Saint-Étienne et alentours Numero Zero   MEDIAS

Le réseau Mutu : renaissance des médias radicaux




Le mois dernier [N.D.L.R : en mai 2018], deux d’entre nous (du groupe libcom) avons été invités à donner une conférence sur notre projet à l’une des réunions semestrielles du Réseau Mutu.


Créé en 2013, Mutu regroupe quinze sites d’informations radicaux à travers la France et la Suisse, dont certains sont très anciens et très bien établis comme RebelLyon.info, créé en 2005, et Paris Luttes, créé en 2013, tandis que d’autres sont plus récents comme les collectifs de villes comme Rouen, Grenoble, Dijon et Nancy qui ont tous été créés au cours de la dernière année. La conférence a duré trois jours et a vu des membres tout le réseau se réunir pour rendre compte de leurs activités, partager diverses compétences techniques et savoir-faire en matière d’infrastructure et discuter de la manière de faire avancer le réseau.

Bien qu’il existe des différences politiques entre (et au sein des) collectifs, ills sont tous unis par quelques principes communs :

1. La publication participative : toute personne ou collectif local concerné par les objectifs du site est invité à proposer ses articles ; la rédaction d’articles n’est pas réservée aux personnes du collectif.
2. L’aide à la publication : le collectif peut aider à la mise en forme des articles, à la rédaction, à travers une interface de modération qui permet les échanges avec les différents contributeurs du site.
3. L’ouverture : le site n’est pas la propriété d’un groupe ou collectif, il reflète la diversité des idées et des pratiques qui traversent localement les luttes.
4. Les idées politiques anti-autoritaires : dans une perspective émancipatrice, anticapitaliste et de lutte contre toutes les dominations.
5. La volonté de diffuser le plus massivement possible les articles publiés.
6. L’ancrage dans le contexte local, dans la mise en forme comme dans son fonctionnement.
7. l’entraide entre les sites similaires.

Médias radicaux, du local à l’(inter)national.

Comme indiqué dans ses principes communs, les sites Web du réseaux Mutu sont mis en place pour refléter la diversité des pratiques qui existent localement, ce qui signifie que les sites hébergeront des articles sur un éventail de sujets allant des divers mouvements sociaux dans leurs villes : des conflits ouvriers aux actions écologistes, des luttes pour le logement aux protestations contre la violence policière, avec un contenu généré (autant que possible) par les utilisateurs et utilisatrices du site eux-mêmes en rédigeant des articles directement à partir du terrain de la lutte en question.

Cela reflète en partie les origines de nombreux sites Web locaux de Mutu, qui sont nés de la disparition d’Indymedia et de la nécessité pour les militant-e-s locaux de disposer d’un outil de communication pour faire connaître les luttes et les activités politiques locales. Cependant, contrairement au modèle Indymedia, avoir un contrôle éditorial sur le site web et soutenir les personnes qui veulent publier des articles constituent des parties importantes du projet. Ainsi, alors que les sites Web de Mutu ont conservé le modèle de « publication ouverte » d’Indymedia, permettant à quiconque de soumettre des articles, à la différence d’Indymedia, ils rejettent les articles qui ne conviennent pas et soutiennent les contributeurs et contributrices dans le processus d’édition. Ce qui rend le modèle de publication de Mutu si intéressant, c’est que tout le processus d’édition est totalement transparent. Tout utilisateur et utilisatrice enregistré peut se connecter à la page d’accueil du site et voir quels articles sont discutés, approuvées et rejetées, quelles modifications ont été suggérées, etc.

En combinant la publication ouverte avec un processus éditorial transparent, cela a aidé Mutu à surmonter les problèmes qu’Indymedia a connu là où leurs sites se sont fait inonder de spam et de conspirations antisémites ; par le travail de modération du collectif du site en question, les gens voulant publier des spams ou des articles trolls sont découragés à le faire.

Au cours de la rencontre du réseau, nous avons entendu les rapports des membres d’une douzaine de collectifs. Certains, comme Paris Luttes, publient une dizaine d’articles par jour avec un lectorat oscillant entre dix et vingt-cinq mille personnes par jour ; d’autres sites sont plus petits, reflétant souvent des populations ou des mouvements locaux plus petits.

