Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE

Les EPHAD à Sainté : pris pour des CPOM




L’histoire commence en 2010, lorsqu’est signé entre l’État, la CAF, le CCAS et les EHPAD de Saint-Étienne, le Contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens (CPOM) pour quatre ans. Il s’agit, à partir des constatations réalisées par l’Agence régionale de santé (ARS), d’évaluer les besoins en termes de financements, de personnels et de moyens. Les EHPAD reçoivent trois types de financements, qui correspondent à trois grandes missions : l’hôtellerie – dont le coût est assuré par la ville –, la dépendance – prise en charge par le département via la CAF – et enfin les besoins médicaux – assurés par l’ARS. Au centre de l’évaluation se situe l’état de santé et de dépendance des personnes âgées accueillies. Pour ce faire, une agence de médecins est dépêchée dans les établissements et remplit avec les personnels des fiches pour chacun.e des habitant.e.s, en tenant compte d’un certain nombre de compétences.


À l’issue de ces évaluations, le CPOM a donné lieu à une augmentation sensible du nombre de personnel dans les EHPAD et à une amélioration de la prise en charge des personnes. Le CPOM reste en vigueur jusqu’en 2015. Puis, un nouveau contrat est préparé et doit être appliqué à partir de 2016. Les visites et évaluations se déroulent bien ; les besoins des EHPAD sont à nouveau revus à la hausse, ils sont de l’ordre de 1 780 000 € en termes de masse salariale, soit une hausse de subventions de 775 000 €. Mais surprise : les personnels reçoivent la notification d’une enveloppe de 400 000 €, somme entérinée par le conseil d’administration du CCAS.

La baisse provient du désengagement de l’État, via l’ARS, et ce choix a contribué au revirement du CCAS qui convoque un Conseil d’administration exceptionnel pour modifier l’enveloppe prévue. Le département a cherché à combler la perte sèche occasionnée en prenant à sa charge une partie du financement du volet médical. Ainsi, l’embauche prévue d’un.e diététicien.ne et d’un.e ergothérapeute est annulée. Deux soignants voient leurs contrats pérennisés et six auxiliaires de vie sociale (AVS) moins spécialisées s’ajoutent aux effectifs des différents EHPAD au lieu des personnels soignants dont le CPOM avait mis en évidence le manque. Ces hausses de personnels sont appréciables, mais insuffisantes et surtout ne répondent pas aux besoins de personnes âgées de plus en plus dépendantes.

Plus de dépendance, pas de moyens

À l’origine du problème, il y a l’évolution des résidences de personnes âgées, devenues EHPAD. La casse de la Sécurité sociale, explique l’un.e des employé.e.s rencontré.e.s, a donné naissance à une politique de maintien des personnes âgées à domicile, quitte à leur adjoindre les services d’auxiliaires, d’infirmières ou de personnels de ménage. L’entrée en établissement, retardée, implique une autonomie très réduite, ce qui alourdit grandement les missions des personnels des EHPAD, de moins en moins hôteliers, de plus en plus médicalisés : « Pour nous, le fait que ce soit des personnes plus dépendantes n’est pas problématique, on est là pour ça, mais on ne peut plus faire ce qu’ils nous demandent avec les moyens que l’on a. »

De plus, le week-end, les EHPAD sont dits en effectif cible, c’est-à-dire que les effectifs sont divisés par deux : aux Cèdres, « il y a 7 soignant.e.s par week-end pour 68 résident.e.s : 4 soignant.e.s le matin et 3 l’après-midi. Ça fait 4 professionnel.le.s pour 68 résident.e.s, dont à peine 8 à 10 se débrouillent à peu près seul.e.s, les autres nécessitant une prise en charge totale ». À l’origine, la baisse du nombre de soignant.e.s le week-end relevait du bon sens, dans la mesure où les résident.e.s rentraient dans leurs familles ou rejoignaient leur conjoint.e. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, et l’ARS a défini ce qu’elle appelle un « protocole dégradé » qui prévoit une moins bonne prise en charge (pas de douche, uniquement les soins de base, etc.) pour pallier le manque de personnel dans ces moments-là.

