Numéro Zéro - Site collaboratif d'information et de luttes sur Saint Etienne et sa région
Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME

Se faire une place


|

Des copines ont récemment ouvert à Ambert une permanence en mixité choisie. Elles se sont rencontrées à l’Élégante, le local autogéré de cette petite bourgade qu’elles décrivent joliment comme « l’écume faite par les vagues sur les rochers et qui reste coincée là. C’est sur la D906 entre Sainté et Clermont, avec un gros détour qui fait que tu passes pas par Ambert si tu veux pas y venir ». Nous sommes allées les rencontrer de manière informelle. Nos discussions, faisant état de besoins similaires, ont porté sur les situations de domination auxquelles sont confrontées les femmes dans les espaces publics urbains et sur les moyens d’y faire face.


Les articles, universitaires ou pas, les émissions de radio, les études sociologiques foisonnent et confirment la thèse selon laquelle la répartition des espaces urbains est révélatrice du rapport de domination hommes/femmes cher à la société capitaliste et hétéro-normée dans laquelle nous survivons. Il n’y a qu’à voir la toponymie d’une ville : rue Jean Jaurès, le stade Geoffroy Guichard, place Jules Guesde... tout laisse à penser que les femmes ne sont pas prioritaires dans ces espaces [1]. Femmes, lesbiennes, queers, gays, trans... toutes sont beaucoup moins représentées que les hommes, cis, blancs, bourgeois, valides. De même, les déplacements dans ces espaces sont contraints par une urbanisation pensée par et pour ces mêmes hommes. La présence même des corps queers, de couleur, des handicapés, des ouvriers ou des femmes : « menacent la construction de la "nation" comme entité monolithique et dépositaire spatial unique d’une masculinité » [2]. Il suffit aussi de jeter un regard sur nos adolescences, à se remémorer les potes skateurs se vautrer sur des rampes les mercredis après-midi pendant que moi qui écoutais, posée sur un muret, immobile, de la musique dans mon MP3. Avant de me cacher dans la cour de mon immeuble avec une amie pour tenter tant bien que mal de plaquer un ollie ; et cette expérience d’apprentissage, cachées, à deux, filles, n’a rien d’anodin.

Yves Raibaud parle de ces lieux de loisirs en ville (les skate-parcs ou les salles de musiques actuelles par exemple) comme des continuum de la masculinité, espaces que Welzer-Lang appelle des « maisons-des-hommes ». Les municipalités, qui par ailleurs échappent au principe de parité et sont donc majoritairement composées d’hommes dans leurs conseils, sont à l’origine de ces « continuum d’espaces urbains masculins » (Yves Raibaud) dans lesquels les « jeunes », en grande partie « garçons », peuvent entretenir leur virilité et leur masculinité. Ce n’est pas tant l’équipement qui est problématique mais le message qu’il produit et véhicule. On institutionnalise à nouveau des espaces dans lesquels évoluent principalement des hommes.
Et tout concorde dans le même sens, rien d’étonnant à cela. On appelle ça, et c’est super à la mode de le dire, des violences systémiques. La littérature depuis des siècles dépeint en ville des femmes aux corps érotisés, les opéras à la Carmen [3] mettent en scène les plus grands féminicides qu’il soit, les affiches publicitaires sous-entendent explicitement que nous sommes de grandes séductrices dont les corps sont à la disposition des hommes, rien d’étonnant à ce que nous nous mettions de côté. C’est peu de le dire.

Des myriades de violences font le quotidien des femmes dans les espaces publics urbains et sont le fondement de stratégies de défense qu’elles mettent en place pour les éviter. Les espaces urbains favorisent l’incarnation de la femme victime de ses agresseurs, tout le temps, partout. Même des affiches voulant mettre au grand jour les violences conjugales ne font que montrer la femme victime de son agresseur et nourrissent alors la puissance d’agir de ces derniers.

