Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Des gilets jaunes face à la justice... de classe : le juge vitrifie le parquet




Un procès comme ça, c’est le train train quotidien des tribunaux, ni plus ni moins : la Justice est au service de la Police. Et dans la Grande Histoire, le Gilet jaune comme bien d’autres avant lui, avant elle, fait croûter tout la chaîne Police, Justice, prison et... Trésor public.

Voici le récit d’une condamnation qui humilie davantage, qui rendra encore plus dure chaque fin de mois pour un homme et sa famille.


L’accusé, Monsieur B., passe en procès pour "diffamation sur personne dépositaire de l’autorité publique" pour une publication d’une photo du commissaire Gonon (en uniforme), sur la page facebook de La Loire en colère avec notifié du commentaire : « voilà cette pute ». Publication faite après une manifestation GJ le 5 février à Saint-Étienne.

« Tout citoyen qui pense que la police a usé d’une violence injustifiée, il a la possibilité de porter plainte. » (Le juge)

Le juge : « C’est n’importe quoi ! Vous travaillez, vous avez des enfants, vous êtes en concubinage. Y a des peines d’emprisonnement pour ça ! [...] C’est parce que vous approuvez pas leur attitude ? Ça s’était mal passé ? [...] Tout citoyen qui pense que la police a usé d’une violence injustifiée, il a la possibilité de porter plainte. »
Même la police, elle le dit dans une vidéo d’un policier qui insulte une dame qui porte un sac à main : « Allez-y ! Portez plainte ! Allez-y ! Circulez ! » [1]

L’accusé explique que lors de la manifestation du 1er décembre, sa mère de 60 ans a reçu des lacrymos : « Ça m’a brisé le cœur, ça m’a mis en colère, à ce moment-là je ne travaillais pas, c’est une accumulation de choses ».

« Pourquoi mettre ACAB sur votre page ? »

L’assesseur fait passer le Gilet Jaune pour le gros bêta de service : « Quand vous faîtes ça, vous pensez qu’on va pas vous lire ? A qui ça s’adresse alors tout ça ? C’est invisible à celui que vous insultez ? »

L’avocate de la partie civile (Police) est fière de lui apprendre que le compte La Loire en colère est regardé par la police et qu’elle-même est allée consulter sa page pour chercher d’autres éléments. « Pourquoi mettre ACAB sur votre page ? » Elle redonne la définition dans un mauvais anglais : « All corps are bastards », « tous les flics sont des connards ». Elle ajoute : « Sur la page de l’accusé, on peut trouver d’autres photos comme la banderole Que fait la Police ? Ça crève les yeux ! / ACAB / du soutien pour Christophe Dettinger. » Elle geint sur l’honneur bafoué de Monsieur Gonon qui « travaille pour la protection des biens et des personnes ».

Beauseigne M’sieur Gonon ! Il est désormais une vraie victime traumatisée. Quand il quitte son arsenal – l’uniforme, le casque, les gants, les genouillères, la coquille, les chaussures de sécurité, le gilet par balles, le bouclier, la caméra embarquée, le talkie, la matraque, les menottes, les lacrymos, son arme de service et ses petits fourgons – c’est qu’il se sent pas bien ! Son avocate le dit, « il craint pour la sécurité de sa personne et celle de sa famille car on sait que l’accusé fait partie des GJ et on connaît les hostilités de ces personnes à l’égard de la police. »

Elle demande 1€ de dédommagement et 800€ pour les frais d’avocat.

