Saint-Étienne et alentours Couac   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Quand l’école publique invente et réagit

Alors que des esprits malveillants pourraient simplement voir dans notre marmaille une future main-d’œuvre docile, trois écoles publiques du centre-ville de Saint-Étienne ont choisi d’éduquer les enfants sous le prisme de la coopération et de l’esprit critique. L’auteur de cet article a écrit pour Couac depuis l’intérieur de l’Éducation nationale, nous publions ici son travail d’enquête auprès de ses collègues enseignant(e)s et leurs élèves.


Street art à Chappe

Depuis janvier 2016, l’école maternelle de Chappe s’est vue transformée en petit musée dont ses élèves, âgés de 2 à 5 ans, sont les principaux acteurs. Dans ce contexte d’éducation prioritaire où la part de la médiation culturelle en milieu scolaire est importante, il est bon de voir la synergie des artistes et des enseignants donner à ces enfants de la matière artistique pour réfléchir, s’ouvrir, partager et finalement grandir. Bien loin des critiques fallacieuses niant l’importance de la mission pédagogique de l’École maternelle (et de l’humour souvent misogyne qui en découle) ce « musée-école » est la vitrine évolutive d’un projet artistique ambitieux mis en place par l’équipe pédagogique autour du street art.

Il n’y a pas de hasard. Le street art est là, dans la rue, au pied des immeubles, dans les jardins publics, sur les publicités et même dans les cours de récréation. Loin de l’élitisme, il présente par son occupation de l’espace public l’intérêt d’être accessible à tous, au moins spatialement ; condition indispensable pour en comprendre ensuite les principes de conception et les interprétations. Une des clefs de voûte de ce projet réside dans la participation directe des artistes au plus proche des élèves.
« Nous n’avons pas beaucoup d’argent, vous n’avez pas beaucoup de temps », blague Jérémy Rousset, directeur de l’école, en s’adressant à ceux-ci (les artistes se voient proposer « symboliquement » un défraiement lors de leur participation au projet). Heureusement, la bonne volonté de l’équipe pédagogique et des artistes, loin des préoccupations mercantiles, permet aux élèves de travailler avec des femmes et des hommes, peintres, affichistes, pochoiristes ou photographes, aux renommées aussi bien locales qu’internationales. Ici, « travailler avec » signifie rencontrer, observer, lier, questionner, essayer. L’imitation, le faire « à la manière de » sont occasionnellement utilisés pour permettre aux enfants l’imprégnation d’une technique ou de l’univers d’un artiste, mais in fine, c’est la construction d’une démarche personnelle qui est visée.
L’enjeu est de nourrir la créativité des enfants grâce aux œuvres qu’ils rencontrent dans leur quotidien. La diversité des artistes, de leur conception, de leur démarche et des outils utilisés permet d’aborder un univers artistique infiniment riche mais également de donner aux élèves du sens quant à de nombreux autres apprentissages (langagiers, géométriques, littéraires, etc.). L’ensemble de l’équipe pédagogique s’est emparée du projet, en fonction des sensibilités de chacun.

Le projet se veut également catalyseur social. La preuve en est de l’adhésion des parents autour de cette effervescence artistique. Il a été décidé d’établir une carte numérique interactive recensant les œuvres que l’on croise dans les rues de Saint-Étienne. Il a fallu alors partir en randonnée urbaine, s’orienter et observer. Les accompagnateurs de ces sorties ont pu parfois déclarer : « on découvre des pans de notre ville que l’on ne connaissait pas ». Les enjeux qui ressortent de ce type d’expérience dépassent alors largement le cadre de l’école et ses élèves. Il s’agit là d’une réappropriation de l’espace urbain par ses habitants, d’un regard nouveau sur la ville et de nouveaux liens sociaux. La carte résultant de ce travail est proposée à d’autres écoles, aux parents curieux et aux centres sociaux. Elle est disponible sur le blog de l’école [1].
Que ce type de projet soit centré autour d’une forme artistique comme le street art pourrait surprendre. En effet, cela suppose un parcours de « rencontre » entre enfants et œuvres éloigné des sentiers battus institutionnels comme les musées et les galeries d’art. Cependant, fort d’un intérêt pédagogique certain et reconnu, le projet jouit de soutiens académiques et municipaux importants pour la pérennisation de la dynamique insufflée. Il nous reste à présent à suivre ces jeunes apprentis artistes à travers la ville. Descendre simplement dans nos rues les yeux ouverts et aller chercher le street art là où il se trouve.

