Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

2048




2048
Comme six jours sur sept, à 5h du mat’, Nadia attend mornement le bio-bus qui la conduira à Châteaucreux. Le fond de l’air est froid et le soleil feignant refuse d’illuminer les barres d’immeuble décrépies de Beaulieu. La semaine dernière un bout du balcon d’une voisine s’est écroulé. Encore. Malgré les promesses successives de rénovation, la municipalité préfère serrer des mains, faire des discours grandiloquents et s’occuper du centre-ville plutôt que des gens invisibles perchés sur leur colline. De toute façon, ces gens là, ils ne votent pas.


Nadia est agente d’entretien et travaille dans les grands immeubles contemporains nouvellement végétalisés qui font face à la gare principale. Leur devanture affiche fièrement le label « éco-responsable » de la mairie « Saint-E Green pour tous ». Bien qu’à moitié remplis, les bureaux qu’abritent les immeubles nécessitent d’être passés au peigne fin pour les employés à col blanc. Cela fait quinze ans qu’elle nettoie, balaye, aspire et astique à des tarifs toujours plus bas. Le développement de la robotique-propreté a fait du mal à elle et ses collègues de boulot. Fini les grèves et les « charges patronales », le robot se tait et exécute. Pratique. Nadia monte dans le bio-bus et s’assoit sur un siège, vert.

Cinq ans auparavant, Jess, la compagne de Nadia, a perdu son travail de chauffeuse de tramways. Ces derniers sont devenus « sécurisés et innovants » ; en somme sans conductrices. La multinationale qui exploite la GreenSTAS a donc décidé de licencier les employées, devenues dorénavant obsolètes. Aujourd’hui, Jess travaille dans le quartier de la cité du Design, et sert des sandwichs bio et locaux à 10 balles pour des auto-proclamés innovateurs et designeurs de la ville de demain. Grâce à eux « une transition efficace et rapide vers la ville verte numérique sera possible ! » lit Nadia sur les hologrammes publicitaires 3D, qui lui agressent la rétine et le cerveau de bon matin.

Dans le bus, en contrebas des escaliers menant à Jean Jau, la femme observe les immeubles et les terrasses d’agriculture urbaine du quartier du Crêt de Roc. Ici, il n’y a pas de tags délavés mais uniquement un paysage urbain colorié de vert et de blanc, peuplé de familles sages à lunettes allant à l’épicerie locale ou aux potagers partagés. Certes, à 5h30 du matin il n’y a pas un chat dans les rues, mises à part les recycleuses, qui comme elle, nettoient pour les autres en se niquant la santé. Mais quand Nadia repasse en bus aux alentours de 10h du matin pour rentrer chez elle, elle voit les habitantes du quartier s’activer. Ici, tout a l’air plus beau, plus sûr, l’air sent même bon. Ici, pas de vieille bagnole diesel semi-illégale pour vous cracher à la gueule mais uniquement des trottinettes électriques silencieuses, des panneaux photovoltaïques et des mini éoliennes subventionnées pour alimenter les éco-immeubles en énergie renouvelable. À Beaulieu, on se chauffe encore au gaz quand on en a les moyens voire, en cachette, au charbon pour les fins de mois.

Face au contraste entre Beaulieu et le Crêt de Roc, Nadia se souvient de son adolescence à Tarentaize. Certes les trottoirs étaient sales, les habitants s’interpellaient en gueulant, les souris et les cafards côtoyaient parfois les humains dans les appartements, mais au moins il y avait un lien entre les gens. Aujourd’hui c’est autre chose... Dès 2024, la métropole verte stéphanoise avait décidé de démolir une partie du quartier pour « lutter contre l’insalubrité » et au nom de la mixité sociale. En vérité l’objectif était de reconstruire des logements « qualitatifs » en nombre limité pour attirer une nouvelle population plus riche, plus diplômée et surtout plus blanche dans le quartier. Le vétuste immeuble de Nadia avait alors été détruit sans prendre en compte l’avis des habitantes, et les familles avaient été dispatchées dans d’autres quartiers, loin du centre-ville.

