Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / TRAVAIL - PRÉCARITÉ

1947 : la « révolution » à Saint-Étienne




À la fin de l’année 1947, les grèves se multiplient, à Saint-Étienne comme ailleurs, préfigurant la grande grève des mineurs de 1948. Elles culminent avec le rassemblement du 29 novembre, aux abords de la Préfecture. Le texte reproduit ci-dessous est un témoignage de Joseph Sanguedolce, extrait de son ouvrage Parti pris pour la vie et initialement repris ici.


Moins de trois ans après la Libération, l’écart se creuse entre les profits capitalistes et les salaires des travailleurs qui jouent un rôle décisif dans la relance économique du pays. Las d’attendre des réponses favorables à leurs revendications, les syndicats, poussés par les travailleurs, lancent des actions. En ce début d’année 1947, des grèves éclatent dans la sidérurgie, la métallurgie, à la mine de Roche la Molière, à l’Arsenal de Roanne, à la M.A.S., à la SNCF, dans le textile, le bâtiment...

Ces grèves se généralisent. Elles ont un prolongement à l’Assemblée Nationale où deux politiques s’affrontent : celle de la SFIO qui, soutenue par la droite, préconise le blocage des salaires alors que les prix continuent à grimper, et celle du Parti Communiste qui soutient les revendications qui devraient, selon lui, bénéficier d’une amélioration de leur pouvoir d’achat, devenue possible avec les résultats positifs de l’économie nationale. C’est sur cette question que le 4 mai 1947 seuls les 186 députés communistes votent leur proposition d’augmentation des salaires, traitements et pensions. Au nom du principe de la solidarité gouvernementale, le président du Conseil, Paul Ramadier, chasse par décret les ministres communistes du gouvernement. Sous des prétextes les plus divers, les gouvernements de Belgique, du Luxembourg et de l’Italie font de même.

Les « souhaits » exprimés à plusieurs reprises depuis 1946 par les dirigeants britanniques et américains sont maintenant exaucés : place au Plan Marshall, appliqué à l’Europe aux conditions américaines. Dès la fin des congés, les grèves reprennent avec plus de force et s’élargissent à de nouvelles branches industrielles. La commission exécutive de l’UD-CGT prépare alors la journée nationale de lutte fixée au 29 novembre.

La revendication principale est la fin du blocage des salaires, décision qui dépend du gouvernement. Les syndicats de tout le département préparent le déplacement des salariés sur Saint-Étienne où la manifestation doit aller de la Bourse du Travail à la Préfecture. La veille, des incidents se produisent autour de la gare de Châteaucreux. En grève depuis le 26 novembre, les cheminots occupent le dépôt de la gare, le trafic est paralysé et les tentatives de la direction pour sortir les motrices sont restée vaines. Le préfet décide alors de faire évacuer les locaux en utilisant d’importantes forces de police. Le 28 novembre, à 18h, les CRS investissent les locaux. Les ouvriers des entreprises voisines, alertés, manifestent leur solidarité aux cheminots. Des heurts se produisent et Robert Fayat, secrétaire de l’UD-CGT, est interpellé et conduit au commissariat. Les policiers ont en main une liste de noms de militants à arrêter. Les cheminots forment un barrage pour protéger leurs dirigeants et c’est ainsi que Louis Emery, Emile Bernard, René Bacher et Philippe Freycon leur échappent. Cependant, la police réussit à occuper la gare mais ne peut entrer au dépôt où les cheminots se sont retranchés, massivement aidés par la population du quartier du Soleil, tout proche. La bataille rangée qui se prépare risque d’avoir de graves conséquences. C’est alors que le préfet demande à son directeur de cabinet de prendre contact avec le comité de grève. Très rapidement, des négociations s’engagent entre les représentants du préfet et deux grévistes. Un accord est conclu : les cheminots peuvent maintenir l’occupation des locaux, sauf dans la gare où 30 policiers resteront en permanence. Le préfet Faugère cède aux grévistes et demande que « les denrées périssables en souffrance dans les gares soient distribuées aux familles de cheminots ». Ainsi cette journée tumultueuse qui a frôlé l’affrontement se termine par un compromis destiné à apaiser les travailleurs. La préparation de la manifestation du 29 a pesé dans la discussion car le préfet connaît leur profond mécontentement.

