Saint-Étienne et alentours Couac   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Loi Travail : la répression continue




Si la Loi Travail a été adoptée à l’été 2016, la répression envers les personnes ayant participé aux protestations contre le texte au printemps continue en revanche à être d’actualité. Jeudi 13 septembre 2018, huit personnes sont convoquées au Tribunal de grande instance de Saint-Étienne (leur avocate va demander un report). Le procès le plus emblématique est celui engagé contre Martin P. On y revient avec des articles du Couac.


Prime à la casse ? Récit de l’audience du 9 octobre 2016

Le 9 octobre 2016, Martin était appelé à comparaître devant la Cour d’appel de Lyon. Le jugement en 1re instance datait de septembre 2016 [1]. Il avait alors été reconnu coupable de faits de violences sur sept policiers qu’il aurait blessés à lui seul en moins d’une minute ; et condamné à 8 mois de prison avec sursis, à un total de 3850 € d’amende à titre d’indemnités pour les policiers victimes, et à 5 ans d’inscription au casier judiciaire n° 2, qui signifie interdiction pendant cette période d’exercer dans la fonction publique. Tant Martin, que les policiers et le procureur avaient décidé de faire appel de ce premier jugement.

C’est une foule nombreuse de soutiens, ami-es, camarades politiques et syndicaux de Martin, parfois venu-es de loin qui se massent ce 9 octobre devant le palais de justice « historique » de Lyon et ses 24 colonnes (quartier Saint-Jean). Martin est jugé pour des faits qu’il aurait commis lors d’une manifestation du mouvement contre la Loi Travail du printemps 2016 à Saint-Étienne, et le nombre de personnes présentes au procès témoigne des traces vivaces dans les esprits de ces moments d’agitation sociale. Dans la salle d’audience, l’ambiance est nettement moins punchy. Déjà parce que le tribunal fait la surprise de prévoir un réduit d’environ 20 places, quand les soutiens à l’extérieur sont venus plutôt à 200. Belle formule que les mots d’audience publique. Mais venons-en au contenu.

L’avocate de Martin, Me Thiébault, commence par demander à la Cour de prononcer la nullité de la procédure. Elle pointe que le procès de son client est inéquitable : la défense n’a absolument pas eu accès aux preuves majeures des faits reprochés (voir plus loin). Jamais ne lui a été montrée LA vidéo qui est censée l’accabler. Mais dans cette affaire comme dans toutes celles de violences sur des policiers ou par des policiers, ces derniers sont enquêteurs et parties prenantes... L’avocate demande également la nullité de sa garde à vue : ayant eu lieu plusieurs jours après les faits, elle apparaît comme une pure et simple mesquinerie de la part des enquêteurs, qui n’avaient nul besoin de cela pour interroger Martin P. Celui-ci, absent lors de la perquisition qui devait le cueillir, s’est en effet présenté le jour même au commissariat sur demande des policiers. Dans sa GAV, rien n’a été fait pour organiser une confrontation avec les policiers-victimes, ceux-ci ayant « quitté leur service ». C’est de 24 h de détention gratuite dont écope Martin P. à ce moment…

La Cour entame ensuite le traitement du fond de l’affaire, par un rappel des faits : le 12 mai 2016, une manifestation a lieu devant la permanence du député PS de l’époque J-L Gagnaire à Saint-Étienne. Des manifestants réussissent à s’introduire dans le bâtiment pour y déployer une banderole, mais ils y sont retenus par un équipage de la BAC (qui va jusqu’à les tenir en joue !). Pour « dégager la voie » dans la rue remplie de manifestants, des policiers de la CDI (Compagnie Départementale d’Intervention, chargée du maintien de l’ordre) s’avancent, menaçants, en frappant leurs boucliers de leurs matraques… Des personnes présentes dont Martin P. se retrouvent bloquées sur un trottoir étroit, entre la rangée de policiers-tortues ninja qui progresse et une foule dense, ne pouvant s’extraire facilement. C’est sur ce moment précis de la manifestation, que Martin P. est sommé de s’expliquer sur les gestes qu’il aurait eu. Les policiers de la CDI disent avoir été agressés et frappés par « trois individus violents », parmi lesquels ils auraient ensuite reconnu Martin P. sur la base de photos issues d’une vidéosurveillance. La Cour lui notifie, entre autres, les ITT constatées sur les policiers-victimes, sur la base de « douleurs, blessures, chocs psychologiques ». Le procureur et l’avocat des parties si-viles n’ont par la suite à la bouche que des gaffes (oublis du nom du prévenu…) et des arguments fragiles, peu étayés, peu préparés ; pour demander confirmation de la peine prononcée en première instance pour l’un, et pour l’autre, augmentation des réparations financières pour ses clients, à titre de dommages.

