? Moi je ne le vois pas aujourd’hui celui qui a lancé cette idée ! ». Grosse ambiance (...)



Dans la thématique "MOBILISATIONS - LUTTES "

Saint-Étienne et alentours Couac   MEMOIRE / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Printemps 73, acte II de Mai 68 à Sainté

Au printemps 2018, un article de Couac revenait sur Mai 1968 à Saint-Étienne. Mais la fin de Mai-Juin 68 ne signe pas le retour au calme, elle marque au contraire le début d’une période d’effervescence tous azimuts. Entretien sur la période qui suit Mai-Juin 68 et plus particulièrement sur le printemps 73, alors que convergent les contestations, avec Gilbert, qui participe alors aux mobilisations.


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

HP : contention et contentieux

Début juin, le service des urgences du CHU de Saint-Étienne entame une grève pour dénoncer les conditions de travail et, par voie de conséquence, de traitement des patient.e.s. La situation ne s’est depuis pas améliorée : mardi 30 juillet, un patient de 72 ans quittait le service après après 120 heures passées sur un brancard. Début juillet, les urgences psychiatriques ont à leur tour rejoint la grève. Le service a déjà effectué quelque temps plus tôt une grève de cinq mois. Retour sur les origines des difficultés rencontrées dans ce service avec un article du Couac paru au printemps 2018 et sur la mobilisation de l’automne-hiver dernier.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MEMOIRE

Dix ans après les révoltes de Firminy – 3/3 : Pistes de réflexion et d’action pour aujourd’hui

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


Informations globales   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / MOBILISATIONS - LUTTES

Bure : Le bois Lejuc est réoccupé !

Près de Bure, le bois Lejuc est réoccupé depuis le 18 juillet à 14h. De nombreuses personnes ont réinvesti ce lieu au sol comme dans les arbres pour réaffirmer leur opposition au projet de centre d’enfouissement de déchets radioactifs Cigéo, au nucléaire et à son monde, industriel, colonial, militaire. Les forces policières qui occupaient jusque là ce lieu stratégique et protégeaient les intérêts de l’Andra ont été contraintes de quitter les lieux. Nous appelons dès maintenant à converger dans le bois Lejuc ainsi que dans les villages de Bure et Mandres-en-Barrois, situés à deux kilomètres de la forêt.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

La mobilisation s’intensifie au CHU de Saint-Étienne

Alors que les urgentistes du CHU de Saint-Étienne poursuivent leur lutte, les urgences psychiatriques rejoignent elles aussi officiellement la grève qui contamine le CHU.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets jaunes acte XXXV - Maillot jaune et gilets jaunes

Samedi 13 juillet le tour de France passe par Saint-Étienne et les GJ ne lâchent rien ! Toute la région en soutien. Rendez-vous à 14h place du peuple !


Saint-Étienne et alentours   INFORMATIQUE - SECURITE / MOBILISATIONS - LUTTES

Dégooglisons Sainté !

Vendredi 5 juillet, à 11h, Google inaugure son « Atelier numérique », 11 place Jean Moulin. Des invité-e-s en tenue d’apparat, des petites mains chargées de tenir stands et ombrelles, une poignée de badauds... et des militant-e-s pour faire entendre et voir notre détermination à dégoogliser Saint-Étienne !


Informations globales   MOBILISATIONS - LUTTES

Assemblée de Montceau-les-Mines : les Gilets jaunes veulent s’inscrire dans la durée

Le week-end du 29 et 30 juin, la troisième assemblée des assemblées des Gilets jaunes se tenait à Montceau-les-Mines, en Saône-et-Loire. Alors qu’il est en perte de vitesse dans la rue, le sort d’une partie du mouvement reposait sur les épaules des 700 Gilets jaunes mandatés pour cette assemblée. On est allé prendre la température…


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MOBILISATIONS - LUTTES

Baccalauréat : un jury sous la menace du ministre

Jeudi 04 juillet au matin, un centre d’examen du baccalauréat de l’agglomération stéphanoise. Par opposition aux réformes du baccalauréat et du lycée en général, des correcteurs ont décidé de ne pas transmettre leurs notes. Mais le ministre de l’Éducation a prévu le recours à la contrainte et à l’arbitraire pour faire plier les opposant-e-s et faire croire que tout est dans l’ordre.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MOBILISATIONS - LUTTES

Le bras de fer du bac

Mercredi 3 juillet a 19h30, c’était au tour de Jean Michel Blanquer, ministre de l’éducation, de passer sur le plateau du 19h Ruth Elkrief sur la chaine du pouvoir BFMTV.


