Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Soutien à la Maison Solidaire !




Hello !!
Nous recherchons toujours des places disponibles pour des durées de quelques jours à quelques mois. On insiste parce que ça pinaille du coté des institutions qui n’ont pas assez de place pour tout le monde (conséquence d’une volonté politique de nos gouvernements successifs...).

Un canapé ? Un enfant en internat une semaine sur deux ? Un weekend ou une semaine d’absence ? Nous garantissons l’hébergement à votre domicile en votre absence en y envoyant des personnes de confiance que nous connaissons depuis plusieurs mois.
Dans ces cas de figure nous passons régulièrement dans le logement pour vérifier que tout ce passe bien...


Merci de nous écrire, trop de gens sont dehors à l’heure actuelle.

lamaisonsolidaire42 gmail.com
0477591954
FB : LaMaisonSolidaireStEtienne

Une cagnotte a été créée afin de récolter des dons pour participer à la prise en charge de ces personnes. Ici, vous pouvez, directement et en un clic, participer à cette cagnotte.

Présentation de la Maison solidaire :

1. Depuis novembre 2016, La Maison Solidaire s’efforce d’apporter un soutien matériel et humain aux personnes en détresse sociale, psychologique ou morale sur notre territoire. Elle est un établissement sans entité juridique à l’heure actuelle mais est inscrite dans les statuts de l’association « Transport People and Care » comme étant un lieu d’hébergement, de collecte et de stockage de produits de première nécessité, administré par elle.

Au fil des mois, c’est vers les exilés présents sur ce même territoire que nos activités se sont orientées. Le constat que nous faisions étant qu’aucune catégorie de population ne subissait autant qu’eux l’exclusion et la politique autoritaire, sécuritaire des dernières années.

Ils sont nombreux, et la tâche est immense. A de nombreuses reprises, nous avons dû faire des choix difficiles, pour décider de qui nous aiderions ou pas. A l’heure actuelle, nous ne sommes pas en mesure de répondre à 75 pour cent des demandes d’aide que nous recevons, principalement sur le plan de hébergement.

Nous privilégions les publics entre 14 et 26 ans, toutes situations administratives confondues. Ceci dit, pour les Dublinés dis « en fuite », toute forme de soutien s’avère extrêmement compliquée. Nous tentons encore de voir sur quels points nous pouvons nous permettre de les appuyer.

La mobilisation autour des hôtels et foyers d’hébergement des mineurs (soutien logistique pour ce qui concerne La Maison Solidaire), et le maintien de quatre séances d’alphabétisation ou de soutien scolaire chaque semaine sont gourmands en énergie et en temps de présence pour les bénévoles.De même, l’approvisionnement en nourriture nous occupe quasiment deux jours par semaine (ramassage, tri, préparation). Tous nos hébergeurs n’en profitent pas, mais chaque jeudi et vendredi, il leur est possible de venir faire « leurs courses » directement à La Maison Solidaire. Nous ne sommes donc pas assez nombreux, à l’heure actuelle, pour être réellement efficaces 7 jour sur 7 même si cela reste un objectif.

2. Dès septembre 2017, nous avons alerté sur la situation préoccupante des M.N.A [1]. Depuis cette période, nous avons souhaité concentrer notre soutien sur les cas les plus vulnérables, ceux sans logement, sans suivi social, ou très proche de leur majorité, et sans formation.

Cela ne nous a pas empêché, dans le même temps, d’exercer toutes les pressions possibles pour mettre en lumière la situation globale de ces jeunes.

Nous en avons accueilli 22 depuis cette date. Tous tenus à l’écart du dispositif de protection des mineurs :

  • 3 sont repartis quelques heures, quelques jours après leur refus de prise en charge.
  • 16 ont été scolarisés dans les semaines suivant leur arrivée au sein de notre réseau.
  • 8 sont maintenant pris en charge par le Conseil Départemental.
  • 8 attendent une convocation en appel, soit après une main levée, soit après un refus ou non-lieu à mesure d’assistance éducative de la part du juge des enfants.

3. Pour la suite, et sous couvert d’autorisation, La Maison Solidaire sera ouverte tous les jours de 11h à 15h, sans rendez vous, pour des demandes diverses. En dehors de ces horaires, la maison ne serait accessible qu’aux personnes ayant rendez-vous ou étant inscrites pour des activités.