Les syndicats CGT des mineurs, métallurgistes, fonctionnaires, ouvriers du bâtiment... préparent donc la journée du 29. Le mot d’ordre est l’augmentation de 25% des salaires, traitements et pensions. La plupart des entreprises sont occupées par les grévistes. Plusieurs points de rencontre sont décidés. Une manifestation part de Firminy. Elle rassemble les grévistes du Chambon-Feugerolles, Solaure à Saint-Étienne, de La Ricamarie et du Chambon-Feugerolles. Après trois heures de marche, ils sont 15 000 environ à arriver sur la place des Ursules. Ceux de Roche la Molière, Dourdel, Michon, Grand Coin, Tarentaize, sont environ 8000 et ceux de Rive-de-Gier, Grand-Croix, Saint-Chamond, 10 000 à se retrouver à Terrenoire. Les Roannais et ceux de la plaine ont affrété des cars. A 16h, Joseph Guigand (mineurs), Baissat (EGF), Ehni (livre) et Marcel Thibaud prennent la parole sous les acclamations de la foule. Le meeting terminé, la manifestation se forme pour se rendre à la Préfecture. À sa tête, outre Marcel Thibaud et les dirigeants de l’UD-CGT, il y a Marius Patinaud, député, et Claudius Buard, conseiller de la République.

La manifestation se heurte devant la Préfecture à un barrage policier qui interdit la poursuite de l’itinéraire. Des poussées et des débordements résultent de ce blocage. Le préfet donne l’ordre aux CRS de charger la foule. Les matraques et les coups de crosse entrent en action, assez mollement d’ailleurs : beaucoup de CRS sont issus de la Résistance. Les CRS sont peu motivés alors le préfet, furieux, donne l’ordre d’utiliser les grenades, puis les bombes lacrymogènes. La place Marengo et les abords de la Préfecture se transforment en champ de bataille. Les manifestants, bloqués dans la Grand Rue, contournent la Préfecture par les rues Dormoy et Balay. Des pavés sont arrachés et lancés.


Le préfet décide de frapper plus fort et fait appel à la troupe. Au moment où les manifestants s’engouffrent dans la Préfecture, des automitrailleuses et plusieurs jeeps arrivent en renfort, alors que les bombes lacrymogènes continuent à exploser. La colère saisit les manifestants : sans résister, ils entourent les automitrailleuses et les jeeps en criant « la troupe avec nous ». Des jeunes grimpent sur les véhicules puis Robert Fayat, secrétaire de l’UL CGT et membre de l’UD. La troupe fraternise avec les manifestants. Une plaque aujourd’hui disparue fut apposée sur la porte de la salle 66 de la Bourse du Travail de Saint-Étienne. Elle portait cette inscription : « Salle des soldats de Saint-Étienne. Le 29 novembre 1947, lors de la marche des grévistes, le gouvernement et son préfet lancèrent contre les 90 000 manifestants, trois auto-mitrailleuses du 8e bataillon des chasseurs d’Afrique, 1re compagnie. Honneur à ces jeunes qui restèrent fidèles à leur origine et refusèrent de tirer sur les travailleurs en fraternisant avec la population. »

La nuit est tombée, la Préfecture est isolée et le préfet tente vainement de téléphoner au ministre de l’Intérieur, Jules Moch. Il décide d’envoyer un émissaire auprès de lui, le sénateur MRP Barthélémy Ott, qui dit au ministre que « les communistes assaillent la préfecture » et qu’il faut « intervenir d’urgence car demain il sera trop tard » (d’après Marcel de Banville dans La France Désenchantée). Jules Moch demande alors au préfet de région, Pierre Bertaux, d’envoyer des renforts à Saint-Étienne. Lorsque trois escadrons de gardes mobiles arrivent à 4 heures du matin à Saint-Étienne, les manifestants sont retournés dans les entreprises ou dorment chez eux. Depuis 21h, l’agitation a cessé.

