Saint-Étienne et alentours Couac   ARMEMENT / MEDIAS / MEMOIRE

Une ville d’armes et d’histoire




Les dossiers Couac

Saint-Étienne a une sacrée histoire, une histoire multiple, des histoires rouges, noires, jaunes, vertes... Mais ici, on va surtout s’intéresser à celle de l’armement, thématique oblige.


Tout commence, on ne sait trop quand, cela diffère selon les sources. Les plus optimistes parlent de traces de forges à l’époque de Jules César, d’autres, peut-être plus sérieux (le Musée d’Art et d’Industrie), annoncent le XIVe siècle pour les premières traces d’armuriers à Saint-Étienne. L’affaire fait son bonhomme de chemin et en 1535 François Ier envoie un émissaire, George Virgile, organiser la production d’armes pour ses guerres italiennes. Voilà le destin de Saint-Étienne pour les siècles futurs : fabriquer les armes du pouvoir. En 1669, on compte dans le recensement de Saint-Étienne 600 armuriers et 50 canonniers pour 28 000 habitants. L’armurerie s’installe, et s’installe même vraiment, car un siècle plus tard (en 1764), Louis XV veut uniformiser et augmenter la production d’armes militaires (quel homme moderne !) et crée alors la Manufacture Royale qui a le monopole des armes de guerre avec celle de Charleville. L’ingénieur Griboval, un type qui n’aurait pas détonné de nos jours, met en place un tas de mesures pour rationaliser la production. Division des tâches entre les ateliers, mécanisation, uniformisation, l’objectif est que toutes les armes soient interchangeables entre elles. Ce qui n’est pas sans faire râler les armuriers, qui perdent de leur indépendance. Un banc d’essai est aussi créé au sein de la Manufacture pour tester les armes. La production augmente, et pendant la Révolution, l’État décide de passer en régie directe de la Manufacture, il n’y a plus d’entrepreneurs en intermédiaire. En période trouble, mieux vaut avoir la main ferme sur l’armement !

La ville est tellement célèbre pour sa production qu’elle s’appellera entre 1793 et 1795 Armeville, ce nom douteux sera heureusement vite oublié… Il faut dire qu’à cette époque, l’ambiance n’est pas très pacifique, et que la Manufacture marche à plein régime ! Le début du XIXe siècle voit la naissance d’affaires encore vivantes telles que Verney-Carron (le Flash-ball), ou Rivollier (qui ne fabrique plus vraiment, mais fournit les habits de la police municipale de Saint-Étienne par exemple). Sous le Second Empire, là aussi on produit beaucoup de fusils. Il faut dire que Napoléon III s’en donne à cœur joie. Après être allé d’abord en Crimée en découdre avec les Russes (1854-1856), il va ensuite en Italie, il agrandit ou crée nombre de colonies (Sénégal, Madagascar, Comores, Djibouti, Cochinchine…), va mettre à sac le Palais d’été de Pékin, et va mettre son grain de sel au Mexique… Je dis « il », mais comme toujours c’est « Leurs guerres, nos morts », lui reste au chaud à Paris, les soldats se battent et les ouvriers stéphanois fabriquent tout le nécessaire pour l’impérialisme français. Et pour cela, en 1864, sont construits place du Treuil les nouveaux bâtiments de la Manufacture, elle quitte alors la place Chavanelle et le quartier des armuriers pour ses nouveaux quartiers (aujourd’hui, Cité du design et tout ce qui l’entoure). La chute de l’Empire est donc un coup dur pour l’armurerie stéphanoise, il faut attendre la Loi Farcy de 1885 libéralisant la production et la vente d’armes, et la production d’un nouveau fusil (le fusil Lebel) un an plus tard pour relancer l’économie stéphanoise.

