Saint-Étienne et alentours Couac   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Quand l’école publique invente et réagit




Alors que des esprits malveillants pourraient simplement voir dans notre marmaille une future main-d’œuvre docile, trois écoles publiques du centre-ville de Saint-Étienne ont choisi d’éduquer les enfants sous le prisme de la coopération et de l’esprit critique. L’auteur de cet article a écrit pour Couac depuis l’intérieur de l’Éducation nationale, nous publions ici son travail d’enquête auprès de ses collègues enseignant(e)s et leurs élèves.


Street art à Chappe

Depuis janvier 2016, l’école maternelle de Chappe s’est vue transformée en petit musée dont ses élèves, âgés de 2 à 5 ans, sont les principaux acteurs. Dans ce contexte d’éducation prioritaire où la part de la médiation culturelle en milieu scolaire est importante, il est bon de voir la synergie des artistes et des enseignants donner à ces enfants de la matière artistique pour réfléchir, s’ouvrir, partager et finalement grandir. Bien loin des critiques fallacieuses niant l’importance de la mission pédagogique de l’École maternelle (et de l’humour souvent misogyne qui en découle) ce « musée-école » est la vitrine évolutive d’un projet artistique ambitieux mis en place par l’équipe pédagogique autour du street art.

Il n’y a pas de hasard. Le street art est là, dans la rue, au pied des immeubles, dans les jardins publics, sur les publicités et même dans les cours de récréation. Loin de l’élitisme, il présente par son occupation de l’espace public l’intérêt d’être accessible à tous, au moins spatialement ; condition indispensable pour en comprendre ensuite les principes de conception et les interprétations. Une des clefs de voûte de ce projet réside dans la participation directe des artistes au plus proche des élèves.
« Nous n’avons pas beaucoup d’argent, vous n’avez pas beaucoup de temps », blague Jérémy Rousset, directeur de l’école, en s’adressant à ceux-ci (les artistes se voient proposer « symboliquement » un défraiement lors de leur participation au projet). Heureusement, la bonne volonté de l’équipe pédagogique et des artistes, loin des préoccupations mercantiles, permet aux élèves de travailler avec des femmes et des hommes, peintres, affichistes, pochoiristes ou photographes, aux renommées aussi bien locales qu’internationales. Ici, « travailler avec » signifie rencontrer, observer, lier, questionner, essayer. L’imitation, le faire « à la manière de » sont occasionnellement utilisés pour permettre aux enfants l’imprégnation d’une technique ou de l’univers d’un artiste, mais in fine, c’est la construction d’une démarche personnelle qui est visée.
L’enjeu est de nourrir la créativité des enfants grâce aux œuvres qu’ils rencontrent dans leur quotidien. La diversité des artistes, de leur conception, de leur démarche et des outils utilisés permet d’aborder un univers artistique infiniment riche mais également de donner aux élèves du sens quant à de nombreux autres apprentissages (langagiers, géométriques, littéraires, etc.). L’ensemble de l’équipe pédagogique s’est emparée du projet, en fonction des sensibilités de chacun.

Le projet se veut également catalyseur social. La preuve en est de l’adhésion des parents autour de cette effervescence artistique. Il a été décidé d’établir une carte numérique interactive recensant les œuvres que l’on croise dans les rues de Saint-Étienne. Il a fallu alors partir en randonnée urbaine, s’orienter et observer. Les accompagnateurs de ces sorties ont pu parfois déclarer : « on découvre des pans de notre ville que l’on ne connaissait pas ». Les enjeux qui ressortent de ce type d’expérience dépassent alors largement le cadre de l’école et ses élèves. Il s’agit là d’une réappropriation de l’espace urbain par ses habitants, d’un regard nouveau sur la ville et de nouveaux liens sociaux. La carte résultant de ce travail est proposée à d’autres écoles, aux parents curieux et aux centres sociaux. Elle est disponible sur le blog de l’école [1].
Que ce type de projet soit centré autour d’une forme artistique comme le street art pourrait surprendre. En effet, cela suppose un parcours de « rencontre » entre enfants et œuvres éloigné des sentiers battus institutionnels comme les musées et les galeries d’art. Cependant, fort d’un intérêt pédagogique certain et reconnu, le projet jouit de soutiens académiques et municipaux importants pour la pérennisation de la dynamique insufflée. Il nous reste à présent à suivre ces jeunes apprentis artistes à travers la ville. Descendre simplement dans nos rues les yeux ouverts et aller chercher le street art là où il se trouve.

