Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

2048




2048
Comme six jours sur sept, à 5h du mat’, Nadia attend mornement le bio-bus qui la conduira à Châteaucreux. Le fond de l’air est froid et le soleil feignant refuse d’illuminer les barres d’immeuble décrépies de Beaulieu. La semaine dernière un bout du balcon d’une voisine s’est écroulé. Encore. Malgré les promesses successives de rénovation, la municipalité préfère serrer des mains, faire des discours grandiloquents et s’occuper du centre-ville plutôt que des gens invisibles perchés sur leur colline. De toute façon, ces gens là, ils ne votent pas.


Nadia est agente d’entretien et travaille dans les grands immeubles contemporains nouvellement végétalisés qui font face à la gare principale. Leur devanture affiche fièrement le label « éco-responsable » de la mairie « Saint-E Green pour tous ». Bien qu’à moitié remplis, les bureaux qu’abritent les immeubles nécessitent d’être passés au peigne fin pour les employés à col blanc. Cela fait quinze ans qu’elle nettoie, balaye, aspire et astique à des tarifs toujours plus bas. Le développement de la robotique-propreté a fait du mal à elle et ses collègues de boulot. Fini les grèves et les « charges patronales », le robot se tait et exécute. Pratique. Nadia monte dans le bio-bus et s’assoit sur un siège, vert.

Cinq ans auparavant, Jess, la compagne de Nadia, a perdu son travail de chauffeuse de tramways. Ces derniers sont devenus « sécurisés et innovants » ; en somme sans conductrices. La multinationale qui exploite la GreenSTAS a donc décidé de licencier les employées, devenues dorénavant obsolètes. Aujourd’hui, Jess travaille dans le quartier de la cité du Design, et sert des sandwichs bio et locaux à 10 balles pour des auto-proclamés innovateurs et designeurs de la ville de demain. Grâce à eux « une transition efficace et rapide vers la ville verte numérique sera possible ! » lit Nadia sur les hologrammes publicitaires 3D, qui lui agressent la rétine et le cerveau de bon matin.

Dans le bus, en contrebas des escaliers menant à Jean Jau, la femme observe les immeubles et les terrasses d’agriculture urbaine du quartier du Crêt de Roc. Ici, il n’y a pas de tags délavés mais uniquement un paysage urbain colorié de vert et de blanc, peuplé de familles sages à lunettes allant à l’épicerie locale ou aux potagers partagés. Certes, à 5h30 du matin il n’y a pas un chat dans les rues, mises à part les recycleuses, qui comme elle, nettoient pour les autres en se niquant la santé. Mais quand Nadia repasse en bus aux alentours de 10h du matin pour rentrer chez elle, elle voit les habitantes du quartier s’activer. Ici, tout a l’air plus beau, plus sûr, l’air sent même bon. Ici, pas de vieille bagnole diesel semi-illégale pour vous cracher à la gueule mais uniquement des trottinettes électriques silencieuses, des panneaux photovoltaïques et des mini éoliennes subventionnées pour alimenter les éco-immeubles en énergie renouvelable. À Beaulieu, on se chauffe encore au gaz quand on en a les moyens voire, en cachette, au charbon pour les fins de mois.

Face au contraste entre Beaulieu et le Crêt de Roc, Nadia se souvient de son adolescence à Tarentaize. Certes les trottoirs étaient sales, les habitants s’interpellaient en gueulant, les souris et les cafards côtoyaient parfois les humains dans les appartements, mais au moins il y avait un lien entre les gens. Aujourd’hui c’est autre chose... Dès 2024, la métropole verte stéphanoise avait décidé de démolir une partie du quartier pour « lutter contre l’insalubrité » et au nom de la mixité sociale. En vérité l’objectif était de reconstruire des logements « qualitatifs » en nombre limité pour attirer une nouvelle population plus riche, plus diplômée et surtout plus blanche dans le quartier. Le vétuste immeuble de Nadia avait alors été détruit sans prendre en compte l’avis des habitantes, et les familles avaient été dispatchées dans d’autres quartiers, loin du centre-ville.