Quant aux AVS embauché.e.s, leur bonne volonté n’est pas à mettre en doute, mais illes ne sont tout simplement pas formé.e.s au métier, et devraient s’en tenir à assister les personnels soignants dans leurs missions. En fait, organisé.e.s en brigade tournante et soumis.e.s aux diktats de la direction, illes pallient au manque de personnel et se retrouvent souvent à manier du matériel qui, mal utilisé, peut être dangereux pour les résident.e.s. « Quand vous êtes 4, que vous avez une liste de résident.e.s et que parmi les 4 il y a un saisonnier et deux AVS, ça veut dire que tous les gros dossiers sont pour vous. Et ce n’est pas faisable. C’est vraiment du n’importe quoi. »

« On devient maltraitants, pas de notre volonté mais du fait de l’institution. Nos deux missions principales, à savoir le maintien de l’autonomie et la fin de vie dans la dignité ne sont plus assurées convenablement : les gens crèvent plutôt qu’ils ne meurent. »

Quant aux protocoles de soin, ils ne sont tout simplement pas réalistes : « Pour des personnes qui ne peuvent pas s’alimenter seules on nous dit que le minimum du minimum c’est de tenter trois textures : une entrée, quelque chose de chaud et quelque chose de sucré. Vous allez essayer ces trois textures, minimum 5 minutes par texture. Il faut enchaîner les cuillères, et ce sont des personnes qui ne déglutissent pas facilement. Vous avez donc 20 minutes grosso merdo par personne, plus le temps de l’installer, etc. À 3 pour 20 résident.e.s, nous devons faire manger tout le monde en une heure. Faites le calcul, leur propre protocole ne passe pas. »

L’architecture en étages des EHPAD contribue elle aussi, dans ce nouveau contexte de dépendance, à empirer la situation : à l’heure du repas, les soignant.e.s doivent descendre une quinzaine de personnes par étage qui, en fauteuil roulant, doivent toutes emprunter le même ascenseur. Les plus dépendantes sont ainsi descendues les premières, elles patientent parfois une heure avant le repas. « On devient maltraitants, pas de notre volonté mais du fait de l’institution. Nos deux missions principales, à savoir le maintien de l’autonomie et la fin de vie dans la dignité ne sont plus assurées convenablement : les gens crèvent plutôt qu’ils ne meurent. » Le risque, dans un contexte où chaque tâche menée est cochée sur un document, c’est de voir des soignant.e.s valider leurs soins sans véritablement les mener à bien, donc mentir, sachant que la personne ne peut contredire le professionnel : la maltraitance s’installe, en silence.

« Ils nous ont articulés bien comme il faut »

Les employé.e.s des EHPAD réagissent et demandent des comptes : au siège de l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes, à Lyon, on les renvoie aux politiques, on fait valoir les coupes budgétaires et le nécessaire roulement de subventions entre départements de la région, on fait miroiter une possible hausse en 2018. Quant à la mairie de Saint-Étienne et à la direction du CCAS, les employé.e.s des EHPAD cherchent à les alerter, à témoigner du traitement que subissent leurs concitoyen.ne.s au quotidien. C’est pourquoi illes installent un chapiteau devant l’hôtel de ville : « On a été entendu.e.s par tout le monde, à l’époque on avait de bien meilleures relations avec notre ancienne directrice qui, elle, nous a expliqué la situation, a fait des réunions. Elle était transparente en plus, c’est elle qui nous a donné tous les chiffres. » Quant aux élus, Ziegler en tête, ils regrettent, entendent mais ne font rien, ou pas grand chose d’efficace...

Et les familles dans tout ça ? Il existe une instance, le Conseil de vie sociale (CVS), au sein de chaque EHPAD, qui réunit les représentant.e.s des proches, du personnel et de la direction. Il est censé être le lieu d’un dialogue. Le problème : dans certaines maisons, le personnel est coupé du CVS, et la direction ne se gène pas pour cacher aux familles l’évolution de la situation et le manque de moyens, elle monte les proches contre les soignant.e.s... Les familles, de leur côté, se sentent souvent coupables d’avoir laissé là leurs proches et n’osent pas élever la voix face à une direction qui les renvoie au privé si elles ne sont pas satisfaites. Face à des personnels qui se mettent en danger pour défendre le bien-être de leurs proches, celles-ci soutiennent à présent le mouvement.