La nouvelle convention de mise à disposition des locaux prévoit que le jardin, les dépendances, et tout le rez de chaussé seront à la disposition de l’association. Tout le premier étage restera à l’usage privé du locataire, c’est-à-dire moi.

C’est, à ce jour, la seule solution que nous avons à proposer. Cela aura du mal à passer auprès des services de la DDCS [2] mais nous rappellerons une fois encore que nous faisons face à une réalité qui est que des jeunes supposés mineurs ou tout juste majeurs se retrouveraient à la rue si une petite partie d’entre eux n’était pas hébergée dans cette maison (5 à l’heure d’aujourd’hui).

4. Mais là encore, le travail à accomplir est immense. Et nous rencontrons des difficultés sur plusieurs points. Organisationnellement d’abord. Maintenir une cohésion de groupe et des missions clairement définies n’aura pas été aisé. Les difficultés que nous rencontrons à obtenir une reconnaissance de nos activités par le département et la DDCS nous entravent dans notre communication, nos activités, notre développement économique.

En étant optimistes, nous n’attendons pas d’évolution rapide sur ce plan. Les tractations continuent avec les institutions, et nous rencontrons des politiques pour appuyer notre démarche, mais c’est un travail de longue haleine qui demande de la patience.

5. En attendant, notre fonctionnement ne repose que sur votre générosité.
Sans votre soutien, les jeunes sans prise en charge ne mangeraient pas à la cantine, n’auraient pas non plus de carte de bus. (Les fonds sociaux ne prennent pas toujours en charge, nous n’avons pas d’autre choix que d’assurer ces dépenses.)
Sans votre soutien, ceux qui relèvent de prise en charge en hôtel ne laveraient pas leur linge.
Sans votre soutien, nous ne pourrions pas non plus financer les nombreux recommandés, documents d’état civil, transports aux ambassades.
Sans votre soutien, l’association ne pourrait pas soutenir l’hébergement dans la maison.

6. En serrant les vis, nous finissons le mois avec 1750 euros de dépenses.
Le plus gros poste reste les charges de La Maison Solidaire (619 euros par mois), cela s’explique notamment par deux factures de rappel concernant l’année 2017 (reportées sur les échéanciers de 2018) période ou nous avons accueilli jusqu’à 21 personnes en même temps dans la maison.

Viennent ensuite les dépenses dites « personnelles » (403 euros), comprenant recommandés, documents d’état civil, frais de santé non remboursés, recharges de téléphone, cantine...

Les dépenses en nourriture, fournitures diverses (300 euros), pour compléter les colis alimentaires, acheter des produits d’hygiène, cartouches d’encre, rames de papiers...

Les dépenses de transport (145 euros) correspondent à l’achat de cartes de STAS ou billets pour Paris (ambassade)...

Enfin, les dépenses pour l’entretien du jardin (29,80 euros), pour du terreau, des plans et pieds, graines...

Dans l’idéal, nous souhaitons pouvoir soutenir l’hébergement de trois familles ou personnes dans des locaux payants, la facture s’élève à 445 euros pour 9 personnes dans trois appartement.

7. Nous avons donc aujourd’hui plus que jamais besoin de vous, et dans l’idéal, de personnes prêtes à s’engager à nos cotés chaque mois avec des versements réguliers. Pour finir l’année dans de bonnes conditions, des mécènes qui ponctuellement nous soutiendraient seraient également bienvenus.

Compléments :

Nous organisons ou participons actuellement à l’hébergement de 47 personnes. Famille, mineurs isolés, jeunes majeur(e)s isolé(e)s, couples avec enfants en bas âge ou enceinte de 5 à 8 mois.

D.A. : Demandeur d’asile
T.S. : Titre de séjour
M.N.A. : Mineur non accompagné
Ex M.N.A. : Jeune majeur arrivé sur le territoire avant 18 ans
A.S.E. : Aide sociale à l’enfance
O.F.I.I. : Office Français de l’intégration et de l’immigration
J.D.E. : Juge des enfants
T.A. : Tribunal administratif

87 personnes ont été accueillies entre janvier 2018 et le 20 novembre 2018.
14 bébés de - de 3 ans
3 enfants de + de trois ans
16 femmes pour des durées de 1 semaines à 4 mois,
20 hommes pour des durées de 1 semaines à 4 mois,
34 M.N.A. pour des durées de 1 nuit à 11 mois.

