Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME

Rencontre avec Houria Bouteldja


| |

Cet événement est l’occasion de venir à la rencontre de la militante controversée et de lui permettre de s’exprimer sur le contenu de son livre. Un seul prérequis : lire son dernier livre « les blancs, les juifs et nous - vers une politique de l’amour révolutionnaire » afin de dépasser les préjugés et d’instaurer les conditions d’un échange constructif.
La discussion se poursuivra avec Youssef Boussoumah, autre membre du PIR.
Dimanche 2 avril 2017 à 15H00 dans la salle Le Clapier (ancienne gare).


Initiatrice et porte parole du PIR (Parti des Indigènes de la République), militante infatigable, Houria Bouteldja s’attelle à dénoncer le sort réservé aux descendant-e-s de l’immigration post-coloniale. C’est du point de vue de l’indigène qu’elle se positionne sur plusieurs fronts : celui du féminisme, en défendant le courant dé-colonial, contre l’islamophobie et le racisme en dénonçant l’hégémonie et la domination historique de la "race blanche". C’est l’énonciation de ce terme qui a servi de prétexte à la dénonciation de son supposée racisme anti-blanc. Ce n’est pas faute d’avoir martelé que "la race est le nœud qui lie le pouvoir d’État au grand capital"

Elle précise d’ailleurs, en préambule de son dernier livre : "Les catégories que j’utilise : Blancs, Juifs, Femmes indigènes et indigènes sont sociales et politiques. Elles sont des produits de l’histoire moderne au même titre qu’ouvriers ou femmes. Elles n’informent aucunement sur la subjectivité ou un quelconque déterminisme biologique des individus mais sur leur condition et leur statut."
Femme, militante, musulmane, indigène à l’analyse juste et au discours subversif : ce qu’elle est ne dérange-t-il pas plus que ce qu’elle dit ? La question mérite d’être posée tant son appel à "l’amour révolutionnaire" reste inaudible.

La discussion se poursuivra avec Youssef Boussoumah.
Militant de la cause palestinienne depuis le début des années 80, il participe à l’organisation en 1998 de la campagne pour le droit au retour des Palestiniens et, en 2001, à la fondation des Missions Civiles Internationales Pour la Protection du Peuple Palestinien. Il est aussi membre fondateur du MIR puis du PIR.

Dimanche 2 avril 2017 - 15H00
Le Clapier
2 Boulevard Pierre Mendès France,
42000 Saint-Étienne

Pour aller plus loin :

Le site du PIR (Parti des Indigènes de la République)

On vous a tant aimé·e·s ! Entretien avec Houria Boutelja, initiatrice du Mouvement des Indigènes de la République. Par Christelle Hamel et Christine Delphy, en 2005.

Jeune Afrique s’entretient avec Houria Bouteldja : « Pour nous la question raciale est sociale »


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 réaction

  • Le petit livre d’HB « Les Blancs, les juifs et nous, pour un amour révolutionnaire » sorti au printemps 2016 a provoqué beaucoup de polémiques et peu de discussions.

    Une partie des polémiques paraît relever des difficultés trop connues et sans cesse répétées des réseaux politiques (parisiens mais aussi au-delà) à discuter tranquillement de désaccords et de stratégies politiques différentes sans s’autodétruire ou tenter de le faire. Polémiques politiciennes.
    Une autre partie des polémiques vient probablement d’une certaine image attachée à HB et au PIR dont elle est la porte-parole, une image sans pitié : sans lire les textes, sans écouter précisément ce qu’elle cherche à dire, finalement sans prendre le temps de réellement considérer les propositions politiques, le couperet tombe et elle se retrouve qualifiée d’essentialiste, d’homophobe antiféministe, d’antisémite, presque de fasciste, HB devient l’ennemi politique à abattre, une personne infréquentable politiquement. Polémiques sans pitié.
    Une dernière partie des polémiques semble venir de pensées et pratiques de l’émancipation toutes prêtes, sûres d’elles, prêtes à penser, qui par universalité, par privilège, par manque de reconnaissance, par supériorité ou par flemme rejoignent les conservatismes en refusant de remettre en cause leurs ordres émancipateurs établis et en considérant que toutes nouvelles propositions politiques sont fatigantes, communautaires, trop situées, pas issus du terrain, pas assez ou trop radicales. Polémiques tranchées.