Un autre monument stéphanois se crée à la même époque : Manufrance. Créée en 1885, elle perdurera durant pile un siècle. Cette entreprise modèle croit bien vite sous le patronage de ses fondateurs Étienne Mimard et Pierre Blachon. Ce dernier meurt au bout de quelque temps, et voilà que Mimard est seul aux commandes. Des bâtiments gigantesques sortent de terre Cours Fauriel, ultramodernes, novateurs, où tout est parfaitement hiérarchisé, chronométré, contrôlé… On dit que Mimard pouvait voir tous « ses » employés depuis son bureau ! Le rêve panoptique ! Arrive la Première Guerre mondiale, et forcément, si les obus explosent, la production d’arme explose, c’est alors plus de 10 000 personnes qui travaillent à la M.A.S. [1]. Et puis voilà 1936 et ses grandes grèves (ou plutôt 1937, on est en retard à Saint-Étienne). La plus célèbre sera celle des cent jours de Manufrance pour obtenir de meilleurs salaires. Étienne Mimard, n’étant pas très doué pour le dialogue et trouvant que sa femme fait déjà un sacré boulot en matière de bonnes œuvres, ne comprend pas pourquoi il devrait augmenter ses ouvriers. La mairie Front Populaire soutient le mouvement, Mimard enrage, des syndicalistes sont licenciés. Finalement, un arbitre nommé par l’État imposera un compromis, que Mimard ne respectera pas (sur la réintégration des syndicalistes licenciés notamment).

Deux ans plus tard, voilà une nouvelle guerre, la M.A.S. est réquisitionnée par l’armée allemande en novembre 1942 pour lui produire des armes. À nouveau, c’est plus de 10 000 personnes qui y travaillent, il s’organise en interne des réseaux de résistance qui sabotent la production. On parle de 99 % de rebut sur certains lots, et de nombreuses machines endommagées. À tel point qu’un agent secret de Londres notera dans son rapport qu’un employé sur deux est un contrôleur qui vérifie que les machines n’ont pas été déréglées, cassées, et que les pièces sont utilisables !
Après la Seconde Guerre mondiale, voilà que la production d’armes de guerre diminue, mais l’armement de chasse lui se porte à merveille. Il faut racheter tous les fusils confisqués par l’armée allemande ! On compte encore 5500 salariés à la M.A.S. en 1947, dont 4700 CGTistes et 750 encartés au PCF ! Mais jusqu’en mai 68, il n’y a pas de mouvement majeur et cette année-là, face aux revendications des ouvriers de la Manu, la direction est plutôt conciliante. L’armement c’est stratégique, donc les revendications ouvrières sont vite satisfaites pour éviter un arrêt trop long de la production et surtout par peur que ceux-ci prennent la production ! Mais avec les années 70 arrive la fameuse crise, Manufrance décline, se fera racheté en 1980 par un certain Bernard Tapie qui signe là un de ses premiers coups fumeux, puis à la fin de cette même année une SCOPD [2] est créée par les derniers employés. Mais en 1985 c’est officiel, Manufrance c’est fini. Pendant ce temps, la M.A.S. ne se porte pas si mal puisqu’elle produit des FAMAS [3] en nombre et qu’elle s’est diversifiée dans divers éléments des chars. En 1989-90, la M.A.S. passe sous le giron de GIAT Industries [4], une entreprise à capitaux d’État, première pierre posée vers sa privatisation. Dix ans plus tard, le site est fermé et vendu aux enchères… Pour devenir la Cité du design. De la guerre au design, il n’y a qu’un pas…

Alors qu’est-ce qu’il reste de toute cette histoire ? Quelques bribes du passé armurier et militaire de Saint-Étienne. Optsys, filiale de Nexter (ex-GIAT) qui fabrique des outils optiques pour mieux tirer sur les méchants depuis les chars est le seul survivant sur le site de la M.A.S. Le banc d’essai teste les armes et fait des tests de résistance sur divers matériaux. EDIACA, imprimerie de l’armée, s’occupe notamment de l’impression des bulletins de salaire des soldats. À Saint-Chamond, on trouve une filiale de Nexter spécialisée dans l’armement et la protection des risques nucléaires, biologiques et chimiques. Voilà pour l’aspect militaire, on a fait le tour. Un ancien CGTiste de la M.A.S. me disait : « si on fait la guerre, au moins qu’on n’engraisse pas les capitalistes vendeurs d’engins de mort. Il faut une production gérée par l’État et qu’on n’en vende pas aux autres ». Mais des armes étatiques, démocratiques, communistes ou libertaires, ça reste des armes, non ?

