Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE

The wire, Tarentaize sur écoute




Design et numérique sont les mots préférés de nos puissant(e)s pour défendre n’importe lequel de leur projet stéphanois. Les armes fabriquées par Verney-Carron sont design, les micros qui seront installés par sa filiale Serenicity le seront sûrement aussi.


Discrétion, intelligence et connexion

La municipalité Perdriesque se veut à la pointe de la Smart City, design, ultra-connectée et surveillée. Les start-up de la cité du design sont donc mises à l’honneur avec ce nouveau projet digne de Georges Orwell. Son petit nom c’est SOFT pour Saint-Étienne Observatoire des Fréquences du Territoire. On croirait presque à un dispositif de défense de nos droits, type Observatoire international des prisons. Rien à voir.
Pour la première fois en France, une vingtaine de capteurs sont installés dans l’espace public, dissimulés dans des lampadaires ou des panneaux de signalisation. Ils n’enregistreront pas les voix (pour l’instant) mais détecteront les bruits « suspects » et donneront l’alerte. L’objectif affiché est de prévenir les keufs en cas de cris ou de coups de feu. Une fois de plus, la lutte contre le terrorisme sert de prétexte à une plus grande surveillance de nos vies. Un agent sera dédié à l’écoute des alertes pour confirmer à l’oreille si les bruits décelés sont bien suspects. On redoute la confirmation par vidéosurveillance qui risque de pousser encore plus loin la réduction de nos libertés privées. L’expérimentation de six mois risque d’aller plus loin par la suite et déployée sur toute la ville.
SereniCity parle d’un module « discret, intelligent et connecté » pour évoquer les capteurs du leadeur international Analog Devices. La CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) – sur laquelle on ne comptait pas vraiment – a validé le projet. « Nous n’enregistrons rien [...] nous détectons seulement la signature acoustique » rassure Fabrice Koszyk, l’un des directeurs de la filiale et responsable de plusieurs entreprises spécialisées dans le business conseil ou dans l’accompagnement de PME dans leurs « transactions digitales » [1]. Un mec qui pèse quoi.

Les nouveaux nouveaux riches

Parlons-en justement de ceux qui font l’entreprise. Serenicity fait partie des start-up chéries par la municipalité et installées à la Cité du Design. Elle a été créée en juin 2018 et est dirigée par six associés. Guillaume Verney-Carron l’héritier fabriquant d’armes la préside. Un joli combo : start-up, armement, municipalité, État. En creusant un peu, on se rend compte que l’un des associés, Eric Pétrotto est bien connu du quartier Manufacture-Plaine Achille sur lequel est implantée la cité du Design. Il est l’ancien directeur du Fil, de la Fabuleuse Cantine et de 1DTouch.
Il est aussi le directeur de DOOD pour Digital Orchestra Of Data, une entreprise fondée en 2017 qui a pour but « la création, co-création, la propulsion, la transformation de startups du ‘nouVeau nouveau’ monde ». « Dood » c’est aussi en anglais argotique un ami proche, quelqu’un qui te rend fou... On peut dire tellement proche qu’il nous rend fou c’est sûr. Loin d’être une simple entreprise d’informatique tel qu’annoncé sur leur page Facebook, DOOD est référencé sur « societe.com » comme une société spécialisée dans le secteur d’activité de la gestion de fonds. En clair, nous avons à faire ici à la société type d’un « business angel » qui investit dans la nouvelle économie, le nouvel écosystème numérique d’aujourd’hui. Avec Pétrotto, tout passe à la sauce digitalisation : la musique (1DLab/1Dtouch), l’alimentation (FABuleuse cantine), la santé (Allobobo), ... et la sécurité (Serenicity) !
Entre deux photos de la belle cuisine de la Fabuleuse Cantine (pour ceux qui n’y ont jamais mis les pieds, c’est l’endroit chic et pas cher où aime bien se retrouver la bourgeoisie culturelle locale le temps d’un p’tit gueuleton – à la Cité du Design cela va sans dire), Eric Pétrotto poste sur son compte Facebook quelques articles sur la manière dont les smart cities vont changer le monde [2].
Le projet est donc le fruit d’une belle rencontre entre la vieille bourgeoisie industrielle et la bourgeoisie des temps modernes, jeune, branchée, cool et connectée, celle qui fabrique la culture « métropole ». Une sorte de mariage entre le pire du capitalisme industriel (les armes) et le pire du capitalisme numérique (collecte et analyse des data), qui prend les quartiers populaires comme terrain d’expérimentation.