Apprendre ? Oui, mais pas seul

Une idée, largement admise dans le rang des enseignants comme des parents, consiste à penser qu’un cours simple (classe qui regroupe les enfants de même âge) présente les meilleures conditions d’apprentissage. Affirmant que plus le milieu est hétérogène, plus les échanges sont riches, une partie de l’équipe pédagogique de l’école Gaspard Monge propose une autre vision de l’enseignement en créant des groupes d’enfants allant de 7 à 11 ans.

S’appuyant sur l’ouvrage de Sylvie Jouan, La classe multiâge d’hier à aujourd’hui [2], et sur les textes et pratiques issus de la pédagogie Freinet [3], l’enjeu ici est de placer la coopération, sous toutes ses formes, au centre des situations d’apprentissages. On peut alors distinguer deux « types » de situations coopératives dans le temps scolaire. Celle dans laquelle un ou des élèves aident un enfant qui en a besoin ou qui en fait la demande, et celle où un groupe d’enfants s’entraident dans le but d’atteindre le but commun qu’ils poursuivent. Ainsi, tous les jours, les élèves sont amenés à s’engager collectivement dans les projets qu’ils auront choisis ; à aider ou être aidé lors de temps de travail individualisé ; à s’organiser collectivement dans le bon déroulement d’une sortie ; à résoudre des problèmes ne relevant pas directement des « apprentissages scolaires » au sein d’un conseil de coopérative journalier ; à trouver une issue bienveillante aux conflits en les résolvant par le dialogue et la médiation. Se sentir en confiance au sein de cette organisation demande à certains élèves beaucoup de temps ainsi qu’un climat bienveillant. La sanction n’existe pas dans un cadre comme celui-là. La réparation est la principale réponse pédagogique face aux problèmes de discipline. Pour autant, on est loin du supposé laxisme que les nostalgiques du bonnet d’âne assimilent à ces « méthodes » actives. En effet, les enfants comprennent rapidement que la coopération ne fonctionne que si le travail fourni est suffisant, que les engagements sont tenus. La rigueur dans le travail est un pilier de la réussite de tous.

La teneur de l’initiative tient aussi dans le milieu urbain et populaire dans lequel il prend pied. En effet, les idées reçues nous poussent à imaginer la pédagogie Freinet dans le cadre bucolique et rural d’une petite école de village. Alors dans cette école de Zone d’Éducation Prioritaire à 9 classes, il a fallu prendre en compte de nouveaux aspects. La communication est le premier défi à relever. Face à l’inconnu, les réactions sont parfois virulentes. L’entraide, le climat serein, le rythme d’apprentissage différent pour chaque enfant, la coopération sont autant d’arguments efficaces pour canaliser les appréhensions et engager les parents dans le projet. Bien sûr, les ressources présentes à la maison sont moins importantes que dans d’autres milieux et l’attention qu’il faut porter à certains élèves est permanente pour ne pas en laisser en chemin. Mais la relation de confiance entre enseignants, élèves et parents doit pouvoir s’installer dans les mêmes conditions et, sans surprises, le milieu urbain est aussi riche que le rural en termes de supports d’apprentissage. Un chantier important va être celui d’ouvrir l’école aux parents. Grâce à la création d’un « café des parents », l’enjeu est d’associer plus les parents d’élèves. Cela pourrait permettre le rétablissement d’une structure associative dynamisant la vie de l’école et apportant quelques deniers aux ambitieux projets des élèves. Petit à petit, des projets de classe et des projets d’école commencent à émerger : par exemple la végétalisation de la cour de l’école et la création d’un jardin potager que géreraient les élèves.
À ceux qui reprochent à ces enseignants de ne pas transmettre le savoir, ne pas cadrer ni discipliner les enfants, de ne pas répondre à l’objectif de l’École qui serait de former des citoyens éclairés ? Ici, la citoyenneté ne s’enseigne pas, elle se vit.

