Saint-Étienne et alentours Couac   MEMOIRE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Bourse du travail : la belle endormie


|

C’est l’un des bâtiments les plus emblématiques de la ville. Situé en plein centre, il est désormais visité par une minorité de Stéphanois : les militants des syndicats présents dans ce lieu. Pourtant, la création d’une Bourse du travail à Saint-Étienne a été l’objet d’intenses mobilisations, et ce « palais du peuple » a connu des heures fastes, certaines historiques. Nous avons rencontré et lu Jean-Michel Stein, président du Groupe de Recherches et d’Études sur les Mémoires du Monde Ouvrier Stéphanois [Gremmos], spécialiste de l’histoire de cette Bourse. Nous avons ainsi pu revisiter sa richesse et nous interroger sur les enseignements que nous pourrions en tirer aujourd’hui.


Tout commence dans les années qui suivent la Commune de Paris en 1871 : l’écrasement de celle-ci (notamment pendant la « semaine sanglante » : 6 000 à 7 500 morts selon Robert Tombs [1], et plus de 4 000 déportés) décime le mouvement ouvrier. La Commune de Saint-Étienne [2] (quatre jours en mars 1871) connaîtra aussi son lot d’arrestations et de déportés.
Dès 1879, des militants ouvriers investissent le terrain politique en créant la Fédération du parti des travailleurs socialistes lors d’un congrès réunissant des délégués de syndicats (encore illégaux) et de coopératives. Ce parti ouvrier regroupe alors des « possibilistes » [3], des guesdistes (marxistes), des révolutionnaires, des anarchistes. Ces courants peuvent correspondre à des professions spécifiques (par exemple, les passementiers sont plutôt possibilistes). Leur cohabitation n’est pas sans heurts, mais tous veulent lutter contre la société capitaliste et projettent une société future débarrassée de l’esclavage salarial.
Cependant, en 1881, le courant blanquiste d’Édouard Vaillant quitte cette fédération et fonde le Comité révolutionnaire central. En 1882 au Congrès de Saint-Étienne, les « possibilistes » prennent le parti. Ils seront rejoints par d’anciens communards (Jules Vallès, Benoît Malon, Prosper-Olivier Lissagaray), puis par des parlementaires — comme Jean Jaurès — qui défendent des réformes dans le cadre politique existant. Les minoritaires guesdistes créent à Roanne le Parti ouvrier français, d’inspiration marxiste. À partir de 1881, les anarchistes s’engagent dans la « propagande par le fait », qui vise à sortir du terrain légal pour passer à des actions de révolte incluant le boycott, le sabotage, voire des actes de guérilla (attentats, etc.). Cette stratégie fortement réprimée est cependant abandonnée progressivement, et les militants anarchistes investissent le terrain syndical à partir de 1895.
Par ailleurs, les syndicats sont tolérés à partir de 1879, puis légalisés par la loi Waldeck-Rousseau en 1884. Les premiers syndicats qui apparaissent n’ont alors qu’une existence locale. Pour leurs militants, c’est le syndicat qui — par ses luttes — créera les conditions d’une nouvelle société. Ils sont très hostiles à tout compromis avec l’État. On discute souvent à l’échelle d’une ville, et de l’entreprise quand c’est possible, mais il n’y a pas alors de vision d’un syndicalisme centralisé. Il existe cependant une volonté internationaliste.
À Saint-Étienne, les acteurs locaux sont en prise directe avec ces débats nationaux auxquels ils participent et qu’ils hébergent volontiers (par le biais de congrès notamment). Ainsi, Jules Ledin sera un des initiateurs de la première Bourse du travail stéphanoise (il ira étudier celle qui se crée à Paris), puis de la deuxième en tant que maire. Il est, au départ, un syndicaliste organisateur de la longue grève des passementiers, de décembre 1899 à mars 1900. C’est un patron passementier qui, comme les patrons canuts à Lyon, est en butte à des donneurs d’ordre notamment sur la question des « tarifs ». Il adhérera au courant possibiliste du parti ouvrier, et deviendra maire de Saint-Étienne de 1900 à 1906. Il rejoindra Aristide Briand, député de Saint-Étienne à partir de 1902, socialiste propagandiste de la grève générale mais qui bascule dans le réformisme en créant la Fédération socialiste indépendante [4].