« Qui prend plaisir devant la souffrance d’autrui ? Qui prend plaisir au spectacle de l’impuissance ? [...] Ce qui hante dans ces photos, ce sont les traces, les signes d’une puissance d’agir capable d’imprimer sa marque sur le corps d’autrui : cette capacité de violence extrême. Les campagnes publicitaires sont un tribut offert aux agresseurs. » [4]

Bon, certes, mais même si nos noms ne sont pas sur des plaques, est-ce vraiment à vers quoi nous aspirons ? Se retrouver porter le nom d’une rue commerçante bruyamment remplie de tramways ? Même si on nous « donnait » accès à toutes ces infrastructures, est-ce que c’est cette musique là qu’on ferait ? Est-ce qu’on ferait du skate de la même manière ?

Des initiatives comme celle d’Ambert existent et elles ne se contentent pas d’une dichotomie « masculinité hégémonique » versus « faiblesse de la femme », dichotomie qui devient alors elle-même politique hégémonique et empêche toute conflictualité et luttes.
Il ne s’agit pas de rendre la pareille, ni de prendre des rôles que l’on n’a pas envie de prendre. On ne parle pas là d’un renversement des valeurs, la femme ne devient pas l’agresseuse ni l’agresseur la victime. Il s’agit plutôt de porter un regard sur les pratiques féministes en ville d’un autre point de vue, par une autre perspective que celui des témoignages de femmes au statut de « victimes » et s’éloigner alors du regard masculin porté sur les violences faites aux femmes. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut plus les entendre, il s’agit juste de les entendre autrement. C’est ne plus entrevoir mais voir la possibilité et se faciliter l’accès à certains espaces et lieux pour pouvoir créer nos propres significations, se faire lire, écouter, voir des choses qui nous incluent pour gagner de la force et des prises sur nos corps, nos envies et nos vies.

« Lorsque nous choisissons notre puissance collective comme point de départ, et non notre faiblesse, nous cherchons à nous extraire du rapport dialectique au masculin, et nous affirmons alors notre indépendance. Cette affirmation d’indépendance, si elle ne nous extrait pas pour autant des rapports genrés, est la condition de possibilité d’un rapport à la lutte qui ne soit pas une réaction perpétuelle aux agressions subies, mais au contraire l’affirmation de nos volontés. » [5]

À Ambert, les filles souhaitent plutôt pallier un manque, ce manque de lieu dans les villes en mixité choisie et dans lesquels peuvent se poser des questions féministes. L’idée est de « politiser un espace, se donner des outils de réflexion, partager des pratiques et du vécu ». La permanence est ouverte les premiers et troisièmes mercredi du mois à 20h dans les locaux de l’Élégante. Pendant ces moments-là, « on discute, on se lamente, on mange des gâteaux, on échange, on partage du vécu ». Bientôt elles proposeront d’autres moments : atelier mécanique, bricolage ou d’autodéfense. Elles constituent aussi une bibliothèque féministe. Rien de nouveau dans l’histoire des pratiques collectives féministes mais il semble encore et toujours nécessaire de leur faire une place. En février, elles ont aussi fait le choix de se laisser une place sur scène et dans l’organisation lors d’une soirée de concerts au bar de l’Octopus à Cunlhat. Déjà dans les années 80, les riot grrrls créent un réseau de groupes de punk et de micro-éditions non mixte de fanzines entre Olympia et Washington DC. Là où dans ces salles la fréquentation est fortement masculine, ces filles tentaient de proposer d’autres manières d’être sur scène et dans ces milieux.

« PARCE QUE nous les filles avons terriblement besoin de livres et de fanzines et de disques qui NOUS parlent, dans lesquels NOUS nous sentons incluses et que nous pouvons comprendre dans nos propres termes » [6].

Rien d’inouï et pourtant... l’affiche du concert de Cunlhat, explicitement placée sous les signes graphiques du féminisme (et même si elle peut largement faire débat en tant que telle dans les milieux féministes), a été taguée de cette sentence : « l’intolérance notre combat, l’incohérence notre état ». Rien ne sert de signaler que c’est un homme cis-blanc qui a pris la peine de s’armer d’un stylo pour laisser sa marque. Alors si cet article pourrait prendre la forme d’une réponse, elle n’en est pas vraiment une. C’est fatigant de passer autant de temps à justifier nos modes d’organisation. Mais ce commentaire a fait resurgir l’envie pressante de réexpliciter, d’en reparler, de se redire pourquoi la ville est un milieu hostile que l’on peut se réapproprier. C’est sans citer alors les marches nocturnes non-mixtes qui en sont l’exemple le plus visible aujourd’hui. C’est alors réaffirmer le besoin hurlant d’organisations collectives non-mixtes, tant qu’elles dérangeront et longtemps après, en milieu urbain et partout ailleurs.

