Informations globales   REPRESSION - PRISON

IanB, membre de Désarmons-les ! revient sur son arrestation à Montpellier le 28 septembre 2019




Samedi 28 septembre, aux alentours de 16h, lors de l’acte 46 des gilets jaunes, IanB, membre du collectif Désarmons-les !, s’est fait violemment interpeller. On nous relate plusieurs faits de violences au même endroit : des coups de matraque qui visaient une observatrice LDH et des personnes qui, dans le passé, ont déjà été mutilées ou blessées par la Police. On nous relate un contexte très violent, anxiogène et paniquant. Dans cette lettre IanB revient sur son interpellation, sur cette désormais banale brutalité policière et sur le sentiment d’injustice et de colère qui l’a envahi à sa sortie de garde à vue.


Lundi 30 septembre – 21 heures, je suis dans le train qui me ramène chez moi. Maintenant que je ne suis plus en tension, je sens mon dos me faire souffrir et je peine à retenir mes larmes. Je relâche la pression. Au delà du fait que j’ai la chance, encore une fois, de ne pas dormir en prison, j’ai cette rage sourde faite d’angoisse qui me reprend à la gorge, comme à chaque fois que l’injustice dont je suis témoin me renvoie à mon impuissance, à notre impuissance à tou·tes.

Oui, samedi j’étais dans les rues de Montpellier alors que se déroulait la manifestation pour l’Acte 46 des gilets jaunes. Faudrait-il s’en défendre ? Je venais de rejoindre Casti et Vanessa, mutilé·es à vie par des armes de police, et Christophe qui comme moi, témoigne chaque jour de sa vie désormais des violences d’État, de ce totalitarisme qui s’installe par la violence des matraques et le bruit des bottes. Quand on met le pied dedans… Dans les rues de Montpellier, j’ai aussi croisé furtivement Dylan, qui vient à peine de perdre son œil, et Camille, observatrice de la LDH qui, avec d’autres, tente d’alerter sur ce qu’il est en train de se passer, et subit pour cela les violences de cet Etat de Droit qui se croit encore garant des libertés, mais s’emploie à les piétiner une à une.

Je ne venais pas à Montpellier pour manifester, mais pour participer en tant qu’invité pour le collectif Désarmons-les ! à une conférence-débat comme j’en ai fait beaucoup d’autres, sur les armements et l’histoire du maintien de l’ordre, mais aussi à une rencontre des observatoires des violences policières initiées entre autres par la Ligue des Droits de l’Homme. Pour autant, il était tout à fait normal que je participe à cette manifestation au cours de l’après-midi.

Aux alentours de 17 heures, je suis donc nonchalamment la manifestation, dont je suis évidemment solidaire, quoi qu’en disent les commentateur·ices insipides et réactionnaires qui s’emploient depuis des mois à enterrer dans les médias une révolte populaire tout ce qu’il y a de plus sincère et de plus légitime et à criminaliser celles et ceux qui persévèrent à battre le pavé.

La foule, plutôt bon-enfant, s’approche alors du centre commercial Polygone. En réponse à sa volonté d’entrer dans le centre, les vigiles abaissent brutalement les rideaux de fer sur les gens et les aspergent de coups d’extincteurs. Je suis alors à vingt ou trente mètres de là.

En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, une équipe de policiers des Compagnies d’Intervention déboule depuis une galerie marchande et, sans même savoir ce qu’il se passe, agresse violemment toutes les personnes présentes, consommateur·ices du samedi compris, à renfort de gaz poivre et de coups de matraques et de boucliers. Deux personnes sont interpellées, dont une sera relâchée quelques minutes plus tard.

Des observateur·ices sont là, vêtu·es de leurs chasubles floqués LDH. Il·les filment tout. Je me trouve alors à leur droite et conteste cette charge aléatoire et violente en prenant à partie les policier·es en ces termes : « Vous ne savez même pas qui vous avez pris, vous avez choppé quelqu’un au hasard, vous êtes des minables. Vous attrapez comme ça, vous ne savez rien. Vous arrivez, vous attrapez des gens », puis “Vas-y tu te calmes !” (à celui qui frappe de son bouclier). En droit, on est très loin de l’outrage.









