Saint-Étienne et alentours Couac   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Saint-Étienne : Privilégier l’image ou la vie des habitant-es ?


|

Christelle Morel Journel et Valérie Sala Pala sont enseignantes-chercheuses à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne. Elles travaillent sur les évolutions de la ville et les politiques dont elle fait l’objet. Dans un récent article co-écrit avec Vincent Béal, sociologue à l’Université de Strasbourg [1], elles décryptent les discours tenus sur Saint-Étienne. Un premier, misérabiliste, insiste sur le dépeuplement et la pauvreté de la ville ; un second, à l’opposé, dépeint une métropole innovante et attractive. Un autre discours, qui ne chercherait ni à stigmatiser Saint-Étienne ni à en faire un produit à vendre, reste à imaginer. Rencontre.


Couac : La Biennale de Design, qui s’est déroulée au printemps, est un outil dans la stratégie de communication de la ville. Pouvez-vous retracer l’histoire de cette promotion de Saint-Étienne à travers le Design ?
Christelle : La Biennale prolonge le soutien apporté à la Cité du Design, dont le projet a émergé à la fin des années 1990 et abouti autour de 2007-2008. C’est une stratégie de redéveloppement d’une ville d’ancienne industrie qui est légitimée en présentant le design comme ancré dans l’histoire de la ville, un peu comme si les arts appliqués, c’était déjà du design sans le savoir. Les recherches montrent que c’est un peu plus complexe : dès les années 1970, il y a une réflexion sur de nouvelles modalités de développement de la ville industrielle, et la recherche de nouvelles activités, notamment autour de la culture [2]. Depuis une vingtaine d’années maintenant, c’est vrai qu’il y a la tentation de faire du design une vitrine, mais je dirais que c’est « normal ». C’est légitime d’essayer, dans cette ville qui a quand même des difficultés économiques — l’agglomération se porte mieux — de retrouver un vecteur de développement. Certes il y a un décalage entre l’image et son impact économique réel, mais c’est un peu la règle du jeu dans les politiques urbaines telles qu’elles fonctionnent actuellement. L’enjeu principal serait que cette sphère soit ouverte, qu’elle soit partagée et qu’elle change en bien la vie, au moins un peu, des habitants. Je n’ai pas de problème sur le fait que les politiques urbaines s’en servent de vecteur d’image et de vitrine. Mais si c’est seulement ça, là, ça pose problème.
Valérie : Les stratégies « anti-déclin » ne sont pas nouvelles. Elles se succèdent depuis les années 1970-80 mais on observe un basculement dans les années 1990, sous la municipalité conduite par Michel Thiollière [3] : on passe alors d’une stratégie anti-déclin orientée vers l’économique et l’emploi à une stratégie beaucoup plus urbaine. En gros, jusque dans les années 1980, les pouvoirs publics essaient de créer de l’emploi, d’attirer des entreprises par des aides, par l’aménagement de zones d’activités, etc. Et puis comme ça ne marche pas, à partir des années 1990, ils cherchent à travailler sur la ville elle-même, à la rendre attractive pour y faire venir les entreprises, certaines catégories sociales, évidemment plutôt les catégories moyennes et supérieures, les cadres. Et là, il y a un lien à faire avec le rôle qui va être dévolu à l’EPASE*. Construire cette image de Saint-Étienne comme ville du design, c’est donc seulement un aspect de cette stratégie urbaine d’attractivité plus globale. Qui va passer aussi par le recours à des grands noms d’architectes, par un travail sur les espaces publics. C’est par exemple l’idée de faire du Crêt-de-Roc une petite « Croix-Rousse » stéphanoise pour les classes créatives. Même si ça ne marche pas trop…

