Informations globales   GENRE - FEMINISME

Un lexique partiel du féminisme et des oppressions




Comme la plupart des mouvements politiques et de critique sociale, le féminisme possède son vocabulaire propre. Qui n’est pas forcément très accessible...


Ce lexique tente de regrouper et d’expliquer des termes souvent utilisés pour parler des oppressions et des luttes féministes. Il s’adresse aux personnes victimes d’oppressions, et aussi aux personnes qui n’en vivent pas mais vivent dans une société structurée par ces oppressions, et sont donc également concernées.
Certaines des définitions ci-dessous ne correspondent pas aux idées de tous les courants féministes, ou sortent du cadre du féminisme. Elles sont utiles à la compréhension des structures sociales, et à celle de l’imbrication des différentes oppressions. Elles proviennent d’ouvrages de sociologie, de lectures personnelles synthétisées, d’écrits militants... Les sources ne sont pas toujours identifiées et citées parce qu’il a été difficile de s’en souvenir systématiquement. Les définitions sont ouvertes à discussions, retouches... Elles appartiennent à un cadre de critique et d’analyse du fonctionnement de la société. Il y a donc parfois un écart avec les définitions du dictionnaire, qui ne tiennent pas toujours compte de la dimension politique et du contexte de l’usage des mots. Certains éléments ne sont peut être pas suffisamment faciles à comprendre, malgré l’intention de les rendre accessibles. Les appréhender peut demander du temps, de la réflexion, du travail.

A.F.A.B / A.M.A.B. : (acronymes en anglais « assignated female/male at birth ») Assigné.e femme/homme à la naissance.

Binarité de genre : norme sociale actuellement dominante, disant qu’il y a uniquement deux genres, qui sont très différents, voire opposés : le féminin et le masculin et que tous les individus doivent se répartir entre ces deux catégories.

Charge mentale (ménagère) : travail de logistique souvent invisible autour des tâches domestiques (y penser, les planifier, les entamer...). Lorsque des femmes cohabitent avec des hommes, et pas forcément dans le cadre d’un couple, cette charge leur retombe souvent dessus. Les hommes vont se reposer sur elles par l’effet de clichés sexistes perpétuant l’idée que c’est plus « leur truc », qu’elles vont mieux le faire. Cette déresponsabilisation n’est pas toujours consciente. Les hommes se montrant oublieux, les femmes sont forcées de s’occuper de penser aux choses du quotidien, et les femmes se chargeant de planifier les choses du quotidien, les hommes se montrent oublieux. Cela peut survenir avec des hommes qui avaient l’habitude de vivre seuls auparavant et vont reproduire ce schéma une fois installés dans un quotidien avec une compagne. Ce qui instaure un déséquilibre évident au niveau du temps libre et de la possibilité de chacun.e de penser à des choses plus épanouissantes.

Charge émotionnelle (travail émotionnel) : travail d’attention et de soin vis à vis de l’autre et de ce qu’il ressent. Dans la sphère professionnelle et dans l’espace public, cela désigne tout le travail de présentation, de modulation de ses expressions faciales, d’attitude ouverte et agréable (envers les client.e.s, ses collègues, divers inconnu.e.s). C’est aussi penser à souhaiter les anniversaires, à organiser des pots de départ... Souvent ce travail n’est pas reconnu, car les femmes sont censées le faire « naturellement ». En parallèle, si elles ne le font pas, ce sera remarqué et jugé négativement, bien plus que chez leurs collègues masculins (par exemple une femme au guichet de la SNCF qui ne sourit pas sera jugée désagréable. Un homme, lui, sera jugé plus facilement comme sérieux, professionnel, préoccupé...). Cette pression sur les femmes est renforcée par le fait qu’elles occupent la majorité des emplois de soin, d’accueil... Il y aurait de nombreuses choses à dire sur l’essentialisation des qualités dites féminines au travail et sur l’exploitation capitaliste dépourvue de compensation qui en découle.
Dans la sphère personnelle, la charge émotionnelle est un travail d’écoute, d’empathie et de prise en charge des émotions de l’autre (qui peut être un partenaire, un ami, un membre de la famille) dans le but de lui faire du bien. C’est aussi la prise en charge du travail lié aux relations affectives. La répartition du travail émotionnel est inégalitaire et pèse majoritairement sur les femmes, les personnes assignées « femme », et les personnes transféminines. Ce phénomène s’explique par une différenciation des attentes dès le plus jeune âge, et une vision du soin de l’autre et des émotions comme des domaines féminins. Il est fréquent que les hommes aient une vision superficielle de ce en quoi consiste le travail émotionnel, et qu’à cause de leur construction masculine ils ne puissent pas développer les capacités d’empathie et de communication qui lui sont nécessaires. Le fait qu’il y ait toujours des femmes pour le faire pour eux et à leur place peut également leur permettre de ne pas trop s’investir dans cet apprentissage.
Les rapports de domination influent sur la répartition du travail émotionnel. Les personnes dominées sont poussées à se mettre au service des dominants, y compris concernant leur bien-être psychique. Dans de nombreuses situations, ce souci des émotions de l’autre est aussi là pour éviter de nous faire maltraiter psychologiquement à cause de ses réactions. On utilise de l’énergie à adapter notre discours pour ne pas subir sa colère, ses accusations de culpabilisation... On fait attention à l’autre par crainte de conséquences désagréables, voire violentes.

