Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME

Rencontre avec Houria Bouteldja

Cet événement est l’occasion de venir à la rencontre de la militante controversée et de lui permettre de s’exprimer sur le contenu de son livre. Un seul prérequis : lire son dernier livre "les blancs, les juifs et nous - vers une politique de l’amour révolutionnaire" afin de dépasser les préjugés et d’instaurer les conditions d’un échange constructif.
La discussion se poursuivra avec Youssef Boussoumah, autre membre du PIR.
Dimanche 2 avril 2017 à 15H00 dans la salle Le Clapier (ancienne gare).


Initiatrice et porte parole du PIR (Parti des Indigènes de la République), militante infatigable, Houria Bouteldja s’attelle à dénoncer le sort réservé aux descendant-e-s de l’immigration post-coloniale. C’est du point de vue de l’indigène qu’elle se positionne sur plusieurs fronts : celui du féminisme, en défendant le courant dé-colonial, contre l’islamophobie et le racisme en dénonçant l’hégémonie et la domination historique de la "race blanche". C’est l’énonciation de ce terme qui a servi de prétexte à la dénonciation de son supposée racisme anti-blanc. Ce n’est pas faute d’avoir martelé que "la race est le nœud qui lie le pouvoir d’État au grand capital"

Elle précise d’ailleurs, en préambule de son dernier livre : "Les catégories que j’utilise : Blancs, Juifs, Femmes indigènes et indigènes sont sociales et politiques. Elles sont des produits de l’histoire moderne au même titre qu’ouvriers ou femmes. Elles n’informent aucunement sur la subjectivité ou un quelconque déterminisme biologique des individus mais sur leur condition et leur statut."
Femme, militante, musulmane, indigène à l’analyse juste et au discours subversif : ce qu’elle est ne dérange-t-il pas plus que ce qu’elle dit ? La question mérite d’être posée tant son appel à "l’amour révolutionnaire" reste inaudible.

La discussion se poursuivra avec Youssef Boussoumah.
Militant de la cause palestinienne depuis le début des années 80, il participe à l’organisation en 1998 de la campagne pour le droit au retour des Palestiniens et, en 2001, à la fondation des Missions Civiles Internationales Pour la Protection du Peuple Palestinien. Il est aussi membre fondateur du MIR puis du PIR.

Dimanche 2 avril 2017 - 15H00
Le Clapier
2 Boulevard Pierre Mendès France,
42000 Saint-Étienne

Pour aller plus loin :

Le site du PIR (Parti des Indigènes de la République)

On vous a tant aimé·e·s ! Entretien avec Houria Boutelja, initiatrice du Mouvement des Indigènes de la République. Par Christelle Hamel et Christine Delphy, en 2005.

Jeune Afrique s’entretient avec Houria Bouteldja : « Pour nous la question raciale est sociale »


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 réaction

  • Le petit livre d’HB « Les Blancs, les juifs et nous, pour un amour révolutionnaire » sorti au printemps 2016 a provoqué beaucoup de polémiques et peu de discussions.

    Une partie des polémiques paraît relever des difficultés trop connues et sans cesse répétées des réseaux politiques (parisiens mais aussi au-delà) à discuter tranquillement de désaccords et de stratégies politiques différentes sans s’autodétruire ou tenter de le faire. Polémiques politiciennes.
    Une autre partie des polémiques vient probablement d’une certaine image attachée à HB et au PIR dont elle est la porte-parole, une image sans pitié : sans lire les textes, sans écouter précisément ce qu’elle cherche à dire, finalement sans prendre le temps de réellement considérer les propositions politiques, le couperet tombe et elle se retrouve qualifiée d’essentialiste, d’homophobe antiféministe, d’antisémite, presque de fasciste, HB devient l’ennemi politique à abattre, une personne infréquentable politiquement. Polémiques sans pitié.
    Une dernière partie des polémiques semble venir de pensées et pratiques de l’émancipation toutes prêtes, sûres d’elles, prêtes à penser, qui par universalité, par privilège, par manque de reconnaissance, par supériorité ou par flemme rejoignent les conservatismes en refusant de remettre en cause leurs ordres émancipateurs établis et en considérant que toutes nouvelles propositions politiques sont fatigantes, communautaires, trop situées, pas issus du terrain, pas assez ou trop radicales. Polémiques tranchées.