Pour les D.A. : Orientation OFII pouvant survenir dans les deux semaines après l’arrivée, jusqu’à 4 mois après l’arrivée.
Pour T.S. et Ex MNA : Orientation sur CCAS et 115 une fois la régularisation acquise.
Pour MNA : Orientation sur l’ASE si primo-arrivant, vers avocat et juges des enfants si refus à l’évaluation sociale, sur la cours d’appel quand le juge ne prend pas de mesure de placement.

[1M.N.A. : Mineur non accompagné

[2Direction Départementale de la Cohésion Sociale



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire aussi...

Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Lettre ouverte à Monsieur le Maire de Saint-Étienne, Monsieur le Préfet de la Loire et au-delà

Nous étions, ce mercredi soir, quelques dizaines de citoyens soutenant la cause des migrants et personnes sans domicile fixe à vouloir interpeller, lors de l’inauguration de la Biennale du design, nos responsables politiques et administratifs, sur les menaces d’expulsions pesant sur quelques squats de notre ville, ainsi que sur notre inquiétude de voir mises à la rue de nombreuses personnes et familles à la fin de la trêve hivernale.



Dans la thématique "MIGRATIONS - SANS-PAPIERS "

Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Une collecte à Saint-Étienne pour un convoi solidaire à destination de la Grèce

Ce convoi vise à amener toutes sortes de ressources pour des personnes vivant en Grèce, en lien avec les collectifs sur place. Plusieurs villes de France organisent ainsi des collectes qui partiront ensuite en convoi groupé pour Théssalonique, Athènes. Ce convoi a aussi pour but de tisser des liens avec les personnes en résistance afin de soutenir le mouvement social et les luttes en cours, notamment pour les refugié-es arrivé-es en Grèce.

Soirée de soutien le 2 février à l’amicale du Crêt de Roch (16, rue Royet, StE)

FIN DE LA COLLECTE LE 12 FEVRIER


Informations globales   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Communiqué du CRA 2 de Mesnil Amelot : La lutte s’étend dans les centre de rétentions !

Alors qu’une grève de la faim a éclaté dans deux bâtiments à Vincennes depuis quelques jours. Que la répression des grévistes, leurs déportations ou leurs transferts vers d’autres CRA ont presque fait cesser la grève dans le bâtiment B2 de Vincennes. La grève au bâtiment A2 à Vincennes, tient bon et a même été rejointe par de nouvelles personnes au lendemain de la manifestation de solidarité de lundi soir !


Saint-Étienne et alentours Couac   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

La traque continue : des nouvelles de familles roms

Le 31 décembre 2018, plusieurs associations ont signé une tribune dans laquelle elles accusent l’État de mener une politique envers les personnes à la rue, notamment migrantes, qui « confine à une mise en danger délibérée ». Si le texte pointe la situation à Paris et en Île-de-France, elle n’est guère différente à Saint-Étienne et dans la Loire. Illustration avec un article du Couac paru à l’hiver 2018.


Informations globales   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Grève de la faim en cours au Centre de Rétention Administrative de Vincennes : communiqué des prisonniers !

Nouvelle grève de la faim en cours au centre de rétention de Vincennes. 27 prisonniers du bâtiment 2A ont commencé aujourd’hui a lutter ensemble face à la violence des déportations et des keufs. Appel à solidarité !


Informations globales   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON

Communiqué des prisonniers du centre de rétention de Oissel : fin des violences policières et fermeture du CRA !

Dans tous les lieux d’enfermement la violence est quotidienne. La prison pour étrangèr.e.s de Oissel près de Rouen, est un de ces laboratoires d’expérimentation de la répression.


Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Journée internationale des migrant.e.s

A l’occasion de la Journée Internationale des Migrants qui marquera aussi le lancement des États Généraux et locaux des Migrations, un Rassemblement est organisé à St-Étienne, mardi 18 décembre 2018 à 18h place Jean Jaurès.

