Numéro Zéro - Site collaboratif d'information et de luttes sur Saint Etienne et sa région
Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Quartier Saint-Roch : nouveau théâtre de rénovation urbaine




La transformation du quartier Saint-Roch vise à redynamiser un quartier qualifié de « précaire », « peu attractif », « peu sécuritaire ». L’aspect participatif du projet est revendiqué par les aménageurs. Il est évident que l’empowerment « à la française » n’est qu’une illusion pour renforcer la légitimité d’action des établissements chargés de la rénovation urbaine quand bien même ils tentent de déléguer leur projet à des acteurs locaux.
Nous avons donc mené l’enquête et nous sommes interrogés sur le lien entre l’EPASE (Établissement public d’aménagement de Saint-Étienne) et les associations du territoire.


Le projet Urbain Saint-Roch en quelques mots

L’EPASE a donné pour mission au collectif CoopRoch [1] regroupant un ensemble d’experts (urbanistes, architectes, sociologues...) de participer à l’élaboration d’un projet global d’aménagement incluant l’espace public et l’habitat sur le périmètre du quartier Saint-Roch. La démarche est présentée dans leur brochure de la manière suivante : « une approche innovante associant le travail de terrain et de bureau avec les participations des habitant.es, des usagers, des gestionnaires et des partenaires publics autour d’un projet commun fédérateur, cohérent et qualitatif ». Après un diagnostic de 5 mois en 2017, les travaux sont lancés début 2018.

La langue de bois : une maladie contagieuse ?

L’EPA Saint-Étienne a publié un recueil de tous les Ateliers PARticipatifs THEmatiques qui ont eu lieu dans le cadre du Projet Urbain Saint-Roch. L’objectif de la rénovation urbaine est de rendre le quartier plus attractif en offrant des « espaces et des usages adaptés aux besoins contemporains ». La notion de « confort urbain » y est forte et clairement défendue. Mais de quel confort parle-t-on et surtout pour qui ? À quels besoins contemporains les nouveaux aménagements vont répondre ? Et les besoins de qui ?
La ville de Saint-Étienne a été qualifiée comme étant la capitale des taudis (cf l’article du Monde du 08/12/14). La municipalité mise sur sa redynamisation pour la rendre plus attractive. Ces mots relevant du dictionnaire de la Langue de Bois même s’ils se présentent comme très positifs, sont peu transparents car ne dévoilent pas les réelles intentions des pouvoirs publics. Mais surtout, ils sonnent creux car, utilisés à outrance, ils sont vidés de leur substance sémantique.
Qui irait s’opposer à un « projet commun fédérateur » ? Au « bien-être » et au « confort urbain » ? Ou encore à un « quartier vivant » ou à des « espaces de respiration » ?
À travers ces termes là, l’EPASE se donne une image très encourageante, pleine de bienveillance et de bonne volonté de sorte qu’il semble difficile d’arriver à lire entre les lignes pour construire une critique qui aurait du poids. Si les aménageurs restent transparents dans leurs publications (elles sont accessibles sur leur site), ils le sont moins dans leurs intentions. Qu’entendent-ils par « besoins contemporains » ? Quel aspect veulent-ils donner à la ville ?
Si CoopRoch applaudit dans sa brochure le passage des musiciens du conservatoire, les restaurants qui ont vu le jour ces dernières années sont totalement dénigrés : « On aime bien voir passer les musiciens petits et grands avec leurs instruments, c’est agréable, sympathique, cela renvoie une image positive » opposé à « Aujourd’hui, la rue Durafour pâtit d’une image dégradée pour de multiples raisons qui se cristallisent autour de la forte concentration de restauration rapide , si bien qu’elle est identifiée petit à petit comme « la rue des Kebabs ». Cette volonté de contrôle de ce que doit être une ville ou un quartier en fonction d’intérêts politiques et économiques est déplorable.
Malgré tout, ces discours sont monnaie courante et leur élan optimiste peuvent nous désemparer plus qu’une parole franchement assumée. On aura bien compris que le destin forcé de Saint-Étienne est de devenir attractive comme sa voisine Lyon. Le budget de la ville est majoritairement consacré à des projets commerciaux et financiers. Il vise un centre des affaires imposant près de la gare, un futur centre commercial défiant toute concurrence, des quartiers qualifiés précaires rénovés pour accueillir une nouvelle population au détriment de celle existante, une biennale du design pour se donner une identité culturelle forte. Tout ceci bien entendu au préjudice du déploiement de structures d’hébergements d’urgence, de l’accueil de demandeur.euses d’asile, de l’attribution de subvention à des associations, de l’emploi de salarié.es dans les écoles, etc. Les priorités de la mairie en étroite collaboration avec l’EPASE (pour rappel le président du CA n’est autre que Gaël Perdriaux), sont évidentes. Elles se résument à passer un coup de peinture sur la ville avec une touche de vernis design. Une peinture bling bling et pleine de paillettes qui donne l’impression que la ville sera merveilleuse à l’instar des panneaux des promoteurs immobiliers placardés devant des bâtiments en construction. On y voit des enfants qui jouent, une dame qui promène son chien et des voisins qui discutent. Mais, si cette image reflète une vision du monde en total décalage avec la vie réelle, elle témoigne aussi d’une volonté de faire sa place dans un modèle capitaliste et concurrentiel entre les villes. C’est une gestion entrepreneuriale des métropoles qui s’ancre dans une vision futuriste ayant pour but de faire table rase de l’existant.

