Informations globales   ARMEMENT

[Lyon] Rencontre et débat à propos des exportations d’armes de la France le samedi 13 avril




Le collectif NINA Lyon vous invite à venir nombreuses et nombreux au débat qu’il organise avec l’Observatoire des Armements le samedi 13 avril à 15 heures à l’Atelier des canulars 91 rue Montesquieu, 69007 Lyon.


Depuis plusieurs années nous assistons au retour d’un militarisme décomplexé, à une militarisation et un embrigadement sournois de la société, à des menaces de nouvelles guerres et de nouveaux conflits liés au climat qui s’ajoutent à ceux déjà existants et à la croissance du commerce des armes...

En 2017, ce commerce pesait 398,2 milliards de $, en hausse de 23 % par rapport à 2004-2008. Derrière les États-Unis (57 %), la Russie (9,5 %) et la Grande-Bretagne (9 %), la France avec 5,3 % des exportations mondiales d’armes (soit environ 20 milliards) a augmenté de plus de 43 % ses ventes par rapport à la précédente décennie.

Y a-t-il de quoi se glorifier de tels faits d’armes ?

Depuis quelques années, les États augmentent et modernisent leurs armements. Les contrats français se multiplient : Rafale, blindés, frégates, sous-marins, missiles, drones, canons, munitions, obus, systèmes de surveillance, matériel de maintien de l’ordre... Cette industrie au poids considérable (200 000 emplois) est constituée d’entreprises très variées, de la multinationale à la PME en passant par la startup.
Près de chez nous on trouve : Safran, Ecrin, (électronique), Arquus et Nexter (blindés), Michelin, Verney-Carron et Rivolier (armes, munitions…), Surveycopter, Elistair (drones), Desautel (ambulances) Paraboot (chaussures), Aleph (espionnage des réseaux), Zodiac (avionique), Brochier (textiles militaires)…
De plus, avec les technologies dites duales, ces entreprises mélangent allègrement militaire et civil : grenades pour la police et l’armée (Alsetex), traitement de l’eau et protection NBC (CNIM), cryptage des smartphones et espionnage des communications (ERCOM-Thales)…
Comme ses prédécesseurs, le gouvernement Macron se félicite bruyamment à chaque signature de contrat qui renforcerait l’indépendance, le prestige et les savoir-faire « made in France ». Le tout, relayé par les médias, en particulier ceux que Dassault s’est offert.

Hypocrisie meurtrière

Vendre des armes n’est pas innocent. De nombreuses lois, traités et conventions internationales sont censées réglementer, contrôler, "moraliser" ce commerce. Chez nous, les ventes d’armes sont gérées au plus haut niveau de l’État et soumises à autorisation. Il est interdit aux États d’en acheter pour réprimer leur population, tout comme pour mener une guerre d’agression. Mais derrière ce rideau de fumigènes, la réalité est toute autre.

Quelques exemples :
Macron affirme : « Il est faux de dire que l’Arabie Saoudite est un grand client aujourd’hui de la France  ».
En réalité, pour les entreprises d’armement françaises, la dictature religieuse est le 2° client mondial après l’Inde.
Depuis 2015, Arabie Saoudite et Émirats Arabes Unis mènent une guerre de conquête au Yémen. Les canons CAESAR de Nexter pilonnent, les navires fabriqués par Naval Group organisent le blocus des ports, des conseillers militaires français entrainent des forces spéciales... Bilan : 50 000 morts, 3 millions de déplacés, 14 millions de civils menacés de famine. La France est un gros investisseur en Arabie Saoudite, qui en est le 2e fournisseur de pétrole. Coïncidence : le sous-sol yéménite regorge d’hydrocarbures…

Macron encore : «  Les ventes d’armes à l’Egypte ne sont pas destinées au maintien de l’ordre. Il n’y a aucune ambiguïté possible »
Or, l’État français est complice de la guerre larvée menée par la dictature égyptienne contre son propre peuple. Des milliers de civils ont étés tués au Caire en 2013 et au Sinaï par du matériel français (avions, missiles, blindés) au nom de la lutte contre le terrorisme islamiste. Les technologies de surveillance individuelle, d’interception, de collecte des données et de contrôle des foules sont responsables de la répression de dizaine de milliers d’opposants. L’appui politique français au régime est total et la plus grande partie de ces achats sont financés par l’Arabie Saoudite.