L’hétérogénéité, un levier pédagogique de premier plan

Enseigner en classe multiâge. Confronter les élèves à leur diversité. Faire tomber les cloisons de l’âge dans l’école. Apprendre aux enfants à apprendre à soi et aux autres. Voilà le parti pris pédagogique de l’équipe enseignante de l’école maternelle publique de Chavanelle.
L’ambition d’un tel projet ne provient pas d’un simple coup de baguette magique. Il trouve sa genèse quelques années auparavant et est le fruit d’une réflexion collective importante : celle d’enseignants du quartier de Montreynaud ayant fait le tour de leurs pratiques pédagogiques et cherchant de nouvelles réponses aux difficultés qu’ils rencontrent. Pourquoi ne pas mélanger les élèves, mutualiser le matériel et la préparation de classe ? Après la lecture pointilleuse des textes de Sylvain Connac [4] (enseignant, directeur d’école et pédagogue militant de la pédagogie coopérative) et la visite de classes de même type déjà existantes, le projet prend pied. Ce genre d’organisation, au-delà des valeurs humanistes qu’il transporte, demande de revoir de nombreux éléments professionnels. L’implication est tout autre. « Lorsqu’on est tout seul, on a forcément raison. L’enjeu ici, c’est d’avoir raison mais à six » déclare Jean-Marc Hostachy, le directeur de l’école, pour illustrer à la fois la richesse et la complexité du collectif. Le maître-mot est la cohérence. Tous les choix, toutes les décisions doivent trouver un consensus. Cela demande de discuter, de réfléchir, d’argumenter et d’écouter. Il faut sans cesse gérer la balance entre ses convictions personnelles et le choix de l’équipe. On sort en quelque sorte de sa zone de confort professionnelle. Chacune des 4 classes de l’école se veut identique. Elles sont toutes composées d’enfants de 3 à 5 ans. Le visuel est commun (affichages, étiquettes...), les outils sont les mêmes, les programmations sont communes, le matériel passe de classe en classe et les préparations sont mutualisées.

Qu’en est-il alors des avantages au niveau le plus important, celui des enfants ? La première chose permise par le dispositif est la situation de tutorat. Il a été démontré par certains pédagogues que dans une relation de tutorat, le tuteur apprend plus que le tutoré. La tâche lui demande en effet d’organiser sa pensée, d’expliciter, de reformuler ; autant d’efforts intellectuels qui permettront l’assimilation et l’intériorisation des apprentissages. De plus, cette organisation crée un terreau privilégié pour la responsabilisation des plus grands. Le rôle de tuteur est une responsabilité en soi et la posture exigée par cette mission relève d’apprentissages importants. « Je fais à la place de » est un écueil, une phase qu’il faut accepter avant que le tuteur n’acquière la capacité complexe à guider, aider et enfin valider le travail d’un autre élève. Aucun apprentissage n’est le fruit du hasard, tous demandent temps et valorisation de l’adulte. Les situations de tutorat entre grands et petits jouent également un rôle précieux dans l’apaisement du climat de classe, condition sine qua non aux situations de travail riches. Pour les plus petits, le contact des plus grands est une aubaine dans le développement des compétences posturales, langagières, de manipulation. Le modèle adulte, souvent inaccessible, laisse la place aux modèles enfants. Un an de différence, pour un élève de cet âge, c’est presque rien. Pourtant cela représente une quantité de choses apprises considérable ; autant d’apprentissages qu’un enfant peut transmettre à un autre. Dans un cadre comme celui-là, l’imitation est un levier pédagogique d’une cruciale richesse.
Face à cette hétérogénéité, le fonctionnement se veut « décloisonné », les murs entre les différentes classes tombent symboliquement. Une activité doit, généralement, pouvoir être travaillée par tous les enfants, peu importe l’âge. Cela permet à chacun de trouver son rythme. Aux plus rapides d’avancer et aux plus en difficulté de simplifier la tâche. L’échec n’apparaît pas comme une tare aux élèves mais comme l’ensemble des progrès qu’il peut réaliser. Tous ces éléments d’entraide, de coopération et de réussite, ajoutés à la liberté laissée aux enfants dans le choix de leurs ateliers, vont permettre à l’élève de s’engager motivé dans la tâche qui lui est demandée.
L’image parfois « rebelle » qu’associe l’institution à ces projets pédagogiques d’un autre genre induit parfois d’autres problématiques. Celle par exemple du pilotage souhaité par l’académie au début du projet. C’est ce qu’a connu l’école de Montreynaud (Maternelle Gounod) à ses débuts. Aujourd’hui l’administration reste en retrait du projet de l’école maternelle Chavanelle le laissant ainsi vivre et s’enrichir de jour en jour. Il est important de noter que ce dispositif ne sauve pas les enseignants des autres problématiques liées aux conditions d’enseignement. Avec 4 classes chargées de 27 à 30 élèves et une ouverture de classe refusée, la motivation de l’équipe pédagogique se heurte, comme dans bien d’autres écoles, à la surcharge des classes.

L’École est un lieu de cristallisation de nombre de tensions depuis maintenant plus d’un siècle. Maillon indispensable dans le rouage du pouvoir ; les dominants veulent la contrôler, les utopistes la révolutionner. L’école des Communards, l’école de Vichy, celle encore de la IIIe République ou de Xavier Darcos représentent chacune des mondes différents, des visions contraires, des conséquences sur le reste de la société. Aujourd’hui, entre les progressistes effrontés du « tout numérique » qui décrivent une école immobile et archaïque, et les « réac-publicains » [5] faisant le vœu d’une école autoritaire où l’obéissance et l’autorité sont reines ; il ne reste plus beaucoup de place pour ceux qui font confiance aux enfants comme à leurs enseignant(e)s. Les valeurs humanistes, plus fortes que ces attaques insensées, font naître et perdurer des projets, des démarches pédagogiques dignes d’une École émancipatrice.