« Si vous avez 60 ans et que vous ne pouvez pas assister à une manifestation, moi je dis, n’y allez pas ! » (Le proc’)

Alors que le juge ose encore affirmer en début d’audience que manifester est un droit protégé par la constitution, le procureur, fortement marqué par l’actualité, pose néanmoins une petite exception : « Si vous avez 60 ans et que vous ne pouvez pas assister à une manifestation, moi je dis, n’y allez pas ! ». Et puis, il n’hésite pas à accabler le Gilet Jaune, le tenant pour responsable des blessures par débris de verre à la pommette d’un adolescent à Roanne : « Combien j’ai été ému par cette autre affaire. Quand on m’a appelé pour un enfant de 14 ans qui a été brûlé au visage et qui se trouvait à l’hôpital. Mais vous êtes responsable aussi. ». Il ne manquait plus qu’il le tienne responsable du tir de flashball dans l’œil du jeune Mohammad, réfugié syrien arrivé indemne en France et éborgné par cette arme de guerre lors d’une manifestation à Saint-Étienne. Mais le monsieur le procureur sait humer la merde... pour instrumentaliser un blessé, culpabiliser l’accusé et discréditer un mouvement populaire.

« Je vous vois tous défiler, repentants, la tête basse, dire que c’est pas vous. » (Le proc’)

Le discrédit c’est son atout. Un brin perfide, le petit proc’ se pense plus futé que le Gilet Jaune dans une subtile distinction : « Parfois la foule trahit le peuple. Monsieur B., vous avez trahi le peuple ce jour-là. » Dans son livre Les Gilets jaunes à la lumière de l’histoire, l’historien Gérard Noiriel nous rappelle que le terme "foule" a été utilisé au tournant du XXe siècle par des théoriciens comme Gustave Le Bon ou Gabriel Tarde pour discréditer les luttes populaires. Rappelons que ces deux auteurs, sources d’inspiration aujourd’hui pour le proc’, ne respiraient pas, à l’époque, la franche camaraderie à l’égard du prolétariat et des gueux.

Monsieur le Procureur à l’assaut du front jaune...

Outre sa prétention à se poser comme fin analyste de la foule, monsieur le procureur est très impliqué dans ses missions : « Je suis ces événements depuis plusieurs week-ends. Autant au commissariat qu’au palais de justice les samedis soirs et les dimanches matins pour faire fonctionner la démocratie et la légalité. Je vois les décisions de juridiction partout en France. » Et d’ajouter un brin dédaigneux : « Je vous vois tous défiler, repentants, la tête basse, dire que c’est pas vous, qu’on ne se reconnaît pas dans ces comportements, dans ces propos. Oh messieurs ! Quand est-ce que vous allez assumer ? J’aimerais que vous soyez courageux ! Que vous disiez que c’est bien vous qui l’avez prononcé, M. B., devant votre ordinateur, chez vous, dans un lieu silencieux. C’est trop facile de se défiler. » Monsieur le Procureur, c’est un courageux bien installé dans l’un des sièsièges de la démocratie et outillé de ses codes de procédures qui ne cessent de grossir et dont l’unique objectif est d’agrandir l’échelle des peines.

... pour brandir l’étendard tricolore

Quand le juge dit « vous n’avez pas le droit de profaner », le procureur donne l’uniforme pour objet. « Sous l’uniforme, il y a un homme. Il fait un métier qu’il aime et qui protège. [...] Souvent on entend cette phrase « Mais que fait la police ? » Quand on est dans la difficulté on l’attend le bleu, le blanc, le rouge. Le bleu : la police ; le blanc : le médecine ; le rouge : les pompiers. [...]. Là c’est pas seulement l’homme mais aussi le bel uniforme qui est diffamé. » Et d’ajouter : « Le message que vous voulez livrer à vos enfants, ce n’est pas celui-ci. » Une remarque de classe, insinuant que le Gilet Jaune est un mauvais père et les mauvais pères, comme les mauvaises mères, c’est bien connu chez les pauvres qu’on les trouve !

