Saint-Étienne et alentours Couac   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Les livres sont-ils assez design pour Sainté ?




Alors que la Fête du livre ouvre ses portes ce jeudi 11 avril 2018, nous proposons la lecture d’un article du Couac paru à l’issue de l’édition précédente. Les échos qui nous parviennent de l’événement à venir laissent à penser que certaines des interrogations soulevées – sur une organisation un peu hasardeuse, une sélection peu ouverte (cf. Fête des éditions A.E.C), le degré de précarité des participant.e.s – demeurent actuelles. Toute actualisation par la proposition d’un nouvel article ou l’ajout de commentaires est donc bienvenue !


Saviez-vous que la Fête du livre de Saint-Étienne est la plus ancienne manifestation de ce genre en France ? L’événement est certes un rendez-vous important d’octobre, on ne peut pas dire pour autant que les prix Goncourt et autres Renaudot s’y bousculent. Son rayonnement et sa réputation dans la profession (auprès des gratte-papiers, bédéistes, éditeurices et associé.e.s) n’égalent pas celle d’un festival d’Angoulême ou d’une fête du livre à Brive. Saint-Étienne serait-elle trop loin de Paris et de son ébullition littéraire ? Le TGV arrive pourtant bien jusqu’à Châteaucreux et relie les deux villes en trois heures et des brouettes, c’est pas le bout du monde ! D’où vient alors le manque d’envergure de l’édition stéphanoise de la Fête du livre ?

À Brive, c’est une association de libraires qui organise les festivités, choisit les auteurices et se charge de la programmation. À Saint-Étienne, une équipe contractuelle embauchée par la mairie prépare cette fête l’année durant. Bel investissement. Cependant, l’organisation manque d’implication des différent.e.s acteurices local.aux du livre, et notamment des libraires et des bibliothécaires. Invité.e.s à participer à des réunions de préparation une fois par mois, les libraires n’ont pas beaucoup de marge de manœuvre, d’après ce qu’ont pu nous dire celleux avec lesquel.le.s notre binôme d’enquête a discuté. Illes n’ont qu’un petit espace pour faire des propositions, et sont finalement plutôt cantonné.e.s à un rôle de consultation. L’un d’elleux nous a d’ailleurs fait remarquer que cette année, sur les badges fournis par la mairie, il n’était pas inscrit « libraire » mais « exposant ». Comme à la Foire ! Sous l’égide de la mairie, l’événement devient un énième rendez-vous promotionnel de l’action de la majorité. Sous un format déclinable à l’envi, du marché de Noël à la fête de la musique, l’événement semble davantage tourné vers l’effet vitrine et la performance chiffrée que vers l’accueil spécifique des auteurices. L’organisation d’une manifestation dédiée spécifiquement aux livres et aux idées, avec des partis pris forts et des animations spécifiques reste toujours à inventer…

Pourtant, des propositions, les professionnel.le.s du livre de Sainté en auraient :

  • proposer à des dessinateurices invité.e.s de réaliser l’affiche de chaque nouvelle édition (plutôt que de confier la com’ à une boîte lyonnaise dont les mises en scène photographiques laissent pour le moins sceptique) ;
  • acheter des tentes plus adaptées qui restent d’une année sur l’autre ou bien déplacer les stands dans des locaux en dur, au site manufacture par exemple (plutôt que de louer des tentes qui coûtent chaque année environ 100 000 euros d’après l’équipe logistique, soit 1/5e du budget) ;
  • faire une nocturne plutôt que d’étaler l’événement sur trois jours, ce qui implique de longues périodes creuses ;
  • faire participer des libraires des villes limitrophes : L’Hirondaine à Firminy et la librairie Bleue comme une orange de La Talaudière par exemple (on est une Métropole ou pas finalement ?) ;
  • mettre en place la gratuité des transports en commun pour permettre à tou.te.s de venir, réaliser un site internet consacré à l’événement plutôt que de batailler pour trouver un programme flou sur le site de la mairie, et caetera, et caetera !