« Cassez-vous les pauvres et les arabes, et laissez la place à la ville éco-bobo-responsable ! » aurait pu être le mot d’ordre de la mairie ironise, seule, Nadia. Face à cela, les habitantes, les associations de quartier aidées par d’autres collectifs avaient tenté d’organiser une résistance contre l’arrivée progressive de ces nouveaux « pionniers urbains ». En vain. La mairie et les promoteurs immobiliers étaient bien mieux armés juridiquement, monétairement et médiatiquement. Les habitantes mobilisées furent bientôt accusées de communautarisme, d’intolérance et même de racisme anti-blanc sur internet et dans les médias. Cependant, régulièrement dans le Nouveau Progrès, les Stéphanoises apprennent que des « voyous » s’amusent à jouer au chat et à la souris avec la police et leurs micros cachés. Pour enrayer le déplacement forcé des classes populaires, ces dits « voyous » cassent les vitrines des cafés-brunch, des bars à jus de fruit détox et autres commerces pour bobos branchés. Les éco-immeubles sont régulièrement tagués de messages tels que « colons verts », « pas de bourgeois dans nos quartiers », ou « nique ta mère » pour les plus simples. Détruire son propre quartier deviendrait la seule solution pour éviter d’être reléguée en périphérie...

Le bio-bus s’arrête et sort Nadia de ses réflexions. Elle descend et se dirige tête baissée, les mains enfoncées dans son manteau, vers l’immense immeuble rouge en face de la gare où elle travaille. Muée par un sentiment étrange, elle relève le menton en face de l’entrée. La façade écarlate est habilement recouverte d’un message de plusieurs mètres à la peinture noire : « Ma pauvreté ne peut pas se greenwasher ». La femme esquisse un sourire et rentre dans l’immeuble.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire aussi...

Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Trombinoscope des collaborateurs du « réaménagement urbain » à Saint-Étienne

Ce trombinoscope paru dans le journal du carnaval de l’inutile de mars 2019, nous propose un petit tour d’horizon des assos de « réaménagement urbain » qui ont pignon sur rue à Sainté. Jeunes, « alter » et pleines de bonnes intentions. Nous avons ici une vue rapide sur leurs histoires, leurs projets et leurs liens avec le pouvoir municipal ou national.



Dans la thématique "EXPRESSION - CONTRE-CULTURE "

Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

« Journée Solidaire » pour la Maison Solidaire

« Journée Solidaire » au profit de l’association la Maison Solidaire, dimanche 30 juin de 14h a 19h 30 au 7 rue Courteline à Solaure ( St Etienne)


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Concert René Binamé & Les Slugs

Les fabuleux groupes de patapunk belge René Binamé & Les Slugs en concert samedi 6 juillet 2019 à Saint-Bonnet-le-Château...


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

Groupe féministe de percu militantes Let’s Boum Clap

Goûter/Apéro pour se rencontrer, découvrir et jouer des percus, grignoter et passer un moment sympa // dimanche 30 juin, 18h à La Cale


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Karaoké et tombola de soutien !

C’est la fête de la musique, comme tous les ans, tu n’as pas envie de rester chez toi mais toutes les animations proposées te laissent perplexe... on a pensé à toi !
Karaoké et tombola de soutien au garage associatif « Ta caisse fuit »


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

Ciné plein air à Grenoble

Un ciné plein air en non-mixité M/G/T à la programmation festive, féministe et brillante afin de se faire une dose de films avant de partir tout l’été !


Saint-Étienne et alentours Les Sampianes   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

Feminist Fight Club #2

★☆ Samedi 11 mai 2019 à 19h à la Gueule Noire ☆★
Comme la fois précédente : événement sans mec cis, aucune obligation de combattre et pas de gagnant·e·s.
Cette soirée est en soutien à la création d’un festival féministe.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

Deux poids, deux mesures : une semaine d’évènements autour du spectacle « Les Tondues »

Une semaine - et même un peu plus - d’évènements proposés dans toute la ville pour prolonger les questions abordées dans le spectacle intime et historique « Les tondues » : les femmes tondues en 1944, la mémoire collective, les tabous de l’Histoire, la domination masculine, les inégalités homme/femme...


