Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME
Lettre à la mairie

Traitement des roms à ST-Etienne, 1 degré de plus dans l’infâme

Rendez-vous ce soir 19h30 place Jean Jaurès à "Nuit debout" pour envisager les suites.


Saint-Étienne, le 22 avril 2016

Monsieur le Maire,
Mesdames et Messieurs les adjoints,
Mesdames et Messieurs les conseillers Municipaux,

Hier matin à 6h, nous étions une petite dizaine de militants au fin fond du parc du puits Couriot sous un pont du chemin de fer où, sous des abris de fortune, étaient installées deux familles ROMS mises à la rue par les services de l’état depuis le 4 avril suite à la fermeture du gymnase réquisitionné par le Préfet dans le cadre du plan hiver. En effet, vos policiers accompagnés semble-t-il des services de l’état avaient la veille rendu visite à ces deux familles les menaçant de mettre les pères en garde à vue, de confisquer leur matériel s’ils ne décampaient pas au plus vite.

Un coup de poignard de plus à ces familles qui sont les seules à ne pas avoir été relogées à la fermeture du gymnase à croire que lorsqu’on est rom on n’appartient plus à l’espèce humaine. Les militants qui soutiennent ces familles ont passé la journée à chercher d’autres solutions d’hébergement en vain. L’annonce de vos policiers les a en effet paniqués c’est pour cette raison que nous étions auprès d’eux hier matin, ils avaient peur d’une descente de police, les enfants avaient peur que leurs pères aillent en prison, les mères de se retrouver seules avec leurs enfants. Je vous rappelle, Monsieur le Maire, que c’est à ces mêmes familles que vos services ont refusé l’attestation de domiciliation les privant ainsi des derniers maigres droits auxquels ils pouvaient prétendre.

La somme de toutes ces injustices ne suffit pas. Hier, en effet vos services ont confisqué tout le matériel des familles. Et pourtant, comme tous les matins, ils avaient déplanté les tentes et rangé tout leur matériel au fin fond du parc à l’abri d’une cache dans le mur de soutènement de la voie ferrée. Poucettes, tentes, matelas mais aussi vêtements de rechange, les quelques jeux qu’avaient les enfants, leurs cartables et oui tant bien que mal les enfants vont à l’école. J’aurais aimé votre présence, mesdames et messieurs les élus municipaux, quand avec les pères j’ai annoncé la nouvelle de votre larcin car je vous considère tous coupables même si le commanditaire est M Liogier, l’adjoint à la sécurité que je renommerai plutôt l’adjoint à la mise en danger d’autrui. 10 fois, 100 fois les enfants sont venus me demander si vous aviez pris aussi les jeux, leurs cartables, leurs vêtements de rechange… Non ils n’ont pas pleuré, ils étaient en colère ce qui les fâchait le plus c’est de ne pas avoir leur matériel pour la reprise des classes. Peut-être que l’école reste le seul lieu où ils sont considérés à égalité avec leurs petits camarades…

Hier soir sans plus aucun effet pour dormir, nous avons appelé tout le monde, de l’église au préfet en passant par le 115 mais personne n’a pu nous proposer de solution. Quant à vos services impossible de joindre l’adjoint d’astreinte…

Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les adjoints, Mesdames et Messieurs les conseillers municipaux, ce qu’a fait la mairie de Saint-Etienne hier soir est lâche et immonde. Vous êtes tous responsables. Je vous laisse avec votre conscience mais moi à votre place je ne pourrais plus me regarder dans une glace. Je me demande aussi ce que vous allez dire à vos enfants. Est-ce que vous qui nous faites des fois des leçons de civisme vous allez leur expliquer que les roms sont une espèce à part n’appartenant pas à la grande famille des hommes. Dormez bien au chaud et j’ai bien peur que vous allez dormir tranquille. Pour ma part, il est trois heures du matin et je vous écris car j’ai eu un sommeil un peu agité cette nuit bien qu’avec mes camarades on ait trouvé un abri de fortune pour ces deux familles.

J’espère que les stéphanois, de quelques bords qu’ils soient mesureront l’ignominie de cette municipalité et ne renouvelleront plus, à tout jamais, leur confiance, il n’est pas acceptable de traiter des êtres humains de cette manière.

YVES SCANU
Militant associatif

PS : copie à la presse locale et nationale, au préfet, au défenseur des droits, à la DDCS….


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 réaction

  • je lis cette lettre, je remercie Yves Scanu et tous ceux qui sont présents auprès de ces familles.
    je me sens bien impuissante face à ces détresses, et je suis abasourdie par les choix politiques qui tournent résolument le dos au partage, à la solidarité, à l’humanité.
    non, il n’est pas acceptable de traiter les roms ainsi, il n’est pas acceptable de traiter les réfugiés ainsi, il n’est pas acceptable d’entendre le nombre de gens qui périssent en mer , et que nous refusons d’accueillir.
    je remercie ceux qui ont le courage et la détermination d’être aux côtés des personnes en détresse.