[2Charlotte Prieur et Louis Dupont, « État de l’art. Géographies et masculinités », Géographie et cultures, 83 | 2012, disponible sous : https://journals.openedition.org/gc/2022.

[3Cette exemple n’est pas anodin... il fait écho au scandale qu’a provoqué le metteur en scène BLABLABLA en faisant un homicide et non pas un féminicide. Mince, on a renversé un classique.

[4Elsa Dorlin, Se Défendre : Une philosophie de la violence, Paris, La Découverte, 2017.

[5Échographie d’une faiblesse, article initalement paru dans le 21e numéro d’Harz-Labour et dans lundimatin, le 16 octobre 2018, disponible sous : https://lundi.am/quote-Le-remords-ne-prouve-pas-le-crime-il-prouve-seulement-une-ame-facile-a.

[6Manon Labry, Riot Grrrls, Chronique d’une révolution punk féministe, Paris, La Découverte, 2016.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 réaction

  • Il y a un atelier d’autodéfense féministe Déclic le dimanche 8 septembre au Dojo à Ambert, entre femmes, lesbiennes et trans*. Inscrivez-vous, il reste encore quelques places !

A lire aussi...

Saint-Étienne et alentours   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Trombinoscope des collaborateurs du « réaménagement urbain » à Saint-Étienne

Ce trombinoscope paru dans le journal du carnaval de l’inutile de Mars 2019, nous propose un petit tour d’horizon des assos de « réaménagement urbain » qui ont pignon sur rue à Sainté. Jeunes, « alter » et pleine de bonne intentions, nous avons ici une vue rapide sur leurs histoires, leurs projets et leurs liens avec le pouvoir municipal ou national.



Dans la thématique "GENRE - FEMINISME "

Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME

Ça brasse ! 3 jours de réflexions sur les liens et tensions dans nos communautés TransPédéGouine / LGBTQIA

Les 9, 10 et 11 novembre à Lyon, nous vous invitons à des débats, ateliers autour de questions récurrentes qui traversent nos réseaux féministes et queer. En mixité choisie TransPédéGouine / LGBTQIA, nous voulons prendre du temps pour partager nos différentes réalités, s’interroger mutuellement, confronter nos idées et perspectives. Aussi, car il ne nous a pas toujours suffi d’affirmer les choses, pratiques, identités, options politiques, pour transformer les rapports de pouvoir entre nous.


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME

LIP SYNC FEVER - Soirée de soutien à un festival féministe au Maghreb

Soirée de soutien à un festival féministe au Maghreb organisée par le collectif féministe Les Sampianes. Le samedi 26 octobre à 20h à La Gueule Noire. Entrée Prix libre.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

Punctum Diaboli - Théâtre clownesque sur la persécussion des femmes

Punctum Diaboli a été imaginé à l’automne 2016, suite à une longue macération dans un chaudron d’histoires et de savoirs autour des sorcières et de leur persécution. Myriam C. et Léopoldine F. nous proposent leur univers intemporel pour mettre en lumière les mécanismes de création des boucs émissaires.
Jeudi 31 octobre - 19h30 à la Cale
Amicale Laïque du crêt de roch
prix libre


Informations globales   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / GENRE - FEMINISME

[Bure] Rassemblement antinucléaire et féministe

Les 21 et 22 septembre prochain, près de Bure, dans la Meuse, c’est le week-end contre la poubelle nucléaire, entre femmes, meufs, gouines, personnes trans, intersexes, non binaires. Une marche sonore, des discussions, une boum — que des belles choses.


Saint-Étienne et alentours Couac   GENRE - FEMINISME / MEMOIRE

La rue est à nous ! ... enfin surtout à eux !

