Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MOBILISATIONS - LUTTES

Baccalauréat : un jury sous la menace du ministre




Jeudi 04 juillet au matin, un centre d’examen du baccalauréat de l’agglomération stéphanoise. On avait pensé à suivre l’appel à faire grève contre les réformes du baccalauréat et du lycée en général de Jean-Michel Blanquer. Puis on s’est laissé convaincre, non sans remords, que les premières victimes seraient les élèves et on s’est résigné à se présenter pour le jury. Des camarades ont cependant décidé de marquer leur opposition à ces réformes en ne transmettant pas leurs notes. Et en arrivant, on nous fait savoir que des lots de copies manquent à l’appel. Ça tergiverse – le jury pourra-t-il avoir lieu ?


Le ministère a cependant pris les devants et on apprend qu’un « protocole » a été transmis pour faire face à la situation. Le ton du document est martial – les chefs de centres d’examen sont tenus de « mettre tout en œuvre » pour que « les copies soient rapportées corrigées », celles-ci pouvant au besoin être récupérées par le recours à un huissier. Et les consignes données au jury sont à l’avenant.

Si des copies non corrigées sont restituées, « le paquet est réparti sur l’ensemble des enseignants présents dans le centre de délibération ». L’hypothèse laisse perplexe : un enseignant d’anglais devrait-il corriger une épreuve de biologie ? Une enseignante de mathématiques un examen de philosophie ? Le traitement des membres du jury comme des « renforts » qui « doivent rester disponibles et mobilisables en cas d’urgence » en dit par ailleurs long sur la conception qu’a le ministère des enseignant-e-s. Mais il est aussi prévu que des notes puissent manquer, en cas précisément de non restitution des copies – et les consignes franchissent alors un degré supplémentaire dans l’arbitraire. Si une note manque, les candidats « se voient attribuer provisoirement la note moyenne de leur bulletin scolaire pour la discipline concernée ».

Ces dispositions sont fondamentalement illégales. Elles marquent une grave rupture d’égalité entre élèves : peut-on imaginer que certain-e-s soient évalué-e-s sur le fondement de la copie écrite en examen tandis que d’autres le seraient à l’aune de leur livret scolaire ? On nous assure que cette dernière ne serait que « provisoire » et qu’une fois la note de l’examen établie, celle-ci lui serait substituée (seulement si elle serait meilleure a ajouté Jean-Michel Blanquer la veille à la télévision). La substitution d’une note serait-elle réalisée à huit-clos dans un bureau à Grenelle ou dans un rectorat ? Par quels membres et bénéficiant de quelle autorité ? Le jury seul est habilité à délibérer sur les notes obtenues aux épreuves du baccalauréat. Il semble de ce fait inconcevable que la prérogative du jury lui permettant d’attribuer des points soit aussi confiée à ce jury bis. Imaginons ainsi qu’un élève ait obtenu une meilleure note à l’épreuve écrite (dont la note serait transmise plus tard) que sa note moyenne sur l’année et que la substitution lui permettre d’approcher une mention (par exemple 11,98) : il perdrait alors le bénéfice de la tenue du jury qui lui aurait permis d’obtenir la note 12 et donc une mention assez bien, si l’avis du correcteur et le contenu du livret scolaire allaient dans ce sens. Le caractère favorable pour l’élève de cette disposition, qui vise à prévenir tout recours de la part des familles, est donc à la fois illégal et, potentiellement, factice.

On discute entre membres de chaque jury, entre différents jurys – un timide consensus paraît se dégager pour refuser de délibérer. Quand soudain on nous apprend que les copies manquantes ont été rapportées, corrigées. Ce n’est pas si facile de se résoudre à boycotter le jury d’un examen auquel on a soi-même préparé des classes pendant toute l’année. Et les menaces proférées par le ministre la veille ont vraisemblablement pesé. Les enseignants ne remettant pas leurs copies seraient considérés comme grévistes à partir du jour où ils ont pris les copies, soit un retrait de salaire de dix à quinze jours. Là aussi la disposition semble illégale – le fait qui peut être reproché n’étant pas l’absence de correction mais de remise de la note, le point de départ du décompte de la période de grève doit être la date de fermeture de l’application permettant l’enregistrement des notes et non celle de réception des copies. Des sanctions disciplinaires lourdes sont également prévues. Les enseignant-e-s contraint-e-s de rentrer dans le rang sont manifestement amers ; recevoir le soutien de la part des autres membres du jury plutôt que de la réprobation semble toutefois les réconforter un peu.