Le juge vitrifie le parquet

Homme de paix, monsieur le procureur se targue d’une « réquisition modérée car la loi est faite pour vivre dans une société paisible et respectueuse ». Il requiert la culpabilité et 1000 euros dont 700 avec sursis et 300 de suite. Le juge prononce une peine ferme de 1000€ d’amende

Pour clore, une avocate de la défense qui a pas trop le vezon

La repentance est une chose, l’humiliation et l’approximation en sont d’autres. Et si on ignore tout de la stratégie choisie par l’accusé, la plaidoirie qui suit interroge : « Il assume. Laissons place à la bêtise humaine. Pourquoi chercher des arguments pour aggraver ce qu’il a fait ? C’est suffisamment grave. Il n’est pas là pour son profil facebook mais pour une publication et il reconnaît les faits. Il ne peut pas porter la responsabilité de tout le monde. ACAB veut aussi dire anticapitaliste. Ça vient des mouvements de la loi travail durant lesquels ACAB était réutilisé pour l’anticapitalisme. Et c’est une des revendications des Gilets Jaunes. Il n’a jamais essayé de cacher son profil. Il est venu avec toute sa honte. [...] Notons les remarques violentes de la police : "Si ta fille se fait violer tu irais voir qui ?". ce n’est pas une réponse appropriée. »
Comment un accusé peut relever les épaules et la tête avec une telle défense ? C’est ce qu’on appelle une défense couchée. L’avocat c’est l’accusé qui l’embauche, pas le contraire. [2]

Encore une condamnation lourde pour un Gilet Jaune mais cette fois, non pas dans des contextes de manifestation ou d’action dans la vie réelle mais pour des propos tenus sur internet.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire aussi...

Saint-Étienne et alentours   FLICAGE - SURVEILLANCE / REPRESSION - PRISON

GJ, six mois plus tard : après la répression policière, la répression judiciaire

Interpellés lors de l’acte VIII du mouvement des Gilets Jaunes, deux stéphanois – accusé d’outrages, rébellion et violence sur « agents dépositaires de l’autorité publique » – étaient à la barre du tribunal correctionnel mercredi 12 juin.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Des gilets jaunes face à la justice... de classe : compte-rendu d’audience du 6 mars à Saint-Étienne

« Il faut croire que le mouvement des gilets jaunes aura permis à des délinquants qui s’ignorent de se révéler. » Madame la procureure, mercredi 6 mars, palais de l’injustice de Saint-Étienne.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

#Des gilets jaunes face à la justice... de classe : compte-rendu d’audience du 19 décembre à Saint-Étienne

Mercredi 19 décembre au Tribunal de Grande Instance de Saint-Étienne, trois personnes devaient être jugées en comparution immédiate suite à l’acte V de la manifestation des gilets jaunes du samedi 15 décembre. Seul une personne a finalement été jugée, les deux autres - en attente de jugement - ayant été placées sous contrôle judiciaire. Ce samedi-là, 53 manifestant.e.s avaient été arrêté.e.s, dont 41 gardé.e.s à vue, qui s’ajoutent au compteur ahurissant des interpellations depuis plusieurs semaines, entre mouvement des GJ et mouvement lycéen.


Informations globales   REPRESSION - PRISON

Des gilets jaunes face à la justice... de classe

Un gouvernement qui ne parvient pas à écraser un mouvement de contestation dans l’œuf dispose de plusieurs outils pour le circonscrire et l’étouffer s’il menace de tenir, voire de s’étendre. Au bout de cette chaîne répressive, il y a les tribunaux. Récits de quelques audiences de gilets jaunes et quelques conseils pour mieux faire face à la Justice par l’équipe du journal l’Envolée.



Dans la thématique "REPRESSION - PRISON "

Saint-Étienne et alentours   EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / REPRESSION - PRISON

Permanence du CASSIS

Permanence du CASSIS (Collectif d’Autodéfense et de Solidarité en Soutien aux Inculpé.e.s Stéphanois.e.s) à La Cale, le mardi 29 octobre de 18 à 20h, et tous les derniers mardis de chaque mois.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

[Riom, Puy-de-Dôme] Lettre collective de la Cellule des prisonniers révoltés

Inaugurée en 2016, la prison de Riom (63) dite de « nouvelle génération » selon ses promoteurs, est depuis son ouverture le théâtre de révoltes de la part des prisonniers. Cette lettre écrite par des prisonniers se revendiquant de la « Cellule des Prisonniers Révoltés » dénonce leurs conditions de vie et affirme leur volonté de lutter.