Comment la municipalité actuelle se saisit-elle de cette stratégie ?
Valérie : Gaël Perdriau tient un discours hypervolontariste, très positif sur Saint-Étienne. Dans son discours, on trouve deux éléments : il y a le constat de toutes les crises auxquelles Saint-Étienne a fait face mais tout de suite après vient le deuxième constat qui est celui de la capacité de rebond. On va retrouver ici la promotion de l’esprit d’innovation stéphanois. L’expression qui revient toujours chez lui, c’est « la ville aux 1 000 brevets ».
Christelle : Et avec une volonté de sa part de se positionner sur la revalorisation des habitant-es. Nous avons par exemple recueilli un discours très fort sur l’Opéra consistant à dire « Saint-Étienne mérite un Opéra » et qui a conduit à renommer la Maison de la Culture en « Opéra ». Après on peut discuter de celles et ceux à qui ça s’adresse, jusqu’où cette ouverture est effective, de ce que cela suppose quant aux choix qui sont faits sur le logement social ou l’accueil des migrant-es. Mais, en tout cas, il y a cet affichage.

Les mutations du capitalisme ont pour effet de mettre les villes en concurrence les unes avec les autres.

Les enjeux des villes en dépeuplement sont particuliers. Pourtant, les politiques urbaines mises en place à Saint-Étienne paraissent être les mêmes qu’ailleurs…
Valérie : On est dans un contexte que l’on appelle « post-fordiste », où les villes sont de plus en plus en concurrence les unes avec les autres. Les mutations du capitalisme ont des répercussions très fortes sur les relations entre les villes, les territoires et l’économie et ont pour effet de mettre les villes en concurrence pour attirer des entreprises, certains groupes sociaux, etc. Toutes les villes sont tentées de développer des stratégies d’attractivité, mais elles n’ont pas toutes les mêmes ressources et les mêmes contraintes pour les déployer. Typiquement Saint-Étienne, ville anciennement industrielle, est très loin de la norme métropolitaine, de la ville qui a tous les atouts, toutes les ressources pour déployer ce type de stratégie.
Christelle : Il y a un tropisme vers la grande ville, la métropole attractive, qui accueille des grands donneurs d’ordre ou sait les séduire, qui vit sur la base de quartiers créatifs ou de leurs avatars, qui refait les berges de ses rivières, etc. Les politiques urbaines et les outils d’aménagement suivent des modèles mis en œuvre par des personnes passées par des formations d’instituts d’urbanisme, qui sont très formatés et incorporent de manière implicite les normes de la croissance urbaine et métropolitaine. Pour une ville décroissante, il faut déjà assumer les coûts que représente la perte d’habitant-es et d’activités en termes de ressources fiscales et autres mais en plus, il faut inventer de nouvelles manières de faire dans un monde qui est très normé du point de vue du développement des villes et des métropoles. Ce n’est pas simple et ça pose des questions de ressources. Quel-les technicien-nes ? Quel-les élu-es ? Comment leur faire entendre que l’on peut faire autrement ? C’est une partie de notre boulot en tant qu’universitaires.