La défense est ensuite appelée à plaider. Le scénario que l’avocate décrit apparaît de plus en plus ubuesque : une seule personne est ici accusée d’avoir infligé des blessures à sept policiers casqués, avec boucliers et équipements de protection. Dans leurs dépositions imprécises voire inexistantes (l’un d’eux déclare « je ne vois pas à quoi sert de témoigner » !), un seul d’entre eux est affirmatif sur le fait d’avoir été « violenté » : « ils ont cassé mon casque et mon bouclier »… Mais peut-être pas par Martin : sur présentation de sa photo, il déclare : « Ah mais non, c’était pas lui en fait ! ». Le récit policier est manifestement incohérent, et ils sont 7 à porter plainte alors qu’on ne voit que 5 policiers charger sur les photos… Un dernier élément, s’il en fallait, est avancé sur la fin de l’audience par l’avocate : en date du lendemain des faits, on voit sur des photos dans la presse locale, plusieurs des policiers, pourtant déclarés « blessés » et inaptes au travail, qui assistent à la visite à Sainté du ministre de l’Intérieur de l’époque, B. Cazeneuve...

De cette audience, il ressort que la police revancharde a dû se contenter de prendre en exemple une seule personne, et la pointer comme particulièrement « violente » au milieu d’une foule (prétendument) très hostile. Peu soucieuse de sa crédibilité, aurait-elle l’habitude qu’un tel récit suffise à convaincre une Justice complaisante à son égard ? Sur les preuves avancées, les parties n’auront eu accès qu’à des photos (issues de la fameuse vidéo), dont le fichier-source est devenu mystérieusement indécodable, et illisible. Il n’a donc pas été possible de voir de preuves du réel déroulement de la scène. Dans le rendu de son jugement le 13 novembre, sur cette base, la Cour s’estime d’ailleurs « dans l’incapacité de statuer » ! Ce qui renvoie au passage Martin P. à un nouveau procès et à de nouveaux frais d’avocats, à un flou prolongé sur son sort, et laisse aux policiers une nouvelle chance de plaider leur cause… Alors même que le récit des faits dépeint plutôt une petite manifestation ce 12 mai 2016, qui ne s’est pas dispersée ou dissociée d’éléments prétendus violents, mais a dû faire face à ce qui semble bien être une agression policière gratuite.

Il a été montré que ces dernières années, les dédommagements pour les policièr-es se portant parties civiles dans ce type d’affaires ont eu tendance à exploser, se transformant en manne financière pour les susnommés, ainsi que pour leurs avocat-es. Dans des enquêtes de presse et même un rapport de l’Inspection Générale de l’Administration ! Voir : « Justice-police, en phase », F. Jobard, le Monde, 31/10/2006. Ou encore « Outrage et rébellion, un bon filon remis en cause », anonyme, 20/01/2014. De là, à soupçonner que dans notre cas aussi, il s’agit pour les policiers d’essayer d’obtenir une bonne petite prime de fin de mois…

Récit de l’audience du 5 février 2018

Lundi 5 février 2018, à 13h30, un rassemblement de soutien se masse devant les portes de la Cour d’appel de Lyon où a lieu une nouvelle audience du jugement en appel de Martin.