Saint-Étienne et alentours Le Gueuloir   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / REPRESSION - PRISON

Alerta alerta anti-CRA !

Depuis plusieurs mois déjà la lutte contre les CRA s’accroît à l’intérieur comme à l’extérieur. Pas plus tard que la semaine dernière débutait une grève de la faim dans les CRA de Palaiseau et de Plaisir. Dans ce contexte et pour mieux comprendre l’abomination que sont les CRA, voici ci-dessous un article (paru en juin dans le Gueuloir n°4) sur le sujet.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Soirée de présentation du CASSIS, collectif anti-rép stéphanois

Le mardi 24 septembre à 18H aura lieu à la Cale la soirée de présentation du CASSIS, le collectif contre la répression né à Sainté l’an passé, inaugurant également les permanences juridiques qui y auront ensuite lieu tous les derniers mardis du mois.


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

Hommage à Steve Maia Caniço

Rendez-vous le samedi 3 août à 14h place du peuple à Saint-Étienne.
Manif en hommage à Steve, apportez pancartes et banderoles !


Saint-Étienne et alentours   DROITS SOCIAUX - SANTE / LOGEMENT - SQUAT

L’Université fait sa pub : que mettre derrière des slogans creux ?

Ce dernières semaines, l’Université Jean Monnet faisait sa promotion sur les panneaux d’affichage public et les réseaux sociaux à l’aide de slogans fleurant bon le marketing le plus creux. On aurait volontiers proposé une autre série d’affiches, plus emblématiques de l’action de la présidence de l’UJM…


Saint-Étienne et alentours   DISCRIMINATIONS - RACISME / MEMOIRE

Dix ans après les révoltes de Firminy – 3/3 : Pistes de réflexion et d’action pour aujourd’hui

Dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 juillet 2009, des « émeutes » éclatent dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy. Elles vont durer trois nuits durant lesquelles des confrontations violentes opposent des jeunes aux forces de l’ordre, et vont toucher aussi les communes voisines de la vallée de l’Ondaine. Dix ans après, le Numéro Zéro revient à travers trois articles sur ces événements. Que s’est-il alors passé à Firminy ? (1/3) Comment ces événements ont-ils été vécus et analysés par les premiers concernés à l’époque ? (2/3) En quoi raisonnent-ils avec des épisodes plus récents dans les « quartiers populaires » ou des « mouvements sociaux » ? (3/3)


Saint-Étienne et alentours   REPRESSION - PRISON

[Lyon] Une cantine pour cantiner qui met à l’honneur Georges Ibrahim Abdallah le samedi 3 août

Envie de manger un bout tout en soutenant des prisonnier·e·s ? D’écrire une carte pour Georges ? Venez à la prochaine édition de la Cantine pour cantiner !
Le rendez-vous est lancé pour le samedi 3 août 2019, de 19h30 à 3h00 du mat’ pour manger, se retrouver, papoter des taules, écrire une carte à Georges Abdallah et aux autres prisonnier·e·s et shtah contre le chtar au quartier gratte ciel à Villeurbanne.


Informations globales   REPRESSION - PRISON

[Lyon] Après la victoire de l’Algérie à la CAN le 19 juillet, la préfecture et les flics font la fête à leur manière

Alors qu’à Sainté la place Jean Jaurès s’est retrouvée sous les gaz et que la Police concocte tranquillement quelques 400 procès verbaux pour des "infractions au code de la route", à Lyon une fois de plus, les festivités qui suivirent la victoire de l’équipe nationale d’Algérie dans la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) ont été réprimées avec violence par les forces de « l’ordre ». Comme le dimanche 7, le jeudi 11 et le dimanche 14 juillet, la détermination policière à restaurer l’ordre républicain et post-colonial a transformé une fête en vaste foire aux gazs lacrymogènes, aux coups de matraque, aux tirs de LBD et même au tir de canon à eau.


