Informations globales   MOBILISATIONS - LUTTES

Interview. Il y a six ans, des “gilets jaunes” avant l’heure en Italie




En 2013, un mouvement de colère citoyen voit le jour en Italie. La mobilisation des “fourches” émerge sur les réseaux sociaux et bloque les routes ; elle dénonce les taxes, l’austérité, le chômage, le coût de la vie, l’élite et, surtout, elle refuse d’être récupérée par les partis. Cinq ans plus tard, les “fourches” ont disparu, mais l’Italie est dirigée pour la première fois par une coalition entièrement populiste. Quelles leçons en tirer alors que surgit un mouvement similaire en France ? L’analyse de Leonardo Bianchi, journaliste et auteur d’un essai sur les mouvements de colère en Italie.


Lu sur mondialisme.org
interview de Leonardo Bianchi dans Courrier International, le 20/11/18

En 2013, un mouvement de colère citoyen voit le jour en Italie. La mobilisation des “fourches” émerge sur les réseaux sociaux et bloque les routes ; elle dénonce les taxes, l’austérité, le chômage, le coût de la vie, l’élite et, surtout, elle refuse d’être récupérée par les partis. Cinq ans plus tard, les “fourches” ont disparu, mais l’Italie est dirigée pour la première fois par une coalition entièrement populiste. Quelles leçons en tirer alors que surgit un mouvement similaire en France ? L’analyse de Leonardo Bianchi, journaliste et auteur d’un essai sur les mouvements de colère en Italie.

D’Italie, comment avez-vous perçu les mobilisations du week-end dernier en France ?

Elles m’ont rappelé, d’une façon surprenante, le mouvement des forconi [les “fourches”] qui a surgi en Italie il y a cinq, six ans. C’est un mouvement qui n’était lié ni aux syndicats ni aux partis représentés au Parlement, qui est né principalement sur les réseaux sociaux, et qui avait une série de revendications très larges et très confuses : contre le gouvernement de l’époque, mais plus généralement contre la Caste, c’est - à-dire les élites. Ce mouvement était né sur Facebook et s’était mobilisé sur le réseau social, un peu comme l’ont fait les “gilets jaunes”. Ça a été un mouvement en deux temps.

La première mobilisation s’est déroulée en Sicile en 2012 et rassemblait surtout des agriculteurs et des transporteurs routiers, qui avaient choisi comme moyen d’action le blocage de routes, de ports, etc. En cinq jours de protestation, ils étaient effectivement parvenus à bloquer la Sicile qui, pendant quelques jours, a été isolée du reste de l’Italie. À l’époque, on ne comprenait pas bien ce qui était en train de
se passer.

Dans un deuxième temps, à plus grande échelle, les mêmes moyens d’action ont été reproduits dans toute l’Italie à travers le mouvement dit “du 9 décembre”, qui rassemblait notamment les forconi siciliens.

Par rapport aux “gilets jaunes”, bien sûr les causes sont différentes, le profil des manifestants est différent, et les contextes italien et français ne sont pas comparables. Néanmoins, il est impressionnant de retrouver les mêmes mots d’ordre, le même recours à des images artisanales et à des vidéos virales, le même usage de Facebook.
La caractéristique principale des “fourches” était le refus, à la racine même du mouvement, de toute forme de représentation politique et –c’était une nouveauté à l’époque– de représentation syndicale. La même chose se produit avec les “gilets jaunes”. Autre analogie : Dans les interviews, les adhérents des ‘gilets jaunes’ – puisqu’il serait impropre de parler de leaders – se disent tous apolitiques, ils soutiennent qu’ils ne veulent pas être instrumentalisés par les partis, et ils affirment représenter tout le peuple français. C’est exactement ce que disaient les “fourches”.

Il est curieux d’observer que cette colère populaire s’est exprimée hors de tout parti, alors qu’en France, comme en Italie, il existe des partis “populistes”, qui se veulent proches du peuple.