[1Consulter <chappematernelle.blogspot.fr>

[2Sylvie Jouan, La classe multiâge d’hier à aujourd’hui. Archaïsme ou école de demain ?, ESF Editeur, 2015.

[3Après la première guerre mondiale, Célestin Freinet fait partie de ces nombreux enseignants pacifistes marqués dans leur chair et dans leur conscience. Syndicalistes révolutionnaires regroupés dans la Fédération des Membres de l’Enseignement, ils luttent pour que ne se reproduise plus la tuerie de 14-18, pour mettre fin à l’exploitation capitaliste et construire une société plus juste et plus humaine. La pédagogie Freinet, issue des pratiques de Célestin Freinet, est une pédagogie d’éducation populaire et laïque. Partant de l’intelligence et de l’expression libre des enfants, elle s’appuie sur la coopération et le tâtonnement expérimental afin de proposer une école émancipatrice (voir <www.icem-pedagogie-freinet.org&gt; ).

[4Sylvain Connac, Apprendre avec les pédagogies coopératives. Démarches et outils pour l’école, ESF éditeur, 2009.

[5Expression employée par Grégory Chambat dans son ouvrage très référencé : L’école des réac-publicains, la pédagogie noire du FN et des néoconservateurs, Libertalia, 2016.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans les mêmes thématiques...

Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Fête du 1er mai à La Cale

Fête du 1er Mai, Fête des Travailleurs, Fête du Quartier !
Les Cris du Quartier vous invitent une nouvelle fois pour son rendez-vous annuel.
On n’oublie pas que le 1er mai n’est pas la fête du travail, mais bien la journée internationale des travailleurs !


Saint-Étienne et alentours   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

[St-Julien-Molin-Molette] Week-end anti-nucléaire en soutien à la lutte à Bure

Du vendredi 3 mai au dimanche 5 mai, un week-end d’information, de soutien et de partage est organisé à Saint-Julien-Molin-Molette autour de la lutte contre l’enfouissement des déchets radioactifs à Bure, dans la Meuse.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Pique-nique mercredi 1er mai

Rendez-vous après la manif de mercredi 1er mai pour un pique-nique à 12h30 au parc de la place Albert Thomas
Apportez vos plats à partager, des jeux d’extérieur, vos boules de pétanque et traînons ensemble pour continuer de célébrer le 1er mai en papotant et jouant !


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Voisin.e.s vigilant.e.s + flics violents = récit d’une non-ouverture de squat

Récit d’une tentative d’ouverture quelque part à Saint-Étienne, empêchée par l’action coordonnée de la police et de ses collaborat.eur.rice.s en pyjama.


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Nouvel atelier de conversation en français langue étrangère « Bouches à oreilles »

Pour se rencontrer au travers de la la langue française, découvrir sa ville et ceux qui la peuplent. Pour discuter simplement et librement, de tout et de rien... Destinés aux nouveaux et nouvelles arrrivant.e.s comme aux stéphanois.e.s de longue date.


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Football militant

La Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT) vient de publier un communiqué de solidarité à l’égard des migrant.e.s et des militant.e.s du Briançonnais et de mettre à jour sa présentation très sociale du sport et des loisirs.
Retour sur cette association très active dans la Loire, et zoom sur le foot à 7, ou foot autogéré !


Saint-Étienne et alentours Les Sampianes   GENRE - FEMINISME / MOBILISATIONS - LUTTES

2 Poils dans la Soupe Festival

Pour un 8 mars 2019 féministe et anticapitaliste !
C’est la deuxième édition du festival « Un poil dans la soupe » organisée par les Sampianes, qui a lieu autour du 8 mars : Journée internationale des luttes des femmes. Cette année on vous propose des activités féministes variées dans différents lieux de Sainté pour se rencontrer, échanger, apprendre, se renforcer, créer des solidarités et se marrer.


Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Soirée en soutien à la casa cantoniera occupata de Oulx

Samedi 16 février à La Cale (amicale du Crêt-de-Roc) à partir de 20 h. Collecte sur place.
La casa cantoniera de Oulx (Italie) est un refuge autogéré pour migrant.es et exilé.es de passage. Un lieu pour pouvoir s’organiser, contre les frontières sur nos montagnes et le système qui leur est relié.