Mise à jour :


Informations globales   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Les « 7 de Briançon » ont été condamnés

En avril, les « 7 de Briançon » avaient manifesté contre des militants d’extrême droite venus chasser les migrants à la frontière franco-italienne. Accusés d’avoir aidé des exilés à pénétrer en France, ils viennent d’être condamnés à des peines de prison.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Alerte expulsion - Appel à soutien

Depuis plusieurs mois la police harcèle les habitant-e-s de la maison bleue, squat de migrant-e-s. La pression s’intensifie, l’expulsion est imminente. Ils et elles ont besoin de soutien.

Mise à jour :


Informations globales   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Oulx : un nouveau refuge autogéré s’ouvre

Ce dimanche 9 décembre a été ouverte la CASA CANTONIERA à Oulx, un bâtiment vide et inutilisé depuis des décennies. À partir d’aujourd’hui, il s’agit de lui redonner vie : contre les frontières et le dispositif qui les soutient et les détermine. Contre le Décret Salvini et sa politique de répression et de guerre aux pauvres. Pour un monde où tous.tes puissent choisir où et comment vivre.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Aberration ordinaire : un proprio engage des « gros bras » pour expulser un squat

Ce matin – jeudi 29 novembre – les habitant.e.s du 13 boulevard Jules Janin (squat dans lequel vivent des personnes exilées) ont subi une agression. Trois hommes, après avoir forcé la porte d’entrée de l’immeuble, ont en effet pénétré dans le bâtiment prétextant des travaux à effectuer sur ordre du propriétaire. (...)


Dans la thématique "LOGEMENT - SQUAT "

Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

Récapitulatif d’une semaine d’occupation à la Bourse du Travail

Depuis 10 jours, les personnes sans abri affluent chaque jour à la Bourse du Travail occupée. Cet article tente de récapituler ce qui a amené à cette situation explosive. Entre solidarité rageuse des habitant’es de Saint-Étienne et mépris des pouvoirs publics, l’occupation continue tant bien que mal.
Pétition de soutien en ligne ici.
Liste des besoins pour les personnes sur place ici.

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

Revendication de l’action spontanée en direction de Gaël Perdriau, vendredi 5 avril sous les arcades de Saint-Étienne

Depuis presque une semaine des personnes expulsées de leur squat ou mises à la rue à la fin de la trêve hivernale occupent la Bourse du Travail. Malgré les nombreuses lettres ouvertes qui lui ont été adressées, le maire, Gaël Perdriau, n’a toujours pas daigné rencontrer ces personnes sans-abri ou le collectif mobilisé en soutien. A croire que si on veut parler au maire, il faut aller le chercher.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

Pour un logement digne pour toutes et tous : manifestation acte II !

A l’appel du collectif « pour que personne ne dorme à la rue », manifestation en soutien aux personnes sans abri devant la préfecture pour le droit fondamental au logement.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

Communiqué de l’Union Locale des syndicats CGT de Saint-Étienne et son agglomération

En réaction aux menaces de la mairie sur la CGT qui est accusée d’avoir détourné ses locaux et la demande de procédé à l’évacuation des personnes sans abri.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

Communiqué du Collectif de soutien à l’occupation de la Bourse du travail du jeudi 4 avril

Depuis le lundi 1er avril la Bourse du Travail de Saint Etienne est occupée par des personnes sans abri et soutenues par un collectif citoyen et un regroupement d’associations, d’ONg et de syndicats. Dans ce communiqué en date du 4 avril, ce collectif répond aux confusions stigmatisante que l’on peut lire dans les médias.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MOBILISATIONS - LUTTES

Pour un logement digne pour toutes et tous : rassemblement !

Avec le printemps revient la vague des expulsions, qui vient, cette année encore, de mettre à la rue violemment une centaine de personnes. Un collectif d’associations et de personnes solidaires se mobilise depuis quelques semaines pour aider ces personnes et rappeler aux pouvoirs publics leur devoir de mise à l’abri.
Mercredi 3 avril à 15h30 place de l’hôtel de ville, soyons nombreureuses et motivé’es pour affirmer publiquement ce qui nous rendrait « fièr·es d’être stéphanois·es » : acceuil et solidarité !


