Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Retour sur la manif des gilets jaunes du 1er décembre à Saint-Étienne


|

Samedi dernier (1er décembre) on célèbre la Sainte-Barbe, patronne des mineur.e.s qui est – dans la légende – censée les protéger du feu. Mais cette année, la mairie a dû modifier le programme des festivités qui, exceptionnellement se sont déroulées ailleurs. Quelques lecteur.rice.s du Numéro Zéro nous ont fait parvenir ce récit qui revient sur ce qui s’est passé samedi après-midi dans les rues de Sainté. Nous sommes toujours à la recherche d’autres écrits, témoignages, prises de position pour compléter cet article, tenter d’y voir plus clair, alimenter nos réflexions.


À LA RENCONTRE DES GILETS JAUNES

Resté.e.s en dehors du mouvement, nous sommes deux, puis trois à se décider tardivement d’aller rencontrer les "gilets jaunes". Nous ne savons pas grand chose. On a entendu parler du blocage du rond-point de Monthieu. Finalement une manif est prévue. On tombe sur le cortège.

Au début c’est dur, la Marseillaise, quelques drapeaux français, des motards, des chants de supporters des verts remasterisés. On se sent un peu décalé.e.s. Il y a aussi quelques leaders autoproclamés douteux qui se révèlent.
Pour sûr, ça change de nos habitudes : pas de tête de cortège, pas de voiture-sono ni buvette ambulante, pas de banderoles, pas de regroupement selon son entreprise/syndicat/groupe politique. Non, juste du gilets jaunes avec des messages (parfois repoussants, parfois qui font du bien) écrits dessus. Par contre visuellement, ça a de la gueule ! Sans sono, ce sont surtout les gens qui font du bruit. Même si la Marseillaise nous irrite, on sent une pêche, de la force, une détermination, un côté un peu « incontrôlable » qui fait plaisir à voir. Alors on gueulera aussi le slogan le plus récurent « Macron démission ! ». Y a du monde, trois voire quatre milles personnes défilent.

Après avoir remonter la rue de la Montat, passé Fourneyron, rue de la République, l’hôtel de ville, c’est à la préfecture que les différents cortèges se rejoignent. La composition du cortège est à l’image de notre ville, cosmopolite et populaire.
En route, on rencontre, entre autres, des cinquantenaires. Ils racontent, c’est leur première manif, comme pour beaucoup. À Saint-Chamond, ils se rassemblent, font des assemblées, se confrontent. En ce moment, ils débâtent sur l’utilisation de la « violence ». Ce couple se revendique pacifiste. Des jeunes se joignent à la discussion, eux ils veulent « tout casser ». Elle n’est pas d’accord mais veut bien comprendre. Elle dit avoir lu indignez-vous de Stephen Hessel et explique que la violence était légitime face au nazisme mais maintenant... Disons que c’est moins évident pour elle. Ils s’accordent aussi sur leurs difficiles conditions de travail. Un métier d’artisan en lente disparition pour le gars, des conditions merdiques de stagiaire en CFA charpente pour le jeune.

Au niveau de la place du peuple, nous hésitons à nous barrer. Et puis on se dit : « Bon allons voir quand même jusqu’à Centre Deux. »
Comme souvent à Saint-Étienne, les CRS restent en nombre dans les rues parallèles adjacentes, de façon peu visible. Mais devant l’entrée principale de Centre Deux, derrière une rubalise, ils sont postés en rang. Le chef de police porte glorieusement une écharpe tricolore ?! On s’est même demandé si ce n’était pas le préfet ! D’autres sont à droite de l’entrée en hauteur. Centre Deux est protégé mais pas fermé. Des gens continuent d’entrer et sortir. Passe un moment de flottement devant Centre-Deux.