Témoignage d’Hélène, une membre active du comité de soutien :

… Le comité de soutien appelait à une mobilisation massive pour le soutenir ce jour-là. Quelques 200 personnes venues de toute la France ont répondu présentes et sont restées l’après-midi dehors pour accompagner Martin dans cette épreuve supplémentaire. Tandis que certains proches, famille, amis et camarades, sont allés à l’audience avec lui, le gros des troupes s’est resserré devant le tribunal. Les prises de parole se sont succédé, toutes rappelant les injustices et les incohérences de ce procès, revenant sur d’autres cas de répression syndicale et politique, faisant état d’une situation sociale et politique toujours plus catastrophique.

À cette audience, miracle, on a enfin réussi à rendre visible LA fameuse vidéo, celle-ci ayant été fournie tardivement à la défense et fer de lance de l’accusation, elle ne semble pourtant pas accabler Martin. On le voit plutôt s’interposer entre les nombreux manifestants et les forces de polices en nombre réduit. Il y aurait d’après la première condamnation eu sept policiers violemment agressés, mais vidéo à l’appui et même avec beaucoup d’imagination, on ne visualise que 3 policiers proches de Martin…

Suite du récit d’Hélène :

Et puis Martin est ressorti, accompagné de ses proches et de son avocate. Encore sonné, blessé aussi, d’avoir été accusé par le Procureur d’être un menteur et un agitateur. Et puis inquiet ? Comment croire que des preuves, des bilans d’expertises, des arguments logiques et une bonne plaidoirie suffisent à relaxer les innocents quand nous savons que la justice de classe est à l’œuvre ?Comment y croire quand nous savons que l’appareil judiciaire français ne remet jamais en cause la parole des policiers ?

Bien sûr, le verdict est mis en délibéré, réponse différée qui évite toute réaction des soutiens. Et encore une fois, l’attente se poursuit. Le verdict est tombé le vendredi 9 mars : Martin est condamné à 6 mois de prison avec sursis, à verser 800 euros à un policier et 500 euros chacun à deux autres, ainsi qu’une inscription de 5 ans au casier n°2 (soit une interdiction d’exercer dans la fonction publique pendant 5 ans) mais aucune amende.

Commentaires d’Hélène :

La vidéo prétendument accablante présentée par l’accusation a mené la Cour d’Appel non pas à aggraver la condamnation de Martin mais à refuser des indemnités à 4 policiers. Bien sûr, ni Martin ni le comité de soutien ne se satisfont de ce verdict, puisqu’une fois encore tous les éléments avaient été apportés pour prononcer la relaxe. Mais la « justice française » a débouté 4 policiers, du jamais vu ! Nous avons obtenu un aveu à demi-mots, de juges qui savent que Martin est innocent mais qui l’ont condamné quand même, parce qu’il n’y avait pas d’autre issue. Parce qu’un procès politique est un procès politique.

C’est fini ?! Non. Car plusieurs militants font face à des frais exorbitants (amendes, avocats, indemnités, consultations). Pour ne parler que des cas stéphanois, Yvan et Jules ont été condamnés en appel à plus de 6000€ d’amendes et d’indemnités, ainsi que 4 mois de prison avec sursis pour Jules. L’appel pour Elli, Victor et Yohan n’a pas encore eu lieu. Violences policières, multiples condamnations, gardes à vue, etc : à tout cet arsenal répressif, on peut ajouter la technique de l’étranglement financier.

Une caisse de solidarité a été mise en place par le Comité de soutien pour payer les frais de justice, mais si vous n’avez pas le sou, de multiples façons d’aider sont possibles, et des soirées de soutien sont souvent organisées.

[1Lire dans Couac n°1, « Sept d’un coup ! ».


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans les mêmes thématiques...

Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Mobilisation solidarité avec les inculpé.e.s 42 de la loi travail

Le comité de soutien des inculpés du mouvement contre la loi Travail dans la Loire appelle à une Manifestation jeudi 7 mars 2019 à 11h30 devant la Bourse du Travail de Saint-Étienne suivi d’un rassemblement le même jour devant le TGI de Saint-Étienne à 13h.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Communiqué des huit inculpé.e.s de la loi travail

Le jeudi 7 mars 2019 aura lieu au Tribunal de Grande Instance de Saint-Étienne, l’audience où nous serons jugé-es pour des faits en lien avec le mouvement contre la Loi Travail du printemps 2016. Nous sommes accusé-es de dégradations que nous aurions commises lors des manifestations de ce mouvement.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Fête de soutien aux inculpé-es de la loi travail

Printemps 2016 : de nombreuses manifestations festives, déterminées, rassemblent des centaines de personnes dans les rues de Sainté pour s’opposer à la loi travail et à son monde. Depuis, avec ses images de vidéosurveillance, ses GAV et ses convocations, la justice poursuit et condamne celles & ceux qu’elle identifie comme auteur-es d’actions. Nous vous proposons de se retrouver pour une soirée de soutien.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

La répression, les procès, ça continue...