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MOBILISATIONS - LUTTES

Occupation de la Bourse du travail par des personnes sans hébergement et leurs soutiens

Suite à la fin de fin de la trêve hivernale et l’expulsion violente de squats de migrant·es, de nombreuses personnes (dont des personnes malades et des enfants en bas âge) sont aujourd’hui sans aucune solution de relogement. Face à cette situation insupportable, une poignée d’associatifs et de citoyen·nes mobilisé·es ont décidé d’occuper la Bourse du travail de Saint-Étienne ce lundi 1er avril.
Retrouvez dans cet article tous les textes qui ont été publié sur notre site

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Voisin.e.s vigilant.e.s + flics violents = récit d’une non-ouverture de squat

Récit d’une tentative d’ouverture quelque part à Saint-Étienne, empêchée par l’action coordonnée de la police et de ses collaborat.eur.rice.s en pyjama.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT

[Brève] Flics et riverain.es contre une occupation

Suite aux expulsions (fin de la trêve hivernale) et face au nombre de personnes, familles, enfants qui se retrouvent démunis et à la rue, des militant.e.s et membres d’associations ont tenté de réquisitionner dans l’urgence un bâtiment vide depuis des années au 36, rue des Armuriers à Saint-Étienne ce 27 mars.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

2,8 millions de logements inoccupés en France et Saint Etienne n’est pas en reste

A l’abri sous les flonflons de la biennale, la mairie met des dizaines de familles et personnes à la rue. Alors que partout en France le nombre de logements vides augmente et que selon une récente étude de L’INSEE, il y a environ 13 000 logements vides à Saint-Étienne, comment le maire Pedriau peut-il encore défendre une « ville inclusive » ?
Retour en chiffres sur la soi-disant crise du logement en France et à Saint-Étienne en particulier.


Dans la thématique "MOUVEMENT POUR LE LOGEMENT DE TOU’TE’S (2019- ....) "

Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

Menaces d’expulsion à la Bourse du Travail

Comme vous avez pu le lire depuis 10 jours dans nos colonnes, la Bourse du Travail est occupée par des personnes sans autre solution d’hébergement. Aujourd’hui, la préfecture déclare pouvoir débloquer un certain nombre de places d’hébergement et dans le même temps l’évacuation de la Bourse du Travail serait prévue pour demain matin.
Communiqué du collectif de soutien de l’occupation de la Bourse.

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

Du cœur ! Toutes et tous à l’hôtel de Ville pour réclamer des logements dignes

Vendredi à 15h30 devant l’hôtel de ville, rassemblement en soutien aux personnes hébergées à la Bourse du travail et pour défendre le droit au logement de toutes et tous !
En signant la pétition en ligne, en venant soutenir ces familles sans-abri tous les jours dans leur occupation, les stéphanois’es prouvent qu’illes ont du cœur !
Crions le ensemble devant les fenêtres de la mairie qui fait la sourde oreille !


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / DROITS SOCIAUX - SANTE

Me, you, nous... et eux ? Petits fours et expulsion

Ce mercredi 20 mars, une vingtaine de personnes ont fait irruption à l’inauguration de la Biennale de design de Saint Etienne pour dénoncer la mise à la rue de dizaines de personnes par les pouvoirs publics.


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / LOGEMENT - SQUAT

Soirée de soutien pour aider au logement de familles en difficulté

Les collectifs LPE et Entre-Aide Toit organisent une nouvelle soirée de soutien le vendredi 5 avril 2019 à partir de 19h30 à la Gueule Noire, pour aider au logement de familles en difficulté.


Informations globales   DISCRIMINATIONS - RACISME / LOGEMENT - SQUAT

[Info Gisti] Expulsions de terrain et de squat - sans titre mais pas sans droits

Voici une brochure qui répond à nombre de nos questions sur le squat et les expulsions !
2e édition, Fondation Abbé Pierre / Gisti / Romeurope


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Repas solidaire à une famille dans le besoin

Arnold, Irina et leurs 3 enfants (6 et 8 ans) sont en France depuis trois ans et ont quitté la Russie où ils vivaient sous menaces de mort. Aujourd’hui déboutée du droit d’asile et en procédure pour qu’Arnold soit reconnu étranger malade, la famille n’a accès ni aux droits sociaux ni aux aides au logement.
Nous organisons un repas solidaire à prix libre samedi 16 mars 2019 pour aider à financer le loyer de l’appartement et toutes les charges qui sont liées.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Interview d’un habitant de la Maison bleue