En effet. Les partis populistes, quoi qu’il en soit, restent des partis. Ils exercent une médiation. Or les mouvements comme les “gilets jaunes” et les “fourches”, grâce aux réseaux sociaux, contournent cette médiation pour exprimer une autre forme de populisme. Paradoxalement, on pourrait parler de “populisme du peuple”. Un populisme hors des logiques de partis. Il existe de très nombreuses définitions du concept de populisme, mais parmi les caractéristiques qui reviennent, il y a la présence d’un leader qui se réclame du peuple et construit ainsi son assise. Ici, il n’y a ni parti ni leader mais quelque chose de profondément différent.

Il est intéressant que ces mouvements soient apparus, en Italie comme en France, à un moment de transition dans l’histoire contemporaine de ces deux pays. En Italie, on était juste après les élections de 2013, quand le Mouvement 5 étoiles [formation antisystème, qui ne se veut ni de gauche ni de droite, et qui est aujourd’hui au gouvernement] est entré pour la première fois au Parlement.

De la même manière, il est significatif qu’en France ce mouvement survienne après la dernière présidentielle, qui a acté de fait la fin de la bipolarité qui avait accompagné jusque-là la Ve République, entre conservateurs et socialistes.
D’après moi, la leçon que l’on peut retenir de l’expérience des “fourches”, c’est que, lorsqu’un pays traverse une période de forte incertitude politique, que les cartes sont en train d’être rebattues, il est presque inévitable de voir émerger ce type de mouvements, difficiles à interpréter, sans direction apparente, sans leader, sans structure, mais dont les revendications parlent à ceux qui ne se reconnaissent pas dans la situation politique qui se présente à eux.

Ni dans les nouvelles formations politiques qui émergent, ni dans les vieux partis populistes comme le Rassemblement national [ancien Front national]. Il y a vraiment un refus radical de se faire représenter par ces partis. Pour le moment en tout cas.

D’après vous, quel a été l’héritage du mouvement des “fourches” en Italie ?

Le bilan est assez compliqué à établir.
Les “fourches” n’ont pas à proprement parler d’héritage. La mobilisation a duré environ une semaine. Elle n’a pas rassemblé les gens dans les mêmes proportions que les “gilets jaunes”, et elle s’est écroulée de façon misérable quand elle a voulu mettre sur pied une manifestation à Rome. La grande manifestation, celle qui aurait dû permettre de faire la révolution, est tombée à plat, avec moins de 3000 personnes dans la rue.

Au départ, ils étaient parvenus à rassembler pas mal de gens dans les rues. Mais ensuite, il s’est avéré que les leaders n’étaient pas à la hauteur. Ce n’étaient pas à proprement parler des leaders, plutôt des sortes de porte-parole, ceux qui passaient dans les médias. Mais, à l’épreuve des faits, ils se sont avérés incapables de gérer la protestation. D’une certaine façon, ils ont été dépassés, parce qu’ils ont été rejoints par énormément de personnes, qui manifestaient parfois pour la première fois. Et, passée l’euphorie du moment, personne n’a su quoi faire et comment continuer.
Le principal héritage, selon moi, c’est d’avoir constitué une sorte de signal d’alarme pour les partis, d’avoir mis en lumière l’existence d’une vaste zone grise de l’électorat italien, constituée de personnes qui ne se sentaient plus représentées par aucun parti, pas même par le Mouvement 5 étoiles.

Avec le recul, on peut dire que ceux qui ont su tirer les leçons de cet épisode sont ceux qui ont gagné les dernières élections [le M5S et la Ligue, extrême droite].
L’héritage du mouvement des “fourches”, c’est aussi d’avoir créé de toutes pièces un nouveau modèle de contestation sociale, qui se caractérise tant par ses moyens d’action (blocage des routes, occupation des ronds - points) que par son organisation sur les réseaux sociaux, et par sa façon de faire circuler des informations : une hypersimplification des messages, un style visuel et communicationnel artisanal, de ce fait perçu comme “vrai”, authentique.
Ce modèle a été récupéré efficacement par des partis de droite plus ou moins extrême, qui ont commencé à se mobiliser (contre les migrants, le délabrement des villes) en se retranchant derrière l’étiquette de “citoyens exaspérés”, “apolitiques”. En masquant leur vraie nature, ils ont pu atteindre davantage de personnes.

À la lumière de cette expérience, quelle suite peut-on imaginer pour les mobilisations en France ?