Informations globales   REPRESSION - PRISON

Le CRS responsable de la mort de Zineb Redouane à Marseille est de Saint-Étienne

La rumeur circulait depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux affiliés aux Gilets Jaunes - La France en colère, La Loire en colère, etc. Elle a été ensuite confirmée par un article de « La Provence » datant du 3 juillet. C’est donc bien un policier de la brigade CRS 50 de Saint-Étienne qui avait dans les mains le lanceur Cougar responsable de la mort de Zineb Redouane.


A la une...

MOBILISATIONS - LUTTES
Vague mondiale de colère !  

Le ciel de la capitale chilienne est rouge : des bâtiments et des métros ont brulé toute la nuit. À Hong Kong, les barricades n’en finissent pas de barrer les rues de la métropole. À Barcelone, la police perd le contrôle. À Quito, le président de l’Équateur doit reculer, après avoir été chassé de la capitale par l’insurrection. Nous ne voyons quasiment que ça depuis plusieurs jours, de nos fils d’actualités jusqu’aux médias dominants. Les vidéos des différentes révoltes à travers le monde. Partout autour du globe, les populations se soulèvent contre leurs dirigeants, contre la corruption et l’injustice.


MOBILISATIONS - LUTTES
Gilets Jaunes - Acte 50 : Appel à manifestation nationale à Saint-Étienne  

Depuis plusieurs semaines, l’appel circule sur les différentes plate-forme GJ de la Loire et d’ailleurs. Pour cet acte 50, les GJ de Saint-Étienne appellent à converger sur la ville aux sept collines pour un retour aux sources ! On reprend les bonnes habitudes : rendez-vous samedi 26 octobre à 13h au rond-point de Monthieu et à 14h place du Peuple. Tou.te.s ensemble ! On lâche rien !


MEMOIRE
Le massacre du 17 octobre 1961 à Paris : « Ici on noie les Algériens ! »  

Ce jour-là, des dizaines d’Algériens ont été noyés dans la Seine ou massacrés par la police française à Paris. C’est un devoir de justice de ne pas l’oublier.
Le 17 octobre 1961 alors que la guerre d’Algérie touche à sa fin, le FLN appelle à une manifestation pacifique dans les rues de Paris pour dénoncer le couvre-feu raciste imposé quelques jours plus tôt aux Algériens et par extension à tous les Maghrébins. Cette manifestation rassemble environ 30 000 personnes.


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Rassemblement pour les personnes sans logement  

Depuis avril 2019, des personnes se battent à Saint-Étienne pour le simple droit à un logement digne. Depuis avril 2019, les pouvoirs publics à qui devrait incomber cette tâche restent - à une exception près - sans réaction, dans l’indifférence voire dans le mépris total. Depuis avril 2019, un collectif de lutte s’est créé pour tenter de faire face à cette urgence. Le collectif des habitants de la bourse appelle les Stéphanois.es à un rassemblement de solidarité, samedi 19 octobre à 14h, place du Peuple à Saint-Étienne.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Détruire le capital : un combat vital  

L’heure n’est pas à une écologie de comptoir où on culpabiliserait ceux qui ne font pas le tri, l’heure est à une écologie radicale. On ne peut pas continuer dans un monde capitaliste, il faut s’attaquer aux racines du problème et arrêter de se contenter des guirlandes aux arbres. Continuer avec la surproduction, l’exploitation animale, à vivre dans la société du pétrole, c’est ne pas s’attaquer à la base du problème.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Taclons Puma - 2e round  

Journée d’Action Internationale contre le sponsoring de Puma organisée par le collectif stéphanois de soutien au peuple Palestinien‎.
BDS42 reprend du service mercredi prochain. Ce 16 octobre à partir de 16h30, place du peuple, nous organisons un rassemblement pour la seconde action internationale contre Puma et dans le but de dénoncer leur sponsoring de la fédération israélienne de football.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Appel à témoin suite à l’agression policière raciste du 28 septembre  

