Saint-Étienne et alentours Couac   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Les mille maux de l’enseignement du français aux étrangers




« Toute personne souhaitant s’installer en France doit parler le français » : sous l’apparente simplicité de cette phrase, répétée et déclinée inlassablement ces dernières années par les politiques de tous bords se cache un secteur d’activité extrêmement complexe. L’enseignement du français aux personnes étrangères pâtit des contradictions de l’État, du jeu de la concurrence et des discriminations, au détriment bien souvent des personnes auquel il est censé être destiné : retour sur une politique pleine d’arrière-pensées avec des militant.es de l’association Alpha.


Dans les années 2000 a été petit à petit mis en place le « contrat d’accueil et d’intégration », devenu en 2016 le « contrat d’intégration républicaine » (CIR) [1]. Ce document doit être signé par chaque nouvel.le arrivant.e (sauf personne ayant étudié dans un établissement français) qui s’engage ainsi à suivre des formations pour intégrer les lois et les valeurs français, à les respecter et à apprendre la langue française. En contrepartie, l’Etat s’engage à fournir lesdites formations qui doivent obligatoirement permettre d’arriver à un niveau minimum de maîtrise du français. A l’origine, le niveau visé était le A1.1, le plus basique ; depuis l’entrée en vigueur du CIR, il s’agit du niveau A1 selon le cadre commun de référence pour les langues de l’Union Européenne. Ce cadre commun de référence a été pensé pour des étudiant.e.s d’Europe occidentale, scolarisé.e.s depuis l’âge de 6 ans  ; aussi, le niveau « débutant » (A1) reste assez accessible sur le plan de l’oral, mais le niveau d’écrit peut représenter un vrai défi pour les gens qui n’ont jamais été scolarisés, notamment parce que la maîtrise de l’écrit n’est pas indispensable dans leur pays d’origine.
Les cours de français prévus par le CIR sont subventionnés par l’Etat, mais ne sont pas pour autant assurés par des fonctionnaires comme c’est le cas dans l’Education nationale. Ils sont assurés par différents organismes, par l’intermédiaire d’appels d’offre. Ainsi, chaque organisme de formation doit consacrer une part importante du temps de travail de ses salarié.e.s à monter des dossiers pour convaincre l’Etat qu’ils sont le meilleur partenaire à qui confier cette mission. Cette mise en concurrence devrait, selon les discours officiels, pousser chacun à faire « toujours mieux » avec des salarié.e.s « toujours mieux » formé.e.s et des formations « toujours mieux » conçues. Dans les faits, c’est surtout un facteur de précarité de l’emploi du point de vue des salarié.e.s, pour qui le CDI semble « toujours plus » inaccessible [2]. Du point de vue des bénéficiaires, l’accès à ces cours subventionnés n’a rien d’évident (tentez, pour vous en rendre compte, une partie du jeu de l’oie fourni en pages centrales) : il faut avoir auparavant franchi un bon nombre de barrières administratives auxquelles s’ajoutent les critères de sélection des organismes de formation ; notamment, certains n’acceptent que les apprenant.e.s maîtrisant déjà l’écriture et quelques bases de français  ; les autres sont orienté.e.s (théoriquement) vers les « ateliers socio-linguistiques » des centres sociaux, qui restent des acteurs majeurs de l’enseignement du français comme langue étrangère (FLE), dans la régions stéphanoise comme ailleurs. Petit aperçu de l’intérieur de l’organisation de ces cours avec les témoignages de Jean, fondateur de l’association Alpha, qui propose des cours de français ouverts à tou.te.s, sans condition ; Marie-Jo, bénévole et membre du conseil d’administration de cette association ; et Maria, qui participe à l’animation du réseau des ateliers socio-linguistiques de la région stéphanoise.

