Numéro Zéro - Site collaboratif d'information et de luttes sur Saint Etienne et sa région
Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

3 mois fermes pour vol : bilan des premiers procès de samedi


|

Ils sont trois jeunes hommes d’une vingtaine d’années chacun, l’un d’entre eux a une Obligation de Quitter le Territoire, l’autre a déjà été enfermé. Ils ont été interpellés en même temps que 11 autres personnes le jour de la manifestation des gilets jaune samedi dernier dans le centre ville. Ils sont en colère et c’est normal, ils fuient à l’approche de la police et c’est compréhensible, pourtant le système juridique, comme à son habitude abat sa répression sur ces pauvres bougres et les condamne lourdement. Récit d’une des comparutions par une personne qui était dans la salle...


« Les policiers disent bien qu’ils vous ont repéré avec un sac plastique »

Tribunal correctionnel, mercredi 5 décembre, jour des comparutions immédiates, 13h30.
Un jeune homme, menotté, pénètre dans le box des accusés. Il est accompagné d’une interprète et entouré de deux policières en uniforme. Après 48h de garde à vue et un mandat de dépôt prononcé, l’audience commence.

Interpellé samedi 1er décembre à l’intérieur d’un salon de coiffure de la rue du 11 novembre, dans un « contexte que tout le monde a en tête », Driss* est alors soupçonné de vol et dégradation en réunion. Quelques minutes auparavant, des « individus pénétraient dans un commerce [le Carrefour d’Anatole France], la police a été appelée ». Une équipe de flics arrive sur les lieux. A leur vue Driss « a peur », il fuit, un sac plastique siglé Casino Shop à la main, véritable pièce à convictions de l’audience. Dans sa course, le jeune homme laisse tomber le sac contenant trois bouteilles. Deux se cassent. La bouteille de Gin non brisée est munie d’un antivol. Les flics récupèrent le sac et pourchasse Driss. Il se réfugie dans un commerce de la rue. L’interpellation a lieu à l’intérieur. Menottage. « Palpation sommaire effectuée sur le moment ». Le pantalon de Driss « glisse au sol » lorsque l’équipe de keufs le fait asseoir à terre.

Driss est amené au poste. Au cours de la première audition il déclare qu’un « policier lui a mis un doigt dans les fesses » lors de son menottage. Un médecin proctologue l’examine et conclut à « l’absence de pénétration ». Au cours de la deuxième audition, Driss déclare avoir été victime « d’attouchements et de coups portés au moment de l’interpellation ».

La Présidente du tribunal ne s’encombre pas tellement des conditions de l’interpellation. Elle se contente des dépositions des quatre flics. Le dossier est mince. Ce que veut la Présidente c’est connaître les « revendications sociales » qui justifiaient la présence de Driss à la manifestation des Gilets Jaunes. Elle veut comprendre ce qu’il faisait samedi dernier place Anatole France en fin de journée. Driss dit ne pas avoir porté de gilet, sa légitimité semble, pour la Présidente toujours, amoindrie. Ajouté à cela l’OQTF qui plane sur sa tête depuis le mois de janvier et la Présidente ne conçoit pas que Driss veule et puisse manifester.

L’accusation de vol et dégradation passe au second plan, l’avocat des parties civiles entre dans la danse. En effet, suite aux accusations de Driss, une enquête semble avoir été mené dans le service de police concerné. Les quatre fonctionnaires formant la patrouille à l’origine de l’interpellation de Driss ont senti « l’opprobre jetée sur eux ». Ils veulent être reconnus comme victimes d’une accusation mensongère, d’une « dénonciation calomnieuse ». Ils veulent des dommages et intérêts. Ils se sont constitués partie civile. Leur avocat, certainement bon dans son genre, enchaîne les phrases chocs et tourne en boucle sur le contexte de l’interpellation et les « violences urbaines » : « Le comportement [de Driss] est strictement et simplement abject ». « Tout ce qu’il arrive à faire c’est du parasitisme, du pillage ». Et réclame 1500€ par tête pour permettre aux keufs de garder la face face à ces « faits particulièrement traumatisants ».