Ça gaze

Puis un groupe de gilets jaunes montre une ferme intention d’entrer dans le centre commercial, sommant la police de se disperser. Une partie des gilets jaunes, plus frileuse, n’est pas d’accord avec ce qu’il se passe.
La police n’obtempère pas et reste sur place et juste après le premier petit projectile sans conséquence, les premières lacrymos sont directement lancées. Une grande partie des manifestant-es s’en vont en marchant. D’autres gilets jaunes restent ou reviennent sur place lorsque le brouillard se dissipe. Puis les lacrymos s’enchaînent et les personnes reculent plus ou moins tranquillement. A cela s’ajoute les tirs de flasball, on se retrouve une dizaine de personne a s’abriter en catastrophe derrière la voiture la plus proche. Nous n’y restons pas longtemps puisque déjà, les keufs envoient des lacrymos qui roulent sous les bagnoles. Les flics prennent rapidement possession de la rue en face de centre-deux. Ils poursuivent ceux-celles qui restaient et s’en vont dans la rue adjacente. Ils s’apprêtent a leur tirer dessus avec lacrymo et flashball. Une manifestante s’interpose seule et empêche les tirs. Elle est traînée violemment par terre et gazée en plein visage.

Quand les guirlandes dégringolent

Plus bas, vers le Mc Do, les jeunes et moins jeunes commencent à s’activer. Les radars, les horodateurs, le mobilier urbain, les guirlandes de Noël sont détruites. Une quantité étonnante de chose trouvées ici et là sont entassés puis mise à feu. Un grand nombre de personnes restent relativement proches de ces « réjouissances » qui font plus ou moins office de barricade (la rue est large). Du monde se met à l’ouvrage, avec ou sans gilet, masqué et souvent pas, ado, jeunes, moins jeunes, autant mec que meuf. On se marre en voyant un cinquantenaire et un ado cramer ensemble un panneau publicitaire. On s’étonne de rencontrer un duo de Power Rangers (on regrette qu’illes n’aient pas fait appel au robot Megazord !)
Les réactions sont aussi très déroutantes. Les mouvements de foule sont importants. Tout le monde se suit de manière très impulsive. Des lacrymos tombent, tout le monde court. Quelques un.e.s crient de ralentir, ça se calme. Des lacrymos retombent tout le monde repart dans tous les sens. On commence à en prendre vraiment plein la gueule, c’est surréaliste. Il n’y a aucune équipe médic, peu de gens masqués, pas de sérum phy, ni maalox. Ils nous ont fait reculer dans la grand’ rue pour limiter les plus gros feux.

Ça se tend

Pendant presque deux heures, on se fait gazer. On recule encore vers la fac. Au fur et à mesure de la descente, des panneaux publicitaires, la borne des Véli-verts, l’arrêt de tram volent en éclat, des tas d’objets plus ou moins gros sont enflammés. Ça tient. Les lacrymos sont renvoyées d’un coté, de l’autre ça continue de brûler et casser. Au milieu ça soutient ! On voit des cinquantenaires, casques de gaulois sur la tête, soutenir les plus jeunes. Certain-e-s ont eu la brillante idée d’arracher des mottes de terre de la voie du tram (facile à enlever par plaque) pour étouffer les lacrymos. À noter qu’il y a consensus parmi les manifestants sur les cibles à épargner : « Oh ! Pas les voitures des gens, ça se fait pas ! » entendrons-nous ça et là. Pas que nous voulons glorifier l’automobile, mais on est pas dans le 16e et dans notre ville de galérien.ne.s, on sait que ça peut être relou de se faire cramer sa caisse et se faire arnaquer par les assurances...
A un moment, une salve bien plus fournie de lacrymos. On étouffe et nous sommes plusieurs à se réfugier dans un hall d’immeuble. Sept, huit keufs délogent violemment à coup de matraque, les personnes abritées devant. Puis ils gueulent, tapent sur les vitres, nous ordonnent de sortir. A l’intérieur certain-es commencent a paniquer, trois lèvent les mains, une ado pleure disant ne pas être des gilets jaunes. On tente de dire que l’on a un blessé : « Ta gueule toi ! Ouvrez bande d’enfoirés ! ». Derrière une autre porte vitrée, il y a des gens de l’immeuble qui refusent de nous ouvrir. Les CRS finissent par ouvrir la porte à grand coup de pieds. Ils nous somment de sortir cette fois encore, à grand coup de matraques, notamment pour ceux-lles qui tentent de rester bras levés. Plusieurs sont touchés à bout portant au flashball, dès la porte passée. Après ça, on a vraiment la haine !
La tension est encore montée, les bouches incendies sont ouvertes, devant la fac l’eau prend aussi la rue. Les vitrines de banques, de boite d’intérim sont cassées. Il n’y a plus qu’un seul magasin d’ouvert, le patron est à sa porte prêt à sauver sa vitrine, il laisse entrer les gens pour boire ou s’abriter.