La création d’une Bourse du travail à Saint-Étienne

C’est dans ce bouillonnement politique et syndical que naît ce projet. Lors de la campagne municipale de mai 1888, la liste radicale-socialiste (menée par Émile Girodet, qui deviendra le nouveau maire) a besoin du soutien de celle du parti ouvrier. Le principe de la création d’une Bourse du travail est intégré au programme des vainqueurs.
Elle sera créée dès juillet 1888, la 4e de France après Paris (en 1886), Nîmes et Marseille (en 1887). Elle est alors implantée place Marengo (aujourd’hui Jean Jaurès), dans les anciens locaux de la Banque de France (sur l’emplacement actuel du restaurant italien Di Voglia). Lors de son inauguration, 4000 personnes défilent depuis Bellevue, tandis que sonnent les cloches des églises. Cependant, son acceptation par l’État et les politiques locaux est fluctuante : lors du 1er mai 1890 (le premier à être internationalisé), la Bourse est carrément fermée et occupée par la troupe. Louise Michel, qui avait participé à des réunions les jours précédents à Saint-Étienne, Firminy et Saint-Chamond pour inciter aux manifestations et à la grève générale, fait l’objet d’un mandat d’amener. Elle sera finalement arrêtée à Paris.
Le dynamisme de ces Bourses les amène à se regrouper nationalement en 1892, lors d’un Congrès à la Bourse de Saint-Étienne. En effet, cette structuration à l’échelle d’une ville paraît plus adaptée au développement du mouvement ouvrier que dans le cadre des entreprises très éclatées pratiquant une répression sans failles à l’égard de ceux qui voudraient contester. Cependant, l’intégration verticale des syndicats progresse après la création à Lyon dès 1886 d’une fédération nationale. Celle-ci fusionne avec celle des Bourses du travail en 1895 pour créer la Confédération Générale du Travail (CGT).
Cette CGT, seule organisation syndicale nationale en France jusqu’en 1919, abrite en son sein différents courants, les mêmes que ceux qui se sont séparés sur le plan politique. Mais des combats communs les rassemblent : autour des 1er mai, utilisés comme expression du rapport de force avec le patronat et l’État ; de la réduction du temps de travail (journée de 8 heures) entre la fin des années 1890 et 1906 ; contre la guerre et la militarisation pendant les 10 années qui précèdent la guerre de 14-18.
Cette première Bourse apparaît rapidement trop exiguë, d’autant que le nouveau maire — Ledin — veut y adjoindre les mutuelles. Une deuxième est donc projetée sur le cours Victor Hugo dès 1901. Elle sera inaugurée à trois reprises : d’abord la salle des conférences lors d’un congrès du Parti socialiste en 1904 (en présence de Jean Jaurès, Jules Guesde, Aristide Briand), puis l’aile syndicale en 1906, enfin celle des sociétés mutualistes en 1907. Le bâtiment, au départ conçu pour accueillir des spectacles lyriques (dans la salle des conférences, aujourd’hui très délabrée), est d’architecture plutôt bourgeoise et ne s’affiche pas « Bourse du travail », suite à des divergences entre les élus locaux. Plusieurs éléments de ce bâtiment ont fait l’objet d’une inscription aux monuments historiques en 2002 : façade et toiture, le péristyle, la salle Sacco et Vanzetti et la salle des fêtes.
La devise inscrite à son fronton, « Liberté-Égalité-Solidarité-Justice », et des blasons « Droit-Travail-Solidarité-Force » sur les pavillons latéraux permettent son identification :
– le Droit renvoie à la soif de justice, à l’espérance dans le développement d’une législation qui réglemente les relations sociales et les libère du credo libéral —« laisser-faire, laisser-passer » —, masque de la loi du plus fort.
– Le Travail représente à la fois la dimension première du mot —le labeur — et la « communauté » des travailleurs.
– La Solidarité évoque la construction consciente de cette communauté, devenant classe pour parvenir à sa libération. Le bonnet phrygien qui surmonte l’ensemble renvoie à l’émancipation des esclaves antiques et appelle celle des salariés, esclaves modernes.
– La solidarité, grâce à l’action militante, brise les divisions et génère l’union, qui seule doit permettre au prolétariat de faire sentir sa Force pour parvenir à ses fins.

