Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

À Lyon ce matin, la justice administrative bafoue le droit de grève, que ne ferait-t-on pas pour l’Euro 2016 ?




Après la météo, ce sont maintenant les Fan Zones qui servent de prétexte à briser la grève. Comme à St-Etienne où le maire assignait ce mercredi 8 juin au Tribunal Administratif de Lyon les agent.es municipaux en grève bloquant un centre technique municipal. Tribunal qui, en fin de journée, a étrangement ordonné l’évacuation du piquet de grève. Retour sur cette situation rocambolesque.


Depuis le 31 mai, des agents territoriaux de la ville de Saint-Étienne (et pas uniquement les éboueur.es) sont en grève et occupent le centre technique municipal rue Coubertin. (CTM [1] ).

Iels s’inscrivent principalement dans le mouvement contre la loi travail mais luttent aussi pour l’amélioration des conditions de travail qui se dégradent dans les services de St-Etienne. Pour eux, cela se traduit par des manquements fréquents à la sécurité sur les machines, des outils peu nombreux, mal entretenus, des pressions managériales, une précarisation des contrats... pour l’extension à tous les services d’une prime qui n’est accordée qu’à certains d’entre eux (les autres pouvant aller se faire voir chez plumeau). Iels demandent également l’annulation d’une procédure disciplinaire absurde menaçant un de leurs collègues.

Une partie des employés ont donc décidé de faire grève. Iels tiennent le piquet nuits et jours depuis une semaine devant l’entrée du CTM, perturbant partiellement l’utilisation du matériel stocké dans le centre (barrières, véhicules de nettoyage, de collecte d’ordures etc). Dans le même temps, les éboueur.euse.s et d’autres services municipaux de la métropole de Saint-Étienne sont entré.e.s en grève, augmentant un peu plus l’ampleur des mobilisations, à Saint-Étienne comme partout en France.

Comme nous l’explique un gréviste, avec le temps : le CMT est devenue un lieu de convergence des luttes aussi parce qu’il y a pas mal d’entreprises du privé qui viennent ponctuellement et s’inscrivent dans des actions contre le projet de loi travail. Donc effectivement on a des copains de l’énergie qui viennent, les camarades cheminot.e.s, parce que les cheminot.e.s ont aussi un feu allumé depuis 7 jours sur [la gare de] Chateaucreux. Sur St-Etienne on peut dire que contre la loi travail le feu brûle et pour l’instant il est pas prêt de s’éteindre, même si Mr Perdriau fait tout et met tout en œuvre pour faire taire la contestation et surtout bafouer le droit de grève. Je crois que ça a très bien été démontré pendant le procès.

En réaction à la grève, le maire a fait appel à une société privée pour ramasser les poubelles. Cinq camions de Suez ont ainsi tourné dans la ville ce weekend. Selon la mairie, ils ont assuré un tiers de la tournée habituelle, surtout dans le quartier de Chateaucreux et en centre-ville, dans « les secteurs névralgiques ». Aux tentatives de décrédibilisations des grévistes dans les médias et à la sourde oreille des pouvoirs publics, la CGT répond dans un communiqué que : Contrairement à ce que vous affirmez, nous sommes des personnes responsables, et, croyez-nous les Stéphanois ne s’y trompent pas. (…) Par orgueil, vous avez choisi de rejeter l’ensemble des demandes exprimées par les agents et portées par la CGT, préférant payer des entreprises privées pour effectuer la collecte des ordures ménagères au frais des contribuables stéphanois. Mais là aussi, force est de constater que votre action a été orientée par « votre désir de briller », car seul le centre-ville a été nettoyé !

Pour Gaël Perdriau, maire (LR) et président de la communauté urbaine de Saint-Étienne, l’objectif est bien évidemment que tout rentre dans l’ordre avant le début tant attendu de l’Euro 2016. « Il y a un risque sanitaire que je ne peux pas accepter ». Peut-être craint-il le retour de la peste ?

Le 3 juin, pour briser la grève, il dépose une requête en référé devant le tribunal administratif (TA). Des contributeurs et contributrices de Rebellyon se sont rendus au procès pour en savoir un peu plus.

Retour sur l’audience

L’audience s’est tenue ce mercredi matin au tribunal administratif de Lyon.

