Opinions   GENRE - FEMINISME

Féministes, au travail !


| |

La Loi Travail XXL que tentent de nous imposer par ordonnances Macron et son monde représente un coup dur pour l’ensemble des travailleur.ses, et plus particulièrement pour les couches les plus précaires. Cette loi n’est pas non plus neutre et affecte par certains aspects plus particulièrement les femmes. Lorsque vous proposez une réforme dans un pays comme la France, où les inégalités professionnelles sont fortes, la réforme est rarement sans effet. Soit elle aggrave la situation et augmente les inégalités qui structurent le marché du travail, soit elle s’attaque aux inégalités et les fait reculer. Les ordonnances Macron ont choisi délibérément la 1re option.


Aujourd’hui, en 2017, à compétences et qualifications égales, les femmes gagnent en moyenne un quart de moins que les hommes. Le système de valeurs patriarcales fait que des métiers, occupés majoritairement par des femmes, tels que le ménage, l’aide à la personne, l’éducation des enfants, et les activités associatives et culturelles (notamment les contrats aidés) ne sont pas reconnus comme des emplois produisant une valeur économique et sociale importante. Les formations à la plupart de ces emplois sont sommaires (les femmes sauraient « naturellement » les faire), les salaires sont bas, les amplitudes horaires de travail trop longues, et très peu de reconnaissance sociale est accordée à ces secteurs pourtant essentiels à notre société.

Les salarié.e.s les plus touché.e.s par la réforme sont celleux travaillant dans des petites entreprises ou en CDD. Deux catégories où les femmes sont surreprésentées. Dans les secteurs féminins, souvent sous-traités, les temps et conditions de travail sont généralement individualisés et empêchent les personnes d’être en contact avec leurs collègues et donc de s’organiser collectivement pour défendre leurs droits. Les secteurs d’emplois les plus féminisés et précaires sont aussi ceux dans lesquels on retrouve le plus de femmes racisées qui sont doublement touchées par les inégalités sociales.

La nouvelle loi travail a pour objectif de créer un.e salarié.e « flexible », c’est à dire soumis.e à des changements d’horaires brutaux, plus facilement licenciable, et ayant une moindre possibilité pour se défendre dans le cadre formel de la loi. Le renversement de la hiérarchie des normes, renvoie à l’entreprise la définition de certains droits. Les travailleur.ses ne seront donc plus protégé.e.s directement par la loi ou les accords de branches.

Il sera désormais possible d’imposer, par accord d’entreprise des modifications d’horaires et de temps de travail ou encore des baisses de salaires. Les femmes, souvent à temps partiels et précaires, à la tête de familles monoparentales (dans 85% des cas) et prenant en charge une immense partie des tâches parentales et ménagères (65% et 71%) seront particulièrement pénalisées par ces mesures. Le premier argument invoqué par les femmes qui quittent leur emploi est l’impossibilité de remplir leurs responsabilités familiales du fait des horaires qui leur sont imposés. Les ordonnances ne risquent pas de les aider mais plutôt de favoriser un retrait du marché du travail.

Or, nous féministes, considérons le travail, non pas comme une fin en soi (car l’émancipation par le travail salarié peut être largement critiqué), mais comme un moyen d’acquérir une certaine forme d’indépendance vis à vis de son couple et de sa famille. Les sphères conjugales et familiales incarnant les lieux privilégiés des violences faîtes aux femmes, la perte de l’autonomie financière et un retour au foyer constituent un réel danger pour les femmes et renforcent les hiérarchies sexistes.

Le renversement de la hiérarchie des normes (les accords d’entreprise prévalent sur les accords de branche et sur la loi) affecte également les droits familiaux. Les congés enfants malades pris en immense majorité par les femmes, l’allongement du congé maternité et le maintien de la rémunération à 100%, l’allègement du temps de travail des femmes enceintes… tous ces droits, prévus jusqu’alors dans les conventions collectives de branche professionnelle, pourront être demain remis en cause par accord d’entreprise. C’est le cas également des primes d’ancienneté, de départ en retraite ou de licenciement.

