Saint-Étienne et alentours Couac   MEMOIRE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Un portrait de Synthé fait par une de ses marges




Si la municipalité et les autorités publiques imaginent une ville qui a souvent peu à voir avec la vie réelle de ses habitant’es, ce sont avant tout les activités et engagements de celleux-ci qui font de Saint-Étienne la Synthé qu’on connaît et dans laquelle on a envie d’habiter. Agnès, Jeannette et S., qui arpentent et font vivre les rues de Saint-Étienne depuis bien des années, nous livrent un aperçu du milieu associatif, informel et punk stéphanois et une analyse de l’évolution de la ville.


COUAC : Salut. Est-ce que vous voulez vous présenter et nous dire dans quels collectifs vous êtes engagé’es ?
Agnès : J’ai commencé à m’engager dans le milieu associatif en 1996-97. J’ai fait partie de Ras-le-front et de Le scalp [deux associations antifascistes] mais ma première réelle implication a été Jungle exotica – un groupe de gens qui ont eu l’idée de faire des repas végétariens autour de discussions thématiques, le lundi soir. On a abordé le végétarisme qui, à l’époque, était un sujet peu répandu, le Chiapas, la pornographie… C’était dans un local associatif et petit à petit, on l’a ouvert à d’autres initiatives. Ça a duré deux ou trois ans. Je suis aussi dans le collectif Avataria [1] depuis ses origines, en 1999. On voulait croiser l’organisation de concerts avec des sujets politiques, des conférences, etc. J’ai aussi participé au Numéro Zéro, un autre vieux collectif et qui existe toujours. L’idée de construire de toute pièce un média qui nous ressemble, ça m’a beaucoup marquée.
S : Moi, je suis entré dans le réseau militant par le punk. J’étais ado dans les années 1980 et il y avait peu de lieux pour le punk : les concerts se passaient à la Bourse du travail, dans une salle municipale, au bar Le mistral gagnant. Ce qui m’a plu dans le punk, c’est que dans un concert, tout le monde est actif. Chacun’e partage un fanzine qu’ille a fait, organise une cantine, etc. Il y a une culture « do it yourself » [fais-le toi-même] bien ancrée. J’ai commencé à être vraiment actif dans les années 1990 : on a monté des groupes, un fanzine, une émission de radio et un collectif qui s’est stabilisé sous le nom « La france pue ».
Jeannette : J’ai aussi commencé dans les concerts punks, à la fin des années 90. Ensuite, parce qu’on avait envie d’avoir des endroits pour vivre sans salaire et y organiser des événements comme on voulait, on a ouvert des squats. Et en 2000, on a aussi monté le Festival des résistances et des alternatives [2].

À Sainté, à cette époque en tout cas, il y avait vraiment la possibilité de rencontres entre des gens très différents.

Vous parlez de la vague mondiale des médias libres, des festivals des résistances qui avaient lieu un peu partout en France. D’après vous, quelles sont les spécificités stéphanoises ?
J : À Sainté, à cette époque en tout cas, il y avait vraiment la possibilité de rencontres entre des gens très différents. C’est pas pour idéaliser un truc un peu mythique, mais vraiment ici les gens s’entendent bien, et bossent ensemble même s’ils sont un peu éloignés politiquement.
S : Oui, si tu compares avec les programmes des festivals des résistances de Grenoble ou de Paris, celui de Sainté était nettement moins politisé. C’était aussi un événement politique bien sûr, mais plus large. Cela dit, quelques années après, on a monté d’autres événements, qu’on a appelés Quartiers libres et qui étaient clairement plus politisés. Le but était moins de faire une présentation des initiatives underground que des levées de soutien pour des collectifs militants. La première fois par exemple, les sous étaient destinés à soutenir une radio associative, Radio Dio, et le projet d’ouverture de La gueule noire. Mais, oui, pour moi, c’est ça la spécificité de Saint-Étienne : la rencontre de plein de gens différents qui aiment faire des choses ensemble.