Dès le début, le dossier de l’accusation paraissait bien creux. Présentation de photos issues de Google pour expliquer la topographie du lieu au juge, absence de justification du droit de la ville de Saint-Étienne sur ce dépôt, aucune donnée récente sur l’occupation du lieu... L’accusation reposait sur 3 arguments :

  1. Le fonctionnement régulier du service public de la ville ne peut être assuré. Alors qu’il existe une vingtaine d’autres dépôts communaux, et que le ramassage des ordures est (normalement) pris en charge par la métropole, ce serait presque le chaos à Sainté sans ce CTM.
  2. Une partie du matériel nécessaire à l’installation de la fan zone serait ’pris en otage’ et cela gênerait la tenue des exercices du plan sécuritaire. Pourtant, ces exercices se sont déroulés sans entraves cette semaine...
  3. Le blocage d’un domaine public communal est interdit et ne rentre pas dans le droit de grève. Bon, ce n’est pas faux, encore faudrait-il pouvoir qualifier cette action de blocage, ce qui n’a pas été fait et a été démonté, preuves à l’appui, par la défense.

La requête de l’avocat de Saint-Étienne ? l’expulsion (dans les 2h après le rendu de la décision) des personnes qui occupent le CTM et 2000 euros d’amende pour l’organisation syndicale et les 3 syndicalistes qui ont osé parler de blocage dans les medias et se sont retrouvés identifiés comme meneurs.

Face à cette volonté de casser la grève, la défense a plaidé pour :

  1. L’irrecevabilité de la requête, car la preuve du titre de propriété de la ville sur le CTM n’a pas été produit à temps par son avocat.
  2. L’incompétence du juge administratif pour juger l’affaire étant donné qu’elle relève du droit de grève et la question de la liberté de travailler, un droit fondamental inscrit dans la Constitution, et qui concerne donc le juge judiciaire. De tous les procès sur ce sujet (17 de mémoire ?), aucune ordonnance n’a été rendue par un juge administratif. Ce serait donc une première.
  3. Elle a aussi montré que les grévistes n’étaient pas expulsables puisqu’ils n’occupent pas le centre même, mais son entrée et ses abords sur la voie publique. Or la ville ne peut recourir à un tribunal administratif pour chasser des occupants de la voie publique.

Par ailleurs, la défense a pertinemment rappelé que le droit de grève était par nature un droit de perturbé son employeur, que ces perturbations en sont le principe même et qu’il n’est pas légitime de le reprocher aux grévistes. Surtout quand la mairie, qui crie au scandale au tribunal, semble sur un petit nuage dans sa communication sur twitter, impatiente d’exhiber sa belle fan zone.

Point essentiel : grève n’est pas blocage.

La cessation du travail volontaire qu’est la grève ne touche que l’individu qui la choisit. Tandis qu’un blocage impose à tous les salariés de cesser de travailler et entrave complètement le fonctionnement d’un service.

Dans notre cas, 39 (!) attestations de travailleurs.euses non-grévistes ont été remises au juge par la défense, qui indiquent qu’iels n’ont rencontré aucune difficulté à circuler ni à travailler, et qu’iels n’ont reçu aucune contrainte ou menace. De plus, quatre constats d’huissier disent que des agents non-grévistes et des véhicules ont pu entrer ou sortir du centre sans entrave. Le volume de travail a été réduit mais le service continue d’être assuré.

Comme le rappelle un membre de la CGT, la plupart des agents soutiennent le mouvement mais n’ont pas les moyens de se mettre en grève :

En même temps ils sont contre la loi travail mais vous savez, les agents territoriaux, contrairement à ce qui peut être dit dans la presse, c’est pas des agents qui gagnent bien leur vie, malheureusement. Et il y en a énormément qui tous les mois peinent, tous les mois sont dans la difficulté et du coup, ils ont du mal à s’inscrire dans un mouvement de grève, surtout aussi dur. Donc ils sont sympathisants, pour la très très grande majorité. Mais malheureusement, pour certains, le salaire est tellement bas...

De l’autre coté, le maire semble au bord de la crise de nerf et fait appelle au préfet et à l’État d’assurer « le droit des citoyens a regarder l’euro en paix » ...

Mise à jour à 21h00 :

Alors que la non-concordance des priorités posées par le maire, l’absence flagrante d’éléments objectifs de l’accusation tout comme l’a rappelé l’avocate de la défense d’une probable incompétence du tribunal administratif à juger cette affaire, contre toute attente, le juge a finalement ordonner l’expulsion immédiate des grévistes, donnant raison à la mairie.