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPLOITATION ANIMALE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Cantine de soutien aux activistes inculpé.e.s et détenu.e.s de 269 Libération Animale

L’espace autogéré stéphanois « La Gueule Noire » organise une cantine de soutien aux camarades antispécistes de 269 Libération Animale touché.e.s par la répression pour leur pratique de l’action directe contre le système économique.
Venez nombreux.ses le samedi 19 janvier à partir de midi ! Tous les détails ici.


Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Resto vegan à la Gueule noire

Resto vegan à la Gueule Noire. Les sous iront en soutien au Bilboquet (lieu d’activités, infokiosque, expos etc..) qui s’installe et fusionne au 17, rue de la Mulatière. Le repas sera suivi d’une rencontre avec Daniel COLSON autour de son livre « Proudhon et l’anarchie »


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Débat « Démocratie, représentation, peuple. Comment la contestation des Gilets jaunes (re)définit ces termes ? »

Le mouvement des Gilets jaunes dure depuis plus de six mois. Cette mobilisation pose de profondes questions sur le fonctionnement du système démocratique en France et sur ses fondements mêmes. Débat avec Samuel Hayat et les Gilets jaunes à l’Amicale laïque de la Richelandière (82 rue de la Richelandière), mercredi 12 juin 2019 à 19h.


National   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Rencontres antinucléaires à Grenoble

Samedi 15 juin, journée de rencontres antinucléaires au 38 (38 rue d’Alembert, Grenoble).


International   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / EXPLOITATION ANIMALE

Morsures : rencontres antispécistes

Les 4, 5 et 6 octobre 2019 auront lieu à Genève trois jours de rencontres contre l’exploitation animale. Save the date !


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MOBILISATIONS - LUTTES

Mobilisation et grève contre la loi « Fonction Publique » et la loi « Blanquer »

RDV à Saint-Étienne, mardi 19 mars 2019. Départ à 10h30 cours Fauriel devant la CCI en direction de la préfecture.


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MOBILISATIONS - LUTTES

Pour que l’université reste accessible à tous !

Après une mobilisation fin janvier, des syndicats étudiants et enseignants de l’Université Jean Monnet appellent à un rassemblement le vendredi 1er mars 10h30 devant le site Tréfilerie de l’Université Jean Monnet. Leur communiqué est reproduit ici.


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MOBILISATIONS - LUTTES

Assemblée Générale au campus Tréfilerie

Mardi 29 janvier à 18h à l’amphi E.01.
Face aux augmentations des frais d’inscription, à la mise en place de la sélection et à la répression policière. Faisons entendre notre voix !
Communiqué des ex-occupant.es de l’Amphi.


A Lire ailleurs   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / REPRESSION - PRISON

Conseils à l’attention des personnes blessées par la police et de leurs proches

Après le déchaînement de violence policière de ces dernières semaines à Saint-Étienne et partout en France, il semble pertinent de publier ce petit tutoriel rédigé par le collectif Désarmons-les.

Mise à jour :


A Lire ailleurs   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / FLICAGE - SURVEILLANCE

Ne jamais éteindre son téléphone : une nouvelle approche à la culture de la sécurité

Dans les années 80, un/e anarchiste qui voulait, par exemple, mettre le feu à un bâtiment administratif, élaborait son plan et en même temps elle/il regardait s’il n’y avait pas de dispositifs d’écoute chez lui/elle. A la fin des années 90, le/la même anarchiste éteignait le téléphone et utilisait des messages cryptés sur internet. Avec l’approche des années 2020, il nous est nécessaire de repenser notre stratégie : la collecte d’informations s’est améliorée et nous devons tenir compte aussi de cela.


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / REPRESSION - PRISON

Comité Solidaire : Sortez couvert.e.s !

Petit tract d’info en manif et ailleurs pour résister face à la justice et à la répression


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MOBILISATIONS - LUTTES

Réforme du lycée : le 24 janvier, toutes et tous en grève et dans la rue !

Face aux réformes du Lycée général, techonlogique et de la voie professionnelle, face aux suppressions de postes et à l’austérité touchant les collèges, l’intersyndicale appelle à une grève nationale le jeudi 24 janvier et à se rassembler à 10h30 devant l’inspection de la Loire.


A la une...

