Numéro Zéro - Site collaboratif d'information et de luttes sur Saint Etienne et sa région
Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

3 mois fermes pour vol : bilan des premiers procès de samedi


|

Ils sont trois jeunes hommes d’une vingtaine d’années chacun, l’un d’entre eux a une Obligation de Quitter le Territoire, l’autre a déjà été enfermé. Ils ont été interpellés en même temps que 11 autres personnes le jour de la manifestation des gilets jaune samedi dernier dans le centre ville. Ils sont en colère et c’est normal, ils fuient à l’approche de la police et c’est compréhensible, pourtant le système juridique, comme à son habitude abat sa répression sur ces pauvres bougres et les condamne lourdement. Récit d’une des comparutions par une personne qui était dans la salle...


« Les policiers disent bien qu’ils vous ont repéré avec un sac plastique »

Tribunal correctionnel, mercredi 5 décembre, jour des comparutions immédiates, 13h30.
Un jeune homme, menotté, pénètre dans le box des accusés. Il est accompagné d’une interprète et entouré de deux policières en uniforme. Après 48h de garde à vue et un mandat de dépôt prononcé, l’audience commence.

Interpellé samedi 1er décembre à l’intérieur d’un salon de coiffure de la rue du 11 novembre, dans un « contexte que tout le monde a en tête », Driss* est alors soupçonné de vol et dégradation en réunion. Quelques minutes auparavant, des « individus pénétraient dans un commerce [le Carrefour d’Anatole France], la police a été appelée ». Une équipe de flics arrive sur les lieux. A leur vue Driss « a peur », il fuit, un sac plastique siglé Casino Shop à la main, véritable pièce à convictions de l’audience. Dans sa course, le jeune homme laisse tomber le sac contenant trois bouteilles. Deux se cassent. La bouteille de Gin non brisée est munie d’un antivol. Les flics récupèrent le sac et pourchasse Driss. Il se réfugie dans un commerce de la rue. L’interpellation a lieu à l’intérieur. Menottage. « Palpation sommaire effectuée sur le moment ». Le pantalon de Driss « glisse au sol » lorsque l’équipe de keufs le fait asseoir à terre.

Driss est amené au poste. Au cours de la première audition il déclare qu’un « policier lui a mis un doigt dans les fesses » lors de son menottage. Un médecin proctologue l’examine et conclut à « l’absence de pénétration ». Au cours de la deuxième audition, Driss déclare avoir été victime « d’attouchements et de coups portés au moment de l’interpellation ».

La Présidente du tribunal ne s’encombre pas tellement des conditions de l’interpellation. Elle se contente des dépositions des quatre flics. Le dossier est mince. Ce que veut la Présidente c’est connaître les « revendications sociales » qui justifiaient la présence de Driss à la manifestation des Gilets Jaunes. Elle veut comprendre ce qu’il faisait samedi dernier place Anatole France en fin de journée. Driss dit ne pas avoir porté de gilet, sa légitimité semble, pour la Présidente toujours, amoindrie. Ajouté à cela l’OQTF qui plane sur sa tête depuis le mois de janvier et la Présidente ne conçoit pas que Driss veule et puisse manifester.

L’accusation de vol et dégradation passe au second plan, l’avocat des parties civiles entre dans la danse. En effet, suite aux accusations de Driss, une enquête semble avoir été mené dans le service de police concerné. Les quatre fonctionnaires formant la patrouille à l’origine de l’interpellation de Driss ont senti « l’opprobre jetée sur eux ». Ils veulent être reconnus comme victimes d’une accusation mensongère, d’une « dénonciation calomnieuse ». Ils veulent des dommages et intérêts. Ils se sont constitués partie civile. Leur avocat, certainement bon dans son genre, enchaîne les phrases chocs et tourne en boucle sur le contexte de l’interpellation et les « violences urbaines » : « Le comportement [de Driss] est strictement et simplement abject ». « Tout ce qu’il arrive à faire c’est du parasitisme, du pillage ». Et réclame 1500€ par tête pour permettre aux keufs de garder la face face à ces « faits particulièrement traumatisants ».

La Proc est parfaite dans son rôle et n’en revient pas qu’on puisse mettre en doute les paroles et les actes des policiers, chargés « de faire régner la paix sociale et l’ordre public ». Elle rappelle qu’au cours de la soirée de samedi « des scènes de guerre que l’on peut connaître sur des terrains militaires » se sont déroulées. Bref, Driss n’a « rien à faire sur le territoire national » pour elle. Elle réclame 10 mois de prison ferme avant l’expulsion.