Dans la thématique "MOUVEMENT GILETS JAUNES "

Informations globales   REPRESSION - PRISON

Le CRS responsable de la mort de Zineb Redouane à Marseille est de Saint-Étienne

La rumeur circulait depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux affiliés aux Gilets Jaunes - La France en colère, La Loire en colère, etc. Elle a été ensuite confirmée par un article de « La Provence » datant du 3 juillet. C’est donc bien un policier de la brigade CRS 50 de Saint-Étienne qui avait dans les mains le lanceur Cougar responsable de la mort de Zineb Redouane.


Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE / REPRESSION - PRISON

GJ, six mois plus tard : après la répression policière, la répression judiciaire

Interpellés lors de l’acte VIII du mouvement des Gilets Jaunes, deux stéphanois – accusé d’outrages, rébellion et violence sur « agents dépositaires de l’autorité publique » – étaient à la barre du tribunal correctionnel mercredi 12 juin.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Soirée débat et projection : les Gilets jaunes, une répression d’État

À l’amicale de la Richelandière, mercredi 19 juin à partir de 19h.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

[Brève] Soutien des Gilets jaunes aux soignants des Urgences en grève

Samedi 8 juin, les gilets jaunes sont venus à la rencontre des soignant.es urgentistes en grève à l’hôpital Nord.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Manifestation du 1er mai à Saint-Étienne

« Aussi longtemps que la lutte des travailleurs contre la bourgeoisie et les classes dominantes continuera, aussi longtemps que toutes les revendications ne seront pas satisfaites, le 1er mai sera l’expression annuelle de ces revendications. » – Rosa Luxembourg. Soyons toutes et tous déterminé-e-s pour un 1er mai de lutte ! Rendez-vous à 10h à la bourse du travail de Saint-Étienne.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Gilets jaunes acte XXIII : charges, balayettes et interpellations

Intervention rapide, violente et perfide de la Police samedi à la fin de l’acte XXIII des gilets jaunes. Quatre personnes ont été arrêtées en plein milieu du cortège : gardes à vue et de la détention provisoire pour l’une d’entre elles.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Rencontre-débat avec le collectif Désarmons-les (contre les violences d’État)

Samedi 27 avril à l’Amicale de La Richelandière à 18h30.
Une personne du collectif viendra présenter leurs actions et animer un débat sur les violences de la Police. Ils nous visent, défendons-nous !


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Huit mois ferme pour un gilet jaune suite à la manifestation du 30 mars

Mercredi 2 avril. Tribunal de Grande Instance de Saint-Étienne. Nouvelle audience, même comédie : une cour aux ordres du parquet, une justice de classe qui fait le taf. Et qui donne les mêmes leçons de morale, par-dessus le marché : « Monsieur J. a participé à un phénomène de débordement. Il est adulte et il n’a pas joué son rôle d’adulte » (M. Le Procureur).


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets jaunes Acte XXI

Samedi 6 avril à 13h au départ de Monthieu et à 14h place du Peuple.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Carnaval de l’acte XX : nous partîmes 2000...

Ce samedi, dans une ambiance de black-out (au moins une dizaine de personnes arrêté’es de façon préventive, tous les magasins du centre fermés et sur-protégés, Verney-Carron « barricadé » dans son usine de mort, etc), le carnaval de l’inutile rejoint l’appel régional des gilets jaunes. Malgré les préventions de la préfecture, ce sont près de 7000 personnes qui défilent dans les rues de Saint Etienne, dans le centre, dans les quartiers populaires, sur le boulevard urbain.
Applaudissements, musiques et gaz lacrymogène, récit à quelques mains d’une journée bigarrée et radicale.

Mise à jour :


A la une...

ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Grève internationale pour le climat et la biodiversité  

Nous nous levons face au mensonge et à l’hypocrisie, face à l’injustice climatique mais aussi sociale, face aux valeurs de ce système. Les lycéen.ne.s et les étudiant.e.s ne sauraient seuls mettre un terme à l’idéologie néolibérale : Venez nombreureuses le vendredi 20 septembre pour la grève internationale pour le climat et la biodiversité


MOBILISATIONS - LUTTES
La bataille des retraites va démarrer !  

Si les gilets jaunes ont permis un ralentissement du programme de réforme des retraites prévu par le gouvernement, ne nous y trompons pas, il n’est pas passé à la trappe pour autant ! La réforme des retraites, c’est pour cet automne, et ça concerne tous les salarié·e·s ! Pour s’y retrouver un peu avant la grande bataille sociale à venir de cette rentrée, voici un article récapitulant la loi et les mobilisations prévues. Article publié sur le site de paris-luttes.info.