Pourquoi la question de la décroissance n’est-elle jamais posée à Saint-Étienne ?
Valérie : Elle est constamment présente chez les élu-es, mais elle est aussi taboue. Parce que c’est très difficile de porter ça politiquement, de porter un discours sur la ville « en déclin » et parce que les outils, les dispositifs reposent implicitement sur le paradigme de la croissance. Des stratégies politiques alternatives, de décroissance, n’existent pas vraiment aujourd’hui ni à Saint-Étienne ni au niveau national. Il y a un autre aspect important auquel on ne pense pas forcément, c’est que derrière tout ça, il y a aussi l’enjeu de la périurbanisation. On fait souvent le lien, assez spontanément entre la décroissance urbaine et l’effondrement de l’industrie, de l’emploi à Saint-Étienne. Mais il y a un autre facteur important, c’est la périurbanisation. Beaucoup de ménages ont quitté la ville centre pour aller dans les communes du Forez, etc. Le déclin de Saint-Étienne s’explique également beaucoup par ça. Donc pour les technicien-nes, les élu-es, gérer la décroissance urbaine ça passe aussi beaucoup par la gestion collective de la périurbanisation.
Christelle : Ça pose des questions en termes de gouvernance qui sont fondamentales. On parle de villes mais désormais les choses se passent à une autre échelle, celle de l’agglomération voire de l’aire urbaine. Question de la gouvernance intercommunale donc et aussi question du gouvernement des outils d’aménagement disponibles. L’EPASE, dont il faut rappeler que ce sont les acteurs locaux qui l’ont demandé, est un outil très puissant, au pouvoir d’action fort et rapide. Il y a là des logiques d’action qui sont un peu perturbantes pour un territoire fragile. On le voit sur la zone d’aménagement de Châteaucreux, dont le projet était déjà engagé avant l’arrivée de l’EPASE : on achète des terrains, qu’on ne peut pas porter pendant des années et qu’il faut donc valoriser. Tout ça dans une ville où depuis des années, on a un peu joué aux chaises musicales avec les entreprises et les services publics qui sont installés là, puis là, puis là [4].
Valérie : Le projet de Pont-de-l’Âne Monthieu pose aussi question [5]. Sur ce secteur il y a un gros projet de développement, porté par l’EPASE. C’est un enjeu important puisque c’est la première image qu’ont les gens qui arrivent à Saint-Étienne de ce côté. Le problème de ce projet, c’est qu’il risque de contribuer à l’effondrement commercial du centre-ville. Compte tenu du contexte de Saint-Étienne, est-ce que ce n’est pas contre-productif d’essayer de développer autant de quartiers — Manufacture Plaine Achille, Châteaucreux, Pont-de-l’Âne, etc. — en même temps ? Il y a d’ailleurs eu des désaccords entre des élus de la municipalité de Maurice Vincent (2008-2014) qui souhaitaient mettre le paquet sur le centre-ville et l’EPASE qui tenait à ce projet quasi périphérique. Avant d’être élu, Gaël Perdriau avait un discours assez critique vis-à-vis de ce projet, qu’il a un peu euphémisé par la suite. L’objectif qu’il affiche aujourd’hui est de poursuivre le projet, tout en veillant à ce que ça ne contribue pas à l’effondrement commercial du centre-ville, en faisant attention à ce que ce ne soit pas le même type de commerces.

Sauf qu’on voit par exemple la Fnac qui va déménager là-bas...
Christelle : C’est encore cet effet de chaises musicales. Un projet d’aménagement est souvent réfléchi dans un périmètre donné, sans penser la ville dans son ensemble. Il se passe plein de choses dans le quart nord-est de la ville : Pont-de-l’Âne, Châteaucreux, Manufacture Plaine-Achille… C’est un secteur avec des investissements publics et privés extrêmement importants mais ça se fait parfois en ponctionnant d’autres quartiers de la ville. Je pense notamment à la Comédie qui a quitté un quartier (Beaubrun) dans lequel on pouvait peut-être discuter de son rôle, mais qui quitte ce quartier pour rejoindre une zone qui est déjà dynamique (Manufacture Plaine Achille). D’après ce bon adage de l’action publique qui est que l’on arrose là où c’est mouillé.

Des modèles alternatifs sont portés par des collectifs et peu à peu arrivent à rentrer un tout petit peu dans l’horizon de certain-es élu-es.

Quels sont les acteurs non institutionnels, qui interviennent sur ces questions-là ? Est-ce qu’il y a des mobilisations habitantes spontanées sur certains projets ?
Christelle : C’est une ville qui a su se mobiliser pour le travail mais qui a du mal à reconfigurer ses luttes pour intervenir sur ces questions. Les rénovations des quartiers par l’ANRU* n’ont, par exemple, pas suscité beaucoup de résistance…
Valérie : Par contre, il y a plein d’acteurs associatifs. Sur Crêt-de-Roc notamment, on les voit qui se bougent sur la question des rez-de-chaussée vacants.
Christelle : La genèse de ces initiatives, c’est aussi l’amicale laïque, qui a porté l’une des premières AMAP de la région, les associations de Montreynaud, les Réseaux Citoyens… Dans tous ces mouvements, on retrouve souvent des ancien-nes du Parti communiste qui en sont restés proches ou qui en ont divergé et ont fait rupture. Il y a un milieu très vivant qui est très bien arrivé à recomposer des formes d’action qui étaient celles de la ville ouvrière, vers des choses plus horizontales et pluridisciplinaires. Des modèles alternatifs sont portés par des collectifs et qui peu à peu arrivent à rentrer un tout petit peu dans l’horizon de certain-es élu-es. Ce que savent montrer ces collectifs — et c’est très important — ce sont de réelles capacités de transformation de la ville. Sur un autre registre d’action, à l’École d’architecture, et ça rejoint ce que l’on fait nous sur les villes en décroissance, il y a des enseignant-es qui, depuis quelques années, alertent les acteurs locaux sur la nécessité de poser la question de la décroissance urbaine.
Valérie : C’est plus dans ces milieux-là que l’on trouve quelque chose qui ressemble à la recherche d’un projet alternatif, que l’on ne trouve pas vraiment aujourd’hui parmi les élu-es et les équipes municipales. Certaines associations revendiquent un projet politique autour de la « ville en transition » par exemple : une transition écologique, urbaine, démocratique et quasiment économique. Beaucoup de ces associations ont une vocation quasi professionnelle et pas seulement militante. Il faudra voir si quelque chose qui ressemble vraiment à une ville en transition se met en place à travers ces initiatives et ces actions encore fragmentées. C’est assez émergent.