    Les polémiques politiciennes, sans pitié et tranchées finalement se recoupent souvent pour le pire et contre le PIR parce qu’à différents niveaux elles empêchent de discuter, de réfléchir et de considérer ce qui n’est qu’une proposition politique, c’est-à-dire un texte qui n’a pas la prétention d’avoir tout compris et de détenir la vérité, mais un texte comme d’autres qui nous invite à réfléchir, à agir, à nous positionner sur une question qui devient vitale dans le cadre national de la France, et au delà, celle des antiracismes politiques.
    Ici l’invitation est de relever la provocation d’Houria Bouteldja. « Provoquer » étymologiquement c’est « appeler dehors », « faire venir », « faire naître quelque chose ».

    Une invitation à la lire, l’écouter et discuter, pas pour avoir raison, mais pour le potentiel à converser, diverger et converger, pour faire le point sur ce qui nous plaît et nous déplaît, s’embrouiller, se débrouiller, voir où l’on est situé pourquoi et comment, se donner de l’air et prendre la place.

    Pour qui vit dans ce pays, il serait juste malhonnête et inconscient de nier que certain-es rentrent plus dans le cadre de « l’identité nationale » que d’autres, depuis longtemps et, que cela est de plus en plus affirmé et médiatisé ces vingt dernières années. Ici, on sait très bien où l’on est situé, on le vit, simplement « l’égalité » dans laquelle on a grandi « nous » empêche de trouver les mots pour dire ces « nous » et ces « vous », de dire les racismes et donc les « races » qu’ils impliquent, qu’ils re/construisent et qui les renforcent. HB, d’autres avant (je pense là particulièrement au groupe du 6 novembre à la fin des années 90) et certainement d’autres à venir, m’ont remise en place : la société française me fait blanche, je ne suis pas innocente (p. 38), cela ne servira à rien de se sentir coupable, mais il importe d’être responsable. J’essaye.

    Lorsque je lis le livre d’HB, les catégories raciales m’interpellent : blancs, juifs, indigènes. Ces catégories me dérangent, pas parce qu’HB les mobilise mais parce qu’elles jouent dans ce pays et au delà comme indicateurs de classifications sociales. Elles valident des dominations sociales, elles font système, elles se croisent avec le sexe/genre (« femmes indigènes »), les classes sociales, les lieux de vie (quartiers, pays) et elles déterminent des positions sociales et donc des vies avec leurs possibles et leurs limites. Ces catégories (et leurs nuances, toute catégorie sociale est rhétorique, les réalités sont souvent plus nuancées et complexes que les mots pour les dire) ont une histoire, un présent. HB nous invite dans son texte à prendre une place active pour décider de leur futur, donc faire leurs histoires et accepter de regarder en face leurs actualités.

    Je comprends le texte d’HB comme un pamphlet, c’est-à-dire un texte acharné et déterminé pour dénoncer les différentes formes du pouvoir blanc dans les cadres trans/nationaux. Si ses mots sont durs et intransigeants c’est à la hauteur de la violence de ce pouvoir et de la nécessaire remise en question de ses hiérarchies.

    J’apprécie qu’HB requestionne les normes de la civilité pas complètement inintéressantes, mais définies par des penseurs européens dans le mépris des femmes et du « reste » du monde (L’ouest et le reste, Stuart Hall). J’aime la critique radicale qu’HB fait de la modernité occidentale toujours imposée à l’heure actuelle comme le seul modèle de développement convenable dans la négation complète de tous les crimes qui ont été faits en son nom : esclavages, colonisations, exploitations humaines et environnementales, chasses aux sorcières, imposition globale d’une gouvernance néolibérale.

