National   GENRE - FEMINISME

Un lexique partiel du féminisme et des oppressions




Comme la plupart des mouvements politiques et de critique sociale, le féminisme possède son vocabulaire propre. Qui n’est pas forcément très accessible...


Ce lexique tente de regrouper et d’expliquer des termes souvent utilisés pour parler des oppressions et des luttes féministes. Il s’adresse aux personnes victimes d’oppressions, et aussi aux personnes qui n’en vivent pas mais vivent dans une société structurée par ces oppressions, et sont donc également concernées.
Certaines des définitions ci-dessous ne correspondent pas aux idées de tous les courants féministes, ou sortent du cadre du féminisme. Elles sont utiles à la compréhension des structures sociales, et à celle de l’imbrication des différentes oppressions. Elles proviennent d’ouvrages de sociologie, de lectures personnelles synthétisées, d’écrits militants... Les sources ne sont pas toujours identifiées et citées parce qu’il a été difficile de s’en souvenir systématiquement. Les définitions sont ouvertes à discussions, retouches... Elles appartiennent à un cadre de critique et d’analyse du fonctionnement de la société. Il y a donc parfois un écart avec les définitions du dictionnaire, qui ne tiennent pas toujours compte de la dimension politique et du contexte de l’usage des mots. Certains éléments ne sont peut être pas suffisamment faciles à comprendre, malgré l’intention de les rendre accessibles. Les appréhender peut demander du temps, de la réflexion, du travail.

A.F.A.B / A.M.A.B. : (acronymes en anglais « assignated female/male at birth ») Assigné.e femme/homme à la naissance.

Binarité de genre : norme sociale actuellement dominante, disant qu’il y a uniquement deux genres, qui sont très différents, voire opposés : le féminin et le masculin et que tous les individus doivent se répartir entre ces deux catégories.

Charge mentale (ménagère) : travail de logistique souvent invisible autour des tâches domestiques (y penser, les planifier, les entamer...). Lorsque des femmes cohabitent avec des hommes, et pas forcément dans le cadre d’un couple, cette charge leur retombe souvent dessus. Les hommes vont se reposer sur elles par l’effet de clichés sexistes perpétuant l’idée que c’est plus « leur truc », qu’elles vont mieux le faire. Cette déresponsabilisation n’est pas toujours consciente. Les hommes se montrant oublieux, les femmes sont forcées de s’occuper de penser aux choses du quotidien, et les femmes se chargeant de planifier les choses du quotidien, les hommes se montrent oublieux. Cela peut survenir avec des hommes qui avaient l’habitude de vivre seuls auparavant et vont reproduire ce schéma une fois installés dans un quotidien avec une compagne. Ce qui instaure un déséquilibre évident au niveau du temps libre et de la possibilité de chacun.e de penser à des choses plus épanouissantes.