Les outils de l’égalité professionnelle en entreprise sont aussi touchés. La loi prévoit aujourd’hui une négociation annuelle « égalité professionnelle qualité de vie au travail » et oblige l’entreprise à fournir des données aux salarié.e.s sur les inégalités professionnelles femmes-hommes. Les ordonnances permettront, par accord d’entreprise, de changer le contenu de la négociation, de choisir les données sur l’égalité à transmettre (ou non), et de passer d’une négociation annuelle à une négociation quadriennale…Voire de ne pas négocier du tout.

De plus, les ordonnances incluent la fusion des instances des représentants du personnel ce qui sonne la disparition du CHSCT (le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail). En plus d’avoir un grave impact sur la santé et les conditions de travail de tout le monde, la suppression du CHSCT aura des conséquences sur la prévention des violences sexuelles alors que 20% des femmes déclarent avoir déjà subi du harcèlement sexuel sur leur lieu de travail.

Il faut également noter l’hypocrisie du gouvernement d’Edouard Philippe qui, tout en assurant que « l’une des priorités du quinquennat est les droits des femmes », a supprimé le Ministère dédié à l’égalité entre les femmes et les hommes pour le remplacer par un simple secrétariat d’État, et, par la même occasion, a réduit de 25 % le budget alloué aux associations féministes. Associations qui entre autres s’occupent de conseiller, d’aider et d’accueillir les femmes battues et/ou violées.

Les ordonnances de la loi travail version Macron touchent évidemment le prolétariat masculin. Cependant la résistance collective ne doit pas invisibiliser les problématiques spécifiques aux femmes, mais plutôt les souligner. Les luttes pour l’égalité femmes-hommes et anti-racistes ne sont pas des combats annexes ou divisant les mouvements sociaux, mais doivent être entièrement intégrées à tout acte militant et révolutionnaire afin d’atteindre une libération entière de l’humanité, car 50 % des « Hommes » sont des femmes.

Femmes : êtres humains considérés comme spécifiques, différents ou comme inférieurs souvent dès la naissance selon des explications naturalistes (forme des organes génitaux), des places dans la production/reproduction et/ou dans le système des genres (exemple : bonne-femme, femme trans, mère, pute, commère, étudiante, sorcière, migrante…).


Féminisme : Ensemble de courants et de pensées politiques qui partent du constat de la hiérarchie des sexes/genres pour proposer une transformation des rapports sociaux institutionnels et/ou quotidiens. 
Par exemple : féminismes première vague, féminismes d’État, féminismes luttes des classes, féminismes matérialistes, féminismes séparatistes, féminismes différentialistes, « black » féminismes, anarchaféminismes, féminismes intersectionnelles, féminismes islamiques, transféminismes, féminismes décoloniales, écoféminismes...


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 réaction

  • Perso j ai vécu 20 ans avec une femme, les dites taches ménagères, enfants et travail étaient totalement partagées. A noter que dans mon travail (éducation et social) je n’ai jamais été plus payé que les femmes. Et surtout, lors de notre divorce librement consentie par les 2, le juge aux affaires familiales a été tout à fait odieuse et humiliante avec moi, je n’ai pas eu droit à la parole et si ma femme ne m’avait défendu, en élevant fortement le ton face à cette juge (!), je me retrouvais à la rue et sans enfants. Elle aurait bien pu raconter n’importe quoi, elle aurait eu gain de cause ! je n’aurai eu plus qu’à m’attacher sur une grue en ville comme certains ont fait.

    Je comprend et soutien votre lutte, mais svp stop les généralisations, nous sommes nombreux à vous respecter, mais bien sur nous nous éloignerons de vous tant que votre discours nous mettra dans le meme sac que les violeurs et autres machos irrévérencieux.
    Pour moi le probleme n’est pas la relation homme/femme ( je connais des femmes tout à fait machistes, humiliantes, haineuses hélas) mais les néo-libéralisme, libéralisme, capitalisme, etc et leurs principes éducatifs fermés, conditionnants, qui tue l’humanité et ses valeurs à petit feu, chez les hommes comme chez les femmes. Travaillons ensemble pour faire régresser les ignorances et nous gagnerons en humanité.


Dans les mêmes thématiques...

Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

[Loi Travail] Condamnation en appel pour Nina, Jules et Yvan

Relaxé.e.s en première instance, la cour d’appel de Lyon a condamné mardi 16 janvier Nina, Jules et Yvan.
Entre les amendes, (1000 à 2000€ chacun.e), les indemnités pour le député Jean-Louis Gagnaire et le 13e mois pour les flics, illes devront verser au total plus de 6000€. Jules est en plus condamné pour rébellion à « un agent dépositaire de l’autorité publique » et écope de quatre mois de prison avec sursis.


A Lire ailleurs   MOBILISATIONS - LUTTES

[CNT 42] Jeudi 16 novembre 2017 lois Macron, loi des patrons… collectivement, faisons reculer le gouvernement et le patronnat

Journée nationale interprofessionnelle et intersyndicale de grève et de manifestations :
- ST ETIENNE : 10H30 Place Jules Ferry (Statue de la Liberté en dessous de Centre 2)
- ROANNE : 10H30 Université Avenue de Paris


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Manifestons le 10/10 contre les ordonnances, pour la défense des services publics

Face à l’ampleur des attaques du gouvernement contre le droit du travail, contre les classes sociales les moins aisées ou encore contre les services publics, les syndicats et le Front social appellent à une journée de mobilisation le mardi 10 octobre.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Soirée de solidarité contre la répression

Il y a un an, notre camarade Martin était condamné suite à son engagement contre la loi Travail. Le tout pour des faits de « violence sur force de l’ordre », il aurait blessé 7 policiers en moins d’une minute ! Ce dernier a décidé de faire appel !

Le lundi 9 octobre 2017 aura lieu son procès en appel à la Cour d’appel de Lyon :
appel à se rassembler pour le soutenir et à une soirée de soutien à la caisse de solidarité


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Soutien à Martin, jugé en appel le 9 oct.

Il y a un an, Martin, un camarade stéphanois était condamné à 8 mois de prison avec sursis, 3850 € d’indemnités aux « victimes » et 5 ans d’inscription au casier judiciaire n°2 (soit 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique) suite à son engagement contre la loi Travail. Ce dernier a décidé de faire appel . Un nouveau procès se tiendra donc Lundi 9 octobre à Lyon.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Grève et manif le 21 sept

Avec la journée d’action du 12 septembre, les salarié-es, les retraité-es, les jeunes et privé-es d’emploi ont réaffirmé leur exigence pour un droit du travail porteur de justice sociale et de progrès. Elles et ils ont refusé des ordonnances ringardes inspirées par les exigences du Medef depuis des décennies ; exigences qui n’ont jamais éradiqué le chômage et la précarité.
Aussi nous appelons l’ensemble des salarié-es, retraité-es, jeunes et privé-es d’emploi à manifester et à se mettre en grève massivement le 21 septembre, veille du passage des ordonnances en conseil des ministres, pour obtenir leurs retraits.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Une rentrée déterminée et déterminante

C’est sous le soleil frais de ce début d’automne que la mobilisation contre les ordonnances Macron s’annonce, elle, très très chaude.
Environ 3500 personnes dans les rues de Saint Etienne, des manifs aussi à Roanne et Le Puy en Velay, une assemblée de lutte en fin d’après-midi à la bourse du travail... On ne lâche rien !


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

La loi travail est de retour... Manifestons le 12/09.

Macron a décidé de détruire encore un peu plus le code du travail. Les syndicats ont décidé de réagir en appelant à une manifestation et une grève interprofessionnelles le 12 septembre, tout comme le Front social. À Sainté, une manifestation partira de la Bourse du Travail à 10h30.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

La répression du mouvement contre la loi Travail continue !

Trois militant-es ayant participé au mouvement contre la loi Travail subissent eux aussi la répression judiciaire suite à leur engagement du printemps dernier. Convoqués par la police, ils ont refusé le fichage ADN et pour cela la justice s’acharne et les poursuit. Un rassemblement de soutien aura lieu le jour de leur audience : mardi 23 mai 2017 à 13h devant le Tribunal de Grande Instance de Saint-Étienne.


Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

Emission Papillon du jeudi 2 février 2017

Contre toutes les prisons
- Lecture d’une lettre de Damien Camelio, incarcéré pour diverses dégradations lors d’une manifestation contre la loi travail à Paris.
- Lettre de Mohamed depuis le QHS tombeau secret de Condé sur Sarthe
- Nouvelles et lecture d’une lettre de Fabrice Boromée.
- Interview de la compagne d’un des inculpé pour la mutinerie au Quartier Maison Centrale (QMC) de la nouvelle prison de Valence.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

Faire Corps : Féminisme et éducation populaire

La première édition de Faire corps se veut résolument féministe et populaire. Jeudi 3, vendredi 4 et samedi 5 mai 2018, le Crefad Loire et le Crefada s’associent et investissent différents lieux de Saint Étienne. Venez partager avec nous des moments de rencontre pour interroger et explorer les liens entre corps et féminisme(s) : ateliers liant théories et pratiques, documentaire, spectacle vivant.


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME

[Projection / Débat] « Women sense tour »

Vendredi 23 mars 2018, accueil à 18h, projection du film « Women sense tour » à 18h30 au Babet, 10 rue Félix Pyat 42000 St Etienne
Pot de l’amitié à l’issue des débats. Prix libre.


A Lire ailleurs   GENRE - FEMINISME / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

De Mujeres libres à Femmes libres Plaidoyer pour une coordination de Femmes Libres au sein de la CNT

Nos luttes ne nous renvoient pas dos à dos. Complémentaires, elles s’additionnent
En 1936, Mujeres Libres revendique de mettre fin au « triple esclavage des femmes : l’ignorance, le capital et les hommes ». En juillet 1937, avec ses 20000 adhérentes, provenant majoritairement des secteurs populaires, Mujeres Libres défend l’émancipation des femmes et leur participation à la lutte révolutionnaire. L’organisation se réclame d’un « féminisme prolétarien » dans le but de se dissocier du féminisme libéral qui prône l’égalité des femmes sans contester les rapports de domination de classes. Leurs « camarades » n’étaient pas pour autant enclins à les reconnaître politiquement comme une organisation autonome au sein du mouvement libertaire.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

Festival « un poil dans la soupe »

Festival « un poil dans la soupe » proposé par les SAMPIANES du 08 au 11 mars 2018 à Sainté.
Au programme : Atelier d’autodéfense féministe et autogéré, Lecture collective, Soirée au poil, Restouf, Lab.Langue, Poing final...


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

Expérience de la non-mixité : Conf. Gesticulée par Laure Clerjon

Jeudi 22 Février 2018 à 20h30 : Conférence Gesticulée par Laure Clerjon : « Autrices, lutteuses et poétesses remontent en selle ! Ou comment l’expérience de la non-mixité nous transforme. »


National   GENRE - FEMINISME

Front Santé Sexuelle de Medic’Action : appel à témoignages dans le cadre d’un mois contre la médecine misogyne

Le 8 mars est peut-être l’occasion pour les boîtes de nuit de proposer une soirée « cocktail gratuit pour les filles » ou pour votre collègue Michel de faire la vaisselle à la place de sa femme, cela reste pour les militantes une date incontournable pour clamer haut et fort les revendications féministes. C’est dans cet objectif que le FSS de Médic’Action prend l’initiative de consacrer un mois au thème de la médecine misogyne.


International   DROITS SOCIAUX - SANTE / GENRE - FEMINISME

Droit à l’IVG partout en Europe : mobilisations le 28 septembre

Une mobilisation d’ampleur européenne est organisée autour du 28 septembre, journée internationale pour le droit à l’avortement, à l’appel de plusieurs dizaines d’associations et de collectifs. Une pétition européenne a été lancée.
Certains Collectifs de défense de l’IVG, rassemblant associations, organisations syndicales et politiques locales, ont décidé de se mobiliser en solidarité avec l’ensemble des femmes européennes, pour faire raisonner localement la revendication du droit à l’avortement partout, pour toutes et dans de bonnes conditions.


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME

Rencontre avec 2 féministes en lutte contre le néolibéralisme en Abya Yala (Amérique Latine et Caraïbes)

Rencontre avec Jules Falquet et Ochy Curiel
La rencontre aura lieu le mercredi 20 septembre à 19h au Remue Méninges 43 rue Michelet. La participation est libre. La rencontre est organisée par le caféministe 42.