Laboratoire de la surveillance

L’ANRU (Agence nationale de la rénovation urbaine) qui intervient dans les quartiers prioritaires finance le projet parmi d’autres. 2,2M d’euros sont dépensés pour faire de Saint-Étienne Métropole une « ville connectée » [Programme d’investissement d’avenir ville et territoires durables et solidaires]. « Le projet de Serenicity, qui nécessite dans un premier temps dans les 150 000 € entre dans ce projet global », explique Jean-Pierre Berger, conseiller de Saint-Étienne Métropole et président d’Épures, l’agence d’urbanisme de la région stéphanoise.
Le policier de l’espace dévoile sa stratégie : « nous nous sommes rapprochés de bailleurs sociaux. Nous comptons sur eux afin de convaincre les habitants des quartiers en difficulté de participer à nos panels. Par exemple, comme avec Serenicity, nous envisageons un partenariat avec Suez pour comprendre la consommation d’eau des foyers et les accompagner dans l’économie des ressources ». Des démarches qui ne sont pas sans rappeler l’application mobile MobiliSE qui permet la délation entre stéphanois-e-s en envoyant des messages à la ville concernant les travaux ou les « incivilités ».
Tout ça avec la plus grande bienveillance (le mot est utilisé toutes les deux phrases par Serenicity) : « Notre volonté est de rendre plus efficient l’existant et de rendre moins intrusive la vidéoprotection avec des personnes qui contrôlent les écrans. Le but est d’intégrer notre technologie aux systèmes existants au sein des collectivités » explique Fabrice Koszyk. Nous voilà rassurés, ce projet va garantir nos libertés individuelles… D’ailleurs, « Grâce aux sons collectés, peut-être qu’un jour nous serons en mesure de mener un recensement des chants des oiseaux par exemple. C’est aussi ça, la big data ». On contrôle d’abord les badauds [3], ensuite on s’intéressera aux oiseaux.

[1Il est, avec Eric Pétrotto, l’un des fondateurs de Sunbren, une autre start-up de la FrenchTech. Ce label attribué à Saint-Étienne fait partie des outils du marketing territorial.

[3La Start-up est fière de nous annoncer sur son site en construction qu’en 2050, 7 personnes sur 10 vivront dans une ville intelligente (mais sans oiseaux ?).


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire aussi...

Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Trombinoscope des collaborateurs du « réaménagement urbain » à Saint-Étienne

Ce trombinoscope paru dans le journal du carnaval de l’inutile de mars 2019, nous propose un petit tour d’horizon des assos de « réaménagement urbain » qui ont pignon sur rue à Sainté. Jeunes, « alter » et pleines de bonnes intentions. Nous avons ici une vue rapide sur leurs histoires, leurs projets et leurs liens avec le pouvoir municipal ou national.



Dans la thématique "FLICAGE - SURVEILLANCE "

Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE

Mutiler oui, mais local !

Le maintien de l’ordre, en plus d’être un outil de contrôle et de répression, c’est aussi un business, et dans la Loire les usines qui se battent pour répondre aux appels à mutiler de la police nationale ne manquent pas. Petit retour sur un contrat local et bien juteux.