Chaque année, la Fête du livre c’est entre 500 000 et 600 000 euros de budget. Pour quelle répartition ? Impossible d’en avoir le détail. Tout comme il est impossible d’obtenir le chiffre d’affaires global. Cette année encore, sur des points précis, l’organisation flottante a pu susciter des situations absurdes et gênantes, pour les intervenant.e.s comme pour les visiteureuses. La rue Praire, fermée à la circulation entre Jean Jaurès et Jacquard, devait permettre d’accueillir des animations. À part quelques bonshommes en carton, il n’y a pas eu grand-chose au final pour justifier la condamnation de la rue durant trois jours. Par ailleurs, un cahier des charges contraignant n’a permis de trouver que cinq restaurants (dont deux fermés le dimanche) qui ont accepté de servir un menu aux intervenant.e.s : deux heures d’attente pour manger ne laissent pas un souvenir des plus agréables. En ce qui concerne les partenariats, Karavan Tatoo qui devait accueillir dans son espace privilégié près de la place du Peuple une exposition de dessins de BD, s’est vue envoyer des photocopies de qualité médiocre sans encadrement : fin de toute collaboration possible à l’avenir. La rue de la république des livres quant à elle, réplique mineure de la rue de la république du design de mars dernier, a ouvert quelques rez-de-chaussée et regroupé dans chacun plusieurs associations en lien avec la presse ou l’édition. Autant dire que l’organisation d’animations a été compliquée à gérer dans ces espaces partagés…

Et pourtant, des atouts, cette Fête du livre en a : la gratuité des entrées, la variété des supports (romans, BD, albums jeunesse) et un public chaleureux avec lequel les auteurices ont plaisir à échanger, d’après les libraires. Nul doute qu’il suffirait d’un peu d’inventivité et d’audace… et une municipalité qui sache un peu mieux brasser les idées et déléguer les responsabilités.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans les mêmes thématiques...

Saint-Étienne et alentours Numero Zero   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / INFORMATIQUE - SECURITE

Rencontres et Soirée avec votre site préféré : Le numéro Zéro !

L’après-midi du 10 Novembre sera consacrée à des présentations et ateliers pour apprendre à mieux utiliser le site, et que le site réponde mieux à vos attentes. Puis le soir on boit, on mange, on continue à discuter, et, qui sait, on danse ?!


Informations globales   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

L’enseignement supérieur sur le site Lyon – Saint-Étienne, un millefeuille très fragmenté

La refonte programmée de l’université lyonnaise est dure à suivre, même pour celles et ceux qui y étudient ou y travaillent. Tentative d’éclairage syndicale et associative des sites concernés et de leurs relations.


Informations globales   CAPITALISME - GLOBALISATION / ECOLOGIE - NUCLEAIRE

Festival Les Mauvaises herbes

festival à Chadrac (43) organisé par l’association Nature & Progrès 43.
L’agriculture fournit l’essentiel de notre alimentation. Or, Le modèle agricole actuel détruit tout : l’écosystème, la santé des consommateurs et celle des paysans. Près d’un milliard de personnes dans le monde souffrent de la faim, alors que la malbouffe et l’obésité progressent. A terme, ce système met à mal notre capacité à nourrir l’Humanité. devant l’urgence de s’unit contre les « rouleaux compresseurs », paysans, consommateurs, citoyens, nous devons lever les freins pour développer l’agriculture de demain ! Rassemblons-nous pour comprendre et agir ensemble !


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Deuxième édition des Mots Délivrent, le festival littéraire du café-lecture le Remue-Méninges

Pour la deuxième fois, le café-lecture stéphanois investit ses locaux et tourne sa programmation vers la lecture, l’écriture mais pas que ... pour un festival gratuit, ouvert à tous et trans-artistique du 15 au 18 novembre


Saint-Étienne et alentours   CAPITALISME - GLOBALISATION / EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Formation en bricolage et maçonnerie pour les meufs, les gouines et les trans’

A la mi-octobre venez découvrir l’utilisation des outils à main et éléctroportatifs et la pose de « stuc » entre meufs, gouines et trans’


Saint-Étienne et alentours Couac   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Chère, très chère école privée !