National   GENRE - FEMINISME

Soutenons le Festival afroféministe NYANSAPO !

Soutenons la tenue du festival NYANSAPO, festival afroféministe militant à l’échelle européenne, du 28 au 30 juillet 2017 à Paris. C’est le collectif Mwasi qui organise et accueille cette première édition. C’est sans compter sur les tentatives de sabotage du festival, taxé de « communautariste » puisque proposant des espaces non-mixtes.


A Lire ailleurs   GENRE - FEMINISME

Un groupe aux propos sexistes et racistes qui tourne dans nos lieux : Bonheurs Inutiles.

Une découverte musicale gerbante aujourd’hui. Un groupe de chanson française pseudo punk qui tourne visiblement partout en France, en Suisse, en Belgique, dans les bars, la rue, mais aussi et surtout dans nos endroits militants.
Ça s’appelle Bonheurs Inutiles. Outre le fait que ça n’a aucun intérêt musical, ces deux gars blancs cis hétéro ont des propos ultra misogynes et racistes et disent ainsi dénoncer la société...


A la une...

URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Classe créative ?  

Saint-Étienne, ville design, innovante, dynamique, créative, la rengaine est maintenant connue. Ce qu’on sait moins, c’est que c’est un modèle à part entière, développé dans les années 90 aux États-Unis et dont l’un des gourous se nomme Richard Florida. C’est à lui qu’on doit le concept fourre-tout de « classe créative » qui fait baver les édiles de notre belle commune.


MEMOIRE
Un portrait de Synthé fait par une de ses marges  

Si la municipalité et les autorités publiques imaginent une ville qui a souvent peu à voir avec la vie réelle de ses habitant’es, ce sont avant tout les activités et engagements de celleux-ci qui font de Saint-Étienne la Synthé qu’on connaît et dans laquelle on a envie d’habiter. Agnès, Jeannette et S., qui arpentent et font vivre les rues de Saint-Étienne depuis bien des années, nous livrent un aperçu du milieu associatif, informel et punk stéphanois et une analyse de l’évolution de la ville.


REPRESSION - PRISON
« Rien n’a changé à Seysses », un nouveau communiqué de prisonniers  

Le Syndicat pour la Protection et le Respect des Prisonniers a reçu un nouveau communiqué de prisonniers de la maison d’arrêt de Seysses qui dénonce le climat de peur qui règne à la maison d’arrêt et la gestion de la détention par des surveillants brutaux et une direction complice. Ils nous en disent plus sur les circonstances dans lesquelles un jeune homme s’est donné la mort le 14 avril 2018 et relatent une nouvelle tentative de suicide dans cette prison sous pression. Pour rappel, dans cette même prison, ce même samedi 14 avril, un autre homme était mort et un communiqué de prisonniers affirmait que son décès faisait suite à un déferlement de violence des matons à son encontre (cf. Encore un mort au mitard : Communiqué de prisonniers de Seysses).
Nous reproduisons ici ce nouveau communiqué et assurons les prisonniers de notre solidarité. Nous restons extrêmement vigilants quant au sort qui leur est fait. Merci de le relayer le plus largement possible.


MOBILISATIONS - LUTTES
Grève et Manif le 22 mai 2018 !!  

Mouvement social mai 2018 : Fonction publique en grève le 22 mai !
MANIFESTATIONS :
- Saint-Étienne 10h30 Place Jules Ferry (statue de la Liberté entre l’Université et Centre 2)
- Roanne 10h devant la gare


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Rassemblement de soutien à Notre Dame des Landes  

Les expulsions ont repris ce matin à la ZAD de Notre Dame des Landes, soyons nombreux et nombreuses à affirmer notre opposition à cette politique de la terre brûlée.


