Numéro Zéro - Site collaboratif d'information et de luttes sur Saint Etienne et sa région
Saint-Étienne et alentours   MEMOIRE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Récit de l’histoire des centres sociaux et des politiques culturelles




Alawa Bakha a été directeur d’un centre social à Terrenoire. Aujourd’hui retraité, il est aussi intervenant à l’Université sur la vie associative en anthropologie et développement local et fait partie des administrateurs du Crefad Loire.


Est-ce que tu peux nous raconter un peu d’histoire des centres sociaux à Saint-Étienne ? D’où ils viennent, à quoi ils servent, et comment ils ont évolué à travers le temps ?
Je suis resté 34 ans sur un centre social. En gros, les centres sociaux font partie du paysage stéphanois depuis une soixantaine d’années. Ils appartiennent à un courant, plutôt marqué par le catholicisme social. La fédération des centres sociaux est née dans les années 20 et a toujours côtoyé d’autres courants associatifs, comme le mouvement des amicales, plutôt marquées par leur appartenance et leur affiliation au Parti communiste – un communisme qui a toujours été fortement ancré au niveau local d’ailleurs. On peut aussi parler des maisons de quartier, qui étaient plutôt à l’initiative de la mairie.
Les objectifs des centres sociaux, c’est large, mais on pourrait d’abord dire participer au développement local d’un quartier – ça, faudrait préciser ce qu’on entend par développement – et, surtout, je dirais, accroître le pouvoir d’agir des habitants. On peut dire qu’un virage a été pris au début des années 80, à l’arrivée de Mitterrand au pouvoir.
Car à partir de ce moment-là des dispositifs nouveaux se mettent en place : en 81 il y a eu par exemple les stages d’insertion pour les jeunes, et ça passait par nous, donc d’un seul coup on a vu s’accroître nos budgets. Globalement, ce sont des années où il y a eu pas mal de création de postes, des rénovations. Un nouveau groupe de professionnels voit donc le jour, qui deviennent aussi les interlocuteurs principaux des élus. Et, à force d’être instrumentalisés, en tout cas d’être soutenus et quand même orientés, ces équipements sociaux, comme les centres sociaux, ont perdu leur part de politique. On devenait de plus en plus des obligés, on a progressivement dû faire de la gestion. La dimension d’employeur d’un côté et de service de l’autre va prendre le pas. Et les bénévoles se sont progressivement désengagés.

Quelles étaient les activités concrètes des centres sociaux à tes débuts, quand ils étaient particulièrement investis par des jeunes militant.es comme tu disais ?
Le souci premier en fait c’était qu’il existe un lieu où il fait bon vivre dans le quartier. Ça correspond aussi aux moments, en tout cas à partir des années 50, des barres HLM, des grands ensembles. Mais y’avait rien dans ces nouveaux quartiers. Et la loi obligeait à cette époque à offrir au milieu associatif des m² sociaux, c’était dans les plans : on construit 200 logements, on fait une école, et il y avait des m² sociaux, et c’était aux habitants de s’organiser pour occuper ces espaces-là ; dans d’autres quartiers c’est venu après.

Dans ces m² associatifs, il n’y avait pas d’attentes précises, concernant ce qui devait se faire, ou ne devait pas se faire, surtout concernant les manières de faire des choses avec les habitant.es ?
Il n’y avait aucune injonction. La mairie avait peu d’emprise sur ces espaces-là, du moins au début. Et c’est les gens qui ont créé les associations et qui y ont fait ce qu’ils voulaient bien en faire. Là-dessus la forme centre social se mariait bien avec leurs envies en général, donc ça se faisait comme ça. Donc oui, les activités, pour certains il y avait pas mal d’activités pour les enfants : crèche, ateliers divers, tous ces besoins-là. Pour les adultes, ça pouvait être de faciliter les échanges culturels entre les gens, les communautés arrivant dans les quartiers, ça pouvait être, accueillir des artistes, organiser un carnaval, le don du sang, mais aussi des choses qui s’imposaient à nous : faire de la prévention des addictions par exemple, en tout cas en parler, savoir vers qui se tourner. À certains endroits il y avait un engagement militant revendiqué contre l’office HLM par exemple, quand les conditions d’attributions étaient discriminatoires. C’était des associations de locataires qui prenaient appui sur un centre social pour s’organiser, pour contrecarrer les politiques d’attribution de logements, pour revendiquer ou discuter la gestion de certains espaces communs. Il y a eu des grèves de loyers aussi, des trucs comme ça. Il y a eu des occupations de l’inspection académique pour protester contre des fermetures de classes. C’était du militantisme local centré autour de préoccupations locales.
De 77 à 83, c’était une municipalité de gauche, donc on a eu des subventions de fonctionnement – mais c’était une subvention globale, il n’y avait pas de mot d’ordre, pas d’évaluation, pas d’injonction à l’utiliser dans tel ou tel sens. Le maître mot dans les centres sociaux, c’était l’animation globale, personne n’était spécialisé sur cette tranche d’âge ou celle-ci, on ne recevait pas d’argent pour ce type de projet précis, on faisait à partir de ce qu’il y avait, des besoins et des envies les plus simples, quotidiennes, on partait de là. Au fil du temps, cette notion d’animation globale a été remise en cause, c’est-à-dire qu’on a commencé à nous reprocher qu’on ne savait pas ce qu’on faisait ; en tout cas la mairie trouvait ça trop flou.