La Proc est parfaite dans son rôle et n’en revient pas qu’on puisse mettre en doute les paroles et les actes des policiers, chargés « de faire régner la paix sociale et l’ordre public ». Elle rappelle qu’au cours de la soirée de samedi « des scènes de guerre que l’on peut connaître sur des terrains militaires » se sont déroulées. Bref, Driss n’a « rien à faire sur le territoire national » pour elle. Elle réclame 10 mois de prison ferme avant l’expulsion.

L’avocat de la défense semble vouloir ramener une once de raison. Il évoque tour à tour, les conditions de vie précaires de Driss, sans-papier, sans domicile et sans emploi, les « personnes les plus impliquées dans les exactions de samedi qui ne semblent pas inquiétées », les gestes et procédures d’interpellation, l’intégrité physique qui peut être mis à mal lorsqu’on est fouillé et la réalité, surtout la réalité : la Cour s’intéresse depuis 40 minutes à trois bouteilles volées…

Suspension d’audience. Délibération. Verdict. Trois mois de prison fermes et 200€ x 4 à verser aux bleus au titre de dommages et intérêts. Une prime de noël pour des fonctionnaires intouchables et sur-armés. La zonz pour du gin. La banalité de la répression.
a**b

* le prénom a été modifié


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 réaction

  • Les deux autres arrêtés ont pris six et huit mois de sursis pour un feu de poubelle et incendie d’un chalet du marché de noël


Dans les mêmes thématiques...

Saint-Étienne et alentours   MOBILISATIONS - LUTTES / REPRESSION - PRISON

Rassemblement de soutien aux récent.e.s inculpé.e.s devant le palais de justice

Mercredi 12 décembre à 13h30 devant le palais de justice.
Des comparutions immédiates auront lieu au tribunal de Saint-Étienne à partir de 13h30. Nous appelons les stéphanois·e·s à venir en nombre pour soutenir les interpellé·e·s !


Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours Papillon   MEMOIRE / REPRESSION - PRISON

A tous les sacrifiés du système : force, courage et détermination

En 2001, des prisonniers de la centrale d’Arles enfermés pour de très longues peines s’adressaient dans une vidéo à tous les sacrifiés du système, au peuple...
Voilà un court extrait de leur communiqué + lien vidéo intégrale (13 min)



Opinions   REPRESSION - PRISON

Dans le « nouveau monde » de Macron, les proviseurs sont des gendarmes. Résistons ensemble, n° 177 de novembre/décembre 2018

Bulletin numéro 177, novembre/décembre 2018, du réseau Résistons Ensemble. Formé en 2002, Résistons Ensemble a pour but d’informer, de briser l’isolement des victimes des violences policières et sécuritaires et de contribuer à leur auto organisation.



Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

[Brève] Retour de robe noire : un an ferme pour les footballeurs de Terrenoire

Début novembre nous publions un article sur cette histoire qui avait fait la une du Progrès. Les quatre ont pris cher hier (vendredi 23) au tribunal de Saint-Étienne : deux ans de prison dont un an avec sursis. Le syndicat de flics d’extrême-droite (Alliance) s’était aussitôt emparé de l’histoire pour pondre un communiqué pleurnichard et la bleusaille était en nombre dans la salle d’audience.



Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

[Brève] Firminy : blocage et affrontement devant le lycée

Depuis hier (lundi 19 novembre), les lycéen.ne.s du lycée Jacob Holtzer bloquent leur lycée. Vers 10h, ils ont commencé à bloquer les entrées avec des barrières et quelques heures plus tard, les forces de l’ordre sont arrivées et ont riposté à coup de lacrymos et tirs de flashball, non sans ramasser quelques projectiles.



