Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Ville, métropole et design : qui S.E.M le vent...




Il fut un temps lointain où l’on appelait métropole une ville anormalement grande. Une capitale parmi les autres capitales, ou assimilées. Londres-New York-Paris-Tokyo, pour faire court. Des pôles humains et économiques en compétition depuis des siècles, pour faire court.
Il fut un autre temps où les campagnes furent délaissées au profit des zones de concentration industrielle (et donc d’embauche), où les villes ont poussé, sans pouvoir ni chercher à planifier leur expansion, grossissant souvent par à-coups désordonnés.


Il fut un temps plus récent où ces amas se baptisèrent métropoles à leur tour, à force d’amalgame et d’expansion. À force de déconcentration, la décentralisation a ôté une part d’exception à Paris et favorisé l’expansion des métropoles régionales. Les petites et moyennes agglomérations symbolisent même à présent chômage et ennui.
Ces métropoles, ancrées dans le fonctionnement et les flux de notre planète libérale, sont, bien entendu, interconnectées. Mais elles sont aussi opposées entre elles, car en guerre économique constante. Une guerre qui, encore une fois, ne dit pas son nom : bataille de concurrence liée à leur attractivité, leur rayonnement.

Et pour créer l’attractivité, il y a quelque temps que politiques et urbanistes ont compris qu’il ne suffit pas de construire un quartier d’affaires et un réseau de transports efficaces (même s’ils restent au cœur du projet d’ensemble, comme l’a montré le projet d’A45 ou l’emballement du « Quartier d’affaires Châteaucreux). Il convient de maîtriser l’image de la cité, de la même manière qu’on joue sur celle d’une entreprise pour influer sur sa cotation en bourse. Elle doit faire envie, tendre vers le futur (ou du moins le présent connecté, ce qui est vendu de la même manière), être agréable et respecter les dogmes de son temps : ville verte et fleurie, vivante et cosmopolite, propre et vigilante. Et si ce n’est pas tout à fait le cas, elle doit tout de même réussir à en fournir l’illusion en 4 mètres par 3. La métropole n’est plus tant un lieu de vie que la promotion d’un rêve. Même si la représentation de cette cité idéale discorde avec son fonctionnement au quotidien, qu’importe.

« L’économie mondialisée impose, à nouveau, la figure de la ville et, en particulier, celle des grandes métropoles. (Ce sont elles) qui ont exprimé, symbolisé la Renaissance européenne du 16e siècle. Elles l’ont rendue possible par la fertilisation croisée du commerce, de l’université et des arts. Ce sont elles qui ont inventé lecapitalisme marchand. (Aujourd’hui, les villes) retrouvent leur rôle historique de lieux d’échanges, de lieux de création de richesses économiques, intellectuelles et culturelles. » (Gérard Colomb, Et si la France s’éveillait, 2012)

Saint-Étienne Métropole (abrégée en SEM, pour permettre plein de jeux de mots de comm’ – le sourire est important pour la pub) naît le 1er janvier 2018, s’affranchissant des banals titres de communauté de communes ou d’agglomération, dépourvus de strass autant que de panache. Mais la Métro’ constitue simplement la continuité des logiques de développement en cours depuis plusieurs décennies à Sainté. Ses 53 communes sont bien soumises à Sainté, qui dispose de 42 sièges à son Conseil (seulement 18 pour le reste des communes). Gaël Perdriau en est le Président. De même qu’il est Président du conseil d’administration de l’EPASE (Établissement public d’aménagement). La municipalité a donc toutes les cartes en main pour gérer comme bon lui semble le développement de son produit ; je veux dire notre ville. Mais malgré l’obsession communicante de l’équipe en place, la tâche n’est pas toujours simple, avouons-le. En 2014, un grand quotidien national contrecarre les enjeux marketing de l’Éden ligérien :