La place importante du bénévolat

Comment ça, « bénévole » alors que l’Etat s’est engagé à prendre en charge l’enseignement du français langue étrangère ? Eh oui, ce sont très souvent des bénévoles qui animent ces ateliers socio-linguistiques, et les subventions, nécessaires pour la partie logistique, sont loin d’être toujours garanties. D’abord, ce n’est pas l’enseignement du français langue étrangère en général qui est subventionné, mais celui du « français utile », celui qui va cibler un but précis et permettre un retour sur investissement, comme l’explique Jean : « Y’a deux orientations qui sont financées facilement maintenant, relativement facilement, c’est orientation professionnelle [des cours spécifiques pour aider à chercher un travail] et puis le fameux FLI, français langue d’intégration, [où] on fait juste ce qu’il faut pour que les gens ils puissent faire leur marché, et encore à peine, et puis remplir leurs papiers… comme si nous on le faisait pas ! Mais c’est inclus dans quelque chose de beaucoup plus riche. » Toujours pour être sûr d’avoir un retour sur investissement, les subventions ne sont accordées que si les bénévoles contrôlent que les gens qui viennent en cours ont bien le droit de rester en France. Votre dossier de demande d’asile n’a pas encore été traité ? Vous attendrez pour apprendre à parler français… Petit retour en arrière sur l’évolution des subventions municipales (celles accordées aux associations locales, pas celles pensées au niveau national) avec Jean et Marie-Jo :

Tant qu’on a été avec la municipalité de Vincent (ancien maire de St-Etienne) on a été aidé, surtout parce que y’avait Paulette Millet (conseillère municipale attachée à l’adjoint aux affaire sociales), et elle a fait le forcing pour qu’on ait des sous, si elle avait pas été là on aurait rien eu. Ça a marché le temps qu’il y avait Vincent. Après il y a eu une baisse de subvention de manière générale aussi, on a commencé à sucrer aux associations comme les nôtres, comment ils l’ont formulé ? Que c’était pas profitable d’enseigner le français à des personnes qui ne sont peut-être pas susceptibles de rester…

Donc, si on récapitule les critères pour obtenir des subventions : contrôler la régularité de séjour des bénéficiaires des cours, centrer l’enseignement sur l’administratif et la recherche d’emploi, et enfin, un troisième critère qui tient à l’organisation même de l’association : on favorise, selon Jean « des associations qui voulaient bien se couler dans le moule, organisées au niveau national, les épaules larges, un gros administratif… comme une entreprise. » L’inconvénient de ce mode de fonctionnement ? Il est lié à une division du travail entre coordination/administration d’un côté, et enseignement de l’autre. Un fonctionnement qui ne fait pas l’unanimité, pour Jean : « les salariés font leur boulot de salariés, les bénévoles viennent aider, ils font ce qu’on leur dit de faire, ils participent pas à la préparation, ils ont pas d’autonomie de fonctionnement. Il y a en général un salarié qui coordonne, et des bénévoles, en fait, qui font le travail… » Un autre inconvénient majeur du fait de confier les cours à des bénévoles, selon Marie-Jo : « il faudrait pas que ce travail de bénévole empêche les jeunes d’avoir un emploi ; mais ça c’est du ressort de l’Etat, c’est une volonté. J’ai entendu hier “il faudrait que les bénévoles se retirent de tout ça, ça créerait des emplois” ; mais voilà, il faudrait déjà qu’il y ait les sous, et là on serait très content de se retirer, non pas qu’on aime pas le travail… »
Marie-Jo, qui est entrée dans l’enseignement du français aux immigré.e.s en commençant par donner un coup de main pour « récupérer les clefs des locaux, faire le café et les photocopies », puis pour quelques heures d’atelier, insiste aussi sur l’importance de ne pas séparer bénévolat et administration, à partir de l’exemple de sa propre expérience : « Je me suis mise dans le conseil d’administration presque tout de suite parce que j’ai eu besoin de voir de l’intérieur. J’ai pensé que sinon je restais spectateur, un peu. […] C’est important de théoriser, si on reste que bénévole dans un atelier, ben on fait un atelier, allez hop, ça y est, on fait un autre atelier, un autre atelier… on arrive plus à retrouver la philosophie de l’histoire. » Justement, la philosophie de l’histoire d’Alpha, quelle est-elle ?

Ateliers socio-linguistiques et méthodes pédagogiques

L’idée c’était d’abord de s’occuper des demandeurs d’asile avec une méthode qui permette de recevoir tout le monde de façon inconditionnelle, de pas avoir d’horaires, pas avoir d’année scolaire, les gens arrivent quand ils arrivent. On essaie pas de dire nous on fait mieux que les autres, on essaie pas d’être un modèle, simplement qu’à Saint-Étienne il y ait un lieu où on peut proposer ça.