Il est étrange de voir la justice administrative remettre en cause le droit de grève. Les conséquences directes sont de casser le mouvement social et de briser les luttes des employé.e.s. Malgré tout, la contestation sociale ne faiblit pas et comme nous le disait le délégué CGT ce matin : Bienvenue dans la lutte !

[1Centre gérant les moyens de transport et les outils dont les villes ont besoin pour leur mission de service public (voirie, espace vert, etc.).



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "LOI TRAVAIL (2017 - 2018) "

Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Rendu du procès de la loi travail : deux camarades relaxé.es, deux camarades condamné.es

Jeudi dernier (13 juin) avait lieu le dernier procès concernant le mouvement de la loi travail, après un énième report. Quatre personnes étaient inculpées essentiellement pour des dégradations lors de manifestations - œufs de peinture ou tags. Le délibéré est tombé hier.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Mobilisation solidarité avec les inculpé.e.s 42 de la loi travail

Le comité de soutien des inculpés du mouvement contre la loi Travail dans la Loire appelle à une Manifestation jeudi 7 mars 2019 à 11h30 devant la Bourse du Travail de Saint-Étienne suivi d’un rassemblement le même jour devant le TGI de Saint-Étienne à 13h.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Communiqué des huit inculpé.e.s de la loi travail

Le jeudi 7 mars 2019 aura lieu au Tribunal de Grande Instance de Saint-Étienne, l’audience où nous serons jugé-es pour des faits en lien avec le mouvement contre la Loi Travail du printemps 2016. Nous sommes accusé-es de dégradations que nous aurions commises lors des manifestations de ce mouvement.


Saint-Étienne et alentours Couac   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Loi Travail : la répression continue

Si la Loi Travail a été adoptée à l’été 2016, la répression envers les personnes ayant participé aux protestations contre le texte au printemps continue en revanche à être d’actualité. Jeudi 13 septembre 2018, huit personnes sont convoquées au Tribunal de grande instance de Saint-Étienne (leur avocate va demander un report). On y revient avec des articles du Couac.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Fête de soutien aux inculpé-es de la loi travail

Printemps 2016 : de nombreuses manifestations festives, déterminées, rassemblent des centaines de personnes dans les rues de Sainté pour s’opposer à la loi travail et à son monde. Depuis, avec ses images de vidéosurveillance, ses GAV et ses convocations, la justice poursuit et condamne celles & ceux qu’elle identifie comme auteur-es d’actions. Nous vous proposons de se retrouver pour une soirée de soutien.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

La répression, les procès, ça continue...

Huit personnes (pas moins !) seront jugées dans un nouveau procès le 13 septembre 2018 au TGI de Saint-Étienne, pour des faits reprochés lors de manifestations contre la loi travail du printemps 2016.
Une réunion publique est proposée pour en discuter, s’organiser pour réagir : jeudi 24 mai à 18h, à la Bourse du travail (salle 66).


Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

[Loi Travail] Condamnation en appel pour Nina, Jules et Yvan

Relaxé.e.s en première instance, la cour d’appel de Lyon a condamné mardi 16 janvier Nina, Jules et Yvan.
Entre les amendes, (1000 à 2000€ chacun.e), les indemnités pour le député Jean-Louis Gagnaire et le 13e mois pour les flics, illes devront verser au total plus de 6000€. Jules est en plus condamné pour rébellion à « un agent dépositaire de l’autorité publique » et écope de quatre mois de prison avec sursis.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

[CNT 42] Jeudi 16 novembre 2017 lois Macron, loi des patrons… collectivement, faisons reculer le gouvernement et le patronnat

Journée nationale interprofessionnelle et intersyndicale de grève et de manifestations :
- ST ETIENNE : 10H30 Place Jules Ferry (Statue de la Liberté en dessous de Centre 2)
- ROANNE : 10H30 Université Avenue de Paris


Opinions   GENRE - FEMINISME

Féministes, au travail !

Tract diffusé lors de la manif du 19/10 à Saint-Étienne
Aujourd’hui, en 2017, à compétences et qualifications égales, les femmes gagnent en moyenne un quart de moins que les hommes. Le système de valeurs patriarcales fait que des métiers, occupés majoritairement par des femmes, tels que le ménage, l’aide à la personne, l’éducation des enfants, et les activités associatives et culturelles (notamment les contrats aidés) ne sont pas reconnus comme des emplois produisant une valeur économique et sociale importante. Les formations à la plupart de ces emplois sont sommaires (les femmes sauraient « naturellement » les faire), les salaires sont bas, les amplitudes horaires de travail trop longues, et très peu de reconnaissance sociale est accordée à ces secteurs pourtant essentiels à notre société...