Mouvements et désignations abusives

Une nouvelle étape est franchie en 2017, en plein mouvement contre la loi travail, alors que des préavis de grève sont déposés pour l’ensemble de la fonction publique territoriale. Face à ces risques de débrayages, dans des établissements qui accueillent 24h/24 des personnes, l’employeur est en droit de désigner un certain nombre d’agents afin de s’assurer un effectif minimum et la continuité des soins. Sauf qu’à Saint-Étienne c’est l’ensemble des personnels des EHPAD qui est désigné, du 1er au 15 puis du 15 au 31 de chaque mois, de manière permanente, peu importe qu’il y ait une manifestation prévue. Cette désignation vaut pour tous les établissements accueillant du public, y compris scolaires, palliant ainsi au risque de débrayages dans tous les services de la ville. Une attaque en règle contre le droit de grève, venant d’une équipe municipale qui, il est vrai, n’a jamais exprimé beaucoup de sympathie pour les syndicats, et en contradiction avec l’esprit de la loi. Ainsi, pendant trois mois, les employé.e.s des EHPAD non seulement ne purent dénoncer leurs conditions de travail et participer au mouvement de grève, mais illes se trouvèrent empêché.e.s, du fait des désignations, d’adapter leurs horaires, de garder leurs enfants malades, etc.

« On pouvait contester de deux manières le procédé. On pouvait le faire de manière offensive, en demandant un référé, mais pour avoir le référé, il fallait avoir notre désignation en main, mandater un avocat, aller au tribunal, que le tribunal nous donne le référé, puis qu’on revienne avec, sauf que le mouvement étant pour le 20, on vous donne votre désignation 2 jours avant, vous n’avez pas le temps de demander le référé, il faut de toute façon trois mois de délais. L’autre manière, qu’on a dû se résoudre à choisir, c’est la défensive, c’est-à-dire de ne pas tenir compte de la désignation. »

Le mouvement se donne deux objectifs, dénoncer les conditions de travail ainsi que les désignations abusives : « Le 12 septembre 2017 on s’est tous donné.e.s rendez-vous devant la mairie plutôt que d’aller devant notre travail à l’heure de notre prise de poste, à 6h45 le matin, dans l’espoir d’être reçu.e.s par notre directrice pour qu’on puisse gérer ce problème de désignation, avec des personnes prêtes à retourner au boulot en cas de besoin. La direction nous a mis sur la touche jusqu’à 10 heures du matin en passant devant nous plusieurs fois. »

Finalement la directrice accepte de les recevoir et de ses propres mots admet les avoir vu.e.s mais ne pas être au courant de ce qui se passe. Elle refuse de toute façon de se voir imposer un quelconque agenda. En guise de réponse, et malgré les promesses de Ziegler d’examiner le problème, les grévistes reçoivent une mise à pied de trois jours du fait qu’illes se sont soustrait.e.s à leur devoir d’obéissance. En réponse, les 21 et 28 septembre 2017, des personnels sortent des maisons une demi-heure en solidarité avec les mis.e.s à pied afin d’interpeller à nouveau la direction. Même cause, même effet, les employé.e.s présent.e.s ce jour-là sont mis.e.s à pied, quoiqu’aucune logique ne semble gouverner ces sanctions puisque certain.e.s y échappent tandis que d’autres cumulent six jours de mise à pied.

Et maintenant ?

18 agents ont assigné leur employeur au tribunal et 15 d’entre eux contestent la sanction, dans deux procès distincts. Ils sont soutenus dans leur combat par les familles et par l’intersyndicale, mais la procédure va être longue, très longue. Et coûteuse : il manque, pour couvrir les frais de la procédure et payer l’avocat, 9 000 €. Illes organisent une vente de charité au printemps pour couvrir une partie de la somme et en appellent à la solidarité.