Opinions   REPRESSION - PRISON

L’État tue, ses experts enterrent. « Résistons ensemble » d’octobre et novembre 2018

Bulletin numéro 176, octobre/novembre 2018, du réseau Résistons Ensemble. Formé en 2002, Résistons Ensemble a pour but d’informer, de briser l’isolement des victimes des violences policières et sécuritaires et de contribuer à leur auto organisation.



Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / REPRESSION - PRISON

Festival Des mots Délivrent - Enfermés dehors : « Par la Ville Hostile » et « A ceux qui se croient libres »

Rencontre avec Bernard Leclair et Nadia Ménenger au Remue-Méninges.
Inspiré d’un fait réel, Bertrand Leclair à travers Par la Ville Hostile [Mercure de France ] raconte l’expulsion locative d’une femme dont les fils ont été condamnés pour trafic de stupéfiants au sein de la cité.
A ceux qui se croient libres [l’insomniaque] de Nadia Ménenger témoigne d’une vie passée derrière les barreaux ainsi que les luttes des prisonnier.e.s dans les années 80.



A Lire ailleurs   ANTIFASCISME / REPRESSION - PRISON

[Lyon] Répression du mouvement antifasciste : perquisition et garde-à-vue, six lyonnais.e.s interpellé.e.s

Mardi 13 novembre, à 6h du matin, six militant.e.s antifascistes ont vu leurs portes défoncées par des policiers cagoulés. Après plus de 24 de garde-à-vue, elles et ils sont accusé.e.s d’avoir, une nuit d’avril dernier, muré le local fasciste « Bastion Social » et sont poursuivis pour dégradation, outrage et même « association de malfaiteur ».



National   REPRESSION - PRISON

Des Interdictions Administratives de Stade aux interdictions de manifester : le stade comme laboratoire de la répression

L’Association Nationale des Supporters alerte sur le risque de voir s’étendre à toute la société, une série de pratiques bien connues dans le monde des supporters de football : les Interdictions Administratives de Stade (IAS). Le nouveau projet de loi présenté récemment au sénat s’inspire de ce modèle testé depuis 2006 pour l’appliquer aux manifestations. Quand le stade sert de laboratoire répressif...


Mise à jour :


National   REPRESSION - PRISON

La Direction de L’Administration Pénitentiaire (DAP) rompt son partenariat avec le Génépi

Le Genepi est une association étudiante œuvrant auprès des personnes incarcérées depuis 42 ans. Le 20 septembre 2018, la direction de l’administration pénitentiaire (DAP) a mis fin de manière brutale à son partenariat avec le Genepi. Suite à cette décision, des bénévoles se sont déjà vus refuser l’accès à plusieurs établissements pénitentiaires dans toute la France.



A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
Gilet jaune acte V : tout Sainté ou rien. Récit subjectif de la manif du 15 décembre  

15 Décembre 2018 : un samedi festif et revendicatif.
Récit subjectif de quelques personnes ayant vécues l’acte V stéphanois, du rond-point de Monthieu au Soleil, via jules Janin.


REPRESSION - PRISON
Des gilets jaunes face à la justice... de classe  

Un gouvernement qui ne parvient pas à écraser un mouvement de contestation dans l’œuf dispose de plusieurs outils pour le circonscrire et l’étouffer s’il menace de tenir, voire de s’étendre. Au bout de cette chaîne répressive, il y a les tribunaux. Récits de quelques audiences de gilets jaunes et quelques conseils pour mieux faire face à la Justice par l’équipe du journal l’Envolée.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Les « 7 de Briançon » ont été condamnés  

En avril, les « 7 de Briançon » avaient manifesté contre des militants d’extrême droite venus chasser les migrants à la frontière franco-italienne. Accusés d’avoir aidé des exilés à pénétrer en France, ils viennent d’être condamnés à des peines de prison.


