Informations globales   ANTIFASCISME / GENRE - FEMINISME

Agressions fascistes : La Gay pride 2011 de Tours pas si Gaie au final...


|


C’est sous une belle journée que commence la gay pride de Tours, le rendez-vous avait lieu au château de Tours cette année. Le cortège s’élance dans les rues dans une folle ambiance, on ne peut pas le louper, les camions envoient du son et les watts font vibrer les vitrines des magasins, il y de la bonne humeur et des couleurs à perte de vue, selon la NR il y aurait plus de 1500 participants, mieux que l’année dernière où l’on a compté environ 1400 personnes.

Mais, cette année encore, tous les gens présents ne sont pas animés des intentions les plus nobles. En effet comme en 2010, une contre manif’ a été organisée par un groupuscule de néo-fascistes identitaires, vox populi turone pour ceux qui ont oublié leur latin ça veut dire la voix du peuple de Touraine...rien que ça et c’est vrai qu’à 30 individus haineux ils représentent la vox populi !
Le service d’ordre prévu par l’organisation de la gay pride ainsi que les forces de l’ordre ont empêché les éventuels conflits en installant un cordon de sécurité.

Malgré ce dispositif il y a une altercation devant le cosmic café (place des halles) et la police intervient avec violence et sans motifs réels et interpelle 6 individus, tous antifascistes ou simple manifestants de la gay pride. La journée se poursuit, de retour au village installé au château, la fête continue comme si de rien n’était, Grisbi, Rubin Steiner aux platines mettent l’ambiance.

Seulement les faf’ (entendre par là les fachos) tournent près du château et agresseront au moins deux personnes qui quittaient l’endroit pour seul motif d’être gay ou d’avoir participé à la gay pride. Une autre agression aura lieu près de place plummereau, mais cette fois la personne est sauvagement mutilée, un œil crevé, les pommettes enfoncées, la mâchoire fracturée et les tendons d’Achille coupés (source venue de l’hôpital). C’est de l’acharnement, de la torture pure et simple, gratuite...

Donc au final un bilan plutôt mitigé de la gay pride, on attend avec hâte le communiqué de la LGP Région centre sur leur bilan de la manifestation et ses incidents.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 réaction

  • 21 mai 2011, Tours :

    Samedi 21 Mai avait lieu la Gay Pride. Ce même jour un groupuscule
    d’extrême-droite appelait à manifester contre la Gay Pride. Sous prétexte
    que la sexualité relèverait de la vie privée, elle n’aurait pas à
    s’exhiber dans la rue, et surtout pas celle des homosexuels. Ce discours « 
    soft » ne masque que leur homophobie, en témoignent les slogans scandés au
    passage du cortège de la Gay Pride.

    La préfecture avait d’ailleurs menacé de faire annuler la Gay Pride au
    motif du risque de troubles à l’ordre public lors de la rencontre avec les
    fafs, la mairie PS n’a pas bougé alors qu’elle aurait pu faire interdire
    le rassemblement des fafs pour les mêmes raisons. Finalement, les
    organisateurs de la Gay Pride ont dû trouver 80 bénévoles pour encadrer le
    cortège et signer un papier comme quoi ils seraient responsables en cas de
    troubles à l’ordre public. Les autorités n’ont tout simplement pas voulu
    interdire le rassemblement haineux et provocateur des fafs pour éviter
    les-dits « troubles à l’ordre public ».

    Parce que l’homophobie et le sexisme sont des plaies bien trop présentes
    dans notre société. À l’appel du collectif antiraciste 37, des
    militant.e.s se sont réuni.e.s pour participer à la Gay Pride derrière une
    banderole qui dénonce ces plaies. L’objectif était de montrer la bêtise et
    l’absurdité de tous les discours réactionnaires sur la sexualité, et
    défendre la liberté dans les choix et les pratiques pour chacun.e en
    matière de sexualité.