« La révolution de Saint-Étienne »

Les radios avaient fait grand tapage sur « la révolution de Saint-Étienne » et avaient mis en émoi les dirigeants nationaux de la CGT. Ils se tranquillisent lorsque marcel Thibaud leur indique que, malgré la provocation préfectorale et les ripostes ouvrières, tout est calme à Saint-Étienne, que les soldats et automitrailleuses sont rentrés à la caserne. Les armes et munitions récupérées seront remises à la caserne dès le lendemain matin.

La provocation n’a donc pas payé et ceux qui l’ont organisée en sont pour leurs frais. Les revendications ne sont pas satisfaites pour autant et la grève continue. Un accord précisant les modalités de l’occupation des services SNCF et PTT est conclu au lendemain de la manifestation. Le 30 novembre, le ministre du Travail fait part au bureau confédéral de la CGT de ses décisions : l’octroi d’une indemnité de 1500 francs à compter du 1er décembre aux salariés non grévistes, le maintien du blocage des salaires jusqu’en juin 1948. Consultés, les travailleurs rejettent ces décisions et la grève se poursuit, plus puissante encore. Le 7 décembre, le gouvernement transmet au bureau confédéral de nouvelles dispositions : le versement d’une prime mensuelle de 1500 francs à compter du 24 novembre à tous les travailleurs, grévistes ou non ; l’abandon du blocage des salaires et l’engagement du maintien d’un rapport stable entre les salaires et les prix ; l’établissement d’un nouveau salaire minimum garanti revalorisé à partir du 1er décembre ; l’augmentation des allocations familiales de 22% au 1er décembre et de 44% au 1er janvier 1948 ; l’absence de sanctions pour faits de grève. Le comité central national de grève examine ces propositions après avoir consulté les comités de grève dans les entreprises. Il constate le recul du gouvernement mais demande des garanties. Il décide d’appeler à la reprise du travail en raison des risques de désagrégation de la grève face à la répression très dure. La grève finalement aura permis le déblocage de certaines revendications, notamment salariales, mais laisse des traces profondes. La division syndicale est en route. Force Ouvrière s’est opposée clairement au mouvement et des affrontements, parfois physiques, ont eu lieu entre grévistes et non grévistes. Souvent, les syndicats CFTC ont joué le rôle de briseurs de grève. Certains dirigeants d’entreprises ont sanctionné des militants de la CGT. Ainsi, à la M.A.S., Cussonnet, Varenne et Planel sont licenciés, le local de la CGT fermé et les permanents syndicaux suspendus de leur mandat. Ces mesures sont de courte durée car devant l’ampleur de la protestation, le ministre décide de rétablir les droits syndicaux. Stanislas Kaminski, arrêté au cours de la grève, est pourtant condamné à 8 mois de prison : il dirigeait un piquet de grève à Roche-la-Molière et fut l’un des premier à fraterniser avec les jeunes soldats. Le pire – l’écrasement du mouvement ouvrier – a été évité, mais la scission ne put être empêchée, tandis que la situation internationale se dégradait au point que réapparaît le risque de guerre mondiale à partir de l’affrontement entre l’URSS et les USA.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "MOBILISATIONS - LUTTES "

Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

AG de lutte interprofessionnelle

Une assemblée pour partager les actions prévues par tout les secteurs , et pour en préparer d’autres. Jeudi 16 janvier à 14h à la salle Sacco et Vanzetti de la bourse du travail.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

AG de lutte interprofessionnelle (à La Cale)

Une assemblée pour partager les actions prévues par tous les secteurs, et pour en préparer d’autres. Mardi 14 janvier à 14h à La Cale (16 rue Royet), après la manifestation.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / TRAVAIL - PRÉCARITÉ