Appel à témoins concernant l’agression policière raciste ayant eu lieu rue Rouget de Lisle dans la nuit du 28 septembre.
Comme le racontait un texte publié il y a peu sur Numéro zéro, deux personnes noires ont été agressées par des policiers stéphanois dans la nuit du 28 au 29 septembre. Les forces de l’ordre les ont violemment frappées, humiliées, et ont eu à leur égard des propos et comportements extrêmement racistes et choquants.


RESISTANCES ET SOLIDARITES INTERNATIONALES
Déclaration de la Commune Internationaliste du Rojava  

Alors que Donald Trump a annoncé le retrait rapide des soldats présents dans la région, le président de la Turquie Erdogan en a profité pour menacer d’une opération militaire. Opération lancée hier ; quatre villes subissent des bombardements aériens de l’armée turque. Le but pour Erdogan : éradiquer les forces kurdes et leurs alliéEs en place dans la région du Rojava et éradiquer toute velléité d’émancipation des peuples. Le peuple kurde du Rojava lance un appel à la mobilisation.


ANTIFASCISME
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos  

Antonin Bernanos est un militant antifasciste autonome. Incarcéré durant près de deux ans suite à l’affaire de la voiture de police brûlée Quai de Valmy en 2016, il est de nouveau en détention – provisoire – depuis six mois suite à la plainte d’un hooligan d’extrême-droite dont le groupe a été mis en déroute lors d’une confrontation de rue avec des antifascistes. Dans cette lettre, Antonin revient sur l’infiltration des groupes d’extrême-droite durant la phase initiale du soulèvement, et sur la manière dont celle-ci s’articule étroitement avec la stratégie répressive de l’État – qu’il s’agisse de répression policière ou de propagande médiatique.


REPRESSION - PRISON
[Courrier Parloir Hélicoptère] Partage d’experiences et d’outils sur le soutien aux personnes incarcérées  

Lancement de la plateforme Courrier Parloir Hélicoptère pour référencer et partager des expériences et des outils de soutien aux personnes incarcérées.
Nous sommes un petit groupe de personnes qui avons et avons eu des proches incarcéré-es et on a rencontré des difficultés à communiquer avec elleux – ce qui nous a amenés à nous poser des questions sur les outils à mettre en place pour lutter contre l’isolement des personnes incarcérées.


GENRE - FEMINISME
[CNT Femmes Libres Sainté] Présentation et Brochure d’octobre 2019  

« CNT Femmes Libres » est un outil non-mixte de lutte contre les violences patriarcales sur les lieux de travail, dans les pratiques syndicales, dans l’espace privé ou public.


REPRESSION - PRISON
IanB, membre de Désarmons-les ! revient sur son arrestation à Montpellier le 28 septembre 2019  

Samedi 28 septembre, aux alentours de 16h, lors de l’acte 46 des gilets jaunes, IanB, membre du collectif Désarmons-les !, s’est fait violemment interpeller. On nous relate plusieurs faits de violences au même endroit : des coups de matraque qui visaient une observatrice LDH et des personnes qui, dans le passé, ont déjà été mutilées ou blessées par la Police. On nous relate un contexte très violent, anxiogène et paniquant. Dans cette lettre IanB revient sur son interpellation et sur le sentiment d’injustice et de colère qui l’a envahi à sa sortie de garde à vue et sur cette brutalité d’État qui se banalise.


DISCRIMINATIONS - RACISME
Agression raciste de la part de la police stéphanoise  

Un habitant de la ville a envoyé son témoignage dans lequel il dénonce une agression raciste de la part de la police stéphanoise. Ces faits se sont produits ce week-end et il est primordial de les faire connaître. En effet, ce genre d’agressions de la part des forces de l’ordre n’est pas rare et il faut les dénoncer par tous les moyens !