CONSOMMATION - GLOBALISATION
Clermont Ferrand : rassemblement contre les normes imposées au monde paysan  

Le Collectif contre les normes administratives et industrielles appelle à un rassemblement le vendredi 18 mai 2018 à partir de 9h30 devant le lycée agricole de Marmilhat à Lempdes (Puy de dôme, à côté de Clermont-Ferrand)


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Tournée de soutien à l’Espace Contreculturel Autogéré « La Libertaria », Contrapoder et Indymedia Vénézuela  

Je serais de nouveau en France, Suisse et Belgique de début juin à fin août et ferait une tournée de soutien au portail Contrapoder.org, Indymedia Vénézuela et à l’Espace Contreculturel Autogéré qui a ouvert en novembre dans une ferme de 4 hectares des Andes Vénézuéliennes sous forme de coopérative culturelle et agricole « La Cooperactiva ».


MEMOIRE
Bourse du travail : la belle endormie  

C’est l’un des bâtiments les plus emblématiques de la ville. Situé en plein centre, il est désormais visité par une minorité de Stéphanois : les militants des syndicats présents dans ce lieu. Pourtant, la création d’une Bourse du travail à Saint-Étienne a été l’objet d’intenses mobilisations, et ce « palais du peuple » a connu des heures fastes, certaines historiques. Nous avons rencontré et lu Jean-Michel Stein, président du Groupe de Recherches et d’Études sur les Mémoires du Monde Ouvrier Stéphanois (Gremmos), spécialiste de l’histoire de cette Bourse. Nous avons ainsi pu revisiter sa richesse et nous interroger sur les enseignements que nous pourrions en tirer aujourd’hui.


INFORMATIQUE - SECURITE
Voisins vigilants : banalités de la politique sécuritaire  

Les voisins vigilants ont l’œil jaune et grand ouvert, c’est même à ça qu’on les reconnaît. À Saint-Étienne, les quartiers La Bérardière, la Chèvre, la Colline des pères ou encore Bel-air vivent sous l’œil éclatant du dispositif « Stéphanois vigilants », où on peut se surveiller mutuellement afin, selon l’objectif affiché par la police, de diminuer le nombre de cambriolages dans ces quartiers.


INFORMATIQUE - SECURITE
Paris 8 : les étudiant·es dégagent un flic qui filme leur AG sous le manteau !  

Ce jeudi 10 mai 2018 se tenait l’AG de l’occupation du mouvement étudiant de la fac Paris 8 Vincennes Saint—Denis. Au cours de l’AG, certainEs d’entre nous ont repéré un individu au comportement étrange : un homme seul que personne ne connaissait et avec un look de RG. Après avoir observé un long moment son comportement suspect (il s’est déplacé plusieurs fois dans l’amphi), deux camarades ont demandé à lui parler a l’extérieur.


REPRESSION - PRISON
La répression, les procès, ça continue...  

Huit personnes (pas moins !) seront jugées dans un nouveau procès le 13 septembre 2018 au TGI de Saint-Étienne, pour des faits reprochés lors de manifestations contre la loi travail du printemps 2016.
Une réunion publique est proposée pour en discuter, s’organiser pour réagir : jeudi 24 mai à 18h, à la Bourse du travail (salle 66).


REPRESSION - PRISON
[Contre toutes les prisons] Emission Papillon du jeudi 3 mai 2018  

Au sommaire : Encore un décès au mitard !
Réactions à l’intérieur et à l’extérieur de la maison d’arrêt de Seysses (Toulouse) suite à une mort plus que suspecte au mitard (quartier disciplinaire) le 14 avril 2018.


INFORMATIQUE - SECURITE
Numérique, mon amour  

A l’heure où le numérique occupe une place toujours croissante dans notre quotidien, Gaël Perdriau et son équipe rêvent de transformer notre cité stéphanoise en « ville connectée », n’hésitant pas pour ce faire à employer les grands moyens.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Feurs, la lutte pour Jacques et Damien continue  

Le 19 mars, l’entreprise Valdi, qui cogérait avec la société Feursmétal (devenue Castmétal) la fonderie de la ville de Feurs, annonçait sa décision de contester la condamnation dont elle a fait l’objet dans le conflit qui l’oppose aux familles de Jacques Tissot et Damien Jamot, tués par une explosion due à la négligence de leur employeur.
Au printemps 2017, Couac avait rencontré Jean-Luc Denis, l’un des membres fondateurs du collectif Vérité et Justice pour Jacques et Damien.