Les compagnies d’intervention commencent alors à repousser avec violence les observateur·ices, notamment en leur assénant des coups de boucliers, cela alors qu’absolument personne ne s’oppose physiquement à ell·eux.

Un, deux, trois coups de boucliers. Alors que je sens les observateur·ices de la LDH en difficulté, je repousse du plat de la main un nouveau coup de bouclier lancé en leur direction, avant de m’écarter. La situation semble s’apaiser et je me retrouve debout, passif, à observer la scène, placé à deux ou trois mètres des policier·es, entre ell·eux et un bac à plantations.

C’est ce moment qu’un agent de la CDI choisit pour surgir de derrière les rangs de ses collègues, foncer sur moi tête baissée et me faire une prise de rugby au niveau des jambes, me faisant brutalement chuter sur le bac à fleur, avant de me tirer à terre, me retourner en m’étranglant avec le col de mon tee-shirt, puis m’écraser la tête, tandis qu’un de ses collègues m’écrase l’épaule avec sa botte et qu’un troisième me passe les menottes en effectuant une torsion improbable avec mon bras. Le premier, tandis qu’il m’écrase le visage sur le sol avec force, me crie « Tu fermes ta gueule maintenant, hein ? ». Mes lunettes et mon téléphone portable sont brisés dans l’action.

Je suis relevé et immédiatement emmené vers la galerie commerciale d’où il·les sont arrivé·es et où l’équipage s’en prend verbalement aux observateur·ices qui nous suivent en filmant. A l’autre bout, je suis remis à des policier·es qui ne savent absolument pas ce qu’il s’est passé et qui m’embarquent aussitôt au commissariat central. On m’accuse alors de violences sur PDAP et outrage, le grand classique des policier·es pour arrondir leurs fins de mois, quitte à produire des déclarations mensongères et se rendre coupable de faux en écritures.

Lorsque j’arrive au commissariat, un groupe d’OPJ se rassemble dans le couloir, dépités. Il·les soufflent et pestent contre leurs collègues : « Qu’est-ce qu’ils nous ramènent ? Ils les ont tous tapé ou quoi, ils sont tout amochés ».

Entre la découverte d’un cadavre de grenade lacrymogène MP3 (oui percutée, donc un cadavre) dans ma sacoche et le passage de mon identité au fichier des personnes recherchées, mon arrestation prend une autre couleur. Un OPJ se charge d’appeler les « agents secrets » (NDLR, les renseignements) et on m’accuse également de « participation à un groupement en vue de commettre des violences ». Les faits ne seront requalifiés que bien plus tard. L’intention de commettre des violences est justifiée par la présence sur moi de cette grenade usagée et l’outrage par un « pute à Macron » sorti de nulle part (il·les ignorent sans doute que des personnes comme moi mettent un point d’honneur à ne jamais prononcer d’insultes putophobes). Les violences quant à elles n’ont entraîné aucune ITT, puisque il est de notoriété publique qu’un bouclier vaguement effleuré de la paume d’une main ne souffre pas. On m’ajoutera par la suite le désormais classique « refus de se soumettre à un prélèvement biologique », qui est bien confortable pour poursuivre des gens quand on les a placé en garde-à-vue sans motif juridiquement valable.

L’OPJ qui m’auditionne oscille entre agacement et « je m’enfoutisme ». Il me dit d’appeler un proche et mon avocat avec mon téléphone, sans chercher à entendre le contenu de l’appel. J’appelle donc trois avocat·es de la Défense collective d’affilée et laisse des messages par messagerie chiffrée à mes proches, avant d’éteindre le téléphone.