Quelle est la capacité à proposer d’autres modèles face à un acteur aussi puissant que l’EPASE, qui est sur une temporalité longue ? Comment résister, formuler des contres modèles ?
Valérie : C’est assez difficile de répondre. Une des difficultés que rencontrent ces initiatives est celle de l’essoufflement. Celles et ceux qui sont engagé-es depuis des années et bataillent sur des projets se lassent, se fatiguent à développer ces initiatives sans que ça débouche sur une action qui soit vraiment structurée, qui soit vraiment portée à l’échelle municipale. Peut-être que pour consolider des modèles, pour les structurer, il faudrait qu’il y ait des formes de mobilisation conjointe, de mise en commun. Certains projets s’inscrivent clairement à l’échelle des quartiers, d’autres à une échelle un peu plus large... mais comment aller vers une dimension plus collective, plus globale ?

Vous décrivez des associations en voie de professionnalisation, bénéficiant de financements en provenance de la municipalité, de l’EPASE… Sont-elles alors encore en mesure de porter un discours indépendant face à ces aménageurs ? Ne tendent-elles pas à assimiler une part de leurs normes et objectifs ?
Valérie : Nous nous posons les mêmes questions. On est dans un entre-deux dans lequel on trouve à la fois du militantisme et du professionnel... Il faut s’assurer de pouvoir continuer à être subventionné, croire en ce que l’on fait, construire des nouveaux modèles auxquels on croit… tout cela est en tension.

Lexique :
Différents dispositifs nationaux d’aménagement de la ville ont une déclinaison à Saint-Étienne.

  • Agence nationale de l’habitat (ANAH) : L’ANAH a pour objectif de « lutter contre l’habitat indigne et très dégradé » et d’aider financièrement les propriétaires à réaliser des travaux d’amélioration de l’habitat, dans les secteurs concernés par des Opérations programmées pour l’amélioration de l’habitat. À Saint-Étienne, l’opération 2012-2017 concerne le secteur Chappe-Ferdinand (de Châteaucreux à l’hyper-centre).
  • Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU) : La « politique de la ville » est un ensemble d’actions à destination de quartiers jugés prioritaires, sur trois volets : économique, social et urbain. Ce dernier, largement majoritaire, est piloté par l’ANRU via des programmes de démolition et reconstruction. À Saint-Étienne, le programme de rénovation 2004-2014 concernait quatre quartiers : Crêt-de-Roch, quartiers Sud-Est, Tarentaize-Beaubrun-Séverine, Montreynaud. Celui de 2014-2024 concerne uniquement les deux derniers.
    Selon certain-e-s auteur-e-s, ces programmes ont aussi, voire surtout, pour objectif de mettre en place un modèle d’organisation policier dans les quartiers populaires.
  • Établissement public d’aménagement (EPA) : Les EPA sont des outils d’intervention de l’État pour mener des « opérations d’intérêt national ». L’EPA de Saint-Étienne (EPASE) a été créé en 2007. D’après le site internet dédié, il « est chargé d’impulser une nouvelle dynamique au bénéfice du cadre de vie et des entreprises pour participer à l’attractivité de la ville et attirer de nouveaux habitants ». Les financements de ses opérations, qui s’élèvent à 120 millions euros pour la période 2007-2013 et à 80 millions d’euros pour 2014-2020, sont pris en charge à hauteur de 50 % par l’État, 20 % par la ville de Saint-Étienne et de 10 % chacun par le Conseil départemental de la Loire, Saint-Étienne Métropole et la Région.
  • Établissement public foncier (EPF) : Les EPF d’État, dont relève l’Établissement public de l’Ouest Rhône-Alpes (EPORA) qui intervient à Saint-Étienne, constituent des outils de maîtrise du foncier. C’est cet organisme qui achète, porte, gère et remet en état les terrains (par des opérations de dépollution notamment) afin d’y développer des projets d’aménagement.