À Sainté, il y a un site d’info participatif, une radio associative, c’est assez notable pour une ville de cette taille. Comment cela a commencé ?
J : En 2002, suite à un concert au Sporting qui a été chargé par les flics. Tout d’un coup les keufs débarquent et arrêtent cinq personnes. Trois finissent en prison. De là un collectif se monte – Halte à la répression. L’idée au début était juste de récolter de la thune pour soutenir les personnes inculpées. Ça a tissé des liens avec d’autres collectifs actifs sur le sujet de la répression, certain’es d’entre nous se sont saisi de cette question et ont monté une émission contre toutes les prisons, l’émission Papillon, qui est relayée sur Radio Dio.
S : Radio Dio, qui existe depuis 35 ans maintenant, a vu passer toutes ces aventures.
J : Son histoire est un peu différente de nos collectifs : c’est une structure institutionnelle, qui vit de subventions, mais elle est ouverte. Il y a moyen d’y faire plein de trucs, musicaux et militants.
A : Le Numéro Zéro a eu une émission pendant deux ans, La france pue également.
S : L’audience de cette radio, le nombre de lecteurices du Numéro Zéro, ce n’est pas nécessairement important. Dans notre réseau, ce qui compte, c’est l’addition de toutes ces initiatives. Elles ne vont pas regrouper des milliers de personnes mais c’est en s’agrégeant que ces sujets prennent leur force.

Vous avez tou’tes les trois cité des collectifs qui existent depuis dix, quinze ans voire davantage. C’est de belles longévités pour des collectifs informels. Comment expliquez cette force de groupe qui dure ?
A : Si on parle de longévité, il faut aussi citer l’association Off coxaplana, qui va bientôt fêter les 25 ans de son aventure. Au départ, ils avaient installé une salle de cinoche dans leur salon au Crêt-de-Roc puis ils ont cherché un lieu pour ouvrir un cinéma alternatif. Ils ont monté le GRAN LUX sur un site d’usines. Ils étaient les premiers à négocier légalement l’occupation d’une friche industrielle. Pourquoi ces collectifs durent ? Je pense qu’il y a la taille de la ville qui joue. On est dans une ville de dimension moyenne et tu croises tes camarades régulièrement. Il y a des histoires d’amitié fortes à la base de ces collectifs. Et puis Sainté, c’est une ville qui n’est pas chère, cela correspond mieux à nos idéaux politiques. Mais j’ai une vision surtout pragmatique. Certain’es t’auraient dit que c’est l’histoire syndicale de Sainté. Personnellement, je n’ai pas d’héritage politique familial. Je pense plutôt que c’est la pression immobilière moins forte qu’ailleurs qui fait que c’est plus facile pour les mouvements libertaires.
J : De fait, cette année j’ai vu plein de nouveaux militant’es s’installer à Sainté. Parce que c’est facile d’y vivre pour pas trop cher.

Ça a un peu été la première expérience de lieu autogéré pérenne.

Est-ce que la pression immobilière moins forte a notamment facilité la création de squats ?
J : Quand on a ouvert le squat izmir en 2000 [3], c’était clairement plus facile qu’ailleurs. Et les flics ne savaient même pas que faire de nous. On a vécu comme ça plusieurs années, dans différentes maisons.
S : Mais ça a changé. Ensuite, les maisons se faisaient virer au bout de quelques mois. Les gens en ont eu raz-le-bol d’ouvrir, rénover pour finalement se faire virer. C’est à ce moment qu’il y a eu Main dans la main, une association de SDF qui, après s’être fait expulsée d’un lieu en face de Tréfilerie, a négocié un espace à Guichard. Illes nous ont proposé de s’impliquer avec elleux et on a créé Effervescence. Ça a un peu été la première expérience de lieu autogéré pérenne. Plus tard, en 2008, on a monté l’espace 100 % dans un local de la mairie, avant qu’elle ne le récupère pour le détruire. On a gardé le projet et finalement, en 2011, il y a eu la création de La gueule noire. L’idée était d’avoir un lieu pérenne, sans trop de voisinage pour ne pas déranger et où organiser plein d’activités : de la boxe, de l’autodéfense féministe, une friperie gratuite, des concerts, des ateliers de théâtre, de peinture, etc. C’est un espace autogéré par un groupe de personnes qui diffuse des concerts alternatifs et des idées anarchistes mais qui reste ouvert à d’autres initiatives et d’autres personnes que nous.

