Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

TGI de Valence - Procès des deux détenus du Quartier Maison Centrale du centre pénitentiaire

Bis repetitas ce vendredi 10 mars 2017 à 14h : interdiction de rentrer dans la salle où avait lieu le jugement hormis la famille et la presse. Les quelques vingt personnes venues assister au procès de deux détenus de la prison de valence se sont vu refuser l’entrée d’une audience pourtant publique. En plus d’une charge violente par les flics. Deux personnes embarquées au comico et placées en garde à vue. Elles ressortent avec une convocation pour un procès en novembre pour outrage et violence contre personne dépositaire de l’ordre publique.
Les détenus quant à eux, ont subi la justice de classe. Les magistrats, toujours soudés avec les flics et les matons leur ont rajouté 1825 jours de détention dans le QCM Valentinois.


A 13h30, l’entrée du TGI de Valence est déjà bien gardée.
Devant les portes, trois fourgons de la police nationale sont postés et bien remplis de flics, ce qui est inhabituel en termes d’effectif pour cette ville. La preuve en est la réaction d’étonnement des piétons et piétonnes en voyant le dispositif. Il faut préciser qu’une école maternelle est située quasiment en face et qu’une rue piétonne n’est pas loin.
Sur l’ail gauche du tribunal, le camion de la gendarmerie qui transporte les détenus arrive, ces derniers sont enfermés dans les box en métal à l’intérieur du véhicule.

Un flic est posté dans la petite cour du tribunal avec un fusil hi-tech de type G36, en guise de comité d’accueil pour les prisonniers. La famille de José Torres le salue en escaladant le muret qui sépare la rue du tribunal et la cour.

Retour aux portes du palais.

A quelques mètres des camions, il y a une team de six flics composée uniquement de gradés, soit un commandant, deux adjudants chefs, une sergente chef et deux sergents chef. En tenue complète : portable, talki, matraque télescopiques, menottes, flingues, gazeuses, gilets.
Ils bloquent le passage et filtrent avec vérification d’identité pour ne laisser rentrer que les membres de la famille des détenus. Après avoir sorti leurs cartes de presse, les journalistes (trois médias différents environ) vont eux aussi pouvoir passer les portiques jusqu’à la salle d’audience.
Par contre, les flics ont bien identifié aux abords du tribunal des gens qui ne sont pas de la famille mais qui souhaitent quand même rentrer pour pouvoir assister au procès. L’audience est pourtant libre d’accès mais elle leur sera refusée. La compagne de Romain Leroy elle, obtient sa permission de rentrer par les flics après le début du procès parce qu’ils l’ont vu discuter avec des personnes qui étaient venues en soutien pour les prisonniers.

Il est 14h00 passée.
Le procès a déjà commencé, aucune info ne nous parvient, c’est le commandant qui contrôle les entrées. Une demi heure plus tard, on est toujours plantés devant les marches du tgi, les flics font des allers retours dans leurs camions pour se relayer, regarder leur portable. Aucun signe de tension. Nous sommes toujours à distance, on attend dans le silence et personne ne va ne serait-ce que leur demander pourquoi on ne peut pas rentrer. On a bien compris qu’ils ne lâcheraient pas là-dessus. Il est 15h00 quand une personne leur dit calmement qu’on a le droit de rentrer parce que l’audience est publique. Un adjudant répond qu’on peut écrire au tribunal pour se plaindre. Castration, vexation et provoc habituelles des flics. C’est leur taf, il maîtrisent.

La charge des flics.
Peu de temps après, trois flics font mine d’aller vers leur camion et là le commandant dit : « On y va ! ». Ils chargent et leurs collègues postés sur les marches du tgi les rejoignent. Frappes de matraque télescopique dans les articulations (coudes, genoux) et l’estomac. Le genre de coups qui peut coûter un rendez-vous chez le généraliste et dix séances de kiné derrière. Ils choppent et se mettent à plusieurs sur deux personnes. L’une d’entre elles se retrouve les deux mains dans le dos à genoux dans les cailloux (y’avait des travaux devant le palais), limite les flics se bousculent entre eux pour pouvoir appuyer leur genou entre les omoplates de l’interpellé. L’autre personne se fait amener manu militari dans l’un des camions. La violence des flics a fait monter la pression et tout le monde garde ses distances avec eux. Une personne voyant les flics s’exciter sur un interpellé leur lance : « arrêtez de l’étrangler ! ». Le commandant déboule et met un coup de gazeuse à main : «  allez barrez vous !! ». Les deux interpellés sont en route pour le comico. Devant le tribunal les flics reprennent leur place et les gens restent en retrait, méfiants, avec l’idée en tête qu’il peut y avoir une autre charge. Il n’y en aura pas.

