Saint-Étienne et alentours Couac   ARMEMENT

On n’a plus faim




Les dossiers Couac
Voilà déjà trois mois que les réjouissances de la coupe d’Europe de l’UEFA 2016 sont passées, pourtant le banquet pèse toujours sur l’estomac.


Parmi les aigreurs et relents fétides, on compte le dispositif sécuritaire mis en place pour encadrer la fan zone et divers événements rythmés par les matchs, qui peinent à se transformer en selles. Mais aussi une gaillardise d’un autre genre : l’exposition Sainté Créativity (sic) qui a eu lieu du 11 juin au 10 juillet Place de l‘Hôtel de Ville. Son objectif était d’offrir généreusement en dégustation des produits emblématiques d’entreprises locales censés rassasier les ventres vides de fierté stéphanoise. Le tout présenté derrière des vitres à l’intérieur de caissons en métal (des algecos) agencés en colonie mycologique. Sur le même plateau, on nous présentait une sorte de victuailles différentes des produits industriels, celles réalisées par trente artistes locaux : des œuvres disposées dans des boxs consacrés à l’art, un « musée urbain éphémère » (le MUE). Ainsi produits et œuvres pouvaient se côtoyer dans un échange réjouissant d’enzymes digestives. Un métabolisme chapeauté et financé par le catalyseur Saint-Étienne Métropole. Le choix des entreprises et la scénographie des produits, d’une part, celui des artistes et des œuvres d’autre part revenaient à deux commissaires distincts, pourtant le « dispositif de monstration » (des containers) était le même : deux chefs en cuisine pour un unique service. Mais là n’est pas l’indisposition en question ici.

Mêlé à nos remontées acides, un coagulum particulièrement gênant émerge : un fusil de chasse et un Flash-ball super pro 2, fabriqués par l‘entreprise locale Verney-Carron à laquelle est accordé un Algeco exclusif. Le même Flash-ball que l’entreprise vend en grande partie aux forces de l’ordre de différents pays pour apporter « une réponse adéquate à la gestion démocratique des foules » dixit le cartel explicatif présent sous la vitrine — une réponse globale à létalité atténuée. Suspendus là comme en lévitation, ces produits locaux pour le moins épiques étaient prêts à réjouir les amateurs de sensations fortes et fétichistes du calibre, pourvu que les réalités corporelles des indécents dégâts causés par ces armes ne soient pas montrées. On nous montrait le repas sans les excréments associés.

Au vu de l’apparente indifférence des organisateurs et des participants, tout aurait pu glisser parfaitement si des borborygmes ne s‘étaient pas faits de plus en plus bruyants. Une indigestion plus contagieuse que prévu : dès les premiers jours d’exposition, l’énormité symbolique que représente l’exhibition fière de ces armes choque plus d’un flâneur, même une collaboratrice du maire s’en offusque. De fait, rien de mieux pour surfer sur la vague que d’exposer une arme qui, mise entre les mains des forces de l’ordre, a causé blessures graves et éborgnements sur des dizaines de personnes dans les manifestations contre la loi Travail de ce printemps. Aussitôt, une pétition en ligne est lancée demandant le retrait de cette arme de sa présentation au public. Le Flash-ball et le fusil seront retirés 5 jours après leur exposition et remplacés par d’alléchantes photos de fusil de chasse finement gravés de fioritures à l’anglaise. Entre-temps, une brume assombrissante s’était immiscée au-dessus du mini village de la créativité, à l’odeur d’une prise de conscience tardive. Puis le présage du discrédit s’était suivi d’une voltige de patate chaude : la responsabilité de l’exposition des armes ne revenait à personne, et celle du retrait à tout le monde.