Cependant, tous les sites sont fermement enracinés dans des mouvements sociaux locaux avec un lectorat local important. Beaucoup de sites de Mutu sont fréquemment cités comme sources par les journaux locaux tandis que le collectif de suisse romande a même dit voir des graffitis autour de Genève promouvant leur site, bien qu’illes n’aient aucune idée de qui les font ! Pour témoigner du degré d’implantation de certains de ces sites d’information militants dans la vie locale, un membre du collectif RebelLyon nous a dit :

Quand je parle à d’autres parents à l’école de mon enfant, je suppose qu’ils connaissent déjà notre site Web. Si ce n’est pas le cas, je leur explique ce que c’est, mais en général, ils le connaissent déjà.

Les membres du Réseau Mutu ont mentionné un aspect négatif de cette orientation locale, à savoir qu’ils ne sont pas en mesure de couvrir les événements internationaux aussi bien qu’ils le souhaiteraient parce qu’il n’y a pas toujours une raison locale pour en parler. [1]. Par exemple, une manifestation de solidarité locale avec la Palestine peut fournir l’occasion de rapporter les événements récents dans la région, mais il est moins probable que ce soit le cas pour la récente vague de grève dans le secteur de l’éducation aux États-Unis ou les protestations contre le régime en Iran.

Toutefois, comme les sites Web ayant de fortes racines locales se sont répandus dans tout le pays, le réseau s’efforce maintenant de créer un site Web national regroupant le contenu de tous les sites membres. Les camarades de Mutu espèrent que cela leur permettra également de développer leur couverture des luttes internationales. Il est intéressant de noter à cet endroit que Barrikade, le collectif suisse-allemand de Mutu, est actuellement en discussion avec des groupes en Allemagne et en Autriche au sujet de la possibilité de créer un réseau de site d’informations anti-autoritaire de langue allemande qui coexisterait avec le réseau francophone de Mutu. Cela contribuera sans aucun doute à la couverture des luttes internationales et même à la possibilité (un jour) d’un réseau européen de sites d’informations anti-autoritaires locaux.

Médias sociaux vs. médias du mouvement social

L’une des questions soulevées tout au long de la conférence a été l’effet négatif des médias sociaux sur la communication militante. Les collectifs déplorant la dépendance excessive de Facebook et Twitter pour la communication par les mouvements étudiants ou les branches syndicales locales. Un camarade du collectif La Rotative à Tours, a décrit une situation où des mouvements étudiants « créent des comptes Facebook et Twitter et considèrent que leur travail de communication avec le monde extérieur est terminé ».

Nous risquons également de perdre des siècles de tradition de publication anarchiste collective parce que les gens préfèrent simplement afficher des choses sur leur compte Twitter personnel sans aucune contribution d’une autre personne.

D’autres problèmes mentionnés au sujet de la dépendance excessive à l’égard des médias sociaux sont des choses comme l’incapacité de créer des archives ou d’avoir une vue d’ensemble sur une lutte, les infos étant souvent isolées les unes des autres dans des tweets ou des messages Facebook séparés.

Ainsi, par exemple, des luttes comme celles que mènent actuellement les étudiant-e-s et les cheminot-e-s en France, ou encore les grèves des postes sont difficile de suivre car il faudrait suivre tous les comptes Twitter et les groupes Facebook qui en parlent. Sans parler de la profondeur et de l’expertise nécessaires pour être en mesure de rassembler des informations à partir de messages de médias sociaux disparates afin d’obtenir une image globale de mouvements sociaux souvent complexes, il y a aussi le fait que nombre de personnes n’utilisent pas les réseaux sociaux.

A cela s’ajoutent les problèmes de sécurité sur les sites Web de médias sociaux et le fait que si la multinationale qui gère le site en question décide de passer à la censure pour quellle raison que ce soit (comme « inciter à la mauvaise forme d’action »), tous les articles et informations qui auront été produits au fil des ans disparaîtront avec le compte.