Lors du conseil municipal de juin 2017, alors qu’était abordé le budget de Saint-Étienne, un chiffre avait retenu mon attention : sur les millions d’euros de dépenses de fonctionnement dans le domaine de l’éducation — dont une grande partie est dévolue aux écoles primaires et maternelles — pas moins de 2 millions étaient dévolues aux écoles privées de la commune, soit 25 % du budget tout de même. Je décidais de me pencher sur ce qui me semblait alors être un mystère.


Informations globales   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Gala d’arts martiaux dans le Trièves (Isère), le 15 et 16 septembre

L’ACL (amicale du combat libre lyonnaise) vous invite les 15 et 16 septembre à participer et/ou à assister à deux jours de rencontres sportives conviviales pour un festival d’arts martiaux à Saint Maurice en Trièves


Saint-Étienne et alentours   CAPITALISME - GLOBALISATION / EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

La cantine La Sassouille appelle à un chantier en mixité choisie meufs

La Sassouille est une cantine militante et itinérante Stéphanoise qui se met en place progressivement. Notre envie commune est de pouvoir offrir une bonne bouffe à prix libre et végétarienne sur différents lieux et collectifs en lutte.


Saint-Étienne et alentours Ça Roule   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Le féminisme à coup de fessier, atelier TWERK à Ça Roule !

Le twerking peut être une pratique féministe qui bouscule les normes de genre à coups de fessier. L’atelier suit le format classique d’un cours de danse, avec échauffement et apprentissage de différents mouvements de base du twerking.
Venez découvrir la puissance de votre derrière.


Saint-Étienne et alentours Numero Zero   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / FLICAGE - SURVEILLANCE

Rien à cacher sur internet ? Vous êtes sûr.e ?

Atelier samedi 23 juin à la Médiatheque de Tarentaize de 14h à 17h sur la surveillances des données personnelles et les moyens d’y résister.


Saint-Étienne et alentours Couac   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Quand l’école publique invente et réagit

Alors que des esprits malveillants pourraient simplement voir dans notre marmaille une future main-d’œuvre docile, trois écoles publiques du centre-ville de Saint-Étienne ont choisi d’éduquer les enfants sous le prisme de la coopération et de l’esprit critique. L’auteur de cet article a écrit pour Couac depuis l’intérieur de l’Éducation nationale, nous publions ici son travail d’enquête auprès de ses collègues enseignant(e)s et leurs élèves.


Saint-Étienne et alentours Couac   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Des associations au cœur des quartiers populaires

Les dossiers COUAC
À Saint-Étienne, des associations de quartier sont présentes dans les rues et au cœur des quartiers métissés et populaires. Retour sur les expériences dans le quartier Montferré dans les années 1970 et les activités actuelles de Terrain d’Entente dans le quartier Beaubrun/Tarentaize.


Saint-Étienne et alentours Couac   MEDIAS

Les Wauquiezeries (Couac, n°3)

Laurent Wauquiez, qui est à la tête de la région Auvergne–Rhône-Alpes et est aussi vice-président des Républicains et député de Haute-Loire, drague volontiers l’électorat FN. Ses dernières actions et déclarations en témoignent.


Saint-Étienne et alentours Couac   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

L’expérience design !? Notre ville n’est pas votre laboratoire…

Alors que se tenait la Biennale du design, Couac a souhaité publier cette tribune d’un habitant du quartier Jacquard, qui fait écho à la précédente édition de l’événement. Elle avait pour thème en 2015 « Les Sens du Beau ».