Une trentaine de personnes habitent à la « Maison bleue ». L’une d’entre elles nous a raconté son parcours, ses luttes et sa situation actuelle. De l’Angola à St Etienne, elle raconte une histoire des frontières, des repressions et des solidarités.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MOBILISATIONS - LUTTES

Appel à mobilisation pour le droit au logement

RASSEMBLEMENTS
VENDREDI 29 MARS à 9h devant la préfecture
SAMEDI 30 MARS à 15h Place Jean Jaurès}


A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
Paroles de Gilet : « Le cancer de notre monde, c’est le capitalisme »  

Le mouvement des Gilets jaunes fête bientôt son premier anniversaire et il nous a semblé intéressant de relayer les paroles des premier.e.s concerné.e.s. Celles et ceux pour qui la fièvre jaune a été impossible à négocier ! Jean est stéphanois, il commence à s’intéresser au mouvement et tout s’enchaîne : les ronds-points, les manifs mais aussi la violence policière, les contrôles, la répression, l’arrestation, le procès et au bout de la chaîne... la prison. Interview réalisée en juin 2019 à sa sortie de Fresnes et publiée dans le journal L’Envolée.


CAPITALISME - GLOBALISATION
Un étudiant stéphanois s’immole devant le Crous de Lyon  

En pleine détresse sociale suite à la perte de sa bourse, un étudiant de 22 ans originaire de Saint-Étienne s’asperge d’essence et tente de s’immoler devant le bâtiment du Crous de Lyon.
"J’accuse Macron, Hollande, Sarkozy et l’UE de m’avoir tué en créant des incertitudes sur l’avenir de tou.te.s, j’accuse aussi Le Pen et tous les éditorialistes d’avoir créé des peurs plus que secondaires.
Vive le socialisme, vive l’autogestion, vive la sécu."


MOBILISATIONS - LUTTES
Les gilets jaunes ont un an : appel pour un acte 53 historique !  

Un an, 52 semaines, 365 jours ! Le 17 novembre prochain, cela fera une année que ce mouvement inédit, sorti de (presque) nous aura fait sortir dans les rues tous les samedis. Depuis plusieurs semaines, ça tourne pas mal sur les réseaux sociaux. Les GJ veulent fêter ce premier anniversaires dignement. Des rendez-vous fleurissent aux quatre coins de France pour manifester, bloquer des centres commerciaux voire des villes entières, pour réoccuper les ronds-points. Saint-Étienne n’est pas en reste et des appels à manifester sont lancés pour ce 53e acte.


DROITS SOCIAUX - SANTE
La psychiatrie des hôpitaux stéphanois rembraye pour un mois de grève  

Les personnels de psychiatrie de Saint-Étienne poursuivent leur lutte et rembrayent pour un mois de grève, du 6 novembre au 6 décembre 2019.
« Bon eh bien voilà... Ça ne s’arrange pas : les fermetures de lits continuent, le manque de moyens humains reste criant et donc, les soins se précarisent toujours plus, les conditions de travail se dégradent, nos pratiques ne se pensent plus, la violence endurée par les patients comme par les soignants est niée ! »


FLICAGE - SURVEILLANCE
Digital Saint-Étienne viole votre vie privée à votre insu !  

Digital Saint-Étienne est une centralisation des bases de données, une plate-forme numérique évolutive de gestion des données urbaines, le début de la smart city et d’une ville robotisée.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Enfant en situation de handicap : l’État oublie « d’inclure » les moyens  

Lundi 04 novembre, le « comité de suivi de l’école inclusive » a réuni au ministère de l’Éducation, le ministre et associations en charge de la scolarisation des enfants en situation de handicap. Si le ministre s’est jeté des fleurs en vantant les résultats supposés des réformes entreprises en la matière, la situation sur le terrain semble toute autre. Couac est allé discuter avec Taline Bouagal, AESH et représentante syndicale dans la Loire.


DROITS SOCIAUX - SANTE
La bataille du logement pour tou.te.s  

Le premier novembre marquait le début de la trêve hivernale. Cela ne garantit pas pour autant à chacun-e d’être correctement abrité-e. Retrouvez ici la pétition lancée pour réclamer que tous les enfants scolarisés à Saint-Étienne soient hébergés ainsi qu’un article du Couac sur la fin de la trêve hivernale du printemps dernier et la galère qui a suivi pour les personnes à la rue, en particulier celles en situation de demande d’asile.