Donc c’est ça que vous allez commencer à entendre ? On va vous demander de clarifier ce que vous faites, de rendre des comptes à la municipalité ? Est ce que de gens vont voir venir le truc, en se disant que ça allait mettre un coup au quotidien des centres sociaux ?
Ben oui, nous on n’a jamais cessé de le dire, quand ces discours-là sont arrivés. La fonction des centres sociaux, c’est de s’appuyer sur ce qui émerge du terrain, c’est de faire émerger la parole des habitants. Et ça, on peut pas l’anticiper, on ne doit même pas le deviner, donc on n’a pas a priori à décider de ce qu’on va faire dans ces lieux-là. Et donc là oui, il y a des logiques et des vocabulaires différents qui voient le jour. Et résister contre ça, c’était d’abord, pour nous, se battre pour que, dans les conditions d’agrémentation d’un centre social, soit maintenue ce qu’on appelait l’animation globale, et pas de l’animation spécifique.
Se retrouver face aux changements de vocabulaire, incivilité, parentalité, adolescence, projet, comment des nouveaux mots s’imposent, avec leur financement, les professionnel.les qui vont avec et puis d’un coup ça devient un problème public qu’il faut savoir gérer…
Et oui, il y a eu toute une segmentation, bien précise, de ce qui existait avant. Surtout, le mouvement, c’était celui de transformer de la qualité en quantité, il a fallu mesurer et évaluer tout ça. Tu vois, un animateur ou un éducateur qui travaillait auprès de huit jeunes tout au long de l’année (parce que y’en avait huit qui venaient), on lui a dit, « ben c’est pas suffisant, d’abord, faut fournir la liste de jeunes, puis identifier ton public, identifier leurs besoins, de façon à cibler les financements » – c’est l’époque des missions locales aussi. Et puis, sur la jeunesse par exemple, on nous a demandé d’être le relais des préoccupations politiques sur l’emploi. Le caractère éducatif devait s’orienter vers l’emploi. On nous a demandé de faire en sorte que les jeunes soient employables, mais c’était pas notre truc, et les jeunes venaient pas pour ça à la base.
Tout ça, c’est des dispositifs : identification des publics, ciblage des politiques publiques, des acteurs pour mener à termes ces politiques, donc c’est ça qui va changer les centres sociaux.

Tu dirais que la charge politique, le fond et l’héritage politique de ces lieux-là se désagrègent à ce moment ?
Oui. Nous on a toujours tenté de préserver cette dimension politique, mais ça été compliqué, et puis complexe par rapport aux subventions desquelles on dépendait fortement. En même temps c’était pas notre truc non plus, on était là pour les gens. Nous, notre point de départ c’était : « on fait émerger la parole des habitants, on est soucieux de ce qui se passe dans le quartier, et forcément ça peut devenir politique ».
Début 80, pendant des émeutes à Lyon, y’a un centre social à Vaulx-en-Velin qui avait été brûlé. Donc gros questionnement quand même, « comment se fait-il que ? ». Et effectivement, pour toute une génération, les équipements de proximité c’était plus des lieux engagés, avec des interlocuteurs sur qui on peut compter, mais ça devient des relais des pouvoirs publics qui ont pour seules préoccupations de pacifier le quartier.
Le discours aussi, dans les quartiers les plus misérables, c’était « il faut prouver sa citoyenneté, on est pas citoyen de fait, il faut participer pour ça ».

Là, il y a les ateliers du quartier « cœur d’histoire », la nouvelle dénomination du quartier qui va de la Charité à la médiathèque de Tarentaize. Il y a eu une réunion publique d’information, où les gens présents, c’étaient des blancs, plutôt aisés, en tout cas ça ne reflétait pas du tout un quartier, plutôt pauvre, avec une population plutôt maghrébine. Donc il y a des dispositifs comme ça, que la mairie appelle de la démocratie participative, mais les habitant.es dans leur ensemble, n’y vont pas tous. Toi, tu as vu ça arriver ?
Oui, nous le bilan qu’on avait fait, de tous ces conseils de quartier dit participatifs, c’était en gros que ... enfin on résumait ça de manière très triviale, c’était accessible à l’homme blanc de plus de cinquante ans. Il y avait très peu de femmes, très peu de jeunes, peu de personnes issues de l’immigration. En fait c’était surtout des propriétaires qui venaient, alors c’est sûr que les enjeux n’étaient plus les mêmes. Ils avaient d’autres préoccupations : celui-là voulait des trottoirs plus larges, lui voulait circuler en voiture ici, donc nous on a remarqué que, concernant la politique de la ville, ce sont les aménagements urbains et ce genre de questions qui ont pris le pas. Au début, en gros, on avait connu une enveloppe de la ville, de la région, du conseil général (un pot commun qu’on appelait « politique de la ville ») qui se partageait entre 50% pour le social, donc ça c’était nous, les centres sociaux, et autres bien sûr, et 50% d’aménagement – ça jusque dans les années 90. Et au fil du temps c’est devenu plutôt 80% pour les aménagements urbains. C’est ça qui est devenu le signe d’une ville qui se porte bien. Ils ont aussi voulu démolir les grandes tours, nettoyer un peu la ville, et ça coûtait très cher, donc les municipalités, les régions se sont progressivement désengagées des politiques sociales concrètes. Alors, pour beaucoup de travailleurs sociaux, l’idée a été de trouver un juste milieu, à la fois continuer d’être le relais des politiques publiques pour survivre, et renouer avec les habitants du quartier. Mais un tas de choses se sont perdues en route, les gens ont pris l’habitude de s’adresser à un équipement de quartier comme ils s’adresseraient à une crèche municipale, comme un service, l’appropriation de ces lieux-là ne s’est plus du tout faite spontanément, les gens se sont de moins en moins engagés. Et puis, il y a eu des labellisations des équipements, et le fonctionnement sur appel à projet (par contraste avec les subventions globales du départ) a fait émerger une sorte de mise en concurrence des équipements les uns avec les autres.