MEMOIRE
La fusillade du Brûlé à La Ricamarie, c’était il y a 150 ans  

Ce n’est pas d’aujourd’hui que le pouvoir blesse, mutile et tue. Il y a cent cinquante ans jour pour jour, le 16 juin 1869 à La Ricamarie, la troupe tire froidement et sans sommation sur des mineurs en lutte et leurs soutiens. Bilan : quatorze morts. Retour sur cet événement marquant de l’histoire du mouvement ouvrier avec un extrait de l’ouvrage de Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1865 à nos jours.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Pétition en ligne contre l’installation de micros à Beaubrun-Tarentaize  

Le collectif SERENICITY lance une pétition en ligne contre l’installation de micros à Beaubrun-Tarentaize. Signez ! Diffusez ! Cette pétition et les signatures collectées seront ensuite envoyées à la Commission nationale informatique et libertés avec un courrier d’explication.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
[Radio] Joie, rage et courage - Qu’est-ce qui se trame ?  

Alors qu’une troisième ligne de tramway va arriver à Saint-Étienne, retour sur les choix de construction des lignes de tramway et les projets de restructuration urbaine avec la gentrification en toile de fond. Petit exemple de lutte contre les transports payants avec les mutuelles des fraudeur-euses et les actions des R.Z. en Allemagne à la fin des années 70.


LOGEMENT - SQUAT
Logement : pas de repos sur Les Lauriers  

Si le rejet par le tribunal de l’expulsion de la Poste à Solaure a donné un peu de répit à ces personnes à qui l’on refuse l’accès à un logement, il n’en demeure pas moins qu’elles sont contraintes, ici comme ailleurs, de vivre dans un squatt. Rencontre avec un de ceux qui slaloment entre les squats, la rue et l’hébergement d’urgence (article paru initialement dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019).


MEMOIRE
Récit de l’histoire des centres sociaux et des politiques culturelles  

Une après-midi de février, dans un bar du quartier Tarentaize-Beaubrun, entretien fleuve avec Alawa Bakha, sur l’histoire des centres sociaux et les politiques culturelles et sociales à Saint-Étienne. En voici des extraits, parus dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Quartier Saint-Roch : nouveau théâtre de rénovation urbaine  

Article paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile du 30 mars 2019.
La transformation du quartier Saint-Roch vise à redynamiser un quartier qualifié de « précaire », « peu attractif », « peu sécuritaire ». L’aspect participatif du projet est revendiqué par les aménageurs. Nous avons donc mené l’enquête et nous sommes interrogés sur le lien entre l’EPASE (Établissement public d’aménagement de Saint-Étienne) et les associations du territoire.


REPRESSION - PRISON
Ambert : Silence obstiné et contrôle acharné (et inversement)  

Cela fait maintenant un an que deux personnes sont inculpées et placées sous contrôle judiciaire dans le cadre d’une instruction criminelle, accusées d’avoir tenté de brûler un véhicule d’Enedis à Ambert en juin 2017. Ce CJ les empêche notamment de rentrer en contact l’un avec l’autre ainsi qu’avec 5 autres personnes, les contraint à ne pas quitter le département et à pointer deux fois par semaine.


LOGEMENT - SQUAT
Une expulsion rejetée comme une lettre à la poste  

Le 14 mai, dans la boîte aux lettres de l’ancienne poste de Solaure est arrivé un courrier, plus précisément une requête cachetée du sceau de la commune de Saint-Étienne. La présente convoquait l’occupant officiel des lieux à une audience au tribunal administratif de Lyon le 24 mai 2019. Récit du procès.


LOGEMENT - SQUAT
Pas d’expulsion à Solaure ! Conférence de presse et rassemblement  

Ce mardi 4 juin, appel à rassemblement place Jean-Jaurès à 17h30 pour une conférence de presse à propos du droit au logement pour tou.te.s et de la situation des personnes en demande d’asile à Saint-Étienne.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le Couac n°7 est sorti !  

L’équipe du Couac vous présente un nouveau numéro de son pigeon dépenaillé. Avec une formule qui ne change pas : des brèves, des articles d’actu et d’investigation sur différents thèmes ainsi qu’un dossier. Un dossier cette fois consacré aux différentes formes de contrôle sur la ville et ses habitant.e.s. On vous propose ici l’édito du numéro.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Luttes en Grèce - Rencontre avec des membres de Rouvikonas  

A l’occasion d’une tournée en France et en Belgique, des militants de Rouvikonas viendront à Saint-Étienne, au lieu autogéré La Dérive (91 rue Antoine Durafour) le mercredi 5 juin à 19h.
Comment résister face au durcissement des régimes politiques en Europe ? Comment sortir du capitalisme et de la société autoritaire ? Sur quelles bases créer des convergences de luttes ? Que propose Rouvikonas ?


FLICAGE - SURVEILLANCE
Google et la Safe City  

Article paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019. Un « atelier numérique Google » va s’installer à Saint-Étienne, sans doute à l’angle de la place Jean Moulin et de l’avenue de la Libération (ex Royal). Au-delà du barnum organisé autour de cette arrivée par G. Perdriau et J.M. Mis, député LREM, que peut bien signifier cette installation, ainsi que l’annonce de Serenicity, dispositif d’écoute sonore de l’espace public ?