Huit personnes (pas moins !) seront jugées dans un nouveau procès le 13 septembre 2018 au TGI de Saint-Étienne, pour des faits reprochés lors de manifestations contre la loi travail du printemps 2016.
Une réunion publique est proposée pour en discuter, s’organiser pour réagir : jeudi 24 mai à 18h, à la Bourse du travail (salle 66).


Saint-Étienne et alentours Papillon   REPRESSION - PRISON

[Loi Travail] Condamnation en appel pour Nina, Jules et Yvan

Relaxé.e.s en première instance, la cour d’appel de Lyon a condamné mardi 16 janvier Nina, Jules et Yvan.
Entre les amendes, (1000 à 2000€ chacun.e), les indemnités pour le député Jean-Louis Gagnaire et le 13e mois pour les flics, illes devront verser au total plus de 6000€. Jules est en plus condamné pour rébellion à « un agent dépositaire de l’autorité publique » et écope de quatre mois de prison avec sursis.


A Lire ailleurs   MOBILISATIONS - LUTTES

[CNT 42] Jeudi 16 novembre 2017 lois Macron, loi des patrons… collectivement, faisons reculer le gouvernement et le patronnat

Journée nationale interprofessionnelle et intersyndicale de grève et de manifestations :
- ST ETIENNE : 10H30 Place Jules Ferry (Statue de la Liberté en dessous de Centre 2)
- ROANNE : 10H30 Université Avenue de Paris


Opinions   GENRE - FEMINISME

Féministes, au travail !

Tract diffusé lors de la manif du 19/10 à Saint-Étienne
Aujourd’hui, en 2017, à compétences et qualifications égales, les femmes gagnent en moyenne un quart de moins que les hommes. Le système de valeurs patriarcales fait que des métiers, occupés majoritairement par des femmes, tels que le ménage, l’aide à la personne, l’éducation des enfants, et les activités associatives et culturelles (notamment les contrats aidés) ne sont pas reconnus comme des emplois produisant une valeur économique et sociale importante. Les formations à la plupart de ces emplois sont sommaires (les femmes sauraient « naturellement » les faire), les salaires sont bas, les amplitudes horaires de travail trop longues, et très peu de reconnaissance sociale est accordée à ces secteurs pourtant essentiels à notre société...


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Manifestons le 10/10 contre les ordonnances, pour la défense des services publics

Face à l’ampleur des attaques du gouvernement contre le droit du travail, contre les classes sociales les moins aisées ou encore contre les services publics, les syndicats et le Front social appellent à une journée de mobilisation le mardi 10 octobre.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Soirée de solidarité contre la répression

Il y a un an, notre camarade Martin était condamné suite à son engagement contre la loi Travail. Le tout pour des faits de « violence sur force de l’ordre », il aurait blessé 7 policiers en moins d’une minute ! Ce dernier a décidé de faire appel !

Le lundi 9 octobre 2017 aura lieu son procès en appel à la Cour d’appel de Lyon :
appel à se rassembler pour le soutenir et à une soirée de soutien à la caisse de solidarité


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Soutien à Martin, jugé en appel le 9 oct.

Il y a un an, Martin, un camarade stéphanois était condamné à 8 mois de prison avec sursis, 3850 € d’indemnités aux « victimes » et 5 ans d’inscription au casier judiciaire n°2 (soit 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique) suite à son engagement contre la loi Travail. Ce dernier a décidé de faire appel . Un nouveau procès se tiendra donc Lundi 9 octobre à Lyon.