« Cassez-vous les pauvres et les arabes, et laissez la place à la ville éco-bobo-responsable ! » aurait pu être le mot d’ordre de la mairie ironise, seule, Nadia. Face à cela, les habitantes, les associations de quartier aidées par d’autres collectifs avaient tenté d’organiser une résistance contre l’arrivée progressive de ces nouveaux « pionniers urbains ». En vain. La mairie et les promoteurs immobiliers étaient bien mieux armés juridiquement, monétairement et médiatiquement. Les habitantes mobilisées furent bientôt accusées de communautarisme, d’intolérance et même de racisme anti-blanc sur internet et dans les médias. Cependant, régulièrement dans le Nouveau Progrès, les Stéphanoises apprennent que des « voyous » s’amusent à jouer au chat et à la souris avec la police et leurs micros cachés. Pour enrayer le déplacement forcé des classes populaires, ces dits « voyous » cassent les vitrines des cafés-brunch, des bars à jus de fruit détox et autres commerces pour bobos branchés. Les éco-immeubles sont régulièrement tagués de messages tels que « colons verts », « pas de bourgeois dans nos quartiers », ou « nique ta mère » pour les plus simples. Détruire son propre quartier deviendrait la seule solution pour éviter d’être reléguée en périphérie...

Le bio-bus s’arrête et sort Nadia de ses réflexions. Elle descend et se dirige tête baissée, les mains enfoncées dans son manteau, vers l’immense immeuble rouge en face de la gare où elle travaille. Muée par un sentiment étrange, elle relève le menton en face de l’entrée. La façade écarlate est habilement recouverte d’un message de plusieurs mètres à la peinture noire : « Ma pauvreté ne peut pas se greenwasher ». La femme esquisse un sourire et rentre dans l’immeuble.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire aussi...

Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Trombinoscope des collaborateurs du « réaménagement urbain » à Saint-Étienne

Ce trombinoscope paru dans le journal du carnaval de l’inutile de mars 2019, nous propose un petit tour d’horizon des assos de « réaménagement urbain » qui ont pignon sur rue à Sainté. Jeunes, « alter » et pleines de bonnes intentions. Nous avons ici une vue rapide sur leurs histoires, leurs projets et leurs liens avec le pouvoir municipal ou national.



Dans la thématique "EXPRESSION - CONTRE-CULTURE"

Informations globales   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

[St-Julien] Soirée de soutien aux Saisons Anticoloniales et Antiracistes

Samedi 22 février, soirée bouffe-bar-concert-djee au Rez-de-chaussée St Julien Molin-Molette, en soutien aux Saisons Anticoloniales et Antiracistes.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / LOGEMENT - SQUAT

Conférence gesticulée « Retour vers le NoFutur »

Comment sortir du sentiment d’impuissance face aux rapports de pouvoir ? Dans un système qui détruit tout, de notre environnement à notre santé mentale, comment dépasser ce constat du mouvement punk pour agir à travers l’autonomie collective ? En racontant les squats et les ZAD, Job esquisse des pistes concrètes.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Soirée autour de la sortie du livre « Sociologie de Saint-Etienne »

Rencontre vendredi 24 janvier à partir de 19h à l’Amicale laïque du Crêt de Roch avec les auteur.rice.s du livre « Sociologie de Saint-Étienne »


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / REPRESSION - PRISON

Concert de soutien aux prisonniers

Concert samedi 25 février 2020 à partir de 19h avec AMES OAK (flamenco) + EZEIKIEL (Rap) + MACH STEM EFFECT (metal death grind) + CAPTAIN PATO (Rap) + THE REVENGERS (punk)
Entrée et adhésion prix libre au lieu


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Concert 5 groupes Punk Hardcore Psyché Rock

Vendredi 31/01 à la Gueule Noire, à partir de 20h
Un concert éclectique, avec des gars et des filles d’un peu partout, plutôt bourrin mais pas que ! *Orga Carlos Crudos*


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Bibliothèque BD des Arts du Forez

Les Arts du Forez ouvrent leurs portes les 1ers et 3° vendredis du mois pour leur bibliothèque BD et petite édition locale. On peut y lire et emprunter des livres pour petits et grands : bd d’auteurs, éditeurs alternatifs, albums jeunesse, fanzines, etc.
Ce rendez-vous est également l’occasion de rencontrer le collectif des Arts du Forez et de profiter d’un moment de convialité non-marchand.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MOBILISATIONS - LUTTES