    Les polémiques politiciennes, sans pitié et tranchées finalement se recoupent souvent pour le pire et contre le PIR parce qu’à différents niveaux elles empêchent de discuter, de réfléchir et de considérer ce qui n’est qu’une proposition politique, c’est-à-dire un texte qui n’a pas la prétention d’avoir tout compris et de détenir la vérité, mais un texte comme d’autres qui nous invite à réfléchir, à agir, à nous positionner sur une question qui devient vitale dans le cadre national de la France, et au delà, celle des antiracismes politiques.
    Ici l’invitation est de relever la provocation d’Houria Bouteldja. « Provoquer » étymologiquement c’est « appeler dehors », « faire venir », « faire naître quelque chose ».

    Une invitation à la lire, l’écouter et discuter, pas pour avoir raison, mais pour le potentiel à converser, diverger et converger, pour faire le point sur ce qui nous plaît et nous déplaît, s’embrouiller, se débrouiller, voir où l’on est situé pourquoi et comment, se donner de l’air et prendre la place.

    Pour qui vit dans ce pays, il serait juste malhonnête et inconscient de nier que certain-es rentrent plus dans le cadre de « l’identité nationale » que d’autres, depuis longtemps et, que cela est de plus en plus affirmé et médiatisé ces vingt dernières années. Ici, on sait très bien où l’on est situé, on le vit, simplement « l’égalité » dans laquelle on a grandi « nous » empêche de trouver les mots pour dire ces « nous » et ces « vous », de dire les racismes et donc les « races » qu’ils impliquent, qu’ils re/construisent et qui les renforcent. HB, d’autres avant (je pense là particulièrement au groupe du 6 novembre à la fin des années 90) et certainement d’autres à venir, m’ont remise en place : la société française me fait blanche, je ne suis pas innocente (p. 38), cela ne servira à rien de se sentir coupable, mais il importe d’être responsable. J’essaye.

    Lorsque je lis le livre d’HB, les catégories raciales m’interpellent : blancs, juifs, indigènes. Ces catégories me dérangent, pas parce qu’HB les mobilise mais parce qu’elles jouent dans ce pays et au delà comme indicateurs de classifications sociales. Elles valident des dominations sociales, elles font système, elles se croisent avec le sexe/genre (« femmes indigènes »), les classes sociales, les lieux de vie (quartiers, pays) et elles déterminent des positions sociales et donc des vies avec leurs possibles et leurs limites. Ces catégories (et leurs nuances, toute catégorie sociale est rhétorique, les réalités sont souvent plus nuancées et complexes que les mots pour les dire) ont une histoire, un présent. HB nous invite dans son texte à prendre une place active pour décider de leur futur, donc faire leurs histoires et accepter de regarder en face leurs actualités.

    Je comprends le texte d’HB comme un pamphlet, c’est-à-dire un texte acharné et déterminé pour dénoncer les différentes formes du pouvoir blanc dans les cadres trans/nationaux. Si ses mots sont durs et intransigeants c’est à la hauteur de la violence de ce pouvoir et de la nécessaire remise en question de ses hiérarchies.

    J’apprécie qu’HB requestionne les normes de la civilité pas complètement inintéressantes, mais définies par des penseurs européens dans le mépris des femmes et du « reste » du monde (L’ouest et le reste, Stuart Hall). J’aime la critique radicale qu’HB fait de la modernité occidentale toujours imposée à l’heure actuelle comme le seul modèle de développement convenable dans la négation complète de tous les crimes qui ont été faits en son nom : esclavages, colonisations, exploitations humaines et environnementales, chasses aux sorcières, imposition globale d’une gouvernance néolibérale.

    Je comprends bien qu’HB, d’autres le font aussi (Eyal Sivan, Joseph Massad) nous incite à voir le passé dramatique d’une partie des Juifs et la situation en Israël-Palestine comme des prolongements de l’histoire européenne. Là encore, elle montre bien une pirouette du pouvoir blanc déjà mise en pratique dans l’Algérie coloniale : catégoriser (juifs/musulmans sont des catégories de population autant que des religions dans l’empire colonial français, Kamel Kateb) et dresser les catégories les unes contre les autres (accord de Crémieux, 1870). Il me semble qu’avec la dénonciation du sionisme, une critique de l’État-nation pourrait être encore prolongée surtout en prenant en compte l’actualité meurtrière de la méditerranée, du vieux continent et de ses frontières (gérée par Frontex, cyniquement appelée « la crise des réfugié-es » et honteusement confiée à des pays extérieurs à l’Union européenne : Libye, Maroc, Turquie...).