Saint-Étienne et alentours La dérive   FLICAGE - SURVEILLANCE

« Attention on vous surveille le bassin »

Suite à la manifestation du 5 décembre, la Barricade organise la projection du film-documentaire “Sous l’oeil des houillières”, un film de Marion Fontaine, Richard Berthollet à 17h à la Dérive.


Informations globales   DROITS SOCIAUX - SANTE / FLICAGE - SURVEILLANCE

Alerte rouge sur les données de santé de tou.te.s les français.e.s

Vous ne le savez peut être pas, mais un événement majeur est en train de se jouer sur les datas santé françaises. À côté les enjeux et risques du DMP, c’est une partie de billes dans une cour de récréation. De quoi s’agit-il ?


Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE

Digital Saint-Étienne viole votre vie privée à votre insu !

Digital Saint-Étienne est une centralisation des bases de données, une plate-forme numérique évolutive de gestion des données urbaines, le début de la smart city et d’une ville robotisée.


Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE

Les grandes oreilles de Perdriau et Verney-Carron ne seront pas installées

Suite à la mise en garde de la CNIL sur le projet d’installation de micros espions dans le quartier Tarentaize-Beaubrun, mais aussi à la lutte menée par plusieurs collectifs stéphanois, la mairie annonce qu’elle « ne mènera pas l’expérimentation des capteurs sonores envisagée au printemps dernier ».


Informations globales   FLICAGE - SURVEILLANCE

[Lyon] La gendarmerie utilise la reconnaissance faciale pour identifier les suspects

C’est une audience du 17 septembre dernier au tribunal de Lyon, passée un peu inaperçue, qui met en lumière cette nouvelle technique policière. Une personne passait en procès pour un vol de camion le 5 septembre. Comment a-t-elle été reconnue et arrêtée ? Par reconnaissance faciale !


Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE

Technopolice

Le site technopolice.fr propose de la documentation sur la vidéo-surveillance, les « smart city » et les technologies de contrôle qui se développent sur le territoire français. La ville de Saint-Étienne est bien placée dans la course : les documents et échanges liés aux projet Serenecity / SOFT sont accessibles sur le site.


Informations globales   FLICAGE - SURVEILLANCE

À propos de la flic infiltrée débusquée au contre-sommet du G7

Les camarades de Toulouse nous alertent sur le comportement plus que suspect d’une personne qui a participé ces derniers mois aux manifs des Gilets jaunes dans le Sud-Ouest et au contre-G7.
Ceci est un texte rédigé en urgence afin que l’info tourne et que toutes les personnes et tous les groupes que cette personne a approchés ces derniers mois puissent s’organiser en conséquence.


Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Code du policier de l’espace à Saint-Étienne

Article 1.
Comme partout ailleurs, les policiers de l’espace – autrement dit aménageurs, urbanistes, architectes et designers – travailleront main dans la main avec les autres services de police et de renseignement. Ceci afin de limiter au maximum l’utilisation de l’espace public, en particulier par les plus pauvres. En tant que capitale du design, Saint-Étienne se doit d’être un modèle de Smart City. Le numérique dans tous les aspects de la ville devra permettre la sécurisation totale.


Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE / REPRESSION - PRISON

GJ, six mois plus tard : après la répression policière, la répression judiciaire

Interpellés lors de l’acte VIII du mouvement des Gilets Jaunes, deux stéphanois – accusé d’outrages, rébellion et violence sur « agents dépositaires de l’autorité publique » – étaient à la barre du tribunal correctionnel mercredi 12 juin.