Le problème avec ce type de mouvements difficiles à interpréter, c’est qu’on a du mal à comprendre sur quoi ils peuvent déboucher. Ce qui est sûr, c’est que c’est un signal de profonde fracture entre le centre et les périphéries et, potentiellement, un gros problème pour Macron. Je comprends que, comme en Italie, il soit difficile de répondre à ce type de mobilisations qui rassemblent en leur sein toutes sortes de
choses. Le gouvernement semble décidé à tenir son cap en espérant, comme le faisait le gouvernement d’Enrico Letta [centre gauche] à l’époque, que la vague passe et que le mouvement implose.

Il peut imploser ou bien exploser, c’est toute la question. Ce type de mouvement peut prendre toutes sortes de directions. Néanmoins, s’il ne se dote pas d’un minimum de structure, le mouvement des “gilets jaunes” risque de connaître le même sort que celui des “fourches”. Ensuite... il peut renaître sous une autre forme, ou bien voir certaines de ses revendications absorbées par des partis. Un leader peut émerger, ou pas. C’est impossible à prévoir.

Propos recueillis par Carole Lyon

Leonardo Bianchi

Né en 1986, Leonardo Bianchi est journaliste au site d’information Vice Italia. En 2017, il a publié La Gente. Viaggio nell’Italia del risentimento aux éditions Minimum Fax (“Les Gens. Voyage dans l’Italie du ressentiment”, non traduit), un essai sur les mouvements de colère citoyens qui ont émergé ces dernières années dans le pays, et qui présentent un rejet de la classe politique et des formes d’organisation traditionnelles.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "MOBILISATIONS - LUTTES "

Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

Retraites, la bataille commence

Le mardi 24 septembre, ce sera un premier rendez-vous pour ce qui devrait être le début d’une lutte et d’un rapport de force pour enfin, reconquérir des droits :
rassemblement à Saint-Étienne à 10h30 devant la bourse du travail pour une manifestation que l’on espère massive et offensive.

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / MOBILISATIONS - LUTTES

Des centaines de jeunes dans la rue pour la grève pour le climat

Le rendez-vous avait lieu à 9h30 à la place du peuple. Plusieurs centaines de personnes se sont mobilisées, dont des collégien·ne·s et des étudiant·e·s, mais majoritairement des lycéen·nne·s venant principalement d’Honoré d’Urfé et de Fauriel.
Compte rendu en image de la mobilisation pour la journée de grève pour le climat.


Saint-Étienne et alentours   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / MOBILISATIONS - LUTTES

Marche pour le climat

Au lendemain de la Grève scolaire pour le climat de Saint-Étienne du vendredi 20 septembre, le Samedi 21 septembre, la marche pour le climat sera une marche en pensant aux arbres, une marche de solidarité avec le vivant, une marche pour défendre nos bien communs qui partent en fumée.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   MOBILISATIONS - LUTTES

Retour sur l’acte 44 à Lyon : Sur-présence policière et répression

Samedi dernier (le 14/09/2019) avait lieu l’acte 44 des Gilets Jaunes à Lyon. RDV 13h sur Place Bellecour. Retour sur cette manifestation par Le Gueuloir...


Informations globales   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / MOBILISATIONS - LUTTES

Grève internationale pour le climat et la biodiversité

Nous nous levons face au mensonge et à l’hypocrisie, face à l’injustice climatique mais aussi sociale, face aux valeurs de ce système. Les lycéen.ne.s et les étudiant.e.s ne sauraient seuls mettre un terme à l’idéologie néolibérale : Venez nombreureuses le vendredi 20 septembre pour la grève internationale pour le climat et la biodiversité


Informations globales   MOBILISATIONS - LUTTES

La bataille des retraites va démarrer !

Si les gilets jaunes ont permis un ralentissement du programme de réforme des retraites prévu par le gouvernement, ne nous y trompons pas, il n’est pas passé à la trappe pour autant ! La réforme des retraites, c’est pour cet automne, et ça concerne tous les salarié·e·s ! Pour s’y retrouver un peu avant la grande bataille sociale à venir de cette rentrée, voici un article récapitulant la loi et les mobilisations prévues. Article publié sur le site de paris-luttes.info.