De multiples fonctions

Des locaux pour les syndicalistes

Avant, ceux-ci se réunissaient dans les bois du Rond-Point pour éviter la répression par la police. Il existait cependant un cirque en bois (angle rue de la République et rue du Jeu de l’arc) pour des réunions publiques.
La Bourse va servir de soutien logistique (juridique et matériel) à la création de nouveaux syndicats (l’Union Départementale CGT ne sera créée qu’en 1911), de centre de rassemblement des ouvriers pendant les grèves, pour des meetings (le balcon donnant sur le cours Victor Hugo a pendant longtemps servi aux orateurs lors des manifestations).

Une Bourse d’emploi

Auparavant, des officines privées (souvent tenues par des gérants de bistrots dans leur arrière-salle) servaient de bureau de placement. Il y avait beaucoup d’abus : il fallait payer pour accéder aux informations, un travail pouvait n’être donné qu’au moment où le demandeur était « à sec », donc incapable de refuser des conditions léonines. Les femmes pouvaient y subir des abus sexuels, voire être conduites par ce biais vers la prostitution. La Bourse est alors conçue, sur le modèle des Bourses de valeurs, comme un lieu d’échange entre offres et demandes d’emploi mais contrôlé par les travailleurs et leurs représentants. À Saint-Étienne, son succès fut cependant relatif car elle était contestée par les patrons : vers 1900, la moyenne était de 180 placements par mois, alors qu’à Marseille pour l’année 1895, 21 000 ouvriers sont placés, dont la moitié « à demeure ». À Saint-Étienne, cette activité cessera définitivement suite à la création en 1967 de l’ANPE, ancêtre de Pôle Emploi… et au retour des officines privées, désormais souvent multinationales.

Le lieu d’implantation des mutuelles

Légalisées depuis 1852, celles-ci visent à protéger leurs adhérents contre les risques de perte d’emploi ou d’accident du travail. Saint-Étienne peut d’ailleurs être considérée comme le berceau du mutualisme en France, la première y étant créée dès 1819. À la veille de la guerre de 14-18, dans la Loire on comptait plus de 20 000 adhérents, 110 000 en 1935. Ce système de protection sociale par entreprise ou branche fut le seul jusqu’à la création de la Sécurité Sociale en 1946. Les mutuelles resteront dans les locaux de la Bourse (dans l’aile sud) jusqu’en 1954, date de leur transfert dans l’actuel bâtiment de la Comédie. À leur place, le maire de l’époque imposera l’arrivée d’autres organisations syndicales (CFTC, CGT-FO, CFE-CGC, FEN, CNT), la CGT occupant seule l’aile nord.

Des cours professionnels

Ils étaient destinés à renforcer la compétence des ouvriers face aux employeurs et donc à peser davantage. À l’inverse, certains craignaient que ces cours fassent des ouvriers moins revendicatifs. Les formateurs étaient d’autres ouvriers. Malgré leur succès, ces cours s’arrêteront dès 1912 par décision du maire conservateur. Mais à Marseille par exemple, le Centre de Formation de la Bourse du Travail fonctionne encore comme Centre de formation d’apprentis.