Il y a 75 ans, le 19 août 1944, Élise Gervais était retrouvée morte après avoir été torturée par la Gestapo. En hommage, une rue de Saint-Étienne porte son nom depuis fin 1944. Un fait qui mérite d’être souligné tant il demeure rare jusqu’à aujourd’hui que le nom d’un personnage féminin figure sur une plaque de rue stéphanoise.


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   GENRE - FEMINISME / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Soirée de soutien à CNT Femmes Libres Saint-Étienne le samedi 6 juillet à la Gueule Noire

Soirée de soutien à la CNT Femmes Libres de Saint-Étienne, avec la présentation du groupe, la projection d’un documentaire et des grignotages à prix libres.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

Groupe féministe de percu militantes Let’s Boum Clap

Goûter/Apéro pour se rencontrer, découvrir et jouer des percus, grignoter et passer un moment sympa // dimanche 30 juin, 18h à La Cale


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

Ciné plein air à Grenoble

Un ciné plein air en non-mixité M/G/T à la programmation festive, féministe et brillante afin de se faire une dose de films avant de partir tout l’été !


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME / MEMOIRE

Qui sème le vent récolte la tapette

Événement annulé et reporté à l’automne !
Jeudi 13 juin à partir de 19h au 17. Entrée libre.
Présentation du livre Qui sème le vent récolte la tapette, Une histoire des Groupes de libération homosexuels en France de 1974 à 1979, de Mathias Quere aux éditions Tahin Party. En présence de l’auteur et de la maison d’édition.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / GENRE - FEMINISME

Permanence Marsha

Association d’entraide entre personnes Trans et Intersexes.
Permanence d’entraide, espace de parole en groupe et en individuelle.
contact : association.marsha(a)gmailcom


A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
Gilets Jaunes - Acte 50 : Appel à manifestation nationale à Saint-Étienne  

Depuis plusieurs semaines, l’appel circule sur les différentes plate-forme GJ de la Loire et d’ailleurs. Pour cet acte 50, les GJ de Saint-Étienne appellent à converger sur la ville aux sept collines pour un retour aux sources ! On reprend les bonnes habitudes : rendez-vous samedi 26 octobre à 13h au rond-point de Monthieu et à 14h place du Peuple. Tou.te.s ensemble ! On lâche rien !


MEMOIRE
Le massacre du 17 octobre 1961 à Paris : « Ici on noie les Algériens ! »  

Ce jour-là, des dizaines d’Algériens ont été noyés dans la Seine ou massacrés par la police française à Paris. C’est un devoir de justice de ne pas l’oublier.
Le 17 octobre 1961 alors que la guerre d’Algérie touche à sa fin, le FLN appelle à une manifestation pacifique dans les rues de Paris pour dénoncer le couvre-feu raciste imposé quelques jours plus tôt aux Algériens et par extension à tous les Maghrébins. Cette manifestation rassemble environ 30 000 personnes.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Rassemblement pour les personnes sans logement  

Depuis avril 2019, des personnes se battent à Saint-Étienne pour le simple droit à un logement digne. Depuis avril 2019, les pouvoirs publics à qui devrait incomber cette tâche restent - à une exception près - sans réaction, dans l’indifférence voire dans le mépris total. Depuis avril 2019, un collectif de lutte s’est créé pour tenter de faire face à cette urgence. Le collectif des habitants de la bourse appelle les Stéphanois.es à un rassemblement de solidarité, samedi 19 octobre à 14h, place du Peuple à Saint-Étienne.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Détruire le capital : un combat vital  

L’heure n’est pas à une écologie de comptoir où on culpabiliserait ceux qui ne font pas le tri, l’heure est à une écologie radicale. On ne peut pas continuer dans un monde capitaliste, il faut s’attaquer aux racines du problème et arrêter de se contenter des guirlandes aux arbres. Continuer avec la surproduction, l’exploitation animale, à vivre dans la société du pétrole, c’est ne pas s’attaquer à la base du problème.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Taclons Puma - 2e round  