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME / MEMOIRE

Qui sème le vent récolte la tapette

Jeudi 13 juin à partir de 19h au 17. Entrée libre.
Présentation du livre Qui sème le vent récolte la tapette, Une histoire des Groupes de libération homosexuels en France de 1974 à 1979, de Mathias Quere aux éditions Tahin Party. En présence de l’auteur et de la maison d’édition.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Grève et journée d’action le jeudi 9 mai

Appel à la grève et journée de mobilisation jeudi 9 mai contre la casse du service public, les réformes Blanquer, la politique du gouvernement. l’Intersyndicale appelle à une manifestation à 10h au départ de la Bourse du travail.


Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE / MOBILISATIONS - LUTTES

Déambulation festive contre SERENICITY & Cie

Associons-nous pour contrer les dérives sécuritaires, et refusons le dogme de la ville connectée et déshumanisée. Nos quartiers ne sont pas des laboratoires !
Déambulation festive le samedi 11 mai.
RDV à 13 heures sur la passerelle du puits COURIOT.
Venez nombreux.ses avec percussions et casseroles.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES

Manifestation du 1er mai à Saint-Étienne

« Aussi longtemps que la lutte des travailleurs contre la bourgeoisie et les classes dominantes continuera, aussi longtemps que toutes les revendications ne seront pas satisfaites, le 1er mai sera l’expression annuelle de ces revendications. » – Rosa Luxembourg. Soyons toutes et tous déterminé-e-s pour un 1er mai de lutte ! Rendez-vous à 10h à la bourse du travail de Saint-Étienne.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Pique-nique mercredi 1er mai

Rendez-vous après la manif de mercredi 1er mai pour un pique-nique à 12h30 au parc de la place Albert Thomas
Apportez vos plats à partager, des jeux d’extérieur, vos boules de pétanque et traînons ensemble pour continuer de célébrer le 1er mai en papotant et jouant !


National   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / MOBILISATIONS - LUTTES

Center Parcs de Roybon, rassemblement mardi 30 avril à Lyon

La saison IV de la saga Game Of Troncs s’annonce riche en péripéties. Pour la 4e fois en 5 ans, la justice doit statuer sur le projet de Center Parcs de Roybon en Isère. Après de nombreuses décisions de justice défavorables au Préfet comme à la multinationale du tourisme « Pierre et Vacances » (P&V), le Conseil d’État a invalidé en novembre 2018 (sur la forme) la décision de la Cour d’Appel Administrative de Lyon qui avait confirmé l’illégalité de l’arrêté préfectoral permettant la destruction des zones humides de Roybon. Le cas est donc rejugé en appel, mardi 30 avril à partir de 14 heures à la cour administrative d’appel de Lyon, 184 rue Duguesclin, 69003 Lyon.


Saint-Étienne et alentours Couac   MEMOIRE / MOBILISATIONS - LUTTES

Université, mai 1968 – avril 2019 : d’une occupation à une autre

61 ans. La durée qui sépare la brève occupation (une trentaine d’heures) d’un bâtiment de l’université Jean Monnet qui s’est achevée il y a huit jours et l’occupation de la fac qui s’était déroulée en mai-juin 1968 (une trentaine... de journées). Couac vous propose de vous replonger dans l’épisode de mai-juin 1968 avec un article paru dans sa version papier au printemps 2018.


Saint-Étienne et alentours Numero Zero   LOGEMENT - SQUAT / MOBILISATIONS - LUTTES

Traces des expulsions successives à Saint-Étienne (bourse et fac)

Récolte, recueil, archivage des enregistrements en tous genre : photos, vidéos, audio.... réalisées lors de ces derniers jours à Saint-Étienne.
Recherches des « traces » numériques des deux expulsions ayant eu lieu vendredi et dimanche à Saint-Étienne, révélant l’acharnement et la mobilisation policière contre cette réponse à la saturation des services sociaux que fut l’occupation de la bourse du travail et puis d’un bâtiment de la fac.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MOBILISATIONS - LUTTES

P’tit resto pour « Let’s boum Clap ! »

C’est samedi le p’tit resto de la Gueule Noire. Et ce mois-ci, c’est en soutien à Let’s Boum Clap, le groupe de percussion qui fera boumer nos manifs !