Fête de soutien aux grèvistes organisée par le CIP 42

Le Collectif des Intermittent.es et Précaires de la Loire (C.I.P 42) a décidé d’unir ses forces et ses compétences afin de soutenir les cheminots grévistes de Saint-Étienne dimanche 19 janvier 2020 à partir de 15h00 dans l’ancienne Gare du Clapier !!!!
La recette sera reversée aux caisses de grève des cheminots.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MOBILISATIONS - LUTTES

[Lyon] Journée et soirée contre les violences et crimes policiers

Vénissieux, le 11 décembre 2016. Mehdi, 28 ans, venait de fêter la naissance de sa fille et rentrait en scooter à Vaulx-en-Velin avec deux amis. La police veut le contrôler, il meurt ! « Le Comité Vérité et Justice pour Mehdi » vous invite à une journée/soirée contre les violences et crimes policiers le samedi 18 janvier à Grrrnd Zéro (Vaulx-en-Velin).


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Concert La france pue

Samedi 11 janvier 2020 à 20h30, à la Gueule noire

- AGONIR (crust punk / Genève, Suisse)
- CONGREED (crust punk / Freiburg, Allemagne)
- ONE BURNING MATCH (hardcore punk / Clermont-Ferrand)
- STAKHANOFF (punk rock / Lyon)


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Concert Soutien Gueule Noire

Concert de soutien pour la Gueule Noire le vendredi 3 Janvier 2020


Dans la thématique "URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT"

Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Vélorution à St-Étienne !

Que ce soit à vélo, en skate ou à rollers, retrouvons-nous à la même heure et au même endroit et partons rouler dans la ville. Venez nous rejoindre le deuxième vendredi du mois à 18h place Chavanelle à St-Étienne.


Saint-Étienne et alentours Couac   FLICAGE - SURVEILLANCE / INFORMATIQUE - SECURITE

Google et Sainté City

Il y a tout juste six mois, Google inaugurait son atelier numérique à Saint-Étienne. Google a déjà les moyens d’en connaître beaucoup sur nous. Alors, pourquoi ce moloch veut-il s’implanter physiquement dans nos villes, particulièrement à Saint-Étienne ? Une enquête de Couac initialement parue au printemps 2019.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Incroyable ! L’UNESCO décerne à la ville de Saint-Etienne le label de « ville inclusive et durable »

Ce label censé être attribué aux villes qui mettent en œuvre des politiques de lutte contre le racisme, la discrimination, la xénophobie et l’exclusion semble vraiment usurpé pour la bonne ville de Saint-Étienne et toute l’équipe municipale du maire Gaël Perdriau. En effet, à ma connaissance ce n’est pas le domaine d’excellence de ce dernier. Il serait bon de rappeler aux inspecteurs quelques faits et actes qui viennent en complète contradiction avec l’attribution de ce label.


Informations globales   CAPITALISME - GLOBALISATION / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

[Lyon] Fête des lumières, tourisme et Métropole : débat le 22 novembre

Entre aliénation touristique, désastre écologique, marchandisation de la ville, obscurantisme... Quelle vie nous prépare la ville-entreprise ?


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

L’EPASE, un acteur de l’État au service du futur

L’EPASE, c’est notre établissement public d’aménagement de Saint-Étienne, avec ses logiques et modèles, et ses zones où il a planté ses griffes. Le Journal du Carnaval, publié en mars 2019 à l’occasion du carnaval de l’Inutile, nous donnait un début d’explication sur ses finalités dans un de ses articles.


Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Code du policier de l’espace à Saint-Étienne

Article 1.
Comme partout ailleurs, les policiers de l’espace – autrement dit aménageurs, urbanistes, architectes et designers – travailleront main dans la main avec les autres services de police et de renseignement. Ceci afin de limiter au maximum l’utilisation de l’espace public, en particulier par les plus pauvres. En tant que capitale du design, Saint-Étienne se doit d’être un modèle de Smart City. Le numérique dans tous les aspects de la ville devra permettre la sécurisation totale.


