Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MOBILISATIONS - LUTTES

Baccalauréat : un jury sous la menace du ministre




Jeudi 04 juillet au matin, un centre d’examen du baccalauréat de l’agglomération stéphanoise. On avait pensé à suivre l’appel à faire grève contre les réformes du baccalauréat et du lycée en général de Jean-Michel Blanquer. Puis on s’est laissé convaincre, non sans remords, que les premières victimes seraient les élèves et on s’est résigné à se présenter pour le jury. Des camarades ont cependant décidé de marquer leur opposition à ces réformes en ne transmettant pas leurs notes. Et en arrivant, on nous fait savoir que des lots de copies manquent à l’appel. Ça tergiverse – le jury pourra-t-il avoir lieu ?


Le ministère a cependant pris les devants et on apprend qu’un « protocole » a été transmis pour faire face à la situation. Le ton du document est martial – les chefs de centres d’examen sont tenus de « mettre tout en œuvre » pour que « les copies soient rapportées corrigées », celles-ci pouvant au besoin être récupérées par le recours à un huissier. Et les consignes données au jury sont à l’avenant.

Si des copies non corrigées sont restituées, « le paquet est réparti sur l’ensemble des enseignants présents dans le centre de délibération ». L’hypothèse laisse perplexe : un enseignant d’anglais devrait-il corriger une épreuve de biologie ? Une enseignante de mathématiques un examen de philosophie ? Le traitement des membres du jury comme des « renforts » qui « doivent rester disponibles et mobilisables en cas d’urgence » en dit par ailleurs long sur la conception qu’a le ministère des enseignant-e-s. Mais il est aussi prévu que des notes puissent manquer, en cas précisément de non restitution des copies – et les consignes franchissent alors un degré supplémentaire dans l’arbitraire. Si une note manque, les candidats « se voient attribuer provisoirement la note moyenne de leur bulletin scolaire pour la discipline concernée ».

Ces dispositions sont fondamentalement illégales. Elles marquent une grave rupture d’égalité entre élèves : peut-on imaginer que certain-e-s soient évalué-e-s sur le fondement de la copie écrite en examen tandis que d’autres le seraient à l’aune de leur livret scolaire ? On nous assure que cette dernière ne serait que « provisoire » et qu’une fois la note de l’examen établie, celle-ci lui serait substituée (seulement si elle serait meilleure a ajouté Jean-Michel Blanquer la veille à la télévision). La substitution d’une note serait-elle réalisée à huit-clos dans un bureau à Grenelle ou dans un rectorat ? Par quels membres et bénéficiant de quelle autorité ? Le jury seul est habilité à délibérer sur les notes obtenues aux épreuves du baccalauréat. Il semble de ce fait inconcevable que la prérogative du jury lui permettant d’attribuer des points soit aussi confiée à ce jury bis. Imaginons ainsi qu’un élève ait obtenu une meilleure note à l’épreuve écrite (dont la note serait transmise plus tard) que sa note moyenne sur l’année et que la substitution lui permettre d’approcher une mention (par exemple 11,98) : il perdrait alors le bénéfice de la tenue du jury qui lui aurait permis d’obtenir la note 12 et donc une mention assez bien, si l’avis du correcteur et le contenu du livret scolaire allaient dans ce sens. Le caractère favorable pour l’élève de cette disposition, qui vise à prévenir tout recours de la part des familles, est donc à la fois illégal et, potentiellement, factice.

On discute entre membres de chaque jury, entre différents jurys – un timide consensus paraît se dégager pour refuser de délibérer. Quand soudain on nous apprend que les copies manquantes ont été rapportées, corrigées. Ce n’est pas si facile de se résoudre à boycotter le jury d’un examen auquel on a soi-même préparé des classes pendant toute l’année. Et les menaces proférées par le ministre la veille ont vraisemblablement pesé. Les enseignants ne remettant pas leurs copies seraient considérés comme grévistes à partir du jour où ils ont pris les copies, soit un retrait de salaire de dix à quinze jours. Là aussi la disposition semble illégale – le fait qui peut être reproché n’étant pas l’absence de correction mais de remise de la note, le point de départ du décompte de la période de grève doit être la date de fermeture de l’application permettant l’enregistrement des notes et non celle de réception des copies. Des sanctions disciplinaires lourdes sont également prévues. Les enseignant-e-s contraint-e-s de rentrer dans le rang sont manifestement amers ; recevoir le soutien de la part des autres membres du jury plutôt que de la réprobation semble toutefois les réconforter un peu.