Cisgenre : dont le genre correspond à celui qui lui a été attribué à la naissance.
Ce mot permet de poser un terme sur une condition qui n’est habituellement pas nommée, car elle correspond à la norme. Cela nous extrait, au moins dans le langage, d’une opposition entre « transgenre » et « normal ».

Dominant.e : se dit à propos d’une personne ou d’une catégorie de personnes qui sont avantagées par le fonctionnement et les structures de la société. Être « dominant.e » peut être renforcé par un comportement, mais c’est avant tout un état. On n’a pas besoin de faire quoi que ce soit pour bénéficier d’avantages, lorsqu’on est dominant. Et on domine donc d’autres personnes, pas parce qu’on le veut, mais parce qu’on appartient à une certaine catégorie. (Exemple : un homme a l’avantage d’être payé 27% de plus qu’une femme, en moyenne. Il ne vole pas activement de l’argent à une ou des femmes, mais il touche quand même cet argent et en bénéficie, ce qui l’avantage, lui donne plus d’aisance financière, de possibilités de dépenses...).
« Dominant.e » peut aussi qualifier une norme qui est prépondérante dans la société. Et qui opprime les personnes qui en sont exclues.

Genre : caractéristique sociale de notre identité, actuellement construite sur la binarité féminin/masculin (dans la norme dominante). Des caractéristiques et capacités sont attribuées à chaque genre. Elles sont variables selon l’époque et la société dans laquelle on se trouve, mais une constante de répartition entre féminin et masculin est remarquée, ainsi que la persistance de l’attribution des caractéristiques valorisées et donnant du pouvoir au genre masculin. Le genre est donc une construction sociale traversée par une logique de hiérarchie.
On nous l’attribue à la naissance en se basant sur une donnée anatomique superficielle : la conformité de l’apparence de nos organes génitaux à des organes mâles OU femelles. Une comparaison est souvent faite entre le « genre » et le « sexe », qui lui serait biologique. Cependant, même en se plaçant du point de vue de la biologie, de nombreux critères et une infinité de variations existent. Et la biologie n’est pas neutre, les recherches des scientifiques sont orientées par la société dans laquelle ielles vivent, et dont ielles ne questionnent pas forcément les normes. Pour résumer (de façon certes bien insuffisante), on peut dire que le genre est un élément très structurant de notre identité, et qu’il influence également l’idée que l’on se fait d’un « sexe biologique ».
« Genrer » désigne l’action (le plus souvent inconsciente et systématique) d’attribuer un genre à une personne.