Saint-Étienne et alentours Couac   GENRE - FEMINISME / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

La rue est à nous ! ... enfin surtout à eux !

Il y a 75 ans, le 19 août 1944, Élise Gervais était retrouvée morte après avoir été torturée par la Gestapo. En hommage, une rue de Saint-Étienne porte son nom depuis fin 1944. Un fait qui mérite d’être souligné tant il demeure rare jusqu’à aujourd’hui que le nom d’un personnage féminin figure sur une plaque de rue stéphanoise.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Ville, métropole et design : qui S.E.M le vent...

« Il convient de maîtriser l’image de la cité, de la même manière qu’on joue sur celle d’une entreprise pour influer sur sa cotation en bourse. »
Article paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019 sur notre métropole stéphanoise et le recours au design comme instrument de transformation de la ville.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Gentrifier Sainté ?

La gentrification est un mot barbare et parfois fourre-tout. Une célèbre encyclopédie en ligne la présente ainsi : « La gentrification (du mot anglais gentry, « petite noblesse »), ou embourgeoisement en français, ou boboïsation dans la presse, est un phénomène urbain par lequel des personnes plus aisées s’approprient un espace initialement occupé par des habitants ou usagers moins favorisés, transformant ainsi le profil économique et social du quartier au profit exclusif d’une couche sociale supérieure. »
Mais qu’en est-il à Sainté ? La question est posée ici avec quelques éléments de réponse...


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

« Cœur d’Histoire » : beaucoup de bruit pour...

Jeudi 20 Juin 2019 à 18h dans une salle de la Bourse du Travail avait lieu une réunion durant laquelle le maire de Saint-Étienne et son adjoint à la politique du logement Monsieur Jean-Pierre Berger, remettaient une synthèse des quatre ateliers thématiques qui se sont déroulés ces derniers mois, dans le cadre du projet « Cœur d’Histoire », des ateliers auxquels ont participé tout au plus 300 habitant.es., qui, aux dires des Stéphanois.es interviewé.es pour cet article, n’étaient pas très représentatifs de la population dans son ensemble.


A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
Pour les retraites et tout le reste : agenda et suivi de la semaine du 17 au 23 février 

Encore une semaine de mobilisation contre la réforme et son monde dont une grande manifestation jeudi à Saint-Étienne. Agenda et suivi de la semaine.
« Depuis le 5 décembre, un grand combat est engagé : le monde du travail contre Macron et son gouvernement. Au service du grand patronat, des actionnaires, des plus riches, ils œuvrent à augmenter la précarité, réprimer les luttes, nous isoler et transformer tous les aspects de nos vies en marchandises. »


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
24 heures à l’ombre de la centrale – 1er épisode 

Le 11 novembre 2019, un tremblement de terre forçait EDF à [mettre à l’arrêt la centrale de Cruas (Ardèche) pour vérifications. Plus près de nous, juste de l’autre côté du Pilat, se cache une autre centrale nucléaire. Tout le monde s’en fout. Le Couac non. Reportage à thème.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Festival 3 poils dans la soupe 

Du 5 au 9 mars 2020 à Saint-Étienne aura lieu la troisième édition du festival « Un Poil dans la Soupe » organisée par les Sampianes, autour du 8 mars : Journée internationale des luttes des femmes.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Du goudron pour qui ? 

Alors que les réunions pré-électorales se multiplient, on est pris par l’envie d’y aller avec du goudron et des plumes. Du goudron, tiens, c’est aussi avec cela que l’équipe municipale mène campagne. Un article de Couac paru à l’automne dernier sur cet enrobé et sur d’autres revêtements à l’odeur d’élections...


DROITS SOCIAUX - SANTE
Urgences 

Mardi 14 janvier, près de la moitié des chefs de service du CHU de Saint-Étienne ont présenté une lettre de démission collective de leurs fonctions administratives, réclamant du ministère de la Santé une vraie négociation sur la situation de l’hôpital. Cette prise de position intervient alors que les salarié.e.s sont mobilisé.e.s depuis des mois. À l’Hôpital Nord, le service des urgences a démarré la grève début juin 2019. Retour sur la situation dans ce service avec un article du Couac paru à l’automne dernier.