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
La jeunesse, mobilisée pour le climat et réprimée  

Retour sur la seconde mobilisation à Saint-Étienne le 24 mai suite à l’appel international Youth For Climate : une belle mobilisation mais une répression policière inattendue et scandaleuse !


FLICAGE - SURVEILLANCE
The wire, Tarentaize sur écoute  

L’installation par la mairie de Saint-Étienne de micros dans le quartier Beaubrun-Tarentaize-Couriot est critiqué par des institutions scrutant le respect des libertés publiques et contesté dans la rue. En mars déjà, le journal du Carnaval de l’Inutile dénonçait le projet.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Manifestation pour sauver le climat et le droit d’asile  

Samedi 25 mai - Mobilisation européenne #STOP DUBLIN*
RDV à partir de 10h à la Bourse du travail.
Marche pour le droit d’asile et pour le climat.
À midi : partage de pique-nique et prises de paroles au parc du Puits Couriot.
Et aussi, de 13h à 17h après-midi partage place de l’hôtel de ville : lectures et goûter sont prévus (n’hésitez pas à amener des textes qui vous semblent cohérents).


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Grève pour le climat Saint-Étienne - #2  

Nous avons été très nombreux à Saint-Étienne pour le premier acte de ce mouvement mondial, il est temps de remettre ça ! Rendez-vous le 24 mai, 12 h place de l’Hôtel de Ville, départ 13 h.
« Pour la première fois depuis des décennies, nous, les jeunes, sommes convaincus que notre vie ne sera pas meilleure que celle de nos parents. La raison de cet avenir sombre ? Un modèle de société mortifère, qui détruit la vie sur Terre et défait les équilibres des écosystèmes et les liens sociaux. »


MEMOIRE
Voter c’est abdiquer  

En l’approche du scrutin du 26 mai, quelques pistes de réflexion sur un choix qui reste personnel, politique, philosophique et éthique. Ce qu’il faut retenir, c’est que le plus important se joue hors des urnes.


MEMOIRE
Zola, la “Vallée de l’Ondaine”, et le monde ouvrier  

En juin 2019 sera célébré le 150e anniversaire de la “Fusillade du Brûlé“ à La Ricamarie dans le sud de la Loire. Emile Zola s’inspira en partie de cet événement sanglant pour écrire son livre “Germinal“.
Sa description des modes de vie, d’organisation et d’action de ce monde de mineurs et de sidérurgistes dans les trois dernières décennies du 19e siècle, apparait pour beaucoup de lecteurs comme un authentique témoignage d’une réalité vécue. Toutefois, au regard de l’histoire, le comportement et les actions du mouvement ouvrier qu’il décrit sont bien loin de refléter la réalité des luttes de cette époque et la complexité de leurs enjeux.


MEMOIRE
Des Vermiraux à Saint-Genest-Lerpt  

Voici un tract distribué à Saint-Genest-Lerpt avant la représentation d’un spectacle de théâtre qui avait comme point de départ la révolte des Vermiraux.

« Aujourd’hui et ici on parle d’une révolte de gamins aux Vermiraux. Là bas, aux Vermiraux, il y avait une colonie, un lieu d’enfermement »


MOBILISATIONS - LUTTES
Récit de stéphanois à Lyon : Acte 26, nationale à Lyon  

Un appel national avait été lancé pour cet acte 26 le samedi 11 mai à Lyon. Une équipe du Gueuloir s’est rendu sur place. Récit d’une journée de mobilisation qui restera gravée dans les mémoires !


LOGEMENT - SQUAT
Campagne collective : on s’affiche pour le droit au logement !  

Depuis plus d’un mois maintenant vous avez pu voir fleurir sur les murs sales de notre bonne ville une campagne d’affiches de soutien aux personnes qui se font régulièrement expulsées de leurs abris. Parce que tout le monde à le droit à un toît et que nous manquons toujours de bras, à vos pinceaux, prêt’es ? Collez !


FLICAGE - SURVEILLANCE
Déambulation festive contre Serenicity, retour en image  

Samedi 10 mai, une grosse centaine de personne a défilé dans les rues du quartier Tarentaize-Beaubrun en musique et en costumes pour contester le projet d’écoute de l’espace public.


MEDIAS
Le journal du carnaval de l’inutile est en ligne !  