Que dit la presse locale ?
Le lendemain, le journal Le Dauphiné publie un article (ici) au titre et premier paragraphe étonnant, pour ne pas dire à coté de la plaque :

Le procès des mutins mais aussi des conditions de détention,
Bien malgré les magistrats, malgré les avocats et même malgré les prévenus eux-mêmes, le procès, hier, des deux détenus soupçonnés d’être à l’origine de la mutinerie qui a touché la maison centrale de Valence, le 27 novembre dernier, est devenu, au fil de l’audience, le procès de la prison et des conditions de détention.

Le journaliste n’a visiblement pas compris que la juge a voulu piéger les détenus en leur donnant l’illusion que la salle d’audience se transformait en un lieu prêt à recevoir leurs doléances. Cela lui permet de faire son travail dans la non conflictualité tout en poussant les accusés à se livrer à elle en lui exposant les dysfonctionnements de la prison. Mais critiquer la prison dans un tgi n’a aucun sens et se retourne forcément contre le prisonnier. C’est avouer à la présidente de séance qu’on n’accepte pas ses conditions de détention et qu’on s’oppose à la matonnerie.

La juge a donc été très "intelligente" dans sa façon de mener le procès et le verdict prononcé est très lourd. Cinq années fermes se rajoutent à la peine initiale des détenus. C’était donc bien le procès des prisonniers mais sûrement pas celui des conditions de détention et de la prison. Les juges ont pris parti pour l’Administration Pénitentiaire. Le tout s’est déroulé dans une salle toute acquise aux magistrats sans qu’aucune personne extérieure ne puisse témoigner du déroulement du procès et faire un compte rendu détaillé.

Plus largement, dans sa logique de contre insurrection, l’État renforce tous ses outils répressifs. La nouvelle prison de valence en est un parfait exemple. Ce qui est alarmant c’est que des détenus qui arrivaient à supporter l’enfermement dans d’autres prisons plus anciennes, décrivent comme invivables leurs conditions dans cette centrale qui ne dit pas son nom. L’isolement sensoriel, la solitude, le poids du temps et le régime ultra disciplinaire rappellent les anciens QHS. Mais contrairement à ce qu’on peut lire parfois, ce centre pénitencier ne dysfonctionne pas, au contraire il joue son rôle d’élimination des indésirables.
C’est donc en toute logique qu’à l’intérieur, certains détenus refusent de se laisser tuer à petit feu.

Rappel : Guide d’autodéfense juridique 2ème edition de Cadecol


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 réaction

  • Il faut préciser que les détenus n’étaient pas dupes face à la manière qu’a eu la juge de mener le procès


Dans les mêmes thématiques...

Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Malgré la répression qui s’abat, les actes de révoltes continuent d’exister.

Quelle(s) solidarité(s) pour les faire vivre, propager ?
Soirée discussion, projection, lectures autour de quelques événements récents le 12 mars 2017 au Blizart à la Chaise-Dieu (43).
L’oseille récoltée sera filée à Kaliméro, caisse de soutien aux prisonnier-es de la guerre sociale.




Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Rassemblement contre la répression policière ! #2

Vendredi 10 mars 2017, 18h30, place du Peuple, Sainté.
Soyons nombreux.ses pour manifester notre soutien à tous.tes ceux.celles qui subissent la répression policière et judiciaire !! Face au renforcement des dispositifs sécuritaires et des violences d’état, face à la banalisation du racisme, il y a une nécessité de se rencontrer, de partager, et de s’organiser pour apporter une réponse.




A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

À Nantes, la caisse de solidarité est dans le collimateur d’une juge d’instruction

Au mois de janvier et février 2017, les trois personnes titulaires du compte bancaire du comité de soutien aux inculpé.es (la caisse de solidarité de Nantes) ont été convoquées par la gendarmerie dans le cadre d’une enquête ouverte par une juge d’instruction. En se rendant à ces convocations, elles ont appris que l’enquête portait sur un appel à dons visant à financer, via la caisse de solidarité, les amendes et frais de justice de personnes condamnées




Saint-Étienne et alentours Couac   REPRESSION - PRISON / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Oui aux prairies ! Non aux prisons !