En attendant, « on ne voit toujours rien venir et la situation se dégrade. Certain.e.s en parlent, d’autres non mais c’est insupportable pour tout le monde ; surtout pour les personnes âgées qui vivent dedans ». La mairie abandonne progressivement les maisons dites « traditionnelles » prévues pour les personnes plus autonomes – comme c’était le cas des Hortensias – et préfère investir dans la pierre, c’est-à-dire faire construire des bâtiments comme la future Cité des aînés et en confier la lucrative gestion à un opérateur privé. C’est maintenant aux familles de prendre le relais dans les revendications, sinon les personnels finiront par se voir obligés de faire des soins délétères, des « soins business », en gros de déposer les armes. Ou de changer de boulot.

Les citations sont des témoignages de quatre employé.e.s d’EHPAD recueillis le 21 février 2018.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la même thématique...

Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

Sainté fête le droit des enfants ? Pas de quoi se réjouir

Mercredi 20 Novembre 2019 à 16h30, retrouvons-nous nombreureuses pour dénoncer l’hypocrisie de la Mairie de Saint-Étienne qui organise ce jour-là une fête pour les droits de l’enfant alors même que dans notre chère ville, des enfants dorment encore à la rue, sous des ponts et dans des squats.


Informations globales   DROITS SOCIAUX - SANTE / FLICAGE - SURVEILLANCE

Alerte rouge sur les données de santé de tou.te.s les français.e.s

Vous ne le savez peut être pas, mais un événement majeur est en train de se jouer sur les datas santé françaises. À côté les enjeux et risques du DMP, c’est une partie de billes dans une cour de récréation. De quoi s’agit-il ?


Saint-Étienne et alentours   CAPITALISME - GLOBALISATION / DROITS SOCIAUX - SANTE

Un étudiant stéphanois s’immole devant le Crous de Lyon

En pleine détresse sociale suite à la perte de sa bourse, un étudiant de 22 ans originaire de Saint-Étienne s’asperge d’essence et tente de s’immoler devant le bâtiment du Crous de Lyon.
"J’accuse Macron, Hollande, Sarkozy et l’UE de m’avoir tué en créant des incertitudes sur l’avenir de tou.te.s, j’accuse aussi Le Pen et tous les éditorialistes d’avoir créé des peurs plus que secondaires.
Vive le socialisme, vive l’autogestion, vive la sécu."


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

La psychiatrie des hôpitaux stéphanois rembraye pour un mois de grève

Les personnels de psychiatrie de Saint-Étienne poursuivent leur lutte et rembrayent pour un mois de grève, du 6 novembre au 6 décembre 2019.
« Bon eh bien voilà... Ça ne s’arrange pas : les fermetures de lits continuent, le manque de moyens humains reste criant et donc, les soins se précarisent toujours plus, les conditions de travail se dégradent, nos pratiques ne se pensent plus, la violence endurée par les patients comme par les soignants est niée ! »


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Enfant en situation de handicap : l’État oublie « d’inclure » les moyens

Lundi 04 novembre, le « comité de suivi de l’école inclusive » a réuni au ministère de l’Éducation, le ministre et associations en charge de la scolarisation des enfants en situation de handicap. Si le ministre s’est jeté des fleurs en vantant les résultats supposés des réformes entreprises en la matière, la situation sur le terrain semble toute autre. Couac est allé discuter avec Taline Bouagal, AESH et représentante syndicale dans la Loire.


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

La bataille du logement pour tou.te.s

Le premier novembre marquait le début de la trêve hivernale. Cela ne garantit pas pour autant à chacun-e d’être correctement abrité-e. Retrouvez ici la pétition lancée pour réclamer que tous les enfants scolarisés à Saint-Étienne soient hébergés ainsi qu’un article du Couac sur la fin de la trêve hivernale du printemps dernier et la galère qui a suivi pour les personnes à la rue, en particulier celles en situation de demande d’asile.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / DROITS SOCIAUX - SANTE

Nan, demain j’ai piscine : fermeture des locaux d’hébergement à la Talaudière

Demain, jeudi 31 octobre, la quarantaine de personnes qui avaient trouvé refuge depuis le mois d’avril dans le vestiaire d’une piscine désaffectée de La Talaudière mise à disposition par la Maire doivent quitter les lieux. Sans autre solution, illes iront devant les locaux de la PADA pour réclamer leur droit à l’hébergement. Soyons nombreux et nombreuses à les soutenir dans cette journée difficile !