    Je suis reconnaissante à HB d’inclure la question des rapports hommes-femmes et celle des minorités sexuelles dans sa pensée critique et politique (elle cite même un pédé, Jean Genet). Rares sont les textes politiques même critiques, qui pensent réellement que sur terre la moitié des hommes sont des femmes. Je trouve important de souligner que certains féminismes et les questions de sexualité sont mises au service des hommes blancs. J’entends les critiques, je les prends en compte. Pourtant, mes habitudes de gouine anarcha-féministe continuent à me faire penser et vivre qu’il est important que mon corps m’appartienne et ne soit pas aliéné à ma nation, à ma famille ou à ma religion. Je pense encore qu’il n’y a qu’un patriarcat même s’il prend plusieurs formes, et cela HB le montre bien. Je me bats aussi pour que les questions de sexualité ne soient pas lues que comme des choix persos néolibéraux homo-hétéro, mais comme des régimes politiques complexes de distances et de proximités traversés par la race, la classe, l’âge... qui me ressemble, avec qui je m’assemble.

    Finalement, HB donne une chance de repenser le dicton stupide et dangereux « qui se ressemble s’assemble ». Je relis le texte, je tique sur « l’amour révolutionnaire » je trouve pas ça trop clair, ça me rappelle un peu trop des avant-gardes virilistes, sûres d’elles, qui auraient tout compris. Je préférerais des affinités bien négociées, et, merci, le livre permet bien d’y penser.


Dans la même thématique...

Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Soirée de soutien Aux semaines anticoloniales et anti racistes

Du 14 au 16 septembre, tout·es à St Julien Molin Molette pour un WE DE FOLIE ! avec concerts de Soutien aux Semaines Anticoloniales et Antiracistes, Labo-fiction - Inventer des futurs désirables ...


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

8-9 août : collecte de nourriture en soutien aux exilé.e.s de la vallée de la Roya

Encore beaucoup d’arrivant.e.s dans la vallée de la Roya cet été, il y a un grand besoin d’aide sur place et de ravitaillement de nourriture ! Une collecte aura donc lieu à Saint-Etienne afin de ravitailler les cantines solidaires de la vallée.
#délitdesolidarité #collombenpls


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Concert de RAP, reggae et Afro trap en soutien aux migrants

Ce samedi 7 Avril à partir de 21h, le collectif Nuances organise un concert de soutien à la maison occupée du 35 rue Paul Bert.


National   DISCRIMINATIONS - RACISME / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Semaines anticoloniales et antiracistes Annonay/Saint Julien Molin MOlette

Les Semaines anticoloniales et antiracistes d’Annonay et St Julien Molin Molette se terminent ce samedi, le 31 mars, avec une journée bien remplie. avec une table ronde « Racisme et Colonialisme », un atelier « Que veut dire race aujourd’hui ? », et un Concert Rap avec K’s Khaldi LaMâDaMe et Original Laeti.


Saint-Étienne et alentours La Gueule Noire   DISCRIMINATIONS - RACISME / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

karaoké so frenetic en soutien à Kamelote

le Samedi 17 Mars à 20h, soirée de soutien pour lancer le projet Kamelote. Les Marseillais·es de Sing or Die, karaoké so frenetic aux milliers de morceaux, en tournée internationale, s’arrêtent à la Gueule Noire. Venez Déguisé·es !!!
Kamelote : projet de lieu d’accueil avec une zone de gratuité et une possibilité de divers échanges.


National   DISCRIMINATIONS - RACISME / RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES

Rencontre-débat autour du livre « Mirage Gay à Tel Aviv »

Tournée nationale de de Jean Stern, auteur du livre. À saint-étienne, il sera au remue méninge le vendredi 2 mars à 20h. Invité par BDS Saint-Etienne et les démineurs.


A Lire ailleurs   DISCRIMINATIONS - RACISME / EXPLOITATION ANIMALE

Diffusion de stickers anti-spécistes

Histoire de faire parler de cette lutte souvent peu visible, histoire de porter une critique de l’exploitation animale qui est issue de nos combats contre toutes formes de domination et des luttes sociales pour l’émancipation collective et pour un monde égalitaire : diffusion de stickers antispécistes à photocopier, faire passer et coller.


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Ouvrir la voix - Amandine Gay

Le Babet, Démineurs et Les Héroïnes s’associent pour vous proposer la projection du film documentaire d’Amandine Gay, Ouvrir la voix - Dimanche 5 novembre 2017 à 15h30 au cinéma Le Méliès St-François, suivi d’un débat en présence de la réalisatrice et ainsi s’interroger tous ensemble sur « le privilège de l’innocence de sa couleur de peau ».