National   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Appel à manifester contre les frontières, à Montgenèvre et dans toutes les villes

A la frontière comme ailleurs, luttons contre les politiques migratoires.
Organise ta manif dans ta ville ou rejoins-nous sur le col de Montgenèvre le 20 avril à 11h.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Face à la prison, proches des prisonnier·es

Partage d’expériences et de luttes
Samedi 25 mai à partir de 16h.
Salle 102, au 102 rue d’Alembert à Grenoble


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Gilets jaunes acte XXIII : charges, balayettes et interpellations

Intervention rapide, violente et perfide de la Police samedi à la fin de l’acte XXIII des gilets jaunes. Quatre personnes ont été arrêtées en plein milieu du cortège : gardes à vue et de la détention provisoire pour l’une d’entre elles.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Rencontre-débat avec le collectif Désarmons-les (contre les violences d’État)

Samedi 27 avril à l’Amicale de La Richelandière à 18h30.
Une personne du collectif viendra présenter leurs actions et animer un débat sur les violences de la Police. Ils nous visent, défendons-nous !


Saint-Étienne et alentours   MEMOIRE / REPRESSION - PRISON

Projection du film « Enfermés mais Vivants ». Rencontre sur l’Univers Carcéral

Au Remue-Méninges, mercredi 17 avril à 20h.
Il reste les murs et les souvenirs, tout le reste a changé. Pendant longtemps, Annette et Louis se sont aimés malgré la prison qui les séparait. Tour à tour ils racontent ces longues années et tracent librement des sentiers dans ces lieux où, avant, on décidait pour eux.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

Université Tréfilerie expulsée ce matin : c’est de l’acharnement !

Après le traumatisme de l’expulsion de la Bourse vendredi matin, les forces de l’ordre continuent de traquer et brutaliser les personnes fragiles et sans-abri qui avaient trouvé refuge pour la nuit dans un bâtiment de l’université, sur le campus de Tréfilerie.
Communiqué du collectif de soutien.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Rassemblement pour l’abrogation de la loi « anti-casseurs » du 13 avril 2019

La loi dite « anti-casseurs » a été adoptée (lire une analyse du texte) en milieu de semaine. Une cinquantaine d’organisations appelle à manifester ce samedi 13 avril pour réclamer l’abrogation de ce texte.


National   REPRESSION - PRISON

C’est officiel, la « loi anti-casseurs » est en marche !

Ce matin, la « Loi visant à renforcer et garantir le maintien de l’ordre public lors des manifestations » a été gravée dans le marbre du Journal officiel. On a choisi un texte de fond sur la question du port de masque en manifestation pour marquer le coup.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   REPRESSION - PRISON

Avocat et garde à vue

Tout le monde a le droit à un avocat en garde à vue, et il est fortement conseiller d’user de ce droit. Cependant, trop souvent la police cherche à ralentir voir empêcher sa venu...


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Huit mois ferme pour un gilet jaune suite à la manifestation du 30 mars

Mercredi 2 avril. Tribunal de Grande Instance de Saint-Étienne. Nouvelle audience, même comédie : une cour aux ordres du parquet, une justice de classe qui fait le taf. Et qui donne les mêmes leçons de morale, par-dessus le marché : « Monsieur J. a participé à un phénomène de débordement. Il est adulte et il n’a pas joué son rôle d’adulte » (M. Le Procureur).


A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

Le vrai « drâme de Condé-sur-Sarthe » c’est son existence même

Communiqué de l’Envolée suite au mouvement de blocage des #MatonsQuiPleurent
« Nous voudrions, si des personnes se sentent de nous aider, continuer à dénoncer les conditions de détention et les fonctionnements archaïques type QHS/QSR des établissements cités dans cette lettre. » (Romain, Prison de Condé-sur-Sarthe).


A la une...

ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Grève pour le climat Saint-Étienne - #2  

Nous avons été très nombreux à Saint-Étienne pour le premier acte de ce mouvement mondial, il est temps de remettre ça ! Rendez-vous le 24 mai, 12 h place de l’Hôtel de Ville, départ 13 h.
« Pour la première fois depuis des décennies, nous, les jeunes, sommes convaincus que notre vie ne sera pas meilleure que celle de nos parents. La raison de cet avenir sombre ? Un modèle de société mortifère, qui détruit la vie sur Terre et défait les équilibres des écosystèmes et les liens sociaux. »


MEMOIRE
Voter c’est abdiquer  

En l’approche du scrutin du 26 mai, quelques pistes de réflexion sur un choix qui reste personnel, politique, philosophique et éthique. Ce qu’il faut retenir, c’est que le plus important se joue hors des urnes.


ANTIFASCISME
L’extrême droite italienne fixe un prix à la mort  

Alors que pas moins de 2 260 migrants ont péri l’an passé en tentant de traverser la Méditerranée, le gouvernement italien à l’initiative de Salvini ne trouve rien de mieux qu’annoncer un projet de loi toujours plus hostile à l’immigration. Si la loi n’est pas encore mise en place, il est important de lutter dès maintenant contre ce projet et toute autre dérive fasciste !


MEMOIRE
Zola, la “Vallée de l’Ondaine”, et le monde ouvrier  

En juin 2019 sera célébré le 150e anniversaire de la “Fusillade du Brûlé“ à La Ricamarie dans le sud de la Loire. Emile Zola s’inspira en partie de cet événement sanglant pour écrire son livre “Germinal“.
Sa description des modes de vie, d’organisation et d’action de ce monde de mineurs et de sidérurgistes dans les trois dernières décennies du 19e siècle, apparait pour beaucoup de lecteurs comme un authentique témoignage d’une réalité vécue. Toutefois, au regard de l’histoire, le comportement et les actions du mouvement ouvrier qu’il décrit sont bien loin de refléter la réalité des luttes de cette époque et la complexité de leurs enjeux.


MEMOIRE
Des Vermiraux à Saint-Genest-Lerpt  

Voici un tract distribué à Saint-Genest-Lerpt avant la représentation d’un spectacle de théâtre qui avait comme point de départ la révolte des Vermiraux.

« Aujourd’hui et ici on parle d’une révolte de gamins aux Vermiraux. Là bas, aux Vermiraux, il y avait une colonie, un lieu d’enfermement »


MOBILISATIONS - LUTTES
Récit de stéphanois à Lyon : Acte 26, nationale à Lyon  

Un appel national avait été lancé pour cet acte 26 le samedi 11 mai à Lyon. Une équipe du Gueuloir s’est rendu sur place. Récit d’une journée de mobilisation qui restera gravée dans les mémoires !


LOGEMENT - SQUAT
Campagne collective : on s’affiche pour le droit au logement !  

Depuis plus d’un mois maintenant vous avez pu voir fleurir sur les murs sales de notre bonne ville une campagne d’affiches de soutien aux personnes qui se font régulièrement expulsées de leurs abris. Parce que tout le monde à le droit à un toît et que nous manquons toujours de bras, à vos pinceaux, prêt’es ? Collez !


FLICAGE - SURVEILLANCE
Déambulation festive contre Serenicity, retour en image  

Samedi 10 mai, une grosse centaine de personne a défilé dans les rues du quartier Tarentaize-Beaubrun en musique et en costumes pour contester le projet d’écoute de l’espace public.


MEDIAS
Le journal du carnaval de l’inutile est en ligne !  

Le carnaval de l’inutile 2019, en plus d’avoir réussi à faire fermer pour une journée la biennale du design, déambulé dans la ville au coté des gilets jaunes, a publié son journal que vous avez peut-être déjà eu l’opportunité de voir traîner dans les plus beaux canis de la ville.
Ce journal est une proposition : une récolte d’anecdotes, de vécus, de prises de tête, de colères et de récits. C’est un constat subjectif de l’état de la ville par ses habitantes et habitants. Il nous faudrait choisir entre Saint-Étienne capitale des taudis et du Design. Franchement, on s’en fout, et bien d’autres questions demandent à être posées avant ça. Le journal est disponible ici.