Charge émotionnelle (travail émotionnel) : travail d’attention et de soin vis à vis de l’autre et de ce qu’il ressent. Dans la sphère professionnelle et dans l’espace public, cela désigne tout le travail de présentation, de modulation de ses expressions faciales, d’attitude ouverte et agréable (envers les client.e.s, ses collègues, divers inconnu.e.s). C’est aussi penser à souhaiter les anniversaires, à organiser des pots de départ... Souvent ce travail n’est pas reconnu, car les femmes sont censées le faire « naturellement ». En parallèle, si elles ne le font pas, ce sera remarqué et jugé négativement, bien plus que chez leurs collègues masculins (par exemple une femme au guichet de la SNCF qui ne sourit pas sera jugée désagréable. Un homme, lui, sera jugé plus facilement comme sérieux, professionnel, préoccupé...). Cette pression sur les femmes est renforcée par le fait qu’elles occupent la majorité des emplois de soin, d’accueil... Il y aurait de nombreuses choses à dire sur l’essentialisation des qualités dites féminines au travail et sur l’exploitation capitaliste dépourvue de compensation qui en découle.
Dans la sphère personnelle, la charge émotionnelle est un travail d’écoute, d’empathie et de prise en charge des émotions de l’autre (qui peut être un partenaire, un ami, un membre de la famille) dans le but de lui faire du bien. C’est aussi la prise en charge du travail lié aux relations affectives. La répartition du travail émotionnel est inégalitaire et pèse majoritairement sur les femmes, les personnes assignées « femme », et les personnes transféminines. Ce phénomène s’explique par une différenciation des attentes dès le plus jeune âge, et une vision du soin de l’autre et des émotions comme des domaines féminins. Il est fréquent que les hommes aient une vision superficielle de ce en quoi consiste le travail émotionnel, et qu’à cause de leur construction masculine ils ne puissent pas développer les capacités d’empathie et de communication qui lui sont nécessaires. Le fait qu’il y ait toujours des femmes pour le faire pour eux et à leur place peut également leur permettre de ne pas trop s’investir dans cet apprentissage.
Les rapports de domination influent sur la répartition du travail émotionnel. Les personnes dominées sont poussées à se mettre au service des dominants, y compris concernant leur bien-être psychique. Dans de nombreuses situations, ce souci des émotions de l’autre est aussi là pour éviter de nous faire maltraiter psychologiquement à cause de ses réactions. On utilise de l’énergie à adapter notre discours pour ne pas subir sa colère, ses accusations de culpabilisation... On fait attention à l’autre par crainte de conséquences désagréables, voire violentes.

Cisgenre : dont le genre correspond à celui qui lui a été attribué à la naissance.
Ce mot permet de poser un terme sur une condition qui n’est habituellement pas nommée, car elle correspond à la norme. Cela nous extrait, au moins dans le langage, d’une opposition entre « transgenre » et « normal ».

Dominant.e : se dit à propos d’une personne ou d’une catégorie de personnes qui sont avantagées par le fonctionnement et les structures de la société. Être « dominant.e » peut être renforcé par un comportement, mais c’est avant tout un état. On n’a pas besoin de faire quoi que ce soit pour bénéficier d’avantages, lorsqu’on est dominant. Et on domine donc d’autres personnes, pas parce qu’on le veut, mais parce qu’on appartient à une certaine catégorie. (Exemple : un homme a l’avantage d’être payé 27% de plus qu’une femme, en moyenne. Il ne vole pas activement de l’argent à une ou des femmes, mais il touche quand même cet argent et en bénéficie, ce qui l’avantage, lui donne plus d’aisance financière, de possibilités de dépenses...).
« Dominant.e » peut aussi qualifier une norme qui est prépondérante dans la société. Et qui opprime les personnes qui en sont exclues.

Genre : caractéristique sociale de notre identité, actuellement construite sur la binarité féminin/masculin (dans la norme dominante). Des caractéristiques et capacités sont attribuées à chaque genre. Elles sont variables selon l’époque et la société dans laquelle on se trouve, mais une constante de répartition entre féminin et masculin est remarquée, ainsi que la persistance de l’attribution des caractéristiques valorisées et donnant du pouvoir au genre masculin. Le genre est donc une construction sociale traversée par une logique de hiérarchie.
On nous l’attribue à la naissance en se basant sur une donnée anatomique superficielle : la conformité de l’apparence de nos organes génitaux à des organes mâles OU femelles. Une comparaison est souvent faite entre le « genre » et le « sexe », qui lui serait biologique. Cependant, même en se plaçant du point de vue de la biologie, de nombreux critères et une infinité de variations existent. Et la biologie n’est pas neutre, les recherches des scientifiques sont orientées par la société dans laquelle ielles vivent, et dont ielles ne questionnent pas forcément les normes. Pour résumer (de façon certes bien insuffisante), on peut dire que le genre est un élément très structurant de notre identité, et qu’il influence également l’idée que l’on se fait d’un « sexe biologique ».
« Genrer » désigne l’action (le plus souvent inconsciente et systématique) d’attribuer un genre à une personne.