Le jury va donc avoir lieu – avec le sentiment qu’il se tient sous la menace du ministre de l’Éducation. Une motion est adoptée à la large majorité par les différents jurys du centre d’examen pour dénoncer les dispositions prises par le ministre. On apprend à la fin de la journée que dans au moins un centre d’examen de Saint-Étienne (le lycée Étienne Mimard), des jurys n’ont pas reçu l’intégralité des notes et ont donc eu recours aux relevés de l’année.

Par delà le caractère illégal des dispositions adoptées en vue de communiquer à tout prix des notes aux élèves dès le vendredi 05 juillet, c’est le choix de passer en force du ministre qui frappe. Comment peut-il ne pas saisir que le refus de transmettre des copies est la marque d’un rejet résolu des réformes en cours et d’une défiance profonde ? Comment peut-il ignorer avec une telle morgue cette contestation et ne lui opposer que la seule contrainte ? Il est sans doute naïf de s’en étonner lorsque l’on sait que ce ministère a organisé le recrutement de surveillants privés pour remplacer les surveillants qui avaient décidé de suivre l’appel à la grève pour le premier jour des épreuves, le 17 juin, qu’il organise la division entre les enseignant-e-s et les directions d’établissements en achetant le soutien de ces dernières à la réforme du baccalauréat (la prime liée à l’organisation des épreuves leur serait maintenue par-delà la disparition du baccalauréat sous sa forme actuelle). S’il est une égalité qui est bien maintenue, c’est celle qui concerne la manière – faite de mépris et de violence, a minima symbolique et bien trop souvent également physique – avec laquelle ce gouvernement traite toute contestation.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS "

Saint-Étienne et alentours Couac   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Chère, très chère école privée !

Lors du conseil municipal de juin 2017, alors qu’était abordé le budget de Saint-Étienne, un chiffre avait retenu mon attention : sur les millions d’euros de dépenses de fonctionnement dans le domaine de l’éducation — dont une grande partie est dévolue aux écoles primaires et maternelles — pas moins de 2 millions étaient dévolues aux écoles privées de la commune, soit 25 % du budget tout de même. Je décidais de me pencher sur ce qui me semblait alors être un mystère.


Informations globales   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Gala d’arts martiaux dans le Trièves (Isère), le 15 et 16 septembre

L’ACL (amicale du combat libre lyonnaise) vous invite les 15 et 16 septembre à participer et/ou à assister à deux jours de rencontres sportives conviviales pour un festival d’arts martiaux à Saint Maurice en Trièves


Saint-Étienne et alentours   CAPITALISME - GLOBALISATION / EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

La cantine La Sassouille appelle à un chantier en mixité choisie meufs

La Sassouille est une cantine militante et itinérante Stéphanoise qui se met en place progressivement. Notre envie commune est de pouvoir offrir une bonne bouffe à prix libre et végétarienne sur différents lieux et collectifs en lutte.


Saint-Étienne et alentours Ça Roule   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Le féminisme à coup de fessier, atelier TWERK à Ça Roule !

Le twerking peut être une pratique féministe qui bouscule les normes de genre à coups de fessier. L’atelier suit le format classique d’un cours de danse, avec échauffement et apprentissage de différents mouvements de base du twerking.
Venez découvrir la puissance de votre derrière.


Saint-Étienne et alentours Numero Zero   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / FLICAGE - SURVEILLANCE

Rien à cacher sur internet ? Vous êtes sûr.e ?

Atelier samedi 23 juin à la Médiatheque de Tarentaize de 14h à 17h sur la surveillances des données personnelles et les moyens d’y résister.


Informations globales   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Jugurtha, Bibliothèque numérique libre et gratuite

Ce site permet la diffusion gratuite de livres traitants de divers sujets comme l’histoire, la politique, les sciences, les religions, etc…


Informations globales   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / LOGEMENT - SQUAT

Guide pratique d’autodéfense à destination des personnes menacées d’expulsions de leurs lieux de vie

Après plusieurs mois de rencontres, d’échanges, de recherches et d’ateliers entre des personnes directement concernées par les mesures de délogement, le Collectif Anti-expulsions Lille présente sa brochure d’autodéfense et d’actions collective face aux expulsions, quelle que soit sa manière d’habiter : occupations de terrains, locations, squats, résidences étudiantes…


Informations globales   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MOBILISATIONS - LUTTES

On a tous des bonnes raisons de bloquer le baccalauréat

Cette proposition de blocage du bac s’inscrit dans le mouvement social en cours, et notamment dans la continuité des blocages de partiels et des transports, des sabotages et autres formes de ruptures avec la normalité. Il est évident que bloquer le bac permettrait de faire passer la mobilisation à un niveau supérieur.