Journée d’Action Internationale contre le sponsoring de Puma organisée par le collectif stéphanois de soutien au peuple Palestinien‎.
BDS42 reprend du service mercredi prochain. Ce 16 octobre à partir de 16h30, place du peuple, nous organisons un rassemblement pour la seconde action internationale contre Puma et dans le but de dénoncer leur sponsoring de la fédération israélienne de football.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Appel à témoin suite à l’agression policière raciste du 28 septembre  

Appel à témoins concernant l’agression policière raciste ayant eu lieu rue Rouget de Lisle dans la nuit du 28 septembre.
Comme le racontait un texte publié il y a peu sur Numéro zéro, deux personnes noires ont été agressées par des policiers stéphanois dans la nuit du 28 au 29 septembre. Les forces de l’ordre les ont violemment frappées, humiliées, et ont eu à leur égard des propos et comportements extrêmement racistes et choquants.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Déclaration de la Commune Internationaliste du Rojava  

Alors que Donald Trump a annoncé le retrait rapide des soldats présents dans la région, le président de la Turquie Erdogan en a profité pour menacer d’une opération militaire. Opération lancée hier ; quatre villes subissent des bombardements aériens de l’armée turque. Le but pour Erdogan : éradiquer les forces kurdes et leurs alliéEs en place dans la région du Rojava et éradiquer toute velléité d’émancipation des peuples. Le peuple kurde du Rojava lance un appel à la mobilisation.


ANTIFASCISME
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos  

Antonin Bernanos est un militant antifasciste autonome. Incarcéré durant près de deux ans suite à l’affaire de la voiture de police brûlée Quai de Valmy en 2016, il est de nouveau en détention – provisoire – depuis six mois suite à la plainte d’un hooligan d’extrême-droite dont le groupe a été mis en déroute lors d’une confrontation de rue avec des antifascistes. Dans cette lettre, Antonin revient sur l’infiltration des groupes d’extrême-droite durant la phase initiale du soulèvement, et sur la manière dont celle-ci s’articule étroitement avec la stratégie répressive de l’État – qu’il s’agisse de répression policière ou de propagande médiatique.


REPRESSION - PRISON
[Courrier Parloir Hélicoptère] Partage d’experiences et d’outils sur le soutien aux personnes incarcérées  

Lancement de la plateforme Courrier Parloir Hélicoptère pour référencer et partager des expériences et des outils de soutien aux personnes incarcérées.
Nous sommes un petit groupe de personnes qui avons et avons eu des proches incarcéré-es et on a rencontré des difficultés à communiquer avec elleux – ce qui nous a amenés à nous poser des questions sur les outils à mettre en place pour lutter contre l’isolement des personnes incarcérées.


GENRE - FEMINISME
[CNT Femmes Libres Sainté] Présentation et Brochure d’octobre 2019  

« CNT Femmes Libres » est un outil non-mixte de lutte contre les violences patriarcales sur les lieux de travail, dans les pratiques syndicales, dans l’espace privé ou public.


REPRESSION - PRISON
IanB, membre de Désarmons-les ! revient sur son arrestation à Montpellier le 28 septembre 2019  

Samedi 28 septembre, aux alentours de 16h, lors de l’acte 46 des gilets jaunes, IanB, membre du collectif Désarmons-les !, s’est fait violemment interpeller. On nous relate plusieurs faits de violences au même endroit : des coups de matraque qui visaient une observatrice LDH et des personnes qui, dans le passé, ont déjà été mutilées ou blessées par la Police. On nous relate un contexte très violent, anxiogène et paniquant. Dans cette lettre IanB revient sur son interpellation et sur le sentiment d’injustice et de colère qui l’a envahi à sa sortie de garde à vue et sur cette brutalité d’État qui se banalise.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Agression raciste de la part de la police stéphanoise  

Un habitant de la ville a envoyé son témoignage dans lequel il dénonce une agression raciste de la part de la police stéphanoise. Ces faits se sont produits ce week-end et il est primordial de les faire connaître. En effet, ce genre d’agressions de la part des forces de l’ordre n’est pas rare et il faut les dénoncer par tous les moyens !