Hétéronormativité : ensemble de pressions qui poussent à se conformer aux normes de l’hétérosexualité.
À l’échelle individuelle, cela pousse à correspondre aux normes de son propre genre.
Dans les relations, cela pousse une des personnes à adopter un rôle correspondant au rôle féminin, et l’autre un rôle correspondant au rôle masculin, ce qui maintient une répartition des rôles et tâches basée sur la binarité de genre, et une hiérarchie. Cela fonctionne dans des relations hétérosexuelles, non-hétérosexuelles, des relations amicales, familiales...
À l’échelle de la société, les institutions sont discriminantes envers les personnes ne correspondant pas à l’hétéronormativité, du fait de leurs orientations sexuelles, identités de genre, schémas relationnels…

Héterosexualité : orientation sexuelle/affective désignant les relations entre femmes et hommes. L’hétérosexualité est actuellement une norme, à laquelle il existe une pression à se conformer. Les personnes ne correspondant pas à cette norme subissent homophobie, lesbophobie, biphobie.
Cette norme peut se résumer à :
- femme (dans un rôle correspondant au rôle féminin dans une relation) + homme (dans un rôle correspondant au rôle masculin dans une relation).
- dans des conditions relationnelles attendues (cohabitation, exclusivité sentimentale, exclusivité sexuelle, enfants). Il peut y avoir des variations et plus de souplesse sur certains éléments selon les milieux sociaux, la période de la vie...
Elle reproduit la domination masculine au sein des relations intimes :
- parce que les normes de féminité poussent les femmes à prendre en charge ce qui concerne les relations affectives, et donc, dans le cadre d’une relation avec un homme, elles fournissent plus de travail (domestique, émotionnel... ).
- parce qu’un rapport d’affection et de dépendance mutuelle entre des personnes qui ne sont pas sur un pied d’égalité expose la personne dominée à toute une série de pressions et de violences.

Intersectionnalité : Cadre d’analyses et de pratiques militantes qui tend à prendre en compte toutes les oppressions présentes dans une situation donnée, en particulier celles liées à la race, au genre et à la classe sociale. Lorsqu’on est touché.e.s par plusieurs oppressions, cela peut avoir des conséquences différentes, qui ne se résument pas à une addition des effets des oppressions concernées. Par exemple si on est une femme, et qu’on est issue des classes populaires, on subit une forme de sexisme lié à la classe sociale (ou la forme de classisme spécifiquement expérimentée par les femmes). On sera visée par des clichés et des à priori spécifiques aux femmes pauvres (femme peu soignée, vulgaire...), on sera plus vulnérable dans certaines situations, comme par exemple en cas de violences conjugales (dépendance financière fréquente vis à vis du conjoint, manque de considération de la part de la police)… Les deux oppressions convergent et ont des effets générés par cette convergence.
L’intersectionnalité est issue de mouvements militants de féministes noires nord-américaines.

Oppressions (systémiques) : ensemble de discriminations et de violences pesant sur des personnes du fait de leur appartenance à des groupes socialement dominés. « Systémique » signifie qu’elles sont comprises dans les structures sociales et ne sont pas juste le fait d’individu.e.s isolé.e.s.
La société étant construite pour le bénéfice des hommes blancs cisgenres hétérosexuels et bourgeois, le fait d’être exclu.e d’une ou plusieurs de ces catégories limite (voire prive de) l’accès à des choses aussi diverses que le logement, l’éducation, la reconnaissance de ses capacités intellectuelles, des images positives auxquelles s’identifier dans les films, un épanouissement sexuel, la tranquillité dans l’espace public, l’accès à la justice...
Il y a des éléments qui peuvent aggraver et/ou modifier les conséquences des oppressions, comme la non-conformité aux normes de notre catégorie (par exemple, une femme qui ne cherche pas à soigner son apparence physique subira des réflexions désobligeantes, voire des discriminations supplémentaires) ou le croisement de plusieurs oppressions (voir à "intersectionnalité").

Patriarcat : type d’organisation sociale dans laquelle ce sont les hommes qui détiennent le pouvoir.