Le journal le Progrès, qui s’y connaît en matière de gâchis alimentaire (et qui aime poser sa tête sur le ventre de la mairie pour en traduire les gargouillis) relate à l’inverse une clarté plus évidente dans un article intitulé : En marge de l’Euro, des armes jugées malvenues [1]. Il commence ainsi : « certains se sont émus de voir ces objets exposés », et poursuit par une phrase conditionnée sous vide, extraite des paroles de l’initiatrice de la pétition : « alors qu’il y a eu une tuerie de masse aux États-Unis et que le Flash-ball n’est pas toujours utilisé à bon escient dans les manifestations contre la loi Travail ». D’ailleurs, sa pétition aurait obtenu une dizaine de signatures selon le Progrès, alors qu’elle en a obtenu 74. Chiffres à part, on comprend plus tard la stratégie d’optimisation de l’espace rédactionnel. Laisser une place pour le dessert, pour une réponse « vraie » venant d’un adulte responsable qui ne s’embarrasse pas d’émotions (les tripes, ça se mange, c’est tout), l’adjoint du maire délégué à la Sécurité qui démêle le nœud gastrique :

Au vu des incidents qui ont eu lieu ce week-end à Marseille entre supporters, on a préféré ne pas laisser ces armes accessibles au public.
Même si elles ne pouvaient pas servir, on a préféré les retirer et les remplacer par des photos.

Peut-être l’annonce d’une prochaine collaboration entre commissaires d’exposition et de police... Quant à la pétition, il dit « comprendre que des gens puissent s’émouvoir de la présence de ces armes ». Et au Progrès de presque conclure : « Bref, tout le monde est content ». Le problème c’est qu’

A la mi-octobre, un nouveau journal pour décrypter l’actualité politique à Saint Étienne et sa région a vu le jour. Un gros dossier sur l’armement dans la région compose le cœur de ce premier numéro. Il y aussi un retour sur l’euro 2016, des brèves sur les personnages de notre région, de beaux dessins...
Vous pouvez trouvez le reste des articles, dans la version papier dans tous les lieux chouettes de Sainté.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la même thématique...

Saint-Étienne et alentours   ARMEMENT / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

[Journée mondiale d’action contre la guerre] « Le monde dit toujours NON à la guerre » : Rassemblement samedi 20 mars 2004 à 14h30, Place Jules Ferry à St-Etienne

A l’appel des mouvements anti-guerre des Etats Unis, des centaines d’organisations et de participants au Forum social européen de Paris St-Denis ont décidé de soutenir la journée d’action mondiale d’action du 20 mars 2004 et ont lancé cet appel.


Informations globales   ARMEMENT

STOP THE ARMS TRADE ! SHUT DSEI. 6-12 Septembre 2003-London Docklands, UK

Il s’agit de la plus grande foire d’armes en Europe cette année. Lors de la dernière convention du DSEi (defence systems Equipment international) en 2001, on comptait 664 exposants et les délégues de 68 pays étaient invités à acheter des armes à feu, des bombes, des avions militaires, des armes légères, des mines antipersonnelles, ainsi que bien d’autres armes qui ont permis à des gouvernments de massacrer leurs populations et celles des pays voisins.


A la une...

ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Grève internationale pour le climat et la biodiversité  

Nous nous levons face au mensonge et à l’hypocrisie, face à l’injustice climatique mais aussi sociale, face aux valeurs de ce système. Les lycéen.ne.s et les étudiant.e.s ne sauraient seuls mettre un terme à l’idéologie néolibérale : Venez nombreureuses le vendredi 20 septembre pour la grève internationale pour le climat et la biodiversité


MOBILISATIONS - LUTTES
La bataille des retraites va démarrer !  

Si les gilets jaunes ont permis un ralentissement du programme de réforme des retraites prévu par le gouvernement, ne nous y trompons pas, il n’est pas passé à la trappe pour autant ! La réforme des retraites, c’est pour cet automne, et ça concerne tous les salarié·e·s ! Pour s’y retrouver un peu avant la grande bataille sociale à venir de cette rentrée, voici un article récapitulant la loi et les mobilisations prévues. Article publié sur le site de paris-luttes.info.


