Saint-Étienne et alentours   ARMEMENT

Retour sur le forum pour le désarmement de la police et la démilitarisation des conflits

Ce n’est pas un hasard, si ce week-end, se sont rassemblés aussi bien des individus que des collectifs : collectifs de blessés par les armes de la police, des collectifs de soutien aux victimes de violences et meurtres policiers, des militants des mouvements sociaux (syndiqués ou non), des sociologues, des associations soutenant la cause palestinienne, des membres de l’observatoire de l’industrie ,de la défense et de l’armement international…


Cette convergence résulte du fait que ces violences s’étendent en France et à travers le monde. Aussi bien lors des mouvements sociaux contre la loi travail, que contre les grands projets inutiles, aussi bien envers les migrants, qu’à nos frontières où règnent plus que jamais l’arbitraire et les violences policières. Tout comme dans les prisons, les quartiers populaires, partout où la désignation d’un ennemi intérieur terroriste instille la peur.
La semaine précédant le forum, la préfecture de la Loire annonçait le bouclage du centre-ville, la fermeture des musées, le déplacement du forum des associations. Instructions et injonctions sont diffusées à l’adresse des commerçants du centre ville de fermer boutique le samedi après midi, sans oublier les consignes aux habitants de ne pas sortir leur poubelle.
Ces mesures visaient à distiller la peur et à inciter la population à se calfeutrer chez elle. Ainsi la presse locale s’en donne à cœur joie en titrant par exemple : rassemblement sous tension", parlant de "horde de casseurs" ou "d’extrême-gauche radicale", etc... Invisibilisant le contenu du message et criminalisant de fait cette parade carnavalesque et ce forum de discussion. Simple manipulation de l’opinion ou stratégie policière ? Les deux, mon capitaine.

Contre toute attente la ville n’a pas été "morte" ce samedi. Vers 15 h, des centaines de personnes sont arrivées place Albert Thomas malgré l’interdiction de manifester, malgré la presse, malgré les multiples contrôles et le bouclage de la ville. Le cortège se forme alors autour de prises de parole des collectifs ou individus participant au forum.
Les contrôles autour de la place ayant cessés, le dispositif policier s’étant éloigné, de nombreuses personnes ont décidé spontanément de parader dans les rues dans une ambiance festive, malgré les circonstances et sans les dépositaires de cette parade carnavalesque.
La confrontation violente n’a jamais été le but de cette déambulation. Tout a d’ailleurs été fait pour l’éviter. La ville n’a pas été " mise a feu et à sang". Quant aux rares "débordements" que l’on nous a rapportés, nous y voyons une conséquence directe d’une violence sociale et étatique qui attise un sentiment de colère que le pouvoir entretient délibérément. Un tag ou une vitre brisée ne sont-ils pas une réponse minime face au milliers de vies qu’il brise à coup de grenades ou de précarisation ?
La mise en place de l’état d’urgence, la loi travail et les 49.3 imposés par le gouvernement PS, la répression et les condamnations du mouvement social et syndical, la liberté de manifester mise à mal, les licenciements abusifs, l’impunité policière face aux meurtres et aux mutilations, l’évacuation forcée de la jungle de Calais, l’expulsion annoncée de la ZAD de Notre Dame des Landes, le racisme exacerbé de la presse et du gouvernement, l’utilisation de nouvelles armes (un nouveau laser à Calais cette semaine) et contre les tactiques de répression en France, à l’international et dans les prisons… C’est à ces violences de masses, à ces procédés de terreur et de sourde oreille, à cet enférocement, que la liberté de la parade a répondu ce samedi.