AG de lutte interprofessionnelle

Une assemblée pour partager les actions prévues par tous les secteurs, et pour en préparer d’autres. Parce que seule la lutte paie, parce que le gouvernement n’arrêtera pas son jeu de massacre tant que nous ne résistons pas, parce que seule l’union de toutes et tous fera reculer nos ennemi.es, le patronat et la macronie.
Jeudi 9 janvier à 14h à la salle Sacco et Vanzetti de la bourse du travail.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Toutes et tous en grève et dans la rue le jeudi 9 janvier

L’intersyndicale appelle l’ensemble du monde du travail et la jeunesse à poursuivre et renforcer la grève y compris reconductible là où les salarié-es le décident. Elle appelle à faire du 9 janvier une nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle massive de grèves et de manifestations. Renforçons la mobilisation, ne battons pas en retraite ! Rendez-vous à 10h30, place de la liberté (devant Centre 2).


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MOBILISATIONS - LUTTES

[Lyon] Journée et soirée contre les violences et crimes policiers

Vénissieux, le 11 décembre 2016. Mehdi, 28 ans, venait de fêter la naissance de sa fille et rentrait en scooter à Vaulx-en-Velin avec deux amis. La police veut le contrôler, il meurt ! « Le Comité Vérité et Justice pour Mehdi » vous invite à une journée/soirée contre les violences et crimes policiers le samedi 18 janvier à Grrrnd Zéro (Vaulx-en-Velin).


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / TRAVAIL - PRÉCARITÉ

Pas de trêve pour la grève !

Parce que seule la lutte paie, parce que le gouvernement n’arrêtera pas son jeu de massacre pendant les vacances, parce que seule l’union fera reculer nos ennemi-es, nous invitons chômeur-euses, précaires, étudiant-es, travailleur-euses de tous secteurs à une AG de luttes interpros et autres, le vendredi 3 janvier, 14h à la Bourse du travail de St-Étienne (Salle Sacco et Vanzetti), donnant suite à la manifestation de 10h30 place du Peuple.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Pour garder l’esprit combatif pendant les fêtes

La mobilisation contre la réforme des retraites démarrait il y a trois semaines. Pour que les fêtes de fin d’année soient l’occasion de renforcer sa motivation et de fourbir ses arguments, et en aucun cas d’oublier, voici quelques idées de lecture et d’action.


Informations globales   MOBILISATIONS - LUTTES

Tour d’horizon des grèves à travers les « sites mutu » de différentes villes

Le Numér° ZérO fait partie d’un réseau de sites qui, dans plusieurs villes de France et de Suisse, permet aux militant’es de partager des articles sur les luttes en cours : le réseau MUTU. Gràce à cette séléction d’articles, petit tour d’horizon de la mobilisation contre la réforme des retraites de-ci de-là.


Informations globales   MOBILISATIONS - LUTTES / TRAVAIL - PRÉCARITÉ

Le Noël Gratuit de la Grande (Re)Distribution !

Appel national à l’auto-réduction les 22-24 et 29-31 décembre 2019.
« On sait assez combien ils nous prennent, combien ils se font sur nos dos. On n’est pas prêt d’oublier non plus les x milliards d’argent public (à ce niveau là, on ne compte plus) offerts comme tant de cadeaux de Noël aux chefs de la grande distribution dans le cadre du CICE. On a déjà assez raqué ... Cette fois, c’est eux qui pleurent à la caisse ! »


Saint-Étienne et alentours Couac   MOBILISATIONS - LUTTES / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Hirak et éléctions #2 - un président sans peuple

Suite à l’élection d’Abdelmadjid Tebboune nous retrouvons les hirakistes stéphanois·e·s rassemblé·e·s sur la place du peuple le dimanche 15 décembre 2019. Après une semaine de présence devant le consulat algérien pour dénoncer la mascarade électorale, les Algériens et Algériennes de Sainté continuent de faire vivre le mouvement de contestation populaire enclenché en Algérie depuis le 22 février 2019.