Les squats izmir puis La Plage [ouvert en 2010] étaient deux maison sur la Colline des pères. Est ce qu’il y avait des quartiers plus militants que d’autres ? C’était quoi vos lieux repères ?
S : Il y avait des bars associatifs en plein centre ville qui organisaient des concerts.
A : Comme Le mistral gagnant, rue Élise Gervais, qui a condensé plein de gens actifs. Sinon, nos centres d’activité dépendaient surtout des squats ouverts.
J : En fait, on se retrouve souvent là où la promotion immobilière laisse des lieux vacants. Il y a eu Tardy, les Hauts-de-Jacquard… On profitait en quelque sorte des mouvements des promoteurs et des urbanistes, c’est l’ironie du sort. Et du coup on était souvent au milieu de luttes de quartiers qui allaient se faire virer.

« Le design devient un outil de la gentrification et de la métropolisation de la ville. »

En 2006, il y a cette grande exposition sur la rénovation de Sainté et la création de la Cité du design. Comment le milieu militant a-t-il réagi à cette annonce de grands bouleversements ?
S : Je ne m’en souviens pas du tout. À l’époque, je faisait la même chose qu’avant et que maintenant. Et la mairie est complètement contradictoire sur cette histoire : d’un côté un discours sur une ville perdue dont il faudrait faire revivre le centre, de l’autre la création de grands centre commerciaux en périphérie, à l’américaine. Et puis quand on y pense, les descentes de flics place Jules Guesde, avec notamment cette émeute policière au Sporting, ça a tué la vie dans le centre.
A : Pour moi, cette histoire de design est un jeu purement politicien : choisir la stratégie marketing à appliquer pour notre ville. Elle n’a pas du tout été pensée par et pour les habitant’es, l’objectif est clairement économique et financier. Le design devient un outil de la gentrification et de la métropolisation de la ville. Qui implique par exemple de déplacer les salles de concert et les cinémas en dehors du centre-ville. Nous, à Avataria, on subit des pressions de plus en plus fortes pour rentrer dans la logique de gentrification appliquée à Sainté. Les pouvoirs publics créent des SMAC [Scènes de musiques actuelles en périphérie] et c’est de plus en plus dur de faire des concerts ailleurs que dans ces lieux dédiés. Depuis quatre ou cinq ans, à chaque fois on nous demande pourquoi on ne va pas au FIL puisque c’est le lieu fait pour. Lors d’un des premiers festivals Avatarium qu’on avait organisé, on avait filé cent invitations à la Biennale, ça ne nous semblait pas être un événement à détester. Aujourd’hui, avec cette pression au « tout design », il n’y aurait plus moyen.

Ce que la ville présentait comme un problème, on le vivait comme une force.

Vous parlez de stratégie marketing mais le discours officiel, c’était surtout qu’il fallait répondre au problème d’un centre-ville en désertification. Est ce que le milieu libertaire aussi identifiait cet état comme un problème ?
A : Le logement était l’un des gros soucis des habitant’es de Saint-Étienne. Il y avait des quartiers vraiment insalubres. Mais nous on avait des potes qui, justement, prenaient des appartements dans ces zones parce que c’était vraiment pas cher. Ce que la ville présentait comme un problème, on le vivait comme une force.
S : On n’a pas les mêmes critères de qualité de vie, ni les mêmes aspirations. On n’a jamais été en adéquation avec les constats misérabilistes sur Sainté. Par exemple, nous, on était très contents de voir le GIAT [4] fermer. Évidement, les politiques municipales, qu’elles soient de gauche ou droite, ne pourront jamais se réjouir de la fermeture d’une usine. Mais – bon, ce n’était pas très sympa pour les familles parmi lesquelles quelqu’un’e allait perdre son emploi – quand les syndicats manifestaient contre la fermeture du GIAT, nous, on taguait « salaires légers, chars lourds, fermeture du GIAT » sur les trottoirs du parcours.
A : C’est clair que je n’ai jamais partagé le discours selon lequel on va sauver la ville en la rendant plus belle et créative. La rénovation des logements, pourquoi pas. Sauf que ça se passe presque toujours de la même façon : les campagnes de rénovation urbaine se font sans intégration des habitant’es avec, à chaque fois, des expropriations et des relogement ailleurs. C’est de la rénovation très … choisie. On rénove en premiers les quartiers qui pourraient devenir bourgeois. Le quartier de la Dame blanche, c’était vraiment l’exemple typique. Le salaire moyen y était un peu plus élevé qu’ailleurs – on va rénover et en profiter pour déplacer les plus pauvres dans des zones pavillonnaires plus loin. Ça me débecte.