Les ateliers proposés à Alpha peuvent sembler assez déroutants pour qui est habitué à un enseignement plus scolaire : dans une grande salle, une cinquantaine de personnes (une dizaine de bénévoles, une quarantaine d’apprenant.e.s, jamais les mêmes d’une semaine sur l’autre) se réunissent pour faire des jeux, pour discuter ou écrire par petits groupes, pour essayer de parler devant tout le monde, pendant 2h. Une méthode qui n’est pas forcément miraculeuse pour tout le monde, reconnaît Marie-Jo : « il y en a qui ont besoin de travail scolaire », mais qui permet surtout d’accueillir tout le monde sans conditions. « L’intelligence collective » est au cœur des discours de Jean et Marie-Jo : les apprenant.e.s les plus avancé.e.s aident les débutant.e.s, traduisent pour les autres, ont la possibilité de s’investir dans le conseil d’administration… Pour Jean « c’est cette intelligence collective qui construit notre compétence, en essayant, en modifiant constamment notre façon de faire. ».
Intelligence collective au sein de l’association, entre bénévoles, entre bénévoles et apprenant.e.s, mais aussi entre les différents organismes d’enseignement du FLE dans la région stéphanoise. Maria, qui anime des ateliers sociolinguistiques, raconte comment elle s’est investie depuis 3 ans dans le réseau local. Ce réseau propose des formations de formateur.trice.s en FLE, à raison de 5 ou 6 fois par an. Les formations sont systématiquement co-animées par 2 formateur.trice.s de la région, « on ne fait pas appel à des spécialistes extérieurs », mais on essaie de progresser ensemble. Si on croise surtout des bénévoles à ces formations, elles sont aussi ouvertes aux salarié.e.s, mais qui y sont très minoritaires, « un ou deux », dit Maria. Pourtant, être diplomé.e en français langue étrangère ne garantit pas qu’on est suffisamment formé à la spécificité du terrain des ateliers socio-linguistiques : « c’est pas tout à fait la même réalité [que celle à laquelle un diplôme en FLE prépare], c’est pas comme d’enseigner dans une alliance française à l’étranger ». Parmi les questions qui reviennent le plus souvent dans les formations de formateur.trice.s, il y a celle de l’hétérogénéité des groupes : « Il y a des profils très différents, pas seulement pas rapport aux origines. Il y a une partie des personnes qui ont été scolarisées, d’autres personnes qu’on dit « alpha » et qui ne savent pas écrire leur langue ». Pour mieux appréhender la réalité de l’alphabétisation, des bénévoles ont suivi un mini-cours d’arabe, qui leur a permis de se retrouver soi-même dans la situation que connaissent de nombreux primo-arrivant.e.s : être confronté à un alphabet auquel on ne comprend rien.