    Je comprends bien qu’HB, d’autres le font aussi (Eyal Sivan, Joseph Massad) nous incite à voir le passé dramatique d’une partie des Juifs et la situation en Israël-Palestine comme des prolongements de l’histoire européenne. Là encore, elle montre bien une pirouette du pouvoir blanc déjà mise en pratique dans l’Algérie coloniale : catégoriser (juifs/musulmans sont des catégories de population autant que des religions dans l’empire colonial français, Kamel Kateb) et dresser les catégories les unes contre les autres (accord de Crémieux, 1870). Il me semble qu’avec la dénonciation du sionisme, une critique de l’État-nation pourrait être encore prolongée surtout en prenant en compte l’actualité meurtrière de la méditerranée, du vieux continent et de ses frontières (gérée par Frontex, cyniquement appelée « la crise des réfugié-es » et honteusement confiée à des pays extérieurs à l’Union européenne : Libye, Maroc, Turquie...).

    Je suis reconnaissante à HB d’inclure la question des rapports hommes-femmes et celle des minorités sexuelles dans sa pensée critique et politique (elle cite même un pédé, Jean Genet). Rares sont les textes politiques même critiques, qui pensent réellement que sur terre la moitié des hommes sont des femmes. Je trouve important de souligner que certains féminismes et les questions de sexualité sont mises au service des hommes blancs. J’entends les critiques, je les prends en compte. Pourtant, mes habitudes de gouine anarcha-féministe continuent à me faire penser et vivre qu’il est important que mon corps m’appartienne et ne soit pas aliéné à ma nation, à ma famille ou à ma religion. Je pense encore qu’il n’y a qu’un patriarcat même s’il prend plusieurs formes, et cela HB le montre bien. Je me bats aussi pour que les questions de sexualité ne soient pas lues que comme des choix persos néolibéraux homo-hétéro, mais comme des régimes politiques complexes de distances et de proximités traversés par la race, la classe, l’âge... qui me ressemble, avec qui je m’assemble.

    Finalement, HB donne une chance de repenser le dicton stupide et dangereux « qui se ressemble s’assemble ». Je relis le texte, je tique sur « l’amour révolutionnaire » je trouve pas ça trop clair, ça me rappelle un peu trop des avant-gardes virilistes, sûres d’elles, qui auraient tout compris. Je préférerais des affinités bien négociées, et, merci, le livre permet bien d’y penser.


Dans la même thématique...

Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / GENRES - FEMINISME

Rassemblement de soutien aux LGBTI Tchétchènes

Pendant que des hommes homosexuels tchétchènes se font arrêter, torturer et tuer, nos représentant-es, français-es et européen-nes ne font rien.
RDV samedi 22 avril 2017 à 18h, place de l’Hôtel de ville.




Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MOBILISATIONS - LUTTES

On est toujours là !

Il y a bientôt deux ans, les 18 et 19 avril 2015, l’amicale laïque de Beaulieu accueillait les "Cinquièmes rencontres nationales des luttes des immigrations". Ces journées étaient organisées par la section locale du Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires, jeune organisation fédérant de nombreux collectifs à travers toute la france. À l’approche de l’anniversaire de cet événement, les éditions Tahin Party nous font le plaisir de publier la retranscription des interventions et échanges passionnants qui avaient eu lieu à cette date.




National   DISCRIMINATIONS - RACISME / GENRES - FEMINISME

2ème numéro de la revue Assiégées

Revue décoloniale, nous poursuivons notre ambition de mettre au centre de la revue les racisé·e·s sous le joug du patriarcat, tout en nous inscrivant dans la lutte contre le capitalisme. Après un premier numéro autour de l’étau, la question qui traverse ce second numéro est celle de la lutte.




National   DISCRIMINATIONS - RACISME / MOBILISATIONS - LUTTES

Meeting pour Adama Traoré

Stop aux crimes racistes et sécuritaires !
Samedi 3 Décembre 2016 à Lyon

Le 19 juillet 2016, le jour de son 24e anniversaire, Adama Traoré est tué par les gendarmes de la ville de Beaumont-sur-Oise. Ce crime raciste et sécuritaire dont a été victime Adama s’ajoute malheureusement aux nombreux crimes commis par les forces de l’ordre en France.




Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME

Discussion Dans le cadre du festival hip hop underground : "Que veut dire race aujourd’hui ?"