Apprendre ? Oui, mais pas seul

Une idée, largement admise dans le rang des enseignants comme des parents, consiste à penser qu’un cours simple (classe qui regroupe les enfants de même âge) présente les meilleures conditions d’apprentissage. Affirmant que plus le milieu est hétérogène, plus les échanges sont riches, une partie de l’équipe pédagogique de l’école Gaspard Monge propose une autre vision de l’enseignement en créant des groupes d’enfants allant de 7 à 11 ans.

S’appuyant sur l’ouvrage de Sylvie Jouan, La classe multiâge d’hier à aujourd’hui [2], et sur les textes et pratiques issus de la pédagogie Freinet [3], l’enjeu ici est de placer la coopération, sous toutes ses formes, au centre des situations d’apprentissages. On peut alors distinguer deux « types » de situations coopératives dans le temps scolaire. Celle dans laquelle un ou des élèves aident un enfant qui en a besoin ou qui en fait la demande, et celle où un groupe d’enfants s’entraident dans le but d’atteindre le but commun qu’ils poursuivent. Ainsi, tous les jours, les élèves sont amenés à s’engager collectivement dans les projets qu’ils auront choisis ; à aider ou être aidé lors de temps de travail individualisé ; à s’organiser collectivement dans le bon déroulement d’une sortie ; à résoudre des problèmes ne relevant pas directement des « apprentissages scolaires » au sein d’un conseil de coopérative journalier ; à trouver une issue bienveillante aux conflits en les résolvant par le dialogue et la médiation. Se sentir en confiance au sein de cette organisation demande à certains élèves beaucoup de temps ainsi qu’un climat bienveillant. La sanction n’existe pas dans un cadre comme celui-là. La réparation est la principale réponse pédagogique face aux problèmes de discipline. Pour autant, on est loin du supposé laxisme que les nostalgiques du bonnet d’âne assimilent à ces « méthodes » actives. En effet, les enfants comprennent rapidement que la coopération ne fonctionne que si le travail fourni est suffisant, que les engagements sont tenus. La rigueur dans le travail est un pilier de la réussite de tous.

La teneur de l’initiative tient aussi dans le milieu urbain et populaire dans lequel il prend pied. En effet, les idées reçues nous poussent à imaginer la pédagogie Freinet dans le cadre bucolique et rural d’une petite école de village. Alors dans cette école de Zone d’Éducation Prioritaire à 9 classes, il a fallu prendre en compte de nouveaux aspects. La communication est le premier défi à relever. Face à l’inconnu, les réactions sont parfois virulentes. L’entraide, le climat serein, le rythme d’apprentissage différent pour chaque enfant, la coopération sont autant d’arguments efficaces pour canaliser les appréhensions et engager les parents dans le projet. Bien sûr, les ressources présentes à la maison sont moins importantes que dans d’autres milieux et l’attention qu’il faut porter à certains élèves est permanente pour ne pas en laisser en chemin. Mais la relation de confiance entre enseignants, élèves et parents doit pouvoir s’installer dans les mêmes conditions et, sans surprises, le milieu urbain est aussi riche que le rural en termes de supports d’apprentissage. Un chantier important va être celui d’ouvrir l’école aux parents. Grâce à la création d’un « café des parents », l’enjeu est d’associer plus les parents d’élèves. Cela pourrait permettre le rétablissement d’une structure associative dynamisant la vie de l’école et apportant quelques deniers aux ambitieux projets des élèves. Petit à petit, des projets de classe et des projets d’école commencent à émerger : par exemple la végétalisation de la cour de l’école et la création d’un jardin potager que géreraient les élèves.
À ceux qui reprochent à ces enseignants de ne pas transmettre le savoir, ne pas cadrer ni discipliner les enfants, de ne pas répondre à l’objectif de l’École qui serait de former des citoyens éclairés ? Ici, la citoyenneté ne s’enseigne pas, elle se vit.