Privilèges : avantages dont on bénéficie automatiquement parce qu’on appartient à des catégories dominantes socialement. Peut être utilisé au singulier pour désigner un ensemble particulier de privilèges : le privilège blanc, le privilège masculin...
Les catégories privilégiées sont, pour le genre, les hommes cisgenre, pour la race, les personnes blanches, pour la classe, les personnes bourgeoises, aisées financièrement...

Race : caractéristique sociale (n’ayant aucune justification « scientifique ») basée sur l’apparence physique (principalement la couleur de peau, mais d’autres éléments peuvent entrer en jeu dans une moindre mesure, par exemple d’autres traits physiques, la langue parlée, la tenue vestimentaire...). L’emploi de ce mot est délicat, car il a longtemps été utilisé pour justifier des violences envers des catégories de population. Cependant il permet de nommer un critère actuel de catégorisation sociale, ce qui est nécessaire pour pouvoir en parler et lutter contre les violences qui y sont liées. Il est difficile d’imaginer que le racisme puisse disparaître parce qu’on arrêterait de le nommer. Et si le racisme existe, c’est que la répartition en catégories raciales existe. Et donc que la notion de race, au sens social du terme, existe. On préfèrera employer « race » entouré d’autres termes, pour rendre plus visible le fait qu’on l’utilise dans un cadre d’analyse et de critique (« notion de race », « oppression liée à la race », « race sociale »...).
Il y a des actes individuels et ponctuels qui peuvent être qualifiés de racistes (insultes dans la rue, propos discriminants), mais le racisme structurel est présent dans toutes les institutions (police, justice, école, mais aussi cinéma, télévision, …). Il a un impact matériel sur la vie et sur le bien-être, constamment, sur de très nombreux aspects, et sur du long terme. Cet impact est positif lorsqu’on est blanc.h.e, négatif lorsqu’on est racisé.e.
Le terme « racisé.e.s » est l’un des termes employés pour qualifier les personnes ne bénéficiant pas du privilège blanc. Le suffixe « - isé.e.s » exprime le fait que l’identité raciale est en quelque sorte « collée » sur les personnes par le regard que la société et les individus portent sur elles.

Transgenre : dont le genre ne correspond pas à celui qui lui a été attribué à la naissance.

T.E.R.F. : (acronyme en anglais de « trans exclusive radical féminists ») féministes radicales trans-exclusives. Féministes ayant une attitude discriminante envers les personnes trans. Le plus souvent, leur hostilité se concentre sur les femmes trans et les personnes transféminines. « T.E.R.F. » est plutôt un terme péjoratif.

Le lexique, assorti d’une liste de pistes de lectures, à télécharger ici

Le point de vue est celui d’une femme blanche cisgenre bie valide, issue de classes sociales moyennes/basses, munie d’un capital culturel et intellectuel reconnu par des institutions. Lorsque je parle d’ « hommes » et de « femmes », cela désigne des personnes cisgenres.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la thématique "GENRE - FEMINISME "

Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME / MEMOIRE

Qui sème le vent récolte la tapette

Jeudi 13 juin à partir de 19h au 17. Entrée libre.
Présentation du livre Qui sème le vent récolte la tapette, Une histoire des Groupes de libération homosexuels en France de 1974 à 1979, de Mathias Quere aux éditions Tahin Party. En présence de l’auteur et de la maison d’édition.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / GENRE - FEMINISME

Permanence Marsha

Association d’entraide entre personnes Trans et Intersexes.
Permanence d’entraide, espace de parole en groupe et en individuelle.
contact : association.marsha(a)gmailcom


Saint-Étienne et alentours Les Sampianes   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

Feminist Fight Club #2

★☆ Samedi 11 mai 2019 à 19h à la Gueule Noire ☆★
Comme la fois précédente : événement sans mec cis, aucune obligation de combattre et pas de gagnant·e·s.
Cette soirée est en soutien à la création d’un festival féministe.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / GENRE - FEMINISME

Deux poids, deux mesures : une semaine d’évènements autour du spectacle « Les Tondues »

Une semaine - et même un peu plus - d’évènements proposés dans toute la ville pour prolonger les questions abordées dans le spectacle intime et historique « Les tondues » : les femmes tondues en 1944, la mémoire collective, les tabous de l’Histoire, la domination masculine, les inégalités homme/femme...