Et face aux expropriations et à cette stratégie marketing de la ville, quelle à été la réaction du milieu militant stéphanois ?
A : Il y a eu le collectif Manuella Rodriguez qui s’est monté contre cette gentrification par le haut. Le Numéro Zéro et Radio Dio ont aussi beaucoup relayé les actions contre la restructuration du quartier de la Dame Blanche. Mais les mobilisations sur ces questions restent assez faibles, ce sont surtout des démarches d’individu’es impliqué’es localement dans des groupes d’habitant’es. Il y a eu la Dame blanche, Beaubrun, puis Fourneyron... mais plus on se rapproche de l’hypercentre, moins il y a eu de mobilisation militante. Je regrette que le milieu militant ne se soit pas plus bougé. Ce qui m’énerve aussi, c’est tout le faux qu’il y a autour. Par exemple sur Carnot : on parle d’un quartier créatif, on nous dit que cette classe créative va avoir plein d’idées originales pour la ville, mais c’est une pure stratégie politicienne.
S : Le jumelage avec la ville de Detroit pendant la Biennale, c’était marrant dans ce style. Detroit, c’était la ville en friche par excellence et puis la ville de la délinquance. Les bâtiments ont été récupérés par des artistes ou des DJ, donc il y eu un élan créatif. On veut nous faire croire que c’est pareil ici mais je ne pense pas que la mairie ait vraiment cette volonté-là.
A : S’ils avaient laissé faire les gens par eux-mêmes, il y aurait beaucoup plus de trucs vivants. Ce sont toujours les gens qui se bougent pour trouver les lieux qu’il leur faut et qui ensuite négocient avec la ville quand il le faut. Comme par exemple sur le site Mosser [5]. Pas l’inverse. Ou alors, la municipalité organise des choses dans des friches mais ce sont des vitrines, très éphémères.

Donc dans vos quotidiens, vous n’avez pas réellement senti de différence avec la mise en place par la mairie de cette stratégie ?
S : Ça ne me concerne pas, je continue à faire les même choses. Dans nos lieux, comme à La Gueule Noire, on n’a pas vu débarquer de hypsters.
A : Sur les concerts Avatarium, on a vu arriver des bobos parce que soit-disant on est à la pointe de l’underground. Ça me pose vraiment la question des personnes pour qui on fait tout ça. Ça me hérisse un peu le poil et je suis vraiment dubitative sur la possibilité de sauver une ville par le biais d’une économie si précise, qui, en plus, laisse plein de gens sur le bas-côté. Cette logique-là ne sert vraiment pas les valeurs que je défends.
S : Moi, je suis à l’inverse de l’approche design. Dans mon quartier, j’aime que ce soit crade, que le réverbère soit cassé, qu’il y ait de la gerbe sur le trottoir. C’est les quartiers vivants qui me font plaisir, pas les lieux aseptisés, froids, designés.

Qu’est-ce que vous souhaiteriez ajouter à ce portrait de Sainté ?
A : Le Lady fest, un des plus importants de france pour le milieu féministe.
S : Il faudrait parler de l’antifascisme, du végétarisme, du féminisme, etc. L’autre jour il y avait un événement associatif sur le véganisme Place Jean Jaurès et dans un guide il était écrit : « À noter : À Saint-Étienne vous trouverez de la nourriture vegan dans tous les concerts hard-core punk ». Mais ça ne s’est pas fait tout seul ; c’est le résultat de rencontres, de discussions.

[2Les Festivals des résistances sont apparus à la fin des années 1990 dans différentes villes, notamment à Grenoble, Rennes, Lyon et Paris. Ils combinent ateliers, rencontres, concerts, espaces de gratuité, etc.

[3Après près de six ans de multiples activités, les habitants du squat izmir ont été expulsés fin juillet 2006. Cf. https://izmir.squat.net/.

[4Giat Industries, groupe industriel de l’armement. Aujourd’hui NEXTER.

[5Ancienne brasserie datant de la fin du XIXe siècle, le site est à présent occupé par des associations, notamment par les collectifs Gran Lux et UrsaMinor.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans les mêmes thématiques...