Un lieu favorisant l’accès à la culture et aux sports

– La bibliothèque faisait une large place aux livres consacrés aux métiers de la cité, mais aussi à des ouvrages d’histoire politique, des journaux, des livres engagés, antimilitaristes ou anticolonialistes. Il semble que le fonds existe toujours.
– En 1920 fut créée en son sein une Université populaire à laquelle seront rattachées différentes sections artistiques. C’est elle qui prendra l’initiative de manifestations culturelles, notamment dans la grande salle des conférences (un théâtre à l’italienne d’environ 2600 places). Elle accueillera des pièces de théâtre, des opéras et opérettes, des films et documentaires le plus souvent militants. Cette salle fut aussi, de 1890 à 1940, un des principaux centres de la chanson stéphanoise révolutionnaire. S’y dérouleront dans les années 50 et 60 des matchs de boxe et de catch. Elle reste occasionnellement utilisée, par exemple ce mois de juin 2017 pour un concert en hommage à Georges Perec (classique et lyrique).
– Par ailleurs, la salle Sacco et Vanzetti (au rez-de-chaussée), auparavant ouverte et destination naturelle des meetings, est aujourd‘hui encore utilisée pour des expositions, des salons…

Un dispensaire

Il y trouve place à partir de 1911. Son activité ralentit pendant la guerre de 14-18 (ses médecins sont mobilisés), et après-guerre une partie de son activité sera intégrée à la Fédération des mutilés du travail (créée à Saint-Étienne en 1921, devenue la FNATH [5]). Son but était de pratiquer des soins gratuits aux victimes d’accidents du travail (à une époque où la Sécurité sociale n’existait pas), et de les aider juridiquement. Mais il est aussi intervenu pour des actions de prévention, pour des formations sur la limitation des naissances.

Après 1914

La division syndicale (création de la CFTC en 1919, de la CGTU en 1922) mais aussi le poids croissant du niveau national dans l’activité des syndicats vont progressivement limiter l’influence de la Bourse sur le terrain social et la politique locale. Certes, c’est à Saint-Étienne qu’est créée la CGTU (Confédération Générale des Travailleurs Unitaires) par les minoritaires de la CGT (exclus en 1921). Face à une majorité adepte de « l’accompagnement ministériel », les minoritaires se prononcent pour un renforcement des luttes. Beaucoup sont proches du Parti Communiste Français (créé au congrès de Tours, 1920), mais d’autres sont syndicalistes révolutionnaires (ils quitteront la confédération en 1925, refusant la subordination du syndicat au PCF, pour créer la CGT-SR), anarchistes… Les CGT et CGTU seront réunifiées en 1936. Une nouvelle scission intervient, en 1947, avec la création de la CGT-FO (Force ouvrière) par les minoritaires « réformistes ». À cette occasion, certaines fédérations (dont la FEN : Fédération de l’éducation nationale, ancêtre des FSU et UNSA, nées en 1993) deviennent autonomes.
La Bourse redevient occasionnellement un pôle d’attraction lors d’actions massives : en soutien à Sacco et Vanzetti [6] au début des années 1920, pendant la guerre d’Espagne, lors de la grande grève des mineurs en 1948, pendant mai 1968... Avec aussi la venue de figures nationales : Léon Blum en 1932, Albert Camus, qui y lance un appel à l’union des ouvriers et des intellectuels en 1953. Mais la désindustrialisation stéphanoise la touche de plein fouet, en la privant du contact privilégié avec les bastions ouvriers locaux. Elle est aujourd’hui essentiellement une « maison des syndicats », mais elle a partiellement perdu sa fonction d’animation du mouvement social, même si les manifestations démarrent toujours devant sa façade.

[1« Commentaire sur Robert Tomb », par Quentin Deluermoz, Université Paris 13, 2011 (http://www.h-france.net/Salon/Salonvol3no2.pdf)

[2Marcel Sapey, La Commune à Saint-Étienne, Bulletin du Vieux Saint-Étienne, 1993 (http://www.emse.fr/AVSE/commse.htm) ou Jean-Pierre Vidal, La Commune de 1871 à Saint-Étienne, 1970 (http://bcpl.ish-lyon.cnrs.fr/1971_N_3/5LA_COMMU.PDF)

[3« Possibilistes » : socialistes modérés de tradition proudhonienne qui militent pour des améliorations quotidiennes « possibles » plutôt que pour une société idéale

[4Fédération socialiste indépendante : ce courant politique, auquel appartiendront plusieurs maires de la ville, durera localement jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale, et au-delà avec Alexandre de Fraissinette, maire de 1947 à 1964.