Dernière question, concernant les équipements qu’on voit apparaître aujourd’hui, notamment sur les quartiers réhabilités par l’EPASE mais aussi en lien avec les activités de la Cité du Design, dans la rue de la Ville, autour de la Cartonnerie, ou dans le quartier Saint-Roch actuellement... Pour le coup le signifiant « d’éducation populaire » est pas mal utilisé. Illes ont l’air de vouloir jouer un rôle assez similaire à tout ce que tu viens de raconter, mais dans les faits, les référents culturels qu’illes implantent apparaissent un peu hors-sol, par rapport au quartier. On a plutôt l’impression qu’on les fait venir ici avec des idées, a priori assez précises (en gros, refaire la façade du quartier en investissant les rez-de-chaussée, mais pour y installer des commerces). Qu’est ce que tu en penses ?
Bon alors, ces initiatives-là d’abord, il faut dire que ce sont des trucs assez précaires, enfin je crois. Le nombre de contrats aidés, de services civiques qu’il y a là-dedans est très important, donc ça témoigne déjà du retrait de la ville, de l’état d’un certain engagement, de son soutien pour des équipements importants, et surtout pérennes. Ensuite, c’est sûr qu’à la tête de ces initiatives-là, on retrouve des gens qui ont un certain niveau d’étude, qui ont un master, etc. Un certain capital quoi, pour se présenter devant des élus, monter un dossier ; c’est des professionnels. Après, de plus en plus, l’ancrage territorial ne se fait plus à partir des habitants mais à partir d’un réseau où on trouve quelques militants, des artistes, des gens qui ont un projet. Sociologiquement on se retrouve dans cette tranche de population qu’on appellerait les bobos, la petite bourgeoisie intellectuelle mais sans que ce soit péjoratif – d’ailleurs moi je le suis devenu en quelque sorte – mais on a plus tout à fait la même vision du quartier, ça c’est sûr. Et c’est eux plutôt qui s’y retrouvent dans ces associations. Autre chose. Je pense, par rapport à la manière dont ces associations ou initiatives agissent, c’est qu’elles arrivent avec un impératif de visibilité. Elles doivent prouver leur utilité et donc c’est quand même ça qui préside à leur activité. Et, ce qu’on peut leur reprocher peut-être, qu’elles le veuillent ou non, elles sont le relais des politiques publiques. Et des trucs comme le Mixeur tout ça, bon là c’est une mode, ça fait jeun’s, décalé, innovant, ça correspond bien à l’image que le maire veut donner de la ville de Saint-Étienne. Mais je pense qu’il s’y passe des choses qui les dépassent, qui se font malgré elles, des rencontres, des échanges...


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT "

Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE / MEDIAS

Langue de bois, novlangue, « serenicity » : gros mensonges

Serenicity serait une super pompier qui va sauver les citoyen.nes perdu.e.s du web, Serenicity une start-up pour écouter les oiseaux avec l’aval de CNIL ? Et le Progrès serait un journal d’information ?
Sur la question des micros à Beaubrun, on nous dit n’importe quoi. Petit décryptage.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

« Que sont nos quartiers devenus ? » socio-histoire des grands ensembles des quartiers Sud-Est de Saint-Étienne

Rencontre à la librairie Lune et l’Autre jeudi 2 mai à 19h avec Rachid Kaddour autour de son livre « Les grands ensembles patrimoines en devenir » : une histoire des politiques urbaines et du peuplement des grands ensembles de Beaulieu/Montchovet/La Métare (PUSE).


Saint-Étienne et alentours   MEDIAS / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Sortie du Journal du carnaval 2019 : design-on l’ennemi !