Saint-Étienne et alentours Couac   MEMOIRE / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Printemps 73, acte II de Mai 68 à Sainté

Au printemps 2018, un article de Couac revenait sur Mai 1968 à Saint-Étienne. Mais la fin de Mai-Juin 68 ne signe pas le retour au calme, elle marque au contraire le début d’une période d’effervescence tous azimuts. Entretien sur la période qui suit Mai-Juin 68 et plus particulièrement sur le printemps 73, alors que convergent les contestations, avec Gilbert, qui participe alors aux mobilisations.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MEMOIRE

Dix ans après les révoltes de Firminy – 3/3 : Pistes de réflexion et d’action pour aujourd’hui

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MEMOIRE

Dix ans après les révoltes de Firminy – 2/3 : Entretien avec un habitant

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


Saint-Étienne et alentours   MEMOIRE / REPRESSION - PRISON

Dix ans après les révoltes de Firminy – 1/3 : Ce qui s’est passé à Firminy-Vert en juillet 2009

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


Saint-Étienne et alentours   MEMOIRE

La fusillade du Brûlé à La Ricamarie, c’était il y a 150 ans

Ce n’est pas d’aujourd’hui que le pouvoir blesse, mutile et tue. Il y a cent cinquante ans jour pour jour, le 16 juin 1869 à La Ricamarie, la troupe tire froidement et sans sommation sur des mineurs en lutte et leurs soutiens. Bilan : quatorze morts. Retour sur cet événement marquant de l’histoire du mouvement ouvrier avec un extrait de l’ouvrage de Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1865 à nos jours.


Saint-Étienne et alentours   MEMOIRE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Récit de l’histoire des centres sociaux et des politiques culturelles

Une après-midi de février, dans un bar du quartier Tarentaize-Beaubrun, entretien fleuve avec Alawa Bakha, sur l’histoire des centres sociaux et les politiques culturelles et sociales à Saint-Étienne. En voici des extraits, parus dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019.


Saint-Étienne et alentours   GENRE - FEMINISME / MEMOIRE

Qui sème le vent récolte la tapette

Événement annulé et reporté à l’automne !
Jeudi 13 juin à partir de 19h au 17. Entrée libre.
Présentation du livre Qui sème le vent récolte la tapette, Une histoire des Groupes de libération homosexuels en France de 1974 à 1979, de Mathias Quere aux éditions Tahin Party. En présence de l’auteur et de la maison d’édition.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   MEMOIRE

Voter c’est abdiquer

En l’approche du scrutin du 26 mai, quelques pistes de réflexion sur un choix qui reste personnel, politique, philosophique et éthique. Ce qu’il faut retenir, c’est que le plus important se joue hors des urnes.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / LOGEMENT - SQUAT

Rencontre avec Victor Collet autour du livre « Nanterre, du bidonville à la cité » (éditions Agone)

Vendredi 17 mai 2019 à 19h à l’Amicale Laïque du Crêt de Roch (16 rue Royet).
De l’entrée des premiers militants chrétiens dans les bidonvilles jusqu’à la naissance des mouvements menés par les immigrés eux-mêmes, en passant par l’engagement des gauchistes de la faculté toute proche, ce livre est une histoire de rencontres et de luttes.


Saint-Étienne et alentours   MEMOIRE / SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER

Zola, la “Vallée de l’Ondaine”, et le monde ouvrier

En juin 2019 sera célébré le 150e anniversaire de la “Fusillade du Brûlé“ à La Ricamarie dans le sud de la Loire. Emile Zola s’inspira en partie de cet événement sanglant pour écrire son livre “Germinal“.
Sa description des modes de vie, d’organisation et d’action de ce monde de mineurs et de sidérurgistes dans les trois dernières décennies du 19e siècle, apparait pour beaucoup de lecteurs comme un authentique témoignage d’une réalité vécue. Toutefois, au regard de l’histoire, le comportement et les actions du mouvement ouvrier qu’il décrit sont bien loin de refléter la réalité des luttes de cette époque et la complexité de leurs enjeux.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Soirée projections du film « Pied de biche » et autre

Soirée projection au pied de biche autour de la vie en squat et du quartier libre des Lentillères à Dijon, en présence du réalisateur. Le samedi 21 septembre à partir de 20h30.


Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Forum des collectifs locaux œuvrant pour l’émancipation, la solidarité et la contre-culture

Le vendredi 13 à partir de 17h30 sur la Place Grenette, venez rencontrer des collectifs locaux qui œuvrent pour l’émancipation, la solidarité et la contre-culture.


Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Projection du film « Atelier de conversation »

- Vendredi 13 septembre 2019, 18h médiathèque de Tarentaize
Projection du film « Atelier de conversation » de Bernhard BRAUNSTEIN, Autriche, 2018, 72 min


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Soirée Quizzz Musical en soutien à la Gueule Noire

Soirée de soutien au centre social autogéré La Gueule Noire, vendredi 27 septembre à partir de 19h.


Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Rencontre avec des membres actifs de l’amicale du Crêt de Roch

Dimanche 14 juillet a lieu le Bal populaire du Crêt de Roch, organisé par l’association d’éducation populaire Les cris du quartier, en lien avec l’Amicale Laïque du Crêt de Roch. Entretien avec deux membres actifs de ces deux collectifs, publié dans le journal du carnaval de l’Inutile du 30 mars 2019.


Saint-Étienne et alentours La dérive   RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Luttes en Grèce - Rencontre avec des membres de Rouvikonas

A l’occasion d’une tournée en France et en Belgique, des militants de Rouvikonas viendront à Saint-Étienne, au lieu autogéré La Dérive (91 rue Antoine Durafour) le mercredi 5 juin à 19h.
Comment résister face au durcissement des régimes politiques en Europe ? Comment sortir du capitalisme et de la société autoritaire ? Sur quelles bases créer des convergences de luttes ? Que propose Rouvikonas ?


Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Fête du 1er mai à La Cale

Fête du 1er Mai, Fête des Travailleurs, Fête du Quartier !
Les Cris du Quartier vous invitent une nouvelle fois pour son rendez-vous annuel.
On n’oublie pas que le 1er mai n’est pas la fête du travail, mais bien la journée internationale des travailleurs !


Saint-Étienne et alentours   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

[St-Julien-Molin-Molette] Week-end anti-nucléaire en soutien à la lutte à Bure

Du vendredi 3 mai au dimanche 5 mai, un week-end d’information, de soutien et de partage est organisé à Saint-Julien-Molin-Molette autour de la lutte contre l’enfouissement des déchets radioactifs à Bure, dans la Meuse.


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Pique-nique mercredi 1er mai

Rendez-vous après la manif de mercredi 1er mai pour un pique-nique à 12h30 au parc de la place Albert Thomas
Apportez vos plats à partager, des jeux d’extérieur, vos boules de pétanque et traînons ensemble pour continuer de célébrer le 1er mai en papotant et jouant !


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Voisin.e.s vigilant.e.s + flics violents = récit d’une non-ouverture de squat

Récit d’une tentative d’ouverture quelque part à Saint-Étienne, empêchée par l’action coordonnée de la police et de ses collaborat.eur.rice.s en pyjama.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT

Un nouveau squat proche de chez vous

En plein cœur du (futur) quartier d’affaire. A l’ombre du chantier de la Cité Administrative. Une tâche sur la cravate du trader... Une brindille dans la roulette de la valise de l’homme d’affaire pressé qui cours pour choper son TGV...


Saint-Étienne et alentours Numero Zero   LOGEMENT - SQUAT

L’émission radio NUméroZéro sur les squats à St Etienne

Cette fois, c’était une histoire et l’actualité de certains squats à st-étienne : Izmir, Rochetaillée, Le Frigo, La Poulaille, avec des interviews...


Saint-Étienne et alentours Numero Zero   LOGEMENT - SQUAT

À propos de squats à saint-étienne

Émission du jeudi 3 avril 2008, en direct à midi et rediffusée à 17h sur Radio Dio 89.5FM à synthétienne et sur www.radiodio.org
Au menu :
comment squatter en France ?
Vite fait : l’histoire d’Izmir et du squat de l’avenue de Rochetaillée. Occupations, habitation, activités, expulsion... Occupations, habitation, activités, expulsion... Occupations, habitation, activités, expulsion...
Interviews d’habitant/e/s du Frigo et de La poulaille, lieux de vie et d’activités qui existent actuellement.
Nouvelles de centres sociaux à Barcelone


Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Atelier vélo BICLOU

Biclou est de retour, après la pause imposée par l’expulsion d’izmir.
Desormais, tous les jeudi de 16h à 20h au 49 av de Rochetaillée, 42100 (st)-etienne