Quant au forum du dimanche, moins racoleur sans doute que le spectacle du dispositif policier mis en place, il n’a pas fait l’objet de l’intérêt de la presse locale. Pourtant il était tout aussi important que la manifestation. Il en était la voix. Il a permis la rencontre de nombreuses personnes et de riches débats.
Pendant ce temps, le gouvernement se prépare à accorder de nouveaux droits aux policiers en réponse à leurs manifestations illégales, masquées et armées (et là personne ne s’offusque !). Désormais un outrage à policier pourra nous emmener en prison, désormais les policiers pourront être armés même hors service et le gouvernement parle d’étendre encore le cadre de la légitime défense…

La presse comme la préfecture ont eu pour stratégie de dénier toute légitimité à cette contestation. Refusant la remise en question du bras armé de leur contrôle, de leur usine à peur. Ce sont eux qui masquent nos voix, pas nos maquillages. C’est pourquoi la rue a entendu résonner nos rires et nos cris de liberté, résonner les pas de centaines de personnes réunies pour faire face à la psychose qu’ils créent pour nous endormir.
Saint-Étienne a accueilli un moment important, qui aura à nouveau montré que c’est bien eux qui ont peur de nous et qui tentent de nous désunir. Nous avons décidé de ne pas leur obéir. Et nous continuerons de marcher ensemble, à rester uni-es contre une police qui n’a pas pour but de nous protéger, mais bien de nous contrôler en créant la terreur, à rester uni-es contre un état de plus en plus xénophobe.

Avant la tenue du forum, un communiqué avait été publié par les organisateurs suite à l’interdiction du FAMAS’tival par la préfecture, à lire ici

Un récit détaillé de la parade FAMAS’tival ici


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans la même thématique...

Saint-Étienne et alentours   ARMEMENT

FAMAS’tival : une parade colorée sous pression

Le "Forum pour le désarmement de la police et la démilitarisation des conflits" appelait, samedi 22 octobre 2016 à un FAMAS’tival. Une déambulation carnavalesque pour dénoncer la politique guerrière coloniale de la France et la répression des « indésirables » par les forces du maintien de l’ordre.




Saint-Étienne et alentours   ARMEMENT

Communiqué suite à l’interdiction par la préfecture du FAMAS’tival

Forum pour le désarmement des polices et la démilitarisation des conflits.
Depuis plusieurs mois, nous préparons un week end de rencontres autour de l’armement.
Des collectifs, des organisations politiques, des individu’es, se coordonnent pour que les 22 et 23 octobre se déroulent à Saint Etienne ces rencontres.




Saint-Étienne et alentours   ARMEMENT

FAMAS’tival : manifestation interdite par la préfécture et campagne de diffamation

Les organisateurs et les organisatrices du "Forum pour le désarmement de la Police et la démilitarisation des conflits" sont la cible d’une campagne de provocation à la violence depuis plusieurs jours et se sont vus interdire la manifestation prévue cette après-midi.
Un appel à rassemblement est maintenu.




Saint-Étienne et alentours Couac   ARMEMENT

On n’a plus faim

Les dossiers Couac
Voilà déjà trois mois que les réjouissances de la coupe d’Europe de l’UEFA 2016 sont passées, pourtant le banquet pèse toujours sur l’estomac.
Parmi les aigreurs et relents fétides, on compte le dispositif sécuritaire mis en place pour encadrer la fan zone et divers événements rythmés par les matchs, qui peinent à se transformer en selles. Mais aussi une gaillardise d’un autre genre : l’exposition Sainté Créativity (sic) qui a eu lieu du 11 juin au 10 juillet Place de l‘Hôtel de Ville.