Saint-Étienne et alentours Couac   MEMOIRE / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Printemps 73, acte II de Mai 68 à Sainté

Au printemps 2018, un article de Couac revenait sur Mai 1968 à Saint-Étienne. Mais la fin de Mai-Juin 68 ne signe pas le retour au calme, elle marque au contraire le début d’une période d’effervescence tous azimuts. Entretien sur la période qui suit Mai-Juin 68 et plus particulièrement sur le printemps 73, alors que convergent les contestations, avec Gilbert, qui participe alors aux mobilisations.


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

HP : contention et contentieux

Début juin, le service des urgences du CHU de Saint-Étienne entame une grève pour dénoncer les conditions de travail et, par voie de conséquence, de traitement des patient.e.s. La situation ne s’est depuis pas améliorée : mardi 30 juillet, un patient de 72 ans quittait le service après après 120 heures passées sur un brancard. Début juillet, les urgences psychiatriques ont à leur tour rejoint la grève. Le service a déjà effectué quelque temps plus tôt une grève de cinq mois. Retour sur les origines des difficultés rencontrées dans ce service avec un article du Couac paru au printemps 2018 et sur la mobilisation de l’automne-hiver dernier.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MEMOIRE

Dix ans après les révoltes de Firminy – 3/3 : Pistes de réflexion et d’action pour aujourd’hui

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


Informations globales   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / MOBILISATIONS - LUTTES

Bure : Le bois Lejuc est réoccupé !

Près de Bure, le bois Lejuc est réoccupé depuis le 18 juillet à 14h. De nombreuses personnes ont réinvesti ce lieu au sol comme dans les arbres pour réaffirmer leur opposition au projet de centre d’enfouissement de déchets radioactifs Cigéo, au nucléaire et à son monde, industriel, colonial, militaire. Les forces policières qui occupaient jusque là ce lieu stratégique et protégeaient les intérêts de l’Andra ont été contraintes de quitter les lieux. Nous appelons dès maintenant à converger dans le bois Lejuc ainsi que dans les villages de Bure et Mandres-en-Barrois, situés à deux kilomètres de la forêt.


Dans la thématique "MOUVEMENT GILETS JAUNES "

Informations globales   REPRESSION - PRISON

Le CRS responsable de la mort de Zineb Redouane à Marseille est de Saint-Étienne

La rumeur circulait depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux affiliés aux Gilets Jaunes - La France en colère, La Loire en colère, etc. Elle a été ensuite confirmée par un article de « La Provence » datant du 3 juillet. C’est donc bien un policier de la brigade CRS 50 de Saint-Étienne qui avait dans les mains le lanceur Cougar responsable de la mort de Zineb Redouane.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets jaunes acte XXXV - Maillot jaune et gilets jaunes

Samedi 13 juillet le tour de France passe par Saint-Étienne et les GJ ne lâchent rien ! Toute la région en soutien. Rendez-vous à 14h place du peuple !


Informations globales   MOBILISATIONS - LUTTES

Assemblée de Montceau-les-Mines : les Gilets jaunes veulent s’inscrire dans la durée

Le week-end du 29 et 30 juin, la troisième assemblée des assemblées des Gilets jaunes se tenait à Montceau-les-Mines, en Saône-et-Loire. Alors qu’il est en perte de vitesse dans la rue, le sort d’une partie du mouvement reposait sur les épaules des 700 Gilets jaunes mandatés pour cette assemblée. On est allé prendre la température…


Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE / REPRESSION - PRISON

GJ, six mois plus tard : après la répression policière, la répression judiciaire

Interpellés lors de l’acte VIII du mouvement des Gilets Jaunes, deux stéphanois – accusé d’outrages, rébellion et violence sur « agents dépositaires de l’autorité publique » – étaient à la barre du tribunal correctionnel mercredi 12 juin.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Soirée débat et projection : les Gilets jaunes, une répression d’État

À l’amicale de la Richelandière, mercredi 19 juin à partir de 19h.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

[Brève] Soutien des Gilets jaunes aux soignants des Urgences en grève

Samedi 8 juin, les gilets jaunes sont venus à la rencontre des soignant.es urgentistes en grève à l’hôpital Nord.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Manifestation du 1er mai à Saint-Étienne