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Manifestons le 10/10 contre les ordonnances, pour la défense des services publics

Face à l’ampleur des attaques du gouvernement contre le droit du travail, contre les classes sociales les moins aisées ou encore contre les services publics, les syndicats et le Front social appellent à une journée de mobilisation le mardi 10 octobre.


Dans la thématique "MOBILISATIONS - LUTTES "

Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Rassemblement contre la précarité étudiante

Le mercredi 20 novembre 2019 à Tréfilerie (côté Tram) pour protester contre la précarité étudiante et continuer à diffuser le message d’Anas. Assemblée Générale à 13h pour organiser la suite de la lutte.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Rassemblement contre le Revenu Universel d’Activité

Six ateliers sont organisés actuellement dans toute la FRANCE sur le revenu universel d’activité (RUA) comprenant la fusion de tous les minimas sociaux et l’harmonisation vers le bas. Il y aurait comme projet du gouvernement, entre autres, la contrepartie d’un « travail gratuit » contre versement de cette allocation. A cette occasion, le 15 novembre 2019, le Comité CGT des travailleurs et travailleuses privé-e-s d’emploi et précaires de SAINT-ÉTIENNE organise un débat sur le RUA à 13h00 salle Sacco et Vanzetti à la Bourse du travail, puis un rassemblement à 15h45 devant le Centre de Congrès.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   EXPLOITATION ANIMALE / MOBILISATIONS - LUTTES

Manifestation anti-corrida à Rodilhan

La manifestation débute par une déambulation dans cette ville qui semble désertée. Les « Basta Corrida » donnent le rythme. Au bout de quelques mètres, la marche est interrompue sur un pont à quelques pas de l’arène par une barrière anti-émeutes soutenue par un camion blindé. Les esprits s’échauffent, la colère monte. Les manifestant·e·s tapent sur les grilles pour se faire entendre, et essaient d’exercer une pression sur celles-ci. La gendarmerie bien abritée derrière leurs camions n’attend pas et commence à gazer la foule moins de 10 min plus tard. La résistance ne se fit pas attendre et des manifestant·e·s affrontent les forces de l’ordre en renvoyant les palets lacrymogènes ou en jetant des pierres.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Nationale des Gilets Jaunes ! Un air de retrouvailles

Ça faisait un bail qu’on avait pas vu autant de monde dans les rues un samedi à Sainté. Et ça fait plaisir ! Même si, il faut l’avouer, on est loin du nombre des décembre, janvier, février derniers... Au moment fort de la manifestation, plus de 1000 GJ de Sainté et de Navarre ont promené les forces de l’ordre tout l’après-midi et même jusqu’au début de soirée à Monthieu ! Et ce malgré le dispositif énormissime, les grenades lacrymo, les charges agressives, les tirs de LBD et les coups de matraque.


Saint-Étienne et alentours   CAPITALISME - GLOBALISATION / DISCRIMINATIONS - RACISME

Apéro et projection en soutien à la caisse de grève de la section nettoyage de Marseille

Pour soutenir la caisse de grève des femmes de chambre de Marseille qui se sont battues pendant 6 mois... Viens prendre l’apéro autour d’un buffet le 1er novembre au 17 à 18h. Trois courts métrages de Primitivi (télévision indépendante de Marseille) relatant leur lutte intersectionnelle seront projetés.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MOBILISATIONS - LUTTES

Rassemblement contre l’islamophobie

Samedi 26 octobre 2019 - Place Jean Jaurès à St-Étienne - 15h
Redéfinir l’islamophobie : qu’on ne s’y trompe pas, cette islamophobie ambiante ne concerne pas seulement la religion, c’est aussi un glissement du racisme dont sont victimes depuis toujours les descendant·es de l’immigration postcoloniale. Il s’agit de justifier la discrimination sous couvert de critique de la religion.


Informations globales   MOBILISATIONS - LUTTES

Vague mondiale de colère !