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Atelier de réparation de jouet

Pour Noël, réparons au lieu d’acheter ! Atelier de réparation de jouet au Croquelinottes.
Vous ne savez vraiment pas quoi offrir, vous êtes écolos jusqu’au bout des ongles, venez participer à l’ateliéphémère : l’atelier de réparation de jouets. Ouvert aux enfants à partir de 6 ans accompagnés d’un parent.
Vous pouvez venir seul à partir de 10 ans. Sur inscription au 04 77 41 03 47.


Saint-Étienne et alentours Ça Roule   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Atelier affutage à ça roule

Eh non, tes vieux ciseaux et ton couteau de cuisine nogen tout usés ne vont pas finir à la poubelle au prochain déménagement ! Amène les à Ça roule, et pas besoin d’aller à Ikea pour faire le plein de vaisselle !
Vendredi 24 novembre 2017 à partir de 18h


Dans la thématique "MOBILISATIONS - LUTTES "

Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   MOBILISATIONS - LUTTES

Récit de stéphanois à Lyon : Acte 26, nationale à Lyon

Un appel national avait été lancé pour cet acte 26 le samedi 11 mai à Lyon. Une équipe du Gueuloir s’est rendu sur place. Récit d’une journée de mobilisation qui restera gravée dans les mémoires !


Saint-Étienne et alentours   MEDIAS / MOBILISATIONS - LUTTES

Le journal du carnaval de l’inutile est en ligne !

Le carnaval de l’inutile 2019, en plus d’avoir réussi à faire fermer pour une journée la biennale du design, déambulé dans la ville au coté des gilets jaunes, a publié son journal que vous avez peut-être déjà eu l’opportunité de voir traîner dans les plus beaux canis de la ville.
Ce journal est une proposition : une récolte d’anecdotes, de vécus, de prises de tête, de colères et de récits. C’est un constat subjectif de l’état de la ville par ses habitantes et habitants. Il nous faudrait choisir entre Saint-Étienne capitale des taudis et du Design. Franchement, on s’en fout, et bien d’autres questions demandent à être posées avant ça. Le journal est disponible ici.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MOBILISATIONS - LUTTES

Actions en soutien aux expulsé-e-s de la Bourse du Travail

De nombreuses actions depuis le début du mois dont des performances / lectures ce vendredi 25 mai 2019 à 13h place de l’Hôtel de Ville.
La mobilisation de ces différents moyens d’intervention dans l’espace public nous rappelle notre devoir citoyen et incite à des gestes engagés en vue d’une solution de logement durable. Assurons un accueil en dignité !


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Grève et journée d’action le jeudi 9 mai

Appel à la grève et journée de mobilisation jeudi 9 mai contre la casse du service public, les réformes Blanquer, la politique du gouvernement. l’Intersyndicale appelle à une manifestation à 10h au départ de la Bourse du travail.


Saint-Étienne et alentours R.A.P. Sainté   FLICAGE - SURVEILLANCE / MOBILISATIONS - LUTTES

Déambulation festive contre SERENICITY & Cie

Associons-nous pour contrer les dérives sécuritaires, et refusons le dogme de la ville connectée et déshumanisée. Nos quartiers ne sont pas des laboratoires !
Déambulation festive le samedi 11 mai.
RDV à 13 heures sur la passerelle du puits COURIOT.
Venez nombreux.ses avec percussions et casseroles.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   MOBILISATIONS - LUTTES

Manifestation du 1er mai à Saint-Étienne : récit en image

Mercredi 1er mai, 10h00, le cours Victor Hugo commence à se remplir. Pour cette traditionnelle mobilisation de la fête du travail répondent présent.e.s de nombreu.ses.x manifestant.e.s : de la CGT, de Solidaire, de la CNT, des Gilets Jaunes, de la FSU, de la France Insoumise, des JC, du Pink Block, de la RAP…


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Manifestation du 1er mai à Saint-Étienne

« Aussi longtemps que la lutte des travailleurs contre la bourgeoisie et les classes dominantes continuera, aussi longtemps que toutes les revendications ne seront pas satisfaites, le 1er mai sera l’expression annuelle de ces revendications. » – Rosa Luxembourg. Soyons toutes et tous déterminé-e-s pour un 1er mai de lutte ! Rendez-vous à 10h à la bourse du travail de Saint-Étienne.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Pique-nique mercredi 1er mai

Rendez-vous après la manif de mercredi 1er mai pour un pique-nique à 12h30 au parc de la place Albert Thomas
Apportez vos plats à partager, des jeux d’extérieur, vos boules de pétanque et traînons ensemble pour continuer de célébrer le 1er mai en papotant et jouant !