Un projet de construction de prison ça fait parler beaucoup de gens et depuis l’annonce d’une nouvelle maison d’arrêt à Saint-Bonnet-les-Oules, de très grosses bêtises ont été dites, relayées et commentées sur l’Internet et dans la presse. Les honnêtes bonnetaires parlent, les honnêtes élus parlent, les honnêtes artisans parlent... et ça sent pas bon du tout.




Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Rassemblement contre la violence policière. Justice pour Théo, Adama, Wissam et les autres !

Suite à l’agression du jeune Théo par des policiers à Aulnay-sous-Bois, de nombreux rassemblements ont eu lieu un peu partout en France. Dont un à Saint-Étienne, ce mercredi 15/02/2017 à 18h30, place du Peuple, en solidarité avec Théo et la population d’Aulnay et de banlieue parisienne, qui subit quotidiennement le harcèlement de la police.




Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

Emission Papillon du jeudi 2 février 2017

Contre toutes les prisons
- Lecture d’une lettre de Damien Camelio, incarcéré pour diverses dégradations lors d’une manifestation contre la loi travail à Paris.
- Lettre de Mohamed depuis le QHS tombeau secret de Condé sur Sarthe
- Nouvelles et lecture d’une lettre de Fabrice Boromée.
- Interview de la compagne d’un des inculpé pour la mutinerie au Quartier Maison Centrale (QMC) de la nouvelle prison de Valence.




Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

[Emission Papillon] Contre toutes les prisons - Rediffusion du 5 janvier 2017

Au sommaire :
- Bonne nouvelle : Christine la Bergère, libérée après 4 ans d’incarcération
- Les morts de la police : Soirée de commémoration de la mort de Wissam El Yamni à Clermont + plusieurs événements en Rhône Alpes pour Adama Traoré
- Mutinerie de Valence
- Mineurs incarcérés : diffusion de Bande Son Organisée et présentation de l’ouvrage collectif Milot l’incorrigible




Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Adama et la Police

Retour dans Sons Bâtards sur Radio Dio mercredi 18 janvier 2017 à 12h
Le 19 juillet 2016, à Beaumont sur Oise, Adama Traoré meurt, selon certains. Il est tué, selon d’autres. Retour sur cette nuit morbide et sur toute l’affaire qui s’ensuit...




Opinions   GENRES - FEMINISME / REPRESSION - PRISON

« C’était une Rébellion »

Jaqueline Sauvage a été condamnée en 2015 à dix ans de prison pour le meurtre de son mari Norbert Marot. Après une campagne de soutien, elle a obtenu une grâce présidentielle et a été libérée le 28 décembre 2016. En soi, cela ne signifie pas que la décision de justice selon laquelle elle était coupable est annulée.
C’est l’occasion de partager un texte qui nous a semblé intéressant, car il revient sur cette affaire en proposant une critique de la Justice ET une réflexion sur les violences sexistes et les réactions face à celles-ci. Nous l’avons trouvé ici où il a été publié en décembre 2015, et où l’on peut trouver d’autres articles creusant ces thématiques.




Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Week-end "vérité et justice pour Adama"

Les 20, 21 et 22 janvier 2017 à Sainté, Grenoble et Lyon
Le week-end "vérité et justice pour Adama", débutera au Mélies St François à Saint-Etienne avec la projection du documentaire de Sabrina Chebbi : "Les coups de leurs privilèges". La projection sera suivie d’une discussion avec des membres de la famille Traoré et la réalisatrice. La soirée se terminera à la Gueule Noire pour une soirée de soutien festive avec DJ’s.




0 | 10 | 20 | 30 | 40

A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
Rage de camp - Un bouquin ressource pour organiser des événements autogérés  

Livre de 325 pages sorti fin décembre, Rage de camp revient en détails sur l’organisation du camp VMC (Bure, 2015), afin de transmettre un maximum de connaissances, pour que ce travail et ces reflexions soient réutilisables...