"Il y a de l’alcool gratuit là-bas !!"

Et puis il y a le Casino, scène incroyable ! Une fois la vitrine pétée, tous le monde se sert. Un chariot de cannettes de bières est renversé à l’entrée, laissant rouler les bières sur le trottoir et la rue. Certains font des réserves quand d’autres font des feux de joie au whisky sur le compte de Macron. Les CRS ne sont plus là ou restent au loin, on ne subit plus les lacrymos. C’est donc pendant au moins 30 minutes que les moins timides se servent et plusieurs ressortent avec des sacs ou paniers bien fournis. En même temps que l’excitation de ce gain de pouvoir d’achat éphémère, une partie des personnes abandonne la rue. Pour les autres encore là, le calme revient autours des quelques brasiers restants. Sans escorte policière visible, des pompiers arrivent et éteignent les feux plus hauts dans la rue. Des curieux viennent voir. Ça s’étiole, c’est la fin.
Deux voitures de police finissent par arriver avec quatre voitures de la bac. Pour reprendre possession de la rue, ils sortent, tapent dans le tas, gilets ou pas, remontent, avancent.
Un bacqueu sort tout seul se défouler, le con, il laisse les deux autres apeurés sans les clefs de la voiture !

Bilan

Il est 18h 30, cette soirée se poursuit avec des patrouilles de flics en nombre et des contrôles, probablement arbitraires, dans la soirée. Nous n’avons pas été directement témoins d’arrestations mais Perdriaux en annonce 11 le lendemain, parmi lesquelles au moins deux mineur.e.s et/ou très jeunes. Nous ne savons pas combien il y a eu de personnes blessées par les tirs de Flashballs, gazs et coups de matraques. La presse annonce quelques blessé.e.s léger.e.s et nous avons pu en constater plusieurs au cours de la journée.

Des galapiat.e.s

https://www.youtube.com/watch?time_continue=261&v=yOdXnkmWOtc


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

2 réactions

  • D’après le Progrès ,
    pour Miloud, bientôt 19 ans, accusé de pillage, la représentante du ministère public veut dix mois ferme et un maintien en détention. Il est finalement condamné à trois mois ferme }

    avec maintien en détention.
    pour Ahmed, 20 ans, accusé d’avoir mis le feu à une poubelle, le tribunal le condamne à six mois avec sursis et mise à l’épreuve durant deux ans.
    Pour Raphaël, 24 ans, accusé d’avoir mettre le feu à un chalet, Place Anatole France, huit mois de prison ferme, sans mandat de dépôt.

  • D’après France Bleu, trois individus doivent être jugés mercredi 5 décembre en comparution immédiate. Deux d’entre eux sont poursuivis pour avoir incendié des poubelles et un chalet sur le marché de Noël. Un troisième a été interpellé lors du pillage d’une supérette.

    Deux autres individus soupçonnés d’avoir incendié des poubelles et caillassé des policiers sont placés sous contrôle judiciaire. Ils seront jugés ultérieurement. Enfin, un mineur est mis en examen pour avoir participé à un incendie.

A lire aussi...

Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets Jaunes - Acte 50 : Appel à manifestation nationale à Saint-Étienne

Depuis plusieurs semaines, l’appel circule sur les différentes plate-forme GJ de la Loire et d’ailleurs. Pour cet acte 50, les GJ de Saint-Étienne appellent à converger sur la ville aux sept collines pour un retour aux sources ! On reprend les bonnes habitudes : rendez-vous samedi 26 octobre à 13h au rond-point de Monthieu et à 14h place du Peuple. Tou.te.s ensemble ! On lâche rien !


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   MOBILISATIONS - LUTTES

Sainté acte XIV : 3000 gilets jaunes envahissent l’autoroute !

Encore beaucoup de monde samedi dans les rues de Saint-Étienne. Une fois n’est pas coutume, le cortège ne s’est pas éternisé en centre-ville pour investir la RN 88 pendant plusieurs heures.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

« Mais il est où ce contrat ? On se disperse et on se retrouve ! » Sainté, sixième acte.

Récit de la manifestation des gilets jaunes du 22 décembre à Saint-Étienne.
Le rendez-vous hebdomadaire est cette fois donné sur le parking du Zénith. Toujours plus loin du « cœur de ville » perdriesque. Quand on arrive, un petit groupe de gilets jaunes est perplexe « qu’est ce qu’on fait ici ? Moi je ne le vois pas aujourd’hui celui qui a lancé cette idée ! ». Grosse ambiance (...)



Dans la thématique "MOBILISATIONS - LUTTES "

Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Grève et journée d’action le jeudi 9 mai

Appel à la grève et journée de mobilisation jeudi 9 mai contre la casse du service public, les réformes Blanquer, la politique du gouvernement. l’Intersyndicale appelle à une manifestation à 10h au départ de la Bourse du travail.


Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE / MOBILISATIONS - LUTTES

Déambulation festive contre SERENICITY & Cie

Associons-nous pour contrer les dérives sécuritaires, et refusons le dogme de la ville connectée et déshumanisée. Nos quartiers ne sont pas des laboratoires !
Déambulation festive le samedi 11 mai.
RDV à 13 heures sur la passerelle du puits COURIOT.
Venez nombreux.ses avec percussions et casseroles.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   MOBILISATIONS - LUTTES

Manifestation du 1er mai à Saint-Étienne : récit en image

Mercredi 1er mai, 10h00, le cours Victor Hugo commence à se remplir. Pour cette traditionnelle mobilisation de la fête du travail répondent présent.e.s de nombreu.ses.x manifestant.e.s : de la CGT, de Solidaire, de la CNT, des Gilets Jaunes, de la FSU, de la France Insoumise, des JC, du Pink Block, de la RAP…


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Manifestation du 1er mai à Saint-Étienne

« Aussi longtemps que la lutte des travailleurs contre la bourgeoisie et les classes dominantes continuera, aussi longtemps que toutes les revendications ne seront pas satisfaites, le 1er mai sera l’expression annuelle de ces revendications. » – Rosa Luxembourg. Soyons toutes et tous déterminé-e-s pour un 1er mai de lutte ! Rendez-vous à 10h à la bourse du travail de Saint-Étienne.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Pique-nique mercredi 1er mai

Rendez-vous après la manif de mercredi 1er mai pour un pique-nique à 12h30 au parc de la place Albert Thomas
Apportez vos plats à partager, des jeux d’extérieur, vos boules de pétanque et traînons ensemble pour continuer de célébrer le 1er mai en papotant et jouant !


Informations globales   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / MOBILISATIONS - LUTTES

Center Parcs de Roybon, rassemblement mardi 30 avril à Lyon

La saison IV de la saga Game Of Troncs s’annonce riche en péripéties. Pour la 4e fois en 5 ans, la justice doit statuer sur le projet de Center Parcs de Roybon en Isère. Après de nombreuses décisions de justice défavorables au Préfet comme à la multinationale du tourisme « Pierre et Vacances » (P&V), le Conseil d’État a invalidé en novembre 2018 (sur la forme) la décision de la Cour d’Appel Administrative de Lyon qui avait confirmé l’illégalité de l’arrêté préfectoral permettant la destruction des zones humides de Roybon. Le cas est donc rejugé en appel, mardi 30 avril à partir de 14 heures à la cour administrative d’appel de Lyon, 184 rue Duguesclin, 69003 Lyon.