« Le ciel est bas mais l’impression de grisaille, presque poisseuse, ne vient pas de là. Dans ce quartier de Saint-Étienne, ce sont les immeubles délabrés qui donnent le bourdon. Les façades sont comme couvertes de suie. Là, des cabanes surplombent le dernier étage d’une construction. Ailleurs, c’est un empilement de bâtiments décrépis au détour d’un escalier. Ici, à quelques pas du palais de justice, dans ce qu’on appelle la Tarentaize, l’un des quartiers déshérités de la commune, même les arrière-cours abritent des bâtisses qui tombent en ruine. Armeville, l’autre nom de la cité de Manufrance, semble être restée “pauvre ville”, la capitale des taudis. » (« Le Monde », 9 décembre 2014)

La fierté populaire de la ville est froissée par cette photographie très parisienne décrite dans l’article. Mais ce n’est rien à côté du contrecoup porté au plan marketing (lancé grosso-modo au même moment) de l’agglomération compétitive dont l’image doit être maintenue :

« À partir des années 1980, cette production de contre-images se poursuit en s’alignant sur les stratégies de marketing en plein essor dans la plupart des autres villes françaises et européennes, entérinant la rupture souhaitée avec la ville industrielle : les acteurs locaux développent ainsi l’image de la technopole, avec son centre d’affaires et ses zones d’activité multiples, avant de rejoindre, à partir de la fin des années 1990, celle de la ville « créative » autour d’un renforcement de l’offre culturelle, de l’appel à des architectes de renom et de la mise en place d’une stratégie basée sur le design. En 2014, la municipalité de Gaël Perdriau (Les Républicains), nouvellement élue, reprend le thème de l’innovation comme marqueur de l’identité locale pour mieux insérer la ville dans les dynamiques de la globalisation. Une campagne de communication intitulée « Savez-vous comment Saint-Étienne change le monde ? » met en valeur l’excellence économique du territoire et son esprit d’innovation, le design étant « naturellement » incorporé dans le patrimoine historique et économique de la ville. » (« Des villes en décroissance stigmatisées ? Les enjeux d’image à Saint-Étienne », par Vincent Béal, Christelle Morel Journel et Valérie Sala Pala, 2017)

L’année suivante, la contre-attaque médiatique surgit avec cette affiche utilisée comme une armée en campagne :
« Saint-Étienne est la capitale du Design. Ça vous étonne ? Pourtant ça fait 200 ans qu’elle invente, et ça continue tous les jours. La preuve : Saint-Étienne est la seule ville française désignée Ville Unesco Design. Elle est aussi labellisée French Tech / Design Tech. Et la 9e édition de la Biennale Internationale Design 2015 a accueilli 210 000 visiteurs. C’est ça, l’expérience Design. »
Désignons-nous Design, rebaptisons la capitale ; tel est donc le virage de la comm’ municipale...
Design : le mot est lancé, relancé, malaxé, martelé jusqu’à l’épuisement, jusqu’à le vider d’un sens dont on n’était déjà pas bien sûrEs...
Il semble que tout soit Design pour la mairie, de la même manière que tout est politique pour unE sociologue militantE. Le Design a surgi de nulle part, à moins qu’il n’ait été extrait par hasard du fond des mines après leur fermeture. Ce n’est pas une exception. Detroit, Turin : le design affectionne les villes déshéritées, car il parvient à faire surgir l’or dans ces zones sans richesse. C’est bien plus commode, l’immobilier y est bouchée de pain, et les habitantEs de ces villes sans-emploi ne peuvent cracher sur un peu plus d’activité économique. Le Design est pratique et pluriel. Il est innovation, urbanisme, économie. Cette spécialité stéphanoise se retrouve même puiser ses origines dans les rubans, les armes et les cycles et est tourné aujourd’hui vers le 2.0. Car le Design est aussi anté-datable que futuriste. Et surtout, le Design est culture. C’est fondamental, car la culture donne son standing à la métropole.