Formation linguistique et insertion professionnelle

Se former en continu, savoir se remettre en question, se mettre à la place des apprenant.e.s… seraient-ils de meilleurs gages de qualité que la mise en concurrence des organismes de formation et la précarité qui en découle ? Le but ici n’est bien sur pas de nier l’intérêt de pouvoir suivre un cours plus intensif et plus cadré. On peut en revanche sérieusement s’interroger sur l’idéologie qui sous-tend les formations linguistiques subventionnées par l’Etat à travers des appels d’offre.
D’abord, il est à noter que la plupart des formations subventionnées sont menées dans un but d’insertion professionnelle, par des organismes qui proposent aussi toutes sortes de formations sur prescription de Pôle Emploi ou de la mission locale, comme « savoirs de base et dynamisation » ou « techniques de la recherche d’emploi » ou encore « émergence de projet professionnel ». Leur but est de permettre de « trouver le chemin de l’emploi » en France, car les emplois décents existent encore, ce sont juste les 10% de chômeur.euse.s qui ne savent pas les trouver, ou alors ne sont pas assez formés, ou pas assez compétents, pour les occuper. Ou quand on est pas « pas assez », on est parfois aussi « trop » : trop jeune, ou trop vieux, avec des contraintes familiales trop importantes, ou trop bronzé, ou trop femme. Alors, les formations sur prescription de Pôle Emploi peuvent vous apprendre à être un peu moins jeune (vous aurez vieilli de 6 mois à la fin de la formation), ou un peu moins femme, ou un peu moins musulmane : en effet, pour certain.e.s formateur.trice.s, déclarer en entretien qu’on est prête à enlever son voile pour trouver du travail est une condition sine qua non d’entrée en formation. Peu importe que les discriminations sur la base de signe religieux soient interdites dans tout autre emploi que la fonction publique : ce n’est pas aux employeurs de respecter la loi [3], c’est aux demandeur.euse.s d’emploi de démontrer leur volonté de s’adapter. Pour faire baisser le taux de chômage réel, ça marche moyennement… pour aider Pôle Emploi à répondre à ses objectifs fixés de nombre de formations prises en charge par an, par contre, ça le fait.
Un inconvénient majeur de cet état d’esprit est qu’on a tendance à prendre les bénéficiaires de formations linguistiques pour des cons. On les prend même tellement pour des cons que, dans des manuels de français spécialement conçus pour des cours à visée d’insertion professionnelle, on trouve une double-page entière de liste de vocabulaire pour parler de ses difficultés, une autre double-page entière pour parler de ses défauts, mais on cherche toujours celles qui donnent le vocabulaire pour parler de ses atouts et de ses qualités. Même si beaucoup d’immigré.e.s arrivent bardé.e.s de diplômes, les faire reconnaître en France, c’est la croix et la bannière. Certains diplômes étrangers sont reconnus en France, d’autres non. Dans le cas par exemple des diplômes médicaux, si l’équivalence est reconnue (en fonction de la nature du diplôme et du pays où vous l’avez passé), il faut passer par un parcours du combattant administratif pour obtenir l’autorisation d’exercer en France. Si votre diplôme d’opticien n’est pas reconnu, vous avez toutes les chances de vous retrouver orienté.e vers une formation de type « pré-qualification aux métiers du nettoyage » (authentique). En effet, changer de pays est souvent synonyme de « déclassement social », c’est-à-dire d’être contraint d’accepter n’importe quel boulot malgré un haut niveau d’études, de compétences, d’expérience professionnelle... Mais bon, ce n’est pas comme si on se plaignait des déserts médicaux en France…
Dans le discours des grands organismes de formation, on a souvent l’impression que les gens arrivent en formation sans aucun bagage intellectuel, sans aucune connaissance ; alors que leurs connaissances sont tout simplement différentes. Ils et elles ne parlent pas français, mais parlent une, ou souvent plusieurs autres langues ; les codes sociaux français peuvent parfois leur sembler obscurs, parce que ceux qu’ils et elles maîtrisent sont différents ; pas absents, pas moindres, juste différents. Ça semble une évidence, et pourtant… « Il y a des pays où il y a pas de bonjour, il y a pas d’au revoir (expliquait ainsi un formateur à une étudiante médusée qui aurait bien aimé qu’il lui dise lesquels), alors on leur apprend… on leur apprend… on leur apprend… on les assiste… ». A croire que les étranger.ère.s n’apprennent rien par eux-mêmes, et ont en permanence besoin d’être « assistés ». Et pourtant, toute personne ayant vécu dans un autre pays le sait, même si les cours aident beaucoup, une langue ça s’apprend surtout dans la rue, en parlant avec les gens. Et ce, d’autant plus facilement que les gens ne vous prennent pas pour un.e idiot.e…

[1Faut-il préciser pour quelles raisons on a voulu, en 2016, en remettre une couche sur les valeurs « républicaines » ? On peut relever que c’est dans la même période qu’on a parlé d’instaurer un « service civique républicain » obligatoire, des cours de « morale laïque » à l’école (en fait, l’école de Jules Ferry à la fin du XIXe siècle comprenait déjà des cours de morale laïque, où on l’on développait l’esprit patriotique des enfants à grands renforts de cartes de France où l’Alsace-Moselle était voilée…), et que même les animateur.trice.s de centre de loisirs ont vu ajouter à leurs fonctions un paragraphe sur la défense des valeurs de la République, notamment la laïcité.

[2Le financement n’étant jamais garanti sur le long terme, mais seulement le temps de la mission, les contrats de travail sont pensés en conséquence.

[3D’autant que les lois sur les discriminations à l’embauche sont difficiles à faire respecter, faute de preuves matérielles à présenter.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans les mêmes thématiques...

Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Débat « Démocratie, représentation, peuple. Comment la contestation des Gilets jaunes (re)définit ces termes ? »

Le mouvement des Gilets jaunes dure depuis plus de six mois. Cette mobilisation pose de profondes questions sur le fonctionnement du système démocratique en France et sur ses fondements mêmes. Débat avec Samuel Hayat et les Gilets jaunes à l’Amicale laïque de la Richelandière (82 rue de la Richelandière), mercredi 12 juin 2019 à 19h.