REPRESSION - PRISON
Des gilets jaunes face à la justice... de classe : le juge vitrifie le parquet  

Le 30 avril 2019, le procureur requiert 1000€ dont 700 avec sursis contre Monsieur B., Gilet Jaune, pour une insulte visant le commissaire Gonon sur la page de La Loire en Colère. Le juge va au-delà, il prononce une peine de 1000€ d’amende, soit un SMIC à régler à l’État !

« Parfois la foule trahit le peuple, Monsieur B. vous avez trahi le peuple ce jour-là ! » (Monsieur le procureur, TGI de Saint-Étienne)


FLICAGE - SURVEILLANCE
L’installation des micros-mouchards dans le quartier Tarentaise-Beaubrun est repoussée  

Suite à la vive polémique suscitée par la publication des documents de la maire sur le projet de « Safe City » par la quadrature du net, la CNIL demande à la ville « des informations supplémentaires sur ce dispositif ». Pour autant la bataille continue et il ne faut pas baisser la garde.


LOGEMENT - SQUAT
Actions en soutien aux expulsé-e-s de la Bourse du Travail  

De nombreuses actions depuis le début du mois dont des performances / lectures ce vendredi 25 mai 2019 à 13h place de l’Hôtel de Ville.
La mobilisation de ces différents moyens d’intervention dans l’espace public nous rappelle notre devoir citoyen et incite à des gestes engagés en vue d’une solution de logement durable. Assurons un accueil en dignité !


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Projection-débat pour l’étape stéphanoise de l’Atomik Tour  

Le 15 mai 2019, le Dix-sept accueille l’étape stéphanoise de l’Atomik Tour, un infotour parti de Bure pour questionner notre rapport au nucléaire, mieux cerner les enjeux localement et susciter des actions.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Suite de la réquisition du portrait d’Emmanuel Macron à Sorbiers  

Suite à la réquisition du portrait d’Emmanuel Macron à Sorbiers le 26 avril, la maire a déposé plainte hier matin et la gendarmerie est venue remettre une convocation concernant Vincent Bony à son domicile dans l’après midi pour « vol en réunion ». L’audience aura lieu à la brigade de gendarmerie de Sorbiers (Loire), rue de l’entente, mardi 7 mai à 15h... Le communiqué d’Alternatiba est reproduit ici.


MEMOIRE
[Radio] Du trafic dans le tiroir #7 : Mohamed Saïl  

Émission « Du trafic dans le tiroir » sur Radio Dio - Épisode 7.
Nous sommes heureux d’accueillir dans cette émission, Alawa, habitant de Saint-Étienne qui nous aidera à nous orienter dans l’histoire, du début du siècle, entre la France et l’Algérie. Car nous convoquons ici le dit Mohamed Saïl, né en octobre 1894 à Taourirt village de la commune de Souk Oufella en Kabylie, mort en 1953 à Bobigny, militant communiste libertaire dont nous suivrons la trace et le parcours entre l’Algérie de sa naissance, la France et l’Espagne où il s’engagea un temps auprès des antifranquistes. Retour sur un kabyle anarchiste voguant entre Kropotkine, Bobigny ou encore la Kabylie...


MOBILISATIONS - LUTTES
Manifestation du 1er mai à Saint-Étienne : récit en image  

Mercredi 1er mai, 10h00, le cours Victor Hugo commence à se remplir. Pour cette traditionnelle mobilisation de la fête du travail répondent présent.e.s de nombreu.ses.x manifestant.e.s : de la CGT, de Solidaire, de la CNT, des Gilets Jaunes, de la FSU, de la France Insoumise, des JC, du Pink Block, de la RAP…


LOGEMENT - SQUAT
Être à la rue tue : un an après le décès de Jean-Claude  

Être à la rue tue. Il y a un an, le 1er mai 2018, est décédé Jean-Claude dit « Le Cow-Boy », qui vivait dans les rues stéphanoises.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Appel à soutien : réquisition citoyenne solidaire  

Appel à venir soutenir l’occupation de l’ancienne poste de Solaure pour y loger les personnes qui se trouvaient auparavant à la Bourse du Travail, et tou.te.s celleux qui en ont besoin.