Vendredi 18 novembre 2016 à 17h au Remue-méninges
Le Centre d’études postcoloniales vous propose une discussion autour de son premier bulletin : "Que veut dire race aujourd’hui ?"
Entre les propos de Nadine Morano qui affirme que "la France est un pays de race blanche", le gouvernement qui voit les organisations anti-racistes montées par les personnes concernées comme une menace pour les "valeurs de la république", il est difficile aujourd’hui de savoir de quoi on parle quand on parle de race.
Ce débat a pour but de laisser s’exprimer différents points de vue dans une perspective postcoloniale et pour développer de nouvelles formes d’actions et d’outils contre le racisme structurel.




International   DISCRIMINATIONS - RACISME / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Soutien urgent aux migrant-e-s de La Roya

Communiqué urgent sur l’occupation par des migrant.es et des solidaires d’un centre de vacances désaffecté de la SNCF à Saint-Dalmas-de Tende, Vallée de la Roya.




Opinions   DISCRIMINATIONS - RACISME

Utiliser le mot "race" ?

Une polémique a récemment agité le milieu libertaire français concernant l’utilisation des termes race, racialisation, racisés, etc, certains dénonçant une essentialisation du débat sur le racisme, essentialisation qui relèverait elle-même du racisme. Selon ce point de vue, reprendre ces termes serait contribuer à propager la grille de lecture raciste.




Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Lettre ouverte à l’ASSE contre la venue à Saint-Etienne du club raciste Beitar Jerusalem

Rassemblement jeudi 25 août 2016 à 17h place jean Jaurès pour protester contre le venue de l’équipe de foot Beitar Jerusalem à Saint-Etienne et distribuer de l’information.
Voici le texte rédigé par le comité Boycott Désinvestissement Sanction 42, qui éclaire les raisons de cette protestation.




National   DISCRIMINATIONS - RACISME / REPRESSION - PRISON

Une bande dessinée sur la mort d’Adama : "Un banlieusard parmi d’autres..."

Emmaclit (que vous connaissez peut être pour sa vision politique du clitoris en BD) couvre aussi l’actualité, avec cette planche qui clarifie le déroulement des événements qui ont conduit à la mort d’Adama le jour de ses 24 ans à Beaumont sur Oise.




Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / GENRES - FEMINISME

Mixités/choisi-es/ton camp !

Nous sommes des femmes qui participons à un groupe d’autodéfense féministe autogéré à Saint Étienne. Ce groupe fonctionne en mixité choisie avec les différences d’identités/d’appartenances de ses participantes et rassemble des femmes hétéras, lesbiennes, trans, blanches, racisées**, issues de l’immigration post-coloniale ou des colonies actuelles, en prise avec la psychiatrie ou d’autres institutions normalisatrices... Nous avons conscience des différents types de dominations diffus dans la société et cherchons, grâce à ce groupe entre autres, à trouver les moyens de s’en défendre afin de prendre notre entière place. Nous gardons à l’esprit les potentialités d’être confrontées à des situations où la domination s’exerce, tour à tour, par nous et sur nous ; aussi, nous sommes humblement mais constamment au travail sur ces questions.




0 | 10 | 20 | 30 | 40

A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
[Brochure - Zine] À l’intersection avec l’A45 #1  

Sortie il y a quelques jours, et diffusé notamment durant la marche voici intersection n°1, cette brochure compile plusieurs textes contre l’A45 :
- 1001 raisons de marcher pour que ça ne marche pas
- Le soleil à l’ombre de l’A45
- Contre l’A45 et la nouvelle prison, refusons les projets d’un monde plein de barreaux !
- Contre l’extension de la carrière de St Julien, mais pas seulement
- A45 qui fait quoi ?


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Rock against police, feuilleton radiophonique sur le 89.5  

Chaque lundi, à 12h et 19h, retrouve les six docus "Rock Against Police" sur le 89.5 : des lascars s’organisent ! : à la fin des années 70, dans un contexte de crise économique et de chômage, les expulsions de jeunes immigrés et les meurtres en banlieue, qu’ils soient commis par des flics ou des beaufs, se multiplient. Un réseau informel se constitue pour réagir en organisant une série de concerts Rock Against Police au beau milieu des cités. De 1980 à 1983, l’initiative fait tâche d’huile. Plusieurs concerts sont organisés en région parisienne, puis dans le reste de la France.