A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
Manifestation du vendredi 24 janvier : retour en images  

Ce vendredi 24 janvier, à l’occasion de la présentation du projet de la réforme des retraites en Conseil des ministres, de nombreuses organisations syndicales et de militant.e.s s’étaient donnés rendez-vous dans toute la France. Saint-Étienne fut encore une fois le théâtre d’une belle et forte journée de lutte !
Par Le Gueuloir


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Les professeur.e.s emmurent l’Inspection Académique avec des livres  

Depuis la nomination de Blanquer au ministère, la colère des professeur.e.s se fait sentir. Elle ne cesse de monter ces dernières semaines avec des actions symboliques comme des jets de livres devant les inspections académiques ou encore le refus de certain.e.s profs de faire passer les nouvelles épreuves du Bac. À Saint-Étienne, vendredi les professeur.e.s ont emmuré l’Inspection Académique.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Protestation mondiale contre la 5G ce 25/01 : on éteint nos portables ?  

Ce samedi 25/1 a lieu la 3e journée mondiale de protestation contre la 5G. La 5G, voulue par les industriels des télécommunications et du numérique et promue par nos gouvernements, est une menace injustifiable pour notre santé et celle de tous les êtres vivants.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Épreuves de contrôle continu : ça bouge au lycée Honoré d’Urfé  

Lundi matin les premières épreuves de contrôle continu (E3C) devaient avoir lieu pour les lycéen.ne.s en classe de première. Les professeur.e.s ont décidé de les boycotter comme à Honoré d’Urfé. Entretien avec Estelle Tomasini du syndicat majoritaire SNES FSU.


MOBILISATIONS - LUTTES
Contre la réforme des retraites : agenda des actions et suivi de la semaine du 20 au 26 janvier  

Actions, manifestation et rassemblement, retraite au flambeau et pique-nique... La mobilisation continue !


MOBILISATIONS - LUTTES
La jeunesse stéphanoise violemment réprimée  

Cela fait quelques jours, qu’à St-Étienne, les forces de l’ordre répriment dans la violence toute tentative de grève des jeunes lycéens. Le préfet aurait-il peur des jeunes, pour les empêcher, à n’importe quel prix, de rejoindre le mouvement ?


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (2)  

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés, quatre Stéphanois sont jugés pour avoir diffusé des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Deuxième partie d’un texte en trois épisodes : Enquête et arrestations, automne 1882.


REPRESSION - PRISON
Les stades de foot, laboratoire où s’expérimentent les techniques de répression  

Il y a quelques jours, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel a rendu son verdict : deux matchs à huis clos (dont un avec sursis) pour les quelques centaines de fumis et le feu d’artifice en tribune lors du match contre le PSG. Pour lutter contre les « Ultras », l’État s’est doté depuis plusieurs années d’outils de répression fort sophistiqués. À Saint-Étienne, quelques irréductibles résistent encore et toujours au progrès et à la modernité, au nom de concepts éculés comme la liberté et les valeurs populaires du football. Discussion avec l’un des membres des Green Angels, un des principaux groupes de supporters stéphanois.


ANTIFASCISME
A Saint-Étienne, l’extrême-droite compte s’installer ‘pépouze’ en face de la Bourse du Travail !  

Sophie Robert, la bourgeoise cheffe départementale du Rassemblement national, accompagnée d’une dizaine de militants environ, a été surprise ces derniers jours dans un local du quartier Albert Thomas en train de passer la serpillière.


MOBILISATIONS - LUTTES
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (1)  

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés quatre stéphanois sont jugés pour avoir diffuser des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Première partie d’un texte en trois épisodes : 1.Grèves, révoltes ouvrières, effervescences libertaires et répression autour de Lyon et Saint-Étienne en 1882.


MOBILISATIONS - LUTTES
Blocus au lycée Honoré d’Urfé : charges, gazage et une arrestation  

Depuis le 5 décembre, une série de blocages est initiée par les lycéen·ne·s stéphanois·e·s dans leurs établissements. Après deux journées entières de blocage au lycée Fauriel, la direction menace les élèves de passer en conseil de discipline s’iels s’avisent de recommencer. Jeudi 9 décembre au lycée Honoré d’Urfé, c’est cette fois la Police qui s’est chargée de lever le blocus à coup de bombes lacrymos.