National   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Rencontres antinucléaires à Grenoble

Samedi 15 juin, journée de rencontres antinucléaires au 38 (38 rue d’Alembert, Grenoble).


International   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / EXPLOITATION ANIMALE

Morsures : rencontres antispécistes

Les 4, 5 et 6 octobre 2019 auront lieu à Genève trois jours de rencontres contre l’exploitation animale. Save the date !


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Nouvel atelier de conversation en français langue étrangère « Bouches à oreilles »

Pour se rencontrer au travers de la la langue française, découvrir sa ville et ceux qui la peuplent. Pour discuter simplement et librement, de tout et de rien... Destinés aux nouveaux et nouvelles arrrivant.e.s comme aux stéphanois.e.s de longue date.


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MOBILISATIONS - LUTTES

Mobilisation et grève contre la loi « Fonction Publique » et la loi « Blanquer »

RDV à Saint-Étienne, mardi 19 mars 2019. Départ à 10h30 cours Fauriel devant la CCI en direction de la préfecture.


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MOBILISATIONS - LUTTES

Pour que l’université reste accessible à tous !

Après une mobilisation fin janvier, des syndicats étudiants et enseignants de l’Université Jean Monnet appellent à un rassemblement le vendredi 1er mars 10h30 devant le site Tréfilerie de l’Université Jean Monnet. Leur communiqué est reproduit ici.


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Football militant

La Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT) vient de publier un communiqué de solidarité à l’égard des migrant.e.s et des militant.e.s du Briançonnais et de mettre à jour sa présentation très sociale du sport et des loisirs.
Retour sur cette association très active dans la Loire, et zoom sur le foot à 7, ou foot autogéré !


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MOBILISATIONS - LUTTES

Assemblée Générale au campus Tréfilerie

Mardi 29 janvier à 18h à l’amphi E.01.
Face aux augmentations des frais d’inscription, à la mise en place de la sélection et à la répression policière. Faisons entendre notre voix !
Communiqué des ex-occupant.es de l’Amphi.


A Lire ailleurs   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / REPRESSION - PRISON

Conseils à l’attention des personnes blessées par la police et de leurs proches

Après le déchaînement de violence policière de ces dernières semaines à Saint-Étienne et partout en France, il semble pertinent de publier ce petit tutoriel rédigé par le collectif Désarmons-les.

Mise à jour :


A Lire ailleurs   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / FLICAGE - SURVEILLANCE

Ne jamais éteindre son téléphone : une nouvelle approche à la culture de la sécurité

Dans les années 80, un/e anarchiste qui voulait, par exemple, mettre le feu à un bâtiment administratif, élaborait son plan et en même temps elle/il regardait s’il n’y avait pas de dispositifs d’écoute chez lui/elle. A la fin des années 90, le/la même anarchiste éteignait le téléphone et utilisait des messages cryptés sur internet. Avec l’approche des années 2020, il nous est nécessaire de repenser notre stratégie : la collecte d’informations s’est améliorée et nous devons tenir compte aussi de cela.


Saint-Étienne et alentours   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Manifestation pour sauver le climat et le droit d’asile

Samedi 25 mai - Mobilisation européenne #STOP DUBLIN*
RDV à partir de 10h à la Bourse du travail.
Marche pour le droit d’asile et pour le climat.
À midi : partage de pique-nique et prises de paroles au parc du Puits Couriot.
Et aussi, de 13h à 17h après-midi partage place de l’hôtel de ville : lectures et goûter sont prévus (n’hésitez pas à amener des textes qui vous semblent cohérents).


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   ANTIFASCISME / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

L’extrême droite italienne fixe un prix à la mort

Alors que pas moins de 2 260 migrants ont péri l’an passé en tentant de traverser la Méditerranée, le gouvernement italien à l’initiative de Salvini ne trouve rien de mieux qu’annoncer un projet de loi toujours plus hostile à l’immigration. Si la loi n’est pas encore mise en place, il est important de lutter dès maintenant contre ce projet et toute autre dérive fasciste !


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

1 Toit = 1 Droit Entrainement Solidaire

Entraînement solidaire self-défense en soutien aux personnes sans-abri


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Campagne collective : on s’affiche pour le droit au logement !

Depuis plus d’un mois maintenant vous avez pu voir fleurir sur les murs sales de notre bonne ville une campagne d’affiches de soutien aux personnes qui se font régulièrement expulsées de leurs abris. Parce que tout le monde à le droit à un toît et que nous manquons toujours de bras, à vos pinceaux, prêt’es ? Collez !