Pour aller plus loin :

  • Sur les mots de l’urbanisme capitaliste :
    Jean-Pierre Garnier, « Petit lexique techno-métro-politain », Article 11, mardi 18 janvier 2011, disponible sous : http://www.article11.info/?Petit-lexique-techno-metro.
    Jérôme Thorel, « La ville mode d’emploi », documentaire audio sur Arte Radio, 15 novembre 2011, disponible sous : https://www.arteradio.com/son/616028/La_ville_mode_d_emploi.
  • Sur les enjeux des politiques de la ville :
    Hacène Belmessous, Opération banlieues. Comment l’État prépare la guerre urbaine dans les cités françaises, Paris, La Découverte, 2010.
    Claire Laborey, « Mainmise sur la ville », film documentaire, Hamaerops Productions, Arte France, 2015.
  • Sur la notion de « droit à la ville » :
    David Harvey, Le capitalisme contre le droit à la ville, Paris, Éditions Amsterdam, 2011.
    Henri Lefebvre, Le droit à la ville, Paris, Éditions Anthropos, 1968.
  • Sur des exemples de résistance à des projets de rénovation, à Marseille et Berlin :
    Gilles Lucas, « Rénovation urbaine à Marseille : Quartiers nord en résistance », CQFD, n° 106, décembre 2012, disponible sous : http://cqfd-journal.org/Quartiers-nord-en-resistance.
    Gertrud Schulte Westenberg et Matthias Coers, « Locataires rebelles », film documentaire, 2014.

[1Vincent Béal, Christelle Morel Journel et Valérie Sala Pala, « Des villes en décroissance stigmatisées ? Les enjeux d’image à Saint-Étienne », Métropolitiques, 3 avril 2017, disponible sous : http://www.metropolitiques.eu/Des-v....

[2Giovanni Sechi, « Les dessous de la ville créative : Saint-Étienne, entre modèles théoriques et pratique », EchoGéo, n° 36, 2016, disponible sous : https://echogeo.revues.org/14624.

[3Michel Thiollière devient maire de Saint-Étienne en 1994, après la démission de François Dubanchet (maire de 1983 à cette date). Il est ensuite élu en 1995 et réélu en 2001.

[4Par exemple, lorsque le site de Manufrance est réaménagé dans les années 1990, Saint-Étienne Métropole s’installe dedans, accompagnée d’EPORA*. Le projet Châteaucreux démarre en parallèle et le bâtiment censé accueillir la « cité des affaires » se transforme en cité administrative. Les équipes de Saint-Étienne Métropole et de l’EPORA y sont déplacées, laissant des locaux vides dans les bâtiments de l’Espace Fauriel.

[5Ce projet prévoit la création d’un pôle commercial de 70 000 m². Voir à ce sujet « Fais pas STEEL ! », Couac, n° 3, disponible sous : 3345.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans les mêmes thématiques...

Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MOBILISATIONS - LUTTES

Le squat de lutte cévenole « La Borie » sera expulsable à la fin de l’été, appel à soutien !