    La rencontre avec les fafs (environ une trentaine) bien protégés par la
    police, s’est passée sans incident autre que quelques disputes avec le
    service d’ordre de la Gay Pride qui était un peu trop pressé de faire
    avancer le cortège. Des « incidents » sont survenus plus tard, place des
    Halles au niveau du Cosmic café (bar qui sert de repaire aux militants
    d’extrême-droite). Un camarade exaspéré par les photos d’un journaliste
    est allé lui faire remarquer qu’il ne désirait pas apparaître dessus, et a
    commencé à lui expliquer pourquoi. Le ton est monté, la situation s’est
    tendue en raison des quelques fachos amassés devant leur bouge. La police
    et des agents de la BAC (sans brassards) ont utilisé l’altercation comme
    prétexte pour charger. S’en est suivie une mêlée assez confuse, trois
    camarades se sont fait embarquer (deux sont poursuivis pour dissimulation
    du visage, le troisième pour outrage/rébellion). Les keufs en ont profité
    pour se défouler, de nombreuses personnes ont été mises à terre et/ou ont
    pris des coups, entre autres une camarade qui après une pluie de coups de
    matraque s’est vu prescrire 8 jours d’arrêt de travail. La version
    présentée dans la Nouvelle Répugnante (le torchon local), laisse à croire
    que nos camarades seraient la cause de cet incident. La vérité est que
    c’est la police qui a chargé brutalement tout le monde au prétexte de « 
    l’altercation » entre le camarade et le journaliste, altercation qui ne se
    serait certainement pas soldée par des coups ou de quelconques troubles à
    l’ordre public autres que quelques cris si la police n’était pas
    intervenue. Lorsque la Gay Pride est revenue au château de Tours, les
    militants d’extrême-droite sont allés encercler le château où avait lieu
    une fête, pour provoquer les gens, obligeant la sécurité à filtrer les
    accès au château.

    Les identitaires de Vox populi, veulent faire croire qu’en tant que
    catholiques ils ne sont qu’amour, paix et foi. Mais la manif anti-Gay
    Pride, le harcèlement de la Gay Pride au château de Tours, les propos
    haineux tenus au passage de la Gay Pride prouvent le contraire. La
    préfecture et la mairie PS, certainement au courant des agressions
    perpétrées par les nervis d’extrême-droite ces derniers mois à Tours ;
    n’ont pas interdit le rassemblement d’extrême-droite. Et ont préféré les
    laisser déverser leurs propos haineux sur la place publique au nom de la « 
    liberté d’expression ».

    Désinformation officielle :

    Les articles de la Nouvelle Répugnante, laissent à croire que l’incident
    avec la police serait dû aux tensions entre militants d’extrême droite et
    d’extrême gauche, qui était venus pour en découdre. Que la police n’aurait
    fait que s’interposer, que l’on aurait affaire à deux bandes d’extrémistes
    incontrôlables aux idées nauséabondes.

    Cette stratégie n’est pas une surprise et elle s’insère dans une dynamique
    nationale. Déjà à Lyon une semaine avant, après les incidents qui avaient
    eu lieu suite à une manif d’identitaires et de néonazes (agressions
    racistes, agressions de militants). Ces événements avaient été réduits à
    une guéguerre entre extrémistes fascistes et antifascistes. Les agressions
    racistes étant traitées de manière superficielle dans la majorité de la
    presse officielle. Toutes les violences ont été placées sur le même plan,
    sans aucune distinction entre les agressions des fascistes et les
    militants qui se sont défendus lorsque les fafs ont essayé de les
    agresser.