Le jury va donc avoir lieu – avec le sentiment qu’il se tient sous la menace du ministre de l’Éducation. Une motion est adoptée à la large majorité par les différents jurys du centre d’examen pour dénoncer les dispositions prises par le ministre. On apprend à la fin de la journée que dans au moins un centre d’examen de Saint-Étienne (le lycée Étienne Mimard), des jurys n’ont pas reçu l’intégralité des notes et ont donc eu recours aux relevés de l’année.

Par delà le caractère illégal des dispositions adoptées en vue de communiquer à tout prix des notes aux élèves dès le vendredi 05 juillet, c’est le choix de passer en force du ministre qui frappe. Comment peut-il ne pas saisir que le refus de transmettre des copies est la marque d’un rejet résolu des réformes en cours et d’une défiance profonde ? Comment peut-il ignorer avec une telle morgue cette contestation et ne lui opposer que la seule contrainte ? Il est sans doute naïf de s’en étonner lorsque l’on sait que ce ministère a organisé le recrutement de surveillants privés pour remplacer les surveillants qui avaient décidé de suivre l’appel à la grève pour le premier jour des épreuves, le 17 juin, qu’il organise la division entre les enseignant-e-s et les directions d’établissements en achetant le soutien de ces dernières à la réforme du baccalauréat (la prime liée à l’organisation des épreuves leur serait maintenue par-delà la disparition du baccalauréat sous sa forme actuelle). S’il est une égalité qui est bien maintenue, c’est celle qui concerne la manière – faite de mépris et de violence, a minima symbolique et bien trop souvent également physique – avec laquelle ce gouvernement traite toute contestation.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS "

Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MOBILISATIONS - LUTTES

Le bras de fer du bac

Mercredi 3 juillet a 19h30, c’était au tour de Jean Michel Blanquer, ministre de l’éducation, de passer sur le plateau du 19h Ruth Elkrief sur la chaine du pouvoir BFMTV.


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Débat « Démocratie, représentation, peuple. Comment la contestation des Gilets jaunes (re)définit ces termes ? »

Le mouvement des Gilets jaunes dure depuis plus de six mois. Cette mobilisation pose de profondes questions sur le fonctionnement du système démocratique en France et sur ses fondements mêmes. Débat avec Samuel Hayat et les Gilets jaunes à l’Amicale laïque de la Richelandière (82 rue de la Richelandière), mercredi 12 juin 2019 à 19h.


National   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Rencontres antinucléaires à Grenoble

Samedi 15 juin, journée de rencontres antinucléaires au 38 (38 rue d’Alembert, Grenoble).


International   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / EXPLOITATION ANIMALE

Morsures : rencontres antispécistes

Les 4, 5 et 6 octobre 2019 auront lieu à Genève trois jours de rencontres contre l’exploitation animale. Save the date !


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Nouvel atelier de conversation en français langue étrangère « Bouches à oreilles »

Pour se rencontrer au travers de la la langue française, découvrir sa ville et ceux qui la peuplent. Pour discuter simplement et librement, de tout et de rien... Destinés aux nouveaux et nouvelles arrrivant.e.s comme aux stéphanois.e.s de longue date.


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MOBILISATIONS - LUTTES

Mobilisation et grève contre la loi « Fonction Publique » et la loi « Blanquer »

RDV à Saint-Étienne, mardi 19 mars 2019. Départ à 10h30 cours Fauriel devant la CCI en direction de la préfecture.


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MOBILISATIONS - LUTTES

Pour que l’université reste accessible à tous !

Après une mobilisation fin janvier, des syndicats étudiants et enseignants de l’Université Jean Monnet appellent à un rassemblement le vendredi 1er mars 10h30 devant le site Tréfilerie de l’Université Jean Monnet. Leur communiqué est reproduit ici.


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Football militant

La Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT) vient de publier un communiqué de solidarité à l’égard des migrant.e.s et des militant.e.s du Briançonnais et de mettre à jour sa présentation très sociale du sport et des loisirs.
Retour sur cette association très active dans la Loire, et zoom sur le foot à 7, ou foot autogéré !