Hétéronormativité : ensemble de pressions qui poussent à se conformer aux normes de l’hétérosexualité.
À l’échelle individuelle, cela pousse à correspondre aux normes de son propre genre.
Dans les relations, cela pousse une des personnes à adopter un rôle correspondant au rôle féminin, et l’autre un rôle correspondant au rôle masculin, ce qui maintient une répartition des rôles et tâches basée sur la binarité de genre, et une hiérarchie. Cela fonctionne dans des relations hétérosexuelles, non-hétérosexuelles, des relations amicales, familiales...
À l’échelle de la société, les institutions sont discriminantes envers les personnes ne correspondant pas à l’hétéronormativité, du fait de leurs orientations sexuelles, identités de genre, schémas relationnels…

Héterosexualité : orientation sexuelle/affective désignant les relations entre femmes et hommes. L’hétérosexualité est actuellement une norme, à laquelle il existe une pression à se conformer. Les personnes ne correspondant pas à cette norme subissent homophobie, lesbophobie, biphobie.
Cette norme peut se résumer à :
- femme (dans un rôle correspondant au rôle féminin dans une relation) + homme (dans un rôle correspondant au rôle masculin dans une relation).
- dans des conditions relationnelles attendues (cohabitation, exclusivité sentimentale, exclusivité sexuelle, enfants). Il peut y avoir des variations et plus de souplesse sur certains éléments selon les milieux sociaux, la période de la vie...
Elle reproduit la domination masculine au sein des relations intimes :
- parce que les normes de féminité poussent les femmes à prendre en charge ce qui concerne les relations affectives, et donc, dans le cadre d’une relation avec un homme, elles fournissent plus de travail (domestique, émotionnel... ).
- parce qu’un rapport d’affection et de dépendance mutuelle entre des personnes qui ne sont pas sur un pied d’égalité expose la personne dominée à toute une série de pressions et de violences.

Intersectionnalité : Cadre d’analyses et de pratiques militantes qui tend à prendre en compte toutes les oppressions présentes dans une situation donnée, en particulier celles liées à la race, au genre et à la classe sociale. Lorsqu’on est touché.e.s par plusieurs oppressions, cela peut avoir des conséquences différentes, qui ne se résument pas à une addition des effets des oppressions concernées. Par exemple si on est une femme, et qu’on est issue des classes populaires, on subit une forme de sexisme lié à la classe sociale (ou la forme de classisme spécifiquement expérimentée par les femmes). On sera visée par des clichés et des à priori spécifiques aux femmes pauvres (femme peu soignée, vulgaire...), on sera plus vulnérable dans certaines situations, comme par exemple en cas de violences conjugales (dépendance financière fréquente vis à vis du conjoint, manque de considération de la part de la police)… Les deux oppressions convergent et ont des effets générés par cette convergence.
L’intersectionnalité est issue de mouvements militants de féministes noires nord-américaines.

Oppressions (systémiques) : ensemble de discriminations et de violences pesant sur des personnes du fait de leur appartenance à des groupes socialement dominés. « Systémique » signifie qu’elles sont comprises dans les structures sociales et ne sont pas juste le fait d’individu.e.s isolé.e.s.
La société étant construite pour le bénéfice des hommes blancs cisgenres hétérosexuels et bourgeois, le fait d’être exclu.e d’une ou plusieurs de ces catégories limite (voire prive de) l’accès à des choses aussi diverses que le logement, l’éducation, la reconnaissance de ses capacités intellectuelles, des images positives auxquelles s’identifier dans les films, un épanouissement sexuel, la tranquillité dans l’espace public, l’accès à la justice...
Il y a des éléments qui peuvent aggraver et/ou modifier les conséquences des oppressions, comme la non-conformité aux normes de notre catégorie (par exemple, une femme qui ne cherche pas à soigner son apparence physique subira des réflexions désobligeantes, voire des discriminations supplémentaires) ou le croisement de plusieurs oppressions (voir à "intersectionnalité").

Patriarcat : type d’organisation sociale dans laquelle ce sont les hommes qui détiennent le pouvoir.

Privilèges : avantages dont on bénéficie automatiquement parce qu’on appartient à des catégories dominantes socialement. Peut être utilisé au singulier pour désigner un ensemble particulier de privilèges : le privilège blanc, le privilège masculin...
Les catégories privilégiées sont, pour le genre, les hommes cisgenre, pour la race, les personnes blanches, pour la classe, les personnes bourgeoises, aisées financièrement...