MOBILISATIONS - LUTTES
Retour sur la journée du vendredi 10 janvier contre la réforme des retraites  

Au programme : action péage gratuit et rassemblement devant le Medef !
Aujourd’hui, c’est le 36e jour consécutif de mobilisation pour les cheminot·e·s qui sont rejoint·e·s sur leur piquet de grève à 6h du matin à la gare de Chateaucreux par des militant·e·s syndicalistes, des profs, des étudiant·e·s, des GJ et des autonomes. Au total, plus de 60 personnes prennent la route pour le péage de Veauchette. Les caméras sont détournées, les barrières relevées et les premiers sourires s’esquissent.


INFORMATIQUE - SECURITE
Bad citizen : une nouvelle appli anti-répression  

Une nouvelle application d’informations juridiques pour apprendre à se défendre face aux institutions policières et judiciaires. L’application Bad Citizen vient d’être créée et mise à disposition pour smartphones. C’est un guide qui résume l’essentiel de ce qu’on doit savoir quand on se retrouve aux mains de la police et de la justice ou quand il faut aider un-e proche.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le député Jean-Michel Mis en marche pour promouvoir la reconnaissance faciale  

Après une première date à la Commission numérique de l’Assemblée nationale au mois de décembre, le député LREM Loire-Saint-Étienne, Jean-Michel Mis, organise un colloque sur la reconnaissance faciale le samedi 18 janvier 2020, à l’Amicale laïque de Chapelon.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Google et Sainté City  

Il y a tout juste six mois, Google inaugurait son atelier numérique à Saint-Étienne. Google a déjà les moyens d’en connaître beaucoup sur nous. Alors, pourquoi ce moloch veut-il s’implanter physiquement dans nos villes, particulièrement à Saint-Étienne ? Une enquête de Couac initialement parue au printemps 2019.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Débats sur la société de surveillance de masse  

Deux débats pour comprendre les enjeux de la mise en place de la société de surveillance de masse organisés par Halte au contrôle numérique, La Ligue des Droits de l’Homme Loire, Stop Linky 5G Loire et la Quadrature du Net - Le mercredi 8 janvier et le vendredi 7 février à Saint-Étienne.


CAPITALISME - GLOBALISATION
Culture, numérique et disruption sécuritaire à Saint-Étienne  

À travers un portrait d’Éric Petrotto, qui à la fois gère la Fabuleuse Cantine (un des lieux de restauration les plus « tendances » de la ville) et investit dans Serenicity (la société qui portait le projet d’installation de micros dans le quartier de Beaubrun-Tarentaize), Couac vous propose une enquête dans l’économie locale du numérique et son nouvel esprit du capitalisme.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Cartographier la surveillance  

À Saint-Étienne, difficile de circuler dans le centre ville sans être observé par Big Brother. Et en période de mouvement social, il n’est pas inutile de savoir où se situent ces yeux qui nous épient. Le site internet « Saint-Étienne sous surveillance » recense les caméras de vidéosurveillance disséminées dans la ville (estimées à 329). Entretien paru dans le Couac n°7 avec A., l’une des personnes qui en a été à l’origine, sur le contexte de sa mise en place et sa pertinence aujourd’hui.


MOBILISATIONS - LUTTES
10 jours de grève à Saint-Étienne  

Cela fait déjà 10 jours que la grève générale a débuté. 10 jours où travailleur.e.s, gilets jaunes, syndicalistes, étudiant.e.s, lycéen.ne.s jeunes et bien d’autres se retrouvent chaque jour dans la rue, sur des actions, dans des rassemblements, des AG etc… Mais qu’en est-il de la mobilisation à Saint-Étienne ?
Nous vous proposons ici un récapitulatif de plusieurs actions menées et des 5 grandes dates de rassemblement (5 décembre, Acte 56 des GJ, 10 décembre, 12 décembre et Acte 57 des GJ + Mobilisation des Algériens toute la semaine.)