    Le pouvoir en place cherche vraisemblablement à exacerber les rivalités
    entre la gauche radicale, les libertaires, et l’extrême-droite. Cela pour
    affaiblir les deux camps et pouvoir réprimer tout ceux qui feront des faux
    pas d’un côté comme de l’autre. Cela intervient dans un climat social
    potentiellement tendu, une période de crise qui voit se propager les
    mouvements sociaux en Europe (dernièrement en Espagne) et autour de la
    Méditerranée. Ces mouvements sont liés à la dégradation des conditions
    d’existence imposée par la restructuration du capitalisme néolibéral. En
    fRance un mouvement important (malheureusement trop bien canalisé par les
    syndicats) contre la reforme du système de retraites à eu lieu à l’automne
    dernier. L’approche des élections de 2012 offre un peu de répit dans le
    train des reformes, mais n’influera pas sur son exécution. Dans ce
    contexte pré-électoral où l’extrême-gauche et les libertaires se
    présentent comme une alternative valable quand la gauche comme la droite
    ont échoué à améliorer le quotidien des gens. La critique radicale de
    l’État et du capitalisme apparaît comme dangereuse, le gouvernement ne
    veut pas risquer de la voir s’implanter durablement dans les esprits. Le
    déclenchement d’un mouvement social d’ici à la Présidentielle pourrait
    faire perdre le pouvoir à la droite (la gauche ne vaut au final pas
    mieux). Pour éviter cela, le pouvoir, par le biais de la presse
    officielle, tente de renvoyer d’une part l’extrême-gauche et les
    libertaires, et d’autre part l’extrême-droite dos à dos ; comme deux pôles
    inverses qui s’annuleraient. Le parti au pouvoir qui pourtant fait son
    beurre sur des thèmes chers à l’extrême-droite, comme l’immigration ou
    l’insécurité espère même passer pour un parti de modérés et conserver le
    pouvoir en 2012. Même si quelques « dommages collatéraux » doivent être
    blessés ou tués lors d’agressions fascistes. Mais cela représente pour nos
    chers dirigeants un petit prix à payer pour conserver leur royaume.

    Il est nécessaire de prendre acte de cette instrumentalisation de
    l’extrême-droite par le pouvoir, et de ne pas rentrer dans une guéguerre
    stérile. Nos ennemis ne sont pas des groupuscules marginaux de crânes
    rasés mais bien l’État, le capitalisme et tous ceux qui nous empêchent de
    vivre en nous enfermant dans la survie. L’antifascisme en tant que projet
    politique est absolument stérile, et n’est porteur d’aucune de nos
    aspirations. Il enferme dans des conflits vains et fait le jeu des pires
    alliances, il conduit à la reproduction des structures de dominations et
    de spécialisations que nous combattons. Nous préférons nous concentrer sur
    nos vrais ennemis, et tenter de nous émanciper plutôt que de nous enfermer
    dans une guéguerre avec des groupuscules minoritaires.

    Il est néanmoins nécessaire de mettre en pratique des stratégies
    d’autodéfense face, aux possibles attaques des nervis d’extrême-droite ;
    et de tisser des liens entre nous pour que personne ne se sente isolé et
    ne cède à la pression et de l’extrême-droite et de la police.

    Quelques éclaircissements :

    Pour finir, quelques mises au point, rapport aux mensonges colportés par
    la presse officielle.

    Nous défendons le droit de chacun à disposer de son corps, et à construire
    ou déconstruire son genre comme il l’entend. On ne répétera jamais assez
    que les pratiques dites « LGBT », font partie intégrante de la sexualité
    au même titre que les pratiques dites « hétérosexuelles » et ne sont ni
    plus ni moins naturelles les unes que les autres. Et que le sexisme et
    l’homophobie ne sont que l’héritage de près de 2000 ans de religions
    réactionnaires et phallocentrées.

    Nous nous sommes vus traiter d’extrémistes en vue de nous discréditer. La
    seule chose qui peut paraître extrême aux bourgeois c’est notre
    radicalité. Par cela nous entendons notre capacité à identifier et
    attaquer les causes de nos maux à la racine : entre autres l’État, le
    capitalisme, et toutes les structures de dominations. Nous entendons vivre
    comme nous le désirons, seul.e.s ou ensemble. Pour cela nous refusons tout
    compromis avec ceux qui voudraient nous représenter en détournant le
    pouvoir qui réside en chacun de nous à leur seul profit. Pas de compromis
    non plus avec ceux pour qui tout a un prix et qui entendent bien nous
    faire trimer pour se remplir les poches, pendant ce que l’on ne peut
    décemment appeler vie lorsque l’on est soumis au travail salarié.

    Nous sommes rassemblés sur une base au minimum anti-autoritataire, nous
    refusons la domination entre les personnes sous toutes ses formes. Le
    racisme, l’homophobie, le sexisme, et la reproduction de toute forme de
    structure de domination, passent par chacun.e de nous. C’est à chacun.e
    d’essayer de s’en affranchir soi-même et de lutter contre au quotidien. Il
    ne tient qu’à chacun.e d’essayer de construire des situations où chacun.e
    sera maître de lui/elle-même et où l’aliénation disparaîtra.