Dans la thématique "MEMOIRE "

Informations globales   REPRESSION - PRISON

Dans la nuit du 6 au 7 décembre 1986, Malik Oussékine assassiné par deux voltigeurs de la police

Dans la nuit du 6 au 7 décembre 1986 à Paris, Malik Oussekine, 22 ans, était matraqué à mort dans le hall d’un immeuble parisien où il s’était refugié, par deux policiers « voltigeurs » motocyclistes. Un anniveraire d’autant plus sinistre que les redoutables « voltigeurs », après avoir été interdits à la suite de leur forfait contre Malik Oussekine, ont été officiellement réintroduits en mars 2019. Et ont bien vite renoué avec les pratiques d’alors (lire ici).


Informations globales   DISCRIMINATIONS - RACISME

Le 1er décembre 1955, Rosa Parks refuse d’obéir aux injections ségrégationnistes et racistes du conducteur James Blake

Alors qu’elle rentre d’une longue journée de travail comme couturière, Rosa Parks refuse de céder sa place à un passager "blanc" comme lui oblige la loi ségrégationniste et raciste de l’état de l’Alabama. Arrêtée par la police et condamnée pour « conduite désordonnée », elle ne se résigne pas à être une victime de plus du racisme ordinaire. Démarre alors un vaste mouvement de boycott qu’elle organise avec le jeune pasteur Martin Luther King Jr. et de nombreux.euses militant.es du mouvement des droits civiques.


Saint-Étienne et alentours La dérive   FLICAGE - SURVEILLANCE

« Attention on vous surveille le bassin »

Suite à la manifestation du 5 décembre, la Barricade organise la projection du film-documentaire “Sous l’oeil des houillières”, un film de Marion Fontaine, Richard Berthollet à 17h à la Dérive.


Informations globales

Le massacre du 17 octobre 1961 à Paris : « Ici on noie les Algériens ! »

Ce jour-là, des dizaines d’Algériens ont été noyés dans la Seine ou massacrés par la police française à Paris. C’est un devoir de justice de ne pas l’oublier.
Le 17 octobre 1961 alors que la guerre d’Algérie touche à sa fin, le FLN appelle à une manifestation pacifique dans les rues de Paris pour dénoncer le couvre-feu raciste imposé quelques jours plus tôt aux Algériens et par extension à tous les Maghrébins. Cette manifestation rassemble environ 30 000 personnes.


Saint-Étienne et alentours Couac   GENRE - FEMINISME / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

La rue est à nous ! ... enfin surtout à eux !

Il y a 75 ans, le 19 août 1944, Élise Gervais était retrouvée morte après avoir été torturée par la Gestapo. En hommage, une rue de Saint-Étienne porte son nom depuis fin 1944. Un fait qui mérite d’être souligné tant il demeure rare jusqu’à aujourd’hui que le nom d’un personnage féminin figure sur une plaque de rue stéphanoise.


Saint-Étienne et alentours Couac   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Printemps 73, acte II de Mai 68 à Sainté

Au printemps 2018, un article de Couac revenait sur Mai 1968 à Saint-Étienne. Mais la fin de Mai-Juin 68 ne signe pas le retour au calme, elle marque au contraire le début d’une période d’effervescence tous azimuts. Entretien sur la période qui suit Mai-Juin 68 et plus particulièrement sur le printemps 73, alors que convergent les contestations, avec Gilbert, qui participe alors aux mobilisations.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MOBILISATIONS - LUTTES

Dix ans après les révoltes de Firminy – 3/3 : Pistes de réflexion et d’action pour aujourd’hui

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / REPRESSION - PRISON

Dix ans après les révoltes de Firminy – 2/3 : Entretien avec un habitant

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Dix ans après les révoltes de Firminy – 1/3 : Ce qui s’est passé à Firminy-Vert en juillet 2009

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


Saint-Étienne et alentours

La fusillade du Brûlé à La Ricamarie, c’était il y a 150 ans

Ce n’est pas d’aujourd’hui que le pouvoir blesse, mutile et tue. Il y a cent cinquante ans jour pour jour, le 16 juin 1869 à La Ricamarie, la troupe tire froidement et sans sommation sur des mineurs en lutte et leurs soutiens. Bilan : quatorze morts. Retour sur cet événement marquant de l’histoire du mouvement ouvrier avec un extrait de l’ouvrage de Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1865 à nos jours.