Le fait de trop s’appuyer sur des monopoles d’entreprises aussi centralisés, non seulement pour diffuser un contenu militant, mais aussi pour l’héberger et l’archiver, met en danger tout le contenu que nous créons. La question de savoir si de tels monopoles nous permettraient d’utiliser leurs plates-formes si nos mouvements commençaient à poser un sérieux défi politique aux pouvoirs en place est une toute autre question. Nous n’avons qu’à penser aux façons arbitraires dont certaines personnes ont été suspendues de Twitter ou à la facilité avec laquelle Facebook a bloqué les vidéos du roi thaïlandais pour avoir un aperçu d’à quel point il peut être dommageable de se rendre dépendant de telles plates-formes.

Réflexion sur les médias radicaux au Royaume-Uni

Contrairement à la situation en France, la situation britannique est beaucoup plus ambiguë. De nombreuses publications ont disparu ces dernières années. Des journaux ayant des dizaines d’années d’histoire comme Black Flag, Do or Die et Direct Action ont cessé de paraître, tandis que de nombreux journaux et bulletins locaux comme Schnews (Brighton), Hackney Independent (East London) et Now or Never (Norwich) ont connu le même sort.

De plus, la disparition d’Indymedia UK a fait en sorte qu’il n’existe plus de plate-forme centrale pour publier des nouvelles, des événements et du contenu anti-autoritaires, qui restent maintenant disséminés sur une multitude de blogs et de sites Web individuels. En même temps, les problèmes avec les médias sociaux mentionnés par les camarades français valent également pour le Royaume-Uni, beaucoup préférant l’immédiateté de comptes perso sur Facebook ou Twitter à la publication sur des sites d’information radicaux.

Cela dit, assez de pessimisme. Freedom, depuis qu’il est devenu un site d’information en ligne, a prospéré, publiant avec une régularité croissante et publiant une édition papier deux fois par an. Après avoir lancé un appel à contributions, nous avons également connu une augmentation du nombre de reportages ainsi que de nouveaux blogueurs et bloggeuses.

Il y a aussi d’excellentes nouvelles publications miliantes, la première d’entre elles étant Base Publication, qui produisent une superbe analyse de l’actualité. D’autres bulletins, comme Rebel City à Londres, et une foule de bulletins spécialisés sur un contexte précis comme Rebel Roo de Plan C (pour les courriers de Deliveroo), et le réseau IWW Courier Network Cymru (également pour Deliveroo et d’autres services de livraison d’aliments au Pays de Galles), ont vu le jour récemment et font un excellent travail.

Quand nous avons commencé [libcom.org>libcom.org], notre objectif était que notre couverture de l’actualité ressemble à celle du réseau Mutu (en plus du projet de maintenir une bibliothèque de textes historiques et théoriques, des introductions à des tendances politiques dont nous nous sentions proches ou des concepts que nous pensions utiles pour les gens nouveaux dans notre politique). Peut-être nous sommes nous trop dispersés ! Mais plutôt que de commencer par la mise en réseau de sites locaux dans une structure nationale/internationale plus grande (comme Mutu l’a fait), nous avons pensé que nous pourrions créer la structure avec notre collectif soudé et que les groupes locaux combleraient les lacunes. Cela ne s’est pas encore produit et ne se produira peut-être jamais.

il ne fait aucun doute que quelque chose comme le réseau Mutu serait un énorme coup de pouce pour la diffusion d’idées anti-autoritaires au Royaume-Uni.

Pourtant, il ne fait aucun doute que quelque chose comme le réseau Mutu serait un énorme coup de pouce pour la diffusion d’idées anti-autoritaires au Royaume-Uni : des sites web locaux où les gens peuvent partager des informations et des réçits sur les différentes luttes et mouvements qui se déroulent dans leur région, enracinés dans les contextes locaux, et qui pourraient, comme Mutu, créer progressivement un réseau du bas vers le haut qui couvrirait ensuite les parties importantes du pays. Ça semble loin et inaccessible, mais peut-être qu’illes se sont dits la même chose en France il y a cinq ans...

Initialement publié sur le site communiste libertaire anglophone Libcom, traduction française par Renversé.