LOGEMENT - SQUAT
Chassées du parc Couriot par la Police le matin, les familles Rroms ont été « invitées » à y retourner  

Les familles et individu.es qui campaient au Parc du puits Couriot se sont rassemblés hier devant la mairie pour protester contre leur expulsion indigne du Parc Couriot qu’elles occupaient, faute de mieux. Le soir même elles ont été « autorisés » à y revenir. Un rassemblement de soutien avait également été appelé.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Grosse soirée de soutien à Rebellyon pour une rentrée Post-Apocalyptique le samedi 21 septembre 2019  

Soirée de soutien à Rebellyon.info le samedi 21 septembre à partir de 18h, et jusqu’à minuit, au Grrrnd Zero (Lyon) ! Au programme : tables de presse et autres propagandes politiques locales, repas végé, de quoi t’hydrater et des concerts pour t’ambiancer.
Soirée à prix libre en soutien au plus rebel des sites mutu.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
La Rentrée Solidaire 2019  

Pour se donner la pêche de militer à la rentrée, nous vous avons fait une petite sélection d’évènements militants pour cette rentrée 2019. On y trouve des soirées conférences, du théâtre, une manif, et des rassemblements. Venez motivé’es !


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Festival Underground Hip-Hop Episode #9  

Les Créations du Crâne & Univers Soul, soit le UHH Krew présentent le Festival Underground Hip-Hop Episode #9 du 4 au 15 septembre 2019 @ Sainté


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
L’EPASE, un acteur de l’État au service du futur  

L’EPASE, c’est notre établissement public d’aménagement de Saint-Étienne, avec ses logiques et modèles, et ses zones où il a planté ses griffes. Le Journal du Carnaval, publié en mars 2019 à l’occasion du carnaval de l’Inutile, nous donnait un début d’explication sur ses finalités dans un de ses articles.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
[Grèce] Escalades des violences policières dans le quartier d’Exarcheia  

Durant sa campagne, le nouveau premier ministre grec Mitsotakis avait annoncé vouloir « nettoyer le quartier d’Exarcheia en un mois ». Cette menace a été mise à exécution dès le 26 août avec l’expulsion de quatre lieux occupés en solidarité avec les migrants. Depuis, le quartier vit sous occupation policière et est la cible de véritables exactions. Retrouvez ici une compilation d’articles publiés sur le blog de Yannis Youlountas.


FLICAGE - SURVEILLANCE
À propos de la flic infiltrée débusquée au contre-sommet du G7  

Les camarades de Toulouse nous alertent sur le comportement plus que suspect d’une personne qui a participé ces derniers mois aux manifs des Gilets jaunes dans le Sud-Ouest et au contre-G7.
Ceci est un texte rédigé en urgence afin que l’info tourne et que toutes les personnes et tous les groupes que cette personne a approchés ces derniers mois puissent s’organiser en conséquence.


GENRE - FEMINISME
Se faire une place  

Il existe à Ambert un café féministe. Des copines y ont récemment ouvert une permanence en mixité choisie. Nous sommes allées les rencontrer de manière informelle. Nos discussions, faisant état de besoins similaires, ont porté sur les situations de domination auxquelles sont confrontées les femmes dans les espaces publics urbains et sur les moyens d’y faire face. Cet article, initialement paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019, en a découlé.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Don d’appareils électriques et électroménagers  

L’association l’ateliéphèmère vous propose un certain nombre d’appareils non testés et à prix libre.


CAPITALISME - GLOBALISATION
G7-EZ – C’est parti !!  

En direct-live du contre-sommet à Hendaye, des reporters des sites MUTU proposent chaque jour quelques nouvelles en photos et/ou récits du contre-sommet.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Code du policier de l’espace à Saint-Étienne  

Article 1.
Comme partout ailleurs, les policiers de l’espace – autrement dit aménageurs, urbanistes, architectes et designers – travailleront main dans la main avec les autres services de police et de renseignement. Ceci afin de limiter au maximum l’utilisation de l’espace public, en particulier par les plus pauvres. En tant que capitale du design, Saint-Étienne se doit d’être un modèle de Smart City. Le numérique dans tous les aspects de la ville devra permettre la sécurisation totale.


GENRE - FEMINISME
La rue est à nous ! ... enfin surtout à eux !  

Il y a 75 ans, le 19 août 1944, Élise Gervais était retrouvée morte après avoir été torturée par la Gestapo. En hommage, une rue de Saint-Étienne porte son nom depuis fin 1944. Un fait qui mérite d’être souligné tant il demeure rare jusqu’à aujourd’hui que le nom d’un personnage féminin figure sur une plaque de rue stéphanoise.