De la démocratie participative à la française

« Avec l’objectif de redynamiser l’attractivité commerciale et résidentielle du centre-ville, l’EPASE a employé des méthodes dynamiques de consultation et d’expérimentation urbaine, avec la participation active des citoyens. » (Zoom d’ici, 03/05/2017).
Afin de rendre légitime ces projets de rénovations urbaines, le recours à la participation des habitant.es est de plus en plus pratiqué. Mais qui participe à ses ateliers de réflexions ? Quelles thématiques sont proposées ? Quels outils utilise-t-on et sont-ils accessibles à toutes et tous ? Finalement que fait-on de la matière qui émerge dans ces réflexions ? CoopRoch a proposé plusieurs ateliers, appelés APARTHE, ayant pour but de réfléchir avec les habitants autour de la rénovation de leur quartier et de leur besoins. Il y en a eu 6 au total établis entre mai et octobre 2017, ils ont servi à la construction d’un « diagnostic de territoire ». Au cours d’un entretien avec une des personnes engagée dans Coop Roch, il semblerait qu’un groupe d’habitant.e.s se ferait les membres actifs représentants de l’ensemble des riverains. Or pour s’impliquer dans ce processus politique « l’individu se doit de connaître les codes, les logiques de projet et de disposer de ressources particulières tant culturelles, relationnelles qu’économiques » [2], de sorte que seulement certain.e.s y prennent part. Comme d’habitude, on imagine donc une poignée d’individus blancs, aux cheveux gris, avec du temps et des ressources, défendant leurs intérêts (proches de ceux.celles des aménageurs ?) au détriment d’autres.
Quelles thématiques sont proposées ?

« La plupart du temps les démarches de participation de proximité ne partent pas des préoccupations des gens mais de celles de l’institution qui a souvent tendance à se focaliser sur des questions d’urbanisme ou de cadre de vie. » [3]

À travers des parcours commentés du quartier, réflexion autour de cartes, de maquettes ou encore de photos pour cibler les points faibles et les points forts, plusieurs idées ont émergées. Néanmoins, « les contraintes budgétaires et techniques font que les préconisations ne pourront être intégrées dans leur ensemble ». Et Steel combien ça coûte ?

Quelles préconisations seront mises de côté ? Lesquelles seront gardées ?