Macron toujours : « Je suis d’une génération pour qui les crimes de la colonisation européenne sont incontestables... on ne vient pas dire à l’Afrique, ce qu’elle doit faire, quelles sont les règles de l’État de droit »

Pourtant en Afrique, le lien ancien entre ventes d’armes et domination néocoloniale persiste. Le Tchad, dictature d’Idriss Deby, est un pays pauvre mais riche en ressources pétrolières et minières pillées par la mafia de la Françafrique. C’est aussi un pays essentiel pour les interventions de l’armée française en Afrique.
150 millions d’€ « d’’aide au développement », récemment fournis par l’Europe et l’Arabie Saoudite ont servi à l’achat de matériel militaire français pour lutter contre les groupes jihadistes en lien avec l’opération Barkhane et le G5 Sahel. À partir de là, la lutte antiterroriste a tout permis et justifié : massacres d’orpailleurs pour accaparer les mines d’or de Miski, répression féroce des opposants et les tribus, chasse et internement des migrants en transit, bombardement par nos Rafale de colonnes d’opposants armés…

Face à cette situation, nous pensons qu’il est essentiel de comprendre ce que sont et impliquent la fabrication et l’exportation croissantes d’armes pour mieux nous y opposer.

  • À quoi et à qui servent les ventes d’armes ? À qui cela profite-t-il ?
  • L’armée française avec ses OPEX est-elle autre chose que le meilleur VRP à l’international des marchands de canons ?
  • Le discours qui établit une équivalence entre les ventes d’armes et le maintien et la création d’emplois français, l’amélioration de la balance commerciale est à la fois obscène et malhonnête. Comment le démonter ?
  • Le business des armes ne semble plus soulever beaucoup de désapprobation dans l’opinion. Quelles peuvent en être les raisons : indifférence ? sentiment d’impuissance ? Comment sortir de cette situation ?

Venez nombreuses et nombreux !
Bar, petite restauration et table de presse
à 15 heures à l’Atelier des canulars 91 rue Montesquieu, 69007 Lyon

NINA Lyon-Contact : nina-lyon riseup.net

Le collectif NINA-Lyon envisage une série de rencontres afin d’informer, d’analyser, de permettre une appropriation individuelle et collective sur ces questions et d’envisager la relance d’une opposition à la peste militariste, Ici et Ailleurs.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "ARMEMENT "

Saint-Étienne et alentours   ARMEMENT / REPRESSION - PRISON

Réflexions sur VERNEY-CARRON SA...

Depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes, Verney-Carron SA, le fabricant et inventeur du célèbre Flash-Ball®, cherche à tout prix à se dédouaner de toute responsabilité dans la mutilation et la répression de nombreux manifestants...


Informations globales   ARMEMENT / MOBILISATIONS - LUTTES

Appel à bloquer Verney-Carron et toutes les usines d’armement !

Pour les blessé.es par les forces de l’ordre, pour celles et ceux qui sont mort.es de s’être révolté.es, du 29 au 31 mars 2019, bloquons toutes les usines d’armement qui participent à la represion des mouvements sociaux !
À Saint-Étienne se trouvent deux grands spécialistes de la fabrication d’armes : Verney-Carron et Le Banc National d’Épreuve des Armes.


Saint-Étienne et alentours   ARMEMENT

Retour sur le forum pour le désarmement de la police et la démilitarisation des conflits

Ce n’est pas un hasard, si ce week-end, se sont rassemblés aussi bien des individus que des collectifs : collectifs de blessés par les armes de la police, des collectifs de soutien aux victimes de violences et meurtres policiers, des militants des mouvements sociaux (syndiqués ou non), des sociologues, des associations soutenant la cause palestinienne, des membres de l’observatoire de l’industrie ,de la défense et de l’armement international…


Saint-Étienne et alentours   ARMEMENT

FAMAS’tival : une parade colorée sous pression

Le "Forum pour le désarmement de la police et la démilitarisation des conflits" appelait, samedi 22 octobre 2016 à un FAMAS’tival. Une déambulation carnavalesque pour dénoncer la politique guerrière coloniale de la France et la répression des « indésirables » par les forces du maintien de l’ordre.


Saint-Étienne et alentours   ARMEMENT

Communiqué suite à l’interdiction par la préfecture du FAMAS’tival

Forum pour le désarmement des polices et la démilitarisation des conflits.
Depuis plusieurs mois, nous préparons un week end de rencontres autour de l’armement.
Des collectifs, des organisations politiques, des individu’es, se coordonnent pour que les 22 et 23 octobre se déroulent à Saint Etienne ces rencontres.


Saint-Étienne et alentours   ARMEMENT

FAMAS’tival : manifestation interdite par la préfécture et campagne de diffamation

Les organisateurs et les organisatrices du « Forum pour le désarmement de la Police et la démilitarisation des conflits » sont la cible d’une campagne de provocation à la violence depuis plusieurs jours et se sont vus interdire la manifestation prévue cette après-midi.
Un appel à rassemblement est maintenu.