L’avocat de la défense semble vouloir ramener une once de raison. Il évoque tour à tour, les conditions de vie précaires de Driss, sans-papier, sans domicile et sans emploi, les « personnes les plus impliquées dans les exactions de samedi qui ne semblent pas inquiétées », les gestes et procédures d’interpellation, l’intégrité physique qui peut être mis à mal lorsqu’on est fouillé et la réalité, surtout la réalité : la Cour s’intéresse depuis 40 minutes à trois bouteilles volées…

Suspension d’audience. Délibération. Verdict. Trois mois de prison fermes et 200€ x 4 à verser aux bleus au titre de dommages et intérêts. Une prime de noël pour des fonctionnaires intouchables et sur-armés. La zonz pour du gin. La banalité de la répression.
a**b

* le prénom a été modifié


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 réaction

  • Les deux autres arrêtés ont pris six et huit mois de sursis pour un feu de poubelle et incendie d’un chalet du marché de noël


Dans la thématique "REPRESSION - PRISON "

A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

[Grenoble] Vérité et Justice pour Adam et Fatih

Dans la nuit du 2 au 3 mars 2019, un véhicule de la BAC a voulu interpeller deux jeunes grenoblois qui circulaient sur un scooter. Après une course poursuite, Adam Soli (17 ans) et Fatih Karakuss (19 ans) percutent un bus et décèdent sur le coup. Depuis, au quartier du Mistral, la colère s’exprime et les keufs quadrillent le quartier. Encore une fois, la police se rend responsable de la mort de deux jeunes et veut étouffer l’affaire.
En leur mémoire et parce que sans justice il n’y aura pas de paix, rdv pour une marche blanche ce mercredi 6 mars à 16h à Grenoble au Plateau.


A Lire ailleurs   MEMOIRE / REPRESSION - PRISON

Violence, émeute et conflits sociaux : élements d’instruction pour un député En Marche

Alors que trois députés LREM de la Loire sur quatre ont voté en faveur de la loi anti-casseurs (Borowczyk, Mis, Faure-Muntian) - allant même jusqu’à affirmer pour l’un d’entre eux (M. Borowczyk) que « cette loi n’est pas liberticide » - il nous semble intéressant de publier cet article du site tourangeau La Rotative pour qui les député.es font preuve d’une « ignorance crasse de l’histoire des conflits sociaux en France ».


A Lire ailleurs   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Ça bouge toujours au Centre de Rétention du Mesnil Amelot : communiqué d’un groupe de prisonniers

Depuis le 8 janvier, la lutte dans le centre de rétention de Mesnil Amelot est devenue plus collective. D’abord au CRA2 avec une grève de la faim suivie par presque l’ensemble des bâtiments (plus de 80 personnes) pendant 3 jours. Avec aussi régulièrement des communiqués, des tentatives de lutter contre les déportations par vols cachés et les violences policières.


A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

La solitude des femmes détenues

Huit prisons pour longue peine peuvent recevoir des femmes, la plupart étant concentrés dans la moitié nord de la France. La prison de Roanne est une de celles-ci. Les femmes sont donc très souvent incarcérées dans des établissements éloignés de leurs proches, alors qu’elles subissent déjà une rupture de lien spécifique.


National   REPRESSION - PRISON / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Soutien aux déboulonneurs

Lundi, un procès devait avoir lieu, un procès lié à la pub. Il est reporté au 27 Mars.
Lors du procès en 1er instance, les antipubs ont été déclarés coupables des deux infractions : « groupement en vue de préparer des dégradations de biens » et « dégradation de panneaux publicitaires ». Ils et elles ont été condamné.es à des amendes, dommages et intérêts à la SNCF et paiement des frais d’avocat .
Lettre ouverte de la RAP Sainté en soutien aux déboulonneurs.


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   GENRE - FEMINISME / REPRESSION - PRISON

Soirée projection : Ils nous ont volé nos nuits, sur les prisonnières et proches de prisonnières au Mexique

Mardi 29 janvier 2019 à 19h à la Gueule Noire.
Tourné au Mexique en octobre 2016, ce documentaire est un outil de lutte anti-carcérale et contre l’oubli. Ex-prisonnières, compagnes solidaires, mères de famille ou camarades y racontent la manière dont la taule s’empare de leurs vies. Elles y parlent de la détention, des violences sexuelles, du sexisme à l’intérieur et hors des murs, de la stigmatisation en tant que proches de personnes incarcérées, mais aussi de leurs manières de s’organiser et de tisser des réseaux de solidarité.