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEDIAS

Faîtes du libre

Des concerts, des ateliers pour apprendre et bricoler ensemble, du codage à la portée de chacune, des médias qui racontent des trucs qu’on n’entendra pas ailleurs, des échanges sur l’autonomie, des lieux et des collectifs qui se rencontrent...
Du 5 au 9 juillet à Sainté
Tout le programme est prix libre


Saint-Étienne et alentours Couac   MEDIAS / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Couac : réunion publique pour l’élaboration du prochain numéro

Couac, journal local sur Sainté et sa région, a sorti son numéro 3. Et déjà se profile un futur numéro, pour continuer l’aventure de ce canard : enquêter et informer de manière critique sur les événements et faits locaux, sur ce qu’on ne lira pas ailleurs, le tout avec dérision... Une réunion publique est proposée pour contribuer à l’écriture du journal le mercredi 3 mai 2017 à 19h30 au bar l’Entrepots.


Saint-Étienne et alentours Couac   MEDIAS / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Soirée de présentation du n°3 du Couac

Présentation du n°3 du Couac et repas à prix libre
Le numéro 3 de Couac (journal local d’enquête critique) sort des presses cette semaine ! Nous vous proposons de se rencontrer ce vendredi 31 mars 2017 à partir de 19h au bar Le richelieu (74 rue Michelet). L’occasion de découvrir ce nouveau numéro, de partager des envies d’écriture… et un repas à prix libre.


Saint-Étienne et alentours Couac   MEDIAS

Les Wauquiezeries (Couac, n°2)

À lire dans Couac n°2...

Partout, toujours. Laurent Wauquiez, l’homme aux multiples vestes rouges, à la tête de la région Auvergne–Rhône-Alpes, mais aussi vice-président des Républicains et député de Haute-Loire, ne se ménage pas. Depuis la sortie de notre numéro 1, l’homme fort de la Région se frotte à de multiples thématiques à tendance électoralistes.


Saint-Étienne et alentours Couac   REPRESSION - PRISON / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

La future prison de Saint-Bonnet-les-Oules, un autre « Grand Projet Inutile et Imposé »

[Les dossiers COUAC]
Début octobre, Manuel Valls annonce la construction de 33 nouvelles prisons, 32 maisons d’arrêt et un Centre Pénitentiaire. Dans la Loire, c’est la commune de Saint-Bonnet-les-Oules qui serait l’heureuse élue. Mais l’enfermement des êtres humains est aussi un marché bien juteux et les logiques qui sous-tendent à la construction de ces nouvelles prisons ont quelques points communs avec celles qui président aux « Grands projets inutiles et imposés ».


Saint-Étienne et alentours Couac   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Le PPP, les bénéfices au privé, les emmerdes pour tous !

[Les dossiers COUAC]
Le montage financier de la future A45 repose, comme la plupart des grands projets d’infrastructure récents en France, sur un Partenariat Public-Privé signé avec la filiale Autoroutes de Vinci, un « PPP ».


A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
Perturbons (aussi) les voeux de la République en marche  

Ce vendredi 24 janvier à 18h30 à Saint Just Saint Rambert, En Marche fait ses vœux. Les 4 parlementaires ainsi que David Cofer, le référent de la Loire, seront présents. À Bordeaux, Toulouse et même au fin fond de la Sarthe, la République en marche ne peut plus se pavaner sans se faire conspuer. À Paris, Macron en personne est obligé de se faire exfiltrer d’un théâtre en catimini avec sa garde prétorienne... Et dans la Loire ??


MOBILISATIONS - LUTTES
Marre de se faire rouler dans la farine ! Cortège vénèr et pâtissier vendredi 24 janvier !  

Ce mouvement contre les retraites ne semble pas vouloir s’arrêter, augmentons le rapport de force et prenons vendredi la tête de la manif avec un cortège vénèr et pâtissier : ramène ta farine !