L’hétérogénéité, un levier pédagogique de premier plan

Enseigner en classe multiâge. Confronter les élèves à leur diversité. Faire tomber les cloisons de l’âge dans l’école. Apprendre aux enfants à apprendre à soi et aux autres. Voilà le parti pris pédagogique de l’équipe enseignante de l’école maternelle publique de Chavanelle.
L’ambition d’un tel projet ne provient pas d’un simple coup de baguette magique. Il trouve sa genèse quelques années auparavant et est le fruit d’une réflexion collective importante : celle d’enseignants du quartier de Montreynaud ayant fait le tour de leurs pratiques pédagogiques et cherchant de nouvelles réponses aux difficultés qu’ils rencontrent. Pourquoi ne pas mélanger les élèves, mutualiser le matériel et la préparation de classe ? Après la lecture pointilleuse des textes de Sylvain Connac [4] (enseignant, directeur d’école et pédagogue militant de la pédagogie coopérative) et la visite de classes de même type déjà existantes, le projet prend pied. Ce genre d’organisation, au-delà des valeurs humanistes qu’il transporte, demande de revoir de nombreux éléments professionnels. L’implication est tout autre. « Lorsqu’on est tout seul, on a forcément raison. L’enjeu ici, c’est d’avoir raison mais à six » déclare Jean-Marc Hostachy, le directeur de l’école, pour illustrer à la fois la richesse et la complexité du collectif. Le maître-mot est la cohérence. Tous les choix, toutes les décisions doivent trouver un consensus. Cela demande de discuter, de réfléchir, d’argumenter et d’écouter. Il faut sans cesse gérer la balance entre ses convictions personnelles et le choix de l’équipe. On sort en quelque sorte de sa zone de confort professionnelle. Chacune des 4 classes de l’école se veut identique. Elles sont toutes composées d’enfants de 3 à 5 ans. Le visuel est commun (affichages, étiquettes...), les outils sont les mêmes, les programmations sont communes, le matériel passe de classe en classe et les préparations sont mutualisées.