A la mi-octobre, un nouveau journal pour décrypter l’actualité politique à Saint Étienne et sa région a vu le jour. Un gros dossier sur l’armement dans la région compose le cœur de ce premier numéro. Il y aussi un retour sur l’euro 2016, des brèves sur les personnages de notre région, de beaux dessins, des mots-croisés et autre divertissements...
Vous pouvez trouvez le reste des articles, dans la version papier dans tous les lieux chouettes de Sainté.

[1Manufacture d’Armes de Saint-Étienne est le nouveau nom républicain de la Manufacture Royale

[2Société Coopérative de Production et de Distribution

[3Fusil d’Assaut de la M.A.S.

[4Groupement Industriel des Armements Terrestres


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans les mêmes thématiques...

Saint-Étienne et alentours   ARMEMENT / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

[Journée mondiale d’action contre la guerre] « Le monde dit toujours NON à la guerre » : Rassemblement samedi 20 mars 2004 à 14h30, Place Jules Ferry à St-Etienne

A l’appel des mouvements anti-guerre des Etats Unis, des centaines d’organisations et de participants au Forum social européen de Paris St-Denis ont décidé de soutenir la journée d’action mondiale d’action du 20 mars 2004 et ont lancé cet appel.


International   ARMEMENT

STOP THE ARMS TRADE ! SHUT DSEI. 6-12 Septembre 2003-London Docklands, UK

Il s’agit de la plus grande foire d’armes en Europe cette année. Lors de la dernière convention du DSEi (defence systems Equipment international) en 2001, on comptait 664 exposants et les délégues de 68 pays étaient invités à acheter des armes à feu, des bombes, des avions militaires, des armes légères, des mines antipersonnelles, ainsi que bien d’autres armes qui ont permis à des gouvernments de massacrer leurs populations et celles des pays voisins.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEDIAS

Un trimestre de « joie, rage et courage... »

Sur Radio Dio 89.5 FM
On y parle de Saint Julien Molin-Molette et sa carrière, des migrants mineurs, et de monnaie « alternative »... La deuxième saison de l’émission « joie, rage et courage » diffusée sur le 89.5 FM a débuté en octobre... Cette année encore, vous pourrez la retrouver sur le hertzien le dernier lundi du mois à 13h.


Saint-Étienne et alentours Couac   CAPITALISME - GLOBALISATION / MEDIAS

Dans le monde merveilleux de Burger King

À lire dans Couac #1...
La multinationale américaine débarque en terre stéphanoise et a besoin d’employés dociles, qui seront formés aux frais de Pôle Emploi. Une réunion d’information a donc été organisée à la Maison de l’Emploi, afin de présenter les nombreux avantages à travailler pour la marque. Attention, certains propos sont aussi nauséabonds que la nourriture servie dans ses fast-food !


Saint-Étienne et alentours Couac   MEDIAS

Les Wauquiezeries

À lire dans Couac #1...
Depuis les élections régionales de fin 2015, Laurent Wauquiez est le président de la grande région Auvergne-Rhône-Alpes. Probablement insatisfait du nombre insuffisant de mandats à cumuler qu’il exerce déjà, l’ex-patron par intérim des Républicains enchaîne les propos et les actions visant à faire de lui l’âne qui porterait l’insupportable poids de la honte et du cynisme sans flancher aux travers des collines rhodaniennes et auvergnates.


Saint-Étienne et alentours Numero Zero   MEDIAS

Historique du Numéro Zéro

Le site d’infos Numéro Zéro a maintenant une longue histoire (!) Les grandes étapes de son existence relatées dans cet article.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEDIAS

Le père-noël est-il macho ?

Sons Bâtards sur Radio Dio le mercredi à midi !
Sons Bâtards, c’est une émission de mix critique en direct. Des extraits de reportages d’émissions militantes, glanés à droite et surtout à gauche, hein. Des musiques sélectionnées non pour leur style, mais pour leur propos ; histoire de créer une cohérence à travers le sens et le thème du jour. Le tout mixé par Dj Avorton...


Saint-Étienne et alentours Numero Zero   MEDIAS

À propos du Numéro Zéro

Qu’est-ce que le site Numéro Zéro, comment fonctionne-t’il ? Tout d’abord, nous rappelons que c’est un site participatif : l’info est faite par les lecteur-ices, tout le monde peut publier !