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Ça vient de loin

On deviendra pas grand.e.s
Si ça veut dire se taire


National   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Appel à manifester contre les frontières, à Montgenèvre et dans toutes les villes

A la frontière comme ailleurs, luttons contre les politiques migratoires.
Organise ta manif dans ta ville ou rejoins-nous sur le col de Montgenèvre le 20 avril à 11h.


National   DISCRIMINATIONS - RACISME / LOGEMENT - SQUAT

[Info Gisti] Expulsions de terrain et de squat - sans titre mais pas sans droits

Voici une brochure qui répond à nombre de nos questions sur le squat et les expulsions !
2e édition, Fondation Abbé Pierre / Gisti / Romeurope


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Repas solidaire à une famille dans le besoin

Arnold, Irina et leurs 3 enfants (6 et 8 ans) sont en France depuis trois ans et ont quitté la Russie où ils vivaient sous menaces de mort. Aujourd’hui déboutée du droit d’asile et en procédure pour qu’Arnold soit reconnu étranger malade, la famille n’a accès ni aux droits sociaux ni aux aides au logement.
Nous organisons un repas solidaire à prix libre samedi 16 mars 2019 pour aider à financer le loyer de l’appartement et toutes les charges qui sont liées.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Soutien à la Maison Solidaire !

Appel à soutien de la Maison Solidaire de Saint-Étienne : recherche urgente d’hébergements et appel aux dons et au bénévolat pour le fonctionnement de l’association qui aide les personnes en exils et/ou à la rue dans l’accompagnement auprès de structures d’insertion, l’accompagnement juridique, l’hébergement, l’aide au récit, à l’alimentation, cours de français, habillement, etc.


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   GENRE - FEMINISME / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Lesbiennes de l’immigration

Rencontre avec l’auteure de Lesbiennes de l’immigration, construction de soi et relations familiales (éditions du Croquant). Ce livre, issu d’une thèse, traite de la question du lesbianisme dans un contexte migratoire et post-migratoire en France. Comment les rapports sociaux de sexe, de race, et de classe influencent-ils la construction sociale du lesbianisme ? Quel est le processus par lequel ces femmes construisent des parcours lesbiens dans un contexte migratoire et post- migratoire ?


A la une...

MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Ouverture de l’antenne bénévole SOS MÉDITERRANÉE à Saint-Étienne  

Les bénévoles de l’antenne de Saint-Étienne vous invitent à la soirée de lancement. SOS MÉDITERRANÉE est une association de citoyens européens décidés à agir face à la tragédie des naufrages à répétition en Méditerranée centrale. Ses équipes poursuivent trois missions : sauver des vies en mer, protéger les rescapés et sensibiliser l’opinion publique.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
[Oulx] Appel à la solidarité contre les répressions à la frontière franco-italienne  

Située à dix km de la frontière italienne, Oulx est un carrefour obligé sur la route vers la France. Depuis décembre, la Casa Cantoniera Occupata est un lieu autogéré pour toutes celleux qui veulent s’organiser contre le dispositif frontalier, pour celleux qui veulent le franchir ou le détruire. La Casa a besoin d’aide et lance un appel à toutes celleux qui ont envie d’agir, dès maintenant et pour tout l’été.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Rassemblement contre la réforme de l’assurance chômage  

Mercredi 26 juin à 10h30 devant la maison de l’emploi. Ripostons à l’attaque sans précédent du gouvernement contre les chômeuses et les chômeurs !


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
« Cœur d’Histoire » : beaucoup de bruit pour...  

Jeudi 20 Juin 2019 à 18h dans une salle de la Bourse du Travail avait lieu une réunion durant laquelle le maire de Saint-Étienne et son adjoint à la politique du logement Monsieur Jean-Pierre Berger, remettaient une synthèse des quatre ateliers thématiques qui se sont déroulés ces derniers mois, dans le cadre du projet « Cœur d’Histoire », des ateliers auxquels ont participé tout au plus 300 habitant.es., qui, aux dires des Stéphanois.es interviewé.es pour cet article, n’étaient pas très représentatifs de la population dans son ensemble.