Race : caractéristique sociale (n’ayant aucune justification « scientifique ») basée sur l’apparence physique (principalement la couleur de peau, mais d’autres éléments peuvent entrer en jeu dans une moindre mesure, par exemple d’autres traits physiques, la langue parlée, la tenue vestimentaire...). L’emploi de ce mot est délicat, car il a longtemps été utilisé pour justifier des violences envers des catégories de population. Cependant il permet de nommer un critère actuel de catégorisation sociale, ce qui est nécessaire pour pouvoir en parler et lutter contre les violences qui y sont liées. Il est difficile d’imaginer que le racisme puisse disparaître parce qu’on arrêterait de le nommer. Et si le racisme existe, c’est que la répartition en catégories raciales existe. Et donc que la notion de race, au sens social du terme, existe. On préfèrera employer « race » entouré d’autres termes, pour rendre plus visible le fait qu’on l’utilise dans un cadre d’analyse et de critique (« notion de race », « oppression liée à la race », « race sociale »...).
Il y a des actes individuels et ponctuels qui peuvent être qualifiés de racistes (insultes dans la rue, propos discriminants), mais le racisme structurel est présent dans toutes les institutions (police, justice, école, mais aussi cinéma, télévision, …). Il a un impact matériel sur la vie et sur le bien-être, constamment, sur de très nombreux aspects, et sur du long terme. Cet impact est positif lorsqu’on est blanc.h.e, négatif lorsqu’on est racisé.e.
Le terme « racisé.e.s » est l’un des termes employés pour qualifier les personnes ne bénéficiant pas du privilège blanc. Le suffixe « - isé.e.s » exprime le fait que l’identité raciale est en quelque sorte « collée » sur les personnes par le regard que la société et les individus portent sur elles.

Transgenre : dont le genre ne correspond pas à celui qui lui a été attribué à la naissance.

T.E.R.F. : (acronyme en anglais de « trans exclusive radical féminists ») féministes radicales trans-exclusives. Féministes ayant une attitude discriminante envers les personnes trans. Le plus souvent, leur hostilité se concentre sur les femmes trans et les personnes transféminines. « T.E.R.F. » est plutôt un terme péjoratif.

Le lexique, assorti d’une liste de pistes de lectures, à télécharger ici

Le point de vue est celui d’une femme blanche cisgenre bie valide, issue de classes sociales moyennes/basses, munie d’un capital culturel et intellectuel reconnu par des institutions. Lorsque je parle d’ « hommes » et de « femmes », cela désigne des personnes cisgenres.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "GENRE - FEMINISME "

Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

FEMINIST FIGHT CLUB #3 - Soirée de soutien à un festival féministe au Maghreb

Le plus grand Feminist Fight Club en autogestion collaborative et cooptation collective du monde aura lieu le 16 NOVEMBRE à 19h !!!! On oublie pas que ce sera une soirée de soutien à un festival féministe au Maghreb, alors quand tu viendras à la soirée, prends tout le monde avec toi !


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME

Ça brasse ! 3 jours de réflexions sur les liens et tensions dans nos communautés TransPédéGouine / LGBTQIA

Les 9, 10 et 11 novembre à Lyon, nous vous invitons à des débats, ateliers autour de questions récurrentes qui traversent nos réseaux féministes et queer. En mixité choisie TransPédéGouine / LGBTQIA, nous voulons prendre du temps pour partager nos différentes réalités, s’interroger mutuellement, confronter nos idées et perspectives. Aussi, car il ne nous a pas toujours suffi d’affirmer les choses, pratiques, identités, options politiques, pour transformer les rapports de pouvoir entre nous.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

Ecoute collective du docu « A bras le corps »

Samedi 23 novembre 2019 à partir de 18h30 à l’amicale laïque du Crêt de Roch
Écoute collective du documentaire sonore « A bras le corps », un documentaire de Caroline Boillet et Pauline Chevallier (écoutable sur Radio Panik) puis discussion.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

Punctum Diaboli - Théâtre clownesque sur la persécussion des femmes

Punctum Diaboli a été imaginé à l’automne 2016, suite à une longue macération dans un chaudron d’histoires et de savoirs autour des sorcières et de leur persécution. Myriam C. et Léopoldine F. nous proposent leur univers intemporel pour mettre en lumière les mécanismes de création des boucs émissaires.
Jeudi 31 octobre - 19h30 à la Cale
Amicale Laïque du crêt de roch
prix libre


Saint-Étienne et alentours   CAPITALISME - GLOBALISATION / DISCRIMINATIONS - RACISME

Apéro et projection en soutien à la caisse de grève de la section nettoyage de Marseille

Pour soutenir la caisse de grève des femmes de chambre de Marseille qui se sont battues pendant 6 mois... Viens prendre l’apéro autour d’un buffet le 1er novembre au 17 à 18h. Trois courts métrages de Primitivi (télévision indépendante de Marseille) relatant leur lutte intersectionnelle seront projetés.