Mise à jour :


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Le droit de jouer

Samedi 19 octobre, un rassemblement était organisé pour dénoncer l’absence d’action des pouvoirs publics à Sainté face à la situation de près de 300 personnes contraintes de dormir dans les parcs, les squats ou sous les ponts. Couac s’est penché sur la situation des enfants (environ 60), qu’on semble vouloir empêcher d’accéder aux droits les plus élémentaires : dormir sous un toit, être scolarisé-e, etc.


Saint-Étienne et alentours Couac   DROITS SOCIAUX - SANTE / MEDIAS

Sortie du n°8 du Couac !

Pour ce numéro concocté après la fin de l’été, Couac est allé mettre son nez dans les dossiers nauséabonds de la toxi-cité stéphanoise. Vous y retrouverez aussi bien sûr les habituelles brèves, divers articles sur des questions d’actualité ainsi que son inévitable grille de maux (mots) croisés. On vous propose ici, en avant-goût, l’édito et un article consacré au site de Borde-Matin – le centre de traitement de déchets de Suez situé sur la commune de Roche-la-Molière.


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / MOBILISATIONS - LUTTES

Retraites, la bataille commence

Le mardi 24 septembre, ce sera un premier rendez-vous pour ce qui devrait être le début d’une lutte et d’un rapport de force pour enfin, reconquérir des droits.
Rassemblement à Saint-Étienne à 10h30 devant la bourse du travail pour une manifestation que l’on espère massive et offensive.

Mise à jour :


A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
Grosses manif à Sainté aujourd’hui !  

22 000 personnes dans les rues de Sainté contre la réforme des retraites aujourd’hui : on est là !


MEDIAS
5/12 : Le Gueuloir n°5 est sorti !  

Ça y est, nous y sommes, c’est le 5 décembre… La grève générale, c’est aujourd’hui, et avec un peu de chance et beaucoup de motivation, ce sera aussi demain, et après-demain… Et tous les jours qui suivront. Comme l’année dernière, décembre sera bouillant ! Avec sans doute ce qui semblera un air de révolution...


DISCRIMINATIONS - RACISME
Le 1er décembre 1955, Rosa Parks refuse d’obéir aux injections ségrégationnistes et racistes du conducteur James Blake  

Alors qu’elle rentre d’une longue journée de travail comme couturière, Rosa Parks refuse de céder sa place à un passager "blanc" comme lui oblige la loi ségrégationniste et raciste de l’état de l’Alabama. Arrêtée par la police et condamnée pour « conduite désordonnée », elle ne se résigne pas à être une victime de plus du racisme ordinaire. Démarre alors un vaste mouvement de boycott qu’elle organise avec le jeune pasteur Martin Luther King Jr. et de nombreux.euses militant.es du mouvement des droits civiques.


SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER
C’est quand qu’on arrête ?  

La bloggueuse de bande dessinée féministe (mais pas que) Emma a proposé une synthèse, sous forme de BD, des dossiers militants qui existent sur la retraite pour expliquer le nouveau projet de retraite inventé par Macron et Delevoye.


MOBILISATIONS - LUTTES
1947 : la « révolution » à Saint-Étienne  

À la fin de l’année 1947, les grèves se multiplient, à Saint-Étienne comme ailleurs, préfigurant la grande grève des mineurs de 1948. Elles culminent avec le rassemblement du 29 novembre, aux abords de la Préfecture.


REPRESSION - PRISON
[Grenoble] Retour sur l’opération de fichage et perquisition menée le 26 novembre  

Mardi 26 novembre, à partir de six heures du matin, six lieux alternatifs de Grenoble et ses alentours se sont fait perquisitionner. ZAD, squat ou colocation, personne n’a été épargné.
Le prétexte officiel est d’enquêter sur les incendies qui se produisent dans le département depuis deux ans. Une fois de plus, ce sont les milieux autonomes, libertaires, féministes ou écologistes qui sont visés.