Informations globales   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / MOBILISATIONS - LUTTES

Center Parcs de Roybon, rassemblement mardi 30 avril à Lyon

La saison IV de la saga Game Of Troncs s’annonce riche en péripéties. Pour la 4e fois en 5 ans, la justice doit statuer sur le projet de Center Parcs de Roybon en Isère. Après de nombreuses décisions de justice défavorables au Préfet comme à la multinationale du tourisme « Pierre et Vacances » (P&V), le Conseil d’État a invalidé en novembre 2018 (sur la forme) la décision de la Cour d’Appel Administrative de Lyon qui avait confirmé l’illégalité de l’arrêté préfectoral permettant la destruction des zones humides de Roybon. Le cas est donc rejugé en appel, mardi 30 avril à partir de 14 heures à la cour administrative d’appel de Lyon, 184 rue Duguesclin, 69003 Lyon.


Saint-Étienne et alentours Couac   MOBILISATIONS - LUTTES

Université, mai 1968 – avril 2019 : d’une occupation à une autre

Il y a huit jours s’achevait la brève occupation, une trentaine d’heures, d’un bâtiment de l’Université Jean Monnet. Celle qui s’était déroulée en mai-juin 1968 avait, elle, duré, une trentaine... de journées. Couac vous propose de vous replonger dans l’épisode de mai-juin 1968 avec un article paru dans sa version papier au printemps 2018.


A la une...

URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
INCROYABLE : L’UNESCO décerne à la ville de Saint-Étienne le label de « ville inclusive et durable »  

Ce label censé être attribué aux villes qui mettent en œuvre des politiques de lutte contre le racisme, la discrimination, la xénophobie et l’exclusion semble vraiment usurpé pour la bonne ville de Saint-Étienne et toute l’équipe municipale du maire Gaël Perdriau. En effet, à ma connaissance ce n’est pas le domaine d’excellence de ce dernier. Il serait bon de rappeler aux inspecteurs quelques faits et actes qui viennent en complète contradiction avec l’attribution de ce label.


REPRESSION - PRISON
Dans la nuit du 6 au 7 décembre 1986, Malik Oussékine assassiné par deux voltigeurs de la police  

Dans la nuit du 6 au 7 décembre 1986 à Paris, Malik Oussekine, 22 ans, était matraqué à mort dans le hall d’un immeuble parisien où il s’était refugié, par deux policiers « voltigeurs » motocyclistes. Un anniveraire d’autant plus sinistre que les redoutables « voltigeurs », après avoir été interdits à la suite de leur forfait contre Malik Oussekine, ont été officiellement réintroduits en mars 2019. Et ont bien vite renoué avec les pratiques d’alors (lire ici).


MOBILISATIONS - LUTTES
Suivi du mouvement contre la réforme des retraites  

Blocages, piquets de grève, Assemblées générales, actions, manifestations, etc. La journée du 5 décembre qui a réuni plus de 20 000 personnes dans les rues de Saint-Étienne va, semble-t-il, marquer le début d’une période riche en événements. Tentative de centralisation de toutes les informations liées au mouvement contre la réforme des retraites à Saint-Étienne.


MEDIAS
5/12 : Le Gueuloir n°5 est sorti !  

Ça y est, nous y sommes, c’est le 5 décembre… La grève générale, c’est aujourd’hui, et avec un peu de chance et beaucoup de motivation, ce sera aussi demain, et après-demain… Et tous les jours qui suivront. Comme l’année dernière, décembre sera bouillant ! Avec sans doute quelque chose qui aura un air de révolution...


DISCRIMINATIONS - RACISME
Le 1er décembre 1955, Rosa Parks refuse d’obéir aux injections ségrégationnistes et racistes du conducteur James Blake  

Alors qu’elle rentre d’une longue journée de travail comme couturière, Rosa Parks refuse de céder sa place à un passager "blanc" comme lui oblige la loi ségrégationniste et raciste de l’état de l’Alabama. Arrêtée par la police et condamnée pour « conduite désordonnée », elle ne se résigne pas à être une victime de plus du racisme ordinaire. Démarre alors un vaste mouvement de boycott qu’elle organise avec le jeune pasteur Martin Luther King Jr. et de nombreux.euses militant.es du mouvement des droits civiques.


SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER
C’est quand qu’on arrête ?  

La bloggueuse de bande dessinée féministe (mais pas que) Emma a proposé une synthèse, sous forme de BD, des dossiers militants qui existent sur la retraite pour expliquer le nouveau projet de retraite inventé par Macron et Delevoye.