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

LFP #367 Springbreak Fest Vol.4

Vendredi 3 mai 2019 à l’espace autogéré La Gueule Noire à partir de 20h30.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

« Que sont nos quartiers devenus ? » socio-histoire des grands ensembles des quartiers Sud-Est de Saint-Étienne

Rencontre à la librairie Lune et l’Autre jeudi 2 mai à 19h avec Rachid Kaddour autour de son livre « Les grands ensembles patrimoines en devenir » : une histoire des politiques urbaines et du peuplement des grands ensembles de Beaulieu/Montchovet/La Métare (PUSE).


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Concert Soutien Gueule Noire

Vendredi 17 Mai 2019 / 20h30 / $5 + adh. prix libre


Dans la thématique "URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT "

Saint-Étienne et alentours Couac   MOBILISATIONS - LUTTES / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Pub Belle la Ville ?

Mercredi 5 septembre, place de l’hôtel de ville à Saint-Étienne, un panneau publicitaire a retrouvé sa fonction d’affichage public. Le message commercial d’une agence d’assurances est en partie recouvert d’une affiche appelant à donner de la place à la culture plutôt qu’à la publicité.


Saint-Étienne et alentours Couac   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Chère, très chère école privée !

Lors du conseil municipal de juin 2017, alors qu’était abordé le budget de Saint-Étienne, un chiffre avait retenu mon attention : sur les millions d’euros de dépenses de fonctionnement dans le domaine de l’éducation — dont une grande partie est dévolue aux écoles primaires et maternelles — pas moins de 2 millions étaient dévolues aux écoles privées de la commune, soit 25 % du budget tout de même. Je décidais de me pencher sur ce qui me semblait alors être un mystère.


Saint-Étienne et alentours Couac   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Folie des grandeurs, bienvenue en métropole !

Depuis le 1er janvier 2018, sur Sainté et ses alentours, nous vivons officiellement dans une « métropole ». Mais qu’est-ce que ça implique dans nos vies d’urbaines ou de ruraux, ou d’entre les deux ? Chez Couac, l’envie a émergé de soulever quelques-unes des questions que ça peut poser, et au moins d’éclaircir un peu le brouillard de tous ces termes bureaucratiques…


Saint-Étienne et alentours Couac   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Design et raffiné

La municipalité de Saint-Étienne a fait de « l’expérience design » l’axe de sa promotion de la ville. Le design a sa biennale, il a aussi eu son pavillon FrenchTech DesignTech© à l’automne dernier. Décryptage de cette opération de communication sous la forme d’un récit, partial et partiel, de ces mondanités.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

L’A45, ce n’est pas fini – Restons mobilisé·es

La Coordination des opposants à l’A45 reste prudente sur les suites politiques du dossier d’autoroute A45.


Saint-Étienne et alentours Couac   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Saint-Étienne : Privilégier l’image ou la vie des habitant-es ?

Christelle Morel Journel et Valérie Sala Pala sont enseignantes-chercheuses à Saint-Étienne. Dans un récent article, elles décryptent les discours tenus sur la ville. Un premier, misérabiliste, insiste sur le dépeuplement et la pauvreté ; un second, à l’opposé, dépeint une métropole innovante et attractive. Un autre discours, qui ne chercherait ni à stigmatiser Saint-Étienne ni à en faire un produit à vendre, reste à imaginer. Rencontre.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Caravane ethnocubique des Tanj’heureux, contre l’A45 et son monde...

La caravane ethnocubique des Tanj’heureux vous reçoit avec la coordination des opposant-es à l’A45 et contre son monde du 6 au 11 Août, à la tour contre l’A45 à Cellieu (42).