FLICAGE - SURVEILLANCE
Mutiler oui, mais local !  

Le maintien de l’ordre, en plus d’être un outil de contrôle et de répression, c’est aussi un business, et dans la Loire les usines qui se battent pour répondre aux appels à mutiler de la police nationale ne manquent pas. Petit retour sur un contrat local et bien juteux.


MOBILISATIONS - LUTTES
Et tout le monde attend le 5 décembre !  

Les appels à la grève reconductible se multiplient dans tous les secteurs d’activités, du public au privé, des chômeur.e.s aux retraités en passant par les lycéen.ne.s et étudiant.e.s... Parce qu’il est nécessaire que cette première date soit massive et déterminée, nous relayons ici un florilège d’appels locaux et nationaux ainsi que des textes de fond publiés sur d’autres sites. Rendez-vous le 5 décembre, à 10h30 devant la Bourse du travail à Saint-Étienne.


MOBILISATIONS - LUTTES
Soutenons Anas et sa famille  

Notre camarade et ami Anas a, avec son acte dramatique, le vendredi 8 novembre 2019, provoqué un véritable électrochoc tant dans la communauté étudiante en situation de précarité que dans la société entière.
Dans son message, il nous demande, à nous ses ami.e.s et camarades, de continuer la lutte.


LOGEMENT - SQUAT
Retour sur la manifestation pour défendre le droit au logement  

À l’occasion du 30e anniversaire de la « Convention des droits de l’enfant » que de nombreux·ses stéphanois·es se sont réuni·e·s à l’appel des associations, afin de réclamer la mise à l’abri des familles et des 25 enfants encore à la rue, alors qu’un rude hiver à déjà commencé.
Plus de 500 personnes ont défilé de la Place du Peuple à la Préfecture en marquant un temps d’arrêt sur les marches de l’Hôtel de Ville où l’on pouvait entendre des slogans tel que « État assassin ! Mairie complice ! ».


LOGEMENT - SQUAT
La mairie de St Etienne dit qu’elle brûle pour éviter d’aider des enfants !  

Dans le parc du Musée de la Mine à Saint-Étienne vivent depuis plusieurs mois 7 familles d’origine roumaine, dont environ 25 enfants. Pour réclamer de l’aide aux pouvoirs publics qui demeurent sourds malgré les températures négatives, elles ont occupé le hall de la Mairie aujourd’hui. La réponse a été tonitruante.


MOBILISATIONS - LUTTES
Anniversaire des Gilets jaunes, Saint-Étienne  

Samedi 16 novembre, comme partout en France, se sont rassemblés à Saint-Étienne de nombreux manifestants. Ils étaient plus de 1000 à s’être retrouvés pour fêter le premier anniversaire des Gilets Jaunes. Un véritable regain de mobilisation, qui d’ailleurs a pu être observé sur la totalité du pays, mais qui n’est pas une surprise : en effet le ras-le-bol est toujours le même !


LOGEMENT - SQUAT
Communiqué du collectif des occupants de la Bourse  

Au printemps dernier, des centaines de personnes et familles se sont retrouvées sans solution d’hébergement et ont été expulsées successivement de différents lieux dans la métropole stéphanoise. Le collectif des occupants de la Bourse s’est alors constitué pour les soutenir. Rédigé près de huit mois plus tard, un communiqué fait le point sur la situation et les revendications.


MOBILISATIONS - LUTTES
Rassemblement pour A. : des larmes, de la rage et... des arrestations  

Suite à l’appel de l’ensemble du milieu militant stéphanois, de OSE CGT et de Solidaires Étudiant-e-s Lyon, un rassemblement a eu lieu en solidarité à Anas.K et pour dénoncer les coupables de cette tragédie. La journée s’est terminée avec une charge de la Police, un gazage en règle et deux étudiants arrêtés, toujours en garde à vue.