A Lire ailleurs   REPRESSION - PRISON

« C’est ça la justice ? Eh ben, vivent les gilets jaunes, ils ont raison ! », comparutions immédiates, Paris, 14 janvier 2019.

Des Gilets jaunes face à la justice de classe, 3e épisode : Comparutions immédiates suite à l’acte IX le 14 janvier 2019 par l’équipe du journal L’Envolée.
Ce lundi 14 janvier 2019, l’activité de la 24e chambre était exclusivement consacrée à la répression d’un mouvement social qui dure depuis plus de deux mois maintenant. L’audience a duré jusqu’à 22 heures, et des Gilets jaunes passaient aussi en comparution immédiate dans deux autre salles.


A Lire ailleurs   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON

Procès des solidaires de Briançon Acte II

En 2019, l’acharnement contre les solidaires, malheureusement, se poursuit… mais les mobilisations solidaires aussi !
Suite à l’inimaginable condamnation des « 7 de Briançon » (verdict tombé le 13 décembre dernier), qui bien entendu font appel de cette décision, la pression sur les solidaires ne faiblit pas, puisque ce vendredi 10 janvier, deux autres personnes sont passées en procès au Tribunal de Gap. Retour sur un procès absurde et injuste.


A Lire ailleurs   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / REPRESSION - PRISON

Conseils à l’attention des personnes blessées par la police et de leurs proches

Après le déchaînement de violence policière de ces dernières semaines à Saint-Étienne et partout en France, il semble pertinent de publier ce petit tutoriel rédigé par le collectif Désarmons-les.

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Action symbolique contre les violences policières

Jeudi 17 janvier à 14h place du Peuple à Saint-Étienne. Venez nombreux.ses !!


A la une...

LOGEMENT - SQUAT
Lettre ouverte à Monsieur le Maire de Saint-Étienne, Monsieur le Préfet de la Loire et au-delà  

Nous étions, ce mercredi soir, quelques dizaines de citoyens soutenant la cause des migrants et personnes sans domicile fixe à vouloir interpeller, lors de l’inauguration de la Biennale du design, nos responsables politiques et administratifs, sur les menaces d’expulsions pesant sur quelques squats de notre ville, ainsi que sur notre inquiétude de voir mises à la rue de nombreuses personnes et familles à la fin de la trêve hivernale.


REPRESSION - PRISON
Le vrai « drâme de Condé-sur-Sarthe » c’est son existence même  

Communiqué de l’Envolée suite au mouvement de blocage des #MatonsQuiPleurent
« Nous voudrions, si des personnes se sentent de nous aider, continuer à dénoncer les conditions de détention et les fonctionnements archaïques type QHS/QSR des établissements cités dans cette lettre. » (Romain, Prison de Condé-sur-Sarthe).


DISCRIMINATIONS - RACISME
Me, you, nous... et eux ? Petits fours et expulsion  

Ce mercredi 20 mars, une vingtaine de personnes ont fait irruption à l’inauguration de la Biennale de design de Saint Etienne pour dénoncer la mise à la rue de dizaines de personnes par les pouvoirs publics.


MEDIAS
Le Déchaîné n°7 - Journal de gilets jaunes de Monthieu - est sorti !  

Le septième numéro du célébrissime et incontournable journal des gilets jaunes du rond-point de Monthieu est arrivé ! Disponible dans des bars de la ville et au rond-point (lors d’actions ou quand il sera réoccupé), il est aussi téléchargeable ici.


MEMOIRE
Le 18 mars 1871 : Le peuple et la Garde nationale fraternisent contre la République bourgeoise  

Le 18 mars 1871, le gouvernement d’Adolphe Thiers tente de désarmer la Garde nationale et les parisiens en prenant le contrôle des canons de la butte Montmartre. L’événement qui aurait pu être anecdotique se transforme en révolution qui durera deux mois et marquera l’Histoire.


