PUBLIONS !!!


Saint-Étienne et alentours -

La mairie et la préfecture installent un bidonville à Saint Etienne



Un terrain vague jonché ici ou là de détritus, coincé entre le cimetière de Montmatre et le chenil, c’est là que se sont regroupés, en désespoir de cause, les familles roms roumaines expulsées deux fois en deux jours par la préfecture et la mairie de St Etienne.

22 enfants dont la majorité a moins de 6 ans, un bébé de 4 mois et deux de 1 mois, au total 60 personnes environ, fatiguées par les deux expulsions qu’elles viennent de subir. Expulsion de l’immeuble de la rue Preynat à Beaubrun, ce 19 Mai au petit matin, sur demande de la mairie puis, le lendemain matin, de celui du 33 bd de la palle appartenant à l’OPAC de la ville de St Etienne, dans lequel elles avaient trouvé refuge. Elles ont passé la nuit entassées dans quelques voitures et les deux ou trois tentes amenées par des membres du réseau de solidarité et le Secours Populaire. EMMAÜS a aussi amené dans un camion tout ce qu’ils ont pu rassembler.La situation est désastreuse.

Les enfants bien sûr ne vont plus à l’école. Les adultes réfléchissent à la façon dont ils vont pouvoir trouver du bois, divers matériaux pour construire des cabanes. Tous nous disent qu’ils n’en peuvent plus d’être expulsés, qu’ils veulent pouvoir rester quelque part.

Tous les efforts faits pour scolariser les enfants, gagner une fréquentation régulière de l’école, sont détruits. Une femme soignée pour le cancer se demande comment elle va se faire les piqûres journalières prescrites par l’hôpital. Un désastre organisé par la mairie et la préfecture qui refusent obstinément d’examiner toute solution d’hébergement et de logement décente et durable.

Lors d’une récente entrevue demandée par le réseau de solidarité avec les roms, l’adjoint, représentant le maire, avait redit une énième fois que la mairie refusait de loger ou d’héberger ces familles, qu’elle avait demandé en priorité l’expulsion de Preynat et de Méon (un immeuble réquisitionné depuis deux ans par le réseau de solidarité) tout en n’excluant pas l’expulsion des autres lieux de vie des familles. Quant à la préfecture elle organise les expulsions et refuse également toute solution digne. Il y a 7 mois le préfet s’était engagé à prendre l’initiative d’une rencontre de travail entre les collectivités territoriales, l’état et les associations. Depuis rien.

Préfecture et mairie sont bien responsables de ce bidonville en cours de constitutions à St Etienne. Au lieu d’aider ces familles à accéder à un logement ou un hébergement, elles les parquent sur un terrain vague, alors qu’il y a de nombreux logements et bâtiment vides sur la ville et l’agglomération.

Après ça on pourra toujours avoir de bonnes paroles sur les droits de l’homme et sur les droits des enfants.
Malgré tout ce que pourront faire les associations, on sait vers quoi cette situation va déboucher. Un terrain qui va se transformer en gadoue dès la première pluie, sans WC, les rats qui vont immanquablement arriver, avec les aboiements des chiens en permanence, l’odeur du chenil qui deviendra vite difficilement insupportable avec la chaleur, l’humidité, la poussière, la saleté. Et une population qui risque bien d’augmenter si les expulsions continuent.

Voila comment à St Etienne on traite les pauvres parmi les pauvres, en opposition totale avec les traditions de solidarité et d’accueil de la ville. Bien sûr cette solidarité commence à nouveau à s’organiser. Immédiatement EMMAUS, le Secours Populaire, alertés par le réseau solidarité roms, ont répondu présents. Des travailleurs sociaux du SAMU social sont aussi venus voir ce qu’ils pouvaient faire. Tout le monde est catastrophé en découvrant la situation.Ce matin, la mairie, contactée par un membre du réseau de solidarité a quand même accepté de mettre un point d’eau et quelques poubelles. Mais, le 1er adjoint, Mr Coynel, s’est cru autorisé à répondre : "Il faudra que le réseau de solidarité vous veilliez quand même à faire respecter la propreté".

On croit rêver. La mairie expulse ces familles, refuse de les loger, installe un bidonville sur un terrain vague qui sert depuis plusieurs mois de décharge, brise une bonne partie du travail des associations, et demande à des membres du réseau de solidarité qui, bénévolement, tentent d’aider ces familles, d’assurer la propreté des lieux.
Irresponsables, méprisants, honteux, on ne sait pas trop comment qualifier ce genre de propos. Et pour les WC ? Là ce n’est pas possible, répond le 1er adjoint, "la mairie ne peut pas tout faire, demandez à la préfecture".
Lamentable ! Nous publions ci-dessous quelques photos et nous invitons chacun à venir se rendre compte de la situation sur place, à venir discuter avec les familles de ce qu’elles ont besoin.

Dans l’immédiat elles manquent de tout, notamment : toiles de tente, bâches, tables, chaises, réchauds et cuisinières à gaz, matelas, bouteilles de gaz et aussi des pelles, des bêches, des râteaux, des scies pour nettoyer le terrain, de quoi aussi fabriquer des toilettes sèches.
Chacun peut amener ce qu’il a sur place ou prendre contacte avec des membres du réseau de solidarité (06 82 31 24 86, 06 28 25 54 35, 06 83 28 82 17, 06 09 04 69 98)
Georges Günther

http://www.droits-sociaux.fr/spip.p...
(voir les photos et l’ensemble des explications en suivant ce lien)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la même rubrique...