[5Fédération Nationale des Accidentés du Travail et des Handicapés : son siège national est toujours à Saint-Étienne, rue des Alliés.

[6Au début des années 1920 aux États-Unis, les anarchistes d’origine italienne Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti sont condamnés à mort et exécutés car accusés de meurtres suite à un braquage. Leurs procès, très controversés, feront l’objet d’une contestation internationale très importante. Ils seront réhabilités par le gouverneur du Massachusetts en 1977.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans les mêmes thématiques...

Saint-Étienne et alentours Couac   MEMOIRE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Un portrait de Synthé fait par une de ses marges

Si la municipalité et les autorités publiques imaginent une ville qui a souvent peu à voir avec la vie réelle de ses habitant’es, ce sont avant tout les activités et engagements de celleux-ci qui font de Saint-Étienne la Synthé qu’on connaît et dans laquelle on a envie d’habiter. Agnès, Jeannette et S., qui arpentent et font vivre les rues de Saint-Étienne depuis bien des années, nous livrent un aperçu du milieu associatif, informel et punk stéphanois et une analyse de l’évolution de la ville.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEMOIRE

Ecoute audio, discussion et apéro-mix autour de « rock against police »

Pour sa quatrième édition, les radiophonies nous présente un retour sur ce mouvement militant et festif des banlieues à la fin des années 70.


Saint-Étienne et alentours   MEMOIRE / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Rencontre autour des Young Lords avec Claire Richard

En partenariat avec le Département d’Études Politiques et Territoriales de l’Université et la librairie Lune et l’Autre, le 17 accueille Claire Richard pour une discussion à partir de 15h. Vendredi 30 mars à 15h au 17


A Lire ailleurs   MEMOIRE / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Rencontre/débat autour du livre « Young Lords » suivi d’un concert HipHop

Dar Harraga et Jugurtha Band’s en partenariat avec la librairie « Terre des livres » vous invite le samedi 31 Mars 2018 à une rencontre/discussion suivie d’une soirée en soutien à Georges Ibrahim Abdallah. Au programme à 15H à la librairie « Terre des livres », rencontre/discussion autour du livre « Young Lords. Histoire des Blacks Panthers latinos (1969-1976) » avec João Gabriell et l’auteure : Claire Richard. Puis à partir de 21H, soirée Hip-Hop avec 6 artistes suivie d’un mix Soul Train.


A Lire ailleurs   MEMOIRE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

« Mémoires ouvrières, mémoires stéphanoises » : manifestation à la Bourse du Travail

Nous vivons aujourd’hui dans une société dont les mutations brutales interpellent. Santé, protection sociale, dépendance, accès aux droits, vie sociale, citoyenneté... La complexité des problèmes posés nécessite en tout état de cause de ne pas occulter les réalisations, les mobilisations et les luttes sociales passés. Au contraire, c’est bien avec une parfaite connaissance de ce passé que l’on pourra construire l’avenir.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEMOIRE

Rock against police, feuilleton radiophonique sur le 89.5

Chaque lundi, à 12h et 19h, retrouve les six docus « Rock Against Police » sur le 89.5 : des lascars s’organisent ! : à la fin des années 70, dans un contexte de crise économique et de chômage, les expulsions de jeunes immigrés et les meurtres en banlieue, qu’ils soient commis par des flics ou des beaufs, se multiplient. Un réseau informel se constitue pour réagir en organisant une série de concerts Rock Against Police au beau milieu des cités. De 1980 à 1983, l’initiative fait tâche d’huile. Plusieurs concerts sont organisés en région parisienne, puis dans le reste de la France.