MOBILISATIONS - LUTTES
1947 : la « révolution » à Saint-Étienne  

À la fin de l’année 1947, les grèves se multiplient, à Saint-Étienne comme ailleurs, préfigurant la grande grève des mineurs de 1948. Elles culminent avec le rassemblement du 29 novembre, aux abords de la Préfecture.


REPRESSION - PRISON
[Grenoble] Retour sur l’opération de fichage et perquisition menée le 26 novembre  

Mardi 26 novembre, à partir de six heures du matin, six lieux alternatifs de Grenoble et ses alentours se sont fait perquisitionner. ZAD, squat ou colocation, personne n’a été épargné.
Le prétexte officiel est d’enquêter sur les incendies qui se produisent dans le département depuis deux ans. Une fois de plus, ce sont les milieux autonomes, libertaires, féministes ou écologistes qui sont visés.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Mutiler oui, mais local !  

Le maintien de l’ordre, en plus d’être un outil de contrôle et de répression, c’est aussi un business, et dans la Loire les usines qui se battent pour répondre aux appels à mutiler de la police nationale ne manquent pas. Petit retour sur un contrat local et bien juteux.


MOBILISATIONS - LUTTES
Et tout le monde attend le 5 décembre !  

Les appels à la grève reconductible se multiplient dans tous les secteurs d’activités, du public au privé, des chômeur.e.s aux retraités en passant par les lycéen.ne.s et étudiant.e.s... Parce qu’il est nécessaire que cette première date soit massive et déterminée, nous relayons ici un florilège d’appels locaux et nationaux ainsi que des textes de fond publiés sur d’autres sites. Rendez-vous le 5 décembre, à 10h30 devant la Bourse du travail à Saint-Étienne.


MOBILISATIONS - LUTTES
Soutenons Anas et sa famille  

Notre camarade et ami Anas a, avec son acte dramatique, le vendredi 8 novembre 2019, provoqué un véritable électrochoc tant dans la communauté étudiante en situation de précarité que dans la société entière.
Dans son message, il nous demande, à nous ses ami.e.s et camarades, de continuer la lutte.


LOGEMENT - SQUAT
Retour sur la manifestation pour défendre le droit au logement  

À l’occasion du 30e anniversaire de la « Convention des droits de l’enfant » que de nombreux·ses stéphanois·es se sont réuni·e·s à l’appel des associations, afin de réclamer la mise à l’abri des familles et des 25 enfants encore à la rue, alors qu’un rude hiver à déjà commencé.
Plus de 500 personnes ont défilé de la Place du Peuple à la Préfecture en marquant un temps d’arrêt sur les marches de l’Hôtel de Ville où l’on pouvait entendre des slogans tel que « État assassin ! Mairie complice ! ».


LOGEMENT - SQUAT
La mairie de St Etienne dit qu’elle brûle pour éviter d’aider des enfants !  

Dans le parc du Musée de la Mine à Saint-Étienne vivent depuis plusieurs mois 7 familles d’origine roumaine, dont environ 25 enfants. Pour réclamer de l’aide aux pouvoirs publics qui demeurent sourds malgré les températures négatives, elles ont occupé le hall de la Mairie aujourd’hui. La réponse a été tonitruante.


MOBILISATIONS - LUTTES
Anniversaire des Gilets jaunes, Saint-Étienne  

Samedi 16 novembre, comme partout en France, se sont rassemblés à Saint-Étienne de nombreux manifestants. Ils étaient plus de 1000 à s’être retrouvés pour fêter le premier anniversaire des Gilets Jaunes. Un véritable regain de mobilisation, qui d’ailleurs a pu être observé sur la totalité du pays, mais qui n’est pas une surprise : en effet le ras-le-bol est toujours le même !


LOGEMENT - SQUAT
Communiqué du collectif des occupants de la Bourse  

Au printemps dernier, des centaines de personnes et familles se sont retrouvées sans solution d’hébergement et ont été expulsées successivement de différents lieux dans la métropole stéphanoise. Le collectif des occupants de la Bourse s’est alors constitué pour les soutenir. Rédigé près de huit mois plus tard, un communiqué fait le point sur la situation et les revendications.


MOBILISATIONS - LUTTES
Rassemblement pour A. : des larmes, de la rage et... des arrestations  

Suite à l’appel de l’ensemble du milieu militant stéphanois, de OSE CGT et de Solidaires Étudiant-e-s Lyon, un rassemblement a eu lieu en solidarité à Anas.K et pour dénoncer les coupables de cette tragédie. La journée s’est terminée avec une charge de la Police, un gazage en règle et deux étudiants arrêtés, toujours en garde à vue.