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME

LIP SYNC FEVER - Soirée de soutien à un festival féministe au Maghreb

Soirée de soutien à un festival féministe au Maghreb organisée par le collectif féministe Les Sampianes. Le samedi 26 octobre à 20h à La Gueule Noire. Entrée Prix libre.


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

[CNT Femmes Libres Sainté] Présentation et Brochure d’octobre 2019

« CNT Femmes Libres » est un outil non-mixte de lutte contre les violences patriarcales sur les lieux de travail, dans les pratiques syndicales, dans l’espace privé ou public.


Informations globales   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / GENRE - FEMINISME

[Bure] Rassemblement antinucléaire et féministe

Les 21 et 22 septembre prochain, près de Bure, dans la Meuse, c’est le week-end contre la poubelle nucléaire, entre femmes, meufs, gouines, personnes trans, intersexes, non binaires. Une marche sonore, des discussions, une boum — que des belles choses.


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME

Se faire une place

Il existe à Ambert un café féministe. Des copines y ont récemment ouvert une permanence en mixité choisie. Nous sommes allées les rencontrer de manière informelle. Nos discussions, faisant état de besoins similaires, ont porté sur les situations de domination auxquelles sont confrontées les femmes dans les espaces publics urbains et sur les moyens d’y faire face. Cet article, initialement paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019, en a découlé.


Saint-Étienne et alentours Couac   GENRE - FEMINISME / MEMOIRE

La rue est à nous ! ... enfin surtout à eux !

Il y a 75 ans, le 19 août 1944, Élise Gervais était retrouvée morte après avoir été torturée par la Gestapo. En hommage, une rue de Saint-Étienne porte son nom depuis fin 1944. Un fait qui mérite d’être souligné tant il demeure rare jusqu’à aujourd’hui que le nom d’un personnage féminin figure sur une plaque de rue stéphanoise.


A la une...

DROITS SOCIAUX - SANTE
Alerte rouge sur les données de santé de tou.te.s les français.e.s  

Vous ne le savez peut être pas, mais un événement majeur est en train de se jouer sur les datas santé françaises. À côté les enjeux et risques du DMP, c’est une partie de billes dans une cour de récréation. De quoi s’agit-il ?


MOBILISATIONS - LUTTES
Rassemblement contre le Revenu Universel d’Activité  

Six ateliers sont organisés actuellement dans toute la FRANCE sur le revenu universel d’activité (RUA) comprenant la fusion de tous les minimas sociaux et l’harmonisation vers le bas (Allocation logement, RSA, allocation adulte handicapé, minimum vieillesse, prime d’activité...). Il y aurait comme projet du gouvernement, entre autre, la contrepartie d’un « travail gratuit » contre versement de cette allocation.
A cette occasion, le 15 novembre 2019, le Comité CGT des travailleurs et travailleuses privé-e-s d’emploi et précaires de SAINT-ÉTIENNE organise un débat sur le revenu universel d’activité à 13h00 salle Sacco et Vanzetti à la Bourse du travail, puis un rassemblement à 15h45 devant le Centre de Congrès.


MOBILISATIONS - LUTTES
Paroles de Gilet : « Le cancer de notre monde, c’est le capitalisme »  

Le mouvement des Gilets jaunes fête bientôt son premier anniversaire et il nous a semblé intéressant de relayer les paroles des premier.e.s concerné.e.s. Celles et ceux pour qui la fièvre jaune a été impossible à négocier ! Jean est stéphanois, il commence à s’intéresser au mouvement et tout s’enchaîne : les ronds-points, les manifs mais aussi la violence policière, les contrôles, la répression, l’arrestation, le procès et au bout de la chaîne... la prison. Interview réalisée en juin 2019 à sa sortie de Fresnes et publiée dans le journal L’Envolée.