« Aussi longtemps que la lutte des travailleurs contre la bourgeoisie et les classes dominantes continuera, aussi longtemps que toutes les revendications ne seront pas satisfaites, le 1er mai sera l’expression annuelle de ces revendications. » – Rosa Luxembourg. Soyons toutes et tous déterminé-e-s pour un 1er mai de lutte ! Rendez-vous à 10h à la bourse du travail de Saint-Étienne.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Gilets jaunes acte XXIII : charges, balayettes et interpellations

Intervention rapide, violente et perfide de la Police samedi à la fin de l’acte XXIII des gilets jaunes. Quatre personnes ont été arrêtées en plein milieu du cortège : gardes à vue et de la détention provisoire pour l’une d’entre elles.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Rencontre-débat avec le collectif Désarmons-les (contre les violences d’État)

Samedi 27 avril à l’Amicale de La Richelandière à 18h30.
Une personne du collectif viendra présenter leurs actions et animer un débat sur les violences de la Police. Ils nous visent, défendons-nous !


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Huit mois ferme pour un gilet jaune suite à la manifestation du 30 mars

Mercredi 2 avril. Tribunal de Grande Instance de Saint-Étienne. Nouvelle audience, même comédie : une cour aux ordres du parquet, une justice de classe qui fait le taf. Et qui donne les mêmes leçons de morale, par-dessus le marché : « Monsieur J. a participé à un phénomène de débordement. Il est adulte et il n’a pas joué son rôle d’adulte » (M. Le Procureur).


A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
Vague mondiale de colère !  

Le ciel de la capitale chilienne est rouge : des bâtiments et des métros ont brulé toute la nuit. À Hong Kong, les barricades n’en finissent pas de barrer les rues de la métropole. À Barcelone, la police perd le contrôle. À Quito, le président de l’Équateur doit reculer, après avoir été chassé de la capitale par l’insurrection. Nous ne voyons quasiment que ça depuis plusieurs jours, de nos fils d’actualités jusqu’aux médias dominants. Les vidéos des différentes révoltes à travers le monde. Partout autour du globe, les populations se soulèvent contre leurs dirigeants, contre la corruption et l’injustice.


MOBILISATIONS - LUTTES
Gilets Jaunes - Acte 50 : Appel à manifestation nationale à Saint-Étienne  

Depuis plusieurs semaines, l’appel circule sur les différentes plate-forme GJ de la Loire et d’ailleurs. Pour cet acte 50, les GJ de Saint-Étienne appellent à converger sur la ville aux sept collines pour un retour aux sources ! On reprend les bonnes habitudes : rendez-vous samedi 26 octobre à 13h au rond-point de Monthieu et à 14h place du Peuple. Tou.te.s ensemble ! On lâche rien !


MEMOIRE
Le massacre du 17 octobre 1961 à Paris : « Ici on noie les Algériens ! »  

Ce jour-là, des dizaines d’Algériens ont été noyés dans la Seine ou massacrés par la police française à Paris. C’est un devoir de justice de ne pas l’oublier.
Le 17 octobre 1961 alors que la guerre d’Algérie touche à sa fin, le FLN appelle à une manifestation pacifique dans les rues de Paris pour dénoncer le couvre-feu raciste imposé quelques jours plus tôt aux Algériens et par extension à tous les Maghrébins. Cette manifestation rassemble environ 30 000 personnes.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Rassemblement pour les personnes sans logement  

Depuis avril 2019, des personnes se battent à Saint-Étienne pour le simple droit à un logement digne. Depuis avril 2019, les pouvoirs publics à qui devrait incomber cette tâche restent - à une exception près - sans réaction, dans l’indifférence voire dans le mépris total. Depuis avril 2019, un collectif de lutte s’est créé pour tenter de faire face à cette urgence. Le collectif des habitants de la bourse appelle les Stéphanois.es à un rassemblement de solidarité, samedi 19 octobre à 14h, place du Peuple à Saint-Étienne.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Détruire le capital : un combat vital  

L’heure n’est pas à une écologie de comptoir où on culpabiliserait ceux qui ne font pas le tri, l’heure est à une écologie radicale. On ne peut pas continuer dans un monde capitaliste, il faut s’attaquer aux racines du problème et arrêter de se contenter des guirlandes aux arbres. Continuer avec la surproduction, l’exploitation animale, à vivre dans la société du pétrole, c’est ne pas s’attaquer à la base du problème.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Taclons Puma - 2e round  