Ce journal, sorti à l’occasion du carnaval de 2019, gratte pour voir ce qui se cache derrière la marque de Saint-Étienne comme capitale du design.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Voisin.e.s vigilant.e.s + flics violents = récit d’une non-ouverture de squat

Récit d’une tentative d’ouverture quelque part à Saint-Étienne, empêchée par l’action coordonnée de la police et de ses collaborat.eur.rice.s en pyjama.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

2,8 millions de logements inoccupés en France et Saint Etienne n’est pas en reste

A l’abri sous les flonflons de la biennale, la mairie met des dizaines de familles et personnes à la rue. Alors que partout en France le nombre de logements vides augmente et que selon une récente étude de L’INSEE, il y a environ 13 000 logements vides à Saint-Étienne, comment le maire Pedriau peut-il encore défendre une « ville inclusive » ?
Retour en chiffres sur la soi-disant crise du logement en France et à Saint-Étienne en particulier.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Lettre ouverte à Monsieur le Maire de Saint-Étienne, Monsieur le Préfet de la Loire et au-delà

Nous étions, ce mercredi soir, quelques dizaines de citoyens soutenant la cause des migrants et personnes sans domicile fixe à vouloir interpeller, lors de l’inauguration de la Biennale du design, nos responsables politiques et administratifs, sur les menaces d’expulsions pesant sur quelques squats de notre ville, ainsi que sur notre inquiétude de voir mises à la rue de nombreuses personnes et familles à la fin de la trêve hivernale.


Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Design partout, Justice nulle part

A vous visiteuses et visiteurs de la Biennale de l’ennui,
Nous ne sommes pas dupes, ne le soyez pas lors de votre passage touristique à Sainté. La biennale du design vend une ville qui n’existe pas et qui n’est pas la nôtre. Elle n’inonde en rien la vraie vie et n’est qu’une vitrine. Ce n’est pas avec un événement international que les stéphanois-e-s auront une plus belle vi(ll)e.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Carnaval de l’inutile

Il fut un temps, où le carnaval était le jour où les esclaves se déguisaient en roi pour se moquer des puissant.e.s. Une occasion d’inverser les rôles, de transgresser les normes établies. Pour un jour, le monde marche à l’envers ! Aujourd’hui, à Saint-Étienne, ce sont les puissant.e.s qui l’organisent – celleux-là mêmes qui relookent la ville en Capitale du design. Celleux-là mêmes qui font mourir des quartiers habités pour en construire de nouveaux aseptisés. Nous proposons plutôt un giga carnaval coloré, bruyant et indomptable !
Les 30 et 31 mars 2019, ce sera un week-end coloré, bruyant et indomptable !


A Lire ailleurs   CAPITALISME - GLOBALISATION / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Il a du STEEL ce chantier ...

Nous relayons ici un texte paru sur Indymedia Nantes qui raconte en poésie une nuit de la Saint Sylvestre pas comme les autres dans le secteur Monthieu...


Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Vous étiez filmé·e·s, vous serez bientôt écouté·e·s

Quand le fabricant d’armes Verney-Carron construit la ville sécuritaire de demain.
A Sainté, des micros dissimulés dans le mobilier urbain pour écouter la rue... mais pas d’inquiétude, la CNIL a dit oui.


Dans la thématique "VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES "

Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Fête du 1er mai à La Cale

Fête du 1er Mai, Fête des Travailleurs, Fête du Quartier !
Les Cris du Quartier vous invitent une nouvelle fois pour son rendez-vous annuel.
On n’oublie pas que le 1er mai n’est pas la fête du travail, mais bien la journée internationale des travailleurs !


Saint-Étienne et alentours   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

[St-Julien-Molin-Molette] Week-end anti-nucléaire en soutien à la lutte à Bure

Du vendredi 3 mai au dimanche 5 mai, un week-end d’information, de soutien et de partage est organisé à Saint-Julien-Molin-Molette autour de la lutte contre l’enfouissement des déchets radioactifs à Bure, dans la Meuse.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Pique-nique mercredi 1er mai

Rendez-vous après la manif de mercredi 1er mai pour un pique-nique à 12h30 au parc de la place Albert Thomas
Apportez vos plats à partager, des jeux d’extérieur, vos boules de pétanque et traînons ensemble pour continuer de célébrer le 1er mai en papotant et jouant !


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Nouvel atelier de conversation en français langue étrangère « Bouches à oreilles »

Pour se rencontrer au travers de la la langue française, découvrir sa ville et ceux qui la peuplent. Pour discuter simplement et librement, de tout et de rien... Destinés aux nouveaux et nouvelles arrrivant.e.s comme aux stéphanois.e.s de longue date.


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Football militant

La Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT) vient de publier un communiqué de solidarité à l’égard des migrant.e.s et des militant.e.s du Briançonnais et de mettre à jour sa présentation très sociale du sport et des loisirs.
Retour sur cette association très active dans la Loire, et zoom sur le foot à 7, ou foot autogéré !