MOBILISATIONS - LUTTES
Appel des GJ à converger : retour sur la manifestation du 1er février 

Samedi 1er février, les Gilets jaunes de Saint-Étienne ont lancé un appel à l’ensemble des secteurs en lutte à rejoindre le traditionnel cortège du samedi après-midi. Cela a été l’occasion de faire le tour des permanences électorales des candidates aux municipales. Avec ou sans gilet jaune les manifs du samedi reprennent de plus belle !
Article publié sur Résistance verte


FLICAGE - SURVEILLANCE
Sainté sous haute surveillance 2 : comment lutter ? 

Halte au contrôle numérique, La Ligue des Droits de l’Homme Loire, Stop Linky 5G Loire et la Quadrature du Net organisent un deuxième débat à St-Étienne, cette fois, avec Félix Tréguer, co-fondateur de la Quadrature du Net et de la plateforme Technopolice.
Venez nombreux vendredi 7 février 2020, à 18h au Département d’Etudes Politiques et Territoriales (DEPT), 77 rue Michelet à St-Étienne.


MOBILISATIONS - LUTTES
Manifestation du vendredi 24 janvier : retour en images 

Ce vendredi 24 janvier, à l’occasion de la présentation du projet de la réforme des retraites en Conseil des ministres, de nombreuses organisations syndicales et de militant.e.s s’étaient donné rendez-vous dans toute la France. Saint-Étienne fut encore une fois le théâtre d’une belle et forte journée de lutte !
Par Le Gueuloir


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Les professeur.e.s emmurent l’Inspection académique avec des livres 

Depuis la nomination de Blanquer au ministère, la colère des professeur.e.s se fait sentir. Elle ne cesse de monter ces dernières semaines avec des actions symboliques comme des jets de livres devant les inspections académiques ou encore le refus de certain.e.s profs de faire passer les nouvelles épreuves du Bac. À Saint-Étienne, vendredi, les professeur.e.s ont emmuré l’Inspection académique.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Épreuves de contrôle continu : ça bouge au lycée Honoré d’Urfé 

Lundi matin les premières épreuves de contrôle continu (E3C) devaient avoir lieu pour les lycéen.ne.s en classe de première. Les professeur.e.s ont décidé de les boycotter comme à Honoré d’Urfé. Entretien avec Estelle Tomasini du syndicat majoritaire SNES FSU.


MOBILISATIONS - LUTTES
La jeunesse stéphanoise violemment réprimée 

Cela fait quelques jours, qu’à St-Étienne, les forces de l’ordre répriment dans la violence toute tentative de grève des jeunes lycéens. Le préfet aurait-il peur des jeunes, pour les empêcher, à n’importe quel prix, de rejoindre le mouvement ?


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (2)  

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés, quatre Stéphanois sont jugés pour avoir diffusé des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Deuxième partie d’un texte en trois épisodes : Enquête et arrestations, automne 1882.


REPRESSION - PRISON
Les stades de foot, laboratoire où s’expérimentent les techniques de répression 

Il y a quelques jours, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel a rendu son verdict : deux matchs à huis clos (dont un avec sursis) pour les quelques centaines de fumis et le feu d’artifice en tribune lors du match contre le PSG. Pour lutter contre les « Ultras », l’État s’est doté depuis plusieurs années d’outils de répression fort sophistiqués. À Saint-Étienne, quelques irréductibles résistent encore et toujours au progrès et à la modernité, au nom de concepts éculés comme la liberté et les valeurs populaires du football. Discussion avec l’un des membres des Green Angels, un des principaux groupes de supporters stéphanois.


ANTIFASCISME
A Saint-Etienne, l’extrême-droite compte s’installer ‘pépouze’ en face de la Bourse du Travail ! 

Sophie Robert, la bourgeoise cheffe départementale du Rassemblement national, accompagnée d’une dizaine de militants environ, a été surprise ces derniers jours dans un local du quartier Albert Thomas en train de passer la serpillière.


MOBILISATIONS - LUTTES
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (1) 

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés quatre stéphanois sont jugés pour avoir diffuser des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Première partie d’un texte en trois épisodes : 1.Grèves, révoltes ouvrières, effervescences libertaires et répression autour de Lyon et Saint-Étienne en 1882.