National   MEDIAS / REPRESSION - PRISON

[Communiqué de presse du 2 Novembre 2016] Radio Canut perquisitionnée à cause d’une blague

Deux animateurs d’une émission musicale de Radio Canut seront prochainement jugés pour « provocation au terrorisme ». Ils risquent jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et une lourde amende.
Une première pour les radios en France !


Saint-Étienne et alentours Couac   MEDIAS

[Couac] Réunion publique pour la préparation de la deuxième édition

Vous l’avez peut être remarqué, depuis quelques semaines se ballade à Saint Etienne un nouveau journal local d’enquête critique. Couac est une publication autofinancée, ouverte à contribution qui se veut avant tout un outil pour décrypter l’actualité de la région sous un angle que l’on ne trouvera pas dans les médias bourgeois.


National   MEDIAS / REPRESSION - PRISON

Répression contre Radio Canut : un animateur sous contrôle judiciaire

Radio Canut, radio associative lyonnaise, et ses animateurs, font les frais du climat actuel... Ci-dessous : un communiqué trouvé sur leur site internet.
On n’a pas fini de le dire : « Il a bon dos l’terro ! »
Soyons solidaires !!


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEDIAS

Du 3 au 5 novembre 2016 RADIO DIO fête ses 35 ans...

Du 3 au 5 novembre, RADIO DIO fête ses 35 ans à la manière d’une trilogie. Venez fêtez ça avec nous !


National   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEMOIRE

« Rosa Luxemburg et le colonialisme, une approche par essence marxiste et révolutionnaire »

Mort à la guerre ! Mort au capitalisme !
avec Dominique Villays-Poirré et Sabrina Lorre

Pour décrypter les analyses de Rosa Luxemburg Table Rase invite Dominique Villays-Poirré, animatrice du blog de réflexion et d’information, « Comprendre avec Rosa Luxemburg ». Elle participe également au collectif de traduction des oeuvres de Rosa Luxemburg en français par Les éditions Agone et le Collectif Smolny. Elle sera accompagnée de Sabrina Lorre, comédienne et metteuse en scène de la compagnie « Ensemble Romana », qui a été notamment à l’initiative de la Quinzaine Rosa Luxemburg (à Saint-Étienne).


Saint-Étienne et alentours Couac   ARMEMENT / MEDIAS

Verney-Carron, artisan de notre sécurité

Les dossier Couac
À Saint-Étienne, ancien bastion de l’industrie de l’armement, l’entreprise Verney-Carron est une des seules survivantes de la longue tradition armurière de la ville. Petit tour d’horizon du passé et du présent de cette boite aux visées humanistes et bienfaisantes…


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEMOIRE

Tchernobyl : 30 ans, et après ?

Un programme concernant notre passé et notre futur énergétique
A découvrir cette semaine à Saint Etienne : une exposition photo, une création théâtrale, une projection, des rencontres et des débats


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MEMOIRE

Izmir, une maison pas comme les autres

Un film sur l’histoire de ce squat stéphanois mythique
Le 26 juillet 2006 à 6h du matin, les CRS venaient défoncer la porte du squat Izmir à St Étienne pour en expulser les occupants. Pour beaucoup de gens, c’est la fin d’un projet riche, intense (parfois), qui a pu créer plein de rencontres, de moments de joie, de colère aussi, de débats enrichissants ou stériles, qui était une source d’informations peu disponibles ailleurs, et qui participait au maintien d’une « culture alternative » sur st-étienne.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEMOIRE

Présentation de l’anthologie « Pauvre mineur, mineur joyeux »

Poèmes & chansons sur les mines et les mineurs de la Loire 1815-1914. Conférence-signature le Jeudi 30 juin 2016 à 19h, à la librairie Lune et l’Autre.
La librairie Lune et l’Autre vous invite à une conférence-signature autour du livre de Jean-Paul Gaschignard « Pauvre mineur, mineur joyeux » : un coffret de deux livres et un cd autour des poèmes et chansons sur la mine et les mineurs au XIXe. Une autre façon d’aborder l’histoire minière du bassin stéphanois...


Saint-Étienne et alentours   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

[Appel à participation] Tchernobyl 30 ans et après ?