Saint-Étienne et alentours Couac   MEMOIRE / MOBILISATIONS - LUTTES

Université, mai 1968 – avril 2019 : d’une occupation à une autre

Il y a huit jours s’achevait la brève occupation, une trentaine d’heures, d’un bâtiment de l’Université Jean Monnet. Celle qui s’était déroulée en mai-juin 1968 avait, elle, duré, une trentaine... de journées. Couac vous propose de vous replonger dans l’épisode de mai-juin 1968 avec un article paru dans sa version papier au printemps 2018.


Saint-Étienne et alentours Numero Zero   LOGEMENT - SQUAT / MOBILISATIONS - LUTTES

Traces des expulsions successives à Saint-Étienne (bourse et fac)

Récolte, recueil, archivage des enregistrements en tous genre : photos, vidéos, audio.... réalisées lors de ces derniers jours à Saint-Étienne.
Recherches des « traces » numériques des deux expulsions ayant eu lieu vendredi et dimanche à Saint-Étienne, révélant l’acharnement et la mobilisation policière contre cette réponse à la saturation des services sociaux que fut l’occupation de la bourse du travail et puis d’un bâtiment de la fac.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MOBILISATIONS - LUTTES

P’tit resto pour « Let’s boum Clap ! »

C’est samedi le p’tit resto de la Gueule Noire. Et ce mois-ci, c’est en soutien à Let’s Boum Clap, le groupe de percussion qui fera boumer nos manifs !


Informations globales   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Appel à manifester contre les frontières, à Montgenèvre et dans toutes les villes

A la frontière comme ailleurs, luttons contre les politiques migratoires.
Organise ta manif dans ta ville ou rejoins-nous sur le col de Montgenèvre le 20 avril à 11h.


Dans la thématique "MOUVEMENT GILETS JAUNES "

Informations globales   MOBILISATIONS - LUTTES / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Grève générale du 5 février : nous devons en être !

À l’impossible nul n’est tenu... Martinez a appelé à une fameuse « journée d’action » syndicale. Il ne devait pas se douter que les gilets jaunes réfléchiraient à ce mode d’action en appelant eux aussi à la grève générale. Appel à y être nombreux et nombreuses et à être force de proposition.


Saint-Étienne et alentours   MEDIAS / MOBILISATIONS - LUTTES

Le Déchaîné n°5 - Journal de gilets jaunes de Monthieu

Le dernier numéro du désormais célèbre journal des gilets jaunes du rond-point de Monthieu est arrivé. Présent aux ronds-points et dans les bars de la ville, il est aussi téléchargeable ici.
« Saint-Étienne a été agressé par quelques centaines de policiers sous le regard complice de l’État, qui prétend avoir tout mis en œuvre pour préserver l’intégrité physique des citoyens. Il est bien le seul à le croire. La réalité est différente et le ministre de l’Intérieur, tout comme le préfet, ont semblé nier la réalité, allant, pour le deuxième, jusqu’à qualifier les situations vécues entre les policiers et les manifestants de ’’ludiques’’. » (...)


Informations globales   REPRESSION - PRISON

« C’est ça la justice ? Eh ben, vivent les gilets jaunes, ils ont raison ! », comparutions immédiates, Paris, 14 janvier 2019.