DROITS SOCIAUX - SANTE
Perturbons l’inauguration du local de campagne En Marche Saint-Étienne  

Ce jeudi 23 janvier à 18h30 aura lieu au 29 avenue de la Libération l’inauguration du local de campagne En Marche Saint-Étienne, ceci est un appel à perturber joyeusement ces festivités. 47 jours que la grève continue, et depuis le 1er janvier de nombreuses cérémonies de voeux et autres mondanités ont été perturbées par des manifestant.e.s un peu partout en France. À notre tour de faire savoir à En Marche Saint-Étienne que l’ouverture de ses locaux n’est qu’une provocation de plus.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Épreuves de contrôle continu : ça bouge au lycée Honoré d’Urfé  

Lundi matin les premières épreuves de contrôle continu (E3C) devaient avoir lieu pour les lycéen.ne.s en classe de première. Les professeur.e.s ont décidé de les boycotter comme à Honoré d’Urfé. Entretien avec Estelle Tomasini du syndicat majoritaire SNES FSU.


MOBILISATIONS - LUTTES
Contre la réforme des retraites : agenda des actions et suivi de la semaine du 20 au 26 janvier  

Actions, manifestation et rassemblement, retraite au flambeau et pique-nique... La mobilisation continue !


TRAVAIL - PRÉCARITÉ
Programme des 6es Rencontres d’histoire ouvrière de Saint-Étienne : « Cent ans de communisme en France et dans la Loire »  

Dans le cadre du centenaire du Congrès de Tours, 6es Rencontres d’histoire ouvrière de Saint-Étienne organisée par le GREMMOS les 23 et 24 janvier 2020 aux archives départementales de la Loire.


MOBILISATIONS - LUTTES
La jeunesse stéphanoise violemment réprimée  

Cela fait quelques jours, qu’à St-Étienne, les forces de l’ordre répriment dans la violence toute tentative de grève des jeunes lycéens. Le préfet aurait-il peur des jeunes, pour les empêcher, à n’importe quel prix, de rejoindre le mouvement ?


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (2)  

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés, quatre Stéphanois sont jugés pour avoir diffusé des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Deuxième partie d’un texte en trois épisodes : Enquête et arrestations, automne 1882.


REPRESSION - PRISON
Les stades de foot, laboratoire où s’expérimentent les techniques de répression  

Il y a quelques jours, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel a rendu son verdict : deux matchs à huis clos (dont un avec sursis) pour les quelques centaines de fumis et le feu d’artifice en tribune lors du match contre le PSG. Pour lutter contre les « Ultras », l’État s’est doté depuis plusieurs années d’outils de répression fort sophistiqués. À Saint-Étienne, quelques irréductibles résistent encore et toujours au progrès et à la modernité, au nom de concepts éculés comme la liberté et les valeurs populaires du football. Discussion avec l’un des membres des Green Angels, un des principaux groupes de supporters stéphanois.


ANTIFASCISME
A Saint-Étienne, l’extrême-droite compte s’installer ‘pépouze’ en face de la Bourse du Travail !  

Sophie Robert, la bourgeoise cheffe départementale du Rassemblement national, accompagnée d’une dizaine de militants environ, a été surprise ces derniers jours dans un local du quartier Albert Thomas en train de passer la serpillière.


MOBILISATIONS - LUTTES
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (1)  

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés quatre stéphanois sont jugés pour avoir diffuser des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Première partie d’un texte en trois épisodes : 1.Grèves, révoltes ouvrières, effervescences libertaires et répression autour de Lyon et Saint-Étienne en 1882.


MOBILISATIONS - LUTTES
Blocus au lycée Honoré d’Urfé : charges, gazage et une arrestation  

Depuis le 5 décembre, une série de blocages est initiée par les lycéen·ne·s stéphanois·e·s dans leurs établissements. Après deux journées entières de blocage au lycée Fauriel, la direction menace les élèves de passer en conseil de discipline s’iels s’avisent de recommencer. Jeudi 9 décembre au lycée Honoré d’Urfé, c’est cette fois la Police qui s’est chargée de lever le blocus à coup de bombes lacrymos.