Saint-Étienne et alentours Couac   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Ruines vs buildings

« Châteaucreux, quartier d’affaires » disaient-ils déjà il y a 15 ans… Habitant près de la gare, je me demande encore de quel chapeau est sortie cette idée bien cocasse. Au Crêt-de-Roc, 30 à 40 % du bâti est vacant. À Saint-Étienne, ce pourcentage avoisine en moyenne les 20 % soit environ 10 000 logements vacants. À côté de ça, l’EPASE continue de lancer des chantiers de construction de studios, d’appartements, d’hôtels grand standing. À qui la faute ? Cet article propose de survoler les acteurs de l’immobilier à Sainté.


Saint-Étienne et alentours   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Votre carriere, notre enfer

Suite à l’annonce de l’extension de la carrière de St Julien-Molin-Molette par le préfet de la Loire, une petite vingtaine de personnes du collectif des habitant.es et riverain.es se sont mobilisées pour aller perturber la venue du préfet à Veauche pour le Trophée des Jeunes Entrepreneurs.


Informations globales   MOBILISATIONS - LUTTES / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

« Ils canardent nos utopies et volent notre avenir »

Le gouvernement a annoncé la fin de la période d’« expulsions », après une dernière semaine horrible où un camarade a perdu sa main à cause de l’explosion d’une grenade GLI-F4. d’autres ont été blessés, on n’a toujours pas de nouvelles de la personne qui a été poussée du toit des Domaines par les flics et qui est partie inconsciente. On est toujours en alerte ... On attend de de voir ce ce que ça donne sur le terrain...N’hésitez pas à passer, il y a de quoi faire ici, besoin de bras pour déblayer, construire, jardiner, danser...Ils détruisent ? On reconstruira, ZAD vitam !!


A la une...

MEDIAS
5/12 : Le Gueuloir n°5 est sorti !  

Ça y est, nous y sommes, c’est le 5 décembre… La grève générale, c’est aujourd’hui, et avec un peu de chance et beaucoup de motivation, ce sera aussi demain, et après-demain… Et tous les jours qui suivront. Comme l’année dernière, décembre sera bouillant ! Avec sans doute ce qui semblera un air de révolution...


DISCRIMINATIONS - RACISME
Le 1er décembre 1955, Rosa Parks refuse d’obéir aux injections ségrégationnistes et racistes du conducteur James Blake  

Alors qu’elle rentre d’une longue journée de travail comme couturière, Rosa Parks refuse de céder sa place à un passager "blanc" comme lui oblige la loi ségrégationniste et raciste de l’état de l’Alabama. Arrêtée par la police et condamnée pour « conduite désordonnée », elle ne se résigne pas à être une victime de plus du racisme ordinaire. Démarre alors un vaste mouvement de boycott qu’elle organise avec le jeune pasteur Martin Luther King Jr. et de nombreux.euses militant.es du mouvement des droits civiques.


SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER
C’est quand qu’on arrête ?  

La bloggueuse de bande dessinée féministe (mais pas que) Emma a proposé une synthèse, sous forme de BD, des dossiers militants qui existent sur la retraite pour expliquer le nouveau projet de retraite inventé par Macron et Delevoye.


MOBILISATIONS - LUTTES
1947 : la « révolution » à Saint-Étienne  

À la fin de l’année 1947, les grèves se multiplient, à Saint-Étienne comme ailleurs, préfigurant la grande grève des mineurs de 1948. Elles culminent avec le rassemblement du 29 novembre, aux abords de la Préfecture.


REPRESSION - PRISON
[Grenoble] Retour sur l’opération de fichage et perquisition menée le 26 novembre  

Mardi 26 novembre, à partir de six heures du matin, six lieux alternatifs de Grenoble et ses alentours se sont fait perquisitionner. ZAD, squat ou colocation, personne n’a été épargné.
Le prétexte officiel est d’enquêter sur les incendies qui se produisent dans le département depuis deux ans. Une fois de plus, ce sont les milieux autonomes, libertaires, féministes ou écologistes qui sont visés.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Mutiler oui, mais local !  