Berceau d’une lutte mémorable dans les Cévennes contre un grand projet de barrage dans les années 80, ce lieu d’habitation et d’expériences politiques sera expulsable à partir du mois d’Août, rappel historique et appel à soutien.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT

Rendu du procès du 14 juin pour une ouverture de squat

Le 14 juin dernier, de nombreuses personnes se sont rassemblées pour soutenir 5 personnes en procès inculpées suite à une tentative d’ouverture d’un squat. Les familles roumaines sont toujours à la rue avec des enfants en bas âge. Le délibéré sera rendu le jeudi 5 juillet à 13h30 au palais de justice de Saint-Étienne, tous celles et ceux qui le souhaitent, peuvent venir.


Saint-Étienne et alentours Couac   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Ruines vs buildings

« Châteaucreux, quartier d’affaires » disaient-ils déjà il y a 15 ans… Habitant près de la gare, je me demande encore de quel chapeau est sortie cette idée bien cocasse. Au Crêt-de-Roc, 30 à 40 % du bâti est vacant. À Saint-Étienne, ce pourcentage avoisine en moyenne les 20 % soit environ 10 000 logements vacants. À côté de ça, l’EPASE continue de lancer des chantiers de construction de studios, d’appartements, d’hôtels grand standing. À qui la faute ? Cet article propose de survoler les acteurs de l’immobilier à Sainté.


National   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / LOGEMENT - SQUAT

Puy en Velay : ne laissons pas seuls les macronistes

Mercredi 30 mai 2018, le comité local de la République en Marche de Haute-Loire (#LREM43), faisait le bilan de “l’an 1 de Macron et de LREM” dans le café Le Majestic du Puy en Velay. Des individus s’y sont rendus afin de perturber cette petite sauterie et rendre hommage à Maxime, mutilé sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.


A Lire ailleurs   LOGEMENT - SQUAT

Guide pratique d’autodéfense à destination des personnes menacées d’expulsions de leurs lieux de vie

Après plusieurs mois de rencontres, d’échanges, de recherches et d’ateliers entre des personnes directement concernées par les mesures de délogement, le Collectif Anti-expulsions Lille présente sa brochure d’autodéfense et d’actions collective face aux expulsions, quelle que soit sa manière d’habiter : occupations de terrains, locations, squats, résidences étudiantes…


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / REPRESSION - PRISON

Procès de 5 personnes poursuivies suite à la tentative d’ouverture d’un immeuble à Saint-Étienne

Appel à mobilisation le 14 juin à 12h30 Tribunal de Saint-Étienne pour le procès de 5 personnes poursuivies suite à la tentative d’ouverture d’un immeuble à Saint-Étienne.


National   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / LOGEMENT - SQUAT

Rassemblement de soutien à Notre Dame des Landes

Les expulsions ont repris ce matin à la ZAD de Notre Dame des Landes, soyons nombreux et nombreuses à affirmer notre opposition à cette politique de la terre brûlée.


A Lire ailleurs   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / LOGEMENT - SQUAT

Déclarons nous tout-e-s sur la ZAD !

La Préfecture nous pousse à nous régulariser... en déclarant des installations agricoles individuelles. La Préfète a donné jusqu’au 23 avril pour remplir ce formulaire, sous menace de venir expulser et détruire les habitats qui n’ont pas été démolis la semaine dernière. Formulaire qui par ailleurs n’est qu’une étape sans aucune garantie puisqu’il s’agit de déposer des « candidatures » qui seront traitées par les services de la préfecture, uniquement sur des critères agricoles et notamment en fonction de leur viabilité économique !


A Lire ailleurs   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / LOGEMENT - SQUAT

Soutien ZAD NDDL ! Appel Intergalactique

Bienvenue en France.
Dans l’idée et dans la pierre : Liberté, égalité, fraternité.
Dans la chair et le réel : services publiques attaqués. Solidarité condamnée. Liberté bafouée. Paysannerie asphyxiée. Quartiers populaires mutilés. Mouvements sociaux annihilés. Corps médical réprimé, Cheminots niés. Étudiants muselés. Retraités méprisés. Et d’autres encore....