S’ensuivent plus de 39 heures de garde-à-vue dans la cellule numéro 5 où, comme il est de coutume dans les geôles de la République, les sols et les murs sont recouverts d’un délicieux mélange d’excréments, de sang séché et de zestes corporels, de restes de repas et de boulettes de papier mâché collés aux parois comme autant de micro-sculptures. Et, au-delà des éternels blases gravés dans la peinture ou inscrits à la flamme d’un briquet, je découvre ce que je n’avais jamais vu auparavant dans une cellule : des traces de bouche laissées au rouge à lèvre par une personne qui a jugé sain et pertinent d’embrasser les murs de la cellule (si si). Le seul matelas en plastique de la cellule étant occupé par un autre gilet jaune interpellé, je demande à obtenir un autre matelas, qui sent tellement la mort que je demande finalement une couverture de survie pour isoler mon corps et mes vêtements de cet immondice qui doit me servir de couchette. Autant dire qu’une nuit passée dans un sachet en aluminium qui crisse n’est pas des plus reposantes, sans compter qu’au bout de quelques heures on a l’impression que notre corps sent autant la crasse et l’urine que la cellule dans laquelle on tourne comme lion en cage. Mais heureusement, les deux gâteaux bretons et la briquette de jus « à base de jus concentré » du matin, ainsi que le riz croquant mélangé à une sauce à la viande absolument insipide du midi et du soir viennent rythmer la journée, sinon on pourrait avoir des raisons plausibles de penser que l’État aurait commis ou tenté de commettre à notre encontre des traitements inhumains et dégradants.

Comme j’ai choisi de ne rien déclarer (car on n’a rien à prouver à nos oppresseurs), les auditions n’ont pas été des plus intéressantes. Me Jauffrè Codognes, l’avocat venu m’assister, n’arrive qu’en début d’après-midi suite à un contre-temps qui n’est pas de son fait mais du aux conditions dans lesquelles il a été désigné pour substituer l’avocat que j’avais demandé la veille, ce qui compromet ma sortie éventuelle de garde-à-vue le soir-même.

A 8h30 le lundi, je suis déferré au tribunal où je rejoins d’autres inculpés dans la cage des déferrés. Avec moi, trois autres personnes arrêtées à la manifestation de samedi, qui m’aident à relativiser ma situation par leur humour et leur humanité. On fait connaissance, on joue au chamboule-tout avec les bouteilles d’eau qui nous ont été distribuées et on se soutient mutuellement. Mais chacun a à l’esprit la prison où il se pourrait qu’on dorme tous ce soir…

Je revois Me Codognes avant l’audience, qui promet d’être tendue. On connaît la sévérité du Parquet de Montpellier, qui n’a cessé d’envoyer derrière les barreaux des manifestant·es au cours des derniers mois, parfois pour beaucoup moins que ce qu’on me reproche aujourd’hui.

Mais encore une fois, la chance et mes garanties de représentation me sauvent la mise et m’évitent la détention provisoire. Dans la salle d’audience, il y a beaucoup de monde venu en soutien aux interpellé·es de samedi, ça fait chaud au cœur.

Après une demande de renvoi acquise de droit, la procureure requiert un contrôle judiciaire jusqu’à mon procès le 28 octobre, impliquant une interdiction de me rendre dans l’Hérault et une interdiction de participer à une manifestation sur tout le territoire national. Le juge suit les réquisition et je sors libre, après exactement 48 heures de privation de liberté et de stress.

J’ai conscience que je suis le plus chanceux des quatre déferrés de la manifestation du 28 septembre à Montpellier. Sullivan et Joshua, les deux qui ont accepté d’être jugé le jour même, ont écopé de 6 mois de prison ferme avec mandat de dépôt assortis d’une interdiction de manifestation de 2 ans et de 6 mois de prison avec sursis assortis d’une interdiction du territoire français de 2 ans. Le troisième, Gilles, est envoyé en détention provisoire jusqu’à son procès le 28 septembre. Nous serons donc jugés le même jour.

Maintenant, il s’agit de préparer ma défense.

Lorsque je rallume mon téléphone, je reçois les dizaines de messages de soutien qui me sont adressés. C’est avec beaucoup d’émotion que je prends à conscience à nouveau de la puissance de nos réseaux de solidarité et de la sincérité des liens qui nous lient à travers tout le pays et au-delà. J’ai même reçu des messages de soutien d’au delà des frontières. Que l’État se tienne sage, car notre solidarité est une arme !

Je remercie encore une fois toutes les personnes amies et solidaires, qui nous permettent de tenir quand on est enfermé·es : ça donne de la force quand on est en cellule et qu’on sait que ça bouge et que ça s’inquiète pour nous dehors.

Article publié sur le site de Désarmons-les.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire aussi...

Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Rencontre-débat avec le collectif Désarmons-les (contre les violences d’État)

Samedi 27 avril à l’Amicale de La Richelandière à 18h30.
Une personne du collectif viendra présenter leurs actions et animer un débat sur les violences de la Police. Ils nous visent, défendons-nous !


Informations globales   ARMEMENT / MOBILISATIONS - LUTTES

Appel à bloquer Verney-Carron et toutes les usines d’armement !

Pour les blessé.es par les forces de l’ordre, pour celles et ceux qui sont mort.es de s’être révolté.es, du 29 au 31 mars 2019, bloquons toutes les usines d’armement qui participent à la represion des mouvements sociaux !
À Saint-Étienne se trouvent deux grands spécialistes de la fabrication d’armes : Verney-Carron et Le Banc National d’Épreuve des Armes.


Informations globales   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / REPRESSION - PRISON

Conseils à l’attention des personnes blessées par la police et de leurs proches

Après le déchaînement de violence policière de ces dernières semaines à Saint-Étienne et partout en France, il semble pertinent de publier ce petit tutoriel rédigé par le collectif Désarmons-les.

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   ARMEMENT / MOBILISATIONS - LUTTES

Désarmons la police, démilitarisons les conflits !

Les 22 et 23 octobre 2016
Rassemblons-nous contre les violences et les armes de la police !
Parade de rue, discussions, ateliers, concerts...


Informations globales   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

[Militarisation de la repression] Retour sur le Camp autogéré contre Nobel Sport, des 23, 24 et 25 octobre 2015

Trois jours de mobilisation à Pont-de-Buis / Commémoration de la mort de Rémi Fraisse / tentatives de blocages, tentatives de manifestations contre l’usine d’armement NOBEL SPORT.



Dans la thématique "REPRESSION - PRISON "

Informations globales   MEDIAS / REPRESSION - PRISON

Histoire et répression d’Indymedia Linksunten (Allemagne)

En septembre 2017, Indymedia Linksunten était interdit par le ministère de l’Intérieur allemand, perquisitions et montage policier à l’appui. Retour sur l’histoire, le contexte, les dossiers d’enquête ainsi que sur la bataille juridique menée depuis le collectif de soutien et la legal team Freiburg EA.


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / REPRESSION - PRISON

Permanence du CASSIS

Permanence du CASSIS (Collectif d’Autodéfense et de Solidarité en Soutien aux Inculpé.e.s Stéphanois.e.s) à La Cale, le mardi 29 octobre de 18 à 20h, et tous les derniers mardis de chaque mois.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / REPRESSION - PRISON

Appel à témoin suite à l’agression policière raciste du 28 septembre

Appel à témoins concernant l’agression policière raciste ayant eu lieu rue Rouget de Lisle dans la nuit du 28 septembre.
Comme le racontait un texte publié il y a peu sur Numéro zéro, deux personnes noires ont été agressées par des policiers stéphanois dans la nuit du 28 au 29 septembre. Les forces de l’ordre les ont violemment frappées, humiliées, et ont eu à leur égard des propos et comportements extrêmement racistes et choquants.


Informations globales   ANTIFASCISME / REPRESSION - PRISON

Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos

Antonin Bernanos est un militant antifasciste autonome. Incarcéré durant près de deux ans suite à l’affaire de la voiture de police brûlée Quai de Valmy en 2016, il est de nouveau en détention – provisoire – depuis six mois suite à la plainte d’un hooligan d’extrême-droite dont le groupe a été mis en déroute lors d’une confrontation de rue avec des antifascistes. Dans cette lettre, Antonin revient sur l’infiltration des groupes d’extrême-droite durant la phase initiale du soulèvement, et sur la manière dont celle-ci s’articule étroitement avec la stratégie répressive de l’État – qu’il s’agisse de répression policière ou de propagande médiatique.