Le maintien de l’ordre, en plus d’être un outil de contrôle et de répression, c’est aussi un business, et dans la Loire les usines qui se battent pour répondre aux appels à mutiler de la police nationale ne manquent pas. Petit retour sur un contrat local et bien juteux.


MOBILISATIONS - LUTTES
Et tout le monde attend le 5 décembre !  

Les appels à la grève reconductible se multiplient dans tous les secteurs d’activités, du public au privé, des chômeur.e.s aux retraités en passant par les lycéen.ne.s et étudiant.e.s... Parce qu’il est nécessaire que cette première date soit massive et déterminée, nous relayons ici un florilège d’appels locaux et nationaux ainsi que des textes de fond publiés sur d’autres sites. Rendez-vous le 5 décembre, à 10h30 devant la Bourse du travail à Saint-Étienne.


MOBILISATIONS - LUTTES
Soutenons Anas et sa famille  

Notre camarade et ami Anas a, avec son acte dramatique, le vendredi 8 novembre 2019, provoqué un véritable électrochoc tant dans la communauté étudiante en situation de précarité que dans la société entière.
Dans son message, il nous demande, à nous ses ami.e.s et camarades, de continuer la lutte.


LOGEMENT - SQUAT
Retour sur la manifestation pour défendre le droit au logement  

À l’occasion du 30e anniversaire de la « Convention des droits de l’enfant » que de nombreux·ses stéphanois·es se sont réuni·e·s à l’appel des associations, afin de réclamer la mise à l’abri des familles et des 25 enfants encore à la rue, alors qu’un rude hiver à déjà commencé.
Plus de 500 personnes ont défilé de la Place du Peuple à la Préfecture en marquant un temps d’arrêt sur les marches de l’Hôtel de Ville où l’on pouvait entendre des slogans tel que « État assassin ! Mairie complice ! ».


LOGEMENT - SQUAT
La mairie de St Etienne dit qu’elle brûle pour éviter d’aider des enfants !  

Dans le parc du Musée de la Mine à Saint-Étienne vivent depuis plusieurs mois 7 familles d’origine roumaine, dont environ 25 enfants. Pour réclamer de l’aide aux pouvoirs publics qui demeurent sourds malgré les températures négatives, elles ont occupé le hall de la Mairie aujourd’hui. La réponse a été tonitruante.


MOBILISATIONS - LUTTES
Anniversaire des Gilets jaunes, Saint-Étienne  

Samedi 16 novembre, comme partout en France, se sont rassemblés à Saint-Étienne de nombreux manifestants. Ils étaient plus de 1000 à s’être retrouvés pour fêter le premier anniversaire des Gilets Jaunes. Un véritable regain de mobilisation, qui d’ailleurs a pu être observé sur la totalité du pays, mais qui n’est pas une surprise : en effet le ras-le-bol est toujours le même !


LOGEMENT - SQUAT
Communiqué du collectif des occupants de la Bourse  

Au printemps dernier, des centaines de personnes et familles se sont retrouvées sans solution d’hébergement et ont été expulsées successivement de différents lieux dans la métropole stéphanoise. Le collectif des occupants de la Bourse s’est alors constitué pour les soutenir. Rédigé près de huit mois plus tard, un communiqué fait le point sur la situation et les revendications.


MOBILISATIONS - LUTTES
Rassemblement pour A. : des larmes, de la rage et... des arrestations  

Suite à l’appel de l’ensemble du milieu militant stéphanois, de OSE CGT et de Solidaires Étudiant-e-s Lyon, un rassemblement a eu lieu en solidarité à Anas.K et pour dénoncer les coupables de cette tragédie. La journée s’est terminée avec une charge de la Police, un gazage en règle et deux étudiants arrêtés, toujours en garde à vue.