Le ciel de la capitale chilienne est rouge : des bâtiments et des métros ont brulé toute la nuit. À Hong Kong, les barricades n’en finissent pas de barrer les rues de la métropole. À Barcelone, la police perd le contrôle. À Quito, le président de l’Équateur doit reculer, après avoir été chassé de la capitale par l’insurrection. Nous ne voyons quasiment que ça depuis plusieurs jours, de nos fils d’actualités jusqu’aux médias dominants. Les vidéos des différentes révoltes à travers le monde. Partout autour du globe, les populations se soulèvent contre leurs dirigeants, contre la corruption et l’injustice.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets Jaunes - Acte 50 : Appel à manifestation nationale à Saint-Étienne

Depuis plusieurs semaines, l’appel circule sur les différentes plate-forme GJ de la Loire et d’ailleurs. Pour cet acte 50, les GJ de Saint-Étienne appellent à converger sur la ville aux sept collines pour un retour aux sources ! On reprend les bonnes habitudes : rendez-vous samedi 26 octobre à 13h au rond-point de Monthieu et à 14h place du Peuple. Tou.te.s ensemble ! On lâche rien !


Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Rassemblement pour les personnes sans logement

Depuis avril 2019, des personnes se battent à Saint-Étienne pour le simple droit à un logement digne. Depuis avril 2019, les pouvoirs publics à qui incombr cette tâche restent – à une exception près – sans réaction, dans l’indifférence voire dans le mépris total. Depuis avril 2019, un collectif de lutte s’est créé pour tenter de faire face à cette urgence. Le collectif des habitants de la bourse appelle les Stéphanois.es à un rassemblement de solidarité, samedi 19 octobre à 14h, place du Peuple à Saint-Étienne.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

Retraites, la bataille commence

Le mardi 24 septembre, ce sera un premier rendez-vous pour ce qui devrait être le début d’une lutte et d’un rapport de force pour enfin, reconquérir des droits.
Rassemblement à Saint-Étienne à 10h30 devant la bourse du travail pour une manifestation que l’on espère massive et offensive.

Mise à jour :


A la une...

DROITS SOCIAUX - SANTE
Sainté fête le droit des enfants ? Pas de quoi se réjouir  

Mercredi 20 Novembre 2019 à 16h30, retrouvons-nous nombreureuses pour dénoncer l’hypocrisie de la Mairie de Saint-Étienne qui organise ce jour-là une fête pour les droits de l’enfant alors même que dans notre chère ville, des enfants dorment encore à la rue, sous des ponts et dans des squats.


MOBILISATIONS - LUTTES
Anniversaire des Gilets jaunes, Saint-Étienne  

Samedi 16 novembre, comme partout en France, se sont rassemblés à Saint-Étienne de nombreux manifestants. Ils étaient plus de 1000 à s’être retrouvés pour fêter le premier anniversaire des Gilets Jaunes. Un véritable regain de mobilisation, qui d’ailleurs a pu être observé sur la totalité du pays, mais qui n’est pas une surprise : en effet le ras-le-bol est toujours le même !


LOGEMENT - SQUAT
Communiqué du collectif des occupants de la Bourse  

Au printemps dernier, des centaines de personnes et familles se sont retrouvées sans solution d’hébergement et ont été expulsées successivement de différents lieux dans la métropole stéphanoise. Le collectif des occupants de la Bourse s’est alors constitué pour les soutenir. Rédigé près de huit mois plus tard, un communiqué fait le point sur la situation et les revendications.


MOBILISATIONS - LUTTES
Rassemblement pour A. : des larmes, de la rage et... des arrestations  

Suite à l’appel de l’ensemble du milieu militant stéphanois, de OSE CGT et de Solidaires Étudiant-e-s Lyon, un rassemblement a eu lieu en solidarité à Anas.K et pour dénoncer les coupables de cette tragédie. La journée s’est terminée avec une charge de la Police, un gazage en règle et deux étudiants arrêtés, toujours en garde à vue.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Alerte rouge sur les données de santé de tou.te.s les français.e.s  

Vous ne le savez peut être pas, mais un événement majeur est en train de se jouer sur les datas santé françaises. À côté les enjeux et risques du DMP, c’est une partie de billes dans une cour de récréation. De quoi s’agit-il ?


MOBILISATIONS - LUTTES
Paroles de Gilet : « Le cancer de notre monde, c’est le capitalisme »  

Le mouvement des Gilets jaunes fête bientôt son premier anniversaire et il nous a semblé intéressant de relayer les paroles des premier.e.s concerné.e.s. Celles et ceux pour qui la fièvre jaune a été impossible à négocier ! Jean est stéphanois, il commence à s’intéresser au mouvement et tout s’enchaîne : les ronds-points, les manifs mais aussi la violence policière, les contrôles, la répression, l’arrestation, le procès et au bout de la chaîne... la prison. Interview réalisée en juin 2019 à sa sortie de Fresnes et publiée dans le journal L’Envolée.