Qu’en est-il alors des avantages au niveau le plus important, celui des enfants ? La première chose permise par le dispositif est la situation de tutorat. Il a été démontré par certains pédagogues que dans une relation de tutorat, le tuteur apprend plus que le tutoré. La tâche lui demande en effet d’organiser sa pensée, d’expliciter, de reformuler ; autant d’efforts intellectuels qui permettront l’assimilation et l’intériorisation des apprentissages. De plus, cette organisation crée un terreau privilégié pour la responsabilisation des plus grands. Le rôle de tuteur est une responsabilité en soi et la posture exigée par cette mission relève d’apprentissages importants. « Je fais à la place de » est un écueil, une phase qu’il faut accepter avant que le tuteur n’acquière la capacité complexe à guider, aider et enfin valider le travail d’un autre élève. Aucun apprentissage n’est le fruit du hasard, tous demandent temps et valorisation de l’adulte. Les situations de tutorat entre grands et petits jouent également un rôle précieux dans l’apaisement du climat de classe, condition sine qua non aux situations de travail riches. Pour les plus petits, le contact des plus grands est une aubaine dans le développement des compétences posturales, langagières, de manipulation. Le modèle adulte, souvent inaccessible, laisse la place aux modèles enfants. Un an de différence, pour un élève de cet âge, c’est presque rien. Pourtant cela représente une quantité de choses apprises considérable ; autant d’apprentissages qu’un enfant peut transmettre à un autre. Dans un cadre comme celui-là, l’imitation est un levier pédagogique d’une cruciale richesse.
Face à cette hétérogénéité, le fonctionnement se veut « décloisonné », les murs entre les différentes classes tombent symboliquement. Une activité doit, généralement, pouvoir être travaillée par tous les enfants, peu importe l’âge. Cela permet à chacun de trouver son rythme. Aux plus rapides d’avancer et aux plus en difficulté de simplifier la tâche. L’échec n’apparaît pas comme une tare aux élèves mais comme l’ensemble des progrès qu’il peut réaliser. Tous ces éléments d’entraide, de coopération et de réussite, ajoutés à la liberté laissée aux enfants dans le choix de leurs ateliers, vont permettre à l’élève de s’engager motivé dans la tâche qui lui est demandée.
L’image parfois « rebelle » qu’associe l’institution à ces projets pédagogiques d’un autre genre induit parfois d’autres problématiques. Celle par exemple du pilotage souhaité par l’académie au début du projet. C’est ce qu’a connu l’école de Montreynaud (Maternelle Gounod) à ses débuts. Aujourd’hui l’administration reste en retrait du projet de l’école maternelle Chavanelle le laissant ainsi vivre et s’enrichir de jour en jour. Il est important de noter que ce dispositif ne sauve pas les enseignants des autres problématiques liées aux conditions d’enseignement. Avec 4 classes chargées de 27 à 30 élèves et une ouverture de classe refusée, la motivation de l’équipe pédagogique se heurte, comme dans bien d’autres écoles, à la surcharge des classes.

L’École est un lieu de cristallisation de nombre de tensions depuis maintenant plus d’un siècle. Maillon indispensable dans le rouage du pouvoir ; les dominants veulent la contrôler, les utopistes la révolutionner. L’école des Communards, l’école de Vichy, celle encore de la IIIème République ou de Xavier Darcos représentent chacune des mondes différents, des visions contraires, des conséquences sur le reste de la société. Aujourd’hui, entre les progressistes effrontés du « tout numérique » qui décrivent une école immobile et archaïque, et les « réac-publicains » [5] faisant le vœu d’une école autoritaire où l’obéissance et l’autorité sont reines ; il ne reste plus beaucoup de place pour ceux qui font confiance aux enfants comme à leurs enseignant(e)s. Les valeurs humanistes, plus fortes que ces attaques insensées, font naître et perdurer des projets, des démarches pédagogiques dignes d’une École émancipatrice.

[1Consulter <chappematernelle.blogspot.fr>

[2Sylvie Jouan, La classe multiâge d’hier à aujourd’hui. Archaïsme ou école de demain ?, ESF Editeur, 2015.

[3Après la première guerre mondiale, Célestin Freinet fait partie de ces nombreux enseignants pacifistes marqués dans leur chair et dans leur conscience. Syndicalistes révolutionnaires regroupés dans la Fédération des Membres de l’Enseignement, ils luttent pour que ne se reproduise plus la tuerie de 14-18, pour mettre fin à l’exploitation capitaliste et construire une société plus juste et plus humaine. La pédagogie Freinet, issue des pratiques de Célestin Freinet, est une pédagogie d’éducation populaire et laïque. Partant de l’intelligence et de l’expression libre des enfants, elle s’appuie sur la coopération et le tâtonnement expérimental afin de proposer une école émancipatrice (voir <www.icem-pedagogie-freinet.org&gt; ).

[4Sylvain Connac, Apprendre avec les pédagogies coopératives. Démarches et outils pour l’école, ESF éditeur, 2009.