    Nos idées sont dans toutes les têtes, c’est à chacun.e de les trouver et
    de les mettre en œuvre pour libérer les territoires de sa vie quotidienne.

    La volonté de chaque individu contient plus de puissance qu’une bombe H.

    Ensemble nous ferons trembler leur monde, puis nous danserons sur ses
    ruines encore fumantes.

    Des Anarchistes – 29 mai 2011.


Dans la thématique "ANTIFASCISME "

Saint-Étienne et alentours   ANTIFASCISME

Le Rassemblement National 42 surpris avec l’Action Française

À Saint-Étienne, la section départementale du Rassemblement National a été surprise, vendredi 1er novembre, à accueillir en ses locaux une réunion/conférence du groupuscule royaliste d’extrême droite, déjà connue pour ses méthodes violentes et fascistes : l’Action Française !


Saint-Étienne et alentours   ANTIFASCISME / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Saint-Étienne ANTIFA Festival 2019 en soutien aux migrant.e.s

Vendredi 15 et samedi 16 novembre 2019 à Ursa Minor en soutien au Collectif de Solaure en collaboration avec Les Créations du Crâne, Le Comité Antifa Stéphanois, Univers Soul, Le Collectif de Solaure, La Cantine et d’autres…


Informations globales   ANTIFASCISME / REPRESSION - PRISON

Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos

Antonin Bernanos est un militant antifasciste autonome. Incarcéré durant près de deux ans suite à l’affaire de la voiture de police brûlée Quai de Valmy en 2016, il est de nouveau en détention – provisoire – depuis six mois suite à la plainte d’un hooligan d’extrême-droite dont le groupe a été mis en déroute lors d’une confrontation de rue avec des antifascistes. Dans cette lettre, Antonin revient sur l’infiltration des groupes d’extrême-droite durant la phase initiale du soulèvement, et sur la manière dont celle-ci s’articule étroitement avec la stratégie répressive de l’État – qu’il s’agisse de répression policière ou de propagande médiatique.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   ANTIFASCISME / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

L’extrême droite italienne fixe un prix à la mort

Alors que pas moins de 2 260 migrants ont péri l’an passé en tentant de traverser la Méditerranée, le gouvernement italien à l’initiative de Salvini ne trouve rien de mieux qu’annoncer un projet de loi toujours plus hostile à l’immigration. Si la loi n’est pas encore mise en place, il est important de lutter dès maintenant contre ce projet et toute autre dérive fasciste !


Saint-Étienne et alentours   ANTIFASCISME

Le Rassemblement National de la Loire veut des flics-videurs devant les Églises et demande la dissolution de la JC de la Loire

C’est avec un certain sourire aux lèvres (en dépit du côté tragique de leur prose) que nous avons pris connaissance du communiqué du RN de la Loire dans lequel celui-ci demande expressément au préfet de dissoudre la JC de la Loire.


Informations globales   ANTIFASCISME / GENRE - FEMINISME

Droites comme des clous qui brillent dans une nuit magnifique...

L’antifascisme ne devrait s’accommoder d’aucune oppression. Piqûre de rappel des Féministes de Parme, à travers le récit du viol collectif qui a eu lieu au siège de la RAF (Réseau Antifasciste de Parme), et des suites données (ou non) à cet évènement.


Informations globales   ANTIFASCISME / MOBILISATIONS - LUTTES

Héroïsme et my(s)thification

Un texte qui revient sur les ralliements et hésitations des militant.e.s de gauche et anarchistes à propos des gilets jaunes. Il part de l’histoire du boxeur et de l’imagerie insurrectionniste. C’est essentiel de questionner cette adhésion aux images (et aux gestes) qui emporte très vite tout un chacun, en particulier les militant.e.s. Puis il ouvre quelques pistes de luttes émancipatrices.
Merci sauvageries.blog !