Notre équipe a travaillé dur sur ce projet, nous avons plein de superbes partenaires, mais aujourd’hui nous avons vraiment besoin de votre aide pour le présenter au public.
Il s’agit d’une création théâtrale qui retrace l’histoire de la catastrophe à partir d’une histoire réelle. Ainsi, elle place l’Homme au cœur du récit. Nous avons également prévu une série d’événements satellites pour sensibiliser le public au thème du nucléaire : expo-photo, les rencontres et les débats.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEMOIRE

Regards sur Saint-Étienne du 11 mai au 18 juin 2016 à la Galerie Noir & Blanc

Regards sur Saint-Étienne, c’est le récit photographique de quelques photographes stéphanois qui témoignent de leur ville. Saint-Étienne, autrefois ville de « l’arme, du cycle et du ruban » est actuellement en pleine mutation. Des quartiers entiers sont remodelés, des centres d’activités économiques et culturels déplacés, certaines rues du centre-ville voient leurs commerces fermés. Le design arrive mais...


Saint-Étienne et alentours   MEMOIRE / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Carte blanche Radio Dio dédiée au programme culturel de Saint-Étienne cosmopolitaine


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MEMOIRE

Rencontre avec Eric Hazan autour de son livre « Une histoire de la Révolution française »

Médiathèque de St-Etienne mardi 22 mars 2016 à 19H00
La rencontre aura notamment lieu autour de son livre « Une histoire de la Révolution française ». Son essai est construit comme un récit qui donne à entendre les deux voix de la Révolution : celle des assemblées, des personnages célèbres, et celle du peuple, des anonymes, des femmes, des paysans, que l’on perçoit tantôt comme un bruit de fond et tantôt comme un grondement assourdissant."


Saint-Étienne et alentours   MEMOIRE / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Saint-Étienne cosmopolitaine, des migrations dans la ville

Projections à la Cinémathèque de Saint-Étienne vendredi 25 mars 2016 à 14h30 et à 19h en présence de Catherine Gauthier, socio-anthropologue, chercheur au Centre Max Weber de l’UJM, et de l’équipe des Archives municipales de Saint-Étienne, organisatrice de l’exposition Saint-Étienne cosmopolitaine, des migrations dans la ville.


A la une...

MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Ouverture de l’antenne bénévole SOS MÉDITERRANÉE à Saint-Étienne  

Les bénévoles de l’antenne de Saint-Étienne vous invitent à la soirée de lancement. SOS MÉDITERRANÉE est une association de citoyens européens décidés à agir face à la tragédie des naufrages à répétition en Méditerranée centrale. Ses équipes poursuivent trois missions : sauver des vies en mer, protéger les rescapés et sensibiliser l’opinion publique.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
[Oulx] Appel à la solidarité contre les répressions à la frontière franco-italienne  

Située à dix km de la frontière italienne, Oulx est un carrefour obligé sur la route vers la France. Depuis décembre, la Casa Cantoniera Occupata est un lieu autogéré pour toutes celleux qui veulent s’organiser contre le dispositif frontalier, pour celleux qui veulent le franchir ou le détruire. La Casa a besoin d’aide et lance un appel à toutes celleux qui ont envie d’agir, dès maintenant et pour tout l’été.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Rassemblement contre la réforme de l’assurance chômage  

Mercredi 26 juin à 10h30 devant la maison de l’emploi. Ripostons à l’attaque sans précédent du gouvernement contre les chômeuses et les chômeurs !


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
« Cœur d’Histoire » : beaucoup de bruit pour...  

Jeudi 20 Juin 2019 à 18h dans une salle de la Bourse du Travail avait lieu une réunion durant laquelle le maire de Saint-Étienne et son adjoint à la politique du logement Monsieur Jean-Pierre Berger, remettaient une synthèse des quatre ateliers thématiques qui se sont déroulés ces derniers mois, dans le cadre du projet « Cœur d’Histoire », des ateliers auxquels ont participé tout au plus 300 habitant.es., qui, aux dires des Stéphanois.es interviewé.es pour cet article, n’étaient pas très représentatifs de la population dans son ensemble.


FLICAGE - SURVEILLANCE
GJ, six mois plus tard : après la répression policière, la répression judiciaire  

Interpellés lors de l’acte VIII du mouvement des Gilets Jaunes, deux stéphanois – accusé d’outrages, rébellion et violence sur « agents dépositaires de l’autorité publique » – étaient à la barre du tribunal correctionnel mercredi 12 juin.