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MOBILISATIONS - LUTTES

Assemblée Générale au campus Tréfilerie

Mardi 29 janvier à 18h à l’amphi E.01.
Face aux augmentations des frais d’inscription, à la mise en place de la sélection et à la répression policière. Faisons entendre notre voix !
Communiqué des ex-occupant.es de l’Amphi.


A Lire ailleurs   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / REPRESSION - PRISON

Conseils à l’attention des personnes blessées par la police et de leurs proches

Après le déchaînement de violence policière de ces dernières semaines à Saint-Étienne et partout en France, il semble pertinent de publier ce petit tutoriel rédigé par le collectif Désarmons-les.

Mise à jour :


Dans la thématique "MOBILISATIONS - LUTTES "

Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets jaunes acte XXXV - Maillot jaune et gilets jaunes

Samedi 13 juillet le tour de France passe par Saint-Étienne et les GJ ne lâchent rien ! Toute la région en soutien. Rendez-vous à 14h place du peuple !


Saint-Étienne et alentours   INFORMATIQUE - SECURITE / MOBILISATIONS - LUTTES

Dégooglisons Sainté !

Vendredi 5 juillet, à 11h, Google inaugure son « Atelier numérique », 11 place Jean Moulin. Des invité-e-s en tenue d’apparat, des petites mains chargées de tenir stands et ombrelles, une poignée de badauds... et des militant-e-s pour faire entendre et voir notre détermination à dégoogliser Saint-Étienne !


A Lire ailleurs   MOBILISATIONS - LUTTES

Assemblée de Montceau-les-Mines : les Gilets jaunes veulent s’inscrire dans la durée

Le week-end du 29 et 30 juin, la troisième assemblée des assemblées des Gilets jaunes se tenait à Montceau-les-Mines, en Saône-et-Loire. Alors qu’il est en perte de vitesse dans la rue, le sort d’une partie du mouvement reposait sur les épaules des 700 Gilets jaunes mandatés pour cette assemblée. On est allé prendre la température…


Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Marche solidaire pour le respect du droit d’asile et contre la procédure Dublin

Le collectif des occupants de la bourse appelle à une manifestation pour le respect du droit d’asile et contre la procédure Dublin.
Rendez-vous devant la statue de la liberté place Jules Ferry à 10h. Des prises de parole se passeront sur la place du Peuple après une marche dans la ville.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

Rassemblement contre la réforme de l’assurance chômage

Mercredi 26 juin à 10h30 devant la maison de l’emploi. Ripostons à l’attaque sans précédent du gouvernement contre les chômeuses et les chômeurs !


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Rendu du procès de la loi travail : deux camarades relaxé.es, deux camarades condamné.es

Jeudi dernier (13 juin) avait lieu le dernier procès concernant le mouvement de la loi travail, après un énième report. Quatre personnes étaient inculpées essentiellement pour des dégradations lors de manifestations - œufs de peinture ou tags. Le délibéré est tombé hier.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   MOBILISATIONS - LUTTES / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Les ouvriers de Colas en grève

Les ouvriers de colas se sont mis en grève pour demander l’annulation du licenciement de leur collègue.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

[Brève] Soutien des Gilets jaunes aux soignants des Urgences en grève

Samedi 8 juin, les gilets jaunes sont venus à la rencontre des soignant.es urgentistes en grève à l’hôpital Nord.


Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE / MOBILISATIONS - LUTTES

Pétition contre l’installation de micros

Une pétition est lancée contre l’installation de micros dans le quartier Tarentaize-Beaubrun-Couriot. Le texte est reproduit ici, et la pétition à télécharger pour signature.


A Lire ailleurs   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / MOBILISATIONS - LUTTES

[Valence] A bas l’atome citoyen : manif anti-nucléaire le mardi 4 juin

Le coming out de la nucléocratie ne lésine pas sur le jargon participatif à la mode : « gouvernance » du risque, entrée dans la « transparence », implication « citoyenne ». L’énormité de l’arnaque ne devrait soulever en temps normal que le mépris et indignation, et ne trouver face à elle qu’une salle vide. Elle va pourtant trouver, à Valence, des admirateurs et des complices un peu bruyants. Rendez-vous ce mardi 4 juin à partir de 17h à la DIRECCT (70 avenue de la Marne 26000 Valence).