Informations globales   ANTIFASCISME

[Lyon] Vandalisme contre le local du PCF

Lyon. La liste est longue depuis une vingtaine d’année des agressions physiques et des attaques. Fin 2012, on a vu une recrudescence des agressions racistes et attaques ciblées de militantEs de gauche. La dernière en date était la dégradation, en mars 2018, du local de la CNT 69, après celui de la CGA (coordination des groupes anarchistes), du PCF du 1er arrondissement (dégradé cinq fois en cinq ans), de Radio Canut et de la Maison des passages, avant une conférence publique contre le racisme et les violences policières.


Informations globales   ANTIFASCISME / REPRESSION - PRISON

[Lyon] Répression du mouvement antifasciste : perquisition et garde-à-vue, six lyonnais.e.s interpellé.e.s

Mardi 13 novembre, à 6h du matin, six militant.e.s antifascistes ont vu leurs portes défoncées par des policiers cagoulés. Après plus de 24 de garde-à-vue, elles et ils sont accusé.e.s d’avoir, une nuit d’avril dernier, muré le local fasciste « Bastion Social » et sont poursuivis pour dégradation, outrage et même « association de malfaiteur ».


Saint-Étienne et alentours   ANTIFASCISME / MOBILISATIONS - LUTTES

Rassemblement contre la création de « L’action Française » à Saint Etienne

Face à la volonté de création d’un section de l’Action Française à Saint Etienne, le comité antifasciste stéphanois appelle à une mobilisation le vendredi 27 avril à 18h place Jean Jaures


Dans la thématique "GENRE - FEMINISME "

Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME

Conférence « Le genre et la pensée de la différence »

Conférence autour des travaux actuels en sciences humaines qui théorisent le genre et s’attachent à montrer le caractère social des représentations du masculin et du féminin ainsi que les rapports de pouvoir qui produisent les inégalités entre les sexes.


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME

Suivre l’appel des Chiliennes contre les violences faites aux femmes

Les femmes du Chili appellent les femmes du monde entier à reproduire leur chorégraphie contre les violences faites aux femmes. Le collectif collages contre les féminicides donne rendez-vous samedi 14 décembre à 16h, place Jean Jaurès.


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

Soirée de soutien aux groupes Femmes Libres de la CNT

La CNT Femmes Libres de Sainté organise une soirée en mixité le samedi 7/12. Pour le plaisir d’écouter et de voir des spectacles féministes, et soutenir les Femmes Libres !


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

Ecoute collective du docu « A bras le corps »

Samedi 23 novembre 2019 à partir de 18h30 à l’amicale laïque du Crêt de Roch
Écoute collective en mixité choisie sans mec sis, du documentaire sonore « A bras le corps », un documentaire de Caroline Boillet et Pauline Chevallier (écoutable sur Radio Panik) puis discussion.


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

SOIRÉE (F)RAP - Soirée de soutien à un festival féministe au Maghreb

C’est samedi 23 novembre que ça se passe ! Un concert avec pour notre plus incroyable bonheur et pour que de la chaleur irradie dans nos oreilles que votre présence exceptionnellement brillante soit au firmament de votre destinée totale.
Une soirée de soutien à un festival féministe au Maghreb avec une scène sans mec cis.


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Rencontre avec des femmes palestiniennes en lutte

A l’initiative de l’AFPS et de l’UD CGT de la Loire une rencontre-débat avec deux femmes du Palestinian Working Women Society for Development qui se tiendra le 19 novembre 2019 à partir de 18H à la Bourse du Travail de Saint Etienne - Salle Sacco et Venzetti. Soirée soutenue par Forez Palestine, Femmes en Noir, BDS, CCFD


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

FEMINIST FIGHT CLUB #3 - Soirée de soutien à un festival féministe au Maghreb

Le plus grand Feminist Fight Club en autogestion collaborative et cooptation collective du monde aura lieu le 16 NOVEMBRE à 19h !!!! On oublie pas que ce sera une soirée de soutien à un festival féministe au Maghreb, alors quand tu viendras à la soirée, prends tout le monde avec toi !