Dans la même thématique...

Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Ouvrir la voix - Amandine Gay

Le Babet, Démineurs et Les Héroïnes s’associent pour vous proposer la projection du film documentaire d’Amandine Gay, Ouvrir la voix - Dimanche 5 novembre 2017 à 15h30 au cinéma Le Méliès St-François, suivi d’un débat en présence de la réalisatrice et ainsi s’interroger tous ensemble sur "le privilège de l’innocence de sa couleur de peau".




A Lire ailleurs   DISCRIMINATIONS - RACISME

Le modèle AmériKKKa

Le traitement par la presse de la manifestation de Charlottesville et la manière dont les agitateurs de droite en font le récit sont un bel exemple de la bascule idéologique à droite de "l’Occident".
Dans la presse mainstream personne ne s’émeut de voir des gens habillés comme des nazis et revendiquer la supériorité "d’une race" dans les rues des USA.
Lire la suite sur Quartiers libres




Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / GENRES - FEMINISME

Rassemblement de soutien aux LGBTI Tchétchènes

Pendant que des hommes homosexuels tchétchènes se font arrêter, torturer et tuer, nos représentant-es, français-es et européen-nes ne font rien.
RDV samedi 22 avril 2017 à 18h, place de l’Hôtel de ville.




Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MOBILISATIONS - LUTTES

On est toujours là !

Il y a bientôt deux ans, les 18 et 19 avril 2015, l’amicale laïque de Beaulieu accueillait les "Cinquièmes rencontres nationales des luttes des immigrations". Ces journées étaient organisées par la section locale du Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires, jeune organisation fédérant de nombreux collectifs à travers toute la france. À l’approche de l’anniversaire de cet événement, les éditions Tahin Party nous font le plaisir de publier la retranscription des interventions et échanges passionnants qui avaient eu lieu à cette date.




National   DISCRIMINATIONS - RACISME / GENRES - FEMINISME

2ème numéro de la revue Assiégées

Revue décoloniale, nous poursuivons notre ambition de mettre au centre de la revue les racisé·e·s sous le joug du patriarcat, tout en nous inscrivant dans la lutte contre le capitalisme. Après un premier numéro autour de l’étau, la question qui traverse ce second numéro est celle de la lutte.




Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME

Rencontre avec Houria Bouteldja

Dimanche 2 avril 2017 à 15H00 dans la salle Le Clapier (ancienne gare).
Elle vient nous parler de son livre "Les Blancs, les Juifs et Nous – Vers une politique de l’amour révolutionnaire", paru aux éditions La Fabrique en mars 2016. La discussion se poursuivra avec Youssef Boussoumah, autre membre du PIR (Parti des Indigènes de la République).




National   DISCRIMINATIONS - RACISME / MOBILISATIONS - LUTTES

Meeting pour Adama Traoré

Stop aux crimes racistes et sécuritaires !
Samedi 3 Décembre 2016 à Lyon

Le 19 juillet 2016, le jour de son 24e anniversaire, Adama Traoré est tué par les gendarmes de la ville de Beaumont-sur-Oise. Ce crime raciste et sécuritaire dont a été victime Adama s’ajoute malheureusement aux nombreux crimes commis par les forces de l’ordre en France.




Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME

Discussion Dans le cadre du festival hip hop underground : "Que veut dire race aujourd’hui ?"

Vendredi 18 novembre 2016 à 17h au Remue-méninges
Le Centre d’études postcoloniales vous propose une discussion autour de son premier bulletin : "Que veut dire race aujourd’hui ?"
Entre les propos de Nadine Morano qui affirme que "la France est un pays de race blanche", le gouvernement qui voit les organisations anti-racistes montées par les personnes concernées comme une menace pour les "valeurs de la république", il est difficile aujourd’hui de savoir de quoi on parle quand on parle de race.
Ce débat a pour but de laisser s’exprimer différents points de vue dans une perspective postcoloniale et pour développer de nouvelles formes d’actions et d’outils contre le racisme structurel.




International   DISCRIMINATIONS - RACISME / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Soutien urgent aux migrant-e-s de La Roya

Communiqué urgent sur l’occupation par des migrant.es et des solidaires d’un centre de vacances désaffecté de la SNCF à Saint-Dalmas-de Tende, Vallée de la Roya.




Opinions   DISCRIMINATIONS - RACISME

Utiliser le mot "race" ?