MOBILISATIONS - LUTTES
Les ouvriers de Colas en grève  

Les ouvriers de colas se sont mis en grève pour demander l’annulation du licenciement de leur collègue.


AIDE A LA REDACTION
Topo Numéro Zéro 2019  

Le Numéro Zéro existe depuis 2003. Rapide retour en archives sur son histoire et son fonctionnement.


MEDIAS
Fête du Numéro Zéro  

Samedi 29 juin, Numéro Zéro fête ses 16 ans, 2 mois et 4 jours à Ursa Minor !
Stands, rencontres, concerts et cotillons !
Ouverture des portes à 17h et à 18h : rencontre autour des squats, des luttes pour le logement et des sans-papiers, avec le collectif l’amphi Z de Lyon et les personnes en lutte à Saint-Étienne.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Qui est Magali Tabareau, la juge attaquée chez elle au LBD ?  

Lundi 17 juin 2019 vers 9h30, deux personnes munies de casques de moto ont sonné à la porte de la présidente de la cour d’assises de Versailles, Magali Tabareau, à Nézel. Lorsqu’elle a ouvert sa fenêtre, elle a reçu un tir de Lanceur de Balle de Défense en plein visage, sous l’œil. Elle a été hospitalisée dans la foulée, victimes de multiples fractures. Article publié sur Desarmons-les !


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Soutien aux mobilisations en Algérie : quinzième rassemblement à St-Étienne  

Alors qu’en Algérie la contestation ne faiblit pas pour réclamer la fin du système que symbolisait l’ancien chef de l’État Bouteflika, la solidarité continue à s’exercer à l’étranger. Dimanche 16 juin se tenait à Saint-Étienne le quinzième rassemblement en soutien au peuple algérien.


MEMOIRE
La fusillade du Brûlé à La Ricamarie, c’était il y a 150 ans  

Ce n’est pas d’aujourd’hui que le pouvoir blesse, mutile et tue. Il y a cent cinquante ans jour pour jour, le 16 juin 1869 à La Ricamarie, la troupe tire froidement et sans sommation sur des mineurs en lutte et leurs soutiens. Bilan : quatorze morts. Retour sur cet événement marquant de l’histoire du mouvement ouvrier avec un extrait de l’ouvrage de Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1865 à nos jours.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Pétition en ligne contre l’installation de micros à Beaubrun-Tarentaize  

Le collectif SERENICITY lance une pétition en ligne contre l’installation de micros à Beaubrun-Tarentaize. Signez ! Diffusez ! Cette pétition et les signatures collectées seront ensuite envoyées à la Commission nationale informatique et libertés avec un courrier d’explication.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
[Radio] Joie, rage et courage - Qu’est-ce qui se trame ?  

Alors qu’une troisième ligne de tramway va arriver à Saint-Étienne, retour sur les choix de construction des lignes de tramway et les projets de restructuration urbaine avec la gentrification en toile de fond. Petit exemple de lutte contre les transports payants avec les mutuelles des fraudeur-euses et les actions des R.Z. en Allemagne à la fin des années 70.


LOGEMENT - SQUAT
Logement : pas de repos sur Les Lauriers  

Si le rejet par le tribunal de l’expulsion de la Poste à Solaure a donné un peu de répit à ces personnes à qui l’on refuse l’accès à un logement, il n’en demeure pas moins qu’elles sont contraintes, ici comme ailleurs, de vivre dans un squatt. Rencontre avec un de ceux qui slaloment entre les squats, la rue et l’hébergement d’urgence (article paru initialement dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019).


MEMOIRE
Récit de l’histoire des centres sociaux et des politiques culturelles  

Une après-midi de février, dans un bar du quartier Tarentaize-Beaubrun, entretien fleuve avec Alawa Bakha, sur l’histoire des centres sociaux et les politiques culturelles et sociales à Saint-Étienne. En voici des extraits, parus dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Quartier Saint-Roch : nouveau théâtre de rénovation urbaine  

Article paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile du 30 mars 2019.
La transformation du quartier Saint-Roch vise à redynamiser un quartier qualifié de « précaire », « peu attractif », « peu sécuritaire ». L’aspect participatif du projet est revendiqué par les aménageurs. Nous avons donc mené l’enquête et nous sommes interrogés sur le lien entre l’EPASE (Établissement public d’aménagement de Saint-Étienne) et les associations du territoire.