A la une...

CAPITALISME - GLOBALISATION
G7-EZ – C’est parti !!  

En direct-live du contre-sommet à Hendaye, des reporters des sites MUTU proposent chaque jour quelques nouvelles en photos et/ou récits du contre-sommet.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Diophonie #7 le 25 août !  

La 7e Diophonie se tiendra le dimanche 25 août 2019, à partir de midi jusqu’au soir, aux Guinguettes de Couriot !


FLICAGE - SURVEILLANCE
Code du policier de l’espace à Saint-Étienne  

Article 1.
Comme partout ailleurs, les policiers de l’espace – autrement dit aménageurs, urbanistes, architectes et designers – travailleront main dans la main avec les autres services de police et de renseignement. Ceci afin de limiter au maximum l’utilisation de l’espace public, en particulier par les plus pauvres. En tant que capitale du design, Saint-Étienne se doit d’être un modèle de Smart City. Le numérique dans tous les aspects de la ville devra permettre la sécurisation totale.


GENRE - FEMINISME
La rue est à nous ! ... enfin surtout à eux !  

Il y a 75 ans, le 19 août 1944, Élise Gervais était retrouvée morte après avoir été torturée par la Gestapo. En hommage, une rue de Saint-Étienne porte son nom depuis fin 1944. Un fait qui mérite d’être souligné tant il demeure rare jusqu’à aujourd’hui que le nom d’un personnage féminin figure sur une plaque de rue stéphanoise.


CAPITALISME - GLOBALISATION
G7 à Biarritz : programme du contre-sommet et des mobilisations  

Le sommet du G7, qui réunit les chefs des sept États parmi les plus riches de la planète, se tient à Biarritz du 24 au 26 août, sous la présidence de la France. Plusieurs évènements sont organisés contre cette réunion : des manifestations et rassemblements les 24 et 25 août ainsi qu’un contre-sommet et un village des alternatives du 21 au 23 août.


MEMOIRE
Printemps 73, acte II de Mai 68 à Sainté  

Au printemps 2018, un article de Couac revenait sur Mai 1968 à Saint-Étienne. Mais la fin de Mai-Juin 68 ne signe pas le retour au calme, elle marque au contraire le début d’une période d’effervescence tous azimuts. Entretien sur la période qui suit Mai-Juin 68 et plus particulièrement sur le printemps 73, alors que convergent les contestations, avec Gilbert, qui participe alors aux mobilisations.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Les EPHAD à Sainté : pris pour des CPOM  

Face à des conditions de travail très dégradées et une impossibilité de s’occuper décemment des résident.e.s, des personnels des Établissement d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes (EHPAD) stéphanois tentent d’alerter les habitant.e.s et la municipalité. Celle-ci, non contente de rester sourde à leurs appels, les empêche d’exercer leur droit de grève. Laisser crever et faire crever. Un article du Couac paru au printemps 2018.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Ville, métropole et design : qui S.E.M le vent...  

« Il convient de maîtriser l’image de la cité, de la même manière qu’on joue sur celle d’une entreprise pour influer sur sa cotation en bourse. »
Article paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019 sur notre métropole stéphanoise et le recours au design comme instrument de transformation de la ville.


DROITS SOCIAUX - SANTE
HP : contention et contentieux  

Début juin, le service des urgences du CHU de Saint-Étienne entame une grève pour dénoncer les conditions de travail et, par voie de conséquence, de traitement des patient.e.s. La situation ne s’est depuis pas améliorée : mardi 30 juillet, un patient de 72 ans quittait le service après après 120 heures passées sur un brancard. Début juillet, les urgences psychiatriques ont à leur tour rejoint la grève. Le service a déjà effectué quelque temps plus tôt une grève de cinq mois. Retour sur les origines des difficultés rencontrées dans ce service avec un article du Couac paru au printemps 2018 et sur la mobilisation de l’automne-hiver dernier.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Gentrifier Sainté ?  

La gentrification est un mot barbare et parfois fourre-tout. Une célèbre encyclopédie en ligne la présente ainsi : « La gentrification (du mot anglais gentry, « petite noblesse »), ou embourgeoisement en français, ou boboïsation dans la presse, est un phénomène urbain par lequel des personnes plus aisées s’approprient un espace initialement occupé par des habitants ou usagers moins favorisés, transformant ainsi le profil économique et social du quartier au profit exclusif d’une couche sociale supérieure. »
Mais qu’en est-il à Sainté ? La question est posée ici avec quelques éléments de réponse...