LOGEMENT - SQUAT
Chassées du parc Couriot par la Police le matin, les familles Rroms ont été « invitées » à y retourner  

Les familles et individu.es qui campaient au Parc du puits Couriot se sont rassemblés hier devant la mairie pour protester contre leur expulsion indigne du Parc Couriot qu’elles occupaient, faute de mieux. Le soir même elles ont été « autorisés » à y revenir. Un rassemblement de soutien avait également été appelé.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Grosse soirée de soutien à Rebellyon pour une rentrée Post-Apocalyptique le samedi 21 septembre 2019  

Soirée de soutien à Rebellyon.info le samedi 21 septembre à partir de 18h, et jusqu’à minuit, au Grrrnd Zero (Lyon) ! Au programme : tables de presse et autres propagandes politiques locales, repas végé, de quoi t’hydrater et des concerts pour t’ambiancer.
Soirée à prix libre en soutien au plus rebel des sites mutu.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
La Rentrée Solidaire 2019  

Pour se donner la pêche de militer à la rentrée, nous vous avons fait une petite sélection d’évènements militants pour cette rentrée 2019. On y trouve des soirées conférences, du théâtre, une manif, et des rassemblements. Venez motivé’es !


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Festival Underground Hip-Hop Episode #9  

Les Créations du Crâne & Univers Soul, soit le UHH Krew présentent le Festival Underground Hip-Hop Episode #9 du 4 au 15 septembre 2019 @ Sainté


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
L’EPASE, un acteur de l’État au service du futur  

L’EPASE, c’est notre établissement public d’aménagement de Saint-Étienne, avec ses logiques et modèles, et ses zones où il a planté ses griffes. Le Journal du Carnaval, publié en mars 2019 à l’occasion du carnaval de l’Inutile, nous donnait un début d’explication sur ses finalités dans un de ses articles.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
[Grèce] Escalades des violences policières dans le quartier d’Exarcheia  

Durant sa campagne, le nouveau premier ministre grec Mitsotakis avait annoncé vouloir « nettoyer le quartier d’Exarcheia en un mois ». Cette menace a été mise à exécution dès le 26 août avec l’expulsion de quatre lieux occupés en solidarité avec les migrants. Depuis, le quartier vit sous occupation policière et est la cible de véritables exactions. Retrouvez ici une compilation d’articles publiés sur le blog de Yannis Youlountas.


FLICAGE - SURVEILLANCE
À propos de la flic infiltrée débusquée au contre-sommet du G7  

Les camarades de Toulouse nous alertent sur le comportement plus que suspect d’une personne qui a participé ces derniers mois aux manifs des Gilets jaunes dans le Sud-Ouest et au contre-G7.
Ceci est un texte rédigé en urgence afin que l’info tourne et que toutes les personnes et tous les groupes que cette personne a approchés ces derniers mois puissent s’organiser en conséquence.


GENRE - FEMINISME
Se faire une place  

Il existe à Ambert un café féministe. Des copines y ont récemment ouvert une permanence en mixité choisie. Nous sommes allées les rencontrer de manière informelle. Nos discussions, faisant état de besoins similaires, ont porté sur les situations de domination auxquelles sont confrontées les femmes dans les espaces publics urbains et sur les moyens d’y faire face. Cet article, initialement paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019, en a découlé.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Don d’appareils électriques et électroménagers  

L’association l’ateliéphèmère vous propose un certain nombre d’appareils non testés et à prix libre.


CAPITALISME - GLOBALISATION
G7-EZ – C’est parti !!  

En direct-live du contre-sommet à Hendaye, des reporters des sites MUTU proposent chaque jour quelques nouvelles en photos et/ou récits du contre-sommet.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Code du policier de l’espace à Saint-Étienne  

Article 1.
Comme partout ailleurs, les policiers de l’espace – autrement dit aménageurs, urbanistes, architectes et designers – travailleront main dans la main avec les autres services de police et de renseignement. Ceci afin de limiter au maximum l’utilisation de l’espace public, en particulier par les plus pauvres. En tant que capitale du design, Saint-Étienne se doit d’être un modèle de Smart City. Le numérique dans tous les aspects de la ville devra permettre la sécurisation totale.


GENRE - FEMINISME
La rue est à nous ! ... enfin surtout à eux !  

Il y a 75 ans, le 19 août 1944, Élise Gervais était retrouvée morte après avoir été torturée par la Gestapo. En hommage, une rue de Saint-Étienne porte son nom depuis fin 1944. Un fait qui mérite d’être souligné tant il demeure rare jusqu’à aujourd’hui que le nom d’un personnage féminin figure sur une plaque de rue stéphanoise.