MEDIAS
Histoire et répression d’Indymedia Linksunten (Allemagne)  

En septembre 2017, Indymedia Linksunten était interdit par le ministère de l’Intérieur allemand, perquisitions et montage policier à l’appui. Retour sur l’histoire, le contexte, les dossiers d’enquête ainsi que sur la bataille juridique menée depuis le collectif de soutien et la legal team Freiburg EA.


ANTIFASCISME
Le Rassemblement National 42 surpris avec l’Action Française  

À Saint-Étienne, la section départementale du Rassemblement National a été surprise, vendredi 1er novembre, à accueillir en ses locaux une réunion/conférence du groupuscule royaliste d’extrême droite, déjà connue pour ses méthodes violentes et fascistes : l’Action Française !


EXPLOITATION ANIMALE
Manifestation anti-corrida à Rodilhan  

La manifestation débute par une déambulation dans cette ville qui semble désertée. Les « Basta Corrida » donnent le rythme. Au bout de quelques mètres, la marche est interrompue sur un pont à quelques pas de l’arène par une barrière anti-émeutes soutenue par un camion blindé. Les esprits s’échauffent, la colère monte. Les manifestant·e·s tapent sur les grilles pour se faire entendre, et essaient d’exercer une pression sur celles-ci. La gendarmerie bien abritée derrière leurs camions n’attend pas et commence à gazer la foule moins de 10 min plus tard. La résistance ne se fit pas attendre et des manifestant·e·s affrontent les forces de l’ordre en renvoyant les palets lacrymogènes ou en jetant des pierres.


ANTIFASCISME
Saint-Étienne ANTIFA Festival 2019 en soutien aux migrant.e.s  

Vendredi 15 et samedi 16 novembre 2019 à Ursa Minor en soutien au Collectif de Solaure en collaboration avec Les Créations du Crâne, Le Comité Antifa Stéphanois, Univers Soul, Le Collectif de Solaure, La Cantine et d’autres…


DISCRIMINATIONS - RACISME
Nan, demain j’ai piscine : fermeture des locaux d’hébergement à la Talaudière  

Demain, jeudi 31 octobre, la quarantaine de personnes qui avaient trouvé refuge depuis le mois d’avril dans le vestiaire d’une piscine désaffectée de La Talaudière mise à disposition par la Maire doivent quitter les lieux. Sans autre solution, illes iront devant les locaux de la PADA pour réclamer leur droit à l’hébergement. Soyons nombreux et nombreuses à les soutenir dans cette journée difficile !


FLICAGE - SURVEILLANCE
Les grandes oreilles de Perdriau et Verney-Carron ne seront pas installées  

Suite à la mise en garde de la CNIL sur le projet d’installation de micros espions dans le quartier Tarentaize-Beaubrun, mais aussi à la lutte menée par plusieurs collectifs stéphanois, la mairie annonce qu’elle « ne mènera pas l’expérimentation des capteurs sonores envisagée au printemps dernier ».


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Démocratie « disruptée » à l’Université Jean Monnet  

Le 17 octobre dernier, se tenaient à l’Université Jean Monnet des élections en vue de renouveler différents conseils dont le Conseil d’administration, qui élit le-la président-e. Casseroles, recettes rances et plats indigestes étaient au menu. Menu dont les effluves douteuses ont inspiré cet entretien presque réel avec l’ancienne, et future, présidente – Michèle Cottier.


MOBILISATIONS - LUTTES
Nationale des Gilets Jaunes ! Un air de retrouvailles  

Ça faisait un bail qu’on avait pas vu autant de monde dans les rues un samedi à Sainté. Et ça fait plaisir ! Même si, il faut l’avouer, on est loin du nombre des décembre, janvier, février derniers... Au moment fort de la manifestation, plus de 1000 GJ de Sainté et de Navarre ont promené les forces de l’ordre tout l’après-midi et même jusqu’au début de soirée à Monthieu ! Et ce malgré le dispositif énormissime, les grenades lacrymo, les charges agressives, les tirs de LBD et les coups de matraque.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Le droit de jouer  

Samedi 19 octobre, un rassemblement était organisé pour dénoncer l’absence d’action des pouvoirs publics à Sainté face à la situation de près de 300 personnes contraintes de dormir dans les parcs, les squats ou sous les ponts. Couac s’est penché sur la situation des enfants (environ 60), qu’on semble vouloir empêcher d’accéder aux droits les plus élémentaires : dormir sous un toit, être scolarisé-e, etc.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Sortie du n°8 du Couac !  