FLICAGE - SURVEILLANCE
GJ, six mois plus tard : après la répression policière, la répression judiciaire  

Interpellés lors de l’acte VIII du mouvement des Gilets Jaunes, deux stéphanois – accusé d’outrages, rébellion et violence sur « agents dépositaires de l’autorité publique » – étaient à la barre du tribunal correctionnel mercredi 12 juin.


MOBILISATIONS - LUTTES
Les ouvriers de Colas en grève  

Les ouvriers de colas se sont mis en grève pour demander l’annulation du licenciement de leur collègue.


AIDE A LA REDACTION
Topo Numéro Zéro 2019  

Le Numéro Zéro existe depuis 2003. Rapide retour en archives sur son histoire et son fonctionnement.


MEDIAS
Fête du Numéro Zéro  

Samedi 29 juin, Numéro Zéro fête ses 16 ans, 2 mois et 4 jours à Ursa Minor !
Stands, rencontres, concerts et cotillons !
Ouverture des portes à 17h et à 18h : rencontre autour des squats, des luttes pour le logement et des sans-papiers, avec le collectif l’amphi Z de Lyon et les personnes en lutte à Saint-Étienne.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Qui est Magali Tabareau, la juge attaquée chez elle au LBD ?  

Lundi 17 juin 2019 vers 9h30, deux personnes munies de casques de moto ont sonné à la porte de la présidente de la cour d’assises de Versailles, Magali Tabareau, à Nézel. Lorsqu’elle a ouvert sa fenêtre, elle a reçu un tir de Lanceur de Balle de Défense en plein visage, sous l’œil. Elle a été hospitalisée dans la foulée, victimes de multiples fractures. Article publié sur Desarmons-les !


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Soutien aux mobilisations en Algérie : quinzième rassemblement à St-Étienne  

Alors qu’en Algérie la contestation ne faiblit pas pour réclamer la fin du système que symbolisait l’ancien chef de l’État Bouteflika, la solidarité continue à s’exercer à l’étranger. Dimanche 16 juin se tenait à Saint-Étienne le quinzième rassemblement en soutien au peuple algérien.


MEMOIRE
La fusillade du Brûlé à La Ricamarie, c’était il y a 150 ans  

Ce n’est pas d’aujourd’hui que le pouvoir blesse, mutile et tue. Il y a cent cinquante ans jour pour jour, le 16 juin 1869 à La Ricamarie, la troupe tire froidement et sans sommation sur des mineurs en lutte et leurs soutiens. Bilan : quatorze morts. Retour sur cet événement marquant de l’histoire du mouvement ouvrier avec un extrait de l’ouvrage de Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1865 à nos jours.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Pétition en ligne contre l’installation de micros à Beaubrun-Tarentaize  

Le collectif SERENICITY lance une pétition en ligne contre l’installation de micros à Beaubrun-Tarentaize. Signez ! Diffusez ! Cette pétition et les signatures collectées seront ensuite envoyées à la Commission nationale informatique et libertés avec un courrier d’explication.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
[Radio] Joie, rage et courage - Qu’est-ce qui se trame ?  

Alors qu’une troisième ligne de tramway va arriver à Saint-Étienne, retour sur les choix de construction des lignes de tramway et les projets de restructuration urbaine avec la gentrification en toile de fond. Petit exemple de lutte contre les transports payants avec les mutuelles des fraudeur-euses et les actions des R.Z. en Allemagne à la fin des années 70.


LOGEMENT - SQUAT
Logement : pas de repos sur Les Lauriers  

Si le rejet par le tribunal de l’expulsion de la Poste à Solaure a donné un peu de répit à ces personnes à qui l’on refuse l’accès à un logement, il n’en demeure pas moins qu’elles sont contraintes, ici comme ailleurs, de vivre dans un squatt. Rencontre avec un de ceux qui slaloment entre les squats, la rue et l’hébergement d’urgence (article paru initialement dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019).


MEMOIRE
Récit de l’histoire des centres sociaux et des politiques culturelles  

Une après-midi de février, dans un bar du quartier Tarentaize-Beaubrun, entretien fleuve avec Alawa Bakha, sur l’histoire des centres sociaux et les politiques culturelles et sociales à Saint-Étienne. En voici des extraits, parus dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Quartier Saint-Roch : nouveau théâtre de rénovation urbaine  

Article paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile du 30 mars 2019.
La transformation du quartier Saint-Roch vise à redynamiser un quartier qualifié de « précaire », « peu attractif », « peu sécuritaire ». L’aspect participatif du projet est revendiqué par les aménageurs. Nous avons donc mené l’enquête et nous sommes interrogés sur le lien entre l’EPASE (Établissement public d’aménagement de Saint-Étienne) et les associations du territoire.