Saint-Étienne et alentours Les Sampianes   GENRE - FEMINISME / MOBILISATIONS - LUTTES

2 Poils dans la Soupe Festival

Pour un 8 mars 2019 féministe et anticapitaliste !
C’est la deuxième édition du festival « Un poil dans la soupe » organisée par les Sampianes, qui a lieu autour du 8 mars : Journée internationale des luttes des femmes. Cette année on vous propose des activités féministes variées dans différents lieux de Sainté pour se rencontrer, échanger, apprendre, se renforcer, créer des solidarités et se marrer.


Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Soirée en soutien à la casa cantoniera occupata de Oulx

Samedi 16 février à La Cale (amicale du Crêt-de-Roc) à partir de 20 h. Collecte sur place.
La casa cantoniera de Oulx (Italie) est un refuge autogéré pour migrant.es et exilé.es de passage. Un lieu pour pouvoir s’organiser, contre les frontières sur nos montagnes et le système qui leur est relié.


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   EXPLOITATION ANIMALE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Cantine de soutien aux activistes inculpé.e.s et détenu.e.s de 269 Libération Animale

L’espace autogéré stéphanois « La Gueule Noire » organise une cantine de soutien aux camarades antispécistes de 269 Libération Animale touché.e.s par la répression pour leur pratique de l’action directe contre le système économique.
Venez nombreux.ses le samedi 19 janvier à partir de midi ! Tous les détails ici.


Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Resto vegan à la Gueule noire

Resto vegan à la Gueule Noire. Les sous iront en soutien au Bilboquet (lieu d’activités, infokiosque, expos etc..) qui s’installe et fusionne au 17, rue de la Mulatière. Le repas sera suivi d’une rencontre avec Daniel COLSON autour de son livre « Proudhon et l’anarchie »


National   MOBILISATIONS - LUTTES / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

[Marseille] Manif de masse(s). Bal masqué contre le Mur de la Plaine le samedi 24 novembre

Appel aux masses contre le Mur de la Honte et le chantier de la Plaine.
Déambulation festive offensive et masquée au départ de la sinistre Mairie de Marseille, Vieux Port, samedi 24 novembre, 16h.


Dans la thématique "MEMOIRE "

Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME / MEMOIRE

Qui sème le vent récolte la tapette

Événement annulé et reporté à l’automne !
Jeudi 13 juin à partir de 19h au 17. Entrée libre.
Présentation du livre Qui sème le vent récolte la tapette, Une histoire des Groupes de libération homosexuels en France de 1974 à 1979, de Mathias Quere aux éditions Tahin Party. En présence de l’auteur et de la maison d’édition.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / LOGEMENT - SQUAT

Rencontre avec Victor Collet autour du livre « Nanterre, du bidonville à la cité » (éditions Agone)

Vendredi 17 mai 2019 à 19h à l’Amicale Laïque du Crêt de Roch (16 rue Royet).
De l’entrée des premiers militants chrétiens dans les bidonvilles jusqu’à la naissance des mouvements menés par les immigrés eux-mêmes, en passant par l’engagement des gauchistes de la faculté toute proche, ce livre est une histoire de rencontres et de luttes.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

Deux poids, deux mesures : une semaine d’évènements autour du spectacle « Les Tondues »

Une semaine - et même un peu plus - d’évènements proposés dans toute la ville pour prolonger les questions abordées dans le spectacle intime et historique « Les tondues » : les femmes tondues en 1944, la mémoire collective, les tabous de l’Histoire, la domination masculine, les inégalités homme/femme...


Saint-Étienne et alentours Couac   MEMOIRE / MOBILISATIONS - LUTTES

Université, mai 1968 – avril 2019 : d’une occupation à une autre

61 ans. La durée qui sépare la brève occupation (une trentaine d’heures) d’un bâtiment de l’université Jean Monnet qui s’est achevée il y a huit jours et l’occupation de la fac qui s’était déroulée en mai-juin 1968 (une trentaine... de journées). Couac vous propose de vous replonger dans l’épisode de mai-juin 1968 avec un article paru dans sa version papier au printemps 2018.


Saint-Étienne et alentours   MEMOIRE / REPRESSION - PRISON

Projection du film « Enfermés mais Vivants ». Rencontre sur l’Univers Carcéral

Au Remue-Méninges, mercredi 17 avril à 20h.
Il reste les murs et les souvenirs, tout le reste a changé. Pendant longtemps, Annette et Louis se sont aimés malgré la prison qui les séparait. Tour à tour ils racontent ces longues années et tracent librement des sentiers dans ces lieux où, avant, on décidait pour eux.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEMOIRE

Projections « Mémoires de mines »

L’association algérienne d’éducation à l’image, Ciné+ (à Timezrit) et le Cinéma Le France (à Saint-Étienne) se sont associés pour développer un projet cinématographique sur le patrimoine minier. Des adolescents algériens et stéphanois se font passeurs de mémoires pour comprendre les histoires industrielles, coloniales et aussi humaines communes à ces deux villes.


Saint-Étienne et alentours   MEMOIRE

La Commune de Saint-Étienne, du 24 au 28 mars 1871

La Commune de Saint-Étienne eut lieu entre le 24 et le 28 mars 1871, après plusieurs jours d’agitation. Le 24 mars une centaine de manifestant.e.s, rejoints par la Garde Nationale et la foule, investissent l’Hôtel de ville et hissent sous la coupole le drapeau rouge.