[5Expression employée par Grégory Chambat dans son ouvrage très référencé : L’école des réac-publicains, la pédagogie noire du FN et des néoconservateurs, Libertalia, 2016.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans les mêmes thématiques...

Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Dix manches / deux pioches

Marre des dimanches ennuyeux ?
Alors si ça te branche, amène tes jeux.
Et viens partager un après-midi rempli de cartes, de dés et de plateaux en tous genres !
Goûter partagé : amène ton gâteau et tu gagnes en cas d’ex aequo !




Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

P’tit Resto de la Gueule Noire

Restau Vegan, Bio & à prix libre samedi 21 octobre 2017
12h00 / La Gueule Noire / 16, rue du Mont / Saint-Etienne




Saint-Étienne et alentours   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

KAIROS, le temps de faire ensemble

L’association Inkoozing met en œuvre un projet artistique participatif qui permettra à des personnes primo-arrivantes et françaises de se rencontrer dans un contexte convivial et créatif. Un crowdfounding est lancé pour financer en partie le projet.




Saint-Étienne et alentours Couac   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Des associations au cœur des quartiers populaires

Les dossiers COUAC
À Saint-Étienne, des associations de quartier sont présentes dans les rues et au cœur des quartiers métissés et populaires. Retour sur les expériences dans le quartier Montferré dans les années 1970 et les activités actuelles de Terrain d’Entente dans le quartier Beaubrun/Tarentaize.




Saint-Étienne et alentours   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Bal Populaire du Crêt de Roch

★// ! Saint-Etienne, 14 juillet : Bal Populaire du Crêt de Roch#3★
// ! Le Bal Populaire, Troisième ! Avec un nouveau format sur un lieu unique, Square Dujol !




Saint-Étienne et alentours   EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / MEDIAS

Faîtes du libre

Des concerts, des ateliers pour apprendre et bricoler ensemble, du codage à la portée de chacune, des médias qui racontent des trucs qu’on n’entendra pas ailleurs, des échanges sur l’autonomie, des lieux et des collectifs qui se rencontrent...
Du 5 au 9 juillet à Sainté
Tout le programme est prix libre




Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Le ptit resto du samedi midi en soutien à l’infokiosque de la Gueule noire

Samedi 17 décembre 2016, l’espace autogéré la Gueule noire vous convie à son "ptit resto" Une bonne occasion pour tchatcher, se rencontrer, manger ensemble...
Le repas est végétalien (aucun animal n’est exploité ou tué pour le repas), bio (sans produit contenant des pesticides, additifs toxiques ou perturbateurs endocriniens) et à prix libre (on donne ce qu’on peut/veut).




Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   ECOLOGIE - NUCLEAIRE / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

P’tit Resto en soutien au Carabichou et la lutte contre l’A45

Samedi 19 Novembre 2016 - 12h - La Gueule Noire
Le Carabichou est un groupement de personnes qui souhaitent acquérir des produits sains, de qualité, à des prix raisonnables, issus de la filière "biologique" avec ou sans certification, favoriser les productions locales, se dégager de l’industrie agro-alimentaire et des circuits de la grande distribution, et tendre à se réapproprier leur consommation.




Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Ateliéphémère

L’ateliéphémère est un atelier d’entraide autour de la réparation d’objets divers : informatique, électroménager, jouet, machine à coudre, matériel son et vidéo...
Pour le moment, il a lieu régulièrement à Lyon, Grenoble et Saint-Étienne.




Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

P’tit resto exceptionnel !

Samedi 15 octobre 2016 à la Gueule Noire
Repas bio (avec ou sans label) et végétal, prix libre avec en bonus une performance artistique et derniers jours de l’exposition d’Émilie Weiss et Nathalie Ambroise.
ceci en soutien au financement de la quinzaine Kateb Yacine.




0 | 10 | 20 | 30 | 40
Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

ça forge à ça roule

Atelier Forge au local ça roule, vendredi 27octobre à partir de 17h30 !
Une bonne occasion de faire des outils de jardins en amortisseurs de voiture ou de se faire des couverts en vieilles lames de faux !




Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Apéroconcert ré-ouverture du local ça roule

Le local ça roule (au Ramina Grobis, 15 rue Georges Dupré), lieu d’échange de savoirs autonomisant et de pratique du bricolage en tout genre pour l’autogarantie des nécessités vitales dans le respect des lombrics !, réouvre enfin ses portes, et en musique.




Saint-Étienne et alentours Couac   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Les mille maux de l’enseignement du français aux étrangers

L’enseignement du français aux personnes étrangères pâtit des contradictions de l’État, du jeu de la concurrence et des discriminations, au détriment bien souvent des personnes auquel il est censé être destiné : retour sur une politique pleine d’arrière-pensées avec des militant.es de l’association Alpha.




National   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / INFORMATIQUE - SECURITE

Parution de la 5ème édition du Guide d’autodéfense numérique

Le Guide d’autodéfense numérique récidive, paré de sa nouvelle mise à jour, afin de fournir conseils et recettes adaptés pour s’orienter dans les méandres parfois hostiles de la jungle numérique.




National   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Weekend de rencontres sportives de l’Amicale du Combat Libre de Lyon

L’Amicale du Combat Libre (ACL) s’entraîne tout les mardis et mercredi à l’Atelier des Canulars à Lyon 7e. On a décidé de proposer les 23-24 septembre un week-end entier de rencontres sportives au Moulin de Recours à Saint Maurice en Trièves. Au menu : des ateliers de découvertes, un gala, des concerts, des rencontre et des discussions, des repas partagés, des balades et même des ateliers tronçonneuses !




Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Association ça roule

Association ça roule
Pour l’auto-garantie des nécessités vitales.
Jusqu’au respect des lombrics.




Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

La fabuleuse transpiration des mystérieux synthés d’or

Vendredi 09 juin 2017 au local "ça roule" (Ramina Grobis)
Apéro concert : pour découvrir cet atelier d’échanges de savoirs et cette triplette du label Spielzeug Muzak : ame de boue...cellule34... tzii...




Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

CONCERT soutien à "Grandir avec l’Oralité" et "Calandreta"

Vendredi 19 mai 2017 au Ramina Grobis à 19h30 / prix libre
Duo pUECH/GOURDON + FAUNE + La BARACANDE
Le soutien de ce concert est pour "la calandreta", école bilingue en projet et "Grandir avec l’Oralité", association d’éducation par le conte d’après les recherches de Suzy Platiel.




Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

La laïcité par les ados !

Lundi à 12h et 19h, mardi à 8h et samedi à 11h sur Dio.
Une émission Dio construite par et avec des Terminales du Lycée Fauriel cette semaine sur vos ondes ! Plusieurs mois de prépa pour construire une heure et demi de réflexion critique sur ce sujet épineux : pluralisme des croyances, port des signes distinctifs, régimes alimentaires, vivre-ensemble, manipulation du concept…




Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Rencontre échange avec Samir Boumediene

La colonisation du savoir, une histoire des plantes médicinales du nouveau monde. Biopiraterie, réappropriation des plantes médicinales, colonisation des savoirs...
Mercredi 22 mars 2017, 20h, Remue-méninges




0 | 10 | 20 | 30

A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
[CNT 42] Jeudi 16 novembre 2017 lois Macron, loi des patrons… collectivement, faisons reculer le gouvernement et le patronnat  

Journée nationale interprofessionnelle et intersyndicale de grève et de manifestations :
- ST ETIENNE : 10H30 Place Jules Ferry (Statue de la Liberté en dessous de Centre 2)
- ROANNE : 10H30 Université Avenue de Paris


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Le remue-méninges fête ses 10 ans !  

Pour fêter ses 10 ans, le remue-méninges vous propose, du 16 au 19 novembre, des concerts, un brunch musical, une scène ouverte, des ateliers déco ... et pourquoi pas un goûter d’anniversaire ?