Des Gilets jaunes face à la justice de classe, 3e épisode : Comparutions immédiates suite à l’acte IX le 14 janvier 2019 par l’équipe du journal L’Envolée.
Ce lundi 14 janvier 2019, l’activité de la 24e chambre était exclusivement consacrée à la répression d’un mouvement social qui dure depuis plus de deux mois maintenant. L’audience a duré jusqu’à 22 heures, et des Gilets jaunes passaient aussi en comparution immédiate dans deux autre salles.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilet jaune acte XI

Manifestation Gilets Jaunes samedi 26 janvier. 13h à Monthieu / 14h Place du Peuple

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Acte X : compte-rendu fainéant et futur à demi-mots

Routine des samedis jaunes.
Partir des ronds-points et d’ailleurs.
Discuter. Regarder. Fumer.
Rigoler. Tergiverser.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilet jaune acte X : on s’arrête plus ! Récit en images

La mobilisation ne faiblit pas à Saint-Étienne en ce samedi 19 janvier pour le 10e acte des Gilets Jaunes. Environ 2000/2500 manifestant.e.s étaient présent.e.s d’après nos estimations ; avec notamment un cortège Roannais ayant rejoint les rangs stéphanois !

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MOBILISATIONS - LUTTES

Jouer avec l’instabilité du mouvement

Contradictions et piétinement du mouvement des gilets jaunes.


Informations globales   ANTIFASCISME / MOBILISATIONS - LUTTES

Héroïsme et my(s)thification

Un texte qui revient sur les ralliements et hésitations des militant.e.s de gauche et anarchistes à propos des gilets jaunes. Il part de l’histoire du boxeur et de l’imagerie insurrectionniste. C’est essentiel de questionner cette adhésion aux images (et aux gestes) qui emporte très vite tout un chacun, en particulier les militant.e.s. Puis il ouvre quelques pistes de luttes émancipatrices.
Merci sauvageries.blog !


Informations globales   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / REPRESSION - PRISON

Conseils à l’attention des personnes blessées par la police et de leurs proches

Après le déchaînement de violence policière de ces dernières semaines à Saint-Étienne et partout en France, il semble pertinent de publier ce petit tutoriel rédigé par le collectif Désarmons-les.

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MOBILISATIONS - LUTTES

4-2 Empire (et la répression aussi)

Ressenti personnel sur l’acte IX.

" Il s’est passé quoi ?
Acte IX
Gilets Jaunes
De Jean-Jaurès
À Fourneyron..."


A la une...

MEMOIRE
Le massacre du 17 octobre 1961 à Paris : « Ici on noie les Algériens ! »  

Ce jour-là, des dizaines d’Algériens ont été noyés dans la Seine ou massacrés par la police française à Paris. C’est un devoir de justice de ne pas l’oublier.
Le 17 octobre 1961 alors que la guerre d’Algérie touche à sa fin, le FLN appelle à une manifestation pacifique dans les rues de Paris pour dénoncer le couvre-feu raciste imposé quelques jours plus tôt aux Algériens et par extension à tous les Maghrébins. Cette manifestation rassemble environ 30 000 personnes.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Rassemblement pour les personnes sans logement  

Depuis avril 2019, des personnes se battent à Saint-Étienne pour le simple droit à un logement digne. Depuis avril 2019, les pouvoirs publics à qui devrait incomber cette tâche restent - à une exception près - sans réaction, dans l’indifférence voire dans le mépris total. Depuis avril 2019, un collectif de lutte s’est créé pour tenter de faire face à cette urgence. Le collectif des habitants de la bourse appelle les Stéphanois.es à un rassemblement de solidarité, samedi 19 octobre à 14h, place du Peuple à Saint-Étienne.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Détruire le capital : un combat vital  

L’heure n’est pas à une écologie de comptoir où on culpabiliserait ceux qui ne font pas le tri, l’heure est à une écologie radicale. On ne peut pas continuer dans un monde capitaliste, il faut s’attaquer aux racines du problème et arrêter de se contenter des guirlandes aux arbres. Continuer avec la surproduction, l’exploitation animale, à vivre dans la société du pétrole, c’est ne pas s’attaquer à la base du problème.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Taclons Puma - 2e round  