[1D’autres problèmes mentionnés étaient le manque de connaissances locales et le besoin d’un plus grand nombre de traductions vers d’autres langues


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "MEDIAS "

Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE / MEDIAS

Langue de bois, novlangue, « serenicity » : gros mensonges

Serenicity serait une super pompier qui va sauver les citoyen.nes perdu.e.s du web, Serenicity une start-up pour écouter les oiseaux avec l’aval de CNIL ? Et le Progrès serait un journal d’information ?
Sur la question des micros à Beaubrun, on nous dit n’importe quoi. Petit décryptage.


Saint-Étienne et alentours   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / MEDIAS

La forêt avance : panorama des usages forestiers

Rencontre avec la revue Nunatak, dimanche 28 avril à Mézères (43) à partir de 16h.


Saint-Étienne et alentours   MEDIAS / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Sortie du Journal du carnaval 2019 : design-on l’ennemi !

Ce journal, sorti à l’occasion du carnaval de 2019, gratte pour voir ce qui se cache derrière la marque de Saint-Étienne comme capitale du design.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   MEDIAS

Le Gueuloir | anciens numéros

L’intégralité des numéros du Gueuloir précédemment parus disponible et téléchargeable sur le Numéro Zéro !


Saint-Étienne et alentours   MEDIAS

Le Déchaîné n°7 - Journal de gilets jaunes de Monthieu - est sorti !

Le septième numéro du célébrissime et incontournable journal des gilets jaunes du rond-point de Monthieu est arrivé ! Disponible dans des bars de la ville et au rond-point (lors d’actions ou quand il sera réoccupé), il est aussi téléchargeable ici.


Saint-Étienne et alentours Numero Zero   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEDIAS

« la Fête à Mutu » le samedi 16 mars à la Parole Errante !

Ce week end, l’équipe du Numéro Zéro monte à Paris pour « la fête à Mutu » ! Cantines incroyables avec « l’Internationale boulangère mobile » et la « Cantine antinucléaire de la Manche » et des concerts avec Grâce et Volupté VanVan, Mauvaise surprise, Claudiosaurus, 131.2 BPM.
Amenez vos potes pour soutenir avec nous ce réseau de sites d’infos coopératifs et de lutte.


Saint-Étienne et alentours   MEDIAS / MOBILISATIONS - LUTTES

Le Déchaîné n°6 - Journal de gilets jaunes de Monthieu

Le sixième numéro du désormais mythique journal des gilets jaunes du rond-point de Monthieu est arrivé. Disponible directement au rond-point et dans les bars de la ville, il est aussi téléchargeable ici.


Saint-Étienne et alentours   MEDIAS / MEMOIRE

[Radio] Huey P. Newton et le Black Panther Party

Émission « Du Trafic dans le Tiroir » sur Radio Dio - Épisode 05 : Huey P. Newton.
Du trafic dans le tiroir, qui est exceptionnellement renommé, l’Amérique quel foutoir. Nous allons vous raconter l’histoire de Huey Percy Newton, jeune homme devenant moins jeunes avec les années, jeune homme noir américain tout à fait intimement liée à une autre histoire, celle du Black Panther Party, dont on en profitera pour vous narrer quelques facettes ; sans facéties.


Saint-Étienne et alentours   MEDIAS / MOBILISATIONS - LUTTES

Le Déchaîné n°5 - Journal de gilets jaunes de Monthieu

Le dernier numéro du désormais célèbre journal des gilets jaunes du rond-point de Monthieu est arrivé. Présent aux ronds-points et dans les bars de la ville, il est aussi téléchargeable ici.
« Saint-Étienne a été agressé par quelques centaines de policiers sous le regard complice de l’État, qui prétend avoir tout mis en œuvre pour préserver l’intégrité physique des citoyens. Il est bien le seul à le croire. La réalité est différente et le ministre de l’Intérieur, tout comme le préfet, ont semblé nier la réalité, allant, pour le deuxième, jusqu’à qualifier les situations vécues entre les policiers et les manifestants de ’’ludiques’’. » (...)


A Lire ailleurs   MEDIAS / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Combat Syndicaliste n°439 - Décembre 2018

Au sommaire :
- Le harcèlement a encore tué
- Deux nouveaux suicides à la Poste en Dordogne.
- Quelle connerie, la guerre et les crocodiles ! Refusons l’armée et les guerres. Construisons un monde de paix !
- ...


A la une...

ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Grève pour le climat Saint-Étienne - #2  

Nous avons été très nombreux à Saint-Étienne pour le premier acte de ce mouvement mondial, il est temps de remettre ça ! Rendez-vous le 24 mai, 12 h place de l’Hôtel de Ville, départ 13 h.
« Pour la première fois depuis des décennies, nous, les jeunes, sommes convaincus que notre vie ne sera pas meilleure que celle de nos parents. La raison de cet avenir sombre ? Un modèle de société mortifère, qui détruit la vie sur Terre et défait les équilibres des écosystèmes et les liens sociaux. »


MEMOIRE
Voter c’est abdiquer  

En l’approche du scrutin du 26 mai, quelques pistes de réflexion sur un choix qui reste personnel, politique, philosophique et éthique. Ce qu’il faut retenir, c’est que le plus important se joue hors des urnes.


ANTIFASCISME
L’extrême droite italienne fixe un prix à la mort  

Alors que pas moins de 2 260 migrants ont péri l’an passé en tentant de traverser la Méditerranée, le gouvernement italien à l’initiative de Salvini ne trouve rien de mieux qu’annoncer un projet de loi toujours plus hostile à l’immigration. Si la loi n’est pas encore mise en place, il est important de lutter dès maintenant contre ce projet et toute autre dérive fasciste !


MEMOIRE
Zola, la “Vallée de l’Ondaine”, et le monde ouvrier  

En juin 2019 sera célébré le 150e anniversaire de la “Fusillade du Brûlé“ à La Ricamarie dans le sud de la Loire. Emile Zola s’inspira en partie de cet événement sanglant pour écrire son livre “Germinal“.
Sa description des modes de vie, d’organisation et d’action de ce monde de mineurs et de sidérurgistes dans les trois dernières décennies du 19e siècle, apparait pour beaucoup de lecteurs comme un authentique témoignage d’une réalité vécue. Toutefois, au regard de l’histoire, le comportement et les actions du mouvement ouvrier qu’il décrit sont bien loin de refléter la réalité des luttes de cette époque et la complexité de leurs enjeux.


MEMOIRE
Des Vermiraux à Saint-Genest-Lerpt  

Voici un tract distribué à Saint-Genest-Lerpt avant la représentation d’un spectacle de théâtre qui avait comme point de départ la révolte des Vermiraux.

« Aujourd’hui et ici on parle d’une révolte de gamins aux Vermiraux. Là bas, aux Vermiraux, il y avait une colonie, un lieu d’enfermement »


MOBILISATIONS - LUTTES
Récit de stéphanois à Lyon : Acte 26, nationale à Lyon  

Un appel national avait été lancé pour cet acte 26 le samedi 11 mai à Lyon. Une équipe du Gueuloir s’est rendu sur place. Récit d’une journée de mobilisation qui restera gravée dans les mémoires !


LOGEMENT - SQUAT
Campagne collective : on s’affiche pour le droit au logement !  

Depuis plus d’un mois maintenant vous avez pu voir fleurir sur les murs sales de notre bonne ville une campagne d’affiches de soutien aux personnes qui se font régulièrement expulsées de leurs abris. Parce que tout le monde à le droit à un toît et que nous manquons toujours de bras, à vos pinceaux, prêt’es ? Collez !


FLICAGE - SURVEILLANCE
Déambulation festive contre Serenicity, retour en image  

Samedi 10 mai, une grosse centaine de personne a défilé dans les rues du quartier Tarentaize-Beaubrun en musique et en costumes pour contester le projet d’écoute de l’espace public.


MEDIAS
Le journal du carnaval de l’inutile est en ligne !  

Le carnaval de l’inutile 2019, en plus d’avoir réussi à faire fermer pour une journée la biennale du design, déambulé dans la ville au coté des gilets jaunes, a publié son journal que vous avez peut-être déjà eu l’opportunité de voir traîner dans les plus beaux canis de la ville.
Ce journal est une proposition : une récolte d’anecdotes, de vécus, de prises de tête, de colères et de récits. C’est un constat subjectif de l’état de la ville par ses habitantes et habitants. Il nous faudrait choisir entre Saint-Étienne capitale des taudis et du Design. Franchement, on s’en fout, et bien d’autres questions demandent à être posées avant ça. Le journal est disponible ici.