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
[Agir Ensemble 42] Alors, il ne nous resterait plus qu’à regarder "crever" nos semblables dans la rue  

Nous sommes le premier novembre 2017 en France à Saint-Étienne, premier jour de la trêve hivernale. Des familles et leurs enfants dorment et vivent dans la rue dans une indifférence outrageante. Elles sont arrivées ici en 2011. Nous avons créé un collectif "agir ensemble" pour leur venir en soutien.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Le paradis de l’enfer : récit d’un migrant à Saint-Étienne  

Dominique a une trentaine d’années, il vient du Cameroun. Il est venu vers Couac pour partager son expérience, parler de la vie qu’il mène et faire connaître sa situation, son regard en tant qu’immigrant vivant à Saint-Étienne. Après une première rencontre, nous nous sommes revus plusieurs fois.


CONSOMMATION - GLOBALISATION
[GLYPHOSATE] Crime contre l’humain et tout le vivant  

Les dangers du glyphosate et de ses co-formulants associés ne sont plus à démontrer devant la réalité des atteintes à la santé des populations (en Amérique latine notamment mais aussi en Europe chez les agriculteurs et les animaux d’élevage). Des études indépendantes apportent elles aussi des arguments scientifiques sur les conséquences de ces molécules sur la santé. A cela s’ajoutent maintenant le scandale de la manipulation des agences européennes par la firme Monsanto et ses expertises truquées. Les décideurs ne peuvent plus faire semblant de les ignorer.


GENRES - FEMINISME
Féministes, au travail !  

Tract diffusé lors de la manif du 19/10 à Saint-Etienne
Aujourd’hui, en 2017, à compétences et qualifications égales, les femmes gagnent en moyenne un quart de moins que les hommes. Le système de valeurs patriarcales fait que des métiers, occupés majoritairement par des femmes, tels que le ménage, l’aide à la personne, l’éducation des enfants, et les activités associatives et culturelles (notamment les contrats aidés) ne sont pas reconnus comme des emplois produisant une valeur économique et sociale importante. Les formations à la plupart de ces emplois sont sommaires (les femmes sauraient "naturellement" les faire), les salaires sont bas, les amplitudes horaires de travail trop longues, et très peu de reconnaissance sociale est accordée à ces secteurs pourtant essentiels à notre société...


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Ateliéphémère  

Attention ! Certaines dates ont changé !
L’ateliéphémère est un atelier d’entraide autour de la réparation d’objets divers : informatique, électroménager, jouet, machine à coudre, matériel son et vidéo...
Programme décembre 2017 / janvier 2018


MOBILISATIONS - LUTTES
"Non". S’opposer aux grands projets d’aménagement. Ne pas proposer "d’alternatives".  

Cette brochure est la retranscription d’une discussion autour des sujets suivants : pourquoi et comment s’opposer aux grands projets d’aménagement ? Quelles difficultés rencontrons-nous avec la notion "d’alternatives" ? Pourquoi ne pas en proposer ?
Discussion croisée entre opposant.es à l’A45 (Auvergne-Rhône-Alpes), camarades de l’Amassada (Aveyron), et occupant.es de la forêt de Roybon (Isère).


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
La condition des agriculteurs : rencontres contre la normalisation  

Le 20 mai 2017, un agriculteur qui refusait de se soumettre aux contrôles harcelants de l’administration a été abattu par les gendarmes. A la suite de ce meurtre dégouttant, un collectif s’est monté pour combattre l’hyper-normalisation de nos vies et de celles des agriculteurices en particulier. Des rencontres nationales autour de ce sujet auront lieu les 28 et 29 octobre prochain dans notre région.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
A45, pétition bidon !  

Non content d’étaler partout sa belle pétition, Perdriau cherche à imposer aux personnels des collectivités locales de signer et de soutenir son combat d’arrière-garde...