Journée d’Action Internationale contre le sponsoring de Puma organisée par le collectif stéphanois de soutien au peuple Palestinien‎.
BDS42 reprend du service mercredi prochain. Ce 16 octobre à partir de 16h30, place du peuple, nous organisons un rassemblement pour la seconde action internationale contre Puma et dans le but de dénoncer leur sponsoring de la fédération israélienne de football.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Appel à témoin suite à l’agression policière raciste du 28 septembre  

Appel à témoins concernant l’agression policière raciste ayant eu lieu rue Rouget de Lisle dans la nuit du 28 septembre.
Comme le racontait un texte publié il y a peu sur Numéro zéro, deux personnes noires ont été agressées par des policiers stéphanois dans la nuit du 28 au 29 septembre. Les forces de l’ordre les ont violemment frappées, humiliées, et ont eu à leur égard des propos et comportements extrêmement racistes et choquants.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Déclaration de la Commune Internationaliste du Rojava  

Alors que Donald Trump a annoncé le retrait rapide des soldats présents dans la région, le président de la Turquie Erdogan en a profité pour menacer d’une opération militaire. Opération lancée hier ; quatre villes subissent des bombardements aériens de l’armée turque. Le but pour Erdogan : éradiquer les forces kurdes et leurs alliéEs en place dans la région du Rojava et éradiquer toute velléité d’émancipation des peuples. Le peuple kurde du Rojava lance un appel à la mobilisation.


ANTIFASCISME
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos  

Antonin Bernanos est un militant antifasciste autonome. Incarcéré durant près de deux ans suite à l’affaire de la voiture de police brûlée Quai de Valmy en 2016, il est de nouveau en détention – provisoire – depuis six mois suite à la plainte d’un hooligan d’extrême-droite dont le groupe a été mis en déroute lors d’une confrontation de rue avec des antifascistes. Dans cette lettre, Antonin revient sur l’infiltration des groupes d’extrême-droite durant la phase initiale du soulèvement, et sur la manière dont celle-ci s’articule étroitement avec la stratégie répressive de l’État – qu’il s’agisse de répression policière ou de propagande médiatique.


REPRESSION - PRISON
[Courrier Parloir Hélicoptère] Partage d’experiences et d’outils sur le soutien aux personnes incarcérées  

Lancement de la plateforme Courrier Parloir Hélicoptère pour référencer et partager des expériences et des outils de soutien aux personnes incarcérées.
Nous sommes un petit groupe de personnes qui avons et avons eu des proches incarcéré-es et on a rencontré des difficultés à communiquer avec elleux – ce qui nous a amenés à nous poser des questions sur les outils à mettre en place pour lutter contre l’isolement des personnes incarcérées.


GENRE - FEMINISME
[CNT Femmes Libres Sainté] Présentation et Brochure d’octobre 2019  

« CNT Femmes Libres » est un outil non-mixte de lutte contre les violences patriarcales sur les lieux de travail, dans les pratiques syndicales, dans l’espace privé ou public.


REPRESSION - PRISON
IanB, membre de Désarmons-les ! revient sur son arrestation à Montpellier le 28 septembre 2019  

Samedi 28 septembre, aux alentours de 16h, lors de l’acte 46 des gilets jaunes, IanB, membre du collectif Désarmons-les !, s’est fait violemment interpeller. On nous relate plusieurs faits de violences au même endroit : des coups de matraque qui visaient une observatrice LDH et des personnes qui, dans le passé, ont déjà été mutilées ou blessées par la Police. On nous relate un contexte très violent, anxiogène et paniquant. Dans cette lettre IanB revient sur son interpellation et sur le sentiment d’injustice et de colère qui l’a envahi à sa sortie de garde à vue et sur cette brutalité d’État qui se banalise.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Agression raciste de la part de la police stéphanoise  

Un habitant de la ville a envoyé son témoignage dans lequel il dénonce une agression raciste de la part de la police stéphanoise. Ces faits se sont produits ce week-end et il est primordial de les faire connaître. En effet, ce genre d’agressions de la part des forces de l’ordre n’est pas rare et il faut les dénoncer par tous les moyens !