Saint-Étienne et alentours Couac   ARMEMENT

On n’a plus faim

Les dossiers Couac
Voilà déjà trois mois que les réjouissances de la coupe d’Europe de l’UEFA 2016 sont passées, pourtant le banquet pèse toujours sur l’estomac.
Parmi les aigreurs et relents fétides, on compte le dispositif sécuritaire mis en place pour encadrer la fan zone et divers événements rythmés par les matchs, qui peinent à se transformer en selles. Mais aussi une gaillardise d’un autre genre : l’exposition Sainté Créativity (sic) qui a eu lieu du 11 juin au 10 juillet Place de l‘Hôtel de Ville.


Saint-Étienne et alentours Couac   ARMEMENT / MEDIAS

Verney-Carron, artisan de notre sécurité

Les dossier Couac
À Saint-Étienne, ancien bastion de l’industrie de l’armement, l’entreprise Verney-Carron est une des seules survivantes de la longue tradition armurière de la ville. Petit tour d’horizon du passé et du présent de cette boite aux visées humanistes et bienfaisantes…


Saint-Étienne et alentours Couac   ARMEMENT / MEDIAS

Une ville d’armes et d’histoire

Les dossiers Couac
Saint-Étienne a une sacrée histoire, une histoire multiple, des histoires rouges, noires, jaunes, vertes... Mais ici, on va surtout s’intéresser à celle de l’armement, thématique oblige.
Tout commence, on ne sait trop quand, cela diffère selon les sources. Les plus optimistes parlent de traces de forges à l’époque de Jules César, d’autres, peut-être plus sérieux (le Musée d’Art et d’Industrie), annoncent le XIVe siècle pour les premières traces d’armuriers à Saint-Étienne.


Saint-Étienne et alentours   ARMEMENT

FAMAS’tival

Dans le cadre du forum pour désarmer la police
Les 22 et 23 octobre prochain se tiendra à Saint Etienne un « Forum pour le désarmement des polices et démilitarisation des conflits ». Deux jours d’ateliers, de discussions, de concert et... de carnaval !


A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
La jeunesse stéphanoise violemment réprimée  

Cela fait quelques jours, qu’à St-Étienne, les forces de l’ordre répriment dans la violence toute tentative de grève des jeunes lycéens. Le préfet aurait-il peur des jeunes, pour les empêcher, à n’importe quel prix, de rejoindre le mouvement ?


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (2)  

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés, quatre Stéphanois sont jugés pour avoir diffusé des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Deuxième partie d’un texte en trois épisodes : Enquête et arrestations, automne 1882.


MOBILISATIONS - LUTTES
Pour les retraites et tout le reste : actions à venir cette semaine à Saint-Étienne  

Actions, Manifestations, AG, Pique-Nique, Retraite au flambeau, Concerts... La semaine qui vient va être chaude à Sainté. Suivi et récapitulatif du 13 au 18 janvier 2020.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Fête de soutien aux grèvistes organisée par le CIP 42  

Le Collectif des Intermittent.es et Précaires de la Loire (C.I.P 42) a décidé d’unir ses forces et ses compétences afin de soutenir les cheminots grévistes de Saint-Étienne dimanche 19 janvier 2020 à partir de 15h00 dans l’ancienne Gare du Clapier !!!!
La recette sera reversée aux caisses de grève des cheminots.


REPRESSION - PRISON
Les stades de foot, laboratoire où s’expérimentent les techniques de répression  

Il y a quelques jours, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel a rendu son verdict : deux matchs à huis clos (dont un avec sursis) pour les quelques centaines de fumis et le feu d’artifice en tribune lors du match contre le PSG. Pour lutter contre les « Ultras », l’État s’est doté depuis plusieurs années d’outils de répression fort sophistiqués. À Saint-Étienne, quelques irréductibles résistent encore et toujours au progrès et à la modernité, au nom de concepts éculés comme la liberté et les valeurs populaires du football. Discussion avec l’un des membres des Green Angels, un des principaux groupes de supporters stéphanois.


ANTIFASCISME
A Saint-Étienne, l’extrême-droite compte s’installer ‘pépouze’ en face de la Bourse du Travail !  

Sophie Robert, la bourgeoise cheffe départementale du Rassemblement national, accompagnée d’une dizaine de militants environ, a été surprise ces derniers jours dans un local du quartier Albert Thomas en train de passer la serpillière.


MOBILISATIONS - LUTTES
Le procès des anarchistes de janvier 1883 : suivi des principaux évènements et focus sur Saint-Étienne et sa région (1)  

En janvier 1883, soixante-six anarchistes sont jugés à Lyon dans un grand procès médiatique qui vise à diviser le mouvement ouvrier alors très dynamique. Parmi les inculpés quatre stéphanois sont jugés pour avoir diffuser des idées visant à « provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. » Première partie d’un texte en trois épisodes : 1.Grèves, révoltes ouvrières, effervescences libertaires et répression autour de Lyon et Saint-Étienne en 1882.