CAPITALISME - GLOBALISATION
Un étudiant stéphanois s’immole devant le Crous de Lyon  

En pleine détresse sociale suite à la perte de sa bourse, un étudiant de 22 ans originaire de Saint-Étienne s’asperge d’essence et tente de s’immoler devant le bâtiment du Crous de Lyon.
"J’accuse Macron, Hollande, Sarkozy et l’UE de m’avoir tué en créant des incertitudes sur l’avenir de tou.te.s, j’accuse aussi Le Pen et tous les éditorialistes d’avoir créé des peurs plus que secondaires.
Vive le socialisme, vive l’autogestion, vive la sécu."


MOBILISATIONS - LUTTES
Les gilets jaunes ont un an : appel pour un acte 53 historique !  

Un an, 52 semaines, 365 jours ! Le 16 novembre prochain, cela fera une année que ce mouvement inédit, sorti de (presque) nous aura fait sortir dans les rues tous les samedis. Depuis plusieurs semaines, ça tourne pas mal sur les réseaux sociaux. Les GJ veulent fêter ce premier anniversaires dignement. Des rendez-vous fleurissent aux quatre coins de France pour manifester, bloquer des centres commerciaux voire des villes entières, pour réoccuper les ronds-points. Saint-Étienne n’est pas en reste et des appels à manifester sont lancés pour ce 53e acte.


DROITS SOCIAUX - SANTE
La psychiatrie des hôpitaux stéphanois rembraye pour un mois de grève  

Les personnels de psychiatrie de Saint-Étienne poursuivent leur lutte et rembrayent pour un mois de grève, du 6 novembre au 6 décembre 2019.
« Bon eh bien voilà... Ça ne s’arrange pas : les fermetures de lits continuent, le manque de moyens humains reste criant et donc, les soins se précarisent toujours plus, les conditions de travail se dégradent, nos pratiques ne se pensent plus, la violence endurée par les patients comme par les soignants est niée ! »


FLICAGE - SURVEILLANCE
Digital Saint-Étienne viole votre vie privée à votre insu !  

Digital Saint-Étienne est une centralisation des bases de données, une plate-forme numérique évolutive de gestion des données urbaines, le début de la smart city et d’une ville robotisée.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Enfant en situation de handicap : l’État oublie « d’inclure » les moyens  

Lundi 04 novembre, le « comité de suivi de l’école inclusive » a réuni au ministère de l’Éducation, le ministre et associations en charge de la scolarisation des enfants en situation de handicap. Si le ministre s’est jeté des fleurs en vantant les résultats supposés des réformes entreprises en la matière, la situation sur le terrain semble toute autre. Couac est allé discuter avec Taline Bouagal, AESH et représentante syndicale dans la Loire.


DROITS SOCIAUX - SANTE
La bataille du logement pour tou.te.s  

Le premier novembre marquait le début de la trêve hivernale. Cela ne garantit pas pour autant à chacun-e d’être correctement abrité-e. Retrouvez ici la pétition lancée pour réclamer que tous les enfants scolarisés à Saint-Étienne soient hébergés ainsi qu’un article du Couac sur la fin de la trêve hivernale du printemps dernier et la galère qui a suivi pour les personnes à la rue, en particulier celles en situation de demande d’asile.


MEDIAS
Histoire et répression d’Indymedia Linksunten (Allemagne)  

En septembre 2017, Indymedia Linksunten était interdit par le ministère de l’Intérieur allemand, perquisitions et montage policier à l’appui. Retour sur l’histoire, le contexte, les dossiers d’enquête ainsi que sur la bataille juridique menée depuis le collectif de soutien et la legal team Freiburg EA.


ANTIFASCISME
Le Rassemblement National 42 surpris avec l’Action Française  

À Saint-Étienne, la section départementale du Rassemblement National a été surprise, vendredi 1er novembre, à accueillir en ses locaux une réunion/conférence du groupuscule royaliste d’extrême droite, déjà connue pour ses méthodes violentes et fascistes : l’Action Française !