Informations globales   REPRESSION - PRISON

[Courrier Parloir Hélicoptère] Partage d’experiences et d’outils sur le soutien aux personnes incarcérées

Lancement de la plateforme Courrier Parloir Hélicoptère pour référencer et partager des expériences et des outils de soutien aux personnes incarcérées.
Nous sommes un petit groupe de personnes qui avons et avons eu des proches incarcéré-es et on a rencontré des difficultés à communiquer avec elleux – ce qui nous a amenés à nous poser des questions sur les outils à mettre en place pour lutter contre l’isolement des personnes incarcérées.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   DISCRIMINATIONS - RACISME / REPRESSION - PRISON

Agression raciste de la part de la police stéphanoise

Un habitant de la ville a envoyé son témoignage dans lequel il dénonce une agression raciste de la part de la police stéphanoise. Ces faits se sont produits ce week-end et il est primordial de les faire connaître. En effet, ce genre d’agressions de la part des forces de l’ordre n’est pas rare et il faut les dénoncer par tous les moyens !


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

[Riom, Puy-de-Dôme] Lettre collective de la Cellule des prisonniers révoltés

Inaugurée en 2016, la prison de Riom (63) dite de « nouvelle génération » selon ses promoteurs, est depuis son ouverture le théâtre de révoltes de la part des prisonniers. Cette lettre écrite par des prisonniers se revendiquant de la « Cellule des Prisonniers Révoltés » dénonce leurs conditions de vie et affirme leur volonté de lutter.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON

Alerta alerta anti-CRA !

Depuis plusieurs mois déjà la lutte contre les CRA s’accroît à l’intérieur comme à l’extérieur. Pas plus tard que la semaine dernière débutait une grève de la faim dans les CRA de Palaiseau et de Plaisir. Dans ce contexte et pour mieux comprendre l’abomination que sont les CRA, voici ci-dessous un article (paru en juin dans le Gueuloir n°4) sur le sujet.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Soirée de présentation du CASSIS, collectif anti-rép stéphanois

Le mardi 24 septembre à 18H aura lieu à la Cale la soirée de présentation du CASSIS, le collectif contre la répression né à Sainté l’an passé, inaugurant également les permanences juridiques qui y auront ensuite lieu tous les derniers mardis du mois.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Hommage à Steve Maia Caniço

Rendez-vous le samedi 3 août à 14h place du peuple à Saint-Étienne.
Manif en hommage à Steve, apportez pancartes et banderoles !


A la une...

ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Soutien aux décrocheurs de portraits  

Faisons le procès des responsables de l’écocide qui menace l’humanité, mardi 17 décembre à l’occasion du procès de Vincent BONY.


MOBILISATIONS - LUTTES
Retour sur les manifestations et actions du 5, 6 et 7 décembre  

Ces derniers jours de mobilisation contre la réforme des retraites ont été riches en événements. Gilets jaunes, syndicalistes (ou pas), précaires, étudiant.es, lycéen.ne.s... De nombreux stéphanois.es ont pris la rue ces trois derniers jours. Retour en images.


MOBILISATIONS - LUTTES
Contre la réforme des retraites : nouvelle manifestation ce mardi 10 décembre  

Contre le projet de retraite par points, pour un système de retraite et un monde solidaire, nouvelle manifestation ce mardi 10 décembre 2019.
RDV 10h30 devant la gare de Châteaucreux à Saint-Étienne et à 10h30 Pont du Coteau à Roanne.


REPRESSION - PRISON
Dans la nuit du 6 au 7 décembre 1986, Malik Oussékine assassiné par deux voltigeurs de la police  

Dans la nuit du 6 au 7 décembre 1986 à Paris, Malik Oussekine, 22 ans, était matraqué à mort dans le hall d’un immeuble parisien où il s’était refugié, par deux policiers « voltigeurs » motocyclistes. Un anniveraire d’autant plus sinistre que les redoutables « voltigeurs », après avoir été interdits à la suite de leur forfait contre Malik Oussekine, ont été officiellement réintroduits en mars 2019. Et ont bien vite renoué avec les pratiques d’alors (lire ici).


MOBILISATIONS - LUTTES
Suivi du mouvement contre la réforme des retraites  

Blocages, piquets de grève, Assemblées générales, actions, manifestations, etc. La journée du 5 décembre qui a réuni plus de 22000 personnes dans les rues de Saint-Étienne va, semble-t-il, marquer le début d’une période riche en événements. Tentative de centralisation de toutes les informations liées au mouvement contre la réforme des retraites à Saint-Étienne.


MEDIAS
5/12 : Le Gueuloir n°5 est sorti !  