International   CAPITALISME - GLOBALISATION / GENRE - FEMINISME

Le congrès international des femmes au Chiapas n’aura pas lieu...

Cette année, les féministes zappatistes font face à des menaces de trop grande ampleur pour pouvoir accueillir le deuxième congrès international des femmes qu’elles pensaient organiser. Dans une lettre ouvertes aux féministes du reste du monde, elles expliquent le contexte de cette annulation et appellent à poursuivre les luttes féministes et anticapitalistes dans toutes les régions du monde.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / GENRE - FEMINISME

Accouchement, une question politique ?

Pour l’inauguration d’une nouvelle librairie à Mézère (43), vous êtes invitez à venir partager autour d’un documentaire sonore sur l’accouchement vu d’un point de vue politique.


National   DROITS SOCIAUX - SANTE / GENRE - FEMINISME

Pour étendre la pratique de l’IVG instrumentale aux sages-femmes

Un questionnaire a été mis en ligne à l’attention du public, en vue de l’élaboration d’une loi autorisant la pratique de l’IVG instrumentale pour les sages-femmes.


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   GENRE - FEMINISME / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Lesbiennes de l’immigration

Rencontre avec l’auteure de Lesbiennes de l’immigration, construction de soi et relations familiales (éditions du Croquant). Ce livre, issu d’une thèse, traite de la question du lesbianisme dans un contexte migratoire et post-migratoire en France. Comment les rapports sociaux de sexe, de race, et de classe influencent-ils la construction sociale du lesbianisme ? Quel est le processus par lequel ces femmes construisent des parcours lesbiens dans un contexte migratoire et post- migratoire ?


Saint-Étienne et alentours Les Sampianes   GENRE - FEMINISME / MOBILISATIONS - LUTTES

2 Poils dans la Soupe Festival

Pour un 8 mars 2019 féministe et anticapitaliste !
C’est la deuxième édition du festival « Un poil dans la soupe » organisée par les Sampianes, qui a lieu autour du 8 mars : Journée internationale des luttes des femmes. Cette année on vous propose des activités féministes variées dans différents lieux de Sainté pour se rencontrer, échanger, apprendre, se renforcer, créer des solidarités et se marrer.


Saint-Étienne et alentours Les Sampianes   GENRE - FEMINISME / MOBILISATIONS - LUTTES

Appel à rassemblement contre la propagande anti-IVG et homophobe d’Alliance Vita

« Pas de voix pour celles et ceux qui piétinent nos vies, nos dignités et nos droits ! Pas d’espace pour les anti-avortements, les anti-euthanasie, et les homophobes ! »


A la une...

FLICAGE - SURVEILLANCE
The wire, Tarentaize sur écoute  

L’installation par la mairie de Saint-Étienne de micros dans le quartier Beaubrun-Tarentaize-Couriot est critiqué par des institutions scrutant le respect des libertés publiques et contesté dans la rue. En mars déjà, le journal du Carnaval de l’Inutile dénonçait le projet.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Manifestation pour sauver le climat et le droit d’asile  

Samedi 25 mai - Mobilisation européenne #STOP DUBLIN*
RDV à partir de 10h à la Bourse du travail.
Marche pour le droit d’asile et pour le climat.
À midi : partage de pique-nique et prises de paroles au parc du Puits Couriot.
Et aussi, de 13h à 17h après-midi partage place de l’hôtel de ville : lectures et goûter sont prévus (n’hésitez pas à amener des textes qui vous semblent cohérents).