A Lire ailleurs   MEMOIRE

Le 18 mars 1871 : Le peuple et la Garde nationale fraternisent contre la République bourgeoise

Le 18 mars 1871, le gouvernement d’Adolphe Thiers tente de désarmer la Garde nationale et les parisiens en prenant le contrôle des canons de la butte Montmartre. L’événement qui aurait pu être anecdotique se transforme en une révolution qui durera deux mois et marquera l’Histoire.


A Lire ailleurs   MEMOIRE / REPRESSION - PRISON

Violence, émeute et conflits sociaux : élements d’instruction pour un député En Marche

Alors que trois députés LREM de la Loire sur quatre ont voté en faveur de la loi anti-casseurs (Borowczyk, Mis, Faure-Muntian) - allant même jusqu’à affirmer pour l’un d’entre eux (M. Borowczyk) que « cette loi n’est pas liberticide » - il nous semble intéressant de publier cet article du site tourangeau La Rotative pour qui les député.es font preuve d’une « ignorance crasse de l’histoire des conflits sociaux en France ».


Saint-Étienne et alentours   MEDIAS / MEMOIRE

[Radio] Huey P. Newton et le Black Panther Party

Émission « Du Trafic dans le Tiroir » sur Radio Dio - Épisode 05 : Huey P. Newton.
Du trafic dans le tiroir, qui est exceptionnellement renommé, l’Amérique quel foutoir. Nous allons vous raconter l’histoire de Huey Percy Newton, jeune homme devenant moins jeunes avec les années, jeune homme noir américain tout à fait intimement liée à une autre histoire, celle du Black Panther Party, dont on en profitera pour vous narrer quelques facettes ; sans facéties.


A la une...

LOGEMENT - SQUAT
Logement : pas de repos sur Les Lauriers  

Si le rejet par le tribunal de l’expulsion de la Poste à Solaure a donné un peu de répit à ces personnes à qui l’on refuse l’accès à un logement, il n’en demeure pas moins qu’elles sont contraintes, ici comme ailleurs, de vivre dans un squatt. Rencontre avec un de ceux qui slaloment entre les squats, la rue et l’hébergement d’urgence (article paru initialement dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019).


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Débat « Démocratie, représentation, peuple. Comment la contestation des Gilets jaunes (re)définit ces termes ? »  

Le mouvement des Gilets jaunes dure depuis plus de six mois. Cette mobilisation pose de profondes questions sur le fonctionnement du système démocratique en France et sur ses fondements mêmes. Débat avec Samuel Hayat et les Gilets jaunes à l’Amicale laïque de la Richelandière (82 rue de la Richelandière), mercredi 12 juin 2019 à 19h.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Quartier Saint-Roch : nouveau théâtre de rénovation urbaine  

Article paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile du 30 mars 2019.
La transformation du quartier Saint-Roch vise à redynamiser un quartier qualifié de « précaire », « peu attractif », « peu sécuritaire ». L’aspect participatif du projet est revendiqué par les aménageurs. Nous avons donc mené l’enquête et nous sommes interrogés sur le lien entre l’EPASE (Établissement public d’aménagement de Saint-Étienne) et les associations du territoire.


REPRESSION - PRISON
Ambert : Silence obstiné et contrôle acharné (et inversement)  

Cela fait maintenant un an que deux personnes sont inculpées et placées sous contrôle judiciaire dans le cadre d’une instruction criminelle, accusées d’avoir tenté de brûler un véhicule d’Enedis à Ambert en juin 2017. Ce CJ les empêche notamment de rentrer en contact l’un avec l’autre ainsi qu’avec 5 autres personnes, les contraint à ne pas quitter le département et à pointer deux fois par semaine.


LOGEMENT - SQUAT
Une expulsion rejetée comme une lettre à la poste  

Le 14 mai, dans la boîte aux lettres de l’ancienne poste de Solaure est arrivé un courrier, plus précisément une requête cachetée du sceau de la commune de Saint-Étienne. La présente convoquait l’occupant officiel des lieux à une audience au tribunal administratif de Lyon le 24 mai 2019. Récit du procès.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Pétition contre l’installation de micros  

Une pétition est lancée contre l’installation de micros dans le quartier Tarentaize-Beaubrun-Couriot. Le texte est reproduit ici, et la pétition téléchargée pour signature.


LOGEMENT - SQUAT
Pas d’expulsion à Solaure ! Conférence de presse et rassemblement  

Ce mardi 4 juin, appel à rassemblement place Jean-Jaurès à 17h30 pour une conférence de presse à propos du droit au logement pour tou.te.s et de la situation des personnes en demande d’asile à Saint-Étienne.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le Couac n°7 est sorti !  