REPRESSION - PRISON
Des gilets jaunes face à la justice... de classe : compte-rendu d’audience du 6 mars à Saint-Étienne  

« Il faut croire que le mouvement des gilets jaunes aura permis à des délinquants qui s’ignorent de se révéler. » Madame la procureure, mercredi 6 mars, palais de l’injustice de Saint-Étienne.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Retour sur la journée stéphanoise de mobilisation « Youth For Climate »  

Vendredi dernier, le 15 mars, à l’appel à la mobilisation internationale Youth For Climate les jeunes de Saint-Étienne (et des alentours) ont largement répondu présents ! Une mobilisation massive avec environ 2000 lycéens, étudiants et même collégiens.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Mobilisation et grève contre la loi « Fonction Publique » et la loi « Blanquer »  

RDV à Saint-Étienne, mardi 19 mars 2019. Départ à 10h30 cours Fauriel devant la CCI en direction de la préfecture.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
Design partout, Justice nulle part  

A vous visiteuses et visiteurs de la Biennale de l’ennui,
Nous ne sommes pas dupes, ne le soyez pas lors de votre passage touristique à Sainté. La biennale du design vend une ville qui n’existe pas et qui n’est pas la nôtre. Elle n’inonde en rien la vraie vie et n’est qu’une vitrine. Ce n’est pas avec un événement international que les stéphanois-e-s auront une plus belle vi(ll)e.


MOBILISATIONS - LUTTES
Les loups dans la bergerie  

Banalités de base sur la révolte en cours.
Comité pour la prolifération des loups - mars 2019


DROITS SOCIAUX - SANTE
Pour étendre la pratique de l’IVG instrumentale aux sages-femmes  

Un questionnaire a été mis en ligne à l’attention du public, en vue de l’élaboration d’une loi autorisant la pratique de l’IVG instrumentale pour les sages-femmes.


DISCRIMINATIONS - RACISME
[Info Gisti] Expulsions de terrain et de squat - sans titre mais pas sans droits  

Voici une brochure qui répond à nombre de nos questions sur le squat et les expulsions !
2e édition, Fondation Abbé Pierre / Gisti / Romeurope


DISCRIMINATIONS - RACISME
Communiqué unitaire contre l’antisémitisme, son instrumentalisation et contre tous les racismes et oppressions  

Dans cette tribune commune, des collectifs et partis ligériens se mobilisent contre l’instrumentalisation de la lutte contre l’antisémitisme à des fins politiques et appellent à une lutte réelle contre tous les racismes et toutes les autres formes d’oppressions.


ARMEMENT
Réflexions sur VERNEY-CARRON SA...  

Depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes, Verney-Carron SA, le fabricant et inventeur du célèbre Flash-Ball®, cherche à tout prix à se dédouaner de toute responsabilité dans la mutilation et la répression de nombreux manifestants...


ARMEMENT
Appel à bloquer Verney-Carron et toutes les usines d’armement !  

Pour les blessé.es par les forces de l’ordre, pour celles et ceux qui sont mort.es de s’être révolté.es, du 29 au 31 mars 2019, bloquons toutes les usines d’armement qui participent à la represion des mouvements sociaux !
À Saint-Étienne se trouvent deux grands spécialistes de la fabrication d’armes : Verney-Carron et Le Banc National d’Épreuve des Armes.


MOBILISATIONS - LUTTES
Carnaval de l’inutile  

Il fut un temps, où le carnaval était le jour où les esclaves se déguisaient en roi pour se moquer des puissant.e.s. Une occasion d’inverser les rôles, de transgresser les normes établies. Pour un jour, le monde marche à l’envers ! Aujourd’hui, à Saint-Étienne, ce sont les puissant.e.s qui l’organisent – celleux-là mêmes qui relookent la ville en Capitale du design. Celleux-là mêmes qui font mourir des quartiers habités pour en construire de nouveaux aseptisés. Nous proposons plutôt un giga carnaval coloré, bruyant et indomptable !
Les 30 et 31 mars 2019, ce sera un week-end coloré, bruyant et indomptable !


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Week-end soutien à Bure  

Suite à l’intense répression subie à Bure ces dernières années et particulièrement depuis l’expulsion du bois Lejuc en février 2018, nous organisons un évènement de soutien à la lutte Meusienne.
Venez, venez, les 3, 4 et 5 mai 2019 à St Julien Molin Molette, on vous attend !!!


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Football militant  

La Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT) vient de publier un communiqué de solidarité à l’égard des migrant.e.s et des militant.e.s du Briançonnais et de mettre à jour sa présentation très sociale du sport et des loisirs.
Retour sur cette association très active dans la Loire, et zoom sur le foot à 7, ou foot autogéré !


DISCRIMINATIONS - RACISME
Semaines anticoloniales et antiracistes  

LA SEMAINE ANTICOLONIALE ET ANTIRACISTE est un événement organisé par l’association Sortir du Colonialisme qui milite sur l’actualité, la mémoire et le combat anticolonial, articulés avec le combat antiraciste, le racisme étant la matrice idéologique du colonialisme.