A Lire ailleurs   MEMOIRE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

La bande noire : propagande par le fait dans le bassin minier (1878 - 1885)

Rencontre et débat avec Yves Meunier autour de son dernier ouvrage qui vient de paraître aux éditions l’Échappée le vendredi 5 mai 2017 à 19h à la librairie Lune et l’Autre (samedi 29 avril 2017 à la librairie libertaire La Gryffe à Lyon).


Saint-Étienne et alentours La dérive   MEMOIRE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

1336 jours, des hauts, débats, mais debout

L’équipe Bibliothèque de la Dérive vous invite à une soirée « Projection / Discussion » ce vendredi 3 février 2017 à 19h avec « 1336 JOURS, DES HAUTS, DÉBATS, MAIS DEBOUT », un film de Claude Hirsch (2015 - 74’)


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MEMOIRE

Grand Ensemble propose « Mémoires Vives »

Dans le cadre du dispositif « Mémoires Vives », Grand Ensemble, atelier de cinéma populaire, en collaboration avec LE BABET, vous propose une rencontre sur le thème des mémoires de la guerre d’indépendance algérienne le vendredi 3 février 2017 à 18h, au lycée Etienne Mimard (amphithéâtre)


Saint-Étienne et alentours   MEMOIRE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

De Firminy à Saint Étienne : la grande route de l’émeute (1910-1911)

A LIRE AILLEURS
Le Temps des révoltes, chronique publiée dans la version papier d’A11, se veut coup de projecteur sur des conflits passés et oubliés : coups de colère ouvrière, longues grèves et révoltes individuelles d’avant 1914. Pour ce premier volet, retour sur la lutte des ouvriers de Chambon-Feugerolles, dans le département de la Loire.
Cet article de Anne STEINER a été publié dans le numéro 11 de la version papier d’Article11


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

28 juin 2018 journée de grève et de mobilisation !

Journée de grève et de mobilisation interprofessionnelle et intersyndicale. RDV à 10h30 devant la bourse du travail.
« Il ne se passe pas un jour sans entendre à la télé ou à la radio des mauvaises nouvelles. Ce n’est pas une fiction mais bel et bien une succession de mesures contre le monde du travail, contre les étudiants, les retraités, les privés d’emploi à travers des réformes régressives qui se succèdent. »


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Licenciement de 124 ouvrières du groupe Rocher en Turquie : rassemblement de solidarité

Les Sampianes appellent à boycotter Yves Rocher pour protester contre le licenciement abusif de 120 ouvrier.e.s (majoritairement des ouvrières) de l’usine Flormar en Turquie (à Gebze), usine dont le groupe Rocher est le principal actionnaire (51%). Rassemblement de soutien sur Saint-Étienne le Mercredi 20 Juin à 16h, Place du Peuple


National   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / MOBILISATIONS - LUTTES

Encore une grève à la SNCF !

Réédition d’un article originalement écrit pour Paris-luttes.info en octobre 2015 sur les conditions de travail des cheminot’es.


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Feurs, la lutte pour Jacques et Damien continue

Le 19 mars, l’entreprise Valdi, qui cogérait avec la société Feursmétal (devenue Castmétal) la fonderie de la ville de Feurs, annonçait sa décision de contester la condamnation dont elle a fait l’objet dans le conflit qui l’oppose aux familles de Jacques Tissot et Damien Jamot, tués par une explosion due à la négligence de leur employeur.
Au printemps 2017, Couac avait rencontré Jean-Luc Denis, l’un des membres fondateurs du collectif Vérité et Justice pour Jacques et Damien.