EXPLOITATION ANIMALE
Manifestation anti-corrida à Rodilhan  

La manifestation débute par une déambulation dans cette ville qui semble désertée. Les « Basta Corrida » donnent le rythme. Au bout de quelques mètres, la marche est interrompue sur un pont à quelques pas de l’arène par une barrière anti-émeutes soutenue par un camion blindé. Les esprits s’échauffent, la colère monte. Les manifestant·e·s tapent sur les grilles pour se faire entendre, et essaient d’exercer une pression sur celles-ci. La gendarmerie bien abritée derrière leurs camions n’attend pas et commence à gazer la foule moins de 10 min plus tard. La résistance ne se fit pas attendre et des manifestant·e·s affrontent les forces de l’ordre en renvoyant les palets lacrymogènes ou en jetant des pierres.


ANTIFASCISME
Saint-Étienne ANTIFA Festival 2019 en soutien aux migrant.e.s  

Vendredi 15 et samedi 16 novembre 2019 à Ursa Minor en soutien au Collectif de Solaure en collaboration avec Les Créations du Crâne, Le Comité Antifa Stéphanois, Univers Soul, Le Collectif de Solaure, La Cantine et d’autres…


DISCRIMINATIONS - RACISME
Nan, demain j’ai piscine : fermeture des locaux d’hébergement à la Talaudière  

Demain, jeudi 31 octobre, la quarantaine de personnes qui avaient trouvé refuge depuis le mois d’avril dans le vestiaire d’une piscine désaffectée de La Talaudière mise à disposition par la Maire doivent quitter les lieux. Sans autre solution, illes iront devant les locaux de la PADA pour réclamer leur droit à l’hébergement. Soyons nombreux et nombreuses à les soutenir dans cette journée difficile !


FLICAGE - SURVEILLANCE
Les grandes oreilles de Perdriau et Verney-Carron ne seront pas installées  

Suite à la mise en garde de la CNIL sur le projet d’installation de micros espions dans le quartier Tarentaize-Beaubrun, mais aussi à la lutte menée par plusieurs collectifs stéphanois, la mairie annonce qu’elle « ne mènera pas l’expérimentation des capteurs sonores envisagée au printemps dernier ».


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Démocratie « disruptée » à l’Université Jean Monnet  

Le 17 octobre dernier, se tenaient à l’Université Jean Monnet des élections en vue de renouveler différents conseils dont le Conseil d’administration, qui élit le-la président-e. Casseroles, recettes rances et plats indigestes étaient au menu. Menu dont les effluves douteuses ont inspiré cet entretien presque réel avec l’ancienne, et future, présidente – Michèle Cottier.


MOBILISATIONS - LUTTES
Nationale des Gilets Jaunes ! Un air de retrouvailles  

Ça faisait un bail qu’on avait pas vu autant de monde dans les rues un samedi à Sainté. Et ça fait plaisir ! Même si, il faut l’avouer, on est loin du nombre des décembre, janvier, février derniers... Au moment fort de la manifestation, plus de 1000 GJ de Sainté et de Navarre ont promené les forces de l’ordre tout l’après-midi et même jusqu’au début de soirée à Monthieu ! Et ce malgré le dispositif énormissime, les grenades lacrymo, les charges agressives, les tirs de LBD et les coups de matraque.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Le droit de jouer  

Samedi 19 octobre, un rassemblement était organisé pour dénoncer l’absence d’action des pouvoirs publics à Sainté face à la situation de près de 300 personnes contraintes de dormir dans les parcs, les squats ou sous les ponts. Couac s’est penché sur la situation des enfants (environ 60), qu’on semble vouloir empêcher d’accéder aux droits les plus élémentaires : dormir sous un toit, être scolarisé-e, etc.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Sortie du n°8 du Couac !  

Pour ce numéro concocté après la fin de l’été, Couac est allé mettre son nez dans les dossiers nauséabonds de la toxi-cité stéphanoise. Vous y retrouverez aussi bien sûr les habituelles brèves, divers articles sur des questions d’actualité ainsi que son inévitable grille de maux (mots) croisés. On vous propose ici, en avant-goût, l’édito et un article consacré au site de Borde-Matin – le centre de traitement de déchets de Suez situé sur la commune de Roche-la-Molière.