L’équipe du Couac vous présente un nouveau numéro de son pigeon dépenaillé. Avec une formule qui ne change pas : des brèves, des articles d’actu et d’investigation sur différents thèmes ainsi qu’un dossier. Un dossier cette fois consacré aux différentes formes de contrôle sur la ville et ses habitant.e.s. On vous propose ici l’édito du numéro.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Luttes en Grèce - Rencontre avec des membres de Rouvikonas  

A l’occasion d’une tournée en France et en Belgique, des militants de Rouvikonas viendront à Saint-Étienne, au lieu autogéré La Dérive (91 rue Antoine Durafour) le mercredi 5 juin à 19h.
Comment résister face au durcissement des régimes politiques en Europe ? Comment sortir du capitalisme et de la société autoritaire ? Sur quelles bases créer des convergences de luttes ? Que propose Rouvikonas ?


FLICAGE - SURVEILLANCE
Google et la Safe City  

Article paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019. Un « atelier numérique Google » va s’installer à Saint-Étienne, sans doute à l’angle de la place Jean Moulin et de l’avenue de la Libération (ex Royal). Au-delà du barnum organisé autour de cette arrivée par G. Perdriau et J.M. Mis, député LREM, que peut bien signifier cette installation, ainsi que l’annonce de Serenicity, dispositif d’écoute sonore de l’espace public ?


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
La jeunesse, mobilisée pour le climat et réprimée  

Retour sur la seconde mobilisation à Saint-Étienne le 24 mai suite à l’appel international Youth For Climate : une belle mobilisation mais une répression policière inattendue et scandaleuse !


FLICAGE - SURVEILLANCE
The wire, Tarentaize sur écoute  

L’installation par la mairie de Saint-Étienne de micros dans le quartier Beaubrun-Tarentaize-Couriot est critiqué par des institutions scrutant le respect des libertés publiques et contesté dans la rue. En mars déjà, le journal du Carnaval de l’Inutile dénonçait le projet.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Manifestation pour sauver le climat et le droit d’asile  

Samedi 25 mai - Mobilisation européenne #STOP DUBLIN*
RDV à partir de 10h à la Bourse du travail.
Marche pour le droit d’asile et pour le climat.
À midi : partage de pique-nique et prises de paroles au parc du Puits Couriot.
Et aussi, de 13h à 17h après-midi partage place de l’hôtel de ville : lectures et goûter sont prévus (n’hésitez pas à amener des textes qui vous semblent cohérents).


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Grève pour le climat Saint-Étienne - #2  

Nous avons été très nombreux à Saint-Étienne pour le premier acte de ce mouvement mondial, il est temps de remettre ça ! Rendez-vous le 24 mai, 12 h place de l’Hôtel de Ville, départ 13 h.
« Pour la première fois depuis des décennies, nous, les jeunes, sommes convaincus que notre vie ne sera pas meilleure que celle de nos parents. La raison de cet avenir sombre ? Un modèle de société mortifère, qui détruit la vie sur Terre et défait les équilibres des écosystèmes et les liens sociaux. »


MEMOIRE
Voter c’est abdiquer  

En l’approche du scrutin du 26 mai, quelques pistes de réflexion sur un choix qui reste personnel, politique, philosophique et éthique. Ce qu’il faut retenir, c’est que le plus important se joue hors des urnes.


MEMOIRE
Zola, la “Vallée de l’Ondaine”, et le monde ouvrier  

En juin 2019 sera célébré le 150e anniversaire de la “Fusillade du Brûlé“ à La Ricamarie dans le sud de la Loire. Emile Zola s’inspira en partie de cet événement sanglant pour écrire son livre “Germinal“.
Sa description des modes de vie, d’organisation et d’action de ce monde de mineurs et de sidérurgistes dans les trois dernières décennies du 19e siècle, apparait pour beaucoup de lecteurs comme un authentique témoignage d’une réalité vécue. Toutefois, au regard de l’histoire, le comportement et les actions du mouvement ouvrier qu’il décrit sont bien loin de refléter la réalité des luttes de cette époque et la complexité de leurs enjeux.


MEMOIRE
Des Vermiraux à Saint-Genest-Lerpt  

Voici un tract distribué à Saint-Genest-Lerpt avant la représentation d’un spectacle de théâtre qui avait comme point de départ la révolte des Vermiraux.

« Aujourd’hui et ici on parle d’une révolte de gamins aux Vermiraux. Là bas, aux Vermiraux, il y avait une colonie, un lieu d’enfermement »


MOBILISATIONS - LUTTES
Récit de stéphanois à Lyon : Acte 26, nationale à Lyon  

Un appel national avait été lancé pour cet acte 26 le samedi 11 mai à Lyon. Une équipe du Gueuloir s’est rendu sur place. Récit d’une journée de mobilisation qui restera gravée dans les mémoires !


LOGEMENT - SQUAT
Campagne collective : on s’affiche pour le droit au logement !  

Depuis plus d’un mois maintenant vous avez pu voir fleurir sur les murs sales de notre bonne ville une campagne d’affiches de soutien aux personnes qui se font régulièrement expulsées de leurs abris. Parce que tout le monde à le droit à un toît et que nous manquons toujours de bras, à vos pinceaux, prêt’es ? Collez !