Dans la thématique "TRAVAIL - PRÉCARITÉ "

Saint-Étienne et alentours   TRAVAIL - PRÉCARITÉ

Programme des 6es Rencontres d’histoire ouvrière de Saint-Étienne : « Cent ans de communisme en France et dans la Loire »

Dans le cadre du centenaire du Congrès de Tours, 6es Rencontres d’histoire ouvrière de Saint-Étienne organisée par le GREMMOS les 23 et 24 janvier 2020 aux archives départementales de la Loire.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / TRAVAIL - PRÉCARITÉ

AG de lutte interprofessionnelle

Parce que seule la lutte paie, parce que le gouvernement n’arrêtera pas son jeu de massacre pendant les vacances, parce que seule l’union de toutes et tous fera reculer Macron et le patronat, nous invitons chômeur-euses, précaires, étudiant-es, travailleur-euses de tous secteurs, à une AG de lutte interprofessionnelle jeudi 19 décembre 2019 à 16h à la Bourse du travail salle Sacco et Vanzetti de Saint-Étienne


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / TRAVAIL - PRÉCARITÉ

17 décembre : nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites

Et oui, on ne lâche toujours rien... Après trois grosses journées réussies à Saint-Étienne, on doit faire encore mieux le 17 ! Travailleus.es, fainéant.es, précaires, fonctionnaires, prolétaires, cheminot.es, lycéen.nes, étudiant.es, traminot.es, chômeur.euses, gilets jaunes, profs, etc. Tout le monde dehors le 17 ! Enracinons la grève, contre la réforme des retraites, contre ce gouvernement inique. Rendez-vous à 10h30 devant la CCI, cours Fauriel.

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / TRAVAIL - PRÉCARITÉ

Contre la réforme des retraites : nouvelle manifestation ce mardi 10 décembre

Contre le projet de retraite par points, pour un système de retraite et un monde solidaire, nouvelle manifestation ce mardi 10 décembre 2019.
RDV 10h30 devant la gare de Châteaucreux à Saint-Étienne et à 10h30 Pont du Coteau à Roanne.


Informations globales   TRAVAIL - PRÉCARITÉ

C’est quand qu’on arrête ?

La bloggueuse de bande dessinée féministe (mais pas que) Emma a proposé une synthèse, sous forme de BD, des dossiers militants qui existent sur la retraite pour expliquer le nouveau projet de retraite inventé par Macron et Delevoye.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / TRAVAIL - PRÉCARITÉ

Débat public sur la réforme des retraites et la grève du 5 décembre

Le projet de retraites par point, c’est quoi ? Pour y répondre, l’intersyndicale invite à un débat public ce jeudi 28 novembre à 18h à la salle Sacco et Vanzetti de la bourse du travail de Saint-Étienne.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / TRAVAIL - PRÉCARITÉ

Rassemblement contre le Revenu Universel d’Activité

Six ateliers sont organisés actuellement dans toute la FRANCE sur le revenu universel d’activité (RUA) comprenant la fusion de tous les minimas sociaux et l’harmonisation vers le bas. Il y aurait comme projet du gouvernement, entre autres, la contrepartie d’un « travail gratuit » contre versement de cette allocation. A cette occasion, le 15 novembre 2019, le Comité CGT des travailleurs et travailleuses privé-e-s d’emploi et précaires de SAINT-ÉTIENNE organise un débat sur le RUA à 13h00 salle Sacco et Vanzetti à la Bourse du travail, puis un rassemblement à 15h45 devant le Centre de Congrès.