Sur leur brochure, il est écrit noir sur rose : « Le présent compte-rendu a pour vocation de synthétiser – le plus fidèlement possible – les échanges et les informations recueillies. Il n’engage en rien l’ EPASE, la Ville de Saint-Étienne et la Métropole sur les orientations du projet ».
Alors pourquoi ? Malgré toute leur bonne volonté, CoopRoch et ses démarches sont-elles vraiment participatives ? Les habitant.es, usager.ères, commerçant.es ont-ils vraiment pris part à une procédure si l’on adopte la définition au sens politique de la participation ?
Inviter à participer uniquement sous cette forme, ne serait-ce pas une manière de rendre illégitime toute autre forme de prise de position qui serait en dehors du cadre bien délimité (avec ses règles, ses outils, ses thématiques) imposé par ces « expert.es du pouvoir d’agir » ? N’y a t-il pas là une pleine dépossession de la liberté des personnes dans leur réelle capacité d’action et de réflexion ?
Ces questions méritent d’être creusées car ces méthodes se répandent de plus en plus. Elles donnent l’illusion d’une prise de pouvoir or celui-ci est brimé par des règles établies au préalable et auxquelles on ne peut déroger. Les expert.es ne font que mettre la main dans un sac de nœuds et tirer les ficelles qui vont dans leur sens. Ils cherchent à rendre légitimes leurs décisions en utilisant la parole des habitant.es et en prétendant qu’elle est ainsi prise en compte par les pouvoirs publics.

[1CoopRoch : Itinéraire bis, Pauline Fargettas, Captain Ludd, Bingénierie, Novae, Rues du Développement Durable, Migraton et Images Mémorielles, Fédération Soliha.

[2Joris Danthon, « La participation citoyenne dans les projets urbains, enjeux et débats », décembre 2013, en ligne sous : https://regardssurlaville.wordpress.com/2013/12/28/la-participation-citoyenne-dans-les-projets-urbains-enjeux-et-debats/.

[3Idem.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT "

Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE / MEDIAS

Langue de bois, novlangue, « serenicity » : gros mensonges

Serenicity serait une super pompier qui va sauver les citoyen.nes perdu.e.s du web, Serenicity une start-up pour écouter les oiseaux avec l’aval de CNIL ? Et le Progrès serait un journal d’information ?
Sur la question des micros à Beaubrun, on nous dit n’importe quoi. Petit décryptage.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

« Que sont nos quartiers devenus ? » socio-histoire des grands ensembles des quartiers Sud-Est de Saint-Étienne

Rencontre à la librairie Lune et l’Autre jeudi 2 mai à 19h avec Rachid Kaddour autour de son livre « Les grands ensembles patrimoines en devenir » : une histoire des politiques urbaines et du peuplement des grands ensembles de Beaulieu/Montchovet/La Métare (PUSE).


Saint-Étienne et alentours   MEDIAS / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Sortie du Journal du carnaval 2019 : design-on l’ennemi !

Ce journal, sorti à l’occasion du carnaval de 2019, gratte pour voir ce qui se cache derrière la marque de Saint-Étienne comme capitale du design.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Voisin.e.s vigilant.e.s + flics violents = récit d’une non-ouverture de squat

Récit d’une tentative d’ouverture quelque part à Saint-Étienne, empêchée par l’action coordonnée de la police et de ses collaborat.eur.rice.s en pyjama.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

2,8 millions de logements inoccupés en France et Saint Etienne n’est pas en reste

A l’abri sous les flonflons de la biennale, la mairie met des dizaines de familles et personnes à la rue. Alors que partout en France le nombre de logements vides augmente et que selon une récente étude de L’INSEE, il y a environ 13 000 logements vides à Saint-Étienne, comment le maire Pedriau peut-il encore défendre une « ville inclusive » ?
Retour en chiffres sur la soi-disant crise du logement en France et à Saint-Étienne en particulier.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Lettre ouverte à Monsieur le Maire de Saint-Étienne, Monsieur le Préfet de la Loire et au-delà