REPRESSION - PRISON
Ambert : Silence obstiné et contrôle acharné (et inversement)  

Cela fait maintenant un an que deux personnes sont inculpées et placées sous contrôle judiciaire dans le cadre d’une instruction criminelle, accusées d’avoir tenté de brûler un véhicule d’Enedis à Ambert en juin 2017. Ce CJ les empêche notamment de rentrer en contact l’un avec l’autre ainsi qu’avec 5 autres personnes, les contraint à ne pas quitter le département et à pointer deux fois par semaine.


LOGEMENT - SQUAT
Une expulsion rejetée comme une lettre à la poste  

Le 14 mai, dans la boîte aux lettres de l’ancienne poste de Solaure est arrivé un courrier, plus précisément une requête cachetée du sceau de la commune de Saint-Étienne. La présente convoquait l’occupant officiel des lieux à une audience au tribunal administratif de Lyon le 24 mai 2019. Récit du procès.


LOGEMENT - SQUAT
Pas d’expulsion à Solaure ! Conférence de presse et rassemblement  

Ce mardi 4 juin, appel à rassemblement place Jean-Jaurès à 17h30 pour une conférence de presse à propos du droit au logement pour tou.te.s et de la situation des personnes en demande d’asile à Saint-Étienne.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le Couac n°7 est sorti !  

L’équipe du Couac vous présente un nouveau numéro de son pigeon dépenaillé. Avec une formule qui ne change pas : des brèves, des articles d’actu et d’investigation sur différents thèmes ainsi qu’un dossier. Un dossier cette fois consacré aux différentes formes de contrôle sur la ville et ses habitant.e.s. On vous propose ici l’édito du numéro.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Luttes en Grèce - Rencontre avec des membres de Rouvikonas  

A l’occasion d’une tournée en France et en Belgique, des militants de Rouvikonas viendront à Saint-Étienne, au lieu autogéré La Dérive (91 rue Antoine Durafour) le mercredi 5 juin à 19h.
Comment résister face au durcissement des régimes politiques en Europe ? Comment sortir du capitalisme et de la société autoritaire ? Sur quelles bases créer des convergences de luttes ? Que propose Rouvikonas ?


FLICAGE - SURVEILLANCE
Google et la Safe City  

Article paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019. Un « atelier numérique Google » va s’installer à Saint-Étienne, sans doute à l’angle de la place Jean Moulin et de l’avenue de la Libération (ex Royal). Au-delà du barnum organisé autour de cette arrivée par G. Perdriau et J.M. Mis, député LREM, que peut bien signifier cette installation, ainsi que l’annonce de Serenicity, dispositif d’écoute sonore de l’espace public ?


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
La jeunesse, mobilisée pour le climat et réprimée  

Retour sur la seconde mobilisation à Saint-Étienne le 24 mai suite à l’appel international Youth For Climate : une belle mobilisation mais une répression policière inattendue et scandaleuse !


FLICAGE - SURVEILLANCE
The wire, Tarentaize sur écoute  

L’installation par la mairie de Saint-Étienne de micros dans le quartier Beaubrun-Tarentaize-Couriot est critiqué par des institutions scrutant le respect des libertés publiques et contesté dans la rue. En mars déjà, le journal du Carnaval de l’Inutile dénonçait le projet.


MOBILISATIONS - LUTTES
Récit de stéphanois à Lyon : Acte 26, nationale à Lyon  

Un appel national avait été lancé pour cet acte 26 le samedi 11 mai à Lyon. Une équipe du Gueuloir s’est rendu sur place. Récit d’une journée de mobilisation qui restera gravée dans les mémoires !


REPRESSION - PRISON
Des gilets jaunes face à la justice... de classe : le juge vitrifie le parquet  

Le 30 avril 2019, le procureur requiert 1000€ dont 700 avec sursis contre Monsieur B., Gilet Jaune, pour une insulte visant le commissaire Gonon sur la page de La Loire en Colère. Le juge va au-delà, il prononce une peine de 1000€ d’amende, soit un SMIC à régler à l’État !

« Parfois la foule trahit le peuple, Monsieur B. vous avez trahi le peuple ce jour-là ! » (Monsieur le procureur, TGI de Saint-Étienne)