A Lire ailleurs   GENRE - FEMINISME / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

De Mujeres libres à Femmes libres Plaidoyer pour une coordination de Femmes Libres au sein de la CNT

Nos luttes ne nous renvoient pas dos à dos. Complémentaires, elles s’additionnent
En 1936, Mujeres Libres revendique de mettre fin au « triple esclavage des femmes : l’ignorance, le capital et les hommes ». En juillet 1937, avec ses 20000 adhérentes, provenant majoritairement des secteurs populaires, Mujeres Libres défend l’émancipation des femmes et leur participation à la lutte révolutionnaire. L’organisation se réclame d’un « féminisme prolétarien » dans le but de se dissocier du féminisme libéral qui prône l’égalité des femmes sans contester les rapports de domination de classes. Leurs « camarades » n’étaient pas pour autant enclins à les reconnaître politiquement comme une organisation autonome au sein du mouvement libertaire.


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Retour sur le dimanche 23 octobre à la Gueule Noire

Projection du film « Bernard Lambert, paysan et rebelle » et discussion entre des membres de la CNT et de la Confédération Paysanne


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Projection et discussion avec la Confédération Paysanne de la Loire

La CNT 42 propose une discussion avec la Confédération Paysanne de la Loire ouverte à toutes les personnes intéressées autour du film : « Bernard Lambert, Paysan et Rebelle » de Christian Rouaud
Quelles luttes communes ? C’est nous qui travaillons c’est nous qui décidons. La CNT est engagée pour un autre futur.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Manifestons le 10/10 contre les ordonnances, pour la défense des services publics

Face à l’ampleur des attaques du gouvernement contre le droit du travail, contre les classes sociales les moins aisées ou encore contre les services publics, les syndicats et le Front social appellent à une journée de mobilisation le mardi 10 octobre.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

La loi travail est de retour... Manifestons le 12/09.

Macron a décidé de détruire encore un peu plus le code du travail. Les syndicats ont décidé de réagir en appelant à une manifestation et une grève interprofessionnelles le 12 septembre, tout comme le Front social. À Sainté, une manifestation partira de la Bourse du Travail à 10h30.


Saint-Étienne et alentours La dérive   SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Après-midi « Fête des travailleurs »

Lundi 1er mai 2017, le groupe bibliothèque de la Dérive vous invite à un après-midi « Fête des travailleurs ».
Au programme : à partir de 13h30, casse-croûte, auberge espagnole. A 15h : « Bonjour, asseyez-vous ! », lecture par Josiane Carle et Sabrina Lorre, suivie d’une projection de courts métrages.


A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
Tout brûle déjà. La culture, la jeunesse et les flammes  

Lundi 16 octobre 2017, Françoise Nyssen venait célébrer LA culture stéphanoise : inauguration officielle de la nouvelle Comédie… et visite de la Maison de la Culture - Nouveau Théâtre de Beaulieu. On se souvient que celle-ci avait été incendiée le 17 juin de la même année. Comme d’habitude dans ce genre de situations, les condamnations sont fermes. Par contre, très peu de discussions sur le fond. Pourquoi une structure censée représenter la diversité des pratiques sociales peut-elle être prise pour cible ?


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Folie des grandeurs, bienvenue en métropole !  

Depuis le 1er janvier 2018, sur Sainté et ses alentours, nous vivons officiellement dans une « métropole ». Mais qu’est-ce que ça implique dans nos vies d’urbaines ou de ruraux, ou d’entre les deux ? Chez Couac, l’envie a émergé de soulever quelques-unes des questions que ça peut poser, et au moins d’éclaircir un peu le brouillard de tous ces termes bureaucratiques…


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Design et raffiné  

La municipalité de Saint-Étienne a fait de « l’expérience design » l’axe de sa promotion de la ville. Le design a sa biennale, il a aussi eu son pavillon FrenchTech DesignTech© à l’automne dernier. Décryptage de cette opération de communication sous la forme d’un récit, partial et partiel, de ces mondanités.