1er août: Izmir, une maison pas comme les autres
8 juin: Des lieux vides, des gens à la rue ?
21 mai: Du 22 au 29 mai, une semaine d’événements au Lieu-dit
Janvier 2015: Père Riffard : au tribunal pour apologie du droit d’asile
Juin 2014: Point du collectif soutien squat delaroa
0 | 5 | 10

A la une...

Contre la venue à Saint-Etienne du club raciste Beitar Jerusalem

Il y aura un rassemblement jeudi 25 août à 17h place jean Jaurès pour protester contre le venue de l’équipe de foot Beitar Jerusalem à Saint-Etienne et distribuer de l’information. Voici le texte rédigé par le comité Boycott Désinvestissement Sanction 42, qui éclaire les raisons de cette protestation.
Lettre ouverte aux Présidents de l’ASSE Roland Romeyer et Bernard Caïazo, à l’entraîneur Christophe  (lire la suite...)

Publié le 24/08/2016

Izmir, une maison pas comme les autres

Le 26 juillet 2006 à 6h du matin, les CRS venaient défoncer la porte du squat Izmir à St Étienne pour en expulser les occupants. Pour beaucoup de gens, c’est la fin d’un projet riche, intense (parfois), qui a pu créer plein de rencontres, de moments de joie, de colère aussi, de débats enrichissants ou stériles, qui était une source d’informations peu disponibles ailleurs, et qui participait au maintien  (lire la suite...)

Publié le 1er/08/2016

Mixités/choisi-es/ton camp !

Nous sommes des femmes qui participons à un groupe d’autodéfense féministe* autogéré à Saint Étienne. Ce groupe fonctionne en mixité choisie avec les différences d’identités/d’appartenances de ses participantes et rassemble des femmes hétéras, lesbiennes, trans, blanches, racisées**, issues de l’immigration post-coloniale ou des colonies actuelles, en prise avec la psychiatrie ou d’autres institutions  (lire la suite...)

Publié le 13/07/2016

Vidéo de la conférence de Muhammad Mustafa

Le 12 mars 2016 nous avons accueilli Muhammad Mustafa, un urbaniste militant rattaché à l’université de Birzeit (Cisjordanie). Il nous a parlé de la situation à Jérusalem, de l’Intifada Al-Quds, de la colonisation et de la résistance. Voici la vidéo...
cf : Conférence - débat sur la Palestine avec Muhammad  (lire la suite...)

Publié le 12/03/2016

Un banlieusard parmi d’autres...

Emmaclit (que vous connaissez peut être pour sa vision politique du clitoris en BD) couvre aussi l’actualité, avec cette planche qui clarifie le déroulement des événements qui ont conduit à la mort d’Adama le jour de ses 24 ans à Beaumont sur Oise.
Lire la suite : Emmaclit

Publié le 1er/08/2016

Liberté pour Kara Wild !

Kara Wild est une artiste, une camarade et une force de la nature résistante, étant actuellement détenue en France pour sa participation supposée à une manifestation contre des réformes draconiennes concernant le travail [« Loi Travail »] et la répression policière. Elle est une femme trans et est actuellement détenue dans une prison pour hommes et n’a pas accès à des hormones. Elle est également une  (lire la suite...)

Publié le 12/07/2016

Camp d’été décolonial : qui a peur de la non-mixité et de l’antiracisme politique ?

Depuis quelques semaines, la polémique enfle autour du projet de camp d’été décolonial porté par Sihame Assbague et Fania Noël. En cause, la non-mixité politique de l’événement, choisie et revendiquée par les militantes. Après avoir essuyé de nombreuses critiques et attaques diffamatoires, et pour répondre aux nombreuses interrogations des premiers concernés, elles se sont lancées dans la rédaction d’un  (lire la suite...)

Publié le 12/07/2016

Cabiria, la newsletter

Bonjour à toutes et à tous,
Après un long silence depuis la dernière newsletter, voici quelques nouvelles de Cabiria pour les mois passés. L’année 2015 a notamment été celle du vingtième anniversaire de l’association qui poursuit au quotidien, depuis sa création en 1995, ses actions avec les prostitué-e-s et travailleur-se-s du sexe de la région de Lyon pour améliorer leur accès aux soins et aux droits.  (lire la suite...)

Publié le 8/07/2016

Sabotons le climate chance !

Un sommet mondial des acteurs non-étatiques du Climat se réunissent à la cité des congrés de Nantes du 26 au 28 Septembre 2016. Pour un capitalisme plus vert et une exploitation labelllisée "durable", ces boîtes prépareront cet avenir irradié dont nous ne voulons pas.
La ville de Nantes, « capitale verte » à la pointe du développement durable, a été choisie pour accueillir la tenue du premier sommet «   (lire la suite...)

Publié le 24/07/2016

Trafic d’OGM banalisé

En 1996, des cargaisons de soja transgénique en provenance des États Unis arrivent en Europe. Des associations environnementalistes, syndicats agricoles et une foule de citoyens anonymes se mobilisent et exigent que ces plantes modifiées génétiquement (PGM) soient évaluées et étiquetées. Mais aujourd’hui, les entreprises comptent bien commercialiser rapidement de nouveaux OGM, qui échapperont à la  (lire la suite...)

Publié le 8/07/2016