« Dans ce contexte d’émulation entre villes attractives, les composantes immatérielles importent aujourd’hui autant que les ingrédients physiques du projet urbain. À une époque, on pensait la ville en terme de mètres carrés et de fonctions. Mais la ville n’est pas que des fonctions, c’est aussi des émotions, du frottement social et culturel, des rêves, de l’imaginaire. » (Jean Frébault [ex-dirigeant de l’Agence d’Urbanisme du Grand Lyon], dans « La Part-Dieu a-t-elle une âme ? »)

Pour promouvoir cet immatériel, Sainté a opté pour la forme Biennale. Comme Lyon, qui fait les siennes dans la danse et l’art contemporain. La Biennale est une forme très efficace de la culture, en termes publicitaire et économique s’entend. Faire vivre le tissu culturel au quotidien est coûteux et aussi peu lucratif que médiatisable : financer des associations, dépenser les deniers de la ville uniquement pour ses habitantEs est une pratique d’un autre temps. La forme Biennale permet une visibilité et une fréquentation plus larges. Un rayonnement bien plus visible. Un accroissement indéniable du tourisme et de l’essor qu’il procure à l’économie locale. Pendant un mois. C’est court, mais peu importe, car il offre une vitrine pour les investisseurs et un terrain d’expérimentation pour les politiques urbaines. Et c’est ça qui prime...
Pendant un mois, nous sommes sujets de laboratoires, rats dans l’aquarium. Nos quartiers sont curiosités ; particulièrement s’ils sont délaissés. Jacquard en 2015, Beaubrun en 2017 : la collaboration entre la Biennale, l’EPASE et leurs petits bras locaux (associations, propriétaires fonciers) évolue tous les deux ans, cherche de nouvelles pistes et laisse des traces.

On agit par et pour la Biennale, ici-bas.

Puis on peaufine et réinvestit dans l’optique de la suivante. Le Design est l’outil d’aménagement qui finira par pousser les moins fortunéEs hors du cœur de la citadelle, aux pourtours démunis de la Métropole, là où les équipements design n’existent pas. Là où l’espace n’est pas muséifié : car même les squares sont expositions en centre-ville à présent. Les immeubles abattus (« On aère », dit le Sainté Mag de janvier 2019) font place à des espaces verts où l’on ne peut plus entrer (allez faire un crochet au carrefour des rues Etienne Boisson et Grand Gonnet, ou à celui d’Augustin Dupré et rue Tarentaize – ne prenez pas de pique-nique).
Les abribus aussi sont muséifiés, car tout est à vendre et promouvoir. Démontés pendant tout l’hiver 2015 (quoi de plus logique ?) pour revenir en mars équipés de prises USB... pour la 9e Biennale. Et je vous laisse essayer la nouvelle mouture d’abribus du tram à Chateaucreux : la French Tech a inventé l’abri à trous, qui n’abrite ni de la pluie, ni du vent ! Mais avec style, ma foi...

Ici, on esthétise les rues au mépris du fonctionnel et on appelle ça urbanisme. Le Design à Sainté voudrait même faire entrer nos comportements et nos socialisations au musée, ce temple du silence. Les bancs sont remplacés par des sièges monoplaces, sur des places aérées et vidéosurveillées – mieux pensées pour le contrôle de l’espace public. Plus de banc : plus de bande de jeunes qui y traîne, ni d’indésirable qui y dort. Après tout, nous n’avons plus besoin de lieu où parler. Nous n’avons plus besoin de ce qui fait lien, rencontre ou croisement ; de ce qui fait ville, en un mot. Car nous avons mieux. Nous avons le Design.
Une poussée puissante, omniprésente, un nouveau souffle, pourtant parti de rien. Comme une brise légère qui tourne au mistral agressif. Nous laisserons-nous porter par ce vent sans s’apercevoir qu’il n’est fait que de vide ?


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire aussi...

Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Trombinoscope des collaborateurs du « réaménagement urbain » à Saint-Étienne

Ce trombinoscope paru dans le journal du carnaval de l’inutile de mars 2019, nous propose un petit tour d’horizon des assos de « réaménagement urbain » qui ont pignon sur rue à Sainté. Jeunes, « alter » et pleines de bonnes intentions. Nous avons ici une vue rapide sur leurs histoires, leurs projets et leurs liens avec le pouvoir municipal ou national.



Dans la thématique "URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT "

Informations globales   CAPITALISME - GLOBALISATION / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

[Lyon] Fête des lumières, tourisme et Métropole : débat le 22 novembre

Entre aliénation touristique, désastre écologique, marchandisation de la ville, obscurantisme... Quelle vie nous prépare la ville-entreprise ?


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

L’EPASE, un acteur de l’État au service du futur

L’EPASE, c’est notre établissement public d’aménagement de Saint-Étienne, avec ses logiques et modèles, et ses zones où il a planté ses griffes. Le Journal du Carnaval, publié en mars 2019 à l’occasion du carnaval de l’Inutile, nous donnait un début d’explication sur ses finalités dans un de ses articles.


Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Code du policier de l’espace à Saint-Étienne

Article 1.
Comme partout ailleurs, les policiers de l’espace – autrement dit aménageurs, urbanistes, architectes et designers – travailleront main dans la main avec les autres services de police et de renseignement. Ceci afin de limiter au maximum l’utilisation de l’espace public, en particulier par les plus pauvres. En tant que capitale du design, Saint-Étienne se doit d’être un modèle de Smart City. Le numérique dans tous les aspects de la ville devra permettre la sécurisation totale.


Saint-Étienne et alentours Couac   GENRE - FEMINISME / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

La rue est à nous ! ... enfin surtout à eux !

Il y a 75 ans, le 19 août 1944, Élise Gervais était retrouvée morte après avoir été torturée par la Gestapo. En hommage, une rue de Saint-Étienne porte son nom depuis fin 1944. Un fait qui mérite d’être souligné tant il demeure rare jusqu’à aujourd’hui que le nom d’un personnage féminin figure sur une plaque de rue stéphanoise.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Gentrifier Sainté ?

La gentrification est un mot barbare et parfois fourre-tout. Une célèbre encyclopédie en ligne la présente ainsi : « La gentrification (du mot anglais gentry, « petite noblesse »), ou embourgeoisement en français, ou boboïsation dans la presse, est un phénomène urbain par lequel des personnes plus aisées s’approprient un espace initialement occupé par des habitants ou usagers moins favorisés, transformant ainsi le profil économique et social du quartier au profit exclusif d’une couche sociale supérieure. »
Mais qu’en est-il à Sainté ? La question est posée ici avec quelques éléments de réponse...


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

2048

Courte nouvelle d’anticipation parue dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

« Cœur d’Histoire » : beaucoup de bruit pour...

Jeudi 20 Juin 2019 à 18h dans une salle de la Bourse du Travail avait lieu une réunion durant laquelle le maire de Saint-Étienne et son adjoint à la politique du logement Monsieur Jean-Pierre Berger, remettaient une synthèse des quatre ateliers thématiques qui se sont déroulés ces derniers mois, dans le cadre du projet « Cœur d’Histoire », des ateliers auxquels ont participé tout au plus 300 habitant.es., qui, aux dires des Stéphanois.es interviewé.es pour cet article, n’étaient pas très représentatifs de la population dans son ensemble.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

[Radio] Joie, rage et courage - Qu’est-ce qui se trame ?