REPRESSION - PRISON
Des gilets jaunes face à la justice... de classe : le juge vitrifie le parquet  

Le 30 avril 2019, le procureur requiert 1000€ dont 700 avec sursis contre Monsieur B., Gilet Jaune, pour une insulte visant le commissaire Gonon sur la page de La Loire en Colère. Le juge va au-delà, il prononce une peine de 1000€ d’amende, soit un SMIC à régler à l’État !

« Parfois la foule trahit le peuple, Monsieur B. vous avez trahi le peuple ce jour-là ! » (Monsieur le procureur, TGI de Saint-Étienne)


FLICAGE - SURVEILLANCE
L’installation des micros-mouchards dans le quartier Tarentaise-Beaubrun est repoussée  

Suite à la vive polémique suscitée par la publication des documents de la maire sur le projet de « Safe City » par la quadrature du net, la CNIL demande à la ville « des informations supplémentaires sur ce dispositif ». Pour autant la bataille continue et il ne faut pas baisser la garde.


LOGEMENT - SQUAT
Actions en soutien aux expulsé-e-s de la Bourse du Travail  

De nombreuses actions depuis le début du mois dont des performances / lectures ce vendredi 25 mai 2019 à 13h place de l’Hôtel de Ville.
La mobilisation de ces différents moyens d’intervention dans l’espace public nous rappelle notre devoir citoyen et incite à des gestes engagés en vue d’une solution de logement durable. Assurons un accueil en dignité !


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Projection-débat pour l’étape stéphanoise de l’Atomik Tour  

Le 15 mai 2019, le Dix-sept accueille l’étape stéphanoise de l’Atomik Tour, un infotour parti de Bure pour questionner notre rapport au nucléaire, mieux cerner les enjeux localement et susciter des actions.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Suite de la réquisition du portrait d’Emmanuel Macron à Sorbiers  

Suite à la réquisition du portrait d’Emmanuel Macron à Sorbiers le 26 avril, la maire a déposé plainte hier matin et la gendarmerie est venue remettre une convocation concernant Vincent Bony à son domicile dans l’après midi pour « vol en réunion ». L’audience aura lieu à la brigade de gendarmerie de Sorbiers (Loire), rue de l’entente, mardi 7 mai à 15h... Le communiqué d’Alternatiba est reproduit ici.


MEMOIRE
[Radio] Du trafic dans le tiroir #7 : Mohamed Saïl  

Émission « Du trafic dans le tiroir » sur Radio Dio - Épisode 7.
Nous sommes heureux d’accueillir dans cette émission, Alawa, habitant de Saint-Étienne qui nous aidera à nous orienter dans l’histoire, du début du siècle, entre la France et l’Algérie. Car nous convoquons ici le dit Mohamed Saïl, né en octobre 1894 à Taourirt village de la commune de Souk Oufella en Kabylie, mort en 1953 à Bobigny, militant communiste libertaire dont nous suivrons la trace et le parcours entre l’Algérie de sa naissance, la France et l’Espagne où il s’engagea un temps auprès des antifranquistes. Retour sur un kabyle anarchiste voguant entre Kropotkine, Bobigny ou encore la Kabylie...


MOBILISATIONS - LUTTES
Manifestation du 1er mai à Saint-Étienne : récit en image  

Mercredi 1er mai, 10h00, le cours Victor Hugo commence à se remplir. Pour cette traditionnelle mobilisation de la fête du travail répondent présent.e.s de nombreu.ses.x manifestant.e.s : de la CGT, de Solidaire, de la CNT, des Gilets Jaunes, de la FSU, de la France Insoumise, des JC, du Pink Block, de la RAP…


LOGEMENT - SQUAT
Être à la rue tue : un an après le décès de Jean-Claude  

Être à la rue tue. Il y a un an, le 1er mai 2018, est décédé Jean-Claude dit « Le Cow-Boy », qui vivait dans les rues stéphanoises.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Appel à soutien : réquisition citoyenne solidaire  

Appel à venir soutenir l’occupation de l’ancienne poste de Solaure pour y loger les personnes qui se trouvaient auparavant à la Bourse du Travail, et tou.te.s celleux qui en ont besoin.