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME

Ça brasse ! 3 jours de réflexions sur les liens et tensions dans nos communautés TransPédéGouine / LGBTQIA

Les 9, 10 et 11 novembre à Lyon, nous vous invitons à des débats, ateliers autour de questions récurrentes qui traversent nos réseaux féministes et queer. En mixité choisie TransPédéGouine / LGBTQIA, nous voulons prendre du temps pour partager nos différentes réalités, s’interroger mutuellement, confronter nos idées et perspectives. Aussi, car il ne nous a pas toujours suffi d’affirmer les choses, pratiques, identités, options politiques, pour transformer les rapports de pouvoir entre nous.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

Punctum Diaboli - Théâtre clownesque sur la persécussion des femmes

Punctum Diaboli a été imaginé à l’automne 2016, suite à une longue macération dans un chaudron d’histoires et de savoirs autour des sorcières et de leur persécution. Myriam C. et Léopoldine F. nous proposent leur univers intemporel pour mettre en lumière les mécanismes de création des boucs émissaires.
Jeudi 31 octobre - 19h30 à la Cale
Amicale Laïque du crêt de roch
prix libre


Saint-Étienne et alentours   CAPITALISME - GLOBALISATION / DISCRIMINATIONS - RACISME

Apéro et projection en soutien à la caisse de grève de la section nettoyage de Marseille

Pour soutenir la caisse de grève des femmes de chambre de Marseille qui se sont battues pendant 6 mois... Viens prendre l’apéro autour d’un buffet le 1er novembre au 17 à 18h. Trois courts métrages de Primitivi (télévision indépendante de Marseille) relatant leur lutte intersectionnelle seront projetés.


A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
La jeunesse stéphanoise violemment réprimée  

Cela fait quelques jours, qu’à St-Étienne, les forces de l’ordre répriment dans la violence toute tentative de grève des jeunes lycéens. Le préfet aurait-il peur des jeunes, pour les empêcher, à n’importe quel prix, de rejoindre le mouvement ?


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (2)  

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés, quatre Stéphanois sont jugés pour avoir diffusé des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Deuxième partie d’un texte en trois épisodes : Enquête et arrestations, automne 1882.


MOBILISATIONS - LUTTES
Pour les retraites et tout le reste : actions à venir cette semaine à Saint-Étienne  

Actions, Manifestations, AG, Pique-Nique, Retraite au flambeau, Concerts... La semaine qui vient va être chaude à Sainté. Suivi et récapitulatif du 13 au 18 janvier 2020.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Fête de soutien aux grèvistes organisée par le CIP 42  

Le Collectif des Intermittent.es et Précaires de la Loire (C.I.P 42) a décidé d’unir ses forces et ses compétences afin de soutenir les cheminots grévistes de Saint-Étienne dimanche 19 janvier 2020 à partir de 15h00 dans l’ancienne Gare du Clapier !!!!
La recette sera reversée aux caisses de grève des cheminots.


REPRESSION - PRISON
Les stades de foot, laboratoire où s’expérimentent les techniques de répression  

Il y a quelques jours, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel a rendu son verdict : deux matchs à huis clos (dont un avec sursis) pour les quelques centaines de fumis et le feu d’artifice en tribune lors du match contre le PSG. Pour lutter contre les « Ultras », l’État s’est doté depuis plusieurs années d’outils de répression fort sophistiqués. À Saint-Étienne, quelques irréductibles résistent encore et toujours au progrès et à la modernité, au nom de concepts éculés comme la liberté et les valeurs populaires du football. Discussion avec l’un des membres des Green Angels, un des principaux groupes de supporters stéphanois.


ANTIFASCISME
A Saint-Étienne, l’extrême-droite compte s’installer ‘pépouze’ en face de la Bourse du Travail !  

Sophie Robert, la bourgeoise cheffe départementale du Rassemblement national, accompagnée d’une dizaine de militants environ, a été surprise ces derniers jours dans un local du quartier Albert Thomas en train de passer la serpillière.


MOBILISATIONS - LUTTES
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (1)  

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés quatre stéphanois sont jugés pour avoir diffuser des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Première partie d’un texte en trois épisodes : 1.Grèves, révoltes ouvrières, effervescences libertaires et répression autour de Lyon et Saint-Étienne en 1882.


MOBILISATIONS - LUTTES
Blocus au lycée Honoré d’Urfé : charges, gazage et une arrestation  

Depuis le 5 décembre, une série de blocages est initiée par les lycéen·ne·s stéphanois·e·s dans leurs établissements. Après deux journées entières de blocage au lycée Fauriel, la direction menace les élèves de passer en conseil de discipline s’iels s’avisent de recommencer. Jeudi 9 décembre au lycée Honoré d’Urfé, c’est cette fois la Police qui s’est chargée de lever le blocus à coup de bombes lacrymos.