DROITS SOCIAUX - SANTE
L’Université fait sa pub : que mettre derrière des slogans creux ?  

Ce dernières semaines, l’Université Jean Monnet faisait sa promotion sur les panneaux d’affichage public et les réseaux sociaux à l’aide de slogans fleurant bon le marketing le plus creux. On aurait volontiers proposé une autre série d’affiches, plus emblématiques de l’action de la présidence de l’UJM…


DISCRIMINATIONS - RACISME
Dix ans après les révoltes de Firminy – 3/3 : Pistes de réflexion et d’action pour aujourd’hui  

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


REPRESSION - PRISON
[Lyon] Après la victoire de l’Algérie à la CAN le 19 juillet, la préfecture et les flics font la fête à leur manière  

Alors qu’à Sainté la place Jean Jaurès s’est retrouvée sous les gaz et que la Police concocte tranquillement quelques 400 procès verbaux pour des "infractions au code de la route", à Lyon une fois de plus, les festivités qui suivirent la victoire de l’équipe nationale d’Algérie dans la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) ont été réprimées avec violence par les forces de « l’ordre ». Comme le dimanche 7, le jeudi 11 et le dimanche 14 juillet, la détermination policière à restaurer l’ordre républicain et post-colonial a transformé une fête en vaste foire aux gazs lacrymogènes, aux coups de matraque, aux tirs de LBD et même au tir de canon à eau.


REPRESSION - PRISON
Le CRS responsable de la mort de Zineb Redouane à Marseille est de Saint-Étienne  

La rumeur circulait depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux affiliés aux Gilets Jaunes - La France en colère, La Loire en colère, etc. Elle a été ensuite confirmée par un article de « La Provence » datant du 3 juillet. C’est donc bien un policier de la brigade CRS 50 de Saint-Étienne qui avait dans les mains le lanceur Cougar responsable de la mort de Zineb Redouane.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Bure : Le bois Lejuc est réoccupé !  

Près de Bure, le bois Lejuc est réoccupé depuis le 18 juillet à 14h. De nombreuses personnes ont réinvesti ce lieu au sol comme dans les arbres pour réaffirmer leur opposition au projet de centre d’enfouissement de déchets radioactifs Cigéo, au nucléaire et à son monde, industriel, colonial, militaire. Les forces policières qui occupaient jusque là ce lieu stratégique et protégeaient les intérêts de l’Andra ont été contraintes de quitter les lieux. Nous appelons dès maintenant à converger dans le bois Lejuc ainsi que dans les villages de Bure et Mandres-en-Barrois, situés à deux kilomètres de la forêt.


LOGEMENT - SQUAT
Nouvelle édition du « squat de A à Z »  

La fameuse brochure écrite en 1999 et régulièrement mise à jour est LE texte de référence pour qui veut participer à l’ouverture de squats en France. Il vient d’être mis à jour pour intégrer notamment les nouveaux textes de loi français.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Dix ans après les révoltes de Firminy – 2/3 : Entretien avec un habitant  

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES
Rencontre avec des membres actifs de l’amicale du Crêt de Roch  

Dimanche 14 juillet a lieu le Bal populaire du Crêt de Roch, organisé par l’association d’éducation populaire Les cris du quartier, en lien avec l’Amicale Laïque du Crêt de Roch. Entretien avec deux membres actifs de ces deux collectifs, publié dans le journal du carnaval de l’Inutile du 30 mars 2019.


MEMOIRE
Dix ans après les révoltes de Firminy – 1/3 : Ce qui s’est passé à Firminy-Vert en juillet 2009  

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


DROITS SOCIAUX - SANTE
La mobilisation s’intensifie au CHU de Saint-Étienne  

Alors que les urgentistes du CHU de Saint-Étienne poursuivent leur lutte, les urgences psychiatriques rejoignent elles aussi officiellement la grève qui contamine le CHU.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Avant l’été, communiqué du collectif des occupant’es de la Bourse et après  

Trois mois après le début de la mobilisation pour venir en soutien aux migrant’es sans logement, le collectif fait le point sur la situation en ce début d’été.