Nous étions, ce mercredi soir, quelques dizaines de citoyens soutenant la cause des migrants et personnes sans domicile fixe à vouloir interpeller, lors de l’inauguration de la Biennale du design, nos responsables politiques et administratifs, sur les menaces d’expulsions pesant sur quelques squats de notre ville, ainsi que sur notre inquiétude de voir mises à la rue de nombreuses personnes et familles à la fin de la trêve hivernale.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Design partout, Justice nulle part

A vous visiteuses et visiteurs de la Biennale de l’ennui,
Nous ne sommes pas dupes, ne le soyez pas lors de votre passage touristique à Sainté. La biennale du design vend une ville qui n’existe pas et qui n’est pas la nôtre. Elle n’inonde en rien la vraie vie et n’est qu’une vitrine. Ce n’est pas avec un événement international que les stéphanois-e-s auront une plus belle vi(ll)e.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Carnaval de l’inutile

Il fut un temps, où le carnaval était le jour où les esclaves se déguisaient en roi pour se moquer des puissant.e.s. Une occasion d’inverser les rôles, de transgresser les normes établies. Pour un jour, le monde marche à l’envers ! Aujourd’hui, à Saint-Étienne, ce sont les puissant.e.s qui l’organisent – celleux-là mêmes qui relookent la ville en Capitale du design. Celleux-là mêmes qui font mourir des quartiers habités pour en construire de nouveaux aseptisés. Nous proposons plutôt un giga carnaval coloré, bruyant et indomptable !
Les 30 et 31 mars 2019, ce sera un week-end coloré, bruyant et indomptable !


A Lire ailleurs   CAPITALISME - GLOBALISATION / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Il a du STEEL ce chantier ...

Nous relayons ici un texte paru sur Indymedia Nantes qui raconte en poésie une nuit de la Saint Sylvestre pas comme les autres dans le secteur Monthieu...


Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Vous étiez filmé·e·s, vous serez bientôt écouté·e·s

Quand le fabricant d’armes Verney-Carron construit la ville sécuritaire de demain.
A Sainté, des micros dissimulés dans le mobilier urbain pour écouter la rue... mais pas d’inquiétude, la CNIL a dit oui.


A la une...

LOGEMENT - SQUAT
Logement : pas de repos sur Les Lauriers  

Si le rejet par le tribunal de l’expulsion de la Poste à Solaure a donné un peu de répit à ces personnes à qui l’on refuse l’accès à un logement, il n’en demeure pas moins qu’elles sont contraintes, ici comme ailleurs, de vivre dans un squatt. Rencontre avec un de ceux qui slaloment entre les squats, la rue et l’hébergement d’urgence (article paru initialement dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019).


MEMOIRE
Récit de l’histoire des centres sociaux et des politiques culturelles  

Une après-midi de février, dans un bar du quartier Tarentaize-Beaubrun, entretien fleuve avec Alawa Bakha, sur l’histoire des centres sociaux et les politiques culturelles et sociales à Saint-Étienne. En voici des extraits, parus dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Débat « Démocratie, représentation, peuple. Comment la contestation des Gilets jaunes (re)définit ces termes ? »  

Le mouvement des Gilets jaunes dure depuis plus de six mois. Cette mobilisation pose de profondes questions sur le fonctionnement du système démocratique en France et sur ses fondements mêmes. Débat avec Samuel Hayat et les Gilets jaunes à l’Amicale laïque de la Richelandière (82 rue de la Richelandière), mercredi 12 juin 2019 à 19h.


REPRESSION - PRISON
Ambert : Silence obstiné et contrôle acharné (et inversement)  

Cela fait maintenant un an que deux personnes sont inculpées et placées sous contrôle judiciaire dans le cadre d’une instruction criminelle, accusées d’avoir tenté de brûler un véhicule d’Enedis à Ambert en juin 2017. Ce CJ les empêche notamment de rentrer en contact l’un avec l’autre ainsi qu’avec 5 autres personnes, les contraint à ne pas quitter le département et à pointer deux fois par semaine.