MOBILISATIONS - LUTTES
Marche contre l’A45 : le récit jour par jour  

Du 27 juin au 4 juillet, nous avons marché contre l’A45 de Saint-Étienne à Lyon. Avec lenteur et détermination, à la rencontre des habitant-es concerné-es par le tracé, en croisant les vécus, les ressentis et les avis sur ce projet. En passant par le grand rassemblement des opposant-es à St Maurice sur Dargoire, qui fut un succès. Nous avons marché aussi pour apporter notre voix, une des voix qui s’élèvent contre cette autoroute et son monde. Cette marche porte en germes notre résistance commune, qui fleurira à l’avenir. On ne lâchera rien !


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Faîtes du libre  

Des concerts, des ateliers pour apprendre et bricoler ensemble, du codage à la portée de chacune, des médias qui racontent des trucs qu’on n’entendra pas ailleurs, des échanges sur l’autonomie, des lieux et des collectifs qui se rencontrent...
Du 5 au 9 juillet à Sainté
Tout le programme est prix libre


REPRESSION - PRISON
Emission Papillon du jeudi 15 juin 2017  

- Présentation du livre Ca ne valait pas la peine mais ça valait le coup, 26 lettres contre la prison par Hafed Benotman (édition du Bout de la Ville), co-fondateur de l’Envolée, disparut en 2015.
- Présentation de l’Envolée n°46
- Compte rendu du procès en appel de Romain, pour la mutinerie de Valence


REPRESSION - PRISON
Comment se renforcer face à la police et à la justice ?  

Suite à un premier rendez vous en mai, voici un deuxième moment de discussion et d’échanges. Lors de mouvements de contestations, au cours de luttes auxquelles nous pouvons participer, ou dans notre vie de tous les jours, nous pouvons être confronté-es aux flics, et à la justice.
Mardi 20 juin 2017 de 19h00 à 21h30
Rdv sur le quai de la gare du clapier


CONSOMMATION - GLOBALISATION
Banalités de base n°1  

Une première série de 100 aphorismes dialoguant avec des images afin d’établir une critique de l’Empire-marchand et un certain rapport au monde


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Tournée sur la situation au Vénézuela, en soutien au portail Contrapoder, La Libertaria et Indymedia Venezuela.  

Une tournée en France, de juin à septembre, pour présenter des vidéos et débats sur l’Arco Minero del Orinoco du Vénézuela (plan de minerie gouvernemental), et collecter des fonds pour acheter un serveur et un vieux ciné dans les Andes Vénézuelienne pour créer l’ Ateneo Museo Autonomo “La Libertaria”.
En recherche de dates


GENRES - FEMINISME
Soutenons le Festival afroféministe NYANSAPO !  

Soutenons la tenue du festival NYANSAPO, festival afroféministe militant à l’échelle européenne, du 28 au 30 juillet 2017 à Paris. C’est le collectif Mwasi qui organise et accueille cette première édition. C’est sans compter sur les tentatives de sabotage du festival, taxé de "communautariste" puisque proposant des espaces non-mixtes.


REPRESSION - PRISON
Ils sont en train de tuer Fabrice Boromée  

L’administration pénitentiaire veut éliminer Fabrice Boromée alors qu’il ne fait que demander un transfert en Guadeloupe pour être rapproché des siens.
Comme plus de 500 prisonniers originaires des DOM-TOM, Fabrice Boromée purge une peine en métropole, loin de ses proches. Il réclame son transfert en Guadeloupe depuis 2011.


MOBILISATIONS - LUTTES
Interdit(e)s de manif, unissons-nous !  

Ici nous voudrions attirer l’attention sur les interdictions de manifester, et comment y résister. Apparues dans ce mouvement à la mi-mai (à Paris pour onze personnes, à Nantes pour huit personnes et à Rennes pour une personne) les interdictions de manif sont, en réalité, des interdictions de séjour sur une zone donnée pendant une période donnée. En clair, on interdit de se rendre sur le parcours d’une manif le jour où elle a lieu.