MOBILISATIONS - LUTTES
Retour sur la journée du vendredi 10 janvier contre la réforme des retraites  

Au programme : action péage gratuit et rassemblement devant le Medef !
Aujourd’hui, c’est le 36e jour consécutif de mobilisation pour les cheminot·e·s qui sont rejoint·e·s sur leur piquet de grève à 6h du matin à la gare de Chateaucreux par des militant·e·s syndicalistes, des profs, des étudiant·e·s, des GJ et des autonomes. Au total, plus de 60 personnes prennent la route pour le péage de Veauchette. Les caméras sont détournées, les barrières relevées et les premiers sourires s’esquissent.


INFORMATIQUE - SECURITE
Bad citizen : une nouvelle appli anti-répression  

Une nouvelle application d’informations juridiques pour apprendre à se défendre face aux institutions policières et judiciaires. L’application Bad Citizen vient d’être créée et mise à disposition pour smartphones. C’est un guide qui résume l’essentiel de ce qu’on doit savoir quand on se retrouve aux mains de la police et de la justice ou quand il faut aider un-e proche.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le député Jean-Michel Mis en marche pour promouvoir la reconnaissance faciale  

Après une première date à la Commission numérique de l’Assemblée nationale au mois de décembre, le député LREM Loire-Saint-Étienne, Jean-Michel Mis, organise un colloque sur la reconnaissance faciale le samedi 18 janvier 2020, à l’Amicale laïque de Chapelon.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Google et Sainté City  

Il y a tout juste six mois, Google inaugurait son atelier numérique à Saint-Étienne. Google a déjà les moyens d’en connaître beaucoup sur nous. Alors, pourquoi ce moloch veut-il s’implanter physiquement dans nos villes, particulièrement à Saint-Étienne ? Une enquête de Couac initialement parue au printemps 2019.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Débats sur la société de surveillance de masse  

Deux débats pour comprendre les enjeux de la mise en place de la société de surveillance de masse organisés par Halte au contrôle numérique, La Ligue des Droits de l’Homme Loire, Stop Linky 5G Loire et la Quadrature du Net - Le mercredi 8 janvier et le vendredi 7 février à Saint-Étienne.


CAPITALISME - GLOBALISATION
Culture, numérique et disruption sécuritaire à Saint-Étienne  

À travers un portrait d’Éric Petrotto, qui à la fois gère la Fabuleuse Cantine (un des lieux de restauration les plus « tendances » de la ville) et investit dans Serenicity (la société qui portait le projet d’installation de micros dans le quartier de Beaubrun-Tarentaize), Couac vous propose une enquête dans l’économie locale du numérique et son nouvel esprit du capitalisme.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Cartographier la surveillance  

À Saint-Étienne, difficile de circuler dans le centre ville sans être observé par Big Brother. Et en période de mouvement social, il n’est pas inutile de savoir où se situent ces yeux qui nous épient. Le site internet « Saint-Étienne sous surveillance » recense les caméras de vidéosurveillance disséminées dans la ville (estimées à 329). Entretien paru dans le Couac n°7 avec A., l’une des personnes qui en a été à l’origine, sur le contexte de sa mise en place et sa pertinence aujourd’hui.


MOBILISATIONS - LUTTES
10 jours de grève à Saint-Étienne  

Cela fait déjà 10 jours que la grève générale a débuté. 10 jours où travailleur.e.s, gilets jaunes, syndicalistes, étudiant.e.s, lycéen.ne.s jeunes et bien d’autres se retrouvent chaque jour dans la rue, sur des actions, dans des rassemblements, des AG etc… Mais qu’en est-il de la mobilisation à Saint-Étienne ?
Nous vous proposons ici un récapitulatif de plusieurs actions menées et des 5 grandes dates de rassemblement (5 décembre, Acte 56 des GJ, 10 décembre, 12 décembre et Acte 57 des GJ + Mobilisation des Algériens toute la semaine.)