LOGEMENT - SQUAT
Une expulsion rejetée comme une lettre à la poste  

Le 14 mai, dans la boîte aux lettres de l’ancienne poste de Solaure est arrivé un courrier, plus précisément une requête cachetée du sceau de la commune de Saint-Étienne. La présente convoquait l’occupant officiel des lieux à une audience au tribunal administratif de Lyon le 24 mai 2019. Récit du procès.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Pétition contre l’installation de micros  

Une pétition est lancée contre l’installation de micros dans le quartier Tarentaize-Beaubrun-Couriot. Le texte est reproduit ici, et la pétition téléchargée pour signature.


LOGEMENT - SQUAT
Pas d’expulsion à Solaure ! Conférence de presse et rassemblement  

Ce mardi 4 juin, appel à rassemblement place Jean-Jaurès à 17h30 pour une conférence de presse à propos du droit au logement pour tou.te.s et de la situation des personnes en demande d’asile à Saint-Étienne.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le Couac n°7 est sorti !  

L’équipe du Couac vous présente un nouveau numéro de son pigeon dépenaillé. Avec une formule qui ne change pas : des brèves, des articles d’actu et d’investigation sur différents thèmes ainsi qu’un dossier. Un dossier cette fois consacré aux différentes formes de contrôle sur la ville et ses habitant.e.s. On vous propose ici l’édito du numéro.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Luttes en Grèce - Rencontre avec des membres de Rouvikonas  

A l’occasion d’une tournée en France et en Belgique, des militants de Rouvikonas viendront à Saint-Étienne, au lieu autogéré La Dérive (91 rue Antoine Durafour) le mercredi 5 juin à 19h.
Comment résister face au durcissement des régimes politiques en Europe ? Comment sortir du capitalisme et de la société autoritaire ? Sur quelles bases créer des convergences de luttes ? Que propose Rouvikonas ?


FLICAGE - SURVEILLANCE
Google et la Safe City  

Article paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019. Un « atelier numérique Google » va s’installer à Saint-Étienne, sans doute à l’angle de la place Jean Moulin et de l’avenue de la Libération (ex Royal). Au-delà du barnum organisé autour de cette arrivée par G. Perdriau et J.M. Mis, député LREM, que peut bien signifier cette installation, ainsi que l’annonce de Serenicity, dispositif d’écoute sonore de l’espace public ?


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
La jeunesse, mobilisée pour le climat et réprimée  

Retour sur la seconde mobilisation à Saint-Étienne le 24 mai suite à l’appel international Youth For Climate : une belle mobilisation mais une répression policière inattendue et scandaleuse !


FLICAGE - SURVEILLANCE
The wire, Tarentaize sur écoute  

L’installation par la mairie de Saint-Étienne de micros dans le quartier Beaubrun-Tarentaize-Couriot est critiqué par des institutions scrutant le respect des libertés publiques et contesté dans la rue. En mars déjà, le journal du Carnaval de l’Inutile dénonçait le projet.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Manifestation pour sauver le climat et le droit d’asile  

Samedi 25 mai - Mobilisation européenne #STOP DUBLIN*
RDV à partir de 10h à la Bourse du travail.
Marche pour le droit d’asile et pour le climat.
À midi : partage de pique-nique et prises de paroles au parc du Puits Couriot.
Et aussi, de 13h à 17h après-midi partage place de l’hôtel de ville : lectures et goûter sont prévus (n’hésitez pas à amener des textes qui vous semblent cohérents).