Alors qu’une troisième ligne de tramway va arriver à Saint-Étienne, retour sur les choix de construction des lignes de tramway et les projets de restructuration urbaine avec la gentrification en toile de fond. Petit exemple de lutte contre les transports payants avec les mutuelles des fraudeur-euses et les actions des R.Z. en Allemagne à la fin des années 70.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Récit de l’histoire des centres sociaux et des politiques culturelles

Une après-midi de février, dans un bar du quartier Tarentaize-Beaubrun, entretien fleuve avec Alawa Bakha, sur l’histoire des centres sociaux et les politiques culturelles et sociales à Saint-Étienne. En voici des extraits, parus dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Quartier Saint-Roch : nouveau théâtre de rénovation urbaine

Article paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile du 30 mars 2019.
La transformation du quartier Saint-Roch vise à redynamiser un quartier qualifié de « précaire », « peu attractif », « peu sécuritaire ». L’aspect participatif du projet est revendiqué par les aménageurs. Nous avons donc mené l’enquête et nous sommes interrogés sur le lien entre l’EPASE (Établissement public d’aménagement de Saint-Étienne) et les associations du territoire.


A la une...

REPRESSION - PRISON
Dans la nuit du 6 au 7 décembre 1986, Malik Oussékine assassiné par deux voltigeurs de la police  

Dans la nuit du 6 au 7 décembre 1986 à Paris, Malik Oussekine, 22 ans, était matraqué à mort dans le hall d’un immeuble parisien où il s’était refugié, par deux policiers « voltigeurs » motocyclistes. Un anniveraire d’autant plus sinistre que les redoutables « voltigeurs », après avoir été interdits à la suite de leur forfait contre Malik Oussekine, ont été officiellement réintroduits en mars 2019. Et ont bien vite renoué avec les pratiques d’alors (lire ici).


MOBILISATIONS - LUTTES
Suivi du mouvement contre la réforme des retraites  

Blocages, piquets de grève, Assemblées générales, actions, manifestations, etc. La journée du 5 décembre qui a réuni plus de 20 000 personnes dans les rues de Saint-Étienne va, semble-t-il, marquer le début d’une période riche en événements. Tentative de centralisation de toutes les informations liées au mouvement contre la réforme des retraites à Saint-Étienne.


MEDIAS
5/12 : Le Gueuloir n°5 est sorti !  

Ça y est, nous y sommes, c’est le 5 décembre… La grève générale, c’est aujourd’hui, et avec un peu de chance et beaucoup de motivation, ce sera aussi demain, et après-demain… Et tous les jours qui suivront. Comme l’année dernière, décembre sera bouillant ! Avec sans doute quelque chose qui aura un air de révolution...


DISCRIMINATIONS - RACISME
Le 1er décembre 1955, Rosa Parks refuse d’obéir aux injections ségrégationnistes et racistes du conducteur James Blake  

Alors qu’elle rentre d’une longue journée de travail comme couturière, Rosa Parks refuse de céder sa place à un passager "blanc" comme lui oblige la loi ségrégationniste et raciste de l’état de l’Alabama. Arrêtée par la police et condamnée pour « conduite désordonnée », elle ne se résigne pas à être une victime de plus du racisme ordinaire. Démarre alors un vaste mouvement de boycott qu’elle organise avec le jeune pasteur Martin Luther King Jr. et de nombreux.euses militant.es du mouvement des droits civiques.


SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER
C’est quand qu’on arrête ?  

La bloggueuse de bande dessinée féministe (mais pas que) Emma a proposé une synthèse, sous forme de BD, des dossiers militants qui existent sur la retraite pour expliquer le nouveau projet de retraite inventé par Macron et Delevoye.


MOBILISATIONS - LUTTES
1947 : la « révolution » à Saint-Étienne  

À la fin de l’année 1947, les grèves se multiplient, à Saint-Étienne comme ailleurs, préfigurant la grande grève des mineurs de 1948. Elles culminent avec le rassemblement du 29 novembre, aux abords de la Préfecture.


REPRESSION - PRISON
[Grenoble] Retour sur l’opération de fichage et perquisition menée le 26 novembre  

Mardi 26 novembre, à partir de six heures du matin, six lieux alternatifs de Grenoble et ses alentours se sont fait perquisitionner. ZAD, squat ou colocation, personne n’a été épargné.
Le prétexte officiel est d’enquêter sur les incendies qui se produisent dans le département depuis deux ans. Une fois de plus, ce sont les milieux autonomes, libertaires, féministes ou écologistes qui sont visés.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Mutiler oui, mais local !  