Le carnaval de l’inutile 2019, en plus d’avoir réussi à faire fermer pour une journée la biennale du design, déambulé dans la ville au coté des gilets jaunes, a publié son journal que vous avez peut-être déjà eu l’opportunité de voir traîner dans les plus beaux canis de la ville.
Ce journal est une proposition : une récolte d’anecdotes, de vécus, de prises de tête, de colères et de récits. C’est un constat subjectif de l’état de la ville par ses habitantes et habitants. Il nous faudrait choisir entre Saint-Étienne capitale des taudis et du Design. Franchement, on s’en fout, et bien d’autres questions demandent à être posées avant ça. Le journal est disponible ici.


REPRESSION - PRISON
Des gilets jaunes face à la justice... de classe : le juge vitrifie le parquet  

Le 30 avril 2019, le procureur requiert 1000€ dont 700 avec sursis contre Monsieur B., Gilet Jaune, pour une insulte visant le commissaire Gonon sur la page de La Loire en Colère. Le juge va au-delà, il prononce une peine de 1000€ d’amende, soit un SMIC à régler à l’État !

« Parfois la foule trahit le peuple, Monsieur B. vous avez trahi le peuple ce jour-là ! » (Monsieur le procureur, TGI de Saint-Étienne)


FLICAGE - SURVEILLANCE
L’installation des micros-mouchards dans le quartier Tarentaise-Beaubrun est repoussée  

Suite à la vive polémique suscitée par la publication des documents de la maire sur le projet de « Safe City » par la quadrature du net, la CNIL demande à la ville « des informations supplémentaires sur ce dispositif ». Pour autant la bataille continue et il ne faut pas baisser la garde.


LOGEMENT - SQUAT
Actions en soutien aux expulsé-e-s de la Bourse du Travail  

De nombreuses actions depuis le début du mois dont des performances / lectures ce vendredi 25 mai 2019 à 13h place de l’Hôtel de Ville.
La mobilisation de ces différents moyens d’intervention dans l’espace public nous rappelle notre devoir citoyen et incite à des gestes engagés en vue d’une solution de logement durable. Assurons un accueil en dignité !


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Projection-débat pour l’étape stéphanoise de l’Atomik Tour  

Le 15 mai 2019, le Dix-sept accueille l’étape stéphanoise de l’Atomik Tour, un infotour parti de Bure pour questionner notre rapport au nucléaire, mieux cerner les enjeux localement et susciter des actions.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Suite de la réquisition du portrait d’Emmanuel Macron à Sorbiers  

Suite à la réquisition du portrait d’Emmanuel Macron à Sorbiers le 26 avril, la maire a déposé plainte hier matin et la gendarmerie est venue remettre une convocation concernant Vincent Bony à son domicile dans l’après midi pour « vol en réunion ». L’audience aura lieu à la brigade de gendarmerie de Sorbiers (Loire), rue de l’entente, mardi 7 mai à 15h... Le communiqué d’Alternatiba est reproduit ici.


MEMOIRE
[Radio] Du trafic dans le tiroir #7 : Mohamed Saïl  

Émission « Du trafic dans le tiroir » sur Radio Dio - Épisode 7.
Nous sommes heureux d’accueillir dans cette émission, Alawa, habitant de Saint-Étienne qui nous aidera à nous orienter dans l’histoire, du début du siècle, entre la France et l’Algérie. Car nous convoquons ici le dit Mohamed Saïl, né en octobre 1894 à Taourirt village de la commune de Souk Oufella en Kabylie, mort en 1953 à Bobigny, militant communiste libertaire dont nous suivrons la trace et le parcours entre l’Algérie de sa naissance, la France et l’Espagne où il s’engagea un temps auprès des antifranquistes. Retour sur un kabyle anarchiste voguant entre Kropotkine, Bobigny ou encore la Kabylie...


MOBILISATIONS - LUTTES
Manifestation du 1er mai à Saint-Étienne : récit en image  

Mercredi 1er mai, 10h00, le cours Victor Hugo commence à se remplir. Pour cette traditionnelle mobilisation de la fête du travail répondent présent.e.s de nombreu.ses.x manifestant.e.s : de la CGT, de Solidaire, de la CNT, des Gilets Jaunes, de la FSU, de la France Insoumise, des JC, du Pink Block, de la RAP…


LOGEMENT - SQUAT
Être à la rue tue : un an après le décès de Jean-Claude  

Être à la rue tue. Il y a un an, le 1er mai 2018, est décédé Jean-Claude dit « Le Cow-Boy », qui vivait dans les rues stéphanoises.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Appel à soutien : réquisition citoyenne solidaire  

Appel à venir soutenir l’occupation de l’ancienne poste de Solaure pour y loger les personnes qui se trouvaient auparavant à la Bourse du Travail, et tou.te.s celleux qui en ont besoin.