Saint-Étienne et alentours Couac   ARMEMENT / MEDIAS

Verney-Carron, artisan de notre sécurité

Les dossier Couac
À Saint-Étienne, ancien bastion de l’industrie de l’armement, l’entreprise Verney-Carron est une des seules survivantes de la longue tradition armurière de la ville. Petit tour d’horizon du passé et du présent de cette boite aux visées humanistes et bienfaisantes…




Saint-Étienne et alentours Couac   ARMEMENT / MEDIAS

Une ville d’armes et d’histoire

Les dossiers Couac
Saint-Étienne a une sacrée histoire, une histoire multiple, des histoires rouges, noires, jaunes, vertes... Mais ici, on va surtout s’intéresser à celle de l’armement, thématique oblige.
Tout commence, on ne sait trop quand, cela diffère selon les sources. Les plus optimistes parlent de traces de forges à l’époque de Jules César, d’autres, peut-être plus sérieux (le Musée d’Art et d’Industrie), annoncent le XIVe siècle pour les premières traces d’armuriers à Saint-Étienne.




Saint-Étienne et alentours   ARMEMENT

FAMAS’tival

Dans le cadre du forum pour désarmer la police
Les 22 et 23 octobre prochain se tiendra à Saint Etienne un "Forum pour le désarmement des polices et démilitarisation des conflits". Deux jours d’ateliers, de discussions, de concert et... de carnaval !




Saint-Étienne et alentours   ARMEMENT / MOBILISATIONS - LUTTES

Désarmons la police, démilitarisons les conflits !

Les 22 et 23 octobre 2016
Rassemblons-nous contre les violences et les armes de la police !
Parade de rue, discussions, ateliers, concerts...




Opinions   ARMEMENT / GENRES - FEMINISME

De l’indécence de la "solidarité nationale" sur Facebook

Texte d’une Féministe Antifa
C’est l’État Français qui fabrique et vend les armes que les terroristes finissent par pointer sur les populations civiles...




National   ARMEMENT / CONSOMMATION - GLOBALISATION

Objection de ConScience : les cobayes prennent la parole, du 23 au 29 octobre 2004 à Grenoble

Face aux Etats Généraux de la Recherche-Armée-Industrie
C’est à Grenoble, mère de toutes les technopoles, qu’ont lieu les "Etats Généraux de la Recherche" les 28 et 29 octobre 2004. Véritable célébration de la liaison recherche-armée-industrie avec la bénédiction conjointe de l’Etat et des entreprises. Contre cette "recherche & développement" à but lucratif et à effets mortifères éclatent de multiples révoltes d’opinion (Tchernobyl, amiante, OGM, "vache folle", sang contaminé, pesticides, AZF, etc), qui remontent rarement à la racine des catastrophes. Quelle société produit cette science-là ? Quel monde ces techno-sciences produisent-elles ? Sans avoir toutes les réponses, nous présentons quelques objections au cours d’une semaine de débats, projections, visites, expositions, etc.




A la une...

EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Gala de boxe et soirée "Soul Train" en soutien a Georges Ibrahim Abdallah  

Le 21 octobre, nous vous invitons à un gala de boxe (boxe anglaise, pieds poings, MMA) regroupant des équipes de St-Étienne, Lyon, Marseille, Paris, Grenoble, Berlin, etc ... Suivie d’un Sound Système "Soul Train" (Dj Spyderman from St-Cham) et d’une Boum All Night Long.
Cette soirée sera en soutien a Georges Ibrahim Abdallah, militant communiste arabe, combattant pour la libération de la Palestine, détenu en France depuis près de 34 ans. L’argent collecté en soutien servira aux mandats pour cantiner afin d’améliorer son quotidien.

Mise à jour le 20/10 : Attention, cet événement est annulé suite à un arrêté préfectoral, plus d’infos bientôt sur https://rebellyon.info/.

EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Ateliéphémère  

L’ateliéphémère est un atelier d’entraide autour de la réparation d’objets divers : informatique, électroménager, jouet, machine à coudre, matériel son et vidéo...
Programme décembre 2017 / janvier 2018


MOBILISATIONS - LUTTES
"Non". S’opposer aux grands projets d’aménagement. Ne pas proposer "d’alternatives".  