Une polémique a récemment agité le milieu libertaire français concernant l’utilisation des termes race, racialisation, racisés, etc, certains dénonçant une essentialisation du débat sur le racisme, essentialisation qui relèverait elle-même du racisme. Selon ce point de vue, reprendre ces termes serait contribuer à propager la grille de lecture raciste.




0 | 10 | 20 | 30 | 40

A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
[CNT 42] Jeudi 16 novembre 2017 lois Macron, loi des patrons… collectivement, faisons reculer le gouvernement et le patronnat  

Journée nationale interprofessionnelle et intersyndicale de grève et de manifestations :
- ST ETIENNE : 10H30 Place Jules Ferry (Statue de la Liberté en dessous de Centre 2)
- ROANNE : 10H30 Université Avenue de Paris


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Le remue-méninges fête ses 10 ans !  

Pour fêter ses 10 ans, le remue-méninges vous propose, du 16 au 19 novembre, des concerts, un brunch musical, une scène ouverte, des ateliers déco ... et pourquoi pas un goûter d’anniversaire ?


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
[Agir Ensemble 42] Alors, il ne nous resterait plus qu’à regarder "crever" nos semblables dans la rue  

Nous sommes le premier novembre 2017 en France à Saint-Étienne, premier jour de la trêve hivernale. Des familles et leurs enfants dorment et vivent dans la rue dans une indifférence outrageante. Elles sont arrivées ici en 2011. Nous avons créé un collectif "agir ensemble" pour leur venir en soutien.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Le paradis de l’enfer : récit d’un migrant à Saint-Étienne  

Dominique a une trentaine d’années, il vient du Cameroun. Il est venu vers Couac pour partager son expérience, parler de la vie qu’il mène et faire connaître sa situation, son regard en tant qu’immigrant vivant à Saint-Étienne. Après une première rencontre, nous nous sommes revus plusieurs fois.


CONSOMMATION - GLOBALISATION
[GLYPHOSATE] Crime contre l’humain et tout le vivant  

Les dangers du glyphosate et de ses co-formulants associés ne sont plus à démontrer devant la réalité des atteintes à la santé des populations (en Amérique latine notamment mais aussi en Europe chez les agriculteurs et les animaux d’élevage). Des études indépendantes apportent elles aussi des arguments scientifiques sur les conséquences de ces molécules sur la santé. A cela s’ajoutent maintenant le scandale de la manipulation des agences européennes par la firme Monsanto et ses expertises truquées. Les décideurs ne peuvent plus faire semblant de les ignorer.


GENRES - FEMINISME
Féministes, au travail !  

Tract diffusé lors de la manif du 19/10 à Saint-Etienne
Aujourd’hui, en 2017, à compétences et qualifications égales, les femmes gagnent en moyenne un quart de moins que les hommes. Le système de valeurs patriarcales fait que des métiers, occupés majoritairement par des femmes, tels que le ménage, l’aide à la personne, l’éducation des enfants, et les activités associatives et culturelles (notamment les contrats aidés) ne sont pas reconnus comme des emplois produisant une valeur économique et sociale importante. Les formations à la plupart de ces emplois sont sommaires (les femmes sauraient "naturellement" les faire), les salaires sont bas, les amplitudes horaires de travail trop longues, et très peu de reconnaissance sociale est accordée à ces secteurs pourtant essentiels à notre société...


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Ateliéphémère  

Attention ! Certaines dates ont changé !
L’ateliéphémère est un atelier d’entraide autour de la réparation d’objets divers : informatique, électroménager, jouet, machine à coudre, matériel son et vidéo...
Programme décembre 2017 / janvier 2018


MOBILISATIONS - LUTTES
"Non". S’opposer aux grands projets d’aménagement. Ne pas proposer "d’alternatives".  

Cette brochure est la retranscription d’une discussion autour des sujets suivants : pourquoi et comment s’opposer aux grands projets d’aménagement ? Quelles difficultés rencontrons-nous avec la notion "d’alternatives" ? Pourquoi ne pas en proposer ?
Discussion croisée entre opposant.es à l’A45 (Auvergne-Rhône-Alpes), camarades de l’Amassada (Aveyron), et occupant.es de la forêt de Roybon (Isère).


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
La condition des agriculteurs : rencontres contre la normalisation  

Le 20 mai 2017, un agriculteur qui refusait de se soumettre aux contrôles harcelants de l’administration a été abattu par les gendarmes. A la suite de ce meurtre dégouttant, un collectif s’est monté pour combattre l’hyper-normalisation de nos vies et de celles des agriculteurices en particulier. Des rencontres nationales autour de ce sujet auront lieu les 28 et 29 octobre prochain dans notre région.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
A45, pétition bidon !  

Non content d’étaler partout sa belle pétition, Perdriau cherche à imposer aux personnels des collectivités locales de signer et de soutenir son combat d’arrière-garde...