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / MEMOIRE

Expulsion d’Izmir, lieu d’activités et d’habitation

Le squat Izmir, lieu d’activités et d’habitation dans le quartier Beaubrun à St-Etienne, ainsi que ses habitant-e-s, ont été expulsé-e-s mercredi matin (26 juillet 2006). Pour la ville de st-étienne et tou-te-s les « urbanistes bourgeois-es », c’est la poursuite normale des opérations urbaines, dont le but est d’embourgeoiser les quartiers environnant le centre ville, entraînant la disparition de quartiers populaires tels que Beaubrun. Mais pour beaucoup de gens, c’est la fin d’un projet riche, intense (parfois), qui a pu créer plein de rencontres, de moments de joie, de colère aussi, de débats enrichissants ou stériles, qui était une source d’informations peu disponibles ailleurs, et qui participait au maintien d’une « culture alternative » sur st-étienne.


Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / LOGEMENT - SQUAT

Le mer. 26 avril 2006 : película española (film espagnol) à izmir

Projection de Accion Mutante (Alex de la Iglesia, VOST), con discusión, comidas, bebidas (avec discussions, tapas et boisson). L’idée derrière ces soirées espagnoles est de permettre de pratiquer la langue espagnole dans un cadre convivial.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

Soirée anti-nanotechnologies à IZMIR - Projection, débat le mercredi 8 mars à 20H.

Le 1er juin 2006 à Grenoble le Commissariat à l’énergie atomique et le techno-gratin inaugurent Minatec, « premier pôle européen de nanotechnologies ».
Nous ne voulons pas du nanomonde, avec ses nanoparticules toxiques, ses armes « intelligentes », ses organismes atomiquement modifiés (OAM), ses mouchards électroniques, son techno-contrôle permanent.


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

[11.02.2006] Un p’tit restau du samedi midi à Izmir

De la bonne bouffe végétalienne, sans produit d’origine animale (viande, produits laitiers, ...), à prix libre, à partir de 12h30.
Où : izmir 3, rue de la sablière 42000 synthétienne [derrière la CAF et la comédie].


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Le p’tit resto du samedi midi en soutien à l’Action Mondiale des Peuples

Samedi 21 janvier 2006 à Izmir à partir de 12h30 : repas végétalien et convivial à prix libre. L’argent récupéré participera au financement des projets de l’Action Mondiale des Peuples (AMP).


Saint-Étienne et alentours   LOGEMENT - SQUAT / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Soirée rencontre, vidéos, discussion « Que se passe-t-il au venezuela ? » le vendredi 9 décembre 2005 à Izmir

Eté 2004... vous avez peut-être entendu parler du venezuela, du président Chavez et du référendum qui devait tester l’adhésion ou non du peuple à sa politique. (Il a “gagné” ce référendum). D’ici en europe, nous entendions deux voix : la gauche adulait ce président issu d’une “révolution” populaire, dont la politique portait un réel espoir contre le néo-libéralisme... La droite et les “néo-libéraux” le traitaient de “dictateur doux” et populiste...
Qu’en est-il sur le terrain ? Il y a aussi des gens qui sont critiques envers Chavez, mais qui ne sont pas pour autant dans l’opposition de droite ultra-capitaliste.


A la une...

ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Grève internationale pour le climat et la biodiversité  

Nous nous levons face au mensonge et à l’hypocrisie, face à l’injustice climatique mais aussi sociale, face aux valeurs de ce système. Les lycéen.ne.s et les étudiant.e.s ne sauraient seuls mettre un terme à l’idéologie néolibérale : Venez nombreureuses le vendredi 20 septembre pour la grève internationale pour le climat et la biodiversité


MOBILISATIONS - LUTTES
La bataille des retraites va démarrer !  

Si les gilets jaunes ont permis un ralentissement du programme de réforme des retraites prévu par le gouvernement, ne nous y trompons pas, il n’est pas passé à la trappe pour autant ! La réforme des retraites, c’est pour cet automne, et ça concerne tous les salarié·e·s ! Pour s’y retrouver un peu avant la grande bataille sociale à venir de cette rentrée, voici un article récapitulant la loi et les mobilisations prévues. Article publié sur le site de paris-luttes.info.