Ça y est, nous y sommes, c’est le 5 décembre… La grève générale, c’est aujourd’hui, et avec un peu de chance et beaucoup de motivation, ce sera aussi demain, et après-demain… Et tous les jours qui suivront. Comme l’année dernière, décembre sera bouillant ! Avec sans doute quelque chose qui aura un air de révolution...


TRAVAIL - PRÉCARITÉ
C’est quand qu’on arrête ?  

La bloggueuse de bande dessinée féministe (mais pas que) Emma a proposé une synthèse, sous forme de BD, des dossiers militants qui existent sur la retraite pour expliquer le nouveau projet de retraite inventé par Macron et Delevoye.


MOBILISATIONS - LUTTES
1947 : la « révolution » à Saint-Étienne  

À la fin de l’année 1947, les grèves se multiplient, à Saint-Étienne comme ailleurs, préfigurant la grande grève des mineurs de 1948. Elles culminent avec le rassemblement du 29 novembre, aux abords de la Préfecture.


REPRESSION - PRISON
[Grenoble] Retour sur l’opération de fichage et perquisition menée le 26 novembre  

Mardi 26 novembre, à partir de six heures du matin, six lieux alternatifs de Grenoble et ses alentours se sont fait perquisitionner. ZAD, squat ou colocation, personne n’a été épargné.
Le prétexte officiel est d’enquêter sur les incendies qui se produisent dans le département depuis deux ans. Une fois de plus, ce sont les milieux autonomes, libertaires, féministes ou écologistes qui sont visés.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Mutiler oui, mais local !  

Le maintien de l’ordre, en plus d’être un outil de contrôle et de répression, c’est aussi un business, et dans la Loire les usines qui se battent pour répondre aux appels à mutiler de la police nationale ne manquent pas. Petit retour sur un contrat local et bien juteux.


MOBILISATIONS - LUTTES
Et tout le monde attend le 5 décembre !  

Les appels à la grève reconductible se multiplient dans tous les secteurs d’activités, du public au privé, des chômeur.e.s aux retraités en passant par les lycéen.ne.s et étudiant.e.s... Parce qu’il est nécessaire que cette première date soit massive et déterminée, nous relayons ici un florilège d’appels locaux et nationaux ainsi que des textes de fond publiés sur d’autres sites. Rendez-vous le 5 décembre, à 10h30 devant la Bourse du travail à Saint-Étienne.


MOBILISATIONS - LUTTES
Soutenons Anas et sa famille  

Notre camarade et ami Anas a, avec son acte dramatique, le vendredi 8 novembre 2019, provoqué un véritable électrochoc tant dans la communauté étudiante en situation de précarité que dans la société entière.
Dans son message, il nous demande, à nous ses ami.e.s et camarades, de continuer la lutte.


LOGEMENT - SQUAT
Retour sur la manifestation pour défendre le droit au logement  

À l’occasion du 30e anniversaire de la « Convention des droits de l’enfant » que de nombreux·ses stéphanois·es se sont réuni·e·s à l’appel des associations, afin de réclamer la mise à l’abri des familles et des 25 enfants encore à la rue, alors qu’un rude hiver à déjà commencé.
Plus de 500 personnes ont défilé de la Place du Peuple à la Préfecture en marquant un temps d’arrêt sur les marches de l’Hôtel de Ville où l’on pouvait entendre des slogans tel que « État assassin ! Mairie complice ! ».


LOGEMENT - SQUAT
La mairie de St Etienne dit qu’elle brûle pour éviter d’aider des enfants !  

Dans le parc du Musée de la Mine à Saint-Étienne vivent depuis plusieurs mois 7 familles d’origine roumaine, dont environ 25 enfants. Pour réclamer de l’aide aux pouvoirs publics qui demeurent sourds malgré les températures négatives, elles ont occupé le hall de la Mairie aujourd’hui. La réponse a été tonitruante.


LOGEMENT - SQUAT
Communiqué du collectif des occupants de la Bourse  

Au printemps dernier, des centaines de personnes et familles se sont retrouvées sans solution d’hébergement et ont été expulsées successivement de différents lieux dans la métropole stéphanoise. Le collectif des occupants de la Bourse s’est alors constitué pour les soutenir. Rédigé près de huit mois plus tard, un communiqué fait le point sur la situation et les revendications.