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Grève pour le climat Saint-Étienne - #2  

Nous avons été très nombreux à Saint-Étienne pour le premier acte de ce mouvement mondial, il est temps de remettre ça ! Rendez-vous le 24 mai, 12 h place de l’Hôtel de Ville, départ 13 h.
« Pour la première fois depuis des décennies, nous, les jeunes, sommes convaincus que notre vie ne sera pas meilleure que celle de nos parents. La raison de cet avenir sombre ? Un modèle de société mortifère, qui détruit la vie sur Terre et défait les équilibres des écosystèmes et les liens sociaux. »


MEMOIRE
Voter c’est abdiquer  

En l’approche du scrutin du 26 mai, quelques pistes de réflexion sur un choix qui reste personnel, politique, philosophique et éthique. Ce qu’il faut retenir, c’est que le plus important se joue hors des urnes.


ANTIFASCISME
L’extrême droite italienne fixe un prix à la mort  

Alors que pas moins de 2 260 migrants ont péri l’an passé en tentant de traverser la Méditerranée, le gouvernement italien à l’initiative de Salvini ne trouve rien de mieux qu’annoncer un projet de loi toujours plus hostile à l’immigration. Si la loi n’est pas encore mise en place, il est important de lutter dès maintenant contre ce projet et toute autre dérive fasciste !


MEMOIRE
Zola, la “Vallée de l’Ondaine”, et le monde ouvrier  

En juin 2019 sera célébré le 150e anniversaire de la “Fusillade du Brûlé“ à La Ricamarie dans le sud de la Loire. Emile Zola s’inspira en partie de cet événement sanglant pour écrire son livre “Germinal“.
Sa description des modes de vie, d’organisation et d’action de ce monde de mineurs et de sidérurgistes dans les trois dernières décennies du 19e siècle, apparait pour beaucoup de lecteurs comme un authentique témoignage d’une réalité vécue. Toutefois, au regard de l’histoire, le comportement et les actions du mouvement ouvrier qu’il décrit sont bien loin de refléter la réalité des luttes de cette époque et la complexité de leurs enjeux.


MEMOIRE
Des Vermiraux à Saint-Genest-Lerpt  

Voici un tract distribué à Saint-Genest-Lerpt avant la représentation d’un spectacle de théâtre qui avait comme point de départ la révolte des Vermiraux.

« Aujourd’hui et ici on parle d’une révolte de gamins aux Vermiraux. Là bas, aux Vermiraux, il y avait une colonie, un lieu d’enfermement »


MOBILISATIONS - LUTTES
Récit de stéphanois à Lyon : Acte 26, nationale à Lyon  

Un appel national avait été lancé pour cet acte 26 le samedi 11 mai à Lyon. Une équipe du Gueuloir s’est rendu sur place. Récit d’une journée de mobilisation qui restera gravée dans les mémoires !


LOGEMENT - SQUAT
Campagne collective : on s’affiche pour le droit au logement !  

Depuis plus d’un mois maintenant vous avez pu voir fleurir sur les murs sales de notre bonne ville une campagne d’affiches de soutien aux personnes qui se font régulièrement expulsées de leurs abris. Parce que tout le monde à le droit à un toît et que nous manquons toujours de bras, à vos pinceaux, prêt’es ? Collez !


FLICAGE - SURVEILLANCE
Déambulation festive contre Serenicity, retour en image  

Samedi 10 mai, une grosse centaine de personne a défilé dans les rues du quartier Tarentaize-Beaubrun en musique et en costumes pour contester le projet d’écoute de l’espace public.


MEDIAS
Le journal du carnaval de l’inutile est en ligne !  

Le carnaval de l’inutile 2019, en plus d’avoir réussi à faire fermer pour une journée la biennale du design, déambulé dans la ville au coté des gilets jaunes, a publié son journal que vous avez peut-être déjà eu l’opportunité de voir traîner dans les plus beaux canis de la ville.
Ce journal est une proposition : une récolte d’anecdotes, de vécus, de prises de tête, de colères et de récits. C’est un constat subjectif de l’état de la ville par ses habitantes et habitants. Il nous faudrait choisir entre Saint-Étienne capitale des taudis et du Design. Franchement, on s’en fout, et bien d’autres questions demandent à être posées avant ça. Le journal est disponible ici.