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Grève pour le climat Saint-Étienne - #2  

Nous avons été très nombreux à Saint-Étienne pour le premier acte de ce mouvement mondial, il est temps de remettre ça ! Rendez-vous le 24 mai, 12 h place de l’Hôtel de Ville, départ 13 h.
« Pour la première fois depuis des décennies, nous, les jeunes, sommes convaincus que notre vie ne sera pas meilleure que celle de nos parents. La raison de cet avenir sombre ? Un modèle de société mortifère, qui détruit la vie sur Terre et défait les équilibres des écosystèmes et les liens sociaux. »


MEMOIRE
Voter c’est abdiquer  

En l’approche du scrutin du 26 mai, quelques pistes de réflexion sur un choix qui reste personnel, politique, philosophique et éthique. Ce qu’il faut retenir, c’est que le plus important se joue hors des urnes.


MEMOIRE
Zola, la “Vallée de l’Ondaine”, et le monde ouvrier  

En juin 2019 sera célébré le 150e anniversaire de la “Fusillade du Brûlé“ à La Ricamarie dans le sud de la Loire. Emile Zola s’inspira en partie de cet événement sanglant pour écrire son livre “Germinal“.
Sa description des modes de vie, d’organisation et d’action de ce monde de mineurs et de sidérurgistes dans les trois dernières décennies du 19e siècle, apparait pour beaucoup de lecteurs comme un authentique témoignage d’une réalité vécue. Toutefois, au regard de l’histoire, le comportement et les actions du mouvement ouvrier qu’il décrit sont bien loin de refléter la réalité des luttes de cette époque et la complexité de leurs enjeux.


MEMOIRE
Des Vermiraux à Saint-Genest-Lerpt  

Voici un tract distribué à Saint-Genest-Lerpt avant la représentation d’un spectacle de théâtre qui avait comme point de départ la révolte des Vermiraux.

« Aujourd’hui et ici on parle d’une révolte de gamins aux Vermiraux. Là bas, aux Vermiraux, il y avait une colonie, un lieu d’enfermement »


MOBILISATIONS - LUTTES
Récit de stéphanois à Lyon : Acte 26, nationale à Lyon  

Un appel national avait été lancé pour cet acte 26 le samedi 11 mai à Lyon. Une équipe du Gueuloir s’est rendu sur place. Récit d’une journée de mobilisation qui restera gravée dans les mémoires !


LOGEMENT - SQUAT
Campagne collective : on s’affiche pour le droit au logement !  

Depuis plus d’un mois maintenant vous avez pu voir fleurir sur les murs sales de notre bonne ville une campagne d’affiches de soutien aux personnes qui se font régulièrement expulsées de leurs abris. Parce que tout le monde à le droit à un toît et que nous manquons toujours de bras, à vos pinceaux, prêt’es ? Collez !


FLICAGE - SURVEILLANCE
Déambulation festive contre Serenicity, retour en image  

Samedi 10 mai, une grosse centaine de personne a défilé dans les rues du quartier Tarentaize-Beaubrun en musique et en costumes pour contester le projet d’écoute de l’espace public.


MEDIAS
Le journal du carnaval de l’inutile est en ligne !  

Le carnaval de l’inutile 2019, en plus d’avoir réussi à faire fermer pour une journée la biennale du design, déambulé dans la ville au coté des gilets jaunes, a publié son journal que vous avez peut-être déjà eu l’opportunité de voir traîner dans les plus beaux canis de la ville.
Ce journal est une proposition : une récolte d’anecdotes, de vécus, de prises de tête, de colères et de récits. C’est un constat subjectif de l’état de la ville par ses habitantes et habitants. Il nous faudrait choisir entre Saint-Étienne capitale des taudis et du Design. Franchement, on s’en fout, et bien d’autres questions demandent à être posées avant ça. Le journal est disponible ici.


REPRESSION - PRISON
Des gilets jaunes face à la justice... de classe : le juge vitrifie le parquet  

Le 30 avril 2019, le procureur requiert 1000€ dont 700 avec sursis contre Monsieur B., Gilet Jaune, pour une insulte visant le commissaire Gonon sur la page de La Loire en Colère. Le juge va au-delà, il prononce une peine de 1000€ d’amende, soit un SMIC à régler à l’État !