LOGEMENT - SQUAT
Alerte expulsion - Appel à soutien  

Depuis plusieurs mois la police harcèle les habitant-e-s de la maison bleue, squat de migrant-e-s. La pression s’intensifie, l’expulsion est imminente. Ils et elles ont besoin de soutien.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Oulx : un nouveau refuge autogéré s’ouvre  

Ce dimanche 9 décembre a été ouverte la CASA CANTONIERA à Oulx, un bâtiment vide et inutilisé depuis des décennies. À partir d’aujourd’hui, il s’agit de lui redonner vie : contre les frontières et le dispositif qui les soutient et les détermine. Contre le Décret Salvini et sa politique de répression et de guerre aux pauvres. Pour un monde où tous.tes puissent choisir où et comment vivre.


MOBILISATIONS - LUTTES
SORTEZ COUVERT-E-S  

Prenons nos précautions quand on sort pour une manif, une action, ou autre. Face à la police, face à la justice... Réduisons les risques !
Quelques conseils et un contact.


EXPLOITATION ANIMALE
6 mois de prison requis contre deux activistes antispécistes : récit d’un procès et appel à la mobilisation  

Le procès de 7 activistes ayant bloqué l’abattoir de Roanne le 5 février 2018 eu lieu le 19 Novembre. Le procureur a requis 6 mois de prison ferme contre les deux fondateurices de l’association 269 Libération Animale. Illes sont accusé.e.s d’être les « complices instigateur.e.s » de l’action. Ce texte est un récit du procès en terre spéciste, entre légitimation de la violence sur les autres animaux, et analogie entre activisme et terrorisme.


GENRE - FEMINISME
L’expo moisie du MAMC : 24h de la vie d’une bonniche décorative  

Du 1er décembre au 22 septembre 2019, le Musée d’Art Moderne et Contemporain de Saint-Étienne accueille l’exposition (navrante) 24 heures de la vie d’une femme. Retour de deux individu.e.s, après un bout de dimanche passé entre colère et sidération.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
« Désinvestissez des entreprises qui profitent de la colonisation israélienne » : le message de militant.e.s stéphanois.e.s à AXA  

Lundi, de 16 heures à 18 heures, les militants des droits des palestiniens se sont rassemblés devant une agence franchisée AXA de Saint-Étienne. Ils ont sensibilisé passants et clients sur les investissements problématiques de la maison mère dans des entreprises qui profitent de la colonisation israélienne. Cette mobilisation se fait dans le cadre de la campagne internationale de désinvestissement menée par le BDS et qui a pour objectif d’instaurer une pression croissante sur l’État hébreu jusqu’au rétablissement intégral des droits des palestiniens.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
#Revanche Lycéenne : semaine du 10 au 14 décembre  

Nouvelle semaine de blocages et manif lycéennes déjà ce lundi matin dans les rues de Sainté. la semaine démarre comme elle avait fini : sous les gaz... (Article mis à jour tout au long de la semaine)


MOBILISATIONS - LUTTES
Mouvement des gilets jaunes : sommaire des articles publiés sur notre site  

Nous recenserons dans cet article toutes les publications que nous avons reçues à propos des gilets jaunes. Continuons à abreuver le site d’analyses critiques et de récits enthousiasmants de ce mouvement ! (Article mis à jour).


REPRESSION - PRISON
Des nouvelles de Loïc Citation - G20 de Hambourg  

Loïc Citation, militant contre les grands projets inutiles à Bure et ailleurs, fait partie des personnes ayant subi une violente répression depuis des années. Il est actuellement emprisonné en Allemagne, soupçonné d’avoir participé au contre-sommet du G20 à Hambourg. Un procès fleuve contre les activistes de ce contre-sommet s’ouvre le 18 décembre.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Etudiants étrangers et université Saint-Étienne – Lyon : l’excellence de l’exclusion  

Lundi 19 novembre, Edouard Philippe annonçait que les droits d’inscription des nouveaux étudiants extra-européens seraient élevés 3 000 euros environ par mois, soit une multiplication par 16. Quelques jours auparavant, des représentants de l’Université de Lyon – dans laquelle l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne va être dissoute au 1er janvier 2020 – faisaient preuve de moins de scrupules encore : l’objectif est de porter ces frais à 4 500 euros. Cette hausse a vocation à s’étendre à tous.