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME / TRAVAIL - PRÉCARITÉ

[CNT Femmes Libres Sainté] Présentation et Brochure d’octobre 2019

« CNT Femmes Libres » est un outil non-mixte de lutte contre les violences patriarcales sur les lieux de travail, dans les pratiques syndicales, dans l’espace privé ou public.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEDIAS

Préparation de l’évènement autour de Lorraine Coeur d’Acier

AVATARIA, LA LAVERIE et RADIO DIO vous proposent de vous associer à l’évènement qu’elles vont organiser début avril 2020 autour de l’histoire de Lorraine Cœur d’Acier (LCA). Une réunion publique est organisée ce jeudi 10 octobre 2019 à 18h30 à la Guiguette de la vieille Mule à Sainté.


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   GENRE - FEMINISME / TRAVAIL - PRÉCARITÉ

Soirée de soutien à CNT Femmes Libres Saint-Étienne le samedi 6 juillet à la Gueule Noire

Soirée de soutien à la CNT Femmes Libres de Saint-Étienne, avec la présentation du groupe, la projection d’un documentaire et des grignotages à prix libres.


A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
La jeunesse stéphanoise violemment réprimée  

Cela fait quelques jours, qu’à St-Étienne, les forces de l’ordre répriment dans la violence toute tentative de grève des jeunes lycéens. Le préfet aurait-il peur des jeunes, pour les empêcher, à n’importe quel prix, de rejoindre le mouvement ?


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (2)  

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés, quatre Stéphanois sont jugés pour avoir diffusé des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Deuxième partie d’un texte en trois épisodes : Enquête et arrestations, automne 1882.


MOBILISATIONS - LUTTES
Pour les retraites et tout le reste : actions à venir cette semaine à Saint-Étienne  

Actions, Manifestations, AG, Pique-Nique, Retraite au flambeau, Concerts... La semaine qui vient va être chaude à Sainté. Suivi et récapitulatif du 13 au 18 janvier 2020.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Fête de soutien aux grèvistes organisée par le CIP 42  

Le Collectif des Intermittent.es et Précaires de la Loire (C.I.P 42) a décidé d’unir ses forces et ses compétences afin de soutenir les cheminots grévistes de Saint-Étienne dimanche 19 janvier 2020 à partir de 15h00 dans l’ancienne Gare du Clapier !!!!
La recette sera reversée aux caisses de grève des cheminots.


REPRESSION - PRISON
Les stades de foot, laboratoire où s’expérimentent les techniques de répression  

Il y a quelques jours, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel a rendu son verdict : deux matchs à huis clos (dont un avec sursis) pour les quelques centaines de fumis et le feu d’artifice en tribune lors du match contre le PSG. Pour lutter contre les « Ultras », l’État s’est doté depuis plusieurs années d’outils de répression fort sophistiqués. À Saint-Étienne, quelques irréductibles résistent encore et toujours au progrès et à la modernité, au nom de concepts éculés comme la liberté et les valeurs populaires du football. Discussion avec l’un des membres des Green Angels, un des principaux groupes de supporters stéphanois.


ANTIFASCISME
A Saint-Étienne, l’extrême-droite compte s’installer ‘pépouze’ en face de la Bourse du Travail !  

Sophie Robert, la bourgeoise cheffe départementale du Rassemblement national, accompagnée d’une dizaine de militants environ, a été surprise ces derniers jours dans un local du quartier Albert Thomas en train de passer la serpillière.


MOBILISATIONS - LUTTES
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (1)  

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés quatre stéphanois sont jugés pour avoir diffuser des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Première partie d’un texte en trois épisodes : 1.Grèves, révoltes ouvrières, effervescences libertaires et répression autour de Lyon et Saint-Étienne en 1882.


MOBILISATIONS - LUTTES
Blocus au lycée Honoré d’Urfé : charges, gazage et une arrestation  

Depuis le 5 décembre, une série de blocages est initiée par les lycéen·ne·s stéphanois·e·s dans leurs établissements. Après deux journées entières de blocage au lycée Fauriel, la direction menace les élèves de passer en conseil de discipline s’iels s’avisent de recommencer. Jeudi 9 décembre au lycée Honoré d’Urfé, c’est cette fois la Police qui s’est chargée de lever le blocus à coup de bombes lacrymos.