REPRESSION - PRISON
Des gilets jaunes face à la justice... de classe : le juge vitrifie le parquet  

Le 30 avril 2019, le procureur requiert 1000€ dont 700 avec sursis contre Monsieur B., Gilet Jaune, pour une insulte visant le commissaire Gonon sur la page de La Loire en Colère. Le juge va au-delà, il prononce une peine de 1000€ d’amende, soit un SMIC à régler à l’État !

« Parfois la foule trahit le peuple, Monsieur B. vous avez trahi le peuple ce jour-là ! » (Monsieur le procureur, TGI de Saint-Étienne)


FLICAGE - SURVEILLANCE
L’installation des micros-mouchards dans le quartier Tarentaise-Beaubrun est repoussée  

Suite à la vive polémique suscitée par la publication des documents de la maire sur le projet de « Safe City » par la quadrature du net, la CNIL demande à la ville « des informations supplémentaires sur ce dispositif ». Pour autant la bataille continue et il ne faut pas baisser la garde.


LOGEMENT - SQUAT
Actions en soutien aux expulsé-e-s de la Bourse du Travail  

De nombreuses actions depuis le début du mois dont des performances / lectures ce vendredi 25 mai 2019 à 13h place de l’Hôtel de Ville.
La mobilisation de ces différents moyens d’intervention dans l’espace public nous rappelle notre devoir citoyen et incite à des gestes engagés en vue d’une solution de logement durable. Assurons un accueil en dignité !


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Projection-débat pour l’étape stéphanoise de l’Atomik Tour  

Le 15 mai 2019, le Dix-sept accueille l’étape stéphanoise de l’Atomik Tour, un infotour parti de Bure pour questionner notre rapport au nucléaire, mieux cerner les enjeux localement et susciter des actions.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Suite de la réquisition du portrait d’Emmanuel Macron à Sorbiers  

Suite à la réquisition du portrait d’Emmanuel Macron à Sorbiers le 26 avril, la maire a déposé plainte hier matin et la gendarmerie est venue remettre une convocation concernant Vincent Bony à son domicile dans l’après midi pour « vol en réunion ». L’audience aura lieu à la brigade de gendarmerie de Sorbiers (Loire), rue de l’entente, mardi 7 mai à 15h... Le communiqué d’Alternatiba est reproduit ici.


MEMOIRE
[Radio] Du trafic dans le tiroir #7 : Mohamed Saïl  

Émission « Du trafic dans le tiroir » sur Radio Dio - Épisode 7.
Nous sommes heureux d’accueillir dans cette émission, Alawa, habitant de Saint-Étienne qui nous aidera à nous orienter dans l’histoire, du début du siècle, entre la France et l’Algérie. Car nous convoquons ici le dit Mohamed Saïl, né en octobre 1894 à Taourirt village de la commune de Souk Oufella en Kabylie, mort en 1953 à Bobigny, militant communiste libertaire dont nous suivrons la trace et le parcours entre l’Algérie de sa naissance, la France et l’Espagne où il s’engagea un temps auprès des antifranquistes. Retour sur un kabyle anarchiste voguant entre Kropotkine, Bobigny ou encore la Kabylie...


MOBILISATIONS - LUTTES
Manifestation du 1er mai à Saint-Étienne : récit en image  

Mercredi 1er mai, 10h00, le cours Victor Hugo commence à se remplir. Pour cette traditionnelle mobilisation de la fête du travail répondent présent.e.s de nombreu.ses.x manifestant.e.s : de la CGT, de Solidaire, de la CNT, des Gilets Jaunes, de la FSU, de la France Insoumise, des JC, du Pink Block, de la RAP…


LOGEMENT - SQUAT
Être à la rue tue : un an après le décès de Jean-Claude  

Être à la rue tue. Il y a un an, le 1er mai 2018, est décédé Jean-Claude dit « Le Cow-Boy », qui vivait dans les rues stéphanoises.


DROITS SOCIAUX - SANTE
Appel à soutien : réquisition citoyenne solidaire  

Appel à venir soutenir l’occupation de l’ancienne poste de Solaure pour y loger les personnes qui se trouvaient auparavant à la Bourse du Travail, et tou.te.s celleux qui en ont besoin.