FLICAGE - SURVEILLANCE
Déambulation festive contre Serenicity, retour en image  

Samedi 10 mai, une grosse centaine de personne a défilé dans les rues du quartier Tarentaize-Beaubrun en musique et en costumes pour contester le projet d’écoute de l’espace public.


MEDIAS
Le journal du carnaval de l’inutile est en ligne !  

Le carnaval de l’inutile 2019, en plus d’avoir réussi à faire fermer pour une journée la biennale du design, déambulé dans la ville au coté des gilets jaunes, a publié son journal que vous avez peut-être déjà eu l’opportunité de voir traîner dans les plus beaux canis de la ville.
Ce journal est une proposition : une récolte d’anecdotes, de vécus, de prises de tête, de colères et de récits. C’est un constat subjectif de l’état de la ville par ses habitantes et habitants. Il nous faudrait choisir entre Saint-Étienne capitale des taudis et du Design. Franchement, on s’en fout, et bien d’autres questions demandent à être posées avant ça. Le journal est disponible ici.


REPRESSION - PRISON
Des gilets jaunes face à la justice... de classe : le juge vitrifie le parquet  

Le 30 avril 2019, le procureur requiert 1000€ dont 700 avec sursis contre Monsieur B., Gilet Jaune, pour une insulte visant le commissaire Gonon sur la page de La Loire en Colère. Le juge va au-delà, il prononce une peine de 1000€ d’amende, soit un SMIC à régler à l’État !

« Parfois la foule trahit le peuple, Monsieur B. vous avez trahi le peuple ce jour-là ! » (Monsieur le procureur, TGI de Saint-Étienne)


FLICAGE - SURVEILLANCE
L’installation des micros-mouchards dans le quartier Tarentaise-Beaubrun est repoussée  

Suite à la vive polémique suscitée par la publication des documents de la maire sur le projet de « Safe City » par la quadrature du net, la CNIL demande à la ville « des informations supplémentaires sur ce dispositif ». Pour autant la bataille continue et il ne faut pas baisser la garde.


LOGEMENT - SQUAT
Actions en soutien aux expulsé-e-s de la Bourse du Travail  

De nombreuses actions depuis le début du mois dont des performances / lectures ce vendredi 25 mai 2019 à 13h place de l’Hôtel de Ville.
La mobilisation de ces différents moyens d’intervention dans l’espace public nous rappelle notre devoir citoyen et incite à des gestes engagés en vue d’une solution de logement durable. Assurons un accueil en dignité !


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Projection-débat pour l’étape stéphanoise de l’Atomik Tour  

Le 15 mai 2019, le Dix-sept accueille l’étape stéphanoise de l’Atomik Tour, un infotour parti de Bure pour questionner notre rapport au nucléaire, mieux cerner les enjeux localement et susciter des actions.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Suite de la réquisition du portrait d’Emmanuel Macron à Sorbiers  

Suite à la réquisition du portrait d’Emmanuel Macron à Sorbiers le 26 avril, la maire a déposé plainte hier matin et la gendarmerie est venue remettre une convocation concernant Vincent Bony à son domicile dans l’après midi pour « vol en réunion ». L’audience aura lieu à la brigade de gendarmerie de Sorbiers (Loire), rue de l’entente, mardi 7 mai à 15h... Le communiqué d’Alternatiba est reproduit ici.


MEMOIRE
[Radio] Du trafic dans le tiroir #7 : Mohamed Saïl  

Émission « Du trafic dans le tiroir » sur Radio Dio - Épisode 7.
Nous sommes heureux d’accueillir dans cette émission, Alawa, habitant de Saint-Étienne qui nous aidera à nous orienter dans l’histoire, du début du siècle, entre la France et l’Algérie. Car nous convoquons ici le dit Mohamed Saïl, né en octobre 1894 à Taourirt village de la commune de Souk Oufella en Kabylie, mort en 1953 à Bobigny, militant communiste libertaire dont nous suivrons la trace et le parcours entre l’Algérie de sa naissance, la France et l’Espagne où il s’engagea un temps auprès des antifranquistes. Retour sur un kabyle anarchiste voguant entre Kropotkine, Bobigny ou encore la Kabylie...


MOBILISATIONS - LUTTES
Manifestation du 1er mai à Saint-Étienne : récit en image  

Mercredi 1er mai, 10h00, le cours Victor Hugo commence à se remplir. Pour cette traditionnelle mobilisation de la fête du travail répondent présent.e.s de nombreu.ses.x manifestant.e.s : de la CGT, de Solidaire, de la CNT, des Gilets Jaunes, de la FSU, de la France Insoumise, des JC, du Pink Block, de la RAP…


LOGEMENT - SQUAT
Être à la rue tue : un an après le décès de Jean-Claude  

Être à la rue tue. Il y a un an, le 1er mai 2018, est décédé Jean-Claude dit « Le Cow-Boy », qui vivait dans les rues stéphanoises.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Appel à soutien : réquisition citoyenne solidaire  

Appel à venir soutenir l’occupation de l’ancienne poste de Solaure pour y loger les personnes qui se trouvaient auparavant à la Bourse du Travail, et tou.te.s celleux qui en ont besoin.