MOBILISATIONS - LUTTES
Blocus au lycée Honoré d’Urfé : charges, gazage et une arrestation  

Depuis le 5 décembre, une série de blocages est initiée par les lycéen·ne·s stéphanois·e·s dans leurs établissements. Après deux journées entières de blocage au lycée Fauriel, la direction menace les élèves de passer en conseil de discipline s’iels s’avisent de recommencer. Jeudi 9 décembre au lycée Honoré d’Urfé, c’est cette fois la Police qui s’est chargée de lever le blocus à coup de bombes lacrymos.


MOBILISATIONS - LUTTES
Retour sur la journée du vendredi 10 janvier contre la réforme des retraites  

Au programme : action péage gratuit et rassemblement devant le Medef !
Aujourd’hui, c’est le 36e jour consécutif de mobilisation pour les cheminot·e·s qui sont rejoint·e·s sur leur piquet de grève à 6h du matin à la gare de Chateaucreux par des militant·e·s syndicalistes, des profs, des étudiant·e·s, des GJ et des autonomes. Au total, plus de 60 personnes prennent la route pour le péage de Veauchette. Les caméras sont détournées, les barrières relevées et les premiers sourires s’esquissent.


INFORMATIQUE - SECURITE
Bad citizen : une nouvelle appli anti-répression  

Une nouvelle application d’informations juridiques pour apprendre à se défendre face aux institutions policières et judiciaires. L’application Bad Citizen vient d’être créée et mise à disposition pour smartphones. C’est un guide qui résume l’essentiel de ce qu’on doit savoir quand on se retrouve aux mains de la police et de la justice ou quand il faut aider un-e proche.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Le député Jean-Michel Mis en marche pour promouvoir la reconnaissance faciale  

Après une première date à la Commission numérique de l’Assemblée nationale au mois de décembre, le député LREM Loire-Saint-Étienne, Jean-Michel Mis, organise un colloque sur la reconnaissance faciale le samedi 18 janvier 2020, à l’Amicale laïque de Chapelon.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Google et Sainté City  

Il y a tout juste six mois, Google inaugurait son atelier numérique à Saint-Étienne. Google a déjà les moyens d’en connaître beaucoup sur nous. Alors, pourquoi ce moloch veut-il s’implanter physiquement dans nos villes, particulièrement à Saint-Étienne ? Une enquête de Couac initialement parue au printemps 2019.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Débats sur la société de surveillance de masse  

Deux débats pour comprendre les enjeux de la mise en place de la société de surveillance de masse organisés par Halte au contrôle numérique, La Ligue des Droits de l’Homme Loire, Stop Linky 5G Loire et la Quadrature du Net - Le mercredi 8 janvier et le vendredi 7 février à Saint-Étienne.


CAPITALISME - GLOBALISATION
Culture, numérique et disruption sécuritaire à Saint-Étienne  

À travers un portrait d’Éric Petrotto, qui à la fois gère la Fabuleuse Cantine (un des lieux de restauration les plus « tendances » de la ville) et investit dans Serenicity (la société qui portait le projet d’installation de micros dans le quartier de Beaubrun-Tarentaize), Couac vous propose une enquête dans l’économie locale du numérique et son nouvel esprit du capitalisme.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Cartographier la surveillance  

À Saint-Étienne, difficile de circuler dans le centre ville sans être observé par Big Brother. Et en période de mouvement social, il n’est pas inutile de savoir où se situent ces yeux qui nous épient. Le site internet « Saint-Étienne sous surveillance » recense les caméras de vidéosurveillance disséminées dans la ville (estimées à 329). Entretien paru dans le Couac n°7 avec A., l’une des personnes qui en a été à l’origine, sur le contexte de sa mise en place et sa pertinence aujourd’hui.


MOBILISATIONS - LUTTES
10 jours de grève à Saint-Étienne  

Cela fait déjà 10 jours que la grève générale a débuté. 10 jours où travailleur.e.s, gilets jaunes, syndicalistes, étudiant.e.s, lycéen.ne.s jeunes et bien d’autres se retrouvent chaque jour dans la rue, sur des actions, dans des rassemblements, des AG etc… Mais qu’en est-il de la mobilisation à Saint-Étienne ?
Nous vous proposons ici un récapitulatif de plusieurs actions menées et des 5 grandes dates de rassemblement (5 décembre, Acte 56 des GJ, 10 décembre, 12 décembre et Acte 57 des GJ + Mobilisation des Algériens toute la semaine.)