DISCRIMINATIONS - RACISME
8-9 août : collecte de nourriture en soutien aux exilé.e.s de la vallée de la Roya  

Encore beaucoup d’arrivant.e.s dans la vallée de la Roya cet été, il y a un grand besoin d’aide sur place et de ravitaillement de nourriture ! Une collecte aura donc lieu à Saint-Etienne afin de ravitailler les cantines solidaires de la vallée.
#délitdesolidarité #collombenpls


MEMOIRE
Grandeur et décadence des coopératives de consommation  

Alors que l’agro-industrie, la production de masse, peuvent nous entraîner à consommer beaucoup trop et mal, il est temps de revisiter l’histoire de ces coopératives qui ont permis une autre consommation à partir du besoin réel des gens, particulièrement des prolétaires. Cette très longue expérience nous montre qu’il est possible de développer un secteur alternatif ambitieux au capitalisme, porteur de transformation sociale.


LOGEMENT - SQUAT
Le squat de lutte cévenole « La Borie » sera expulsable à la fin de l’été, appel à soutien !  

Berceau d’une lutte mémorable dans les Cévennes contre un grand projet de barrage dans les années 80, ce lieu d’habitation et d’expériences politiques sera expulsable à partir du mois d’Août, rappel historique et appel à soutien.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Raids policiers et saisie des informations bancaires des soutiens de Riseup en Europe  

Mercredi 4 juillet, le collectif Riseup et son soutien financier en Europe, ZwiebelFreunde (littéralement « les amis de l’Oignon », qui soutient l’anonymat sur Internet) ont chacun publié un communiqué sur une grave opération policière. Elle s’est déroulée le 20 juin en Bavière sous prétexte de l’identification des admins d’un blog antifasciste.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Etat de santé du CHU de Saint Etienne : résumé d’une discussion organisée par Couac  

Le 14 Juin 2018, à l’occasion de la sortie de son nouveau numéro le journal Couac organisait une discussion intitulée : « Santé, bien-être, pour qui, à quel prix ? ». Résumé des discussions.


LOGEMENT - SQUAT
Saint-Étienne : Privilégier l’image ou la vie des habitant-es ?  

Christelle Morel Journel et Valérie Sala Pala sont enseignantes-chercheuses à Saint-Étienne. Dans un récent article, elles décryptent les discours tenus sur la ville. Un premier, misérabiliste, insiste sur le dépeuplement et la pauvreté ; un second, à l’opposé, dépeint une métropole innovante et attractive. Un autre discours, qui ne chercherait ni à stigmatiser Saint-Étienne ni à en faire un produit à vendre, reste à imaginer. Rencontre.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Caravane ethnocubique des Tanj’heureux, contre l’A45 et son monde...  

La caravane ethnocubique des Tanj’heureux vous reçoit avec la coordination des opposant-es à l’A45 et contre son monde du 6 au 11 Août, à la tour contre l’A45 à Cellieu (42).


REPRESSION - PRISON
Pour la fermeture des mitards  

Près de 80 000 hommes et femmes sont enfermés dans les prisons françaises, soumis à une peine de prison. Combien parmi ces hommes et femmes sont en plus punis dans les quartiers disciplinaires (QD), les sinistres « mitards » pour quelques jours voire pour plusieurs mois ?


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Perquisitions en cours à Bure  

Perquisitions en cours à Bure dans la Meuse depuis 7h ce matin du mercredi 20 Juin 2018 à l’encontre des militant’es et activistes anti-nucléaire...


LOGEMENT - SQUAT
Ruines vs buildings  

« Châteaucreux, quartier d’affaires » disaient-ils déjà il y a 15 ans… Habitant près de la gare, je me demande encore de quel chapeau est sortie cette idée bien cocasse. Au Crêt-de-Roc, 30 à 40 % du bâti est vacant. À Saint-Étienne, ce pourcentage avoisine en moyenne les 20 % soit environ 10 000 logements vacants. À côté de ça, l’EPASE continue de lancer des chantiers de construction de studios, d’appartements, d’hôtels grand standing. À qui la faute ? Cet article propose de survoler les acteurs de l’immobilier à Sainté.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Rien à cacher sur internet ? Vous êtes sûr.e ?  

Atelier samedi 23 juin à la Médiatheque de Tarentaize de 14h à 17h sur la surveillances des données personnelles et les moyens d’y résister.