LOGEMENT - SQUAT
Chassées du parc Couriot par la Police le matin, les familles Rroms ont été « invitées » à y retourner  

Les familles et individu.es qui campaient au Parc du puits Couriot se sont rassemblés hier devant la mairie pour protester contre leur expulsion indigne du Parc Couriot qu’elles occupaient, faute de mieux. Le soir même elles ont été « autorisés » à y revenir. Un rassemblement de soutien avait également été appelé.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Grosse soirée de soutien à Rebellyon pour une rentrée Post-Apocalyptique le samedi 21 septembre 2019  

Soirée de soutien à Rebellyon.info le samedi 21 septembre à partir de 18h, et jusqu’à minuit, au Grrrnd Zero (Lyon) ! Au programme : tables de presse et autres propagandes politiques locales, repas végé, de quoi t’hydrater et des concerts pour t’ambiancer.
Soirée à prix libre en soutien au plus rebel des sites mutu.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
La Rentrée Solidaire 2019  

Pour se donner la pêche de militer à la rentrée, nous vous avons fait une petite sélection d’évènements militants pour cette rentrée 2019. On y trouve des soirées conférences, du théâtre, une manif, et des rassemblements. Venez motivé’es !


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Festival Underground Hip-Hop Episode #9  

Les Créations du Crâne & Univers Soul, soit le UHH Krew présentent le Festival Underground Hip-Hop Episode #9 du 4 au 15 septembre 2019 @ Sainté


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
L’EPASE, un acteur de l’État au service du futur  

L’EPASE, c’est notre établissement public d’aménagement de Saint-Étienne, avec ses logiques et modèles, et ses zones où il a planté ses griffes. Le Journal du Carnaval, publié en mars 2019 à l’occasion du carnaval de l’Inutile, nous donnait un début d’explication sur ses finalités dans un de ses articles.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
[Grèce] Escalades des violences policières dans le quartier d’Exarcheia  

Durant sa campagne, le nouveau premier ministre grec Mitsotakis avait annoncé vouloir « nettoyer le quartier d’Exarcheia en un mois ». Cette menace a été mise à exécution dès le 26 août avec l’expulsion de quatre lieux occupés en solidarité avec les migrants. Depuis, le quartier vit sous occupation policière et est la cible de véritables exactions. Retrouvez ici une compilation d’articles publiés sur le blog de Yannis Youlountas.


FLICAGE - SURVEILLANCE
À propos de la flic infiltrée débusquée au contre-sommet du G7  

Les camarades de Toulouse nous alertent sur le comportement plus que suspect d’une personne qui a participé ces derniers mois aux manifs des Gilets jaunes dans le Sud-Ouest et au contre-G7.
Ceci est un texte rédigé en urgence afin que l’info tourne et que toutes les personnes et tous les groupes que cette personne a approchés ces derniers mois puissent s’organiser en conséquence.


GENRE - FEMINISME
Se faire une place  

Il existe à Ambert un café féministe. Des copines y ont récemment ouvert une permanence en mixité choisie. Nous sommes allées les rencontrer de manière informelle. Nos discussions, faisant état de besoins similaires, ont porté sur les situations de domination auxquelles sont confrontées les femmes dans les espaces publics urbains et sur les moyens d’y faire face. Cet article, initialement paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile de mars 2019, en a découlé.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Don d’appareils électriques et électroménagers  

L’association l’ateliéphèmère vous propose un certain nombre d’appareils non testés et à prix libre.


CAPITALISME - GLOBALISATION
G7-EZ – C’est parti !!  

En direct-live du contre-sommet à Hendaye, des reporters des sites MUTU proposent chaque jour quelques nouvelles en photos et/ou récits du contre-sommet.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Code du policier de l’espace à Saint-Étienne  

Article 1.
Comme partout ailleurs, les policiers de l’espace – autrement dit aménageurs, urbanistes, architectes et designers – travailleront main dans la main avec les autres services de police et de renseignement. Ceci afin de limiter au maximum l’utilisation de l’espace public, en particulier par les plus pauvres. En tant que capitale du design, Saint-Étienne se doit d’être un modèle de Smart City. Le numérique dans tous les aspects de la ville devra permettre la sécurisation totale.


GENRE - FEMINISME
La rue est à nous ! ... enfin surtout à eux !  

Il y a 75 ans, le 19 août 1944, Élise Gervais était retrouvée morte après avoir été torturée par la Gestapo. En hommage, une rue de Saint-Étienne porte son nom depuis fin 1944. Un fait qui mérite d’être souligné tant il demeure rare jusqu’à aujourd’hui que le nom d’un personnage féminin figure sur une plaque de rue stéphanoise.