MOBILISATIONS - LUTTES
Retour sur la journée du vendredi 10 janvier contre la réforme des retraites  

Au programme : action péage gratuit et rassemblement devant le Medef !
Aujourd’hui, c’est le 36e jour consécutif de mobilisation pour les cheminot·e·s qui sont rejoint·e·s sur leur piquet de grève à 6h du matin à la gare de Chateaucreux par des militant·e·s syndicalistes, des profs, des étudiant·e·s, des GJ et des autonomes. Au total, plus de 60 personnes prennent la route pour le péage de Veauchette. Les caméras sont détournées, les barrières relevées et les premiers sourires s’esquissent.


INFORMATIQUE - SECURITE
Bad citizen : une nouvelle appli anti-répression  

Une nouvelle application d’informations juridiques pour apprendre à se défendre face aux institutions policières et judiciaires. L’application Bad Citizen vient d’être créée et mise à disposition pour smartphones. C’est un guide qui résume l’essentiel de ce qu’on doit savoir quand on se retrouve aux mains de la police et de la justice ou quand il faut aider un-e proche.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le député Jean-Michel Mis en marche pour promouvoir la reconnaissance faciale  

Après une première date à la Commission numérique de l’Assemblée nationale au mois de décembre, le député LREM Loire-Saint-Étienne, Jean-Michel Mis, organise un colloque sur la reconnaissance faciale le samedi 18 janvier 2020, à l’Amicale laïque de Chapelon.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Google et Sainté City  

Il y a tout juste six mois, Google inaugurait son atelier numérique à Saint-Étienne. Google a déjà les moyens d’en connaître beaucoup sur nous. Alors, pourquoi ce moloch veut-il s’implanter physiquement dans nos villes, particulièrement à Saint-Étienne ? Une enquête de Couac initialement parue au printemps 2019.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Débats sur la société de surveillance de masse  

Deux débats pour comprendre les enjeux de la mise en place de la société de surveillance de masse organisés par Halte au contrôle numérique, La Ligue des Droits de l’Homme Loire, Stop Linky 5G Loire et la Quadrature du Net - Le mercredi 8 janvier et le vendredi 7 février à Saint-Étienne.


CAPITALISME - GLOBALISATION
Culture, numérique et disruption sécuritaire à Saint-Étienne  

À travers un portrait d’Éric Petrotto, qui à la fois gère la Fabuleuse Cantine (un des lieux de restauration les plus « tendances » de la ville) et investit dans Serenicity (la société qui portait le projet d’installation de micros dans le quartier de Beaubrun-Tarentaize), Couac vous propose une enquête dans l’économie locale du numérique et son nouvel esprit du capitalisme.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Cartographier la surveillance  

À Saint-Étienne, difficile de circuler dans le centre ville sans être observé par Big Brother. Et en période de mouvement social, il n’est pas inutile de savoir où se situent ces yeux qui nous épient. Le site internet « Saint-Étienne sous surveillance » recense les caméras de vidéosurveillance disséminées dans la ville (estimées à 329). Entretien paru dans le Couac n°7 avec A., l’une des personnes qui en a été à l’origine, sur le contexte de sa mise en place et sa pertinence aujourd’hui.


MOBILISATIONS - LUTTES
10 jours de grève à Saint-Étienne  

Cela fait déjà 10 jours que la grève générale a débuté. 10 jours où travailleur.e.s, gilets jaunes, syndicalistes, étudiant.e.s, lycéen.ne.s jeunes et bien d’autres se retrouvent chaque jour dans la rue, sur des actions, dans des rassemblements, des AG etc… Mais qu’en est-il de la mobilisation à Saint-Étienne ?
Nous vous proposons ici un récapitulatif de plusieurs actions menées et des 5 grandes dates de rassemblement (5 décembre, Acte 56 des GJ, 10 décembre, 12 décembre et Acte 57 des GJ + Mobilisation des Algériens toute la semaine.)