MOBILISATIONS - LUTTES
Retour sur la journée du vendredi 10 janvier contre la réforme des retraites  

Au programme : action péage gratuit et rassemblement devant le Medef !
Aujourd’hui, c’est le 36e jour consécutif de mobilisation pour les cheminot·e·s qui sont rejoint·e·s sur leur piquet de grève à 6h du matin à la gare de Chateaucreux par des militant·e·s syndicalistes, des profs, des étudiant·e·s, des GJ et des autonomes. Au total, plus de 60 personnes prennent la route pour le péage de Veauchette. Les caméras sont détournées, les barrières relevées et les premiers sourires s’esquissent.


INFORMATIQUE - SECURITE
Bad citizen : une nouvelle appli anti-répression  

Une nouvelle application d’informations juridiques pour apprendre à se défendre face aux institutions policières et judiciaires. L’application Bad Citizen vient d’être créée et mise à disposition pour smartphones. C’est un guide qui résume l’essentiel de ce qu’on doit savoir quand on se retrouve aux mains de la police et de la justice ou quand il faut aider un-e proche.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le député Jean-Michel Mis en marche pour promouvoir la reconnaissance faciale  

Après une première date à la Commission numérique de l’Assemblée nationale au mois de décembre, le député LREM Loire-Saint-Étienne, Jean-Michel Mis, organise un colloque sur la reconnaissance faciale le samedi 18 janvier 2020, à l’Amicale laïque de Chapelon.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Google et Sainté City  

Il y a tout juste six mois, Google inaugurait son atelier numérique à Saint-Étienne. Google a déjà les moyens d’en connaître beaucoup sur nous. Alors, pourquoi ce moloch veut-il s’implanter physiquement dans nos villes, particulièrement à Saint-Étienne ? Une enquête de Couac initialement parue au printemps 2019.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Débats sur la société de surveillance de masse  

Deux débats pour comprendre les enjeux de la mise en place de la société de surveillance de masse organisés par Halte au contrôle numérique, La Ligue des Droits de l’Homme Loire, Stop Linky 5G Loire et la Quadrature du Net - Le mercredi 8 janvier et le vendredi 7 février à Saint-Étienne.


CAPITALISME - GLOBALISATION
Culture, numérique et disruption sécuritaire à Saint-Étienne  

À travers un portrait d’Éric Petrotto, qui à la fois gère la Fabuleuse Cantine (un des lieux de restauration les plus « tendances » de la ville) et investit dans Serenicity (la société qui portait le projet d’installation de micros dans le quartier de Beaubrun-Tarentaize), Couac vous propose une enquête dans l’économie locale du numérique et son nouvel esprit du capitalisme.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Cartographier la surveillance  

À Saint-Étienne, difficile de circuler dans le centre ville sans être observé par Big Brother. Et en période de mouvement social, il n’est pas inutile de savoir où se situent ces yeux qui nous épient. Le site internet « Saint-Étienne sous surveillance » recense les caméras de vidéosurveillance disséminées dans la ville (estimées à 329). Entretien paru dans le Couac n°7 avec A., l’une des personnes qui en a été à l’origine, sur le contexte de sa mise en place et sa pertinence aujourd’hui.


MOBILISATIONS - LUTTES
10 jours de grève à Saint-Étienne  

Cela fait déjà 10 jours que la grève générale a débuté. 10 jours où travailleur.e.s, gilets jaunes, syndicalistes, étudiant.e.s, lycéen.ne.s jeunes et bien d’autres se retrouvent chaque jour dans la rue, sur des actions, dans des rassemblements, des AG etc… Mais qu’en est-il de la mobilisation à Saint-Étienne ?
Nous vous proposons ici un récapitulatif de plusieurs actions menées et des 5 grandes dates de rassemblement (5 décembre, Acte 56 des GJ, 10 décembre, 12 décembre et Acte 57 des GJ + Mobilisation des Algériens toute la semaine.)