Cette brochure est la retranscription d’une discussion autour des sujets suivants : pourquoi et comment s’opposer aux grands projets d’aménagement ? Quelles difficultés rencontrons-nous avec la notion "d’alternatives" ? Pourquoi ne pas en proposer ?
Discussion croisée entre opposant.es à l’A45 (Auvergne-Rhône-Alpes), camarades de l’Amassada (Aveyron), et occupant.es de la forêt de Roybon (Isère).


SYNDICALISME - MOUVEMENT OUVRIER
Projection et discussion avec la Confédération Paysanne de la Loire  

La CNT 42 propose une discussion avec la Confédération Paysanne de la Loire ouverte à toutes les personnes intéressées autour du film : "Bernard Lambert, Paysan et Rebelle" de Christian Rouaud
Quelles luttes communes ? C’est nous qui travaillons c’est nous qui décidons. La CNT est engagée pour un autre futur.


REPRESSION - PRISON
Journée de soutien des anti-G20 de Hambourg  

Face au capitalisme et à tous ses effets néfastes, des personnes se mobilisent. Du 6 au 9 juillet 2017 se tenait à Hambourg le sommet des vingt plus grandes puissances mondiales. En réponse à cela les organisations progressistes ont organisé un contre sommet et des manifestations au cours desquelles la police allemande - bras armé des États représentés au G20 - a fait preuve d’un déchaînement de violences à l’encontre des manifestant-e-s, des journalistes et même des avocat-e-s.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
La condition des agriculteurs : rencontres contre la normalisation  

Le 20 mai 2017, un agriculteur qui refusait de se soumettre aux contrôles harcelants de l’administration a été abattu par les gendarmes. A la suite de ce meurtre dégouttant, un collectif s’est monté pour combattre l’hyper-normalisation de nos vies et de celles des agriculteurices en particulier. Des rencontres nationales autour de ce sujet auront lieu les 28 et 29 octobre prochain dans notre région.


URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
A45, pétition bidon !  

Non content d’étaler partout sa belle pétition, Perdriau cherche à imposer aux personnels des collectivités locales de signer et de soutenir son combat d’arrière-garde...


MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
Lettre ouverte sur la situation des familles Rroms à Saint-Étienne  

Je vous adresse cette lettre car la presse locale reste sourde à nos multiples messages concernant les familles Rroms à la rue. Les services municipaux du Centre communal d’action sociale refusent de façon quasi systématique d’accorder de les domicilier – clef qui leur ouvre quelques droits – et ceci en contradiction avec tous les textes réglementaires. Sans que le préfet qui a pourtant autorité en la matière ne lève le petit doigt.


EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Aurillac 2017 : Appel à témoignages  

En août 2016, les participant.e.s du festival d’art de rue d’Aurillac ont pu constater une augmentation de la présence policière, absurdement justifiée par "l’état d’urgence". Pour entrer dans le centre-ville, il fallait subir des fouilles de sac voire au corps, et il était interdit d’avoir des objets en verre ou de l’alcool, alors même que des boissons alcoolisées étaient vendues partout dans l’enceinte du festival. Suite à ces mesures et à un certain nombre de provocations, une manif a éclaté, qui a conduit à plusieurs gardes à vue.
Plus récemment, l’édition 2017 a été le théâtre d’une surveillance policière moins agressive mais tout aussi pesante.


ECOLOGIE - NUCLEAIRE
Clermont-Ferrand - Sommet de l’Élevage : une opposition qui dérange  

Du 4 au 6 octobre 2017 se tiendra à Clermont-Ferrand la 26ème édition du Sommet de l’Élevage, un contre-sommet est organisé malgré l’opposition des pouvoirs locaux.


EDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS
Les mille maux de l’enseignement du français aux étrangers  

L’enseignement du français aux personnes étrangères pâtit des contradictions de l’État, du jeu de la concurrence et des discriminations, au détriment bien souvent des personnes auquel il est censé être destiné : retour sur une politique pleine d’arrière-pensées avec des militant.es de l’association Alpha.