Saint-Étienne et alentours   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / LOGEMENT - SQUAT

Soutien à la ZAD : Un samedi après-midi dans le centre ville

Ce samedi 14 Avril à Saint Étienne, en réaction aux expulsions ultra violentes des habitations de la ZAD de Notre Dame des Landes, une foule bigarrée a manifesté en soutien dans une humeur déterminée et joyeuse. Diaporama


Saint-Étienne et alentours Couac   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Folie des grandeurs, bienvenue en métropole !

Depuis le 1er janvier 2018, sur Sainté et ses alentours, nous vivons officiellement dans une « métropole ». Mais qu’est-ce que ça implique dans nos vies d’urbaines ou de ruraux, ou d’entre les deux ? Chez Couac, l’envie a émergé de soulever quelques-unes des questions que ça peut poser, et au moins d’éclaircir un peu le brouillard de tous ces termes bureaucratiques…


Saint-Étienne et alentours Couac   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Design et raffiné

La municipalité de Saint-Étienne a fait de « l’expérience design » l’axe de sa promotion de la ville. Le design a sa biennale, il a aussi eu son pavillon FrenchTech DesignTech© à l’automne dernier. Décryptage de cette opération de communication sous la forme d’un récit, partial et partiel, de ces mondanités.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

L’A45, ce n’est pas fini – Restons mobilisé·es

La Coordination des opposants à l’A45 reste prudente sur les suites politiques du dossier d’autoroute A45.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Caravane ethnocubique des Tanj’heureux, contre l’A45 et son monde...

La caravane ethnocubique des Tanj’heureux vous reçoit avec la coordination des opposant-es à l’A45 et contre son monde du 6 au 11 Août, à la tour contre l’A45 à Cellieu (42).


Saint-Étienne et alentours   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Votre carriere, notre enfer

Suite à l’annonce de l’extension de la carrière de St Julien-Molin-Molette par le préfet de la Loire, une petite vingtaine de personnes du collectif des habitant.es et riverain.es se sont mobilisées pour aller perturber la venue du préfet à Veauche pour le Trophée des Jeunes Entrepreneurs.


A Lire ailleurs   MOBILISATIONS - LUTTES / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

« Ils canardent nos utopies et volent notre avenir »

Le gouvernement a annoncé la fin de la période d’« expulsions », après une dernière semaine horrible où un camarade a perdu sa main à cause de l’explosion d’une grenade GLI-F4. d’autres ont été blessés, on n’a toujours pas de nouvelles de la personne qui a été poussée du toit des Domaines par les flics et qui est partie inconsciente. On est toujours en alerte ... On attend de de voir ce ce que ça donne sur le terrain...N’hésitez pas à passer, il y a de quoi faire ici, besoin de bras pour déblayer, construire, jardiner, danser...Ils détruisent ? On reconstruira, ZAD vitam !!


National   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / MOBILISATIONS - LUTTES

Encore une grève à la SNCF !

Réédition d’un article originalement écrit pour Paris-luttes.info en octobre 2015 sur les conditions de travail des cheminot’es.


Saint-Étienne et alentours Couac   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Classe créative ?

Saint-Étienne, ville design, innovante, dynamique, créative, la rengaine est maintenant connue. Ce qu’on sait moins, c’est que c’est un modèle à part entière, développé dans les années 90 aux États-Unis et dont l’un des gourous se nomme Richard Florida. C’est à lui qu’on doit le concept fourre-tout de « classe créative » qui fait baver les édiles de notre belle commune.


Saint-Étienne et alentours Couac   INFORMATIQUE - SECURITE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Numérique, mon amour

A l’heure où le numérique occupe une place toujours croissante dans notre quotidien, Gaël Perdriau et son équipe rêvent de transformer notre cité stéphanoise en « ville connectée », n’hésitant pas pour ce faire à employer les grands moyens.


Saint-Étienne et alentours Couac   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

De propres jardins…

Saint-Étienne et son agglomération comptent une des plus grandes surfaces de jardins potagers sur leur territoire parmi les villes de taille similaire : 89 hectares, répartis en 45 sections, pour 3180 jardins au total. Toute proportion gardée, Sainté n’étant pas en Île-de-France, ces terrains restent malgré tout sous la pression immobilière, la Ville pouvant à loisir modifier son Plan Local d’Urbanisme et rendre constructible des terrains qu’elle ne fait que prêter. Nombre de sections de jardins autrefois situées en centre-ville ou très proches ont petit à petit disparu, le déclin de la surface totale ayant commencé suite à la Seconde Guerre et à la multiplication des zones pavillonnaires.