Le maintien de l’ordre, en plus d’être un outil de contrôle et de répression, c’est aussi un business, et dans la Loire les usines qui se battent pour répondre aux appels à mutiler de la police nationale ne manquent pas. Petit retour sur un contrat local et bien juteux.


MOBILISATIONS - LUTTES
Et tout le monde attend le 5 décembre !  

Les appels à la grève reconductible se multiplient dans tous les secteurs d’activités, du public au privé, des chômeur.e.s aux retraités en passant par les lycéen.ne.s et étudiant.e.s... Parce qu’il est nécessaire que cette première date soit massive et déterminée, nous relayons ici un florilège d’appels locaux et nationaux ainsi que des textes de fond publiés sur d’autres sites. Rendez-vous le 5 décembre, à 10h30 devant la Bourse du travail à Saint-Étienne.


MOBILISATIONS - LUTTES
Soutenons Anas et sa famille  

Notre camarade et ami Anas a, avec son acte dramatique, le vendredi 8 novembre 2019, provoqué un véritable électrochoc tant dans la communauté étudiante en situation de précarité que dans la société entière.
Dans son message, il nous demande, à nous ses ami.e.s et camarades, de continuer la lutte.


LOGEMENT - SQUAT
Retour sur la manifestation pour défendre le droit au logement  

À l’occasion du 30e anniversaire de la « Convention des droits de l’enfant » que de nombreux·ses stéphanois·es se sont réuni·e·s à l’appel des associations, afin de réclamer la mise à l’abri des familles et des 25 enfants encore à la rue, alors qu’un rude hiver à déjà commencé.
Plus de 500 personnes ont défilé de la Place du Peuple à la Préfecture en marquant un temps d’arrêt sur les marches de l’Hôtel de Ville où l’on pouvait entendre des slogans tel que « État assassin ! Mairie complice ! ».


LOGEMENT - SQUAT
La mairie de St Etienne dit qu’elle brûle pour éviter d’aider des enfants !  

Dans le parc du Musée de la Mine à Saint-Étienne vivent depuis plusieurs mois 7 familles d’origine roumaine, dont environ 25 enfants. Pour réclamer de l’aide aux pouvoirs publics qui demeurent sourds malgré les températures négatives, elles ont occupé le hall de la Mairie aujourd’hui. La réponse a été tonitruante.


MOBILISATIONS - LUTTES
Anniversaire des Gilets jaunes, Saint-Étienne  

Samedi 16 novembre, comme partout en France, se sont rassemblés à Saint-Étienne de nombreux manifestants. Ils étaient plus de 1000 à s’être retrouvés pour fêter le premier anniversaire des Gilets Jaunes. Un véritable regain de mobilisation, qui d’ailleurs a pu être observé sur la totalité du pays, mais qui n’est pas une surprise : en effet le ras-le-bol est toujours le même !


LOGEMENT - SQUAT
Communiqué du collectif des occupants de la Bourse  

Au printemps dernier, des centaines de personnes et familles se sont retrouvées sans solution d’hébergement et ont été expulsées successivement de différents lieux dans la métropole stéphanoise. Le collectif des occupants de la Bourse s’est alors constitué pour les soutenir. Rédigé près de huit mois plus tard, un communiqué fait le point sur la situation et les revendications.


MOBILISATIONS - LUTTES
Rassemblement pour A. : des larmes, de la rage et... des arrestations  

Suite à l’appel de l’ensemble du milieu militant stéphanois, de OSE CGT et de Solidaires Étudiant-e-s Lyon, un rassemblement a eu lieu en solidarité à Anas.K et pour dénoncer les coupables de cette tragédie. La journée s’est terminée avec une charge de la Police, un gazage en règle et deux étudiants arrêtés, toujours en garde à vue.