MEDIAS
Soirée de présentation du n°3 du Couac  

Présentation du n°3 du Couac et repas à prix libre
Le numéro 3 de Couac (journal local d’enquête critique) sort des presses cette semaine ! Nous vous proposons de se rencontrer ce vendredi 31 mars 2017 à partir de 19h au bar Le richelieu (74 rue Michelet). L’occasion de découvrir ce nouveau numéro, de partager des envies d’écriture… et un repas à prix libre.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
A St-Étienne, nous disons non à l’autoroute A45 (La Fouillouse/Brignais)  

A45 = projet ruineux, polluant et inutile.
A45 = argent public pour profits privés.
A45 = autoroute payé quatre fois par le contribuable stéphanois (état, région, ville, péage) et menaçant l’économie de la ville.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Rencontre échange avec Samir Boumediene  

La colonisation du savoir, une histoire des plantes médicinales du nouveau monde. Biopiraterie, réappropriation des plantes médicinales, colonisation des savoirs...
Mercredi 22 mars 2017, 20h, Remue-méninges


REPRESSION - PRISON
Contre l’A45 et la nouvelle prison, refusons les projets d’un monde plein de barreaux !  

Réflexions sur les similitudes entre le projet d’une nouvelle autouroute et celui d’une nouvelle prison que l’état veut imposer dans la Loire... et les raisons de s’y opposer, pour renforcer nos luttes.


REPRESSION - PRISON
Insupportables, le tribunal de Valence et le Quartier maison centrale de sa prison.  

Le 10 mars 2017, tous et toutes au TGI de Valence pour soutenir les prisonniers de la deuxième mutinerie du quartier maison centrale (QMC) de la prison de Valence.


MOBILISATIONS - LUTTES
Cet été, marchons contre l’A45  

Cet été nous marcherons contre le vieux monde et ses projets pharaoniques. L’A45, lancée dans les années 70, déterrée dans les années 90 et maintenant ressuscitée par Wauquiez (et consorts) ne semble pas plus utile aujourd’hui que 40 ans auparavant. Nous marcherons contre la destruction de terres agricoles, contre le saccage des paysages ruraux et de la biodiversité de nos coteaux. Nous marcherons contre leur odieux chantage à l’emploi, contre la mise en concurrence des territoires. Nous marcherons, avec détermination et lenteur, en solidarité avec d’autres territoires en lutte.


DISCRIMINATIONS - RACISME
2ème numéro de la revue Assiégées  

Revue décoloniale, nous poursuivons notre ambition de mettre au centre de la revue les racisé·e·s sous le joug du patriarcat, tout en nous inscrivant dans la lutte contre le capitalisme. Après un premier numéro autour de l’étau, la question qui traverse ce second numéro est celle de la lutte.


CONSOMMATION - GLOBALISATION
Compteur linky sur sainté... Arrivée prévue en juin 2017  

Les compteurs linky devraient arriver en juin prochain sur sainté. Il serait peut-être bon de s’organiser pour y faire face. Plus d’info dans l’émission "joie rage et courage" sur radio Dio.


REPRESSION - PRISON
Emission Papillon du jeudi 16 février 2017  

Contre toutes les prisons
- Bref compte-rendu du rassemblement et de la manifestation contre les violences et les meurtres de la police, du mercredi 15 février à Saint-Etienne
- Au tribunal de grande instance de Bobigny, les magistrats éliminent les jeunes à "peines" réelles ! Interview d’une camarade qui accompagne les inculpés et leurs familles.
- Interview de Marie Créténot, juriste à l’OIP
- Lecture d’un communiqué de Georg Huss, prisonnier à Mulhouse et membre fondateur de la branche autrichienne d’un syndicat de prisonniers allemands


REPRESSION - PRISON
La future prison de Saint-Bonnet-les-Oules, un autre "Grand Projet Inutile et Imposé"  

[Les dossiers COUAC]
Début octobre, Manuel Valls annonce la construction de 33 nouvelles prisons, 32 maisons d’arrêt et un Centre Pénitentiaire. Dans la Loire, c’est la commune de Saint-Bonnet-les-Oules qui serait l’heureuse élue. Mais l’enfermement des êtres humains est aussi un marché bien juteux et les logiques qui sous-tendent à la construction de ces nouvelles prisons ont quelques points communs avec celles qui président aux "Grands projets inutiles et imposés".


DISCRIMINATIONS - RACISME
Rencontre avec Houria Bouteldja  

Dimanche 2 avril 2017 à 15H00 dans la salle Le Clapier (ancienne gare).
Elle vient nous parler de son livre "Les Blancs, les Juifs et Nous – Vers une politique de l’amour révolutionnaire", paru aux éditions La Fabrique en mars 2016. La discussion se poursuivra avec Youssef Boussoumah, autre membre du PIR (Parti des Indigènes de la République).