A la une...

CONSOMMATION - GLOBALISATION
Conditionnement toxique  

Nous oublions trop souvent que nos points de vue varient selon les situations, notre histoire et notre culture. Si notre mode de vie influe sur nos perceptions, voir d’une certaine façon crée sa propre réalité. Nous survivons sous influence d’un système qui formate nos conditions d’existences.


REPRESSION - PRISON
Projection du film « Faites sortir l’accusé, histoire d’un prisonnier longue peine »  

Projection du film « faites sortir l’accusé » de PeG, en présence du réalisateur au Méliès Saint-François, lundi 1er octobre. Une histoire d’amour et d’amitiés qui dévoile une partie de l’implacable machine judiciaire. Une plongée anti-spectaculaire dans le temps infini des longues peines.


MOBILISATIONS - LUTTES
Loi Travail : la répression continue  

Si la Loi Travail a été adoptée à l’été 2016, la répression envers les personnes ayant participé aux protestations contre le texte au printemps continue en revanche à être d’actualité. Jeudi 13 septembre 2018, huit personnes sont convoquées au Tribunal de grande instance de Saint-Étienne (leur avocate va demander un report). On y revient avec des articles du Couac.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Le 22 septembre, toutes et tous à la Talaudière !  

Rassemblement contre l’A45 et son monde à La Talaudière le 22 septembre 2018.
La bataille contre l’autoroute A45, cette deuxième autoroute entre Brignais (Rhône) et La Fouillouse (Loire), payante et parallèle à l’autoroute existante, n’est pas finie : à nous d’obtenir son abandon définitif.


MOBILISATIONS - LUTTES
Pub Belle la Ville ?  

Mercredi 5 septembre, place de l’hôtel de ville à Saint-Étienne, un panneau publicitaire a retrouvé sa fonction d’affichage public. Le message commercial d’une agence d’assurances est en partie recouvert d’une affiche appelant à donner de la place à la culture plutôt qu’à la publicité.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
[Cluny] Salon des éditions libertaires  

Salon du livre liber­taire les samedi 29 et diman­che 30 ­sep­tem­bre 2018 à la salle des Griottons à Cluny.


MEMOIRE
Une Mine autogérée à Saint-Étienne... en 1891 !  

Inaugurée en 1891, la Mine aux mineurs de Monthieu dura jusqu’en 1908. Elle eut une vie agitée, secouée par de nombreux procès, et même une grève ! Et pourtant elle réussit à faire vivre, pendant plus de dix ans, entre 70 et 100 mineurs. Cette expérience, avec son histoire mouvementée et contrastée, peut être utile aujourd’hui encore, comme elle le fut à la fin du XIXe siècle.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Camping itinérant PASSAMONTAGNA Du 19 au 23 septembre 2018  

Cinq jours pour partager des réflexions, expériences et pratiques de lutte contre les frontières et les États qui les ont créées.
Le dispositif frontalier est beaucoup plus qu’une ligne imaginaire. C’est un système de contrôle qui sélectionne et divise, qui s’ouvre et se ferme selon les nécessités économiques et politiques.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Chère, très chère école privée !  

Lors du conseil municipal de juin 2017, alors qu’était abordé le budget de Saint-Étienne, un chiffre avait retenu mon attention : sur les millions d’euros de dépenses de fonctionnement dans le domaine de l’éducation — dont une grande partie est dévolue aux écoles primaires et maternelles — pas moins de 2 millions étaient dévolues aux écoles privées de la commune, soit 25 % du budget tout de même. Je décidais de me pencher sur ce qui me semblait alors être un mystère.


LOGEMENT - SQUAT
Squats et Loi Elan, une mise au point  

Petite mise au point sur la Loi Elan qui nous pend au nez.
Elle entraine de multiples modifications dégueulasses sur la question du logement dont une sur les squats.