REPRESSION - PRISON
Ambert : Silence obstiné et contrôle acharné (et inversement)  

Cela fait maintenant un an que deux personnes sont inculpées et placées sous contrôle judiciaire dans le cadre d’une instruction criminelle, accusées d’avoir tenté de brûler un véhicule d’Enedis à Ambert en juin 2017. Ce CJ les empêche notamment de rentrer en contact l’un avec l’autre ainsi qu’avec 5 autres personnes, les contraint à ne pas quitter le département et à pointer deux fois par semaine.


LOGEMENT - SQUAT
Une expulsion rejetée comme une lettre à la poste  

Le 14 mai, dans la boîte aux lettres de l’ancienne poste de Solaure est arrivé un courrier, plus précisément une requête cachetée du sceau de la commune de Saint-Étienne. La présente convoquait l’occupant officiel des lieux à une audience au tribunal administratif de Lyon le 24 mai 2019. Récit du procès.


LOGEMENT - SQUAT
Pas d’expulsion à Solaure ! Conférence de presse et rassemblement  

Ce mardi 4 juin, appel à rassemblement place Jean-Jaurès à 17h30 pour une conférence de presse à propos du droit au logement pour tou.te.s et de la situation des personnes en demande d’asile à Saint-Étienne.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le Couac n°7 est sorti !  

L’équipe du Couac vous présente un nouveau numéro de son pigeon dépenaillé. Avec une formule qui ne change pas : des brèves, des articles d’actu et d’investigation sur différents thèmes ainsi qu’un dossier. Un dossier cette fois consacré aux différentes formes de contrôle sur la ville et ses habitant.e.s. On vous propose ici l’édito du numéro.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Luttes en Grèce - Rencontre avec des membres de Rouvikonas  

A l’occasion d’une tournée en France et en Belgique, des militants de Rouvikonas viendront à Saint-Étienne, au lieu autogéré La Dérive (91 rue Antoine Durafour) le mercredi 5 juin à 19h.
Comment résister face au durcissement des régimes politiques en Europe ? Comment sortir du capitalisme et de la société autoritaire ? Sur quelles bases créer des convergences de luttes ? Que propose Rouvikonas ?


FLICAGE - SURVEILLANCE
Google et la Safe City  

Article paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019. Un « atelier numérique Google » va s’installer à Saint-Étienne, sans doute à l’angle de la place Jean Moulin et de l’avenue de la Libération (ex Royal). Au-delà du barnum organisé autour de cette arrivée par G. Perdriau et J.M. Mis, député LREM, que peut bien signifier cette installation, ainsi que l’annonce de Serenicity, dispositif d’écoute sonore de l’espace public ?


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
La jeunesse, mobilisée pour le climat et réprimée  

Retour sur la seconde mobilisation à Saint-Étienne le 24 mai suite à l’appel international Youth For Climate : une belle mobilisation mais une répression policière inattendue et scandaleuse !


FLICAGE - SURVEILLANCE
The wire, Tarentaize sur écoute  

L’installation par la mairie de Saint-Étienne de micros dans le quartier Beaubrun-Tarentaize-Couriot est critiqué par des institutions scrutant le respect des libertés publiques et contesté dans la rue. En mars déjà, le journal du Carnaval de l’Inutile dénonçait le projet.


MOBILISATIONS - LUTTES
Récit de stéphanois à Lyon : Acte 26, nationale à Lyon  

Un appel national avait été lancé pour cet acte 26 le samedi 11 mai à Lyon. Une équipe du Gueuloir s’est rendu sur place. Récit d’une journée de mobilisation qui restera gravée dans les mémoires !


REPRESSION - PRISON
Des gilets jaunes face à la justice... de classe : le juge vitrifie le parquet  

Le 30 avril 2019, le procureur requiert 1000€ dont 700 avec sursis contre Monsieur B., Gilet Jaune, pour une insulte visant le commissaire Gonon sur la page de La Loire en Colère. Le juge va au-delà, il prononce une peine de 1000€ d’amende, soit un SMIC à régler à l’État !

« Parfois la foule trahit le peuple, Monsieur B. vous avez trahi le peuple ce jour-là ! » (Monsieur le procureur, TGI de Saint-Étienne)