« Parfois la foule trahit le peuple, Monsieur B. vous avez trahi le peuple ce jour-là ! » (Monsieur le procureur, TGI de Saint-Étienne)


FLICAGE - SURVEILLANCE
L’installation des micros-mouchards dans le quartier Tarentaise-Beaubrun est repoussée  

Suite à la vive polémique suscitée par la publication des documents de la maire sur le projet de « Safe City » par la quadrature du net, la CNIL demande à la ville « des informations supplémentaires sur ce dispositif ». Pour autant la bataille continue et il ne faut pas baisser la garde.


LOGEMENT - SQUAT
Actions en soutien aux expulsé-e-s de la Bourse du Travail  

De nombreuses actions depuis le début du mois dont des performances / lectures ce vendredi 25 mai 2019 à 13h place de l’Hôtel de Ville.
La mobilisation de ces différents moyens d’intervention dans l’espace public nous rappelle notre devoir citoyen et incite à des gestes engagés en vue d’une solution de logement durable. Assurons un accueil en dignité !


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Projection-débat pour l’étape stéphanoise de l’Atomik Tour  

Le 15 mai 2019, le Dix-sept accueille l’étape stéphanoise de l’Atomik Tour, un infotour parti de Bure pour questionner notre rapport au nucléaire, mieux cerner les enjeux localement et susciter des actions.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Suite de la réquisition du portrait d’Emmanuel Macron à Sorbiers  

Suite à la réquisition du portrait d’Emmanuel Macron à Sorbiers le 26 avril, la maire a déposé plainte hier matin et la gendarmerie est venue remettre une convocation concernant Vincent Bony à son domicile dans l’après midi pour « vol en réunion ». L’audience aura lieu à la brigade de gendarmerie de Sorbiers (Loire), rue de l’entente, mardi 7 mai à 15h... Le communiqué d’Alternatiba est reproduit ici.


MEMOIRE
[Radio] Du trafic dans le tiroir #7 : Mohamed Saïl  

Émission « Du trafic dans le tiroir » sur Radio Dio - Épisode 7.
Nous sommes heureux d’accueillir dans cette émission, Alawa, habitant de Saint-Étienne qui nous aidera à nous orienter dans l’histoire, du début du siècle, entre la France et l’Algérie. Car nous convoquons ici le dit Mohamed Saïl, né en octobre 1894 à Taourirt village de la commune de Souk Oufella en Kabylie, mort en 1953 à Bobigny, militant communiste libertaire dont nous suivrons la trace et le parcours entre l’Algérie de sa naissance, la France et l’Espagne où il s’engagea un temps auprès des antifranquistes. Retour sur un kabyle anarchiste voguant entre Kropotkine, Bobigny ou encore la Kabylie...


MOBILISATIONS - LUTTES
Manifestation du 1er mai à Saint-Étienne : récit en image  

Mercredi 1er mai, 10h00, le cours Victor Hugo commence à se remplir. Pour cette traditionnelle mobilisation de la fête du travail répondent présent.e.s de nombreu.ses.x manifestant.e.s : de la CGT, de Solidaire, de la CNT, des Gilets Jaunes, de la FSU, de la France Insoumise, des JC, du Pink Block, de la RAP…


LOGEMENT - SQUAT
Être à la rue tue : un an après le décès de Jean-Claude  

Être à la rue tue. Il y a un an, le 1er mai 2018, est décédé Jean-Claude dit « Le Cow-Boy », qui vivait dans les rues stéphanoises.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Appel à soutien : réquisition citoyenne solidaire  

Appel à venir soutenir l’occupation de l’ancienne poste de Solaure pour y loger les personnes qui se trouvaient auparavant à la Bourse du Travail, et tou.te.s celleux qui en ont besoin.