A Lire ailleurs   DISCRIMINATIONS - RACISME

Le modèle AmériKKKa

Le traitement par la presse de la manifestation de Charlottesville et la manière dont les agitateurs de droite en font le récit sont un bel exemple de la bascule idéologique à droite de « l’Occident ».
Dans la presse mainstream personne ne s’émeut de voir des gens habillés comme des nazis et revendiquer la supériorité « d’une race » dans les rues des USA.
Lire la suite sur Quartiers libres


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / GENRE - FEMINISME

Rassemblement de soutien aux LGBTI Tchétchènes

Pendant que des hommes homosexuels tchétchènes se font arrêter, torturer et tuer, nos représentant-es, français-es et européen-nes ne font rien.
RDV samedi 22 avril 2017 à 18h, place de l’Hôtel de ville.


A la une...

CONSOMMATION - GLOBALISATION
Conditionnement toxique  

Nous oublions trop souvent que nos points de vue varient selon les situations, notre histoire et notre culture. Si notre mode de vie influe sur nos perceptions, voir d’une certaine façon crée sa propre réalité. Nous survivons sous influence d’un système qui formate nos conditions d’existences.


REPRESSION - PRISON
Projection du film « Faites sortir l’accusé, histoire d’un prisonnier longue peine »  

Projection du film « faites sortir l’accusé » de PeG, en présence du réalisateur au Méliès Saint-François, lundi 1er octobre. Une histoire d’amour et d’amitiés qui dévoile une partie de l’implacable machine judiciaire. Une plongée anti-spectaculaire dans le temps infini des longues peines.


MOBILISATIONS - LUTTES
Loi Travail : la répression continue  

Si la Loi Travail a été adoptée à l’été 2016, la répression envers les personnes ayant participé aux protestations contre le texte au printemps continue en revanche à être d’actualité. Jeudi 13 septembre 2018, huit personnes sont convoquées au Tribunal de grande instance de Saint-Étienne (leur avocate va demander un report). On y revient avec des articles du Couac.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Le 22 septembre, toutes et tous à la Talaudière !  

Rassemblement contre l’A45 et son monde à La Talaudière le 22 septembre 2018.
La bataille contre l’autoroute A45, cette deuxième autoroute entre Brignais (Rhône) et La Fouillouse (Loire), payante et parallèle à l’autoroute existante, n’est pas finie : à nous d’obtenir son abandon définitif.


MOBILISATIONS - LUTTES
Pub Belle la Ville ?  

Mercredi 5 septembre, place de l’hôtel de ville à Saint-Étienne, un panneau publicitaire a retrouvé sa fonction d’affichage public. Le message commercial d’une agence d’assurances est en partie recouvert d’une affiche appelant à donner de la place à la culture plutôt qu’à la publicité.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
[Cluny] Salon des éditions libertaires  

Salon du livre liber­taire les samedi 29 et diman­che 30 ­sep­tem­bre 2018 à la salle des Griottons à Cluny.


MEMOIRE
Une Mine autogérée à Saint-Étienne... en 1891 !  

Inaugurée en 1891, la Mine aux mineurs de Monthieu dura jusqu’en 1908. Elle eut une vie agitée, secouée par de nombreux procès, et même une grève ! Et pourtant elle réussit à faire vivre, pendant plus de dix ans, entre 70 et 100 mineurs. Cette expérience, avec son histoire mouvementée et contrastée, peut être utile aujourd’hui encore, comme elle le fut à la fin du XIXe siècle.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Camping itinérant PASSAMONTAGNA Du 19 au 23 septembre 2018  

Cinq jours pour partager des réflexions, expériences et pratiques de lutte contre les frontières et les États qui les ont créées.
Le dispositif frontalier est beaucoup plus qu’une ligne imaginaire. C’est un système de contrôle qui sélectionne et divise, qui s’ouvre et se ferme selon les nécessités économiques et politiques.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Chère, très chère école privée !  

Lors du conseil municipal de juin 2017, alors qu’était abordé le budget de Saint-Étienne, un chiffre avait retenu mon attention : sur les millions d’euros de dépenses de fonctionnement dans le domaine de l’éducation — dont une grande partie est dévolue aux écoles primaires et maternelles — pas moins de 2 millions étaient dévolues aux écoles privées de la commune, soit 25 % du budget tout de même. Je décidais de me pencher sur ce qui me semblait alors être un mystère.


LOGEMENT - SQUAT
Squats et Loi Elan, une mise au point  

Petite mise au point sur la Loi Elan qui nous pend au nez.
Elle entraine de multiples modifications dégueulasses sur la question du logement dont une sur les squats.