CAPITALISME - GLOBALISATION
Un étudiant stéphanois s’immole devant le Crous de Lyon  

En pleine détresse sociale suite à la perte de sa bourse, un étudiant de 22 ans originaire de Saint-Étienne s’asperge d’essence et tente de s’immoler devant le bâtiment du Crous de Lyon.
"J’accuse Macron, Hollande, Sarkozy et l’UE de m’avoir tué en créant des incertitudes sur l’avenir de tou.te.s, j’accuse aussi Le Pen et tous les éditorialistes d’avoir créé des peurs plus que secondaires.
Vive le socialisme, vive l’autogestion, vive la sécu."


MOBILISATIONS - LUTTES
Les gilets jaunes ont un an : appel pour un acte 53 historique !  

Un an, 52 semaines, 365 jours ! Le 16 novembre prochain, cela fera une année que ce mouvement inédit, sorti de (presque) nous aura fait sortir dans les rues tous les samedis. Depuis plusieurs semaines, ça tourne pas mal sur les réseaux sociaux. Les GJ veulent fêter ce premier anniversaires dignement. Des rendez-vous fleurissent aux quatre coins de France pour manifester, bloquer des centres commerciaux voire des villes entières, pour réoccuper les ronds-points. Saint-Étienne n’est pas en reste et des appels à manifester sont lancés pour ce 53e acte.


DROITS SOCIAUX - SANTE
La psychiatrie des hôpitaux stéphanois rembraye pour un mois de grève  

Les personnels de psychiatrie de Saint-Étienne poursuivent leur lutte et rembrayent pour un mois de grève, du 6 novembre au 6 décembre 2019.
« Bon eh bien voilà... Ça ne s’arrange pas : les fermetures de lits continuent, le manque de moyens humains reste criant et donc, les soins se précarisent toujours plus, les conditions de travail se dégradent, nos pratiques ne se pensent plus, la violence endurée par les patients comme par les soignants est niée ! »


FLICAGE - SURVEILLANCE
Digital Saint-Étienne viole votre vie privée à votre insu !  

Digital Saint-Étienne est une centralisation des bases de données, une plate-forme numérique évolutive de gestion des données urbaines, le début de la smart city et d’une ville robotisée.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Enfant en situation de handicap : l’État oublie « d’inclure » les moyens  

Lundi 04 novembre, le « comité de suivi de l’école inclusive » a réuni au ministère de l’Éducation, le ministre et associations en charge de la scolarisation des enfants en situation de handicap. Si le ministre s’est jeté des fleurs en vantant les résultats supposés des réformes entreprises en la matière, la situation sur le terrain semble toute autre. Couac est allé discuter avec Taline Bouagal, AESH et représentante syndicale dans la Loire.


DROITS SOCIAUX - SANTE
La bataille du logement pour tou.te.s  

Le premier novembre marquait le début de la trêve hivernale. Cela ne garantit pas pour autant à chacun-e d’être correctement abrité-e. Retrouvez ici la pétition lancée pour réclamer que tous les enfants scolarisés à Saint-Étienne soient hébergés ainsi qu’un article du Couac sur la fin de la trêve hivernale du printemps dernier et la galère qui a suivi pour les personnes à la rue, en particulier celles en situation de demande d’asile.


MEDIAS
Histoire et répression d’Indymedia Linksunten (Allemagne)  

En septembre 2017, Indymedia Linksunten était interdit par le ministère de l’Intérieur allemand, perquisitions et montage policier à l’appui. Retour sur l’histoire, le contexte, les dossiers d’enquête ainsi que sur la bataille juridique menée depuis le collectif de soutien et la legal team Freiburg EA.


ANTIFASCISME
Le Rassemblement National 42 surpris avec l’Action Française  

À Saint-Étienne, la section départementale du Rassemblement National a été surprise, vendredi 1er novembre, à accueillir en ses locaux une réunion/conférence du groupuscule royaliste d’extrême droite, déjà connue pour ses méthodes violentes et fascistes : l’Action Française !


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Démocratie « disruptée » à l’Université Jean Monnet  

Le 17 octobre dernier, se tenaient à l’Université Jean Monnet des élections en vue de renouveler différents conseils dont le Conseil d’administration, qui élit le-la président-e. Casseroles, recettes rances et plats indigestes étaient au menu. Menu dont les effluves douteuses ont inspiré cet entretien presque réel avec l’ancienne, et future, présidente – Michèle Cottier.