Pour ce numéro concocté après la fin de l’été, Couac est allé mettre son nez dans les dossiers nauséabonds de la toxi-cité stéphanoise. Vous y retrouverez aussi bien sûr les habituelles brèves, divers articles sur des questions d’actualité ainsi que son inévitable grille de maux (mots) croisés. On vous propose ici, en avant-goût, l’édito et un article consacré au site de Borde-Matin – le centre de traitement de déchets de Suez situé sur la commune de Roche-la-Molière.


MOBILISATIONS - LUTTES
Vague mondiale de colère !  

Le ciel de la capitale chilienne est rouge : des bâtiments et des métros ont brulé toute la nuit. À Hong Kong, les barricades n’en finissent pas de barrer les rues de la métropole. À Barcelone, la police perd le contrôle. À Quito, le président de l’Équateur doit reculer, après avoir été chassé de la capitale par l’insurrection. Nous ne voyons quasiment que ça depuis plusieurs jours, de nos fils d’actualités jusqu’aux médias dominants. Les vidéos des différentes révoltes à travers le monde. Partout autour du globe, les populations se soulèvent contre leurs dirigeants, contre la corruption et l’injustice.


MEMOIRE
Le massacre du 17 octobre 1961 à Paris : « Ici on noie les Algériens ! »  

Ce jour-là, des dizaines d’Algériens ont été noyés dans la Seine ou massacrés par la police française à Paris. C’est un devoir de justice de ne pas l’oublier.
Le 17 octobre 1961 alors que la guerre d’Algérie touche à sa fin, le FLN appelle à une manifestation pacifique dans les rues de Paris pour dénoncer le couvre-feu raciste imposé quelques jours plus tôt aux Algériens et par extension à tous les Maghrébins. Cette manifestation rassemble environ 30 000 personnes.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Détruire le capital : un combat vital  

L’heure n’est pas à une écologie de comptoir où on culpabiliserait ceux qui ne font pas le tri, l’heure est à une écologie radicale. On ne peut pas continuer dans un monde capitaliste, il faut s’attaquer aux racines du problème et arrêter de se contenter des guirlandes aux arbres. Continuer avec la surproduction, l’exploitation animale, à vivre dans la société du pétrole, c’est ne pas s’attaquer à la base du problème.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Appel à témoin suite à l’agression policière raciste du 28 septembre  

Appel à témoins concernant l’agression policière raciste ayant eu lieu rue Rouget de Lisle dans la nuit du 28 septembre.
Comme le racontait un texte publié il y a peu sur Numéro zéro, deux personnes noires ont été agressées par des policiers stéphanois dans la nuit du 28 au 29 septembre. Les forces de l’ordre les ont violemment frappées, humiliées, et ont eu à leur égard des propos et comportements extrêmement racistes et choquants.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Déclaration de la Commune Internationaliste du Rojava  

Alors que Donald Trump a annoncé le retrait rapide des soldats présents dans la région, le président de la Turquie Erdogan en a profité pour menacer d’une opération militaire. Opération lancée hier ; quatre villes subissent des bombardements aériens de l’armée turque. Le but pour Erdogan : éradiquer les forces kurdes et leurs alliéEs en place dans la région du Rojava et éradiquer toute velléité d’émancipation des peuples. Le peuple kurde du Rojava lance un appel à la mobilisation.


ANTIFASCISME
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos  

Antonin Bernanos est un militant antifasciste autonome. Incarcéré durant près de deux ans suite à l’affaire de la voiture de police brûlée Quai de Valmy en 2016, il est de nouveau en détention – provisoire – depuis six mois suite à la plainte d’un hooligan d’extrême-droite dont le groupe a été mis en déroute lors d’une confrontation de rue avec des antifascistes. Dans cette lettre, Antonin revient sur l’infiltration des groupes d’extrême-droite durant la phase initiale du soulèvement, et sur la manière dont celle-ci s’articule étroitement avec la stratégie répressive de l’État – qu’il s’agisse de répression policière ou de propagande médiatique.