Journée d’Action Internationale contre le sponsoring de Puma organisée par le collectif stéphanois de soutien au peuple Palestinien‎.
BDS42 reprend du service mercredi prochain. Ce 16 octobre à partir de 16h30, place du peuple, nous organisons un rassemblement pour la seconde action internationale contre Puma et dans le but de dénoncer leur sponsoring de la fédération israélienne de football.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Appel à témoin suite à l’agression policière raciste du 28 septembre  

Appel à témoins concernant l’agression policière raciste ayant eu lieu rue Rouget de Lisle dans la nuit du 28 septembre.
Comme le racontait un texte publié il y a peu sur Numéro zéro, deux personnes noires ont été agressées par des policiers stéphanois dans la nuit du 28 au 29 septembre. Les forces de l’ordre les ont violemment frappées, humiliées, et ont eu à leur égard des propos et comportements extrêmement racistes et choquants.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Déclaration de la Commune Internationaliste du Rojava  

Alors que Donald Trump a annoncé le retrait rapide des soldats présents dans la région, le président de la Turquie Erdogan en a profité pour menacer d’une opération militaire. Opération lancée hier ; quatre villes subissent des bombardements aériens de l’armée turque. Le but pour Erdogan : éradiquer les forces kurdes et leurs alliéEs en place dans la région du Rojava et éradiquer toute velléité d’émancipation des peuples. Le peuple kurde du Rojava lance un appel à la mobilisation.


ANTIFASCISME
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos  

Antonin Bernanos est un militant antifasciste autonome. Incarcéré durant près de deux ans suite à l’affaire de la voiture de police brûlée Quai de Valmy en 2016, il est de nouveau en détention – provisoire – depuis six mois suite à la plainte d’un hooligan d’extrême-droite dont le groupe a été mis en déroute lors d’une confrontation de rue avec des antifascistes. Dans cette lettre, Antonin revient sur l’infiltration des groupes d’extrême-droite durant la phase initiale du soulèvement, et sur la manière dont celle-ci s’articule étroitement avec la stratégie répressive de l’État – qu’il s’agisse de répression policière ou de propagande médiatique.


REPRESSION - PRISON
[Courrier Parloir Hélicoptère] Partage d’experiences et d’outils sur le soutien aux personnes incarcérées  

Lancement de la plateforme Courrier Parloir Hélicoptère pour référencer et partager des expériences et des outils de soutien aux personnes incarcérées.
Nous sommes un petit groupe de personnes qui avons et avons eu des proches incarcéré-es et on a rencontré des difficultés à communiquer avec elleux – ce qui nous a amenés à nous poser des questions sur les outils à mettre en place pour lutter contre l’isolement des personnes incarcérées.


GENRE - FEMINISME
[CNT Femmes Libres Sainté] Présentation et Brochure d’octobre 2019  

« CNT Femmes Libres » est un outil non-mixte de lutte contre les violences patriarcales sur les lieux de travail, dans les pratiques syndicales, dans l’espace privé ou public.


REPRESSION - PRISON
IanB, membre de Désarmons-les ! revient sur son arrestation à Montpellier le 28 septembre 2019  

Samedi 28 septembre, aux alentours de 16h, lors de l’acte 46 des gilets jaunes, IanB, membre du collectif Désarmons-les !, s’est fait violemment interpeller. On nous relate plusieurs faits de violences au même endroit : des coups de matraque qui visaient une observatrice LDH et des personnes qui, dans le passé, ont déjà été mutilées ou blessées par la Police. On nous relate un contexte très violent, anxiogène et paniquant. Dans cette lettre IanB revient sur son interpellation et sur le sentiment d’injustice et de colère qui l’a envahi à sa sortie de garde à vue et sur cette brutalité d’État qui se banalise.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Agression raciste de la part de la police stéphanoise  

Un habitant de la ville a envoyé son témoignage dans lequel il dénonce une agression raciste de la part de la police stéphanoise. Ces faits se sont produits ce week-end et il est primordial de les faire connaître. En effet, ce genre d’agressions de la part des forces de l’ordre n’est pas rare et il faut les dénoncer par tous les moyens !